Majorque

ÔĽŅ
Majorque
Majorque
Mallorca (ca)
Carte de Majorque.
Carte de Majorque.
Géographie
Pays Drapeau d'Espagne Espagne
Archipel Îles Baléares
Localisation Mer Méditerranée
Coordonn√©es 39¬į 37‚Ä≤ 00‚Ä≥ N 2¬į 57‚Ä≤ 00‚Ä≥ E / 39.616667, 2.9539¬į 37‚Ä≤ 00‚Ä≥ N 2¬į 57‚Ä≤ 00‚Ä≥ E / 39.616667, 2.95
Superficie 3 625,75 km2
Point culminant Puig Major (1 445 m)
Géologie Île continentale
Administration
Drapeau d'Espagne Espagne
Communauté autonome Îles Baléares
Province Îles Baléares
Démographie
Population 814 275 hab. (2007)
Densit√© 224,58 hab./km2
Plus grande ville Palma
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+1

G√©olocalisation sur la carte : √éles Bal√©ares

(Voir situation sur carte : √éles Bal√©ares)
Majorque
Majorque

G√©olocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Majorque
Majorque
Îles d'Espagne

Majorque (Mallorca en castillan et catalan) est la plus grande des √ģles Bal√©ares. Elle se situe en mer M√©diterran√©e, au large de Valence.

L'√ģle compte environ 814 275 habitants. Sa capitale est Palma ‚Äď Les Majorquins l'appellent Ciutat. Elle comprend 6 r√©gions principales : Serra de Tramuntana (montagnes, au nord), Ponent (au sud-ouest), Raiguer (terres agricoles et viticoles au pied de la montagne), Pla (au centre), Migjorn (√† l'est), Llevant (sud-est) et la ville de Palma.

Elle fut habit√©e d√®s la p√©riode pr√©historique (sites de Ses Pa√Įsses, pr√®s de la ville d'Art√†), puis par les Romains (ruines d'Alc√ļdia, ex-Pollentia romaine), remplac√©s par les Maures almoravides, puis les Almohades (de 902 √† 1229), suivis des Catalans. L'√ģle fut le centre d'un royaume ind√©pendant qui exista de 1276 √† 1344, le royaume de Majorque. Le catalan est la langue officielle avec le castillan.

Environ 70 % de son produit int√©rieur brut provient du tourisme, d√©velopp√© √† partir des ann√©es 1960. Pour les Allemands, Majorque est l'un des principaux lieux de vill√©giature europ√©ens, attirant nombre d'√©trangers, ce qui a valu √† l'√ģle le surnom ironique de ¬ę dix-septi√®me Land ¬Ľ. 7 % des r√©sidents permanents de l'√ģle sont des Allemands[1]. L'activit√© agricole traditionnelle est centr√©e sur les productions v√©g√©tales : vin (Binissalem), amandes, olives, l√©gumes.

Si dans beaucoup d'esprits Majorque reste synonyme de tourisme anarchique, inspir√© par la mer et pouss√© par une urbanisation de masse (¬ę la bal√©arisation ¬Ľ), l'√ģle et la vie majorquine offrent bien des aspects qui contredisent cette vision : villages agricoles pr√©serv√©s, traces diverses de cultures pass√©es, art et culture (au XIIIe si√®cle, le philosophe Raymond Lulle ‚Äď Ramon Llull ‚Äď fonda √† Majorque une √©cole r√©put√©e de langues et de th√©ologie), marche et randonn√©e dans les zones montagneuses, gastronomie.

L'afflux touristique est devenu plus varié (origines et styles de vie), avec une part grandissante d'immigration d'Européens du nord venant s'installer à demeure.

Depuis quelques ann√©es, cette ¬ę bal√©arisation ¬Ľ est de plus en plus contr√īl√©e par le gouvernement local, d√©sireux de prot√©ger son patrimoine, sa culture et sa langue. De nombreuses zones ont √©t√© d√©cr√©t√©es ¬ę r√©serves naturelles ¬Ľ, prot√©geant ainsi le littoral contre cette expansion anarchique.

Sommaire

Histoire

La pr√©sence humaine √† Majorque remonte √† la pr√©histoire. On a retrouv√© des tombes et traces d'habitations datant du n√©olithique, soit 6000 √† 4000 ans avant J√©sus-Christ. L'√ģle fut occup√©e par les Carthaginois avant d'√™tre conquise en l'an 123 avant J.-C. par Quintus Caecilius Metellus ‚Äď qui re√ßut le surnom de Balearicus ‚Äď et de passer sous l'autorit√© de Rome. La p√©riode romaine fut favorable, et vit la fondation de Pollentia (Alc√ļdia) et Palmaria (Palma). L'√©conomie reposait sur la culture de l'olivier, de la vigne et sur la production de sel.

Les Vandales mirent les √ģles Bal√©ares √† sac en 425 ou 426 et les annex√®rent √† leur royaume en 465. En 534, √† l'occasion de l'effort de reconqu√™te de l'Empire romain d'Occident par Justinien, le g√©n√©ral B√©lisaire regagna l'archipel pour le compte de Byzance. Pendant la p√©riode de domination byzantine, le christianisme y fut florissant et de nombreuses √©glises furent construites. Cependant, √† partir de 707 commenc√®rent des raids maritimes men√©s par les musulmans √† partir des c√ītes d'Afrique du Nord.

Ces attaques se poursuivirent jusqu'√† ce que, finalement, en l'an 903, Majorque tombe sous la domination de l'√©mir Omeyyade d'Espagne. Selon les chroniques de l'√©poque, le ch√Ęteau d'Alar√≥ fut le dernier bastion tenu par les chr√©tiens. Sous la domination musulmane, une civilisation brillante se d√©veloppa qui fit de Palma, devenue Madina Mayurqa un centre culturel important. L'√ģle connut une p√©riode de grande prosp√©rit√©. Les musulmans d√©velopp√®rent l'agriculture irrigu√©e et l'artisanat local. Lors de la d√©composition du califat de Cordoue en 1015, Majorque releva tout d'abord du royaume de Denia avant de devenir, entre 1087 et 1114 un des nombreux royaumes dits Taifas.

En 1114, √† la suite d'actes de piraterie men√©s √† partir de Majorque contre les navires chr√©tiens en M√©diterran√©e, une arm√©e coalis√©e de Pisans, de Proven√ßaux et de Catalans d√©barqua √† Majorque, mit le si√®ge devant Palma pendant huit mois, prit la ville et la saccagea. Mais, pendant l'absence de Raimond-B√©renger III de Barcelone, les Pisans s'enfuirent lorsque apparurent des secours envoy√©s par les Almoravides d'Afrique du Nord. Ceux-ci gouvern√®rent jusqu'en 1203, puis furent remplac√©s par les Almohades jusqu'en 1229. En 1208, les Almohades nomm√®rent gouverneur un certain Ab√ļ Yahya, lequel se comporta de fa√ßon quasiment ind√©pendante, reconnaissant toutefois une soumission de pure forme √† l'√©mirat central almohade.

Les actes de piraterie avaient repris, ce qui détermina les cités commerçantes de Barcelone, Tarragone et Tortosa à solliciter l'aide du roi d'Aragon Jacques Ier. En décembre 1228, il fut décidé qu'elles mettraient à disposition les vaisseaux nécessaires à une expédition, les chevaliers aragonais (les plus nombreux) et catalans devant recevoir en paiement de leurs services le butin et les territoires à conquérir sur l'ennemi.

L'exp√©dition, comprenant 15 000 hommes et 1500 chevaux part√ģt de Salou, en Catalogne, d√©barqua √† Santa Pon√ßa et d√©fit l'arm√©e musulmane √† la bataille de Portop√≠ le 13 septembre 1229. En d√©cembre, Palma fut prise et ses habitants pass√©s au fil de l'√©p√©e. Le grand nombre de cadavres eut d'ailleurs pour cons√©quence de provoquer une √©pid√©mie qui d√©cima l'arm√©e des vainqueurs. En outre les disputes au sujet de la r√©partition du butin sem√®rent la zizanie dans les troupes des conqu√©rants. Mais l'√ģle fut soumise en quelques mois, seule une petite poche de r√©sistance subsista jusqu'en 1232 dans la Serra de Tramuntana. La population musulmane s'√©tait enfuie vers l'Afrique ou fut r√©duite en esclavage.

Dans son testament, Jacques Ier avait pr√©vu de diviser ses domaines par la cr√©ation du royaume de Majorque, vassal du royaume d'Aragon et comprenant les √ģles Bal√©ares, le Roussillon, la Cerdagne, la seigneurie de Montpellier, la vicomt√© de Carlad√®s et la baronie d'Omelas. A sa mort, son fils Jacques prit le nom de Jacques II de Majorque et assuma le pouvoir dans le cadre d'une charte dite Carta de les Franqueses.

L'existence de ce royaume fut de courte dur√©e, car les souverains d‚ÄôAragon parvinrent √† en reprendre possession en 1349 : la mort de Jacques III de Majorque √† la bataille de Llucmajor contre son cousin Pierre IV d'Aragon, marque la fin du royaume. Cependant, et jusqu‚Äô√† sa mort en 1404 sa fille Isabelle r√©fugi√©e en France au ch√Ęteau de Gallargues, pr√®s de Montpellier, qui lui avait √©t√© c√©d√© par le roi Charles VI, continua √† revendiquer le titre de reine de Majorque. Majorque partagea ensuite le sort du royaume d‚ÄôAragon, int√©gr√© plus tard dans le royaume d‚ÄôEspagne.

Géographie

Villes principales

Liste des municipalités de Majorque

Les six comarques de Majorque ont pour villes principales :

Alar√≥ | Alc√ļdia | Algaida | Andratx | Ariany | Art√° | Banyalbufar | Binissalem | B√ļger | Bunyola | Calvi√° | Campanet | Campos | Capdepera | Consell | Costitx | Dei√† | Escorca | Esporles | Estellencs | Felanitx | Fornalutx | Inca | Lloret de Vistalegre | Lloseta | Llub√≠ | Llucmajor | Manacor | Mancor de la Vall | Maria de la Salut | Marratx√≠ | Montu√Įri | Muro | Palma | Petra | Sa Pobla | Pollen√ßa | Porreres | Puigpunyent | Ses Salines | Sant Joan | Sant Lloren√ß des Cardassar | Sant Llu√≠s | Santa Eug√®nia | Santa Margalida | Santa Mar√≠a del Cam√≠ | Santany√≠ | Selva | Sencelles | Sineu | S√≥ller | Son Servera | Valldemossa | Vilafranca de Bonany

Orographie

Le Puig Major, la plus haute montagne de l'√ģle
Le pic de l'Ofre et des Cornadors.

Majorque pr√©sente trois cha√ģnes montagneuses : la Cha√ģne Tramontane, la cha√ģne du levant et le massif de Randa qui sont plus basses. La premi√®re cha√ģne pr√©sente les sommets les plus haut. Huit d'entre eux d√©passent les 1 000 m, la montagne culmine au Puig major √† 1 445 m. La seconde chaine de montagne culmine √† 562 m au Pic de morell et le dernier massif √† 543 m au pic de Randa.

Transports

Routes et autoroutes

Palma est desservie par trois autoroutes, les Ma-1, Ma-19 et le p√©riph√©rique Ma-20. Ce dernier est reli√© √† la Ma-13 qui connecte Palma au Centre et au Nord de l'√ģle.

La Ma-19 relie la capitale à Llucmajor.

Chemin de fer

Article d√©taill√© : R√©seau ferroviaire de Majorque.

Transport aérien

L'√ģle est desservie par l'a√©roport de Palma de Majorque (Son San Juan), qui peut accueillir des gros porteurs (Boeing 747), est situ√© √† l'est de la ville de Palma. √Ä son nord-est on trouve √©galement un a√©rodrome r√©gional : l'a√©rodrome de Son Bonet.

Transport maritime

Les compagnies maritimes Bale√†ria (es), ISCOMAR (es) et Trasmediterr√°nea (es) exploitent des lignes r√©guli√®res de ferries en direction des autres √ģles et du continent :

Tourisme

Jadis, dans les vall√©es fertiles, la vie gravitaient autour de 700 moulins. Ils servaient √† moudre de grain, mais aussi √† puiser l'eau en profondeur. Aujourd'hui, beaucoup sont √† l'abandon. Mais quelques uns ont √©t√© reconvertis en restaurant ou en g√ģte, voire r√©am√©nag√©s pour produire de l'√©nergie √©olienne.

Lieux touristiques

  • Son Marroig est l'ancienne r√©sidence de l'archiduc d'Autriche, Louis-Salvador de Hasbourg-Lorraine. Cette magnifique maison de style italien, construite au XIXe si√®cle, autour d'une tour fortifi√©e du VIe si√®cle, est devenue un mus√©e et offre un tr√®s beau point de vue sur la mer.
  • Inaugur√©e en 1912, la ligne reliant Palma √† Soller est la plus vieille de l'archipel des Bal√©ares. Un vieux train en bois, le ¬ę Flecha roja ¬Ľ (¬ę √©clair rouge ¬Ľ), court toujours sur ses vingt-sept kilom√®tres de rail, le long de la Serra de Tramuntana, entre oliviers et amandiers.
  • Les bains maures, cach√©s dans une ruelle de Palma, datent du Xe si√®cle. Ils figurent parmi les rares vestiges de l'√©poque arabe. Le must : la salle carr√©e, rythm√©e par des colonnades et coiff√©e d'une coupole en demi-lune.
  • Au sommet d'une pin√®de surplombant la ville et la baie de Palma, le Castell Bellver compte parmi les constructions gothiques les mieux conserv√©es d'Europe. √Čdifi√© au XIVe si√®cle, il a √©t√© le lieu de r√©sidence des souverains majorquins.
  • Perdu en plein massif de la Derrera et fond√© au XIIIe si√®cle, le monast√®re de Lluch, chef d'Ňďuvre d'architecture composite, est un centre spirituel et culturel tr√®s actif. Chaque premier week-end d'ao√Ľt, des milliers de p√®lerins vont encore se recueillir devant la Moretana, la vierge noire, saint patronne de l'√ģle.
  • D√©clar√©s monument naturel en 2001, les Fonts Ufanes, blottis au coeur d'une for√™t de ch√™nes, semblent sortis tout droit d'un monde imaginaire. En cas de fortes pluies, les eaux souterraines jallissent comme par enchantement du sol argileux, avec un d√©bit allant de 3 000 √† 100 000 litres par seconde.
  • D√©couvertes pr√®s de Porto Cristo, les grottes dels Hams, grottes des hame√ßons en dialecte majorquin, sont une enfilade de quatorze cavit√©s plongeant les visiteurs jusqu'√† trente m√®tres sous terre. ¬ę premi√®res visions ¬Ľ, ¬ę cimeti√®re des f√©es ¬Ľ, ¬ę r√™ve de l'ange ¬Ľ ... Les noms de salles sugg√®re la magie des lieux.
  • Le parc naturel de Mondrago a √©t√© d√©clar√©e parc naturel en 1992. Ses 785 hectares abritent deux tr√©sors de l'√ģle : plusieurs esp√®ces de l√©zards, mascottes de l'archipel, et les champs de posidonies, une plante sous-marine prot√©g√©e car elle purifie l'eau et sert de repaire √† de nombreuses esp√®ces.

Célébrités

Les joueurs de tennis Rafael Nadal et Carlos Moy√° sont natifs de Manacor.

Culture

Cinéma

Musique

Cuisine

La cuisine bal√©arique est riche et vari√©e, elle comporte notamment des touches de gastronomies arabe et africaine. On notera particuli√®rement :

  • La sobrada artesana : composition de porc, d'huile d'olives, et de poivrons ;
  • L'ensa√Įmada : g√Ęteau au sucre, aux Ňďufs, et au saindoux, puis fourr√© (cr√®me catalane, soubressade, charcuterie) ;
  • La sope Mallorquine : soupe traditionnelle au pain, aux poivrons, aux oignons et √† la tomate ;
  • Le Polo el Loco : ancienne pr√©paration d'origine fran√ßaise de porcelets embroch√©s et de dindes fourr√©es √† la viande ;
  • Le tumbet : sorte de ratatouille de poivrons, tomates, aubergines, mais avec des pommes de terre et dans courgettes, le tout frit et napp√© de sauce tomate ;
  • Les formatjades : petits chaussons fourr√©s √† la viande ou au poisson ;
  • le queso de Ma√≥ : fromage local.

Littérature

Galerie d'images

Références

  1. ‚ÜĎ Claude Mangin, L‚ÄôAllemagne, Belin, Paris, 2003, (ISBN 2701132290), p.112.

Annexes

Article connexe

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Majorque de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Majorque ‚ÄĒ (en esp. Mallorca) la plus grande des √ģles Bal√©ares (V. Bal√©ares); 3 640 km¬≤; 530 000 hab.; cap. Palma de Majorque. Tourisme tr√®s actif. Cultures ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • majorque ‚ÄĒ MAJORQUE, et Minorque, Nunc vulgo Maiorica et Minorica, a dispari magnitudine: olim Baleares insulae, Gymnesiae. Aucuns prononcent Malorque et Minorque ‚Ķ   Thresor de la langue fran√ßoyse

  • √éle Majorque ‚ÄĒ Majorque Majorque Mallorca (ca) Carte de Majorque. G√©ographie Pays ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Jacques III De Majorque ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Jacques III ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Jacques III de Majorque ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Jacques III. Cette illustration du llivre de privilegis de Majorque rep ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Jacques iii de majorque ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Jacques III ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Rocade de Palma de Majorque ‚ÄĒ Ma 20 Rocade de Palma de Majorque Longueur 10 km Intersections Ma 1, Ma 13, Ma 15, Ma 19 Vers Palma de Majorque ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Royaume de Majorque ‚ÄĒ Reino de Mallorca (an/es) 1229 ‚Äď 1349 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Royaume de majorque ‚ÄĒ Les armes des rois de Majorque ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Palais des rois de Majorque ‚ÄĒ P√©riode ou style M√©di√©val Type ch√Ęteau fort ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.