Marx brothers

Marx Brothers


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marx.
Les Marx Brothers

Les Marx Brothers, ou Frères Marx, étaient des comédiens américains nés à New York qui apparurent sur scène, dans des émissions de télévision et dans des films.

En 1953, ils ont été élus Satrapes du Collège de 'Pataphysique.

Sommaire

Les origines

Nés à New York City, les Marx Brothers sont nés de parents juifs immigrants. Leur père, Simon Marks (Frenchie), est né en France à Mertzwiller, en 1859. Il quitta le pays et changea d'identité aux USA. Il devint ainsi : Samuel Marx. Il rencontra la fille d’une autre famille d’immigrants : Minnie Schoenberg, née à Dornum en Prusse, en 1864. Il eurent un premier fils, Manfred mort à l’âge de 6 mois.

Nom de scène Prénom réel Date de naissance Date de décès Âge au moment du décès
Chico Leonard 22 mars 1887 11 octobre 1961[1] 74
Harpo Adolph (après 1936: Arthur) 23 novembre 1888 28 septembre 1964[2] 75
Groucho Julius Henry 2 octobre 1890 19 août 1977[3] 86
Gummo Milton 23 octobre 1893 21 avril 1977[4] 84
Zeppo Herbert 25 février 1901 30 novembre 1979[5] 78

La formation des Marx Brothers

Gamins, ils apprennent les arts de la scène, comédie, chant et danse, sillonnant le pays. Formés par leur mère et leur tante, deux bonnes grosses dames littéralement possédées des planches, ils en sont aussi les faire-valoir car, chez les Marx, c'est tout le monde sur scène ou personne ! De bouges infâmes en fermes isolées, d'un état à l'autre, de maigres recettes à pas de recette du tout, d'échelons gravis parfois vite dégringolés au renom qui grandit, les Marx Brothers, réduits à quatre frères, attaquent Broadway, alors en plein âge d'or, et triomphent. Nous sommes dans le mitan des années 20, le cinéma ne sait même pas qu'il va bientôt parler !

En 1929, Hollywood les sonne. Leurs deux tabacs scéniques vont connaître la mise à l'écran. Leurs deux premiers films, Cocoanuts (Noix de coco) et Animal crakers (L'explorateur en folie) ne sont donc que deux transpositions. Bigrement affadies, elles ne demeurent aujourd'hui que pour ce qu'elles ont valu alors : le débarquement des Marx à l'écran. Au suivant, Monkey business,la forme théâtrale adopte un mouvement très filmique. Les Marx n'ont plus qu'à se laisser porter sur cette vague folle.

Les personnages des Marx Brothers

Les Marx Brothers en 1931. De haut en bas : Chico, Harpo, Groucho et Zeppo.
  • Groucho, le sempiternel cigare aux lèvres ou en main, la moustache qui n'est que trace de bouchon brûlé, le verbiage dément, le sens déplorable des responsabilités. Il chante aussi, tirant jusqu'à la corde mais avec habileté, sur sa voix de fausset. Il danse enfin, à la burlesque mais non sans grâce ni rythme. Groucho a toujours des prétentions de haute société non pour la distinction qu'elle apporte mais pour l'aisance financière et la tranquillité qui en découle. Groucho est un coureur impénitent mais toute sa tendresse va à Margaret Dumont illustrant au mieux l'adage : Qui aime bien châtie bien ! Groucho est un solitaire. L'intrigue l'amène à croiser Chico et Harpo qui sont, eux, toujours réunis. Dans l'enfance, Julius, plus jeune que Léonard et Adolf, faisait aussi un peu bande à part; par affinités manquantes et timidité surtout. Cet isolement est donc ici recréé. Groucho et Chico ont, dans chaque film, un dialogue et Chico est le seul être au monde à sortir intact d'une rencontre orale avec Groucho. C'est même ce dernier qui en revient perdant. Julius vouait à son aîné estime et respect et ceci explique cela; Chico a beau être introduit comme un primaire roublard et abscons, Groucho, en guerre contre le monde entier, est avec ce particulier très affable et d'une infatigable tolérance... En revanche peu de scènes l'uniront à Harpo avec lequel "ça ne passe pas". Si les deux frères s'aimaient tendrement, leurs deux personnages sont tout à la fois complémentaires et incompatibles. Même lorsque Harpo se trouve être le secrétaire de Groucho (the Big store), nul ne croit longtemps à leur connivence.

Pour tous les marxophiles, Groucho, le benjamin du trio, est le Chef des Marx.


  • Harpo, toujours muet même s'il ne l'était pas dans la vie courante, s'exprime à l'aide de gestes, de grimaces, et de sifflements, son trench-coat bourré d'objets des plus inattendus, utiles en ceci qu'ils orientent le spectateur (ou les personnages du film) vers la vision du présent qui est celle d'Harpo le lunaire. Harpo a le sens du bien. Il aime les enfants et fuit la police. Il a donc aussi du bon sens. Mais tout s'emmêle vite dans son bulbe, sa distraction est telle qu'il peut se saborder lui-même. On l'a souvent comparé à Charlot mais il est différent du gentleman Tramp sur un point crucial : Charlot avait une vie sociale, une ambition sociale, parfois même des ambitions de richesse, Harpo, lui, n'a d'autre ambition que de profiter de l'instant présent. L'argent n'est rien pour lui, il est le personnage le moins vénal de l'histoire du cinéma. Il serait même incapable de comprendre le pécuniaire dans son ABC.

Il joue de la harpe (en l'appuyant sur la mauvaise épaule, selon les spécialistes) dans chaque film, sauf dans Duck soup (où il joue sur un piano comme on joue de la harpe), assurant une plage de repos rêvé dans une mer en débile remous.

  • Chico et son accent italien, seul être connu à saisir le langage Harpo voire à le pratiquer, le seul aussi apte à brider l'individualiste Groucho. Le seul à avoir le sens de l'amitié, il a des liens puissants avec les étrangers (comprenez : étrangers au trio ou quatuor Marx) et il est, enfin, le seul dont l'ambition peut transiger avec le bien de la communauté. Il aime le jeu (et Léonard l'aimait aussi à ce point qu'il devait finir ruiné, entretenu par ses cadets), les filles (Chico descendrait de "chicks" : poulettes ou jeunes filles) et le piano sur lequel ses doigts courent avec une vraie dextérité. Il emploie d'ailleurs une curieuse technique dite du "doigt révolver", pouce replié et index tout en détente. Elle deviendra sa marque de fabrique. Dans The Big store, il est professeur de piano et au clavier, jouant à quatre mains, on découvre des enfants pratiquant aussi le "doigt - révolver". Chico aurait tous les droits mais n'en abuse pas. En somme, il est le plus honnête des trois. Le plus filou aussi, pourtant. Il se joue de Groucho comme il veut mais on sait qu'il n'est pas impossible que Groucho se soit "laissé faire".

Enfin, porte - parole d'Harpo, bon an mal an, il est le lien entre les trois frères et son public.

  • Zeppo semble avoir un rôle moindre, il ne jouera d'ailleurs que dans les 5 premiers films marxiens, mais il mérite une présentation plus fournie. A l'extrême, on peut le présenter comme le plus dangereux des Marx Brothers car le seul des quatre à avoir apparence humaine et surtout sociale. Il n'est pas iconoclaste, pas farfelu, ne croise pas au large de toute logique ni de toute vie mondaine. Dans Monkey business comme dans Horse feathers, il prend même sur lui l'emploi de jeune premier. C'est lui qui fait le coup de poing pour défendre sa belle, comme un Fairbanks ou un Flynn. Mais il est quand même un Marx. Malgré cette apparence de normalité, universel laissez - passer, il est du quatuor et ne le lâche jamais, la priorité de la fratrie restant aussi la sienne. Il était donc des quatre Marx, celui qui "est comme tout le monde et c'est bien cela le drame".

Dans Night at the opéra et Day at the races, les deux premiers Marx sans Zeppo, le ténor Allan Jones, semble ni plus ni moins occuper la place vacante. Mais les jeunes premiers suivants, plus ternes, délaisseront ce siège inconfortable. Il n'y aura plus de quatrième Marx Brothers. Faut-il le déplorer ?

  • Gummo, le dernier des frères, avait déjà quitté le groupe avant que ne commence leur carrière filmographique.
  • Les Marx Brothers sont inséparables de Margaret Dumont, même si elle n'est pas de tous les films, seulement sept sur treize mais c'est déjà pas mal. Toujours richissime naïve au grand cœur, toujours amoureuse de Groucho, qu'elle idéalise au possible et cible(solide) de ses plaisanteries. D'ailleurs, Groucho l'appelait la « cinquième » Marx Brothers.

Filmographie

Après le départ de Zeppo :

Curiosités anecdotiques

  • Les Marx Brothers sont au panthéon du burlesque mais la France leur en condamne l'entrée. En Allemagne, en Italie, en Angleterre, les Marx sont déifiés. En France, on les refuse depuis toujours. Seuls quelques poignées d'inconditionnels persistent et signent. Le comédien Pierre Richard est du groupe et donne, d'ailleurs, dans le film de Gérard Oury La Carapate, une brève mais singulière imitation d'Harpo.
  • Les amateurs fonctionnent parfois par ricochets. Woody Allen s'étant réclamé d'eux (comme Mel Brooks), les intellectuels rive gauche leur ont aussitôt donné leur chance, l'occasion de constater qu'au fond ils ne sont pas si nombreux.
  • Le comique Marx est essentiellement verbal et tranche en ceci du reste du monde burlesque, la différence est mal gérée des spectateurs. Plus grave encore et plus légitime aussi, le Français élude les Marx tout simplement parce qu'il ne les comprend pas. Le verbiage de Groucho est un patchwork indétricotable de patois New Yorkais, de Yiddish du Bronx et d'une demi-douzaine d'autres sources. Le tout est intelligible pour un nombre infime. Les autres riront plus volontiers du saccadé de ce verbiage, du ton employé à le libeller aussi, du désarroi de l'interlocuteur enfin. Les affranchis de la langue de Shakespeare peuvent, au vol, choper un jeu de mots ou deux, guère plus mais ce sont tout de même des privilégiés. Les sous-titres français ramenant le tout au bas de gamme, la rétivité du Français face aux Marx se comprend plus facilement.
  • Enfin, il faut souligner que les Marx n'étaient pas des francophiles passionnés, en témoignent de nombreuses plaisanteries au sujet des Français dans You bet your life, dans les livres de Groucho, ou encore de grinçantes caricatures dans At the Circus ou Duck Soup.
  • Groucho mourut deux jours après Elvis Presley. Mais il avait aussi plus du double de son âge. Il fit de la télévision même comme septuagénaire confirmé.
  • La rencontre des Marx avec Irving Thalberg, jeune prodige qui ne devait pas vieillir, fut décisive. Elle scinda en deux parties distinctes la filmo des Marx. Si on parle d'un post - Zeppo c'est que le départ de celui-ci coïncide avec la rencontre Thalberg. L'ingénieux informe les Marx qu'ils sont dépassés, bientôt finis sauf s'ils redressent la barre. Les Marx écoutent. Thalberg propose d'ossaturer leurs comédies à venir. Fini le temps de l'iconoclaste pur, il faut que les Marx aient une mission désormais : celle du bien. Aider les tourtereaux en détresse par exemple. Mais, plus important encore, il faut songer à discipliner les films eux-mêmes. Jusqu'alors, le fil conducteur s'appelait Marx Brothers, à présent il faut qu'une intrigue soit ce fil conducteur. A night at the opéra va faire admettre ces théories. Le film a un argument que l'on déroule sagement et adroitement jusqu'au happy end. Les Marx agrémentent ce déroulé, ils ne sont plus que des accessoires, encore teigneux et rebelles mais déjà trop orientés vers le bien pour qu'on parle encore d'iconoclastes ! Le nouveau principe vaut un triomphe à son premier essai et le suivant
  • Day at the races, superbe bouquet, confirme. Mais, vite,le principe s'essouffle. Les amoureux en détresse, si actifs dans les deux précédents, deviennent d'insupportables pleurnichards si peu sympathiques qu'on en a mal pour les Marx contraints d'être pour toujours leurs alliés. At The circus et Go West annoncent le déclin mais sont beaucoup plus drôles qu'on ne l'a longtemps dit.
  • The Big store redresse le gouvernail emballé mais il y a des sommets qu'on n'atteint qu'une fois.
  • Les Marx Brothers firent le vœu curieux de se retirer des plateaux toute la période de guerre. Ils y reviennent en 1947 avec A night at Casablanca et certains parleront de déclin même si jusqu'au bout, chaque film contiendra ses moments de bravoure, répliques cinglantes au milieu d'ensembles inégaux voire fades. En témoigne ce savoureux extrait de ce dernier film :

Groucho : We've got to speed things up in this hotel. Chef, if a guest orders a three-minute egg, give it to him in two minutes. If he orders a two-minute egg, give it to him in one minute. If he orders a one-minute egg, give him a chicken and let him work it out for himself...

  • Room service (1938) fut le seul film Marxien dont l'intrigue avait été écrite pour d'autres. La pièce avait triomphé à Broadway, les inconditionnels leur reprocheront longtemps d'en avoir fait la reprise.
  • Harpo ne se considérait pas comme une célébrité. De fait, sans sa perruque, nul ne l'identifiait.
  • Harpo et Chico se ressemblaient si fort dans leur prime jeunesse qu'il arrivait à Harpo de remplacer son aîné (parti au tripot) au piano bastringue.
  • l'apparition - éclair délicieux - de la toute jeune Marilyn Monroe est, sans doute, le seul bonheur du dernier Marx (hormis Harpo auquel est offert de briller en quasi solo) : Love Happy.
  • Miracle de la fratrie : nés tous les quatre à New-York, les Marx devaient aussi mourir tous les quatre à Los Angeles.
  • Harpo et Chico participèrent à des pokers de vingt-quatre heures et plus.
  • Nul ne saura pourquoi Harpo le Juif voulut à tout prix, en 1936, changer son prénom officiel d'Adolph en celui d'Arthur. On peut quand même supposer que l'accession au pouvoir de Hitler (un autre Adolph) en 1933 n'y soit pas tout à fait étrangère.

Citations

  • « Je trouve que la télévision est très favorable à la culture. Chaque fois que quelqu'un l'allume chez moi, je vais dans la pièce à côté et je lis. » Groucho Marx

Après le cinéma…

À la fin de leur carrière cinématographique, ils se séparèrent tandis que Groucho continuait sa carrière comme animateur TV dans l'émission You Bet Your Life. Les Marx Brothers devinrent Satrapes du Collège de ’Pataphysique en 1953. Groucho écrivit également ses mémoires (Groucho and Me, 1959, et Memoirs of a Mangy Lover, 1964). On peut encore citer les mémoires de Harpo : Harpo et moi.

Bibliographie

  • Yves Alion :Les Marx Brothers, Collection dirigée par François Chevassu, Edilig, Paris, 1995, ISBN 2-85601-091-1
  • Groucho Marx
    • Beds (1930) (Plumards de cheval)
    • Groucho and me (1959) (Les mémoires capitales)
    • Memoirs of an mangy lover (1963) (Mémoires d'un amant lamentable)
    • Many Happy Returns (1969)
    • Crises et grouchotement
    • The Groucho Letters (Correspondance de Groucho Marx)
    • Love, Groucho (Letters from Groucho Marx to his daughter Miriam) Lettres de Groucho à sa fille Miriam
  • Harpo Marx
    • Patrick Boutin : Harpo, un ange passe, éditions Edilivre, à paraître octobre 2009
    • Harpo et moi (Harpo Speaks!, avec la collaboration de Rowland Barber, 1961), Paris, éditions du Scarabée et compagnie, 1983, ISBN 2-86722-006-8 (trad. de Jean Paradis et Alex Beck), réédition : Paris, Ramsay Poche Cinéma, 1985, ISBN 2-85956-438-1

Notes

  1. Chico Marx, Stage and Film Comedian, Dies at 70; Oldest of 5 Brothers Took Role of Italian Piano Player. Team Business manager., New York Times (October 12, 1961).
  2. Harpo Marx, the Silent Comedian, Is Dead at 70(sic); Blond-Wigged, Horn-Tooting Star Scored on Stage and in Films With Brothers Harpo Marx, Silent Comedian, Dies., New York Times (September 29, 1964, Tuesday). « Harpo Marx, the blond-wigged, nonspeaking member of the Marx Brothers team, died tonight at 8:30 in Mount Sinai Hospital. He was 70 years old(sic). »
  3. Groucho Marx, Comedian, Dead. Movie Star and TV Host Was 86. Master of the Insult Groucho Marx, Film Comedian and Host of 'You Bet Your Life,' Dies., New York Times (August 20, 1977, Saturday). « Los Angeles, August 19, 1977 Groucho Marx, the comedian, died tonight at the Cedar Sinai Medical Center here after failing to recover from a respiratory ailment that hospitalized him June 22. He was 86 years old. »
  4. Gummo Marx, Managed Comedians., New York Times. « Palm Springs (Californie), April 21, 1977 (Reuters) Gummo Marks, an original member of the Marx brothers' comedy team, died here today. He was 84 years old. »
  5. Zeppo Marx Dies on Coast at 78; Last Survivor of Comedy Team; 'Tired of Being a Stooge'., New York Times (December 1, 1979). « Zeppo Marx, the surviving member of the Marx Brothers comedy team who left the quartet in 1934 for other businesses, died yesterday at Eisenhower Medical Center in Palm Springs, Calif. The youngest of the brothers, he was 78 years old and had lived in Pal... »

Liens externes

Les Marx Brothers
Chico Marx | Harpo Marx | Groucho Marx | Gummo Marx | Zeppo Marx
Films avec Chico, Harpo, Groucho et Zeppo

Humor risk (1921) • Noix de coco (1929) • L'Explorateur en folie (1930) •
The House That Shadows Built (1931) • Monnaie de singe (1931) • Plumes de cheval (1932) • La Soupe au canard (1933)

Films avec Chico, Harpo et Groucho

Une nuit à l’opéra (1935) • Un jour aux courses (1937) • Panique à l'hôtel (1938) • Un jour au cirque (1939) •
Chercheurs d’or (1940) • Les Marx au grand magasin (1941) • Une nuit à Casablanca (1946) • La Pêche au trésor (1949) L’histoire de l’humanité (1957)

Commons-logo.svg

  • Portail du cinéma Portail du cinéma


Ce document provient de « Marx Brothers ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Marx brothers de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marx Brothers —   [ mɑːks brʌȓəz], Gruppe amerikanischer (Film )Komiker. Mit dem festen Kern der Gruppe, Groucho (eigentlich Julius Henry Marx, * 1890, ✝ 1977), Chico (eigentlich Leonard Marx, * 1886, ✝ 1961) und Harpo (eigentlich Adolph Arthur Marx, * 1888, ✝… …   Universal-Lexikon

  • MARX BROTHERS — MARX BROTHERS, U.S. theatrical comedy team. Zany and irreverent, their wild and impromptu humor appealed to lowbrows and intellectuals alike. Originally, there were five Marx Brothers. All were part of a vaudeville act called Six Musical Mascots… …   Encyclopedia of Judaism

  • Marx Brothers — Marx Broth|ers, the a US family of actors known for their crazy humour and jokes. Together, they made many humorous films, which are still very popular. The most important members of the family were Groucho (1890 1977), Harpo (1888 1964), who… …   Dictionary of contemporary English

  • Marx Brothers — (les) trio comique du music hall et du cinéma américain, constitué par les frères Marks, nés à New York de parents allemands …   Encyclopédie Universelle

  • Marx Brothers — The Marx Brothers were an American family comedy act, originally from New York City, that enjoyed success in Vaudeville, Broadway, and motion pictures from the early 1900s to around 1950. Five of Marx Brothers’ thirteen feature films were… …   Wikipedia

  • Marx Brothers — ██████████65  …   Wikipédia en Français

  • Marx-Brothers — Die Marx Brothers: Chico (oben), Groucho (unten) und Harpo Marx (rechts), 1948 Die Marx Brothers waren eine US amerikanische Komikertruppe, die durch Filme sowie Fernseh und Theaterauftritte mit musikalischen Einlagen bekannt wurde und… …   Deutsch Wikipedia

  • Marx Brothers — Die Marx Brothers, Foto von 1931. Von oben nach unten: Chico, Harpo, Groucho und Zeppo Die Marx Brothers waren eine US amerikanische Komikertruppe, die durch Filme sowie Fernseh und Theaterauftritte mit musikalischen Einlagen bekannt wurde und… …   Deutsch Wikipedia

  • Marx Brothers — a family of U.S. comedians, including Julius Henry ( Groucho ), 1890 1977, Arthur (Adolph Marx) ( Harpo ), 1888 1964, Leonard ( Chico ), 1887 1961, and Herbert ( Zeppo ), 1901 79. * * * U.S. comedy team. The original five brothers were Chico… …   Universalium

  • Marx Brothers —    The comedy team the Marx brothers, born to German Jewish immigrants in New York City, consisted of Chico (Leonard, 1887 1961), Harpo (Adolph/Arthur, 1888 1964), Groucho (Julius Henry, 1890 1977), Gummo (Milton, 1892 1977), and Zeppo (Herbert,… …   Historical Dictionary of the Roosevelt–Truman Era


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.