Mer Mediterranee

ï»ż
Mer Mediterranee

Mer Méditerranée

Mer Méditerranée
Image satellite du bassin méditerranéen
Superficie 2 510 000 km2
Profondeur 5 150 m (max)
1 500 m (moy)
Type Mer intercontinentale
Localisation Océan Atlantique
Pays cĂŽtier(s) Espagne Espagne, Royaume-Uni Royaume-Uni (Gibraltar), France France, Monaco Monaco, Italie Italie, Malte Malte, SlovĂ©nie SlovĂ©nie, Croatie Croatie, Bosnie-HerzĂ©govine Bosnie-HerzĂ©govine, MontĂ©nĂ©gro MontĂ©nĂ©gro, Albanie Albanie, GrĂšce GrĂšce, Turquie Turquie, Chypre Chypre, Syrie Syrie, Liban Liban, IsraĂ«l IsraĂ«l, Égypte Ă‰gypte, drapeau de la Libye Libye, Tunisie Tunisie, AlgĂ©rie AlgĂ©rie, Maroc Maroc
Subdivision(s) Mer d'Alboran, mer Ligure, mer TyrrhĂ©nienne, mer Ionienne, mer Adriatique, mer de CrĂšte, mer ÉgĂ©e, mer de Thrace, mer de Marmara

La mer MĂ©diterranĂ©e est une mer intercontinentale presque entiĂšrement fermĂ©e, situĂ©e entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie et qui s’étend sur une superficie d’environ 2,5 millions de kilomĂštres carrĂ©s[1]. Son ouverture vers l’ocĂ©an Atlantique par le dĂ©troit de Gibraltar est large de 14 kilomĂštres.

Elle doit son nom au fait qu’elle est littĂ©ralement une « mer au milieu des terres Â», en latin mare medi terra (selon Isidore de SĂ©ville au VIIe siĂšcle).

Durant l’AntiquitĂ©, la MĂ©diterranĂ©e Ă©tait une importante voie de transports maritimes; permettant l’échange commercial et culturel entre les peuples Ă©mergents de la rĂ©gion - les cultures de la MĂ©sopotamie, de l’Égypte, sĂ©mitiques, persanes, phĂ©niciennes, carthaginoises, grecques et romaines. L’histoire de la MĂ©diterranĂ©e est importante dans l’origine et le dĂ©veloppement de la civilisation occidentale.

Sommaire

Étymologie

Le dĂ©troit de Gibraltar et la mer d'Alboran Ă  l’extrĂȘme occidental de la MĂ©diterranĂ©e vue depuis un satellite

Le terme de MĂ©diterranĂ©e vient du latin mediterraneus qui veut dire « au milieu des terres Â», sous-entendu « du monde connu Â» (medius pour milieu et terra pour terre).

La mer MĂ©diterranĂ©e est, ou a Ă©tĂ©, connue sous de nombreux noms Ă  travers l’histoire de l’Homme :

  • « Grand-vert Â» (Wȝត-wr), c’est ainsi que les Egyptiens de l’antiquitĂ© la nommaient ;
  • Elle s’appelait le plus souvent Mare Nostrum (« notre mer Â») ou occasionnellement Mare Internum (« mer intĂ©rieure Â») Ă  l’époque des Romains ;
  • Dans l’Ancien Testament, sur la cĂŽte ouest de la terre sainte, elle s’appelait la « Mer Hinder Â», parfois traduite comme la « Mer de l’ouest Â» (Dt. 9,24; Joel, 2,20), ou comme la « Mer des Philistins Â» (Ex. 22,81), car ce peuple occupait une grande partie des cĂŽtes situĂ©es prĂšs de la Palestine. Cependant, parfois il s’agissait de la « Mer suprĂȘme Â» (Nb.34,6-7; Jos.1,4; 9,1; 15,47; Ez. 47,10..15..20), ou simplement « la Mer Â» (1 Rois 5,9; 1 Macc. 14,34 ;15,11) ;
  • En hĂ©breu, elle est appelĂ©e ha-Yam ha-Tikhon (Ś”Ö·Ś™ÖžÖŒŚ Ś”Ö·ŚȘÖŽÖŒŚ™Ś›Ś•Ö覟), « la Mer du milieu Â», une adaptation littĂ©rale de l’allemand Mittelmeer ;
  • En turc, c’est Akdeniz, « la Mer blanche Â», c’est-Ă -dire la mer du Sud, car anciennement les Turcs dĂ©signaient les points cardinaux par des couleurs (Mer noire signifiait pour eux « mer du Nord Â»);
  • En arabe, elle s’appelle Al-Baħr Al-Abyad Al-Muttawasit (Ű§Ù„ŰšŰ­Ű± Ű§Ù„ŰŁŰšÙŠŰ¶ Ű§Ù„Ù…ŰȘÙˆŰłŰ·), « la mer blanche du milieu Â».
  • En berbĂšre, elle est nommĂ©e Ilel Agrakal, litĂ©ralement « Mer entre terres Â» (Ilel-Agr-Akkal).

La plupart des langues des pays situĂ©s autour de la MĂ©diterranĂ©e ont un nom propre Ă  leur culture, souvent une traduction de la « mer du milieu Â» ou de la « mer blanche Â» :

Langue Vocable
Albanais Deti Mesdhe
Allemand das Mittelmeer
Anglais Mediterranean sea
Arabe Al-Baħr Al-Abyad Al-Muttawasit (Ű§Ù„ŰšŰ­Ű± Ű§Ù„ŰŁŰšÙŠŰ¶ Ű§Ù„Ù…ŰȘÙˆŰłŰ·)
BerbĂšre Ilel Agrakal (« la mer d'entre terre Â»)
Breton Mor Kreizdouar (« mer au milieu de la terre Â») ou Mor Kreiz (« la mer du milieu Â»)
Bulgare ĐĄŃ€Đ”ĐŽĐžĐ·Đ”ĐŒĐœĐŸ ĐœĐŸŃ€Đ”
Catalan Mar MediterrĂ nia
Corse Mare Mediterraniu
Croate Sredozemno more
Danois Middelhavet (« la mer du milieu Â»)
Estonian Vahemeri (« la mer du milieu Â»)
Espagnol Mar MediterrĂĄneo
Finnois VĂ€limeri (« la mer du milieu Â»)
Français Mer Méditerranée
Grec Mesogeios Thalassa (ÎœÎ”ÏƒÏŒÎłÎ”ÎčÎżÏ‚ Î˜ÎŹÎ»Î±ÏƒÏƒÎ±), et plus avant, Asori Thalassa (ገσώρÎč Î˜ÎŹÎ»Î±ÏƒÏƒÎ±)
HĂ©breu ha-Yam ha-Tikhon (Ś”Ś™Ś Ś”ŚȘŚ™Ś›Ś•ŚŸ) « la mer du milieu Â»
Islandais MiĂ°jarĂ°arhaf
Italien Mar(e) Mediterraneo
Japonais ćœ°äž­æ”·ă€€ïŒˆăĄăĄă‚…ă†ă‹ă„ïŒ‰ă€€ćœ° (chi) « terre Â»ă€€äž­(chĆ«) « milieu Â» etă€€æ”·(kai) « mer Â».
Kabyle Ilel agrakal
Latin Mare Mediterraneum, ou Mare Nostrum
Luxembourgeois MĂ«ttelmier
MacĂ©donien ĐĄŃ€Đ”ĐŽĐŸĐ·Đ”ĐŒĐœĐŸ ĐœĐŸŃ€Đ”
Maltais Baħar Mediterran
NĂ©erlandais Middellandse zee (« la mer au milieu des terres Â»)
Occitan mar MediterrĂ nea
NorvĂ©gien Middelhavet (« la mer du milieu Â»)
Polonais Morze ƚródziemne
Portugais Mar MediterrĂąneo
Serbe Sredozemno more (ĐĄŃ€Đ”ĐŽĐŸĐ·Đ”ĐŒĐœĐŸ ĐŒĐŸŃ€Đ”)
Slovaque Stredozemné more
Slovenien Sredozemsko morje
SuĂ©dois Medelhavet (« la mer du milieu Â»)
Turc Akdeniz (« la mer blanche Â» ou « mer du Sud Â»)

Le terme de « mer MĂ©diterranĂ©e Â» dĂ©signe Ă©galement parfois une mer presque fermĂ©e communiquant avec l’ocĂ©an, car l’Espagne et le nord du Maroc se touchent presque.

Histoire géologique

La mer MĂ©diterranĂ©e est en partie le vestige d’un ancien domaine ocĂ©anique que l’on nomme aujourd’hui la ThĂ©tys, qui Ă©tait plus vaste que la mer MĂ©diterranĂ©e actuelle. À partir du CrĂ©tacĂ©, la TĂ©thys s’est « refermĂ©e Â» progressivement par subduction, avec le rapprochement des continents africain et eurasiatique. Ceci entraĂźne la formation de chaĂźnes de montagne, comme les PyrĂ©nĂ©es, ou les Alpes. Durant l’OligocĂšne (il y a 30 millions d’annĂ©es), la MĂ©diterranĂ©e occidentale subit une phase d’étirement qui sĂ©pare la Corse et la Sardaigne du continent europĂ©en.

Il y a cinq millions d’annĂ©es, le dĂ©troit de Gibraltar s’est refermĂ© rĂ©duisant la mer MĂ©diterranĂ©e Ă  un lac trĂšs salĂ©. On nomme cet Ă©pisode la crise de salinitĂ© messinienne. Des dĂ©pĂŽts salins au fond de la mer produits durant un million d’annĂ©es tĂ©moignent de ce phĂ©nomĂšne. Puis la diffĂ©rence de niveau entre l’Atlantique et la MĂ©diterranĂ©e a causĂ© la rupture de la digue naturelle de roche qui bloquait le dĂ©troit. Une Ă©norme cascade a alors rempli en quarante ans le volume d’eau qui avait pris des centaines d’annĂ©es pour s’évaporer.

Les fonds marins de la mer MĂ©diterranĂ©e se modifient encore aujourd’hui car les plaques africaines et eurasiennes sont en contact. Leurs mouvements provoquent des sĂ©ismes en Italie, GrĂšce, Turquie et IsraĂ«l et entretiennent une activitĂ© volcanique en Italie avec l’Etna, le VĂ©suve et le Stromboli.

Histoire

Article dĂ©taillĂ© : Histoire de la MĂ©diterranĂ©e.

Le bassin mĂ©diterranĂ©en est riche d’une histoire complexe et ancienne. Elle est le berceau de la civilisation occidentale. L’AntiquitĂ© connaĂźt un foisonnement de civilisations diverses comme les Égyptiens ou les MĂ©sopotamiens. Puis, de grands empires prennent le contrĂŽle des cĂŽtes de la mer MĂ©diterranĂ©e. La GrĂšce, Carthage et Rome sont bien connus pour leur domination autour du bassin mĂ©diterranĂ©en. Ils dĂ©veloppĂšrent le commerce maritime et les guerres navales.

GĂ©ologie

Relief de la mer Méditerranée

Quelques chiffres essentiels :

  • Profondeur moyenne : 1 500 mĂštres. Certains de ses abysses rivalisent avec ceux des ocĂ©ans, comme sous les ondes tyrrhĂ©niennes (3 731 mĂštres) et sous la nappe ionienne (5 121 mĂštres).
  • Superficie : 2,5 millions de kmÂČ (3 millions avec la Mer Noire, soit 1 % de l’ocĂ©an mondial)
  • Volume : 3,7 millions de kmÂł

La gĂ©ologie de la MĂ©diterranĂ©e est complexe, impliquant des cassures et des collisions entre les plaques africaines et eurasiennes. La crise du MĂ©ssinien vers la fin de MiocĂšne marque l’assĂšchement de la MĂ©diterranĂ©e. Bien qu’intercontinentale, on y trouve cependant un fond basaltique au large des cĂŽtes françaises, ce qui en fait un mini-ocĂ©an du Languedoc.

La mer MĂ©diterranĂ©e a une profondeur moyenne de 1 500 mĂštres et le point enregistrĂ© le plus profond est de 5 121 mĂštres en mer Ionienne au creux de la fosse de Matapan (au large du PĂ©loponnĂšse). Le littoral se dĂ©roule sur 46 000 kilomĂštres. La mer MĂ©diterranĂ©e se divise en deux bassins bien individualisĂ©s, sĂ©parĂ©s par des hauts fonds situĂ©s entre la Sicile et la Tunisie : la MĂ©diterranĂ©e occidentale et la MĂ©diterranĂ©e orientale, elles-mĂȘmes nettement compartimentĂ©es. La premiĂšre recouvre une superficie d’environ 0,85 million de kmÂČ tandis que la seconde recouvre environ 1,65 million de kmÂČ.

En MĂ©diterranĂ©e occidentale, l’axe Corse-Sardaigne isole la mer TyrrhĂ©nienne du bassin algĂ©ro-provençal. En MĂ©diterranĂ©e orientale, on distingue la mer Ionienne, qui atteint les plus grandes profondeurs, et le bassin levantin, sĂ©parĂ©s par un goulet entre la plate-forme de la mer ÉgĂ©e limitĂ© au sud par la CrĂšte et les hauts fonds au large de la CyrĂ©naĂŻque.

D’une maniĂšre gĂ©nĂ©rale, le plateau continental est relativement rĂ©duit, sauf dans trois zones : la mer Adriatique, la mer ÉgĂ©e, et la plate-forme s’étendant entre la Sicile et la Libye au large de la Tunisie.

Ces derniers siĂšcles, l’humanitĂ© a beaucoup modifiĂ© la gĂ©ologie de la MĂ©diterranĂ©e. Des constructions ont Ă©tĂ© Ă©tablies tous le long du littoral, aggravant et dĂ©plaçant les zones d’érosion. Des plages ont Ă©tĂ© mal gĂ©rĂ©es, et l’abus de l’utilisation des ressources naturelles et marines continue d’ĂȘtre un problĂšme. Cet abus se fait au dĂ©triment des processus naturels. La gĂ©ographie a Ă©galement Ă©tĂ© modifiĂ©e par la construction de barrages, de canaux et le bĂ©tonnage des cĂŽtes.

À noter que le bassin mĂ©diterranĂ©en possĂšde les plus importantes rĂ©serves en lithium de la planĂšte, 100 000 fois plus importantes que celles de la Bolivie, qui intĂ©ressent dĂ©jĂ  les pays concernĂ©s Ă  savoir l’Espagne (lĂ©gĂšrement), la France, l’AlgĂ©rie, l’Italie et la GrĂšce en raison de l’utilisation du lithium dans les futures batteries Ă©lectriques, dans l’ùre de l’aprĂšs-pĂ©trole.[2],[3]

Enfin, signalons que la mĂ©diterranĂ©en est depuis peu un rĂ©servoir important de plutonium, de thorium 234 et de sulfate d’ammonium, suite Ă  l’activitĂ© intensive de la mafia italienne dans la rĂ©gion. Ces dĂ©chets ne seraient pas dangereux pour les baigneurs, mais peuvent l’ĂȘtre dans l’alimentation [4].

GĂ©ographie

La MĂ©diterranĂ©e est reliĂ©e Ă  l’ocĂ©an Atlantique par le dĂ©troit de Gibraltar Ă  l’ouest, Ă  la mer de Marmara et Ă  la mer Noire par les Dardanelles et le Bosphore Ă  l’est. La mer de Marmara - mais pas la mer Noire - est souvent considĂ©rĂ©e comme faisant partie de la MĂ©diterranĂ©e. Le canal de Suez au sud-est relie la MĂ©diterranĂ©e Ă  la mer Rouge.

Article dĂ©taillĂ© : climat mĂ©diterranĂ©en.

Le climat mĂ©diterranĂ©en est caractĂ©risĂ© par un hiver humide et doux et par un Ă©tĂ© chaud et sec. Cependant, les inter saisons laissent place Ă  une violence certaine du climat. Des pluies trĂšs importantes et trĂšs violentes s’abattent parfois alors que la terre assĂ©chĂ©e par des pĂ©riodes de sĂ©cheresse ne peut absorber ces prĂ©cipitations (parfois Ă©quivalents Ă  trois mois de pluie voire bien plus selon la latitude). Les inondations frĂ©quentes en tĂ©moignent comme pour les vidourlades frĂ©quentes, Ă  Vaison-la-Romaine en 1992 et l’Aude en 2000.

Les marĂ©es sont de faible amplitude et l’évaporation y est plus importante que dans l’ocĂ©an Atlantique. Les prĂ©cipitations et la quantitĂ© relativement faible d’eau apportĂ©e par les fleuves qui s’y jettent sont largement insuffisantes pour combler cette Ă©vapotranspirartion (dĂ©ficit d’environ 3 000 millions de mĂštres cubes) ; d’oĂč un taux de salinitĂ© plus Ă©levĂ© et des tempĂ©ratures d’eau plus chaudes qu’en Atlantique.

La mer Méditerranée, carte politique

Îles mĂ©diterranĂ©ennes

Les principales Ăźles de la MĂ©diterranĂ©e sont :

Pays cĂŽtiers

Les pays qui bordent la MĂ©diterranĂ©e sont :

Auxquels on peut ajouter Ă  l’ouest Gibraltar, possession du Royaume-Uni, et Ă  l’est la Bande de Gaza, qui n’est juridiquement rattachĂ©e Ă  aucun État.

Cantons méditerranéens

La mer MĂ©diterranĂ©e se divise en deux bassins bien sĂ©parĂ©s par des hauts-fonds entre la Sicile et la Tunisie. Chaque bassin est divisĂ© en diffĂ©rents compartiments portant le nom de mers, bassins ou golfes, parfois eux-mĂȘmes divisĂ©s en zones gĂ©ographiques de taille infĂ©rieure :

Méditerranée occidentale

Méditerranée orientale

Plusieurs dĂ©troits relient ces diffĂ©rentes parties de la MĂ©diterranĂ©e :

Écologie

En raison de l’assĂšchement de la MĂ©diterranĂ©e pendant la crise du messinien, le biotope marin de la mer MĂ©diterranĂ©e est principalement issu de l’ocĂ©an Atlantique. L’Atlantique nord est beaucoup plus froid et plus riche en aliments que la MĂ©diterranĂ©e, et la vie marine mĂ©diterranĂ©enne a dĂ» s’adapter Ă  des conditions changeantes au cours des cinq millions d’annĂ©es qui ont suivi son remplissage.

Le percement du canal de Suez en 1869 a crĂ©Ă© le premier passage d’eau de mer entre la mer MĂ©diterranĂ©e et la mer Rouge. Cette derniĂšre est plus haute que la partie orientale de la MĂ©diterranĂ©e. Aussi, le canal forma un fleuve d’eau salĂ©e de la mer Rouge qui se dĂ©versait dans l’eau de mer de la MĂ©diterranĂ©e. Les grands lacs Amer, qui sont des lacs normaux trĂšs salĂ©s, forment le canal Suez et ont bloquĂ© la migration des espĂšces de la mer Rouge vers la MĂ©diterranĂ©e pendant plusieurs dĂ©cennies, mais comme la salinitĂ© des lacs s’est Ă©galisĂ©e graduellement avec celle de la mer Rouge, la barriĂšre migratoire s’est levĂ©e, et les plantes et les animaux de la mer Rouge ont commencĂ© Ă  coloniser la MĂ©diterranĂ©e orientale.

La mer MĂ©diterranĂ©e est plus salĂ©e et plus pauvre en nutriments que l’ocĂ©an Atlantique car le dĂ©troit de Gibraltar bloque les grands courants de l’Atlantique. Les espĂšces animales et vĂ©gĂ©tales de la mer Rouge prennent l’avantage sur les espĂšces de l’ocĂ©an Atlantique dans l’environnement mĂ©diterranĂ©en oriental salĂ© et pauvre en aliments. La construction du barrage d'Assouan Ă  travers le Nil dans les annĂ©es 1960 a rĂ©duit l’apport d’eau douce riche en nutriments dans la MĂ©diterranĂ©e orientale, ce qui rend l’environnement de la MĂ©diterranĂ©e proche de celui de la mer Rouge. Cet Ă©change d’espĂšces est connu sous le nom de migration de Lesseps, d’aprĂšs Ferdinand de Lesseps, l’ingĂ©nieur qui a surveillĂ© la construction du canal.

Prospective : Le dĂ©rĂšglement climatique pourrait avoir des effets exacerbĂ©s sur la zone biogĂ©ographique mĂ©diterranĂ©enne qui abrite un grand nombre de hot-spot de biodiversitĂ©. Anticiper les effets du changement climatique sur l’eau, l’agriculture, le tourisme, la pĂȘche, l’énergie, le transport et l’urbanisme et l’environnement et la santĂ© (zoonoses, Ă©pidĂ©mies, maladies Ă©mergentes) dans cette zone est une prioritĂ© croissante pour les Ă©lus et habitants de cette rĂ©gion dĂ©jĂ  trĂšs dĂ©gradĂ©e par les feux de forĂȘts et les sĂ©cheresses[5].

Économie

La Méditerranée vue depuis Menton.

Le bassin mĂ©diterranĂ©en concentre 150 millions d’habitants et attire quelque 200 millions de visiteurs chaque annĂ©e[6]. 20 % des pĂ©troliers, 30 % des navires marchands du monde circulent en MĂ©diterranĂ©e, pour un trafic total de 120 000 bateaux[6].

PremiĂšre destination touristique du monde

C'est sur la Grande Bleue, de la riviera italienne Ă  la CĂŽte d'Azur, que l'industrie touristique est apparue, au tournant du XIXe siĂšcle. Depuis, la rĂ©gion accueille un nombre toujours croissant de voyageurs : elle capte prĂšs du tiers du tourisme mondial. Dans les vingt ans Ă  venir, la France, l'Espagne et l'Italie resteront leaders mais la Turquie et l'Égypte devraient tripler, voire quadrupler leur nombre de visiteurs. Entre 2000 et 2025, dans toute la rĂ©gion mĂ©diterranĂ©enne, le nombre de « pĂšlerins estivaux Â» devrait dĂ©coller de 300 Ă  600 millions.

Quelques chiffres

  • Superficie : 2,51 millions de kmÂČ
  • Dimensions : 3 860 km de l'est Ă  l'ouest et 1 600 km du nord au sud[7]
  • PĂ©rimĂštre : 46 000 km de littoral
  • Profondeurs : moyenne : 1 500 m, maximale : 5 150 m[7]
  • Renouvellement de l'eau : environ 90 ans
  • Apport de la pĂȘche : approximativement 2 % de la pĂȘche mondiale
  • SalinitĂ© moyenne : aux alentours de 3,8 %
  • Fleuves qui s'y jettent : 69
  • Fleuves les plus importants : PĂŽ, RhĂŽne, Nil, Èbre, Moulouya

Notes et références

  1. ↑ Msn encarta
  2. ↑ http://www.electron-economy.org/article-29110967.html
  3. ↑ http://www.mnhn.fr/mnhn/geo/messinien.html
  4. ↑ http://www.france-info.com/spip.php?article344864&theme=14&sous_theme=15
  5. ↑ StĂ©phane Hallegatte, Anticiper le changement climatique autour de la MĂ©diterranĂ©e, coll. « Notes & Documents Â», Institut de prospective Ă©conomique du monde mĂ©diterranĂ©en (IPEMED), 76 p.
  6. ↑ a  et b  Pablo Linde, « MĂ©diterranĂ©e. La mer la plus polluĂ©e du monde Â», dans Courrier international du 27 juillet 2007, [lire en ligne]
  7. ↑ a  et b  La mer MĂ©diterranĂ©e

Voir aussi

Commons-logo.svg

Articles connexes

Bibliographie

  • Fernand Braudel, La MĂ©diterranĂ©e et le monde mĂ©diterranĂ©en Ă  l'Ă©poque de Philippe II, 1re Ă©dition, Paris : Armand Colin, 1949.
  • Yves Lacoste, GĂ©opolitique de la MĂ©diterranĂ©e, Armand Colin, 2006
  • GĂ©rard Claude, La MĂ©diterranĂ©e. GĂ©opolitique et relations internationales, Ellipses, 2006
  • Germaine Tillion, Le Harem et les cousins, Paris : Ă©ditions du Seuil, 1966.
  • Christian Bromberger et al., L'Anthropologie de la MĂ©diterranĂ©e, Paris : Maisonneuve et Larose ; Aix-en-Provence : Maison mĂ©diterranĂ©enne des sciences de l'homme, 2001.
  • Fabio Maniscalco, Mediterraneum. Protection, conservation and valorization of cultural and environmental patrimony, Naples : UniversitĂ© L'Orientale, collection monographique 2002.
  • Dominique Borne et de J. Scheibling (dir.), La MĂ©diterranĂ©e, Paris, CarrĂ©-GĂ©ographie, 2002
  • Jacques Bethemont, GĂ©ographie de la MĂ©diterranĂ©e
  • BĂ©atrice Patrie et Emmanuel Espanol, MĂ©diterranĂ©e
 sur les tensions en orient, Actes-sud/Sindbad, 2008 (ISBN 978-2-7427-7366-4)
  • Paulet Jean Pierre, 2007, « les villes et la mer Â», Ellipses.
  • Portail de l’eau Portail de l’eau
  • Portail de la MĂ©diterranĂ©e Portail de la MĂ©diterranĂ©e
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
Ce document provient de « Mer M%C3%A9diterran%C3%A9e ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mer Mediterranee de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mer MediterranĂ©e — Mer MĂ©diterranĂ©e Mer MĂ©diterranĂ©e Superficie 2 510 000 km2 Profondeur 5 150 m (max) 1 500 m (moy) 
   WikipĂ©dia en Français

  • Mer mĂ©diterranĂ©e — Superficie 2 510 000 km2 Profondeur 5 150 m (max) 1 500 m (moy) 
   WikipĂ©dia en Français

  • Mer MĂ©diterranĂ©e — « MĂ©diterranĂ©e Â» redirige ici. Pour les autres significations, voir MĂ©diterranĂ©e (homonymie).  La mer MĂ©diterranĂ©e est le prototype des mers mĂ©diterranĂ©ennes. Mer MĂ©diterranĂ©e 
   WikipĂ©dia en Français

  • Mer mĂ©diterranĂ©e —    La mer mĂ©diterranĂ©e est une mer intercontinentale presque entiĂšrement fermĂ©e, situĂ©e entre l’europe, l’afrique et l’asie et qui s’étend sur une superficie d’environ 2,5 millions de kilomĂštres carrĂ©s. Son ouverture vers l’ocĂ©an atlantique par… 
   L'AbĂ©cĂ©daire du Vin

  • Liste des Ăźles de la mer MĂ©diterranĂ©e — Voici une liste des Ăźles de la mer MĂ©diterranĂ©e. Sommaire 1 Par superficie 2 Par pays 3 Par lieu gĂ©ographique 4 Notes et rĂ©fĂ©rences 
   WikipĂ©dia en Français

  • Miss Mer MĂ©diterranĂ©e — est un concours de beautĂ© ouvert autour de la mĂ©diterranĂ©en destinĂ© Ă  promouvoir le bassin mĂ©diterranĂ©en. 16 pays participent en 2006, et 17 au moins en 2007 2008. AlgĂ©rie, Albanie, Espagne, Égypte, France, Italie, Liban, Malte, Maroc, Tunisie,… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Mer MĂ©diterrannĂ©e — Mer MĂ©diterranĂ©e Mer MĂ©diterranĂ©e Superficie 2 510 000 km2 Profondeur 5 150 m (max) 1 500 m (moy) 
   WikipĂ©dia en Français

  • MĂ©diterranĂ©e — Mer MĂ©diterranĂ©e Mer MĂ©diterranĂ©e Superficie 2 510 000 km2 Profondeur 5 150 m (max) 1 500 m (moy) 
   WikipĂ©dia en Français

  • MĂ©ditĂ©rranĂ©e — Mer MĂ©diterranĂ©e Mer MĂ©diterranĂ©e Superficie 2 510 000 km2 Profondeur 5 150 m (max) 1 500 m (moy) 
   WikipĂ©dia en Français

  • MÉDITERRANÉE (MER) — Mer «situĂ©e au milieu des terres», la MĂ©diterranĂ©e est formĂ©e d’une sĂ©rie de bassins profonds enserrĂ©s par les chaĂźnes alpines d’Europe, d’Asie Mineure et d’Afrique. Sa configuration, en particulier la plongĂ©e brutale de la plupart des cĂŽtes et… 
   EncyclopĂ©die Universelle


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.