Manso


Manso
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manso (homonymie).

42° 22′ 00″ N 8° 47′ 35″ E / 42.3666666667, 8.79305555556

Manso
Hameau de Montestremu
Hameau de Montestremu
Administration
Pays France
Région Corse
Département Haute-Corse
Arrondissement Calvi
Canton Calenzana
Code commune 2B153
Code postal 20245
Maire
Mandat en cours
Pasquale SIMEONI
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de Calvi Balagne
Démographie
Population 106 hab. (2008)
Densité 0,88 hab./km²
Géographie
Coordonnées 42° 22′ 00″ Nord
       8° 47′ 35″ Est
/ 42.3666666667, 8.79305555556
Altitudes mini. 40 m — maxi. 2 558 m
Superficie 121,02 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Manso (U Mansu en langue corse) est une commune française, située dans le département de la Haute-Corse et la région Corse.

Sommaire

Géographie

Manso est une commune à l'Ouest de la Corse, sans façade maritime. Elle se situe en Balagne, dans la microrégion du Filosorma-Marsolinu composée des communes de Calenzana, Galéria et Manso, toutes trois adhérentes au Parc naturel régional de Corse.

Relief

Manso occupe la profonde vallée du Fango, une microrégion appelée Filosorma (Falasorma en langue corse). De grandes forêts y sont abritées : la forêt communale indivise du Filosorma (6 390 ha) propriété des cinq communes du Niolu (Corscia, Calacuccia, Casamaccioli, Lozzi et Albertacce), la forêt territoriale du Fango (4 352 ha) ensemble des forêts de Tetti (Galéria) et de Perticatu, dont la yeuseraie de Piriu (77,9 ha) non exploitée depuis 1850. Cette dernière a été déclarée réserve mondiale de biosphère par l'UNESCO. Elle est peuplée d'eucalyptus, de pins maritimes, de pins laricci et de chênes verts qui seraient dit-on, les plus vieux du monde.

Les limites de la commune sont :

  • À l'ouest, côté mer, Galeria. Séparent les deux communes le petit fleuve côtier Fango depuis le Ponte Vecchiu, un vieux pont génois, puis son affluent le ruisseau de Perticatu jusqu'à Bocca di Melza (773 m). Vers le Nord, la limite passe par Punta di Chiumi (727 m), la crête de Chiumi jusqu'à Bocca di Lucca (575 m).

Des autres côtés, la commune est ceinturée de montagnes ;

  • Au nord, la commune de Calenzana dont elle est séparée entre autres par Punta-a-u-Corbu (1 123 m), Punta a Scala (1 409 m), Capu Candellone (1 498 m), la crête de Muntunaghju de (1 500 m) à plus de (1 700 m), jusqu'à A Muvrella (2 148 m) sommet « à cheval » sur Calenzana, Asco et Manso ;
  • À l'est, elle est bordée d'une chaîne de montagnes des plus hautes de l'île, avec des sommets et des cols de plus de 2 000 mètres, qui la sépare de la commune d'Asco : Punta Culaghja (2 034 m), Punta Missoghju (2 201 m), Capu di a Muvraghja (2 021 m), Punta Minuta (2 556 m) plus haut sommet de la commune, Capu di a Crucetta (2 186 m) ;
  • Au sud-est, la commune possède ou partage avec la commune d'Albertacce de hauts sommets et cols remarquables comme Capu Tighiettu (2 273 m), Capu Ucellu (2 282 m), le col de Serra Pianella (2 211 m), la Paglia Orba (2 525 m), le col des Maures (2 155 m), Capu Tafunatu (2 335 m), Capu a e Ghiarghiole (2 105 m).

Une ligne formée par plusieurs cols et sommets la sépare de la commune d'Evisa : Punta di Campu Razzinu (1 943 m), Pointe de Curia (1 964 m), Bocca di Capronale (1 329 m), Capu a a Pena (1 591 m) et Capu Tosu (1 434 m).

  • Au Sud, elle est séparée de Serriera par une ligne passant par les points remarquables de Capu a a Ghiallichiccia (1 619 m) et Punta di Sant'Antone (928 m).

Hydrographie

Article détaillé : Fango.
Vallée et Paglia Orba
Pont de Manso sur le Fango

Le Fango petit fleuve côtier prend sa source sur la commune, au pied du Capu Tafunatu à près de 2 000 m. Il porte alors le nom de ruisseau de Capu di Vetto. Il prend le nom de fleuve un kilomètre plus bas, à 1 049 m d'altitude. Son cours est de 24 kilomètres. De nombreuses "piscines naturelles" jalonnent son parcours au milieu de roches polychromes, de granit rouge et de porphyre rouge. Il se jette à la mer dans le golfe de Galéria, à l'extrémité sud de la plage de Riciniccia bordant le site naturel de la vallée du Fango.
Plusieurs ponts sur la commune permettent de le franchir. Un premier pont le plus bas sur le cours d'eau, le pont génois au lieu-dit Ponte Vecchju, « à cheval » sur les communes de Galéria et de Manso, permet d'accéder à l'ancien hameau abandonné de Chiumi (345 m) sur le flanc occidental de la Punta di Chiumi (727m). Un deuxième ouvrage à Tuvarelli-Chiorna, à 100 mètres d'altitude, permet d'accéder par la route au hameau de Chiorna. En remontant le cours, à une altitude de 153 m se situe le pont de Manso. Ce pont à une dizaine de kilomètres de la mer, permet de rejoindre le hameau de Manso. Plus haut dans la vallée un autre pont(altitude 200 m) permet d'atteindre le hameau de Montestremu à partir de Barghiana. Enfin, il existe un dernier pont, l'admirable pont des Rocce (altitude 326 m) sur la D351 laquelle est une piste après le hameau de Barghiana.

Habitat

Mairie et église à Barghiana
Église Saint-Pancrace à Barghiana

La commune est composée de quatre hameaux qui sont d'ouest en est (ou du plus bas au plus haut) : Chiorna, Manso, Barghiana et Mont-Estremo, tous situés le long du Fango. La mairie (Casa Cumuna) et l'église paroissiale sont situées à Barghiana.

Manso est une commune très peu peuplée : 106 habitants dont de nombreux descendants de bergers du Niolo. Ces derniers pratiquaient la transhumance et venaient sur le littoral occidental de l'île, à Calenzana plus particulièrement, en empruntant le sentier de transhumance passant par Bocca di Caprunale (1 329 m), le col de Serra Pianella (2 211 m) et le col des Maures (2 155 m), les deux derniers entourant la Paglia Orba, et arrivant à Barghiana.

Des vestiges attestent de l'occupation autrefois du site, tels l'ancien hameau de Chiumi, le vieux Mont-Estremo où l'on n'accède qu'à pied ou encore l'ancien couvent ruiné de santa-Maria dans la haute-vallée du Fango.

Accès

On accède à Manso par la route D81 puis en empruntant la petite route D351 qui se termine en cul-de-sac au hameau de Montestremu. La jonction des D81 et D351 s'opère au lieu-dit "le Fango" sur le territoire de Galéria. Des chemins communaux permettent d'accéder aux différents hameaux.

Communes limitrophes

La vallée du Fango en amont du pont de Manso

Histoire

Le Filosorma (Falasorma) est un lieu chargé d'histoire de ces bergers du Niolu qui, au long des siècles, l'ont façonné ou peuplé au rythme de la transhumance.

Antiquité

Vestige du passé génois, le Ponte Vecchiu sur le Fango. A partir de ce pont, un sentier permet de rejoindre les vestiges d'un sanctuaire paléochrétien qui constituait le centre d'une piévanie sous la Punta di Chiumi. Celui-ci conserve encore une grande partie de ses murs bâtis avec des dalles de granit rouge taillées. Il est doté d'une abside semi-circulaire et d'une piscine baptismale.

Au XVIe siècle, vers 1520, la région de Balagna comprenait les pievi de Toani, Aregnu, Santo Andrea, Pino et Olmia. Calinzana constituait la principale agglomération de la piève d'Olmia, devant son nom à un culte antique pour l'orme, arbre alors sacré. Vers 1520 Olmia comptait environ 1 250 habitants qui demeuraient à Calensani et à Mucale. Au XVIe siècle existait aussi la pieve de Chiomi laquelle, toujours vers 1520, était inhabitée hormis le village de Luzipeo[1] lieu de Calenzana aujourd'hui rayé des cartes.

Moyen Âge

Article détaillé : Chiomi.

Chiumi représenté par le Filosorma et le Marsulinu, n'était habité que par les bergers Niolins transhumants en hiver. Au sud de Punta di Chiumi, à 425 m d'altitude au NO de la commune, se dressent aujourd'hui les ruines de la chapelle Santu-Petru (Saint-Pierre) à l'édification non datée.

Temps modernes

Au début du XVIIIe siècle, la pieve de Chiomi prend le nom de pieve de Filosorma. Avec la cession le 15 mai 1768 de la Corse à la France par les Génois, la pieve de Monte Grosso est créée avec la fusion des pievi d'Olmia et de Filisorma. Avec la Révolution, les pieves prennent en 1790 le nom de cantons. La pieve de Monte Grosso devient le canton de Calenzana.

Époque contemporaine

En 1954 le canton de Calenzana était composé avec les communes de Calenzana, Galeria, Manso, Moncale, Zilia, Cassano, Lunghignano, et Montemaggiore (ces trois derniers ont fusionné pour devenir aujourd'hui Montegrosso). La commune de Manso comptait 201 habitants en 1954[1].

Économie

Manso était il n'y a pas longtemps encore marquée par une forte activité pastorale qui faisait sa prospérité. De nombreux bergers niolins venaient avec leurs troupeaux en transhumance hivernale. Quelques rares bergers la pratiquent encore. L'agropastoralisme demeure l'activité principale sur la commune. Bovins, caprins et ovins sont aujourd'hui élevés. Certains troupeaux sont déplacés en bétaillères pour les estives.

De nos jours, la commune s'est tournée vers des activités qui lient l'éco tourisme et l'agropastoralisme. Elle entretient de nombreux sentiers de randonnée. En 2007 le sentier de grande randonnée Tra mare e monti a été réhabilité.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Valentin Siméoni . .
mars 2008 . Pasquale SIMEONI . .
Toutes les données ne sont pas encore connues.

La commune de Manso fait partie de la Communauté de communes de Calvi Balagne.

Démographie

Évolution démographique
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008
54 79 125 175 130 106 106 106
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Lieux et monuments

Patrimoine naturel

Réserve de Biosphère, zone centrale Vallée du Fango

La vallée du Fango qui concerne 9 commubnes pour une superficie de 4 416 ha, a été déclarée Réserve de Biosphèr, zone centrale sous le nom de Vallée du Fango (FR6300002)[2].

ZNIEFF

Manso est concernée par quatre Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF)

Chênaie verte du bassin du Fango

ZNIEFF940004204 : partagée avec Galéria. Les chênes verts majoritaires, s'étendent principalement sur la rive gauche du fleuve à l'ubac. La limite occidentale est matérialisée par le col de Palmarella et à l'est par le col de Capronale. La zone concernée comprend également deux autres secteurs séparés : la haute vallée de Prezzuna (Luca) d'une part et les bords de la Cavicchia d’autre part[3].

Crêtes et hauts versants asylvatiques du Monte Cinto

ZNIEFF940004233 : Manso fait partie des 16 communes incluses dans cette zone. C'est dans un ensemble montagneux où culmine le Monte Cinto (2 706 m) que prennent naissance plusieurs fleuves dont le Fango[4].

Église Saint-Pancrace
Maquis du bassin du Fango

ZNIEFF940004236 : la zone qui s'étend essentiellement sur l'adret situé sur la rive droite du Fango et comprend également la vallée de Marsolinu, concerne Calenzana, Galéria et Manso[5].

Pelouses sommitales du monte Cinto

ZNIEFF940013188 : La zone limitée à l'arête culminale du Cinto, ne concerne que cinq communes. Elle comprend d'ouest en est les sommets suivants : - la Punta Minuta, qui domine le cirque de Trimbolaccia - le Capu Rossu - le Capu Larghia - la Punta Crucetta - la Pointe des Éboulis - le Monte Cinto - le Capu a Verdatu. C'est un secteur constitué d'éboulis et de blocs de rochers avec çà et là des pelouses rases. Les conditions climatiques y sont extrêmes avec un enneigement prolongé qui persiste huit à neuf mois et des névés permanents aux ubacs[6].

Site archéologique

La commune de Manso possède un site archéologique sous le nom de Grotta dell'inferno où ont été découverts des ossements d'ours brun (ours (Français) - Ursus arctos Linnaeus, 1758) datés des temps modernes.

Architecture sacrée

  • Église Saint-Pancrace attenante au cimetière (campu santu), au hameau de Barghiana. Elle a été entièrement construite par les bergers et les habitants.
  • Chapelle St-Pierre (San Petru) ruinée, sous la Punta di Chiumi à 425 m d'altitude.
  • L'ancien couvent de Santa-Maria, en amont de Barghiana dans la haute-vallée du Fango. Le site n'est accessible que par sentier depuis Montestremu et par la piste passant par Ponte a e Rocce.

Architecture civile

Ponte Vecchiu
  • Ponte Vecchiu, vieux pont génois sur le Fango (altitude 46 m) qui permet de se rendre par une piste jusqu'au pied de la Punta di Chiumi. Ce pont « à cheval » sur les communes de Manso et de Galéria, a été restauré en 2010.
  • Pont des Rocce (Ponte di e rocce) altitude 326 m, en bout de la D351 route se terminant en piste.

Fêtes et Loisirs

  • La fête patronale de la Saint-Pancrace. Elle se déroule chaque année le 12 mai.
  • La fête des bergers a été remise au goût du jour. La fin d'estives en 2010 a eu lieu le samedi 9 octobre.

Randonnées

Article détaillé : Sentier de la transhumance.

La commune est fréquentée par de nombreux randonneurs pédestres. Il existe un gîte d'étape à Tuarelli et un autre à Montestremu.

Capu Tafunatu, une remarquable roche trouée de 35 m de large et 11 m de haut dans un cadre de porphyre, est le but de nombreux randonneurs.

  • Le sentier de grande randonnée Tra Mare e Monti (Entre Mer et Montagnes) qui relie Calenzana à Cargèse, traverse la commune.
  • Un autre chemin partant de Barghiana, celui dit Sentier de la transhumance, emprunte au départ la piste de la route D351, passe par le Ponte di e rocce, le col de Caprunale, le refuge de Puscaghia du P.N.R.C., (ces deux derniers lieux étant déjà sur la commune d'Evisa). Il permet de rejoindre Capu Tafunatu en direction du col de Vergio par le GR20.
  • D'autres sentiers ont été tracés et balisés sous l'impulsion d'Andati Falasurminchi, une association récemment créée pour la mise en valeur d'anciens sentiers et pour en créer de nouveaux.

Personnalités liées à la commune

  • Alice Saunier-Seité, universitaire et femme politique française, ancien maire-adjointe de Manso.

Bibliographie

  • Gamisans J. 1991. La végétation de la Corse. Éditions des Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève
  • Thibault J.C., Bonnacorsi G. 1999. The birds of Corsica, an annoted check list. British Ornithologist Union (United Kingdom). Checlist n°17 : 171p

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Notes et références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Manso de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Manso — is the name of: Manso, Haute Corse, commune in the French department of Haute Corse Manso, Ghana, town in Ghana near Takoradi Manso Indians, an indigenous American people Manso language, the language of the Manso people People: Manso, Prefect of… …   Wikipedia

  • Manso — ist der Name folgender Personen: Alonso Manso (1460–1539), spanischer Bischof Johann Kaspar Friedrich Manso (1759–1826), Schulmann, Historiker und Philologe José Antonio Manso de Velasco (1688–1767), Gouverneur von Chile und Vizekönig von Peru… …   Deutsch Wikipedia

  • manso — manso, sa adjetivo 1. [Animal] que no es bravo o no se muestra como tal: Ese toro parece manso. 2. Que es muy tranquilo y pacífico o tiene un carácter suave: Es un niño muy manso. Es fácil convivir con ella, tiene un carácter suave y manso. 3.… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • manso — adj. 1. Que não é bravo. 2. Benigno. 3. De gênio brando. 4. Sossegado, tranquilo. 5. Domesticado. 6. Cultivado (vegetal). 7. Sereno. 8. Plácido. 9. Não silvestre. 10. Lento, brando. • adv. 11. Com mansidão. 12. Com bons modos. 13. Ao de leve.… …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Manso [1] — Manso, so v.w. Mansus …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Manso [2] — Manso, Joh. Kasp. Friedrich, geb. 26. Mai 1759 zu Blasii Zella im Gothaischen; studirte in Jena Theologie u. Philologie, wurde 1786 Collaborator u. dann Professor am Gymnasium in Gotha; 1790 Prorector an dem Maria Magdalenen Gymnasium in Breslau …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Manso — Manso, Johann Kaspar Friedrich, Historiker und Philolog, geb. 26. Mai 1760 zu Zella im Gothaischen, gest. 9. Juni 1826 in Breslau, studierte in Jena, ward 1785 Kollaborator und bald Professor am Gymnasium zu Gotha, 1790 Prorektor und 1793 Rektor… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Manso — Manso, Joh. Kasp. Friedr., Geschichtschreiber und Schulmann, geb. 26. Mai 1760 zu Blasienzell (Hzgt. Gotha), gest. 9. Juni 1826 als Rektor des Magdalenum zu Breslau; schrieb: »Geschichte des preuß. Staates seit dem Hubertusburger Frieden« (2 Bde …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Manso — Manso, Joh. Kaspar Friedrich, geb. 1759 zu Blasienzell im Gothaischen, gest. 1826 als Rector des Magdalenums zu Breslau, arbeitete als Dichter, Kritiker, Uebersetzer und Historiker. Seine besten Schriften sind die »Geschichte des ostgoth. Reichs… …   Herders Conversations-Lexikon

  • manso — manso, sa adjetivo 1) tranquilo, quieto*, sosegado, reposado, apacible, benigno, suave. 2) dócil*, manejable. Se trata de animales. * * * …   Diccionario de sinónimos y antónimos


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.