Marcel Duchamp


Marcel Duchamp
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duchamp.
Marcel Duchamp
Portait de Marcel Duchamp

Naissance 28 juillet 1887
Blainville-Crevon
Décès 2 octobre 1968 (à 81 ans)
Neuilly-sur-Seine
Nationalité Drapeau de France France Drapeau des États-Unis Ã‰tats-Unis
Activité(s) peintre, plasticien, homme de lettres
Formation Autodidacte
Mouvement artistique Dadaïsme, Surréalisme
Œuvres réputées Nu descendant un escalier (1912) Fontaine (1917) Mariée mise à nu par ses célibataires, même (1934)
Mécènes Walter Arensberg
Influencé par Impressionnisme, Fauvisme, Cubisme
Influença Art cinétique, Pop art, Nouveau réalisme, Minimalisme, Art conceptuel

Marcel Duchamp (1887-1968) est un peintre, plasticien, homme de lettres français, naturalisé américain en 1955[1].

Inventeur des ready-made au début du XXe siècle, sa démarche artistique exerce une influence majeure sur les différents courants de l'art contemporain.

Sommaire

Biographie

Né le 28 juillet 1887 à Blainville-Crevon en Seine-Maritime, Marcel Duchamp est le fils du notaire de Blainville-Crevon, et le petit-fils d'Émile Frédéric Nicolle homme d'affaires avisé et artiste, qui enseigna l'art à ses petits-enfants. Il est issu d'une famille de six enfants, dont le sculpteur Raymond Duchamp-Villon (1876-1918) et les peintres Jacques Villon (Gaston Duchamp, 1875-1963) et Suzanne Duchamp (1889-1963), mariée au peintre Jean-Joseph Crotti.


C’est auprès de ses frères, de sa sœur et de leurs amis qu’il entreprend son apprentissage de la peinture. À ses débuts, il fréquente principalement des artistes d’inspiration cubiste tels que Fernand Léger et Robert Delaunay, ou encore Albert Gleizes et Jean Metzinger, auteurs de l’ouvrage Du Cubisme qui pose les bases théorique du cubisme en 1912.

Il est présent au côté du groupe de la Section d'or en 1912 à Paris pour une exposition à la galerie La Boétie. Cette année, capitale, lui fait découvrir Raymond Roussel et Jean-Pierre Brisset, dont l'impact perdurera sa vie durant.

En 1913, aux États-Unis, les nouvelles recherches européennes sont présentées lors de l’exposition Armory show à New York. Le Nu descendant un escalier provoque hilarité et scandale. Cette œuvre dénote des tendances cubistes au futurisme de la « photo-dynamique Â».

Il s’écarte de la peinture, vers 1913-1915, avec les premiers ready-made[2], objets « tout faits Â» qu’il choisit pour leur neutralité esthétique : Roue de bicyclette (1913), Porte bouteilles (1914), Fontaine (1917), un urinoir renversé sur lequel il y appose la signature « R. Mutt Â». Cet objet est refusé par les organisateurs de l'Armory show. Il a pris un article ordinaire de la vie la plus prosaïque qui soit et l'a placé de manière à ce que sa signification d’usage disparaisse sous le nouveau titre et le nouveau point de vue.

Réformé en 1914, il part à New York et entretient des liens avec Man Ray, Alfred Stieglitz et Francis Picabia avec qui il fonde la revue 291.

Il eut un impact non négligeable sur le mouvement dadaïste, courant auquel on peut rattacher Mariée mise à nu par ses célibataires, même (1912-1923).

Beatrice Wood, Marcel Duchamp et Francis Picabia en 1917

Duchamp était préoccupé par le temps, la vitesse et la décomposition des mouvements. Ce qui l'a justement amené, en 1925, à faire du cinéma expérimental, appelé l'« Optical cinema Â», avec son unique film Anemic cinema (35 mm, noir et blanc de 7 min). Son film présente des plaques rotatives qui deviendront plus tard, en 1935, les Rotoreliefs. Ces plaques tournantes comportent des jeux optiques, des jeux de mots, et de la géométrie.

À travers ses œuvres, Duchamp mène une réflexion sur la notion d’Art, sur l'esthétique, préparant ainsi ce qu'est l'art conceptuel. Le pop-art, fluxus et le happening ont aussi fait de fréquents emprunts aux pratiques et démarches artistiques de Duchamp. Les écrits de Marcel Duchamp ont été publiés sous les titres Duchamp du signe (1958) et Marchand du sel (1958). Il fut également le créateur d'un personnage fictif, Rrose Sélavy, sculpteur et auteur d’aphorismes maniant la fausse contrepèterie et l’allitération.

Son œuvre la plus riche et la plus étrange, à l’élaboration complexe, est la Mariée mise à nu par ses célibataires, même ou Grand Verre, réalisée sur panneau de verre (1915-1923, musée de Philadelphie). Le Grand Verre est l’aboutissement de plusieurs études préliminaires telles que Neuf moules mâlics (1914-1915) qui correspond à l’obsession d’une « vraie forme Â» invisible, obtenue par contact, afin de synthétiser toutes ses théories magiques et sa théorie de l’art comme « fait mental Â». Réalisée à l’huile, feuille et fil de plomb, montée entre deux plaques de verre, cette étude fut fêlée lors de son transport en 1916, mais Marcel Duchamp refusa de la faire restaurer. Ainsi les critiques d'art, qui auront connu cette œuvre uniquement brisée, déclareront qu'elle a toujours été ainsi.

Dans les dernières années de sa vie, Duchamp exécuta une œuvre pour le musée des Beaux-Arts de Philadelphie, Étant donnés : 1) La chute d’eau, 2) le gaz d’éclairage (1944-1968), environnement sculptural érotique, interdit, par sa volonté, à la vue du public.

Marcel Duchamp fut aussi Satrape du Collège de Pataphysique en 1953 et devint membre de l'Oulipo en 1962.

Il fut un excellent joueur d'échecs. Champion de Haute-Normandie en 1924, il participa plusieurs fois au championnat de France et fit partie de l'équipe de France à l'Olympiade d'échecs de la Haye (1928), Hambourg (1930), Prague (1931) et Folkestone (1933).

Le 8 juin 1927, Duchamp épouse Lydie Sarazin-Levassor (1903-1988). Ils divorcent six mois plus tard, le 25 janvier 1928. La rumeur colportait que c’était, pour Duchamp, un mariage de convenance : Lydie Sarazin-Levassor était la petite-fille d’un riche constructeur automobile, Émile Levassor. Au début de janvier 1928, Duchamp dit à sa femme qu’il ne pouvait plus supporter les devoirs du mariage et son enfermement. Moins de trois semaines plus tard, ils divorçaient[3],[4].

En 1946, il donne son atelier parisien situé 11 rue Larrey[5] et qu'il occupait depuis les années 1920, à Isabelle Waldberg.

En 1954, il épouse en deuxièmes noces Teeny, la première épouse de Pierre Matisse, célèbre marchand d'art du Fuller Building de New York et fils du peintre Henri Matisse.

Il meurt le 2 octobre 1968 à Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine. Une épitaphe est gravée sur sa tombe au cimetière de Rouen : « D’ailleurs, c'est toujours les autres qui meurent. Â»

Rouen, France.

Esthétique

Marcel Duchamp a révolutionné la conception académique de l’art qui, jusqu'alors, ne jugeait la valeur d'une œuvre qu'à l'aune des efforts et du travail dispensés pour une finalité édifiante. L'hétérogénéité de ses moyens d'expression et la complexité de ses œuvres, de la peinture (Nu descendant un escalier en 1913), à l'installation plastique la plus hermétique (Étant donnés..., "inachevée" en 1966) en passant par les objets « tout fait Â» (Fontaine (un urinoir), Porte-bouteilles) décrétés œuvres d'art par sa seule volonté associées à sa constante revendication du « droit à la paresse Â», ne permettent de le classer dans aucun des mouvements artistiques du XXe siècle. Duchamp a traversé le cubisme, le futurisme, Dada et le surréalisme en s'excluant lui-même de tout courant.

Man Ray, Rrose Sélavy, 1921

Pseudonymes

  • Rrose Sélavy : « J'ai voulu changer d'identité et la première idée qui m'est venue c'est de prendre un nom juif. J'étais catholique et c'était déjà un changement que de passer d'une religion à une autre ! Je n'ai pas trouvé de nom juif qui me plaise ou qui me tente et tout d'un coup j'ai eu une idée : pourquoi ne pas changer de sexe ! Alors de là est venu le nom de Rrose Sélavy[6]. Â»
  • R. Mutt : voir Fontaine
  • Marchand du Sel

Œuvres

Art plastique

Alfred Stieglitz, photographie[7] de la Fountain de Marcel Duchamp, 1917.
  • Femme-cocher, 1907, 31,7 x 24,5 cm
  • La Broyeuse de chocolat, 1912
  • Le Roi et la Reine entourés de nus vites, 1912
  • Le Passage de la Vierge à la Mariée, 1912
  • Nu descendant un escalier, 1912
  • Roue de bicyclette, 1913
  • Trois stoppages étalon, 1913[8]
  • In advance of the broken arm, pelle à neige, 1914
  • Apolinère Enameled, émail à la façon d'une réclame, 1914
  • Porte-bouteilles, 1914
  • La Broyeuse de chocolat no 2, 1914
  • Le Grand Verre, 1915-1923
  • Fontaine, urinoir renversé et signé « R. Mutt Â», 1917
  • L.H.O.O.Q., reproduction de La Joconde affublée d'une paire de moustache, 1919
  • Air de Paris, objet, 1919
  • Fresh widow, fenêtre aux carreaux teintés de noir, 1920
  • Rotative plaques verre (optique de précision), œuvre cinétique, 1920
  • Why not sneeze Rrose Selavy ?, boîte surréaliste : morceaux de marbre blanc taillés comme des cubes de sucre contenus dans une cage à oiseaux d'où sortent un os de seiche et un thermomètre, 1921
  • Le Grand Verre, grand verre commencé en 1915 et volontairement inachevé en 1923
  • Anemic cinema, court métrage réalisé avec la collaboration de Man Ray et Marc Allégret, 1926
  • La Boîte-en-valise, 1936-1941 (en série jusqu'en 1968), coffret de cuir rouge contenant 80 œuvres en reproductions diverses : fac-similés et objets miniatures, 41,5 x 38,5 x 9,9[9]
  • Prière de toucher, sein en mousse collé sur la couverture du catalogue de l'Exposition internationale du surréalisme à la Galerie Maeght, 1947[10]
  • Étant donné le gaz d'éclairage et la chute d'eau, peinture (première version), 1949
  • Dada, 1916-1923, 1953, affiche pour la Galerie Sydney Janis, New York[11]
  • Coin de chasteté, objet, 1963
  • Étant donnés : 1° la chute d'eau, 2° le gaz d'éclairage, variante tridimensionnelle de Grand verre, élaborée depuis 1946, inachevée en 1966

Littérature

  • La Mariée mise à nu par ses Célibataires, mêmes, Paris, Editions Rrose Sélavy, 1934
  • "Rendez-vous du dimanche 6 février 1916", Minotaure, 10, Paris, 1937
  • "SURcenSURE", L'usage de la parole, 1, Paris, 1939, p. 16.
  • RROSE SELAVY, Collection "Bien Nouveaux", Editions GLM, Paris, 1939

Écrits théoriques

  • (avec Vitaly Halberstadt), L'opposition et les cases conjuguées sont réconciliées, Bruxelles/Saint-Germain-en-Laye, 1932
  • Collection Société Anonyme, 33 notes critiques (1950)
  • The Creative Act / Le Processus créatif. Texte d'une intervention à Houston, Texas, 1957. (Repris dans : Duchamp du signe, 1994, p. 187-189).
  • "A propos des ready made" (1966)
  • "A propos de moi-même". Conférence donnée dans plusieurs musées et universités des États-Unis (1964).
  • Duchamp du signe. Ecrits réunis et présentés par Michel Sanouillet, Flammarion, 1975 (ISBN 2-08-081614-4)

Expositions

Expositions collectives

Expositions rétrospectives

Jugements et citations

  • "Notre ami Marcel Duchamp est assurément l'homme le plus intelligent et (pour beaucoup) le plus gênant de cette première partie du vingtième siècle." (André Breton, Anthologie de l'humour noir, 1939)

Marché de l'art

  • Lors de la vente de la collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé par Christie's les 23, 24 et 25 février 2009 à Paris, l'objet, un flacon, La belle haleine; eau de voilette a été adjugé 8 913 000 â‚¬ ($ 11,236,407) sur une estimation de 1 000 000 â‚¬ - 1 500 000 â‚¬ ($ 1,277,680 - $ 1,916,520)

Notes et références

  1. ↑ « En 1943, Marcel Duchamp opte pour la nationalité américaine Â», Élisabeth Lebovici « L'Américaine Â», dans Beaux Arts magazine n° 75, janvier 1990, p. 57. Duchamp a dû attendre 1955 pour que sa naturalisation soit effective, cf. Judith Housez, Marcel Duchamp : Biographie, Grasset, 2006, p. 472
  2. ↑ Interview de Marcel Duchamp à propos des Readymade sur ina.fr
  3. ↑ Pontus Hulten, Marcel Duchamp, Work and Life: Ephemerides on and about Marcel Duchamp and Rrose Selavy, 1887-1968, p. 8-9 juin (1927) au 25 janvier (1928) (ISBN 026208225X)
  4. ↑ Lydie Fisher Sarazin-Levassor, Un échec matrimonial : le cœur de la mariée mis à nu par son célibataire, même, préface Marc Décimo, éd. Les Presses du réel, 2004 (ISBN 2840661098)
  5. ↑ L'Atelier de Marcel Duchamp [1]
  6. ↑ Pierre Cabanne, Entretiens avec Marcel Duchamp, Paris, 1967, p. 118
  7. ↑ Image publiée dans The Blind Man, 2, New York, mai 1917, p. 4. Voir une reproduction d'un tirage au gélatino-bromure d’argent original ici.
  8. ↑ Reproduction dans Le Bon, op. cité, page 466
  9. ↑ Reproduction dans « Varian Fry et les candidats à l'exil Â», Actes Sud, 1999, p. 86
  10. ↑ Musée des Sables-d'Olonne. Reproduction dans Beaux-Arts magazine n° 90, mai 1991, p. 60
  11. ↑ Reproduction dans "Beaux-Arts magazine" n°69, juin 1989, p. 86

Bibliographie

  • (en) Michel Sanouillet & Elmer Peterson, Salt Seller: The Writings of Marcel Duchamp, Oxford University Press, 1973
  • Michel Sanouillet & Paul Matisse, Marcel Duchamp : Duchamp du signe suivi de Notes, Flammarion, 2008 (ISBN 978-2-0801-1664-2)
  • Yves Arman, Marcel Duchamp joue et gagne. (Marcel Duchamp Plays and Wins), Marval Press, 1984 (ISBN 1299242022)
  • (en) Ecke Bonk, Marcel Duchamp. The Portable Museum, Londres, 1989
  • L'École de Rouen de l'impressionnisme à Marcel Duchamp 1878-1914, musée des beaux-arts de Rouen, 1996 (ISBN 2-901431-12-7)
  • Jacques Caumont et Jennifer Gough-Cooper, Plan pour écrire une vie de Marcel Duchamp : les quarante premières années, Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou, 1977
  • Jacques Caumont et Jennifer Gough-Cooper, Ephemerides on and about Marcel Duchamp and Rrose Sélavy, Bompiani, Thames and Hudson, M.I.T. Press, 1993
  • Jacques Caumont et Françoise Le Penven, Système D, Roman même si véridiques sont la geste et les gestes contés par..., Paris, Jean-Jacques Pauvert, octobre 2010.(ISBN 978-2-7202-1529-2)
  • Marc Décimo, La Bibliothèque de Marcel Duchamp, peut-être, Les presses du réel, coll. «  L'écart absolu / Chantier Â», Dijon, 2002
  • Marc Décimo, Marcel Duchamp mis à nu. À propos du processus créatif, Les presses du réel, coll. «  L'écart absolu / Chantier Â», Dijon, 2004 (ISBN 9782840661191)
  • Marc Décimo, Le Duchamp facile, Les presses du réel, coll. «  L'écart absolu / Poche", Dijon, 2005
  • Marc Décimo (dir.), Marcel Duchamp et l'érotisme, Les presses du réel, coll. «  L'écart absolu / Chantier Â», Dijon, 2008
  • Judith Housez, Marcel Duchamp, éditions Grasset, 2006. Prix de la Biographie 2006 de l'hebdomadaire Le Point.
  • Laurent Le Bon (sous la direction de), Dada, catalogue de l'exposition présentée au Centre Pompidou (2005 - 2006), Éditions du Centre Pompidou, Paris, 2005, pages 354 à 389, (ISBN 2844262775)
  • Françoise Le Penven, L'art d'écrire de Marcel Duchamp, à propos de ses notes manuscrites, Paris, coll. "Rayon Art", Éditions Jacqueline Chambon, 2003 (ISBN 978-2-87711-251-2)
  • Didier Ottinger (sous la dir.) et Françoise Le Penven, Marcel Duchamp dans les collections du Musée national d'art moderne, Centre Pompidou, 2001
  • Jean-François Lyotard, Les Transformateurs Duchamp, Galilée, 1977.
  • Bernard Marcadé, Marcel Duchamp, éd. Flammarion (ISBN 2-08-068226-1)
  • Florence de Mèredieu, Duchamp en forme de ready-made, Paris, Blusson, 2000.
  • Marc Partouche, Marcel Duchamp, éd. Images en manœuvres, 1992
  • Jean-Tristan Richard, "M. Duchamp mis à nu par la psychanalyse, même", éd. L'Harmattan, 2010
  • Sophie Stévance, Duchamp, de la musique à l’ère de la modernité, revue "Étant Donné", no 6, Paris, 2005, p. 198-215
  • Sophie Stévance, Duchamp, compositeur, éd. L'Harmattan, coll. "Sémiotique et philosophie de la musique", 2009. (ISBN 978-2-296-09243-3)

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Marcel Duchamp de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marcel Duchamp — Duchamp redirects here. For other uses, see Duchamp (disambiguation). Marcel Duchamp Marcel Duchamp playing chess in 1952. (Kay Bell Reynal photo in the Smithsonian Institution Archives of American Art.) Birth name …   Wikipedia

  • Marcel Duchamp — (* 28. Juli 1887 in Blainville Crevon; † 2. Oktober 1968 in …   Deutsch Wikipedia

  • Marcel Duchamp — «Duchamp» redirige aquí. Para otras acepciones, véase Duchamp (desambiguación). Marcel Duchamp Nacimiento 28 de julio de 1887 …   Wikipedia Español

  • Marcel Duchamp — (28 de julio de 1887 2 de octubre de 1968). Artista dadaísta francés, cuya obra ejerció una fuerte influencia en la evolución del arte de vanguardia del siglo XX. Nació el 28 de julio de 1887 en Blainville, y era hermano del artista Raymond… …   Enciclopedia Universal

  • Marcel Duchamp — noun French artist who immigrated to the United States; a leader in the dada movement in New York City; was first to exhibit commonplace objects as art (1887 1968) • Syn: ↑Duchamp • Instance Hypernyms: ↑artist, ↑creative person …   Useful english dictionary

  • Marcel Duchamp — Arte El arte tiene la bonita costumbre de echar a perder todas las teorías artísticas …   Diccionario de citas

  • Marcel Duchamp — (1887 1968) French artist, developer of the readymade art form, co founder of Dadaism in New York and Paris …   English contemporary dictionary

  • Marcel Duchamp (banda) — Marcel Duchamp es una banda punk de Chile, formada en el verano del 2001. Su música muy cercana al hardcore o crust tiene como principales influencias musicales a bandas como Los Crudos, Spazz, entre otras. Las temáticas de sus canciones se… …   Wikipedia Español

  • Marcel Duchamp Prize — The Marcel Duchamp Prize (in French : Prix Marcel Duchamp) is an annual award given to a young artist. The winner receives €35,000 personally and up to €30,000 in order to produce an exhibition of their work in the Modern Art museum (Centre… …   Wikipedia

  • L'Urinoir de Marcel Duchamp — Fontaine (Duchamp) Fontaine, de Marcel Duchamp. Musée national d Art moderne. 3e réplique. Réalisée sous la direction de l artiste en 1964 par la Galerie Schwarz. Faïence blanche recouverte de glaçure céramique et de peinture. 63 × 48 ×… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.