Loi De Grimm


Loi De Grimm

Loi de Grimm

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grimm.

La loi de Grimm (ou « première mutation consonantique ») est une loi de phonétique historique décrivant une série de changements phonétiques qui ont touché les occlusives de l'indo-européen en germanique commun ainsi qu'en arménien. Ces mutations ont pris le nom du premier linguiste allemand qui les a décrites correctement en 1822, Jacob Grimm (1785-1863), l'un des frères Grimm. Cette loi a été complétée ensuite par la loi de Verner ainsi que la seconde mutation consonantique (aussi découverte par Grimm). On pensait initialement que le processus décrit par Grimm ne concernait que les langues germaniques ; il s'est avéré que l'arménien aussi a connu un développement comparable ; c'est pour cette raison qu'on le compte au rang des langues concernées. L'établissement de cette loi a été la première tentative réussie de rationalisation des phénomènes d'évolution phonétique en diachronie : elle a permis de poser des équivalences systématiques entre les phonèmes d'une langue indo-européenne et celles d'une autre ; c'est, de fait, la première loi linguistique établie. Il a cependant fallu attendre la loi de Verner pour que le caractère systématique de cette loi soit établi : elle rencontre en effet un assez grand nombre d'exceptions, qui — avant qu'une autre loi vienne les expliquer — pouvaient la discréditer.

Sommaire

Mutations phonétiques

Les mutations phonétiques décrites par cette loi sont profondes et ont redessiné entièrement le système phonologique des occlusives dans les langues concernées :

Germanique commun Indo-européen Arménien
[ɸ] (f) [θ] (þ) [x] (χ) [] (χʷ) *p *t *k / * *kʷ [h] [] (tʿ) [s] []
[p] [t] [k] [] *b *d *g / *ǵ *gʷ [p] [t] [ts] [c] [k]
[b] [d] [g] [] *bʰ *dʰ *gʰ / *ǵʰ *gʷʰ [b] [d] [dz] (j) [g]

Notes : la notation suit celle de l'API ; les caractères entre parenthèses sont ceux que l'on utilise traditionnellement en philologie pour les langues concernées (transcription des langues germaniques et arménien. Les occlusives *p, *t et *k appuyées par *s ne sont pas concernées : *sp reste [sp]. En arménien, *p devient [ph] puis [h] sauf en début de mot, où il peut s'amuïr.

L'on note de plus qu'en germanique commun ne sont concernés que les modes et non les points d'articulation : un phonème bilabial le reste. L'on peut résumer cette mutation ainsi :

  • les occlusives sourdes deviennent des fricatives sourdes : spirantisation ;
  • les occlusives sonores deviennent des occlusives sourdes : dévoisement ;
  • les occlusives sonores aspirées deviennent des occlusives sonores simples : déaspiration. Cette dernière modification, cependant, n'est pas isolée et rares sont les langues indo-européennes à avoir conservé les aspirées héritées ; de fait, cette mutation seule ne constitue pas une particularité du germanique et de l'arménien.

Ces phonèmes ont pu par la suite évoluer différemment, surtout s'ils ont été concernés par la loi de Verner et / ou la seconde mutation consonantique.

Exemples

  • indo-européen *ph2tér, « père » :
  • indo-européen *deḱemt, « dix » :
    • germanique commun *d > t : gotique taíhun, vieil anglais tīen (anglais ten), vieux haut allemand zehan (de *tehan) ; allemand zehn, islandais tíu, etc. ;
    • arménien *d > [t] : տասը (tasə ; anciennement tasn), mais
    • *d reste [d] en latin decem, grec δέκα, sanskrit daśa, vieux slave desętǐ, breton dek, gallois deg, etc. ;
  • indo-européen *bher-, « porter » :
    • germanique commun *bh > b : gotique baíran, vieil anglais et vieux haut allemand beran (anglais (to) bear), néerlandais beuren, islandais bera, norvégien bære, suédois bära, etc. ;
    • arménien *bh > [b] : բերեմ (berem), mais
    • *bh reste [bh] ou évolue autrement en latin : fero ([f] < *bh), grec φέρω ([ph] < *bh), sanskrit bhárati, etc.

Résumé

  • Extension de la loi : germanique commun, arménien ;
  • chronologie : avant la loi de Verner pour le germanique ; après la loi de réduction des vélaires pour l'arménien ;
  • effets (notation abrégée) :
    • germanique : P, B, Bh > F, P, B / ¬sP ;
    • arménien : [P -palat.], [B -palat], [Bh -palat] > Ph, P, B / ¬sP.

Articles connexes

  Consonnes (Image) Voir aussi : API, Voyelles  
Modes
d’articulation
Points d’articulation  
Labial Labial-vél. Coronal Dorsal Laryngal (aucun)  
 Pulmoniques   Bilabial  Lab-dent.  Dental    Alvéol.  Post-alv. Rétro. Alv.-pal. Palatal  Vélaire  Labio-vél. Uvulaire Pharyn.  Épiglott.    Glottal    
Nasales   m   ɱ       n     ɳ     ɲ   ŋ     ɴ    
Occl. prénasalisées            
Occlusives p b k͡p ɡ͡b t d   ʈ ɖ   c ɟ k ɡ ɡʷ q ɢ   ʡ   ʔ    
Affriquées p͡ɸ b͡β p͡f b͡v   t͡θ t͡s d͡z t͡ʃ d͡ʒ t͡ʂ d͡ʐ t͡ɕ d͡ʑ c͡ç ɟ͡ʝ k͡x ɡ͡ɣ   q͡χ ɢ͡ʁ        
Fric. prénasalisées                  
Fricatives ɸ β f v   θ ð s z ʃ ʒ ʂ ʐ ɕ ʑ ç ʝ x ɣ   χ ʁ ħ ʕ ʜ ʢ h ɦ  
Spirantes   β̞   ʋ     ð̞   ɹ     ɻ     j   ɰ ʍ w              
Roulées   ʙ       r     *           ʀ     *    
Battues   *       ɾ̪   ɾ     ɽ               *    
Affriquées latér.     t͡ɬ d͡ɮ                            
Fricatives latér.     ɬ ɮ   *     *   *          
Spirantes latér.     l     ɭ     ʎ   ʟ        
Battues latér.       ɺ     *     *   *        
Non pulmoniques  
Occl. injectives ƥ ɓ       ƭ ɗ     *   ƈ ʄ ƙ ɠ   ʠ ʛ    
Occl. éjectives       t̪ʼ       ʈʼ                
Fric. éjectives ɸʼ           ʃʼ   ʂʼ   ɕʼ   çʼ       χʼ      
Clics centraux ʘ     ǀ   ǃ   ǂ        
Clics latéraux     ǁ            

Divers consonnes pulmoniques qui ne font pas partie d'un autre point d'articulation:

Description Symbole
Consonne spirante labio-palatale voisée ɥ
Consonne fricative post-alvéolo-vélaire sourde ɧ
Consonne spirante latérale alvéolaire vélarisée voisée ɫ

Lorsque deux symboles apparaissent dans une case, celui de gauche représente une consonne sourde, celui de droite une consonne voisée (ne s’applique pas aux clics).
Les cases séparées par des pointillés emploient normalement les mêmes symboles API de base, et ne diffèrent éventuellement que par les diacritiques appliqués pour déplacer leur articulation.
Les cases marquées d’un astérisque (*) indiquent des sons attestés non encore représentés officiellement dans l’API.
Les parties grisées indiquent une articulation jugée impossible. Les cases blanches vides indiquent des articulations théoriques possibles mais non encore attestés.
Les affriquées t͡s, d͡z, t͡ʃ, d͡ʒ, t͡ɕ, d͡ʑ sont notées à l'aide des ligatures ʦ, ʣ, ʧ, ʤ, ʨ, ʥ d’usage courant, ne faisant plus partie de l’API (il est recommandé de les remplacer par les deux articulations, liées avec une barre ou avec la fricative en exposant).
Les occlusives injectives sourdes en italique, parfois employées, ne font plus partie de l’API (il est recommandé de les remplacer par le symbole de la consonne voisée avec le diacritique de dévoisement).

  • Portail des langues Portail des langues
Ce document provient de « Loi de Grimm ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Loi De Grimm de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Loi de grimm — Pour les articles homonymes, voir Grimm. La loi de Grimm (ou « première mutation consonantique ») est une loi de phonétique historique décrivant une série de changements phonétiques qui ont touché les occlusives de l indo européen en… …   Wikipédia en Français

  • Loi de Grimm — Pour les articles homonymes, voir Grimm. La loi de Grimm (ou « première mutation consonantique ») est une loi de phonétique historique décrivant une série de changements phonétiques qui ont touché les occlusives de l indo européen en… …   Wikipédia en Français

  • loi de Grimm — (Гримма закон | loi de Grimm) Этот закон, дополненный законом Вернера (см. Вернера закон), определяет преобразование смычных при переходе от индоевропейского к общегерманскому; сам процесс называется передвижением согласных и состоит в том, что… …   Пятиязычный словарь лингвистических терминов

  • Loi De Verner — La loi de Verner est une loi de phonétique historique dont la découverte a marqué l une des étapes majeures de la linguistique comparée ; elle complète en effet la loi de Grimm et permet d en expliquer les apparentes irrégularités, la… …   Wikipédia en Français

  • Loi de verner — La loi de Verner est une loi de phonétique historique dont la découverte a marqué l une des étapes majeures de la linguistique comparée ; elle complète en effet la loi de Grimm et permet d en expliquer les apparentes irrégularités, la… …   Wikipédia en Français

  • GRIMM (J. et W.) — Il est sans doute peu d’œuvres qui aient connu à l’égal des Contes des frères Grimm une telle fortune auprès des lecteurs de tout âge et de toutes les couches sociales. Ce succès durable est à la fois mérité et injuste: il rend certes hommage au… …   Encyclopédie Universelle

  • Loi de Verner — La loi de Verner est une loi de phonétique historique dont la découverte a marqué l une des étapes majeures de la linguistique comparée ; elle complète en effet la loi de Grimm et permet d en expliquer les apparentes irrégularités, la… …   Wikipédia en Français

  • Grimm —  Pour l’article homophone, voir GRIM. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme Grimm est un nom de famille notamment porté par : Melchior Grimm (1723 1807), homme de lettres… …   Wikipédia en Français

  • Loi phonétique — Phonétique historique La phonétique historique (ou phonologie diachronique) est une branche de la linguistique historique qui décrit en diachronie les modifications subies par les systèmes phonologiques des langues au cours de leur histoire. C… …   Wikipédia en Français

  • Loi de Holtzmann — La loi de Holtzmann est un phénomène de phonétique historique des langues germaniques, remarqué pour la première fois par Adolf Holtzmann en 1838. Dans le contexte de l étude diachronique des langues germaniques, elle est souvent appelée du nom… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.