Maxence (empereur romain)

ÔĽŅ
Maxence (empereur romain)
Maxence
Empereur romain
Image illustrative de l'article Maxence (empereur romain)
Buste de Maxence exposé au Louvre.
Règne
28 octobre 306 - 28 octobre 312 (6 ans)
Proclam√© ¬ę Auguste ¬Ľ par les pr√©toriens et le S√©nat
D√©clar√© ¬ę usurpateur ¬Ľ par les T√©trarques
Période Tétrarchies et Constantiniens
Prédécesseur(s) Sévère (Occident)
Galère (Orient)
Co-empereur(s) Galère (Orient puis Occ. j.311)
Sévère (Occident j.307)
Licinius (Occ. 308-310 puis Or.)
Constantin Ier (Occident, d.310)
Maximin II Da√Įa (Orient, d.310)
Usurpateur(s) Constantin Ier (Occident, 306-310)
Maximien Herc. (Rome, 306-309)
D. Alexander (Afrique, 308-310)
Successeur(s) Constantin Ier (Occident)
Licinius (Orient)
Maximin II Da√Įa (Orient)
Biographie
Naissance c.278
Nom originel Marcus Aurelius
Valerius Maxentius
D√©c√®s 28 octobre 312 (~34 ans)
Pont Milvius (Rome)
Père Maximien Hercule
Mère Eutropia
√Čpouse(s) Valeria Maximilla
Descendance Valérius Romulus
Liste des empereurs romains
Monnaie de Maxence, frappée dans l'atelier d'Ostie
Au droit : portrait de l'empereur, IMP C MAXENTIUS P F AUG (Imperator Caesar Maxentius Pius Felix Augustus)
Au revers : les dioscures et leurs chevaux, AETERNITAS AUG N (Aeternitas Augusti Nostri, l'Eternit√© de notre empereur)

Maxence (Marcus Aurelius Valerius Maxentius) est un empereur romain qui prend le pouvoir √† Rome en 306. Il meurt le 28 octobre 312, lors de la Bataille du pont Milvius, aux portes de la Ville d‚Äôo√Ļ sa puissance avait rayonn√© pendant plusieurs ann√©es.

Sommaire

Biographie

Ses origines

Il est le fils de l‚Äôempereur Maximien Hercule, et √† ce titre il a eu dans sa jeunesse, une position privil√©gi√©e, celle d‚Äôun fils d‚Äôempereur attendant l‚Äô√©l√©vation au pouvoir imp√©rial. L‚Äô√©volution du syst√®me T√©trarchique, au sein duquel Diocl√©tien avait associ√© √† l‚Äôautorit√© des Augustes (lui-m√™me et Maximien Hercule) l‚Äôactivit√© des C√©sars (Constance Chlore, p√®re de Constantin Ier, et Gal√®re), lui fait esp√©rer, comme √† Constantin, qu‚Äôil participerait √† la rel√®ve que Diocl√©tien pr√©pare pour l‚Äôann√©e 305 : les deux Augustes se retirent, ils sont remplac√©s dans leurs fonctions par les C√©sars, et de nouveaux C√©sars sont alors d√©sign√©s pour assurer une continuit√© de l‚Äôinstitution supr√™me. Il s‚Äôattend donc √† exercer l‚Äôautorit√© imp√©riale. Mais l‚Äôinfluence prise par Gal√®re aupr√®s de Diocl√©tien conduit √† un autre dispositif politique et √† l‚Äô√©viction tant de Maxence que de Constantin[1].

Ma√ģtre de Rome

Apr√®s le 25 juillet 306, lorsque Constantin se fait proclamer empereur par les soldats de son p√®re Constance, Maxence fait de m√™me, en s‚Äôappuyant sur le m√©contentement de Rome et du S√©nat, dont l‚Äôimportance a d√©clin√© au profit de capitales provinciales (Tr√®ves, Milan, Nicom√©die, Antioche). Il se donne les titres de Prince invincible et d‚ÄôAuguste. Son pouvoir s‚Äô√©tend sur l‚Äôensemble de l‚ÄôItalie et sur les provinces africaines qui assurent le ravitaillement de Rome en bl√© et en huile. Il pr√©sente sa politique comme une r√©habilitation de la Ville de Rome, point de d√©part de la construction d‚Äôun vaste √©tat, l‚Äôempire romain, et si√®ge privil√©gi√© des dieux qui avaient soutenu ses conqu√™tes. Les monnaies qui furent √©mises sous son autorit√©, essentiellement dans les ateliers mon√©taires de Rome et d‚ÄôOstie, comportent des illustrations inspir√©es par les grandes l√©gendes de la fondation de Rome et de ses premiers temps : la Louve allaitant Romulus et R√©mus, le dieu Mars, √† la fois dieu de la guerre et p√®re de ces jumeaux divins[2]. Par des constructions grandioses il remod√®le aussi le paysage urbain. Il en reste le grand √©difice, appel√© Basilique de Maxence, qui est parachev√© par Constantin apr√®s 312.

La défense du pouvoir

Il parvient pendant longtemps √† se d√©gager des menaces que faisaient peser sur son pouvoir les h√©ritiers de Diocl√©tien, notamment Gal√®re. Il fait revenir aux affaires son p√®re, Maximien Hercule et il noue des relations d‚Äôalliance avec Constantin, qui √©prouve aussi le besoin d‚Äôaffermir son pouvoir. En 307, cette entente est scell√©e par le mariage de Fausta, sa propre sŇďur, avec ce dernier, qui contr√īle les provinces occidentales de l‚Äôempire. Il peut ainsi √† deux reprises repousser les arm√©es de ses adversaires qui avaient p√©n√©tr√© en Italie.

N√©anmoins, peu √† peu, sa position s‚Äôaffaiblit, et son isolement politique s‚Äôaccro√ģt. Se brouillant avec son p√®re, Maximien Hercule, en 308, il doit aussi faire face √† la s√©cession des provinces africaines, entra√ģn√©es par Domitius Alexander dans la r√©volte puis dans l‚Äôalliance avec Constantin, ma√ģtre depuis Tr√®ves des provinces occidentales, et qui √©tait peu √† peu devenu un adversaire. L‚Äôeffort de reconqu√™te est n√©cessaire tant le ravitaillement de Rome est remis en cause. La mort de son fils, Romulus, le prive aussi des moyens d‚Äôassurer une continuit√© politique. Celle de Gal√®re, en 311, lui offre un r√©pit, car est √©limin√© son plus f√©roce adversaire, et s‚Äôouvre dans la partie orientale de l‚Äôempire une comp√©tition entre ses h√©ritiers politiques, Licinius et Maximin II Da√Įa. Mais √† l‚Äôautomne 312 Constantin, qui d√©sormais dispose en Occident de davantage de marges de manŇďuvre que par le pass√©, engage une campagne militaire audacieuse pour √©liminer ce proche rival. Il s‚Äôempare de l‚Äôensemble de l‚ÄôItalie du nord, puis s‚Äôavan√ßa vers Rome. A proximit√© de la capitale, ses troupes, auxquelles il a fait adopter, comme signe protecteur, un symbole chr√©tien (le chrisme constantinien), l‚Äôemportent sur celles de Maxence, qui p√©rit dans la fuite en franchissant le Tibre au Pont Milvius.

L'Ňďuvre politique

Prince vaincu, Maxence est accabl√© par les auteurs antiques. Les contemporains, laudateurs du vainqueur Constantin, noircissent volontairement sa m√©moire, le pr√©sentant comme un tyran cruel et l√Ęche, un ¬ę faux Romulus ¬Ľ, ennemi de Rome, la Ville qu‚Äôil pr√©tend refonder et dans laquelle il a multipli√© les constructions[3],[4]. La r√©alit√© est bien plus nuanc√©e. Le souci de s‚Äôappuyer sur les traditions historiques et religieuses les plus anciennes, enracin√©es dans divers lieux de Rome, le conduit √† redonner de l‚Äôimportance √† l‚Äôaristocratie romaine, qui domine le S√©nat. L‚Äôimportance du christianisme, √† Rome, en Italie et dans les provinces africaines, le conduit √† interrompre la pers√©cution des chr√©tiens, engag√©e par Diocl√©tien, et poursuivie par Gal√®re avant qu‚Äôil ne soit contraint lui-m√™me √† promulguer un √©dit de tol√©rance en 311. Mais les th√®mes de son monnayage et les t√©moignages de son action de r√©novation urbaine sont significatifs. Pour d√©finir sa l√©gitimit√© et pour justifier son action il exploita toutes les possibilit√©s que lui offrait le cadre dans lequel son pouvoir √©tait apparu puis s‚Äô√©tait d√©velopp√© : la Ville de Rome, avec ses l√©gendes et ses traditions. Il devait donc tenter de lui restituer sa grandeur et son influence au moment o√Ļ, depuis plus d‚Äôun demi-si√®cle, sa position dominante √©tait affaiblie par la n√©cessit√© pour les princes de se tenir aux fronti√®res menac√©es de l‚Äôempire romain[5].

Noms successifs

  • Na√ģt Marcus Aurelius Valerius Maxentius
  • 306, se proclame Empereur : Imperator Caesar Marcus Aurelius Valerius Maxentius Pius Felix Invictus Augustus

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Michel Christol, L‚Äôempire romain du IIIe si√®cle (192-325 apr. J.-C.), Paris, 2006, p.214-229.
  2. ‚ÜĎ (en) Carol Humphrey Vivian Sutherland, The Roman Imperial Coinage, VI. From Diocletian‚Äôs reform (A.D. 294) to the death of Maximinus (A.D. 313), Londres, 1967, p.372-385 et p.400-406
  3. ‚ÜĎ Pan√©gyrique de Constantin (en 313), Pan√©gyriques latins, IX
  4. ‚ÜĎ Pan√©gyrique de Constantin par Nazarius (en 321), Pan√©gyriques latins, X
  5. ‚ÜĎ (en) Mats Cullhed, Conservator Urbis Suae. Studies in the Politics and Propaganda of the Emperor Maxentius, Stockholm, 1994

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Maxence (empereur romain) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Maxence(Empereur) ‚ÄĒ Maxence (empereur romain) Maxence Empereur romain ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Gal√®re (empereur romain) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Gal√®re. Gal√®re Empereur romain Statue e ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Galere (empereur romain) ‚ÄĒ Gal√®re (empereur romain) Pour les articles homonymes, voir Gal√®re. Gal√®re ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Aur√©lien (empereur romain) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Aur√©lien. Aur√©lien Empereur romain Ant ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Claude (empereur romain) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Claude. Claude Empereur romain ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Julien (empereur romain) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Julien. Julien Empereur romain ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Titus (empereur romain) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Titus. Titus Empereur romain ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Othon (empereur romain) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Othon. Othon Empereur romain Denier √† l effigie d Othon ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Martinien (empereur romain) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Martinien. Martinien Empereur romain d Occident ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Marc (empereur romain) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Marc. Marcus Coempereur byzantin R√®gne fin 475 ao√Ľt 476 ( 8 mois) P√©riode ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.