Manche (departement)

ÔĽŅ
Manche (departement)

Manche (département)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manche.
Manche
Logo CG Manche.png
Localisation de la Manche en France
Administration
Région Basse-Normandie
Pr√©fecture Saint-L√ī
Préfet de département Jean-Pierre Laflaquière
Président du
conseil général
Jean-François Le Grand
Sous-préfecture(s) Avranches
Cherbourg-Octeville
Coutances
Statistiques
Population totale 492 563 hab. (2006)
Densité 83 hab./km2
Superficie 5 938 km2
Subdivisions
Arrondissements 4
Cantons 52
Intercommunalités 47
Communes 601

La Manche est un département français, dans la région Basse-Normandie. Son nom provient du bras de mer éponyme qui le borde sur tout son pourtour nord et ouest, et le quart est. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 50.

Sommaire

Géographie

Carte de la Manche
Article d√©taill√© : G√©ographie de la Manche.

La Manche fait partie de la r√©gion Basse-Normandie. Elle est limitrophe des d√©partements du Calvados, de l'Orne, de la Mayenne et d'Ille-et-Vilaine. Incluant la p√©ninsule du Cotentin, le d√©partement est baign√© par la Manche sur toute sa fa√ßade ouest, ainsi qu'au nord et au nord-est, sur 350 km de c√ītes.

Par la géologie, le département se rattache au Massif armoricain. La Manche se divise en terroirs, intégré essentiellement au bocage normand. On peut citer du nord-ouest au sud-est la Hague, le val de Saire, le bocage valognais, le Plain, le Coutançais, le Saint-Lois et l'Avranchin.

La population est majoritairement rurale. En dehors des agglomérations cherbourgeoise et saint-loise, le territoire est maillé de petites villes et de gros bourgs commerçants.

√Čtymologie

Lorsque le 26 f√©vrier 1790, l'Assembl√©e nationale constituante fixe par d√©cret le nom de chacun des d√©partements instaur√©s, la Manche d√©signe d√©j√† depuis le milieu du XVIIe si√®cle, soit 150 ans, la mer d√©crite plus haut[1]

Histoire

Article d√©taill√© : Histoire de la Manche.
Blason de la Manche

Peupl√©e √† l'origine des peuples celtes, les Unelles et les Abrincates, cette r√©gion fut envahie par les Romains contre les troupes de Viridorix (-56). Elle fait partie du royaume de Bretagne de 867 jusqu'√† ce que les Normands la conqui√®rent en 933. Elle est occup√©e par les troupes de Philippe-Auguste et annex√©e au royaume de France en 1204, except√© les √ģles Anglo-Normandes. Le futur d√©partement se partage alors entre deux pays, h√©rit√©s des peuples gaulois, le Cotentin et l'Avranchin.

La Manche est ensuite le th√©√Ętre de nombreuses guerres et r√©voltes durant l'Ancien R√©gime, avec la guerre de Cent Ans, la Ligue du Bien public (1476), les Guerres de religion du XVIe si√®cle entre Montgomery et Matignon, la r√©volte des va-nu-pieds en 1639, jusqu'aux r√©voltes vend√©ennes (si√®ge de Granville, 1793). Les rivalit√©s franco-anglaises entra√ģnent au XVIIIe si√®cle le d√©veloppement des deux ports : le port militaire de Cherbourg, et l'activit√© corsaire √† Granville.

Le d√©partement a √©t√© cr√©√© √† la R√©volution fran√ßaise, le 4 mars 1790, en application de la loi du 22 d√©cembre 1789, √† partir d'une partie de la province de Normandie et de la g√©n√©ralit√© de Caen. Son chef-lieu fut d'abord fix√© √† Coutances, puis remplac√© par Saint-L√ī en 1796, bien que le tribunal d'instance soit toujours √† Coutances de nos jours. La ville de Coutances reprit temporairement le r√īle de pr√©fecture apr√®s la Seconde Guerre mondiale en raison de la destruction presque totale de Saint-L√ī, et ce jusqu'√† la reconstruction de cette derni√®re. En 1956, le d√©partement de la Manche fut administrativement int√©gr√© √† la r√©gion de programme de Basse-Normandie.

Le XIXe si√®cle voit l'industrialisation du d√©partement qui garde cependant une identit√© profond√©ment rurale. Le travail du fer se d√©veloppe, et l'industrie agroalimentaire appara√ģt et s'exporte.

L'arm√©e allemande fortifie les c√ītes de la Manche √† partir de 1940 avec le mur de l'Atlantique. En juin 1944 la bataille de Normandie se joue en partie sur la c√īte est du Cotentin, √† Utah Beach, puis avec l'op√©ration Cobra. Avec de nombreuses communes d√©truites √† 80 % ou 90 % (comme Saint-L√ī, dite la ¬ę capitale des ruines ¬Ľ), les ann√©es 1945-1960 sont synonymes de retour des populations et reconstruction rapide.

Climat

Pluviométrie de la Manche

Avec trois fa√ßades maritimes en 300 kilom√®tres de c√ītes, le climat manchois est fortement oc√©anique : les hivers sont doux, avec une temp√©rature moyenne de janvier comprise entre entre 4¬įC et 7¬įC du Bocage vers le cap de la Hague, aux rares gel√©es, les √©t√©s temp√©r√©s, avec une temp√©rature moyenne de ao√Ľt de 17¬įC environ. Ainsi, la p√©riode de gel n'exc√®de pas 6 jours sur les c√ītes, et dure jusqu'√† 54 jours dans le Saint-Lois et le Mortainais. L'amplitude thermique journali√®re est entre 4 ¬įC sur la c√īte et 7 ¬įC dans les terres l'hiver, 5 ¬įC √† 12 ¬įC l'√©t√©[2].

La pluviom√©trie est importante (entre 120 et 160 jours de pr√©cipitations sup√©rieures √† 1 mm par an en moyenne[2]), mais varie beaucoup en fonction des terroirs, entre 700 mm sur la c√īte et 1 300 mm dans le bocage du sud, fr√©quemment sous forme de crachin.

Les c√ītes ouest et nord b√©n√©ficient de l'influence adoucissante de la mer, permettant la naturalisation de beaucoup de plantes m√©diterran√©ennes ou exotiques (mimosas, palmiers, agaves, etc.), malgr√© une faible insolation (environ 1 500 h).

Le vent marin souffle r√©guli√®rement sur la c√īte, ce qui participe avec les mar√©es √† des changements de temps rapides dans une journ√©e. Les forts coups de vent ou les temp√™tes sont courantes.

Article d√©taill√© : Climat de la Manche.

√Čconomie

Article d√©taill√© : √Čconomie de la Manche.

La Manche est le premier département agricole français, principalement dans le domaine de l'élevage (bovin, ovin, équin) et de la culture de fruits (pommes) et légumes (carottes, poireaux, choux-fleurs). Cherbourg-Octeville est un port important (pêche, plaisance, trafic transmanche, commerce, militaire, construction navale). L'industrie nucléaire a pris une importance considérable. L'économie manchoise repose enfin sur le tourisme, essentiellement balnéaire et saisonnier.

Démographie

Article d√©taill√© : D√©mographie de la Manche.

Répartition et évolutions

Le d√©partement de la Manche est dans la moyenne nationale avec une population de 489 000 habitants, et une densit√© de 82 hab/km¬≤.

La seule grande ville du d√©partement est Cherbourg-Octeville (46 973 hab), devant la pr√©fecture, Saint-L√ī (23 212 hab). L'agglom√©ration cherbourgeoise compte d'ailleurs trois des cinq villes de plus de 10 000 habitants, avec √Čqueurdreville-Hainneville (18 197 hab) et Tourlaville (17 884 hab). La communaut√© urbaine de Cherbourg (CUC), avec plus de 90 000 habitants, repr√©sente √† elle seule plus de 20 % de la population totale d'un d√©partement qui reste fortement rural (52 % de la population vit dans les campagnes, contre 20 % en France).

Au cours du XIXe si√®cle, la population du d√©partement est pass√© de 530 600 habitants √† 1801, √† 600 000 un demi si√®cle plus tard, avant de retomber √† 545 000 en 1871, et 513 800 en 1891. Cette baisse est imputable √† l'exode rural et √† un taux de mortalit√© sup√©rieur √† celui de la natalit√©. Gochet recense √† la fin de ce si√®cle ¬ę environ 18000 protestants et 800 √©trangers[3] ¬Ľ.

De 451 939 habitants en 1968, la population a cru de 6,5% pour atteindre 481 471 en 1999[4], puis 489 500 en 2007, soit une progression annuelle moyenne de 0,24 % ces sept derni√®res ann√©es. L'analyse de cette derni√®re p√©riode met en relief un vieillissement de la population, du fait de soldes naturel et migratoire positifs tandis que les jeunes quittent le d√©partement pour la formation et l'emploi. Du fait de l'√©talement urbain, les villes de plus de 10 000 habitants perdent leur population au profit des territoires ruraux, particuli√®rement littoraux. L'Avranchin et le Coutan√ßais pr√©sentent un solde positif, au d√©pens du Mortanais et du Plain-Cotentin. Manque de logement et probl√®me √©conomique engendrent un flux migratoire n√©gatif dans l'agglom√©ration cherbourgeoise[5]

Gentilé

Les habitants du d√©partement de la Manche sont appel√©s traditionnellement ¬ę les Manchots ¬Ľ. √Ä la fin du XXe si√®cle, les m√©dias ont commenc√© √† utiliser aussi le terme ¬ę Manchois ¬Ľ. L‚Äôintelligentsia les avait avec le m√™me mot pr√©c√©d√©s d√®s le XIXe si√®cle. On se dit effectivement autant ¬ę Manchot ¬Ľ que ¬ę Manchois ¬Ľ. Tout d√©pend peut-√™tre du milieu auquel on appartient. De souche profond√©ment rurale, et toujours pr√™t √† le montrer, on se dirait plut√īt ¬ę Manchot ¬Ľ. Mais, venant d'autres milieux, on aurait tendance √† s'affirmer ¬ę Manchois ¬Ľ pour ne pas se d√©valoriser. √Ä noter que les ouvrages officiels (tel que le Dictionnaire Larousse 2004 par exemple) qualifient les habitants de la Manche comme √©tant des ¬ę Manchois ¬Ľ.

Manchots ou Manchois ?
  • Manchot : Pour certains, il semble √©vident aujourd‚Äôhui de nommer ¬ę Manchots ¬Ľ les habitants de la Manche, mais il n‚Äôen fut pas toujours ainsi, car on peut aussi les appeler les Manchois. La suppos√©e disparition de Manchois au profit de Manchot s‚Äôexpliquerait par la conjonction d‚Äôun refus vivace du parisianisme tout au long du XIXe si√®cle et la plus grande familiarit√© de ce concurrent qui non seulement avait l‚Äôavantage d‚Äô√™tre un mot d‚Äôusage courant depuis le XIIe si√®cle et rappellerait en outre les nombreux diminutifs familiers en ot(te) en vigueur √† l‚Äô√©poque (Charlot(-te), Jeannot, Julot, Pierrot, etc). L‚Äôappellation ¬ę Manchois ¬Ľ serait condamn√©e par la substitution en Basse-Normandie du suffixe ‚Äďais au suffixe ‚Äďois. Le r√©sultat serait qu‚Äôaujourd‚Äôhui on ne trouve plus dans aucun dictionnaire r√©cent de langue fran√ßaise le mot Manchois, pourtant terme tr√®s usit√© dans l‚Äôadministration fran√ßaise, et plus globalement hors de la Manche, pendant pr√®s d‚Äôun si√®cle.
  • Manchois : D√®s le premier quart du XIXe si√®cle, apr√®s l‚Äôinstitution des d√©partements fran√ßais, le nom de ¬ę Manchois ¬Ľ appara√ģt sous la plume d‚Äôauteurs dits parisiens, tel Barbey d‚ÄôAurevilly, n√© √† Saint-Sauveur-le-Vicomte et promoteur du caract√®re provincial de sa petite patrie. Le gentil√© Manchois s'est perp√©tu√© jusqu‚Äô√† nos jours, notamment sous sa forme adjectiv√©e et dans les documents et publications officiels du conseil g√©n√©ral de la Manche. Quant √† l‚Äôargument des dictionnaires, propos√© pour r√©futer une incertaine disparition de ce mot, il faut savoir qu‚Äôon n‚Äôy trouve pas non plus les gentil√©s de l‚ÄôEure ni de la Seine-Maritime. Qui plus est, jamais Manchot n‚Äôy figure.

Tourisme

Article d√©taill√© : Tourisme dans la Manche.

Religion

Pour l'√Čglise catholique, le d√©partement de la Manche correspond au dioc√®se de Coutances. Le Mont-Saint-Michel est un haut lieu de p√®lerinage pour les catholiques. Il existe de nombreuses abbayes dans la Manche.

La religion catholique est largement majoritaire dans la Manche. Selon un sondage de Ifop pour La Vie, en décembre 2006, plus de 75% des Manchots se déclaraient proche du catholicisme.

Plus de 20% des Manchois se disent sans religion. Les musulmans représentent moins de 1% de la population.

Les protestants de la Manche dépendent du consistoire de Caen.

Culture

Article d√©taill√© : Culture dans la Manche.

Cherbourg-Octeville est le principal p√īle culturel de la Manche, disposant d'une sc√®ne nationale, d'un centre r√©gional d'art du cirque, de deux cin√©mas, dont un d'Art et d'essai.

Plusieurs festivals animent la saison culturelle, qu'ils soient musicaux (Chauffer dans la noirceur, les Traversées de Tatihou, Jazz sous les pommiers, Festival Papillons de nuit) ou cinématographiques (Festival des cinémas d'Irlande et de Grande-Bretagne, Cinémovida).

Le Réseau départemental des sites et musées de la Manche mis en place par le Conseil général regroupe 18 sites patrimoniaux et musées sur l'ensemble du département, dont 14 sont ouverts au public.

Le Conseil général de la Manche a officiellement lancé le portail internet wiki, Wikimanche au printemps 2007.

Politique

Terre rurale, le d√©partement a politiquement une tradition conservatrice, ¬ę violemment mod√©r√© ¬Ľ selon les mots de Tocqueville, √† l'exception notable de Cherbourg, plus ouvri√®re et plus √† gauche. Cependant, avec le temps, le d√©partement semble de plus en plus voter conform√©ment aux vagues √©lectorales nationales.

Après la guerre, le conseil général de la Manche est dominé par les élus indépendants sous la présidence d'Henri Cornat et Léon Jozeau-Marigné. Avec l'élection de Jean-François Le Grand puis la constitution de l'UMP, la plupart des conseillers se présente sans étiquette, souvent des proches du parti majoritaire qui refuse d'être encarté. Aussi, la droite dispose actuellement d'une majorité confortable avec 9 UMP, 12 divers droite et 15 sans étiquette. L'opposition est composée de 11 socialistes, dont les conseillers des cantons de la communauté urbaine de Cherbourg, et de 4 divers gauche. L'assemblée compte également un élu du Modem, Olivier Beck[6].

L'assembl√©e reste domin√©e par les hommes √Ęg√©s. La moyenne d'√Ęge de l'assembl√©e est en 2008 de 58 ans et demi, contre 54 ans et 4 mois en 1994, et 57 ans et demi en 2001, augmentation parall√®le √† celle de l'√Ęge des candidats : 55 ans en 2008 contre de 53 ans en 2001, et pr√®s de 90 % des √©lus d√©partementaux qui ont plus de 50 ans. Cons√©quence, les retrait√©s repr√©sentent plus d'un tiers des conseillers g√©n√©raux, contre 17,3 % en 1994 et 19,2 % en 2001. Les professions m√©dicales sont √©galement surrepr√©sent√©es, avec sept v√©t√©rinaires, deux m√©decins et un dentiste, en activit√© ou √† la retraite. Parmi les actifs, on trouve donc en 2008 un quart de professions lib√©rales, dont la part se r√©duit au profit des cadres (24,2 %), des chefs d'entreprise (18,2 %), des employ√©s (15,2 %), des enseignants (12,1 %) et des agriculteurs (6,1 %), ces derniers qui n'√©taient plus pr√©sents dans l'assembl√©e depuis la d√©cennie 1990[6].

L'assembl√©e ne compte que quatre femmes, l'obligation de parit√© se traduisant par la rel√©gation des femmes comme suppl√©ante. La f√©minisation des √©diles n'est pas plus forte parmi les autres √©lus. Depuis la d√©faite d'Anne Heinis aux s√©natoriales de 2001, les Manchoises sont absentes des bancs parlementaires, et aucune ne dirige une commune de plus de 3 500 habitants[7], pour lesquelles la loi du 31 janvier 2007 contraint √† la stricte alternance hommes-femmes dans la constitution des listes √©lectorales.

Le cumul des mandats est la r√®gle au niveau d√©partemental : 51,9 % des conseillers g√©n√©raux sont maires, 11,5 % occupent des postes d'adjoints, 23,1 % sont conseillers municipaux. Trois des huit parlementaires de la Manche ne d√©tiennent que ce mandat. Les l√©gislatives de 2007 ont en revanche vu le renouvellement de trois d√©put√©s sur cinq, faisant passer la moyenne d'√Ęge de 60 √† 53 ans et demi[6].

Administration

Il y a 601 communes.

Sports

  • Football : principaux clubs : AS Cherbourg, US Avranches, FC Saint-L√ī Manche, US Granville, ES Pointe Hague...
  • Cyclisme : le d√©partement a accueilli 21 fois le Tour de France comme ville-√©tape (arriv√©e) : 16 fois √† Cherbourg, 2 fois √† Avranches, 1 fois √† Granville, 1 fois √† Saint-Hilaire-du-Harcou√ęt et 1 fois au Mont Saint-Michel. Le village de Saint-Martin-de-Landelles accueille √©galement chaque √©t√© la Polynormande, √©preuve de la Coupe de France, organis√©e par Daniel Mangeas.
  • Voile : le d√©partement a accueilli plusieurs fois le Solitaire du Figaro pour la ville de Cherbourg
  • Boxe tha√Įlandaise : Villedieu-les-Po√™les
  • Badminton : Deux clubs du d√©partement √©voluent au niveau national (N3): St Hilaire du Harcouet et Hainneville.
  • Tir √† l'arc : Un club √©volue en Nationale 1 f√©minine OHS Cherbourg Octeville
  • Golf: parcours: Granville, Br√©hal, Coutainville, Cherbourg, Centre Manche, Fontenay, C√īte des Isles

Voir aussi

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Sur l'√©tymologie du nom du d√©partement, cf pages 186 et 187 de Manche, ouvrage collectif publi√© aux √Čditions Bonneton ISBN 2-86253-205-3
  2. ‚ÜĎ a‚ÄČ et b‚ÄČ Caract√©ristique du d√©partement de la Manche, M√©t√©o France
  3. ‚ÜĎ Alexis Gochet, La France pittoresque du Nord : histoire et g√©ographie des provinces d'Ile-de-France, Champagne, Flandre, Artois, Picardie, Normandie et Maine et des d√©partements qu'elles ont form√©s. Tours : A. Mame et fils, 1896. Sur Gallica
  4. ‚ÜĎ Recensement 1999, INSEE
  5. ‚ÜĎ Guillaume Ballard, ¬ę 489 500 habitants vivent dans la Manche ¬Ľ, Ouest-France, 16 janvier 2008
  6. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ et c‚ÄČ Michel Boivin, ¬ę Les conseils g√©n√©raux prennent des rides ¬Ľ, La Manche libre, 2 juin 2008
  7. ‚ÜĎ ¬ę Liste des maires du d√©partement ¬Ľ, Pr√©fecture de la Manche, 6 octobre 2008

Bibliographie

  • Alain-Fran√ßois Lesacher, La Manche, une aventure humaine, photographies de Bruno Colliot, √©ditions Ouest-France, 2006
  • Maurice Lecoeur, Michel Besnier et Norbert Girard La Manche entre Bretagne et Cotentin, Ed. Iso√®te 2000
  • La Manche, les 602 communes, Delattre, 2002, 280 p. 
  • Balade dans la Manche, sur les pas des √©crivains, ouvrage collectif, direction Marie-Odile La√ģn√©, Editions Alexandrines, 2006.

La Manche au cinéma

Liens internes

Liens externes

  • Portail de la Normandie Portail de la Normandie

49¬į03‚Ä≤N 01¬į15‚Ä≤W / 49.05, -1.25

Ce document provient de ¬ę Manche (d%C3%A9partement) ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Manche (departement) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Manche (d√©partement) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Manche. Manche ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • D√©partement de la Manche ‚ÄĒ Manche (d√©partement) Pour les articles homonymes, voir Manche. Manche ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • manche ‚ÄĒ 1. (man ch ) s. m. 1¬į¬†¬†¬†Partie d un instrument par o√Ļ on le prend pour s en servir. ‚Äʬ†¬†¬†L homme enfin la prie humblement [la for√™t] De lui laisser tout doucement Emporter une unique branche, Afin de faire un autre manche, LA FONT. Fabl. XII, 16.… ‚Ķ   Dictionnaire de la Langue Fran√ßaise d'√Čmile Littr√©

  • Manche ‚ÄĒ Region Basse Normandie ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Departement ‚ÄĒ D√©partement fran√ßais Pour consulter un article plus g√©n√©ral, voir : Administration territoriale de la France. Carte des 96 d√©partements fran√ßais de m√©tropole ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Departement francais ‚ÄĒ D√©partement fran√ßais Pour consulter un article plus g√©n√©ral, voir : Administration territoriale de la France. Carte des 96 d√©partements fran√ßais de m√©tropole ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • D√©partement Fran√ßais ‚ÄĒ Pour consulter un article plus g√©n√©ral, voir : Administration territoriale de la France. Carte des 96 d√©partements fran√ßais de m√©tropole ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • D√©partement de France ‚ÄĒ D√©partement fran√ßais Pour consulter un article plus g√©n√©ral, voir : Administration territoriale de la France. Carte des 96 d√©partements fran√ßais de m√©tropole ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Manche ‚ÄĒ Manche, La (spr. Mangsch), 1) im Franz√∂sischen der Frankreich von England trennende Kanal, s.d.; 2) ein darnach benanntes franz√∂sisches Departement, Theil der ehemaligen Normandie (Cotatin u. Avranchin), an den Kanal, Calvados, Orne, Mayenne u.… ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • Manche ‚ÄĒ (spr. mńĀngsch ), Departement an der Nordwestk√ľste von Frankreich, ist aus dem westlichen Teil der ehemaligen Niedernormandie gebildet und umfa√üt die beiden Landschaften Avranchin (im S.) und Cotentin (im N.). Es hat 6411 qkm (116,4 QM.)… ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.