Mathieu Dumas

ÔĽŅ
Mathieu Dumas
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dumas.
Mathieu Dumas
Le g√©n√©ral Comte Dumas (1753-1837), Louise Ad√©la√Įde Desnos, n√©e Robin (1807-1870), 1842, Mus√©e de l'Arm√©e, Paris.
Le g√©n√©ral Comte Dumas (1753-1837), Louise Ad√©la√Įde Desnos, n√©e Robin (1807-1870), 1842, Mus√©e de l'Arm√©e, Paris.

Naissance 23 novembre 1753
Montpellier
D√©c√®s 16 octobre 1837 (√† 83 ans)
Paris
Origine Flag of Midi-Pyr√©n√©es.svg Province de Languedoc
Royaume de France Royaume de France
All√©geance Royaume de France Royaume de France
Drapeau français République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Flag of Kingdom of Naples (1806-1808).svg Royaume de Naples
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau français Empire français (Cent-Jours)
Drapeau français Royaume des Français
Grade Général de division
Années de service ~1768 - 1816
Conflits Guerre d'ind√©pendance des √Čtats-Unis d'Am√©rique
Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Distinctions Légion d'honneur
(Grand-croix)
Ordre de Saint-Louis
(Commandeur)
Hommages Nom grav√© sous l'Arc de triomphe de l'√Čtoile
(15e colonne)
Autres fonctions Pair de France

Mathieu Dumas, n√© le 23 novembre 1753 √† Montpellier et mort le 16 octobre 1837 √† Paris, militaire, administrateur et homme politique fran√ßais des XVIIIe et XIXe si√®cles.

Sommaire

Biographie

Entré au service à 15 ans en qualité de sous-lieutenant, dans le régiment de Médoc, nommé capitaine et aide-de-camp de Rochambeau, il le suivit en Amérique[1].

Il visita l'Archipel en 1784, pour reconna√ģtre l'√©tat militaire du Levant[√©vasif].

Envoy√© √† Amsterdam en 1787 pour d√©fendre cette ville contre les Prussiens. Aide-de-camp du mar√©chal de Broglie en 1789, et de La Fayette apr√®s la prise de la Bastille. Directeur du d√©p√īt de la guerre en 1791, puis commandant des gardes nationales de la province, fut charg√© de ramener Louis XVI √† Paris, apr√®s son arrestation √† Varennes.

Maréchal de camp le 30 juin 1791 et commandant de la 3e division militaire, il organisa la 1re compagnie d'artillerie à cheval qui ait existé en France.

D√©put√© √† l'Assembl√©e l√©gislative, directeur des d√©p√īts des plans de campagne pendant la Terreur ; d√©put√© au Conseil des Cinq-Cents en 1795, il provoqua l'√©tablissement des Conseils de guerre aux arm√©es.

Proscrit au 18 fructidor, il vit réfugié à Hambourg.

De retour en France apr√®s l'√©tablissement du Consulat, il organisa l'arm√©e de r√©serve qui fit la conqu√™te de l'Italie, il se distingua au passage du col du Grand-Saint-Bernard, et fut conseiller d'√Čtat √† la paix. Ce fut lui qui proposa la cr√©ation de la L√©gion d'honneur ; grand officier de la L√©gion d'honneur et g√©n√©ral de division en 1805.

Ministre de la guerre à Naples, sous Joseph Bonaparte, puis grand Maréchal du palais et grand dignitaire de l'Ordre royal des Deux-Siciles, il fut créé comte de l'Empire par lettres patentes du 14 février 1810.

Il assista au passage du Danube le 4 juillet, √† la bataille de Wagram, et fut charg√© de l'ex√©cution des conditions de l'armistice de Zna√Įm. Intendant de la Grande Arm√©e en 1812 ; bless√© et fait, prisonnier √† Leipzig en 1813, il ne rentra en France que sous la Restauration.

Louis XVIII le nomma successivement, conseiller d'√Čtat honoraire, commissaire, de la v√©rification des titres des anciens officiers, directeur g√©n√©ral, de la comptabilit√© des arm√©es, commandeur de Saint-Louis, grand-croix de la L√©gion d'honneur.

Pendant les Cent-Jours il reprit ses anciens titres et d'autres encore que Napol√©on Ier y ajouta, et fut mis en retraite, le 4 septembre 1816 ; nomm√© conseiller d'√Čtat et pr√©sident du comit√© de la guerre en 1819, il fut ray√© du service ordinaire √† cause de son vote dans les √©lections de 1822 ; ¬ę d√©put√© de ¬ę Paris ¬Ľ (Seine) ¬Ľ en 1828, il signa l'adresse des 221 en 1830.

Pendant la r√©volution de 1830, il fit partie de la commission de douze d√©put√©s qui, au soir du 30 juillet, se rendit aupr√®s du duc d'Orl√©ans au ch√Ęteau de Neuilly afin de lui notifier la d√©lib√©ration l'appelant √† la lieutenance g√©n√©rale du royaume. Le 19 novembre 1831, il fut cr√©√© pair de France dans la fourn√©e de trente-six pairs viagers destin√©e √† permettre l'adoption √† la Chambre haute du projet de loi abolissant l'h√©r√©dit√© de la pairie. Il fut √©galement inspecteur g√©n√©ral des gardes nationales du royaume et conseiller d'√Čtat en service ordinaire.

Inscrit au P√©nitents blancs de Montpellier d√®s l'√Ęge de 4 ans en 1757[2], il en deviendra prieur en 1834.

Il est mort √† Paris, le 16 octobre 1837, √Ęg√© de 83 ans et repose au Cimeti√®re du Calvaire √† Montmartre.

Bibliographie de Mathieu Dumas

  • un Pr√©cis des √©v√©nements militaires de 1799 √† 1807, en 19 volumes in-8, 1817-1826
  • une traduction d'Histoire d'Espagne de John Bigland
  • une traduction de l'Histoire de la guerre de la P√©ninsule du G√©n√©ral W.F.P. Napier, avec d'importantes rectifications
  • des Souvenirs (1839)

Postérité

Il se maria avec Mlle Delarue, sŇďur de Louis Andr√© Toussaint Delarue (1768-1864) √©poux de la fille de Beaumarchais, Eug√©nie Caron de Beaumarchais. Leur p√®re M.Delarue √©tait payeur de rentes √† l'h√ītel de ville de Paris et jouissait d'une large aisance, il habitait son h√ītel situ√© au Ch√Ęteau d'Eau.

L'ain√©e des filles du couple Dumas, Ad√©la√Įde Corn√©lie Suzanne (19 novembre 1786 ‚Ć 19 mai 1856), √©pousa le 24 novembre 1804 (Paris VIIe), le baron Alexandre Charles Nicolas Am√© de Saint-Didier ; quant √† la seconde, Octavie (n√©e le 20 juin 1788), elle se maria avec le g√©n√©ral-baron Franceschi-Delonne. Son fils, Christian L√©on (14 d√©cembre 1789 - Paris ‚Ć 19 f√©vrier 1873 - Paris), comte Dumas (dont post√©rit√©) fut colonel d'√©tat-major, aide de camp de roi Louis-Philippe Ier, d√©put√© de Charente-Inf√©rieure, Commandeur de la L√©gion d'honneur.

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Dumas, pendant son s√©jour √† Boston, sur le point de revenir en France apr√®s l'exp√©dition de 1781, eut souvent l'occasion de s'entretenir avec le docteur Cooper, et comme il t√©moignait son enthousiasme pour la libert√©: ¬ęPrenez garde, jeunes gens, dit le docteur, que le triomphe de la cause de la libert√© sur cette terre vierge n'enflamme trop vos esp√©rances; vous porterez le germe de ces g√©n√©reux sentiments; mais si vous tentez de le f√©conder sur votre terre natale, apr√®s tant de si√®cles de corruption, vous aurez √† surmonter bien des obstacles. Il nous en a co√Ľt√© beaucoup de sang pour conqu√©rir la libert√©; mais vous en verserez des torrents avant de l'√©tablir dans votre vieille Europe.¬Ľ
  2. ‚ÜĎ Archives de la Confr√©rie des P√©nitents blancs de Montpellier

Source partielle

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), ¬ę Mathieu Dumas ¬Ľ dans Dictionnaire universel d‚Äôhistoire et de g√©ographie, 1878  (Wikisource)
  • Thomas Balch, Les Fran√ßais en Am√©rique pendant la guerre de l‚ÄôInd√©pendance des √Čtats-Unis 1777-1783, 1872 [d√©tail de l‚Äô√©dition]
  • ¬ę Mathieu Dumas ¬Ľ, dans Charles Mulli√©, Biographie des c√©l√©brit√©s militaires des arm√©es de terre et de mer de 1789 √† 1850, 1852 [d√©tail de l‚Äô√©dition]

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mathieu Dumas de Wikipédia en français (auteurs)


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.