Maison De France

ÔĽŅ
Maison De France

Maison de France

La Maison de France incarnait sous l'Ancien régime la continuité des institutions politiques du royaume de France, dans ses relations avec les souverains des autres pays. Elle comportait à la fois une dimension patrimoniale (le domaine royal) et familiale (la famille royale).

Cette continuit√© a √©t√© permise par la succession des diff√©rentes dynasties qui ont r√©gn√© sur la France, √† partir de 987 les Cap√©tiens et leurs diff√©rentes branches. La politique d'alliances familiales avec les autres maisons princi√®res ou royales permettant d'asseoir la paix, de contr√īler les fronti√®res, et d'√©tablir durablement le domaine royal en reprenant le contr√īle des anciens apanages sans h√©ritier.

L'av√®nement en 1316 de Philippe V le Long consacre d√©finitivement le principe selon lequel sont successibles les seuls princes m√Ęles descendants de saint Louis, n√©s d'un mariage l√©gitime. Les r√®gles √©dict√©es par les juristes de l'Ancien R√©gime ont permis de borner tr√®s strictement la qualit√© de prince du sang, parfois contre la volont√© du prince. On se reportera pour ce point √† la question des b√Ętards l√©gitim√©s, de la religion du prince et des autres lois fondamentales du royaume.

Maison royale de France désigne plus particulièrement la succession des familles capétiennes qui ont donné des rois de France depuis l'avènement d'Hugues Capet. Elle se compose d'un certain nombre de branches et de leurs rameaux. Certaines de ses branches ont accédé à la Couronne, d'autres sont restées cadettes. Beaucoup se sont éteintes.

Sommaire

Lignages royaux antérieurs aux Capétiens

Appel√©s ¬ę rois de la premi√®re, deuxi√®me et troisi√®me race ¬Ľ par les anciens officiers ou jurisconsultes de la chancellerie de France, les historiens modernes d√©signent les dynasties royales fran√ßaises depuis le milieu du XIXe si√®cle comme les m√©rovingiens (issue de M√©rov√©e , les Carlovingins puis carolingiens (du nom de Charles Martel), les Cap√©tiens (issue d'Hugues Capet). La maison imp√©riale des napol√©onides (issue de Napol√©on) n'est pas assimil√©e par les historiens comme un √©l√©ment de la ¬ę Maison de France ¬Ľ, mais comme une dynastie nouvelle.

L'unité du royaume franc s'est faite à travers la succession des rois mérovingiens dès le sacre de Clovis et de Clotilde, date la plus reculée à laquelle les historiens commencent à désigner la Gaule comme la Francie ou la France. Ces lignages se sont toutefois partagé leurs royaumes à chaque génération, y compris à l'époque carolingienne. Il faut attendre l'installation pérenne des Capétiens pour voir la fin du système des partages, et son remplacement par le système des apanages.

Composition de la maison royale sous les deniers capétiens

Le domaine royal

Il comprend un grand domaine, qui correspond au domaine public, le petit domaine, qui est le domaine privé de la famille royale, et le domaine concédé inaliénable, comme les apanages ou les grandes charges qui ne sont pas héréditaires.

C'est √† tort que l'on montre dans les livres d'histoire du XIXe si√®cle des cartes historiques de la France dans lesquelles on consid√®re comme une date d'acquisition de chaque province, celle de sa derni√®re r√©union au domaine royal. En effet, toutes ces provinces qui mouvaient de la couronne sont d'anciennes possessions royales qui avaient √©t√© pr√©c√©demment conc√©d√©es, le plus souvent √† un prince de sang.

Article d√©taill√© : Provinces de France.

(il faudrait mettre le lien direct avec § Liste des anciennes provinces de France)

Article d√©taill√© : Domaine royal.

La famille royale

La notion de famille royale se comprend au sens restreint comme au sens large. Au sens restreint, la famille royale √©tait la famille proche du roi. L'ampleur de cette ¬ę proximit√© ¬Ľ a pu varier selon les √©poques.

Entre le XVIe si√®cle et 1830, la famille royale de France √©tait compos√©e, dans l'ordre du c√©r√©monial, du roi, de sa femme (la reine), de sa m√®re (la reine m√®re), de ses enfants, de ses fr√®res et sŇďurs, des enfants, des petits-enfants et des √©poux de chacun d'eux, ainsi que, le cas √©ch√©ant, des reines consorts de branches pr√©c√©demment √©teintes.

Le fils a√ģn√© du roi √©tait appel√© le dauphin et son √©pouse la dauphine. Louis de France (1661-1711), dauphin de France tout au long de sa vie, est commun√©ment appel√© le ¬ę Grand Dauphin ¬Ľ.

Le petit-fils a√ģn√© du roi portait un titre d'attente. Louis de France (1682-1712), fils du Grand Dauphin, fut par exemple duc de Bourgogne jusqu'en 1711, puis dauphin pendant quelques mois. Il √©tait le p√®re de Louis XV.

Tous les fr√®res et sŇďurs du roi, ainsi que ses enfants, ses petits-enfants et ses cousins germains recevaient les titres de prince ou de princesse.

Le dauphin √©tait appel√© Monseigneur, son fr√®re pu√ģn√© Monsieur, et l'a√ģn√©e des filles de ce dernier Mademoiselle. La reine, la dauphine et l'√©pouse de Monsieur √©taient appel√©e Madame.

La famille royale se composait ensuite de maisons cousines issues l√©gitimement, par les m√Ęles, d'un fils de France et qui portaient g√©n√©ralement le nom de leur principal apanage ou principaut√©. Ces maisons sont nombreuses mais, pour la plupart, aujourd'hui √©teintes en ligne l√©gitime. Font cependant exception :

  • la maison de Bourbon qui a r√©gn√© sur la France de 1589 √† 1792 et de 1814-1815 √† 1830. Elle se divise aujourd'hui en deux branches :
    • la maison de Bourbon en Espagne, branche cadette issue de Louis XIV qui est devenue branche a√ģn√©e en 1883. Des Bourbons d'Espagne sont √©galement issus les Bourbon des Deux-Siciles, de Parme et du Luxembourg.
    • la maison d'Orl√©ans, qui r√©gna en France de 1830 √† 1848. Branche cadette issue de Louis XIII, la maison d'Orl√©ans revendique √©galement le statut d'a√ģn√©e en France.

Ces diverses branches l√©gitimes ont √©t√© √©tudi√©es par les l√©gistes du roi d√®s le XVIe si√®cle et leurs g√©n√©alogies imprim√©es dans la notable Histoire g√©n√©alogique de la maison royale de la France et des grands officiers de la couronne du P√®re Anselme (√† partir de 1674).

Princes du Sang

Ce n'est qu'à partir des descendants de Louis VI le Gros que tous les fils légitimes de la famille royale furent comptés au nombre des princes du Sang, c'est-à-dire aptes à ceindre la couronne en cas d'extinction de la branche régnante. Ceci arriva pour la première fois en 1316 à la mort de Jean Ier de France. C'est son oncle Philippe de France, comte de Poitiers qui lui succéda puis, en 1322, son jeune frère Charles, comte de la Marche.

En 1328, s'installa sur le tr√īne la maison de Valois, puis la seconde maison d'Orl√©ans (dite de Valois-Orl√©ans), puis la branche d'Orl√©ans-Angoul√™me, √©teinte en voie l√©gitime en 1589.

Plusieurs autres maisons cadettes issues de la maison de France ayant disparues entre 1328 et 1589, l'√Čtat appela alors √† sa t√™te la maison de Bourbon. De cette derni√®re sont issues les troisi√®me et quatri√®me maisons d'Orl√©ans ainsi que les Bourbon d'Espagne (maison d'Anjou, mais dont le patronyme est Bourbon), puis enfin la seconde maison d'Artois (√©teinte en 1883) et qui ne r√©gna pas (√† moins de consid√©rer les cinq jours de r√®gne de Henri V en 1830.

Maisons de France capétiennes

Cette maison est issue de la dynastie robertienne. La maison capétienne a régné en France de 987 à 1792, et de 1814-1815 à 1848. Elle a donné naissance à d'autres dynasties qui ont régné en Europe, en Afrique, en Asie et en Amérique (si l'on tient compte des possessions d'Outremer de royaumes européens).

Article d√©taill√© : G√©n√©alogie des Cap√©tiens.

Capétiens directs

En 987, Hugues Ier inaugure la troisi√®me race des rois de France, celle qui va r√©gner de la mani√®re la plus longue sur la France. La couronne √©tant donn√©e √† l'h√©ritier de son p√®re, du vivant de celui-ci, la dynastie assoit sa l√©gitimit√© et au principe d'√©lection, qui lui a donn√© le tr√īne, est substitu√© le principe d'h√©r√©dit√© d√©j√† pr√©sent dans les pr√©c√©dentes dynasties. La ligne directe s'√©teint en 1316 avec la mort de l'enfant-roi Jean Ier. Son oncle et r√©gent Philippe V conserve le tr√īne, puis c'est son jeune fr√®re qui lui succ√®de bri√®vement. Ces deux derniers r√®gnes laissent le temps aux l√©gistes de la cour royale de conforter le principe de la loi salique en attribuant le tr√īne au comte de Valois, m√Ęle le plus proche en ligne masculine, contre √Čdouard III d'Angleterre ou Jeanne de Navarre, h√©ritiers directs.

La maison de France, dans sa ligne des Cap√©tiens directs, a produit nombre de maisons cadettes (liste en simplifi√©) :

Chaque branche s'entend avec chacune de ses ramifications l√©gitimes (et les branches b√Ętardes, qui ne font pas partie de la maison de France, mais dont certaines subsistent encore comme la maison de Bragance (issue de la premi√®re maison de Bourgogne) et quelques branches ill√©gitimes issues de la maison de Bourbon et de la seconde maison de Bourgogne. Se reporter pour les d√©tails √† la g√©n√©alogie g√©n√©rale des Cap√©tiens.

Maison de Valois

La maison de Valois, issue d'un fr√®re cadet de Philippe IV le Bel, acc√®de au tr√īne en 1328, √† la faveur de la succession de Charles IV le Bel. Devenue maison royale, elle donna naissance √† plusieurs branches, d√©sormais toutes √©teintes en ligne masculine. La ligne directe s'√©tant √©teinte avec Charles VIII de France, lui succ√©da un prince de la seconde maison d'Orl√©ans (cadet des Valois), dite improprement ¬ę de Valois-Orl√©ans ¬Ľ, sous le noms de Louis XII de France (1498-1515). Lui-m√™me √©tant mort sans hoir m√Ęle, c'est le rameau ou maison d'Orl√©ans-Angoul√™me qui lui succ√®de jusqu'en 1589. Les branche de cette derni√®re maison royale n'ont pas exc√©d√© plus d'une g√©n√©ration.


Maison de Bourbon

Le 29 juin 1768, avec la mort d'H√©l√®ne de Courtenay (1689-1768), s'√©teignit la branche de Courtenay de la dynastie cap√©tienne. Les descendants d'Henri IV (eux-m√™mes issus des ducs de Bourbon et, par ceux-ci, du dernier fils de saint Louis), devinrent alors la seule branche dynaste du pays[N 1].

C'est pourquoi officiellement depuis 1768 (et, en pratique, depuis plus longtemps encore, les derniers Courtenay √©tant peu connus), la Maison de France put √™tre couramment appel√©e ¬ę Maison de Bourbon ¬Ľ[N 2].

Maisons de Provence et d'Artois

La ligne directe des Bourbons s'√©teignit en 1795 √† la mort du jeune Louis XVII : ce sont ses oncles qui, √† la Restauration, lui succ√©d√®rent Louis XVIII (maison de Provence) puis Charles X (maison d'Artois)- maison royale de France en 1824.

Le chef de la maison royale de France, fut jusqu'en 1830, le roi de France puis apr√®s cette date le comte de Chambord, mort en 1883. Depuis le d√©c√®s de celui-ci, les royalistes fran√ßais se divisent sur la question de la succession entre partisans des Bourbons, dits ¬ę Bourbons d'Espagne ¬Ľ ou ¬ę Maison de Bourbon ¬Ľ, et partisans des Orl√©ans, dits ¬ę Bourbons-Orl√©ans ¬Ľ ou ¬ę Maison de France ¬Ľ. La r√®gle de la primog√©niture m√Ęle pour la transmission de l'ancienne couronne de France est donc soumise, depuis le d√©c√®s du comte de Chambord, √† la reconnaissance ou non par les partisans des uns ou des autres des renonciations prononc√©es lors des trait√©s d'Utrecht de 1713 et fondant l'impossibilit√© de r√©unir les royaumes d'Espagne et de France. Cette volont√© de Charles II d'Espagne en 1700 fut aussi celle des puissances europ√©ennes que Louis XIV, malgr√© ses victoires lors la guerre de succession d'Espagne, ne parvint pas √† infl√©chir.

Maison royale de France aujourd'hui

Depuis 1848, il n'y a plus de roi de France ou de roi des Français. Deux familles ayant régné sur la France prétendent cependant assurer la continuité de l'ancienne maison de France.

Ce sont les branches des familles de Bourbon subsistantes actuellement (descendance l√©gitime) :

Article d√©taill√© : Maison de Bourbon.
  • Maison d'Orl√©ans (depuis 1640) √† laquelle il faut ajouter la branche br√©silienne des Orl√©ans-Bragance.
Article d√©taill√© : Maison d'Orl√©ans.

Maison de Bourbon issue de Louis XIV

Armoiries du dernier roi de France

Cette branche, issue de Louis XIV et de son fils le ¬ę Grand Dauphin ¬Ľ, est n√©e avec le roi Philippe V d'Espagne, fils de France et duc d'Anjou avant son accession au tr√īne.

Selon les partisans de la branche a√ģn√©e des Bourbons, le chef de la maison de France doit √™tre l'a√ģn√© de tous les descendants l√©gitimes d'Hugues Capet, et cela quelle que soit sa nationalit√© ou les renonciations de ses anc√™tres (comme celles faites aux trait√©s d'Utrecht). Le chef de la maison de France serait donc, actuellement, Louis de Bourbon (1974), ¬ę duc d'Anjou ¬Ľ. Connu dans les cercles l√©gitimistes (et dans la presse fran√ßaise et espagnole) sous le nom de ¬ę Louis XX ¬Ľ, le ¬ę duc d'Anjou ¬Ľ est un descendant du roi d'Espagne Philippe V.

Comme son p√®re Alphonse de Bourbon (1936-1989), Louis de Bourbon s'intitule ¬ę chef de la maison de Bourbon ¬Ľ. Il poss√®de la nationalit√© fran√ßaise, h√©rit√©e de sa grand-m√®re paternelle, Emmanuelle de Dampierre, ¬ę duchesse d'Anjou et de S√©govie ¬Ľ. Son grand-p√®re Jacques Henri de Bourbon, de nationalit√© espagnole, s'√©tait d√©clar√© ¬ę chef de la maison de France ¬Ľ √† la mort de son p√®re, l'ex-roi Alphonse XIII d'Espagne. Louis de Bourbon porte les pleines armes de France ; son p√®re s'en √©tait vu confirmer le droit par la justice fran√ßaise (cf. infra).

Ses partisans se nomment eux-m√™mes ¬ę l√©gitimistes ¬Ľ, leurs adversaires pr√©f√©rant les termes de ¬ę Blancs d'Espagne ¬Ľ.

Maison d'Orléans issue de Louis XIII

Cette branche commence avec le deuxi√®me fils de Louis XIII : Philippe de France, fils de France et duc d'Orl√©ans.

Pour les partisans de la branche cadette des Bourbons, ou maison d'Orl√©ans, le chef de la Maison royale de France ne peut √™tre que l'a√ģn√© des Bourbons rest√©s contin√Ľment fran√ßais, √† savoir le chef de la maison d'Orl√©ans, descendant de Philippe de France (1640-1701), duc d'Orl√©ans, et de Louis-Philippe Ier, roi des Fran√ßais : l'actuel ¬ę comte de Paris et duc de France ¬Ľ, ¬ę Henri VII ¬Ľ pour ses partisans. Ceux-ci reconnaissent la validit√© des renonciations des trait√©s d'Utrecht (1713).

Les partisans des Orl√©ans sont appel√©s -√† tort, √† leurs yeux- ¬ę orl√©anistes ¬Ľ. Historiquement, ce terme s'appliquait aux partisans du r√©gime de Louis-Philippe Ier, contre les partisans du comte de Chambord (l√©gitimistes) ou de la famille Bonaparte (bonapartistes). Dans l'usage, ¬ę orl√©aniste ¬Ľ d√©signe un partisan du ¬ę comte de Paris ¬Ľ.

Autres descendances actuelles d'Hugues Capet (par filiation féminine ou naturelle)

Une recherche, commencée avec les Cahiers de Saint-Louis, a été entreprise pour identifier toutes les personnes et familles vivantes actuellement, et pouvant prouver qu'elles descendent d'Hugues Capet.

Article d√©taill√© : Descendance cap√©tienne.

Références

Notes

  1. ‚ÜĎ La maison de Bourbon Busset forme, en effet, la branche a√ģn√©e, mais non dynaste, de la maison cap√©tienne de Bourbon. Ce sont les seuls Bourbons survivants qui ne descendent pas d'Henri IV
  2. ‚ÜĎ La Maison de Bragance, dont sont issus les rois de Portugal et les empereurs du Br√©sil, est bien cap√©tienne (issue de la premi√®re maison de Bourgogne), mais descend d'un fils naturel et ne peut donc en aucune mani√®re √™tre dynaste en France.

Références

Voir aussi


Blason France moderne.svg Pr√©tendants au tr√īne de France Blason France moderne.svg
Maison de Bourbon
Maison d'Orléans
Ce document provient de ¬ę Maison de France ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Maison De France de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Maison de france ‚ÄĒ La Maison de France incarnait sous l Ancien r√©gime la continuit√© des institutions politiques du royaume de France, dans ses relations avec les souverains des autres pays. Elle comportait √† la fois une dimension patrimoniale (le domaine royal) et… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Maison de France ‚ÄĒ (spr. m√§s√≥ng d√∂ frńĀng√ü ), ¬ĽHaus Frankreich¬ę, das franz√∂sische K√∂nigshaus, die Linie Orl√©ans Bourbon der franz√∂sischen K√∂nigsfamilie, deren Haupt der Herzog Philipp von Orl√©ans (geb. 6. Febr. 1869) ist. Vgl. Orl√©ans (Geschlecht) ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Maison de France ‚ÄĒ Armoiries du royaume de France. L expression maison de France d√©signe les membres de la famille cap√©tienne qui a donn√© des rois de France depuis l av√®nement d Hugues Capet. R√©trospectivement, sous la monarchie, les princes m√©rovingiens et… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Maison de France (ou de Bourbon) ‚ÄĒ Maison de France La Maison de France incarnait sous l Ancien r√©gime la continuit√© des institutions politiques du royaume de France, dans ses relations avec les souverains des autres pays. Elle comportait √† la fois une dimension patrimoniale (le… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Armorial de la maison de France ‚ÄĒ Armorial des Cap√©tiens Cette page constitue un armorial des Cap√©tiens : elle donne les armoiries (figures et blasonnements) des nobles issus de la famille des Cap√©tiens. Sommaire 1 Le tr√īne 2 Les cadets des cap√©tiens directs 3 L ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Jacques Henri de Bourbon, chef de la Maison de France(1941-1975) ‚ÄĒ Jacques Henri de Bourbon Pour les articles homonymes, voir Jacques de Bourbon. Jacques L√©opold Isabelin Henri Alexandre Albert Alphonse Victor Accace Pierre Paul Marie de Bourbon, n√© au palais royal de la Granja, √† San Ildefonso, province de… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Appellations des membres de la Maison de France ‚ÄĒ Du XVIe si√®cle au XVIIIe si√®cle, les membres de la Maison de France sont usuellement d√©sign√©s par leur titre mais aussi par une expression connue d√©crivant leur position au sein de la Maison de France. Ils sont soit membres de la… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Alphonse de Bourbon (1936-1989), chef de la maison de France(1975-1989) ‚ÄĒ Alphonse de Bourbon (1936 1989) Pour les articles homonymes, voir Alphonse de Bourbon. Alphonse de Bourbon, ¬ę duc d Anjou et de Cadix ¬Ľ Dynastie Maison de Bourbon en Espagne Naissance 20 avril 1936 Rome ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chefs de la maison de France depuis Louis XVI ‚ÄĒ Pr√©tendants au tr√īne de France depuis 1815 Cet article donne la liste des pr√©tendants au tr√īne de France depuis 1815. Sommaire 1 H√©ritiers de la couronne de France 1.1 Maison de Bourbon (1836 1883) 1.2 Maison de Bourbon, branche dite ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Alphonse Charles de Bourbon, chef de la Maison de France(1931-1936) ‚ÄĒ Alphonse Charles de Bourbon Alphonse Charles Ferdinand Joseph Jean Pie de Bourbon, prince cap√©tien espagnol n√© √† Londres le 12 septembre 1849, et d√©c√©d√© √† Vienne le 29 septembre 1936 fut le dernier pr√©tendant carliste en ligne ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.