Lunar Reconnaissance Orbiter

ÔĽŅ
Lunar Reconnaissance Orbiter

Lunar Reconnaissance Orbiter

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Vue d'artiste

Caractéristiques
Organisation NASA
Domaine √Čtude de la Lune
Type de mission orbiteur
Statut en cours
Masse 1916 kg
Lancement 18 juin 2009 à 21 h 32 TU
Lanceur Atlas V 401
Durée de vie 4 ans
Orbite Orbite circulaire
Altitude 50 km
Programme Lunar Precursor Robotic
Index NSSDC 2009-031A
Site [1]
Principaux instruments
LROC Caméras
CRaTER Détecteur rayons cosmiques
DLRE Radiomètre infrarouge
LAMP Spectromètre ultraviolet
LEND Détecteur de neutrons
LOLA Altimètre laser
Mini-RF Radar

Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) est une sonde spatiale de type orbiteur de la NASA lancée en 2009 dont l'objectif est d'étudier la Lune depuis son orbite. LRO fait partie du programme Lunar Precursor Robotic dont l'objectif était d'effectuer des reconnaissances approfondies de notre satellite notamment pour préparer les missions habitées du programme Constellation d'exploration lunaire abandonné début 2011.

LRO, dont la masse totale est de 1916 kg, embarque 7 instruments scientifiques dont notamment des caméras en lumière visible, un radiomètre infrarouge, un spectromètre ultraviolet, et différents instruments destinés à détecter la présence d'eau. LRO est placée sur une orbite particulièrement basse de 50 km autour de la Lune qui lui permet d'effectuer des observations extrêmement détaillées de la surface. Le système de télécommunication est dimensionné pour transférer le très grand volume de données qui en découle. Les objectifs de la sonde sont de dresser une carte à haute résolution de la Lune, tenter de détecter la présence d'eau au niveau des régions polaires, définir un système géodésique complet et évaluer l'intensité du rayonnement ionisant d'origine cosmique.

LRO a été lancée le 18 juin 2009 par un lanceur Atlas V depuis la base Cap Canaveral, avec une deuxième sonde lunaire Lunar Crater Observation and Sensing Satellite (LCROSS) ayant une mission complémentaire. Les instruments de la sonde ont permis de dresser une carte topographique (avec le relief) et une carte bidimensionnelle de la Lune d'une précision inégalée. La mission, d'une durée initiale de un an, a été prolongée en septembre 2010 de 3 années supplémentaires.

Sommaire

Contexte

Mission de reconnaissance pour le programme Constellation

Article d√©taill√© : Programme Constellation.
La sonde en cours de test

Lorsque le projet de la sonde LRO est mis au point, la NASA pr√©voit d'envoyer des astronautes sur la Lune vers 2020 dans le cadre de son programme Constellation : celui-ci constitue la concr√©tisation de la strat√©gie spatiale am√©ricaine √† long terme d√©finie par le pr√©sident George W. Bush en janvier 2004 √©nonc√© dans le document Vision for Space Exploration. Le programme Constellation a pour objectif l‚Äôenvoi d‚Äôastronautes sur la Lune vers 2020 pour des missions de longue dur√©e (7 jours au lieu de 3 pour le programme Apollo). On envisage des sites d'atterrissages dans les r√©gions polaires √©clair√©es pratiquement en permanence pour b√©n√©ficier √† la fois d'un ensoleillement plus important, donc de nuits plus courtes et de temp√©ratures moins extr√™mes. Il est √©galement envisag√© dans une perspective plus lointaine d'exploiter les d√©p√īts de glace d'eau qui existent peut-√™tre sous ces latitudes dans les zones en permanence √† l'ombre.

LRO constitue avec son compagnon LCROSS la première mission préparatoire de ce projet. Ces deux engins spatiaux font partie du programme Lunar Precursor Robotic qui regroupe plusieurs missions de sondes spatiales qui doivent être lancées vers la Lune pour préparer les futurs vols habités. En 2011 le programme Constellation sera annulé pour des raisons financières.

Objectifs de la mission

Les principaux objectifs de la mission sont[1] :

  • r√©aliser un syst√®me g√©od√©sique complet de la Lune,
  • √©valuer l'intensit√© du rayonnement ionisant d'origine cosmique,
  • explorer les r√©gions polaires de la Lune en recherchant d'√©ventuels d√©p√īts de glace d'eau et les zones √©clair√©es en permanence,
  • r√©aliser une cartographie √† haute r√©solution notamment pour faciliter la recherche de futurs sites d'atterrissage en fournissant leurs caract√©ristiques.

Déroulement de la mission

Lancement et injection en orbite lunaire

Du point de vue LRO (orbite en violet) la Terre et le Soleil se pr√©sentent sous un angle qui revient tous les mois pour la premi√®re et tous les ans pour le second (ő≤). Cette situation g√©n√®re des p√©riodes de visibilit√© continue de la Terre et du Soleil pr√©sent√©es sur ce sch√©ma.

La fen√™tre de lancement est choisie de mani√®re √† ce que le plan orbital de la sonde autour de la Lune qui en r√©sulte co√Įncide avec l'azimut du Soleil au moment des solstices lunaires. En effet l'un des objectifs de LRO est d'identifier les zones polaires situ√©es en permanence √† l'ombre ou au contraire √©clair√©es en permanence. Lorsque le plan orbital co√Įncide avec l'orientation du Soleil durant les solstices lunaires, la sonde peut d√©terminer les conditions les plus extr√™mes d'ensoleillement rencontr√©es par les r√©gions polaires[2].

LRO est inject√©e sur une orbite de transfert vers la Lune par une fus√©e Atlas V de type 401. Le lanceur emporte √©galement la sonde LCROSS dont la mission est de tenter de d√©tecter la pr√©sence d'eau √† l'int√©rieur des crat√®res situ√©es dans les zones polaires de la Lune. Apr√®s quatre jours de navigation et une seule correction de trajectoire √† mi-course (28 m/s), la sonde LRO utilise ses propulseurs √† quatre reprises avec un delta-v de respectivement 567 m/s, 185 m/s, 133 m/s et 41 m/s pour se placer sur une orbite elliptique de 30 √ó 216 km. La sonde reste sur cette orbite durant 60 jours pendant lesquels les instruments scientifiques sont activ√©s et calibr√©s (phase de recette). Une derni√®re impulsion place la sonde sur son orbite de travail de type polaire circulaire √† une altitude de 51 km au-dessus du sol lunaire. Cette orbite particuli√®rement basse a √©t√© retenue pour permettre une √©tude tr√®s d√©taill√©e du sol lunaire[3],[4].

Déroulement des opérations

À l'issue de la phase de recette de 60 jours, la sonde entame les opérations de recueil des données scientifiques. Il est prévu que l'ensemble des objectifs soient atteints environ un an après la date de lancement. Chaque jour la sonde transmet environ 460 gigaoctets de données (90% sont générées par les caméras en lumière visible). Celles-ci sont transmises en bande Ka avec un débit de 100 millions de bits par seconde à la seule station de réception terrestre de White Sands qui est en visibilité depuis LRO de 2 à 6 fois par jour durant 45 minutes[5].

Du fait des mouvement relatifs de la Terre, du Soleil et de la Lune, la Terre est visible de la sonde de mani√®re continue durant deux jours deux fois par mois et le Soleil de mani√®re continue durant un mois deux fois par an. Au moment des solstices lunaires (deux fois par an), la sonde effectue un mouvement de rotation de 180¬į pour pour pouvoir pr√©senter la face efficace de son panneau solaire au Soleil. Sur son orbite la sonde alterne p√©riode √©clair√©e et p√©riode √† l'ombre chacune d'une dur√©e de 56 minutes en moyenne. Toutefois sur la dur√©e de sa mission, la sonde connait plusieurs p√©riodes d'√©clipse totale ou partielle de plusieurs heures li√©es √† l'interposition de la Terre entre la la Lune et le Soleil. La plus s√©v√®re se situe le 15 juin 2011 (√©clipse totale de 1 h41 et partielle de 3h40) durant laquelle les batteries devraient subir une d√©charge de 90%[6]. Du fait du champ de gravit√© irr√©gulier de la Lune l'excentricit√© de l'orbite est progressivement modifi√©e et au bout de 60 jours la sonde risque de heurter la surface de la Lune. LRO consacre la premi√®re ann√©e un delta-v de 150 m/s pour maintenir son orbite[7]. Les corrections d'orbite sont effectu√©e une fois toutes les quatre semaines tandis que la d√©saturation des roues de r√©action est r√©alis√©e toutes les deux semaines[8].

La sonde dispose d'une marge de carburant suffisante (delta-v de 65 m/s) pour lui permettre d'être prolongée au moins de trois ans sur une orbite de 30 x 216 km. Peu après la fin de la mission et l'épuisement de son carburant, la sonde ne pouvant plus corriger son orbite, devrait percuter le sol lunaire[9].

Principales caractéristiques de la sonde

La sonde lunaire LRO p√®se 1 916 kg dont 898 kg de carburant permettant de fournir un delta-v de 1270 m/s. Elle est aliment√©e en √©nergie par un panneau solaire orientable qui lui fournit 685 Watts stock√©s dans des batteries Li-ion. Une fois le panneau solaire d√©ploy√©, le satellite a une envergure de 4,30 m sur 3,25 m, sans tenir en compte l'antenne √† grand gain d√©ploy√©e au bout d'un mat qui accroit l'envergure de 2,59 m√®tres. Les donn√©es recueillies sont transmises au centre de contr√īle en bande Ka (grand d√©bit) ou en bande S avec un d√©bit qui peut atteindre 100 Mo par seconde avec un volume total de 461 Go par jour[10]. Les op√©rations de cartographie devraient retourner entre 70 et 100 t√©raoctets d'images.

La sonde dispose de 4 moteurs-fus√©es de 80 s de pouss√©e utilis√©s pour les manŇďuvres d'insertion en orbite et baptis√©s en cons√©quence NT (insertion thrusters). Ces propulseurs se pr√©sentent en deux groupes de 2. Un seul des deux groupes est suffisant pour permettre la manŇďuvre exigeant le plus de pouss√©e durant l'insertion en orbite. Par ailleurs 8 moteurs-fus√©es de 20 Newtons de pouss√©e sont utilis√©s pour les corrections fines d'orbite ainsi que pour le contr√īle d'attitude. Ils sont de ce fait baptis√©s AT (attitude thrusters). La sonde est stabilis√©e 3 axes, c'est-√†-dire que son orientation est fixe dans un r√©f√©rentiel stellaire. Le contr√īle d'attitude est r√©alis√© √† l'aide de deux senseurs stellaires, d'une centrale √† inertie et de 4 roues de r√©action. En cas de perte de contr√īle, dix senseurs solaires prennent le relais en "mode de survie" pour fournir une orientation de r√©f√©rence approch√©e[11].

Schema-1 de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter.png Schema-2 de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter.png
Sch√©ma de la sonde : A : Antenne grand gain ; B : Senseur stellaire ; C Panneaux solaires ; D Radiateur ; E : propulseurs ;
1 : D√©tecteur rayons cosmiques CRaTER ; 2 : Cam√©ra √† objectif grand angle LROC  ; 3 : Spectrom√®tre imageur ultraviolet LAMP
4 : Altim√®tre laser LOLA ; 5 : Cam√©ra √† t√©l√©objectif LROC ; 6 : D√©tecteur neutrons LEND
7 : Radiom√®tre infrarouge DLRE; 8 : radar Mini-RF

Les instruments scientifiques

La sonde emporte six instruments scientifiques et un d√©monstrateur technologique[12] :

  • CRaTER (Cosmic Ray Telescope for the Effects of Radiation) - Le but principal de l'instrument CRaTER est de mesurer l'intensit√© du rayonnement ionisant d'origine cosmique et ses impacts biologiques. Il s'agit plus particuli√®rement de mesurer les particules charg√©es ayant une √©nergie sup√©rieure √† 10 MeV. CRaTER est constitu√© d'un t√©lescope recueillant les ions et les √©lectrons et dans une moindre mesure les neutrons, de trois paires de d√©tecteurs en silicium -l'un √©pais l'autre mince - charg√©s de mesurer l'√©nergie des particules et de couches de plastiques reproduisant les caract√©ristiques de tissus humains mous (tissue-equivalent plastic TEP). Les d√©tecteurs permettent de mesurer des particules charg√©es d'une √©nergie comprise entre 0,4 keV et 2,2 MeV. Le LET permet de mesurer comment le tissu humain r√©agit aux radiations, une information importante pour les futures missions habit√©es qui devront s'aventurer loin de la Terre[13].
  • DLRE (Diviner Lunar Radiometer Experiment) - Ce radiom√®tre infrarouge doit permettre de mesurer les temp√©ratures √† la surface de la Lune. Les astronautes participant √† des missions longues sur le sol lunaire devront notamment survivre √† la nuit lunaire alors que toutes les missions du programme Apollo se sont d√©roul√©es de jour et √† une latitude favorable car proche de l'√©quateur. Un objectif important assign√© √† cet instrument est de mesurer la temp√©rature des zones en permanence √† l'ombre pour d√©terminer dans quelle mesure celles-ci peuvent stocker de l'eau[14].
  • LAMP (Lyman Alpha Mapping Project) - Ce spectrom√®tre utilise le rayonnement ultraviolet lointain (1200-1800 AngstrŇďm) en provenance des √©toiles pour cartographier d'√©ventuels d√©p√īts de glace d'eau qui seraient situ√©es dans les crat√®res en permanence √† l'ombre des r√©gions polaires de la Lune. Un autre objectif est de d√©terminer la composition min√©ralogique de la surface de la Lune ainsi que cette de l'atmosph√®re t√©nue qui l'entoure. Enfin la sonde doit valider la technique de la Vision Assist√©e Lyman-Alpha (Lyman-Alpha Vision Assistance ou LAVA) qui a recours √† la lumi√®re des √©toiles et √† au rayonnement ultraviolet √©manant du ciel pour voir dans les zones non √©clair√©es. Cette technique pourrait √™tre par la suite appliqu√©e aux rovers et aux astronautes permettant d'√©conomiser l'√©nergie consomm√©e par l'√©clairage. LAMP est bas√© sur l'instrument ALICE UV install√© √† bord de la sonde New Horizons en route vers Pluton[15]
  • LEND (Lunar Exploration Neutron Detector) - Ce d√©tecteur de neutrons permet de mesurer des flux de neutrons ayant une √©nergie allant jusqu'√† 15 MeV. Il doit permettre de cartographier la distribution d'hydrog√®ne pr√©sent en surface et √† moins de 1 m√®tre de profondeur en mesurant les neutrons √©pithermiques (√©nergie du neutron comprise entre 0,4 eV et 100 eV) avec une r√©solution spatiale particuli√®re fine de 10 km. LEND devrait √™tre capable de d√©tecter d'√©ventuels d√©p√īts de glace d'eau enfouis dans les r√©gions polaires pr√®s de la surface. L'eau constitue une ressource critique pour les projets de s√©jours d'astronautes de longue dur√©e. LEND doit √©galement fournir des informations sur l'intensit√© du rayonnement ionisant prenant sa source dans les neutrons √©nerg√©tiques. LEND est un instrument proche de HEND embarqu√© depuis 2001 sur l'orbiteur martien Mars Odyssey. Il comprend toutefois un collimateur passif qui lui permet d'obtenir sa r√©solution spatiale remarquable[16].
  • LOLA (Lunar Orbiter Laser Altimeter) - L'altim√®tre laser LOLA doit permettre de d√©finir un mod√®le topographique et un syst√®me g√©od√©sique lunaire pr√©cis. L'objectif, √† l'√©poque de la conception de la sonde, est de permettre d'identifier des sites d'atterrissages des futures missions lunaires garantissant un risque limit√© et de pouvoir pr√©parer les explorations √† mener √† partir du point d'atterrissage. LOLA doit √©galement contribuer √† mettre en √©vidence les zones en permanence √† l'ombre dans les r√©gions polaires. LOLA comprend un laser √©mettant sur la longueur d'onde 1,064 nm qui envoie simultan√©ment 5 impulsions lumineuses en √©ventail 28 fois par seconde. LOLA mesure le temps de vol de l'impulsion, l'√©talement de l'impulsion lumineuse (qui d√©pend de la rugosit√© du sol) et l'√©nergie retourn√©e (la r√©flectance). LOLA peut ainsi d√©terminer √† la fois l'altitude, la rugosit√© et la pente √† la fois dans l'axe de progression de la sonde sur son orbite et par le travers de celle-ci. LOLA est une √©volution des instruments Mercury Laser Altimeter (MLA) embarqu√© √† bord de l'orbiteur martien MESSENGER et Mars Orbiter Laser Altimeter (MOLA) embarqu√© √† bord de Mars Global Surveyor. Sa pr√©cision verticale est toutefois 3,5 meilleure que celle de MOLA et la fr√©quence de mesure est 32 fois plus importante[17].
  • LROC (Lunar Reconnaissance Orbiter Camera) - Cet instrument doit fournir les informations n√©cessaires sur les futurs sites d'atterrissage et les zones √©clair√©es en permanence. LROC comprend une paire de cam√©ras avec t√©l√©objectif √† haute d√©finition fournissant des images de 5 km de c√īt√© avec une r√©solution de 0,5 m√®tre (NAC) et une cam√©ra grand angle fournissant des images de 60 km de c√īt√© avec une r√©solution de 100 m√®tres (WAC). LROC doit permettre d'√©tablir une carte des r√©gions polaires avec un niveau de d√©tail de 1 m√®tre, √©tablir une carte globale de la Lune, r√©aliser des photos multispectrales et tridimensionnelles. Les sites d'atterrissage des missions Apollo seront survol√©s et des photos des modules lunaires abandonn√©s devraient pouvoir √™tre prises. LROC est une version modifi√©e des cam√©ras ConTeXt et MARs Color Imager (MARCI) de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter fournies par la soci√©t√© Malin Space Science Systems[18].
  • Mini-RF - Le Mini-RF est un radar l√©ger exp√©rimental qui doit permettre de valider dans le cadre de cette mission, ses capacit√©s √† d√©tecter la glace d'eau dans les zones situ√©es √† l'ombre avec une r√©solution comprise entre 30 et 150 m√®tres. Compte tenu des longueurs d'ondes utilis√©es en bande X (8‚Äď12 GHz) et en bande S (2 GHz), Mini6RF devrait √©galement pouvoir retourner des informations sur la rugosit√© du sol. Une version moins sophistiqu√©e de cet instrument est embarqu√©e sur la sonde indienne Chandrayaan-1 et une exp√©rience de mesures conjointes doit √™tre men√©e.

De la phase de conception au lancement

Lancement de LRO et LCROSS le 18 juin 2009 par une fusée Atlas V.

La validation préliminaire de la conception (Preliminary design review - PDR) de la sonde développée par le Goddard Space Flight Center a été réalisée en février 2006 et la conception définitive (Critical Design Review - CDR) a été validée en novembre 2006[19]. La sonde est lancée le 18 juin 2009 à 21 h 32 TU par une fusée Atlas V depuis la base Cap Canaveral.

Résultats scientifiques

La sonde renvoie ses premi√®res images haute r√©solution de la surface lunaire le 30 juin 2009[20]. Ces clich√©s tr√®s prometteurs couvrent une r√©gion situ√©e √† l'Est du crat√®re d'impact Hell E, au Sud de Mare Nubium. En septembre 2009, les donn√©es thermiques recueillies par le DLRE (Diviner Lunar Radiometer Experiment), viennent confirmer la pr√©sence de zones extr√™mement froides situ√©es en permanence √† l'ombre au p√īle sud de la Lune. Des temp√©ratures allant jusqu'√† -248 degr√©s Celsius ont √©t√© mesur√©es par l'instrument. Il s'agit de l'une des temp√©ratures les plus basses enregistr√©es jusque l√† dans le syst√®me solaire, inf√©rieure √† celle de la surface de Pluton[21]. Les instruments optiques de LRO ont fourni des images d√©taill√©es des sites des missions lunaires du programme Apollo et les d√©placements des astronautes √† la surface de la Lune ont pu √™tre rep√©r√©es sur les photos prises. Ces informations permettent, entre autres, de fournir le contexte g√©ologique des √©chantillons de sol lunaire ramen√©s sur Terre[22]. LRO parvient √©galement √† localiser et photographier la sonde sovi√©tique Lunokhod 1 dont le r√©tror√©flecteur laser se r√©v√®le parfaitement fonctionnel lors d'un test effectu√© depuis les √Čtats-Unis[23]. LRO joue un r√īle vital dans la mission jumelle LCROSS en fournissant √† l'aide de ses instruments la topographie de la r√©gion dans laquelle LCROSS doit s'√©craser pour remplir ses objectifs c'est-√†-dire les r√©gions susceptibles d'abriter de l'eau compte tenu de leur temp√©rature et de l'abondance en hydrog√®ne[24].

LRO a permis de dresser trois cartes topographiques dont le niveau de d√©tail est sans commune mesure avec les cartes existantes. Ces trois cartes d√©finissent les contours des reliefs de la Lune, les pentes et enfin la rugosit√© de la surface. Les parties relatives √† la face cach√©e de la Lune, m√©connue, mettent clairement en √©vidence que notre satellite a subi un bombardement particuli√®rement violent refl√©t√© par la pr√©sence du crat√®re Bassin P√īle Sud-Aitken qui constitue le plus grand crat√®re d'impact connu du syst√®me solaire[25]. Les images prises par LRO d'escarpements relativement r√©cents d√©j√† observ√©s √† l'√©poque du programme Apollo semblent confirmer que la Lune continue √† se contracter du fait du refroidissement de son cŇďur[26]. Le relev√© topographique d√©taill√© et syst√©matique de la surface de la Lune effectu√© pour la premi√®re fois gr√Ęce √† l'instrument LOLA a mis en √©vidence que la taille des ast√©ro√Įdes qui ont frapp√© par le pass√© les plan√®tes du syst√®me solaire a diminu√© de mani√®re significative il y a environ 3,8 milliards d'ann√©es. Le radiom√®tre Diviner a par ailleurs d√©tect√© une g√©ologie beaucoup plus diversifi√©e que ce qui √©tait connu avec des compositions de roches ne se limitant pas √† l'opposition mares lunaires/hauts plateaux. Ces d√©couvertes ouvrent la voie √† une gen√®se g√©ologique de la surface de la Lune beaucoup plus complexe que celle envisag√©e jusque l√†[27].

En septembre 2010, la mission initiale s'achève. La NASA décide de la prolonger en conservant la même orbite[28]. En janvier 2011 l'équipe en charge de la mission désactive le radar Mini-RF, qui a rempli ses objectifs en effectuant plus de 400 relevés mais à la suite d'une défaillance ne produit plus de résultats exploitables[29]

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Donald Savage, Gretchen Cook-Anderson, ¬ę NASA Selects Investigations for Lunar Reconnaissance Orbiter ¬Ľ, NASA News, 22 d√©cembre 2004. Consult√© le 18 mai 2006
  2. ‚ÜĎ (en)Martin B. Houghton, Craig R. Tooley (NASA Goddard) et Richard S. Saylor, Jr (Honeywell), ¬ę Mission design and operations consideration for NASA'S Lunar Reconnaissance Orbiter ¬Ľ, 2007, p. 3 [PDF]
  3. ‚ÜĎ Mark Beckman (NASA Goddard), ¬ę Mission Design for the Lunar Reconnaissance Orbiter ¬Ľ, American Astronautical SOciety, 4-8 f√©vrier 2006, p. 7-15 [PDF]
  4. ‚ÜĎ Press kit LRO LCROS, NASA, p. 5 et p. 16 [PDF]
  5. ‚ÜĎ (en)Martin B. Houghton, Craig R. Tooley (NASA Goddard) et Richard S. Saylor, Jr (Honeywell), ¬ę Mission design and operations consideration for NASA'S Lunar Reconnaissance Orbiter ¬Ľ, 2007, p. 5 [PDF]
  6. ‚ÜĎ (en)Martin B. Houghton, Craig R. Tooley (NASA Goddard) et Richard S. Saylor, Jr (Honeywell), ¬ę Mission design and operations consideration for NASA'S Lunar Reconnaissance Orbiter ¬Ľ, 2007, p. 7 [PDF]
  7. ‚ÜĎ (en)Martin B. Houghton, Craig R. Tooley (NASA Goddard) et Richard S. Saylor, Jr (Honeywell), ¬ę Mission design and operations consideration for NASA'S Lunar Reconnaissance Orbiter ¬Ľ, 2007, p. 6 [PDF]
  8. ‚ÜĎ (en)Martin B. Houghton, Craig R. Tooley (NASA Goddard) et Richard S. Saylor, Jr (Honeywell), ¬ę Mission design and operations consideration for NASA'S Lunar Reconnaissance Orbiter ¬Ľ, 2007, p. 5 [PDF]
  9. ‚ÜĎ (en)Martin B. Houghton, Craig R. Tooley (NASA Goddard) et Richard S. Saylor, Jr (Honeywell), ¬ę Mission design and operations consideration for NASA'S Lunar Reconnaissance Orbiter ¬Ľ, 2007, p. 8 [PDF]
  10. ‚ÜĎ Press kit LRO LCROS, NASA, p. 7 [PDF]
  11. ‚ÜĎ (en)Neerav Shah,* Philip Calhoun*, Joseph Garrick,* Oscar Hsu,* and James Simpson, ¬ę Launch and commissioning of the Lunar Reconnaissance Orbiter ¬Ľ, 2010, p. 5 [PDF]
  12. ‚ÜĎ Press kit LRO LCROS, NASA, p. 17-19 [PDF]
  13. ‚ÜĎ CRaTER
  14. ‚ÜĎ DLRE
  15. ‚ÜĎ LAMP
  16. ‚ÜĎ LEND
  17. ‚ÜĎ LOLA
  18. ‚ÜĎ LROC
  19. ‚ÜĎ Lunar Reconnaissance Orbiter Successfully Completes Critical Design Review. Consult√© le 6 f√©vrier 2007
  20. ‚ÜĎ Gilles Dawidowicz, ¬ę Premi√®res images de LRO ¬Ľ, dans L'Astronomie, no 19, septembre 2009, p. 11 (ISSN 0004-6302) 
  21. ‚ÜĎ A Whole New Way of Seeing the Moon. Consult√© le 19 septembre 2009
  22. ‚ÜĎ (en)LRO Gets Additional View of Apollo 11 Landing Site sur NASA LRO, 11 septembre 2009
  23. ‚ÜĎ (en)UCSD Physicists Signal Long Lost Soviet Reflector on Moon sur NASA Lunar Science Institute, 27 avril 2010
  24. ‚ÜĎ (en)UCSD Physicists Signal Long Lost Soviet Reflector on Moon sur LRO Supports Historic Lunar Impact Mission, 21 octobre 2010
  25. ‚ÜĎ (en)The Lunar Far Side as Seen by the Lunar Orbiter Laser Altimeter sur NASA, 12 mars 2010
  26. ‚ÜĎ (en)NASA's LRO Reveals 'Incredible Shrinking Moon sur NASA, 19 aout 2010
  27. ‚ÜĎ (en)NASA's LRO Exposes Moon's Complex, Turbulent Youth sur NASA, 16 septembre 2010
  28. ‚ÜĎ http://science.nasa.gov/missions/lunar-reconnaisance-orbiter/
  29. ‚ÜĎ (en)LRO Instrument Status Update - 01.11.11. Consult√© le 12 April 2011

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lunar Reconnaissance Orbiter de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lunar Reconnaissance Orbiter ‚ÄĒ –ó–į–ļ–į–∑—á–ł–ļ ‚Ķ   –í–ł–ļ–ł–Ņ–Ķ–ī–ł—Ź

  • Lunar Reconnaissance Orbiter ‚ÄĒ Grafische Darstellung des Lunar Reconnaissance Orbiters in einer Mondumlaufbahn NSSDC ID 2009 031A Missionsziel Erdmond A ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Lunar Reconnaissance Orbiter ‚ÄĒ Infobox Spacecraft Name = Lunar Reconnaissance Orbiter Caption = LRO Spacecraft, Artist Rendering Organization = NASA Major Contractors = Mission Type = Orbiter Satellite Of = The Moon Orbital Insertion Date = Launch = No earlier than March 2009… ‚Ķ   Wikipedia

  • Lunar Reconnaissance Orbiter ‚ÄĒ Visi√≥n art√≠stica de la sonda. Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) es una sonda espacial estadounidense destinada a la exploraci√≥n de la Luna. Inicialmente estaba previsto su lanzamiento usando un cohete Atlas V para octubre de 2008, pero… ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Lunar Reconnaissance Orbiter ‚ÄĒ ‚Ė™ United States spacecraft ¬†¬†¬†¬†¬†¬†a U.S. spacecraft that is designed to map the surface of the moon and to help select ideal sites for unmanned and eventually manned lunar landers. It is scheduled to launch on April 24, 2009, from Cape Canaveral,… ‚Ķ   Universalium

  • Mars Reconnaissance Orbiter ‚ÄĒ Conceptual image depicting the Mars Reconnaissance Orbiter in an elliptical low planet orbit around Mars Operator NASA / JPL Major contractors Lockheed Ma ‚Ķ   Wikipedia

  • Lunar Orbiter Image Recovery Project ‚ÄĒ Lunar Orbiter Lunar Orbiter ist der Name von f√ľnf US amerikanischen Mondsonden, die zwischen 1966 und 1968 als Orbiter den Mond in einer nahen Umlaufbahn umkreisten, um ihn zu vermessen und das Schwerefeld zu analysieren. Alle f√ľnf Raumsonden,… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Lunar Crater Observation and Sensing Satellite ‚ÄĒ Caract√©ristiques Organisation ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lunar Orbiter ‚ÄĒ ist der Name f√ľnf US amerikanischer Mondsonden, die zwischen 1966 und 1968 als Orbiter den Mond in einer nahen Umlaufbahn umkreisten, um ihn zu vermessen und das Schwerefeld zu analysieren. Alle f√ľnf Raumsonden, von der NASA ab 10. August 1966 in ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Lunar CRater Observation And Sensing Satellite ‚ÄĒ La sonde LCROSS (en dor√©) en dessous de la sonde LRO en cours de pr√©paration avant son lancement ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.