Manuel Azana


Manuel Azana

Manuel Azaña

Manuel Azaña
2e président de la République espagnole
Fichier:Manuel Azaña.jpg

Actuellement en fonction
Mandat
11 mai 1936 - 27 février 1939
Depuis le 11 mai 1936
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Élu(e) le
Parti politique Izquierda Republicana
membre du Front populaire
Président(s) du
Conseil
Santiago Casares Quiroga
Diego Martínez Barrio
José Giral Pereira
Francisco Largo Caballero
Juan Negrín López
Prédécesseur Niceto Alcalá-Zamora y Torres
Successeur Francisco Franco Bahamonde,
(Chef de l'État)
Élu(e) le {{{élection2}}}
Élu(e) le {{{élection3}}}
Élu(e) le {{{élection4}}}

Autres fonctions
53e président du Conseil des ministres espagnol
Mandat
1931 - 14 octobre 1933
Président {{{président1}}}
Président de la République {{{président de la république1}}}
Chef de l’État Niceto Alcalá-Zamora y Torres
Monarque {{{monarque1}}}
Gouverneur général {{{gouverneur1}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil1}}}
Premier ministre {{{premier ministre1}}}
Chancelier {{{chancelier1}}}
Gouvernement {{{gouvernement1}}}
Prédécesseur Niceto Alcalá-Zamora y Torres
Successeur Alejandro Lerroux García

61e président du Conseil des ministres espagnol
Mandat
19 février 1936 - 10 mai 1936
Président {{{président2}}}
Président de la République {{{président de la république2}}}
Chef de l’État Diego Martínez Barrio
Monarque {{{monarque2}}}
Gouverneur général {{{gouverneur2}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil2}}}
Premier ministre {{{premier ministre2}}}
Chancelier {{{chancelier2}}}
Gouvernement {{{gouvernement2}}}
Prédécesseur Manuel Portela Valladares
Successeur Augusto Barcia Trelles

{{{fonction3}}}
Mandat
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président {{{président3}}}
Président de la République {{{président de la république3}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat3}}}
Monarque {{{monarque3}}}
Gouverneur général {{{gouverneur3}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil3}}}
Premier ministre {{{premier ministre3}}}
Chancelier {{{chancelier3}}}
Gouvernement {{{gouvernement3}}}

{{{fonction4}}}
Mandat
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président {{{président4}}}
Président de la République {{{président de la république4}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat4}}}
Monarque {{{monarque4}}}
Gouverneur général {{{gouverneur4}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil4}}}
Premier ministre {{{premier ministre4}}}
Chancelier {{{chancelier4}}}
Gouvernement {{{gouvernement4}}}

{{{fonction5}}}
Mandat
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président {{{président5}}}
Président de la République {{{président de la république5}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat5}}}
Monarque {{{monarque5}}}
Gouverneur général {{{gouverneur5}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil5}}}
Premier ministre {{{premier ministre5}}}
Chancelier {{{chancelier5}}}
Gouvernement {{{gouvernement5}}}

{{{fonction6}}}
Mandat
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président {{{président6}}}
Président de la République {{{président de la république6}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat6}}}
Monarque {{{monarque6}}}
Gouverneur général {{{gouverneur6}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil6}}}
Premier ministre {{{premier ministre6}}}
Chancelier {{{chancelier6}}}
Gouvernement {{{gouvernement6}}}

{{{fonction7}}}
Mandat
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président {{{président7}}}
Président de la République {{{président de la république7}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat7}}}
Monarque {{{monarque7}}}
Gouverneur général {{{gouverneur7}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil7}}}
Premier ministre {{{premier ministre7}}}
Chancelier {{{chancelier7}}}
Gouvernement {{{gouvernement7}}}

{{{fonction8}}}
Mandat
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président {{{président8}}}
Président de la République {{{président de la république8}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat8}}}
Monarque {{{monarque8}}}
Gouverneur général {{{gouverneur8}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil8}}}
Premier ministre {{{premier ministre8}}}
Chancelier {{{chancelier8}}}
Gouvernement {{{gouvernement8}}}

{{{fonction9}}}
Mandat
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président {{{président9}}}
Président de la République {{{président de la république9}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat9}}}
Monarque {{{monarque9}}}
Gouverneur général {{{gouverneur9}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil9}}}
Premier ministre {{{premier ministre9}}}
Chancelier {{{chancelier9}}}
Gouvernement {{{gouvernement9}}}

{{{fonction10}}}
Mandat
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président {{{président10}}}
Président de la République {{{président de la république10}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat10}}}
Monarque {{{monarque10}}}
Gouverneur général {{{gouverneur10}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil10}}}
Premier ministre {{{premier ministre10}}}
Chancelier {{{chancelier10}}}
Gouvernement {{{gouvernement10}}}

{{{fonction11}}}
Mandat
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président {{{président11}}}
Président de la République {{{président de la république11}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat11}}}
Monarque {{{monarque11}}}
Gouverneur général {{{gouverneur11}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil11}}}
Premier ministre {{{premier ministre11}}}
Chancelier {{{chancelier11}}}
Gouvernement {{{gouvernement11}}}

Biographie
Nom de naissance Manuel Azaña Díaz
Naissance 10 janvier 1880
Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Alcala de Henares, Espagne
Décès 3 novembre 1940 (à 60 ans)
Flag of France.svg Montauban, France
Nature du décès {{{nature}}}
Nationalité espagnole
Conjoint(s) Dolores Rivas Cherif
Enfant(s) {{{enfants}}}
Diplômé {{{université}}}
Profession {{{profession}}}
Occupations {{{occupation}}}
Résidence(s) {{{résidence}}}
Religion Catholicisme
Signature {{{signature}}}

COA of the Second Spanish Republic.svg
Présidents du Gouvernement espagnol
Présidents de la République espagnole

Manuel Azaña Díaz (10 janvier 1880 - 3 novembre 1940) était un homme politique espagnol, président du Conseil de 1931 à 1933 et deuxième et dernier président de la République de 1936 à 1939.

Sommaire

Biographie

Né à Alcalá de Henares, Manuel Azaña Díaz participe en 1913 à la fondation de la Ligue d’éducation politique qui cherche à sensibiliser les Espagnols à l’idéal républicain et parlementaire, puis à celle d’España, hebdomadaire d’opposition créé par l’écrivain José Ortega y Gasset (1915). Directeur dudit journal en 1922, il devient un des porte-parole de l’opposition républicaine à la dictature de Miguel Primo de Rivera, qu’il critique en particulier pour la guerre du Maroc en rappelant la cuisante défaite à Cuba (1898). Azaña était aussi actif dans la franc-maçonnerie [1] Homme pondéré mais peu avare de sens critique, Azaña s’affirme bientôt comme un vrai leader politique.

Après la victoire de la gauche aux élections municipales de 1931, qui entraîne l’exil du roi Alphonse XIII et la proclamation de la République (14 avril 1931), Azaña est nommé président du Conseil (octobre).

Principal tenant de l’exécutif sous l’autorité du président de la République, Niceto Alcalá Zamora, il dirige, dit-il, un « gouvernement de raison » et mène une politique laïque radicale tout en essayant de préserver la difficile cohésion des partis républicains. Pratiquement, il épure l’armée, limite la puissance de l’Église (expropriation de nombreux couvents et monastères), met en chantier de grandes réformes agraires, électorales (suffrage universel) et administratives (autonomie provinciale). Mais, en 1933, il perd les élections face à une coalition de droite regroupée dans la CEDA de José María Gil-Robles.

Le 16 février 1936, après la dissolution de l’Assemblée nationale, il mène la gauche du Front populaire (Frente Popular) à la victoire. D’abord chef du gouvernement, il est élu président de la République en mai. Éloigné des leviers de l’État, il assiste impuissant au « printemps tragique ». En proie à une grave crise politique ponctuée de grèves, d’enlèvements, d’assassinats d'opposants comme José Calvo-Sotelo, le pays se délite sous ses yeux. En juillet 1936, les généraux Emilio Mola et Francisco Franco organisent le soulèvement militaire nationaliste et le putsch qui rallient plusieurs régions d'Espagne et marquent le début de la Guerre civile.

Réfugié à Barcelone durant toute la Guerre civile, Azaña conserve la présidence de la République mais n’a guère d’influence sur les gouvernements qui se succèdent jusqu’en 1939. En février 1939 enfin, peu avant la chute de la Catalogne, il fuit l’Espagne et rejoint la diaspora républicaine en France, où il meurt, à Montauban en 1940.

La mémoire d'Azaña à Montauban

Entré en France le 4 février 1939, il est mort le 3 novembre 1940 au siège montalbanais de la Légation du Mexique, sis à l’Hôtel du Midi, où il avait reçu asile en vue d’entraver les manœuvres des polices pétainiste et franquiste visant à son enlèvement ; le 5 novembre, son cercueil fut amené au cimetière de Montauban recouvert d’un drapeau mexicain, répliquant en cela à l’interdiction faite par "le préfet de l'époque Albert Durocher d'apposer des drapeaux républicains avant la visite du maréchal Pétain à Montauban." [1]. Selon l'historien Max Lagarrigue: "Ce jour-là, plus de 3000 républicains espagnols et de nombreuses personnalités" l'accompagnèrent jusqu'au cimetière communal de la cité d'Ingres où il repose encore aujourd'hui. Depuis de nombreuses commémorations ont eu lieu devant la sépulture du dernier président de la République espagnole. Depuis 2004, d'abord sous l'impulsion de l'association Arkheia, puis de l'association "Présence de Manuel Azaña" des journées Manuel Azaña sont organisées chaque année. La 3e édition de ces journées de l'association Azaña, en octobre 2008, a été marquée par la réhabilitation de la tombe de l'ancien chef d'Etat. Une sculpture de l'artiste Christian André-Acquier a été disposée sur la tombe[2] devant plus de 500 personnes.
A cette occasion, M. Jean-Michel Baylet, président du conseil général de Tarn-et-Garonne annonçait l'ouverture prochaine à Montauban d'un collège d'enseignement qui portera le nom, pour la première fois au monde, de "Manuel Azaña".

Notes et références

  1. Max Lagarrigue, Manuel Azaña et la France, Editions Arkheia, Montauban, 2007.

Textes d'Azaña en français

bibliographie

Lien externe

  • L'association Présence Manuel Azaña (France) entend préserver la mémoire et l'histoire du dernier président de la République et celle des Républicains espagnols. Elle a son siège à Montauban et organise chaque année, le jour anniversaire de sa disparition, les "Journées Manuel Azaña".
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne
Ce document provient de « Manuel Aza%C3%B1a ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Manuel Azana de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Manuel Azaña — Mandats 2e président de la République espagnole 11 mai …   Wikipédia en Français

  • Manuel azana — Manuel Azaña Manuel Azaña 2e président de la République espagnole Fichier:Manuel Azaña.jpg …   Wikipédia en Français

  • Manuel Azaña — Díaz Alcalá de Henares (Madrid), España, 1880 Montauban, Francia, 1940. Segundo y último presidente efectivo de la Segunda República Española, nació en el seno de una familia acomodada. Huérfano desde muy niño estudió en el monasterio de El… …   Enciclopedia Universal

  • Manuel Azaña — Para otros usos de este término, véase Azaña (desambiguación). Manuel Azaña Díaz …   Wikipedia Español

  • Manuel Azaña — This name uses Spanish naming customs; the first or paternal family name is Azaña and the second or maternal family name is Díaz. Manuel Azaña …   Wikipedia

  • Manuel Azana — Grab Azañas in Montauban Präsidentenstander Manuel Azañas Manuel Azaña y Díaz (* 10. Januar 1880 in Alcalá de Henares; † …   Deutsch Wikipedia

  • Manuel Azaña — Präsidentenstander Manuel Azañas Grab Azañas in Montauban …   Deutsch Wikipedia

  • Manuel Azaña — Grandeza Las cosas grandes que uno quisiera hacer, los hombres pequeños las estorban. Humanidad Cada hombre es un misterio impenetrable en vida y en muerte. Libertad La libertad no hace felices a los hombres; los hace, sencillamente, hombres …   Diccionario de citas

  • Manuel Azaña Diaz — Manuel Azaña Manuel Azaña 2e président de la République espagnole Fichier:Manuel Azaña.jpg …   Wikipédia en Français

  • Manuel Azaña Díaz — Manuel Azaña Manuel Azaña 2e président de la République espagnole Fichier:Manuel Azaña.jpg …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.