Lycee en France

ÔĽŅ
Lycee en France

Lycée en France

Cet article fait partie d’une série sur
le système éducatif français

Image éducation France
√Čcole maternelle en France

√Čcole maternelle en France ‚ÄĘ Enseignement primaire en France ‚ÄĘ

Toute petite section ‚ÄĘ Petite section ‚ÄĘ Moyenne section ‚ÄĘ Grande section ‚ÄĘ

√Čcole √©l√©mentaire en France
√Čcole √©l√©mentaire en France ‚ÄĘ

CP ‚ÄĘ CE1 ‚ÄĘ CE2 ‚ÄĘ CM1 ‚ÄĘ CM2 ‚ÄĘ
Enseignement adapt√© : CLIN ‚ÄĘ CLIS ‚ÄĘ

Collège en France

Coll√®ge en France ‚ÄĘ Dipl√īme national du brevet ‚ÄĘ

6e ‚ÄĘ 5e ‚ÄĘ 4e ‚ÄĘ 3e ‚ÄĘ
Enseignement adapt√© : CLA ‚ÄĘ UPI ‚ÄĘ SEGPA ‚ÄĘ

Lycée en France

Lyc√©e en France ‚ÄĘ Baccalaur√©at ‚ÄĘ CAP ‚ÄĘ BEP ‚ÄĘ

2de ‚ÄĘ 1e ‚ÄĘ Terminale
Baccalauréat général
S√©ries : ES ‚ÄĘ L ‚ÄĘ S ‚ÄĘ

Baccalauréat technologique

S√©ries : ST2S ‚ÄĘ STI ‚ÄĘ STG ‚ÄĘ STL ‚ÄĘ STAV ‚ÄĘ H√ītellerie ‚ÄĘ TMD ‚ÄĘ

Baccalauréat professionnel
Enseignement supérieur

√Čtudes sup√©rieures

 Cette bo√ģte : voir ‚ÄĘ disc. ‚ÄĘ mod. 

Le lyc√©e actuel correspond principalement aux trois derni√®res ann√©es de l'enseignement secondaire (seconde, premi√®re et terminale), pour des adolescents √Ęg√©s de 15 √† 18 ans environ. Les enseignements au lyc√©e aboutissent √† des examens finaux et nationaux : le baccalaur√©at, le BEP ou le CAP. N√©anmoins, un certain nombre de fili√®res relevant de l'enseignement sup√©rieur, comme les BTS, les CPGE et les classes pr√©paratoires au DCG, sont en partie prises en charge par les lyc√©es. En 2008, il y avait :

  • 2 626 lyc√©es d'enseignement g√©n√©ral et technologique
  • 1 687 lyc√©es professionnels,
  • 218 lyc√©es agricoles,
  • 6 lyc√©es de la d√©fense.

Le nom vient du Lycée, un gymnase d'Athènes près duquel Aristote enseignait. L'origine de cette appellation serait due à la proximité d'un sanctuaire dédié à Apollon Lykeios[1].

Sommaire

Histoire

Des établissements pour l'élite

Cr√©√© √† l'origine par Napol√©on Bonaparte par la loi du 11 flor√©al de l'an X (1er mai 1802) pour former ¬ę l'√©lite de la nation ¬Ľ, le lyc√©e, selon l'expression de Napol√©on, fait partie avec le Code civil des ¬ę trois blocs de granit ¬Ľ.

Les lyc√©es ont √©t√© cr√©√©s en 1802 √† partir des plus importantes √©coles centrales. Le lyc√©e assure une formation en lettres (fran√ßais, latin, grec ancien) et en sciences. L'article 5 du d√©cret du 17 mars 1808 en fixe ainsi le programme : ¬ę Les langues anciennes, l'histoire, la rh√©torique, la logique, et les √©l√©ments des sciences math√©matiques et physiques ¬Ľ. Le r√©gime usuel est l'internat et les lyc√©es sont marqu√©s par un encadrement de type militaire. Peu nombreux, les lyc√©es sont enti√®rement pris en charge par l'√Čtat. Le fonctionnement est assur√© par un proviseur, un censeur[2] et un √©conome, et l'enseignement par des professeurs.

Avec la Restauration, les lyc√©es prennent le nom de ¬ę lecteurs royaux ¬Ľ. Ils reprennent le nom de lyc√©e sous la Deuxi√®me R√©publique, ce que confirme la loi Falloux (texte). Les lyc√©es comprenaient alors des ¬ę petites classes ¬Ľ, dont l'enseignement se rapprochait du primaire, classes connues sous le nom de Petit lyc√©e.

La loi proposée par Camille Sée et votée le 21 décembre 1880 instaure un enseignement secondaire féminin qui peut se dérouler dans des lycées de jeunes filles, qui sont au nombre de 36 dès 1896[3]. Les lycées et collèges deviennent gratuits entre 1926 et 1930.

Vers la démocratisation du second cycle du secondaire

Le d√©cret no 59-57 du 6 janvier 1959 √©tablit des lyc√©es classiques, modernes et techniques ; les anciens coll√®ges techniques et les √©coles nationales professionnelles sont transform√©s en lyc√©es techniques[4]. En 1963, les petites classes des lyc√©es sont supprim√©es et assimil√©es au primaire. En 1977 sont institu√©s, par le d√©cret no 76-1304 du 28 d√©cembre 1976, les lyc√©es d'enseignement professionnel, devenus lyc√©es professionnels en 1985 par le d√©cret no 85-1267 du 27 novembre. Les lyc√©es g√©n√©raux et les lyc√©es techniques sont alors regroup√©s sous le nom de lyc√©e d'enseignement g√©n√©ral et technologique.

En 1985, Jean-Pierre Chev√®nement, alors ministre de l'Education nationale lance le mot d'ordre : ¬ę 80% d'une classe d'√Ęge au baccalaur√©at ¬Ľ, objectif repris de mani√®re presque identique par son successeur, Ren√© Monory et repris par la loi d'orientation scolaire de 1989 de Lionel Jospin, alors ministre de l'EN. S'ensuit une d√©cennie de fort d√©veloppement des lyc√©es et des premiers cycles universitaires[5]. L'innovation la plus marquante de la p√©riode est la cr√©ation du baccalaur√©at professionnel en 1987. Il permet aux titulaires d'un BEP ou d'un CAP de compl√©ter leurs √©tudes secondaires et m√™me d'envisager des classes post-bac. De 1987 √† 1995, le nombre de bacheliers passe de 300 000 √† 500 000. 40% de cet accroissement s'explique par le succ√®s des bacs professionnels[6].

Généralités

Statut et organisation

Les lyc√©es peuvent √™tre publics, priv√©s sous contrat ou hors contrat. Si la majorit√© des lyc√©es publics en France d√©pendent du minist√®re de l'√Čducation nationale, un certain nombre d√©pendent des minist√®res de l'Agriculture ou de la D√©fense.

Un lyc√©e public faisant partie des √©tablissements publics locaux d'enseignement (EPLE) est rattach√© √† la r√©gion et soumis au contr√īle du recteur d'acad√©mie. Il est dirig√© par un proviseur assist√© d'un conseil d'administration.

Les lyc√©es agricoles (218 en France), ou Etablissements Publics Locaux d‚ÄôEnseignement et de Formation Professionnelle Agricoles (EPLEFPA), d√©pendent du Minist√®re de l'Agriculture. Au niveau r√©gional, la Direction R√©gionale de l‚ÄôAgriculture et de la For√™t a en charge l‚Äôenseignement agricole public. Ce service est l‚Äô√©quivalent du rectorat de l‚Äô√Čducation nationale[7].

Il existe en France six lyc√©es de la D√©fense, autrefois nomm√©s ¬ę lyc√©es militaires ¬Ľ, r√©partis entre les trois arm√©es. Ils accueillent, chaque ann√©e, environ 4 000 √©l√®ves en internat, de la classe de 6e jusqu‚Äôaux classes pr√©paratoires militaires.

Le choix du nom d'un lycée est actuellement échu au Conseil régional du département. Le maire et le conseil d'administration de l'établissement donnent d'abord un avis consultatif et le Conseil général décide ensuite. Les noms des lycée évoluent peu dans le temps.

Co√Ľt

La d√©mocratisation de l'enseignement secondaire s'est appuy√©e sur un accroissement consid√©rable des ressources allou√©es √† cet enseignement. La d√©pense a cr√Ľ de 5% par an de 1987 √† 1993, soit 5 fois plus vite que dans les p√©riodes ant√©rieures et post√©rieures[8]. Le co√Ľt annuel moyen d'un lyc√©en est d'environ 10 000 euros, et les d√©penses ont augment√© de 50 % entre 1990 et 2004[9]. Les co√Ľts de fonctionnement ont encore augment√© en 2006, essentiellement √† cause de la forte augmentation des prix du fuel et du gaz. Les lyc√©es des r√©gions froides en ont le plus souffert.

Les différents cursus du lycée

Jusqu'en 1994, les fili√®res du lyc√©e s'appelaient A (litt√©rature, philosophie, langues), B (√©conomique et sociale), C (math√©matiques), D (biologie), E (math√©matiques & technique), F1, F2, F3, F4‚Ķ F12 (regroupe les sections technologiques actuelles parmi lesquelles musique et danse, STI, SMS), G1, G2, G3 (tertiaire : secr√©tariat, commerce, comptabilit√©) et H (h√ītellerie). Ces fili√®res sont √† pr√©sent regroup√©es en trois voies : g√©n√©rale, technologique et professionnelle[10].

La voie générale

√Ä cela les √©l√®ves de TS peuvent ajouter une option facultative, diff√©rente de l'enseignement obligatoire, soit une option artistique (arts plastiques, th√©√Ętre, musique, histoire des arts, cin√©ma-audiovisuel ou depuis peu arts du cirque) soit une troisi√®me langue vivante (LV3), soit une langue morte (grec ancien ou latin) ou encore Section europ√©enne.

La voie technologique

Article d√©taill√© : Baccalaur√©at technologique.

Elle d√©bouche sur le bac technologique qui comprend plusieurs s√©ries :

  • Sciences et technologies de la sant√© et du social (anciennement SMS)
  • Sciences et technologies industrielles (STI)
    • Arts appliqu√©s (peu r√©pandu)
    • G√©nie civil
    • (GeL) G√©nie √©lectronique
    • (GeT) G√©nie √©lectrotechnique
    • (GMm, GMp) G√©nie m√©canique
    • G√©nie optique
    • G√©nie √©nerg√©tique
    • G√©nie des mat√©riaux
  • Sciences et technologies de laboratoire (STL)
    • biochimie-g√©nie biologique,
    • physique de laboratoire et proc√©d√© industriels,
    • chimie de laboratoire et proc√©d√©s industriels
  • Sciences et technologies de la gestion (STG) (anciennement STT)
    • (CGRH) Communication et Gestion des Ressources Humaines
    • (CFE) Comptabilit√© et Finance d'Entreprise
    • (GSI) Gestion des Syst√®mes d'Information
    • (M) Mercatique
  • Sciences et Technologies de l'Agronomie et du Vivant (STAV, remplace les anciens bacs STAE et STPA)
  • H√ītellerie
  • Techniques de la musique et de la danse, option
    • musique ou
    • danse

La voie professionnelle

La voie professionnelle est la troisième possibilité offerte après le collège. L'enseignement est dispensé en lycée professionnel et débouche sur un CAP, un BEP, un bac professionnel,un BT (brevet technique) voire un bac technologique (qui se faisait par le biais d'une classe de première d'adaptation maintenant supprimée).

En général les lycées professionnels regroupent des sections cohérentes entre elles au niveau des formations. Ainsi certains LP (Lycée professionnel) concentrent des sections tertiaires, d'autres des sections industrielles etc.

Les lycées des métiers sont des établissements dont l'identité et la formation sont construites autour d'un ensemble cohérent de métiers. Ces lycées s'engagent à se conformer pendant 5 ans renouvelables à un cahier des charges.

Les filières post-bac

Articles d√©taill√©s : Classes pr√©paratoires aux grandes √©coles, Classes pr√©paratoires au Dipl√īme de Comptabilit√© et Gestion et Brevet de technicien sup√©rieur.

Certains lyc√©es comprennent aussi des sections de techniciens sup√©rieurs ou des classes pr√©paratoires aux grandes √©coles et/ou au Dipl√īme de Comptabilit√© et Gestion.

Voir aussi

Notes

  1. ‚ÜĎ Lykeios renvoie aussi bien √† un souvenir "oriental" (la Lycie) qu'√† l'id√©e de lumi√®re (cf. latin lux, luna) ou au nom qui en grec d√©signe le loup : √ź l√ökoj. Apollon devient ainsi "dieu-au-loup", "tueur de loups", mais aussi "dieu-loup". Acad√©mie de Nancy
  2. ‚ÜĎ charg√© de maintenir le bon ordre et la discipline, √©quivalent d'un actuel Conseiller principal d'√©ducation
  3. ‚ÜĎ A. Prost, ¬ę Des lyc√©es pour les filles ¬Ľ, dans Id., Regards historiques sur l'√©ducation en France (XIXe-XXe si√®cles), p.113-116.
  4. ‚ÜĎ A. L√©on, P. Roche, Histoire de l'enseignement en France, p. 110.
  5. ‚ÜĎ Eric Maurin, La nouvelle question scolaire, Seuil, 2007, p 132
  6. ‚ÜĎ Eric Maurin, p 133
  7. ‚ÜĎ educagri.fr
  8. ‚ÜĎ Eric Maurin, p 134
  9. ‚ÜĎ Source : rapports d'audits consacr√©s √† ¬ęLa grille horaire des enseignements ¬Ľ, cit√© dans Marie-Estelle Pech, Anne Rovan, ¬ę √Čducation : la facture flambe, les notes stagnent ¬Ľ dans Le Figaro du 17/10/2006, [lire en ligne]
  10. ‚ÜĎ pr√©sentation des trois voies de formation en lyc√©e, MEN/DESCO.
  11. ‚ÜĎ Enseignement de Biologie-√Čcologie en lyc√©e agricole

Liens internes


  • Portail de l‚Äô√©ducation Portail de l‚Äô√©ducation
Ce document provient de ¬ę Lyc%C3%A9e en France ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lycee en France de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lyc√©e En France ‚ÄĒ Cet article fait partie d‚Äôune s√©rie sur le syst√®me √©ducatif fran√ßais √Čcole maternelle en France ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e en france ‚ÄĒ Cet article fait partie d‚Äôune s√©rie sur le syst√®me √©ducatif fran√ßais √Čcole maternelle en France ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e en France ‚ÄĒ Le lyc√©e actuel correspond principalement aux trois derni√®res ann√©es de l enseignement secondaire (seconde, premi√®re et terminale), pour des adolescents √Ęg√©s, g√©n√©ralement, de 14 15 ans (d√©but de la seconde) √† 17 18 ans (fin de la terminale). Les ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e Henri-IV ‚ÄĒ La tour Clovis G√©n√©ralit√©s Cr√©ation 1796 Pays ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e g√©n√©ral ‚ÄĒ Lyc√©e en France Cet article fait partie d‚Äôune s√©rie sur le syst√®me √©ducatif fran√ßais √Čcole maternelle en France ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e imp√©rial ‚ÄĒ Lyc√©e en France Cet article fait partie d‚Äôune s√©rie sur le syst√®me √©ducatif fran√ßais √Čcole maternelle en France ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lycee Henri-IV ‚ÄĒ Lyc√©e Henri IV Lyc√©e Henri IV La tour Clovis G√©n√©ralit√©s Pays  France ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e Henri 4 ‚ÄĒ Lyc√©e Henri IV Lyc√©e Henri IV La tour Clovis G√©n√©ralit√©s Pays  France ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e Henri IV ‚ÄĒ La tour Clovis G√©n√©ralit√©s Pays  France ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lyc√©e henri-iv ‚ÄĒ La tour Clovis G√©n√©ralit√©s Pays  France ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.