Marché public (lieu)

Marché


L'étal d'une marchande de fruits et légumes dans un marché couvert à Gênes.
Un marché à Toulon
Un marché à Berlin Karl-August-Platz

Le marché est un lieu où des vendeurs se réunissent pour proposer leurs produits aux consommateurs. Par extension, le terme désigne tout système d'échanges réunissant un nombre d'acteurs économiques important.

Sommaire

Science économique

Le marché vu par quelques grands économistes

  • Augustin Cournot écrit « On sait que les économistes entendent par marché, non pas un lieu déterminé où se consomment les achats et les ventes, mais tout un territoire dont les parties sont unies par des rapports de libre commerce, en sorte que les prix s'y nivellent avec facilité et promptitude »[1].
  • Pour Paul Samuelson et William D. Nordhaus « un marché est un mécanisme par lequel des acheteurs et des vendeurs interagissent pour déterminer le prix et la quantité d’un bien ou d’un service »[2]. Prix et quantité interagissent-ils de façon égale ou y a-t-il une variable principale d'ajustement ? Les économistes sont partagés : pour Alfred Marshall, la variable clé est plutôt la quantité, pour Léon Walras, le prix[3]. Comment ce mécanisme agit-il ?
    • Léon Walras introduit la notion du commissaire priseur en notant « les marchés les mieux organisés sous le rapport de la concurrence sont ceux où les ventes et les achats se font à la criée, par l’intermédiaire d’agents tels qu’agents de change, courtiers de commerce, crieurs, qui les centralisent, de telle sorte qu’aucun échange n’ait lieu sans que les conditions en soient annoncées et connues et sans que les vendeurs puissent aller au rabais et les acheteurs à l’enchère »[4].
    • Chez Adam Smith au contraire les prix ne sont pas donnés avant l’échange mais au contraire « l’intérêt individuel ne résorbe et ne règle les écarts des prix de marché que dans la mesure où un premier écart le constitue comme réagissant plutôt qu’agissant »[5].

Marché et rationalité

  • Max Weber insiste sur la rationalité introduite par le marché dans la société moderne qu’il oppose à la rationalité plus partielle des communautés anciennes : « La sociation[6] par l’échange sur le marché en tant qu’archétype de toute activité sociale rationnelle, s’oppose maintenant à toutes formes de communauté dont nous avions parlé jusqu’à présent, lesquelles n’impliquent qu’une rationalisation partielle de leur activité communautaire »[7].
  • D'autres auteurs[8] vont mettre en avant que les acteurs sur les marchés ont tendance à l'imitation et au mimétisme ce qui peut provoquer des bulles spéculatives.

Le marché, les marchés

Pour Roger Guesnerie[9], le terme de marché est une abstraction qui recouvre des « abstractions intermédiaires qu’on appelle les “marchés” ». On parle par exemple du marché des biens et services, de marchés financiers, de marché monétaire, de marché du travail etc. Suite au protocole de Kyōto, un marché du « droit de polluer » se développe dans le cadre de la bourse du carbone.

Les institutions du marché

Pour Roger Guesnerie[10] pour qu'il y ait marché, au moins deux institutions[11] sont nécessaires.

  • Des règles de droit nécessaires pour garantir les échanges. Hernando de Soto dans le Le Mystère du capital insiste sur l’importance d’un système de droits de propriété clairement garanti par l'État. Selon lui, la généralisation et la standardisation des titres de propriété permet une plus grande confiance dans les relations entre acteurs économiques (et donc un marché plus fluide) qui entraine la création d'un système complexe de mutualisation du risque (et donc un marché plus souple, moins soumis aux à-coups) pour in fine aboutir à une économie plus prospère.
  • La monnaie

Marché et État

Certains auteurs insistent sur le rôle de l’État, tandis que d’autres voient le marché comme une alternative plus ou moins partielle à l’Etat.

  • Pour Charles Lindhom, dans The Market system, « si le système de marché est une danse, c’est l’État qui fournit la piste et l’orchestre »[12]
  • Pour Paul Samuelson et Nordhaus, « l’essentiel de notre vie économique se déroule sans intervention de l’État ; c’est la vraie merveille de notre société »[13]. Toutefois des défaillances du marché liées aux externalités aux monopoles etc. peuvent justifier une intervention publique.

Marché ou firmes

Pourquoi existe-t-il des firmes ? Depuis les travaux de Ronald Coase et de leur approfondissement par Oliver Williamson, les économistes distinguent deux modes de coordination des activités économiques : un mode décentralisé, où les individus sont libres le marché ; un mode centralisé où les être humains sont soumis à une hiérarchie : la firme. Le marché engendre des coûts de transaction (recherche d'information, incertitude, opportunisme des agents etc.) et la firme des coûts d'organisation (appareil bureaucratique, difficulté de gérer des ensembles complexes etc.). Si les coûts de transaction sont inférieurs aux coûts d'organisation, il est intéressant de recourir au marché et pour les entreprises d'éventuellement adopter une stratégie d'externalisation. Dans le cas contraire, il est intéressant de recourir à la firme et éventuellement pour les sociétés d'adopter une stratégie d'intégration verticale ou d'intégration horizontale.

Marché (secteur professionnel)

Marché classique traditionnel en France

Sur ces marchés se trouvent, en plus des agriculteurs et artisans locaux, de simples marchands en toutes sortes de produits agricoles vivriers trés souvent d'importation étrangère et autres produits manufacturés. Ainsi, pour soustraire leurs produits de cette concurrence internationnale et mettre en valeur leur qualité, des agriculteurs ont crée des marchés de "producteurs" fermés à ces commerçants. Le plus connu est celui de Montredon sur la commune de La Roque-Sainte-Marguerite (France) crée en 1989.

Marché à la criée

Ce sont en général des marchés sur lesquelles s'échangent des poissons et autres produits de la mer. Un chef de vente autrefois appelé "crieur" est chargé d'établir un prix de départ au kilo des différents produits. Les enchères sont descendantes c'est -à-dire que le premier acheteur qui montre son intérêt décroche le lot. Il existe toutefois un prix de retrait pour éviter que les prix ne descendent trop bas[14].

Marketing

Le marketing propose trois visions du marché. La vision « produit » segmente le marché en quatre avec un marché principal qui est l’ensemble des produits semblables entrant directement en concurrence les uns par rapport aux autres (par exemple, le marché des consoles), le marché environnant qui est l’ensemble des produits différents mais concourant à la satisfaction d'un même besoin (par exemple le marché des collants et celui des bas), le marché support est constitué des produits dont la présence est nécessaire à la consommation des produits du marché principal (les pantalons, les jupes, par exemple) et le marché générique est celui de l’ensemble des produits issus du marché principal et environnant (celui de l'habillement pour reprendre nos exemple précédents).

La vision du marché centrée sur la demande étudie tous les clients capables et désireux d'effectuer un échange marchand en vue de satisfaire un besoin ou un désir.

Dans une optique centrée sur l’échange, enfin, le marché correspond au volume d'affaires total d'une activité.


Galerie

Cliquez sur une vignette pour l'agrandir.

Notes et références

  1. Augustin Cournot, Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses, chap. IV, V cité dans Alfred Marshall, 1906, Principes d'économie politique, Librairie de Droit et de Jurisprudence et Gordon&Beach, 1971, p. 105
  2. Samuelson et Nordhaus, 16e édition, 1998, 2000, p. 27
  3. « Le modèle de Walras sera un modèle d'ajustement par le prix ; le modèle de Marshall un modèle d'ajustement par la quantité », Jessua, 1991, pp.337-338
  4. Walras, p. 44
  5. Mathiot, 1990, p. 116
  6. Il utilise bien le mot sociation
  7. Max Weber, économie et société 2, p. 410
  8. Voir Dupuy, 1997, pp. 266-276
  9. Guesnerie, 2006, p. 23
  10. Guesnerie, 2006, pp. 23-24
  11. Pour Xavier de la Vega, « Les institutions sont l’ensemble des règles formelles (lois, constitutions, règlements) et informelles (conventions, routines, normes sociales) qui encadrent les interactions » voir article, l’économie des institutions, Sciences Humaines n° 1642, octobre 2005
  12. Charles Lindblom, The Market System, 2001
  13. Samuelson et Nordhaus, 2000, p. 26
  14. La Pêche et ses hommes, éditions Haliotika, Le Guilvinec, p.25

Voir aussi

Bibliographie

Manuel et travaux universitaires

  • Léon Walras, 1874, Éléments d'économie pure, Librairie générale de droit et de Jurisprudence, 1976
  • Max Weber, 1921, Économie et Société, Agora, édition poche 1995.
  • Ronald Coase, 1937, The Nature of the firm, Economica, 1937
  • Jean Mathiot, 1990, Adam Smith, philosophie et économie Puf
  • Claude Jessua, 1991, Histoire de la théorie économique, Puf
  • Jean-Pierre Dupuy, 1992, Libéralisme et justice sociale, Hachette, 1997
  • Oliver Williamson, 1994, Les institutions de l'économie, Interéditions
  • Paul Samuelson, William D. Nordhaus 1998, Économique, 16e édition traduction française Economica, 2000

Ouvrages et articles plus généralistes

  • Roger Guesnerie 2006, L'économie de marché, Le pommier.
  • Bernard Guerrien, 2005, « Marché et marchandage », Alternatives économiques n° 233
  • Bernard Guerrien, 2006, « À propos de la loi de l'offre et de la demande », Alternatives économiques n° 244
  • David Thesmar et Augustin Landier, Le grand méchant marché, décryptage d'un fantasme français, Flammarion, 2007, ISBN 2-08-210593-8

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de l’économie Portail de l’économie
  • Portail de la finance Portail de la finance
Ce document provient de « March%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Marché public (lieu) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • MARCHÉ PUBLIC — Procédure contractuelle à laquelle l’administration peut avoir recours et qui diffère de la décision exécutoire. Il existe une grande variété de marchés publics: les marchés de fournitures ou de services, les marchés de travaux publics, les… …   Encyclopédie Universelle

  • Marché public — Droit des marchés publics Un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre des pouvoirs adjudicateurs (collectivités publiques : État, CT, EPCI, EPL, etc.) et des personnes publiques ou privées et qui répond aux besoins de ces… …   Wikipédia en Français

  • Marche Des Fiertés — Gay Pride à Grosseto en Italie (2004) La Marche des fiertés, s est d abord appelée Gay Pride, puis la Lesbian Gay Pride, puis LGBT[1] …   Wikipédia en Français

  • marché — 1. (mar ché) s. m. 1°   Vente, achat de ce qui se débite dans un lieu déterminé. Le marché n a rien valu aujourd hui. •   Quand j aurai l honneur de vous faire parvenir mes rêveries, qui ne sont pas encore tout à fait prêtes, je ferai avec vous… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • marché-gare — marché [ marʃe ] n. m. • marchiet 1080; lat. mercatus, de merx, mercis « marchandise » I ♦ 1 ♦ Convention portant sur la fourniture de marchandises, de services et de valeurs. ⇒ accord, affaire, contrat; achat, échange, vente. Conclure, passer,… …   Encyclopédie Universelle

  • Marche ou creve (roman) — Marche ou crève (roman) Pour les articles homonymes, voir Marche ou crève. Marche ou crève Auteur Stephen King (sous le pseudonyme de Richard Bachman) Genre Roman …   Wikipédia en Français

  • Marche Bonsecours — Marché Bonsecours Pour les articles homonymes, voir Bonsecours et Notre Dame de Bonsecours. 45°30′32″N 73°33′05″O …   Wikipédia en Français

  • Marche Jean-Talon — Marché Jean Talon 45° 32′ 09″ N 73° 36′ 55″ W / 45.535889, 73.615222 …   Wikipédia en Français

  • Marché Jean Talon — 45° 32′ 09″ N 73° 36′ 55″ W / 45.535889, 73.615222 …   Wikipédia en Français

  • Marche des fiertés — Gay pride à Grosseto en Italie (2004) La Marche des fiertés s est d abord appelée Gay Pride, puis la Lesbian Gay Pride, puis LGBT[1] Pride (à chaque fois revendiquant le …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.