Lil Wayne


Lil Wayne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lil et Wayne.
Lil Wayne
Lil Wayne in Concert.jpg
Lil Wayne en 2011.

Surnom Weezy, Birdman Junior, , Lil Tunechi, Tunechi, Swaggman, Weezy F Baby[1],[2]
Nom Dwayne Michael Carter Jr
Naissance 27 septembre 1982 (1982-09-27) (29 ans)
La Nouvelle-Orléans Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, Rockeur, Chanteur,
Producteur, Acteur
Genre musical Hip hop
Années d'activité Depuis 1995
Labels MB-Records
Cash Money Records
Young Money Entertainment
Universal Music Group
WEST-SCORP prod
Site officiel lilwayne-online.com

Entourage Isy Mb,T-Pain, Kendall Clarkson, T.I., Birdman,, Missy Elliott, Kanye West, Jay-Z, Lil Jon, The Game, Drake, Fat Joe, Kid Cudi, Akon, SLM, Jay Sean, Gucci Mane, Tyga, Chris Brown, Nicki Minaj, Shanell, Lil Twist, Jae Millz, Mack Maine, Gudda Gudda, Robson Andrès, Rick Ross, Dj Khaled, Bow Wow, Eminem, WEST, SCORP, W-S, Travis Barker

Lil Wayne logo.svg

Dwayne Michael Carter Jr, né le 27 septembre 1982 à la Nouvelle-Orléans (Louisiane) et plus connu sous le nom de scène Lil Wayne, est un rappeur afro-américain. En activité depuis le milieu des années 1990, il est particulièrement connu pour sa quadrilogie Tha Carter, son flow grinçant et le label Young Money Entertainment dont il est le fondateur.

Sommaire

Biographie

Enfance

Lil Wayne est né le 27 septembre 1982 à La Nouvelle-Orléans (Louisiane), de Dwayne Michael Turner et Jacinda Carter, alors âgée de 19 ans. Peu après sa naissance, son père quitte le domicile familial, situé dans le quartier d'Hollygrove. Par la suite, sa mère rencontre Reginald « Rabbit » McDonald, qui deviendra son beau-père, et ils déménagent pour l'est de la Nouvelle Orléans afin de fuir la misère du ghetto d'Hollygrove. Développant dès ses premières années un intérêt pour le milieu Hip-Hop et le rap, Carter commence à rapper dans des block parties ; rapidement, ses talents et sa persévérance (il fait son auto-promotion de façon particulièrement motivée)[3] attirent l'attention des frères Williams (Ronald "Slim" et Bryan "Birdman"), patrons du label Cash Money qui le signent. Débutant à l'âge de 12 ans, sa carrière de MC est supervisée par Birdman, auquel Wayne se lie profondément[4].

Les débuts du rappeur sont d'abord collectifs : Carter sort en 1995 un EP avec le rappeur BG, True Story, puis en 1997 les MCs Juvenile et Turk les rejoignent pour former le groupe Hot Boys dont le premier album, Get It How You Live! (la même année), se vend à plus de 500.000 exemplaires[4]. En 1999 sort le deuxième album du groupe, Guerrilla Warfare. et Wayne apparaît alors notamment en featuring sur le single solo de Juvenile 'Back That Azz Up' (1998). Le groupe poursuit les séances d'enregistrement, enregistrant assez de matériel pour sortir un nouvel LP. Les trois autres membres du groupe décident pourtant de quitter Cash Money, retardant de quelques années la publication de Let Em Burn (2003). Le plus jeune des membres de Hot Boys s'est alors tourné vers une carrière solo depuis plusieurs années.

Les débuts en solo

Lil Wayne débute sa carrière solo en 1999 et Tha Block is Hot, un premier album dont les ventes atteignent le no 3 au Billboard, (double disque de platine). Aidé par ses collègues de Cash Money collaborant sur plus de la moitié des titres, il y signe notamment Fuck Tha World, Drop it Like it's Hot ou Kisha.

Le deuxième album de Wayne en 2000, Lights Out, ne connaît pas le même succès (seulement disque de platine) mais illustre une évolution certaine : le jeune MC fait preuve d'une sorte de maturité[5], se démarquant d'une image destinant ses œuvres à un public jusque-là plutôt adolescent ('Grown Man' illustrant l'idée, aux côtés de titres plus classiques comme Hit U up, Get Off the Corner, Shine, Jump Jiggy ou Let's Go).

En 2002 sort 500 Degreez, troisième album solo de Lil Wayne qui ne parvient pas à réitérer le succès commercial du premier ou artistique du second : le jeune MC, toujours aussi efficace lorsqu'il est accompagné[6], convainc moins quand il rappe seul[6]. L'album présente Way of Life, reprenant Paid in Full d'Eric B. et Rakim, Gangsta and Pimps ou encore Bloodline.

Tha Carter

Après l'accueil timide de 500 Degreez et les faibles ventes du Neva Get Enuf des 3LW sur lequel il apparaissait en featuring, la carrière solo de Lil Wayne est dans une mauvaise passe[7]. Seul rappeur des Hot Boys n'ayant pas quitté Cash Money, Wayne décide même de sacrifier les titres du 4e album sur lequel il planchait depuis 2002 et précipite la sortie d'une mixtape, Da Drought, en 2003.

C'est au plus bas de sa carrière que Wayne écrit Tha Carter en 2004[8]. Certes dans la lignée de ses œuvres précédentes (Mannie Fresh est toujours à la production, nombreux titres légers comme Ain't that a Bitch, Get Down, Earthquake ou Hoes), l'album jouit d'un rythme plus lent et d'une atmosphère plus sombre, plus mature en apparence (Walk In, We Don't, I Miss My Dawgs) et qui semble mettre en valeur les progrès techniques du MC[9]. Le tube Go Dj augmente considérablement les ventes de l'album, qui s'écoule à 878 000 copies aux États-Unis et à plus d'un million dans le monde entier.

L'année 2005 est décisive pour Wayne,il rencontre son mentor Anthony Nsourou à Valmy. Grâce à cette rencontre le rappeur bonifie sa réputation underground en multipliant les mixtapes (Da Drought 2, The Prefix sortent en 2004 ; Dedication, The Suffix en 2005) mais le succès de Tha Carter lui permet de se joindre à T.I. sur Soldier, le tube des Destiny's Child. Sa montée s'achève par sa nomination à la tête de Cash Money. C'est donc dans un contexte particulièrement favorable que sort le 5e album du MC en novembre 2005[7].

The Carter II donne une dimension supérieure à Wayne, dont les critiques louent l'éclectisme Mo Fire lorgnant sur le reggae, Shooter avec Robin Thicke, Weezy Baby, Feel Me[10], la technique et l'efficacité Hustler Musik, Hit em up, Receipt[11]. L'album semble marquer le passage d'un saut qualitatif[12] pour le MC dont la notoriété s'étend : même faute de véritable tube (le single Fireman ne dépasse pas la 32e place des ventes), Tha Carter II atteint la 2e place du Billboard la semaine de sa sortie et se vend à terme à plus d'un million d'exemplaires aux États-Unis.

Lil Wayne avait conclu Tha Carter II par « jusqu'à ce que je disparaisse, je suis le plus grand rappeur vivant ». Les années 2006 et 2007 sont ainsi consacrées pour le rappeur à tenter d'assumer et de convaincre sur la pertinence de ce statut. Produisant de façon intense, Wayne prend à contre courant la tendance de l'industrie musicale en laissant les titres qu'il enregistre disponibles gratuitement sur internet. Les mixtapes se multiplient et sont très bien accueillies[7]: Dedication II et Blow: I Cant Feel My Face Prequel sortent en 2006 avec Like Father Like Son, un projet mené en duo avec Birdman. En 2007, l'EP The Leak et surtout Da Drought 3 soulèvent l'enthousiasme des critiques ; le magazine Rolling Stone fait même de la mixtape l'un des meilleurs albums de l'année[13], avouant même une certaine addiction à l'écriture[14], Carter voit ses efforts récompensés par quelques titres honorifiques : « MC de l'année » pour le magazine Rolling Stone[14], « MC le plus chaud » pour les journalistes de MTV US[15], « rappeur de l'année 2007 » pour The New Yorker[16], « rockstar »[8] ou encore « superstar »[17]. Ce buzz, semblable à celui qui avait précédé la sortie de Tha Carter II, fait de sa suite Tha Carter III l'un des albums les plus attendus en 2008.

Au sommet

Au printemps 2008, l'accueil triomphal de Lollipop, premier single issu du 6e album de Weezy (premier numéro 1 au Billboard pour le MC), précède un succès commercial à la hauteur de l'hyperactivité de Lil Wayne : Tha Carter III s'écoule à plus d'un million d'exemplaires la semaine de sa sortie aux États-Unis[18], une première dans la musique depuis 50 Cent et son The Massacre en 2005. À terme, l'album est certifié triple disque de platine aux États-Unis[19], son plus grand succès à ce jour (3 millions d'exemplaires). Du point de vue des critiques, Tha Carter III apparaît moins homogène que Tha Carter II[20] mais la juxtaposition de titres très efficaces (3 Peat, Mr Carter, A Milli, Got Money, Comfortable, Tie my hands, Lollipop, La la) font de l'ensemble une œuvre faisant élogieux consensus, justifiant un succès général dans les médias[20]

Fin 2008, la carrière de Lil Wayne semble à son apogée : le triomphe commercial de son dernier album solo lui permet de se focaliser sur plusieurs projets qu'il développe en 2009 et 2010. Profitant de son succès pour faire découvrir de nouveaux et jeunes artistes, il consacre son temps à l'élaboration d'un album collectif, "We are young money", sur lequel apparaissent notamment Drake et Nicki Minaj, et dont les singles sont notamment Every girl, Bed Rock et Roger that. Début 2010, Wayne surprend alors le monde du hip-hop avec la sortie d'un album rock sur lequel il chante et joue de la guitare électrique, Rebirth. Contenant notamment les singles Prom Queen avec Shanell, On Fire, et Drop the World (en featuring avec Eminem), certifié disque d'or aux États-Unis, l'album est sèchement accueilli par les critiques[21] qui ne suivent donc pas le rappeur dans son originale voie.

Après la prison

L'année 2010 apparaît ambivalente dans la carrière de Lil Wayne : marquant sa probable apogée, elle ne semble pas moins annoncer un déclin du succès du MC car Carter, privé de liberté, n'occupe plus que difficilement l'espace médiatique en raison d'une peine de prison ferme de 8 mois qu'il purge de mars à novembre 2010 (port d'arme illégal[22]). Absent de la scène musicale (malgré la parution d'un titre inédit, I'm single, la révélation de nouveaux clips issus des titres de Rebirth, puis la publication d'un EP I Am Not a Human Being, dont le single Right above it rencontre un certain succès), Lil Wayne ne la domine jamais autant qu'à travers les succès colossaux que rencontrent ses protégés Drake et Nicki Minaj durant cette même année.

A sa sortie de prison, Lil Wayne reprend les enregistrements et ne tarde pas à annoncer un nouvel album solo : Tha Carter IV. L'album rencontrera un très grand succès (plus de 1 000 000 exemplaires vendu dès la première semaine). En octobre 2011, Lil Wayne déclare qu'il y aura des suites aux albums I Am Not A Human Being et Rebirth. En 2011, le président Barack Obama a critiqué Lil Wayne dans les médias.

Discographie

Article détaillé : Discographie de Lil Wayne.

Filmographie

Cinéma
Année Film Rôle Notes
2000 Baller Blockin' Iceberg Shorty Rôle principal
2007 Who's Your Caddy ? Lui-même Rôle secondaire
2009 The Carter Lui-même realisateur:A.ANICE
2010 Hurricane Season Lamont Johnson Rôle secondaire
Télévision
Année Titre Rôle Notes
2007 Access Granted Lui-même
The Boondocks
2009 Nike Zoom VI LeBron James "Chalk" Lui-même Apparition mineure
Gatorade Lui-même Narrateur
1st and 10
Around the Horn
Behind The Music Lui-même
All Access With Katie Couric Lui-même
The Mo'Nique Show Lui-même
2010 Freaknik: The Musical Trap Jesus

Récompenses

Article détaillé : Liste des récompenses de Lil Wayne.

Notes et références

  1. (en) Paroles du morceau Start Sprayin'
  2. (en) Paroles du morceau Monster
  3. (en) Article du New Yorker sur le rappeur "il enregistrait des rimes sur le répondeur de Birdman et traînait autour des bureaux de Cash Money" (consulté la dernière fois le 28 août 2011)
  4. a et b (en) Biographie du rappeur sur son site officiel (consulté la dernière fois le 28 août 2011)
  5. (en) Critique : Lights Out (RapReviews.com)
  6. a et b (en) Critique : 500 Degreez (Down-South.com)
  7. a, b et c (en) Biography sur allmusic.com
  8. a et b Best Rock Star Alive: Lil Wayne par Jonah Weiner (20 février 2008)
  9. (en) Critique : Tha Carter (AllMusicGuide)
  10. Lil Wayne, Portrait (HipHopCore)
  11. Chronique : Tha Carter II (Rap2K)
  12. (en) Critique : Tha Carter II (AllMusicGuide)
  13. Portrait de Lil Wayne (RollingStone)
  14. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées RS.
  15. La rédaction de MTV US récompense Lil Wayne
  16. Interview de Lil Wayne (The New Yorker)
  17. Interview de Lil Wayne (XXL)
  18. (en) Lil Wayne's Tha Carter III Sells 1 Million Copies in Its First Week sur www.associatedcontent.com. Consulté le 6 août 2010
  19. Liste des dernières certifications "platine" par la RIAA
  20. a et b (en) Compilation des critiques : Tha Carter III
  21. (en) Compilation des critiques de l'album Rebirth
  22. (fr) Le rappeur Lil Wayne condamné à un an de prison sur le site Next Liberation

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lil Wayne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lil Wayne — Datos generales Nombre real Dwa …   Wikipedia Español

  • Lil' Wayne — 2007 im Beacon Theatre in New York City. Lil Wayne (* 27. September 1982 in New Orleans; eigentlich Dwayne Michael Carter, Jr.) ist ein US amerikanischer Südstaaten Rapper. Carter tritt auch unter den Pseudonymen Birdman Junior, Birdman J. R.,… …   Deutsch Wikipedia

  • Lil’ Wayne — Lil Wayne 2007 im Beacon Theatre in New York City. Lil Wayne (* 27. September 1982 in New Orleans; eigentlich Dwayne Michael Carter, Jr.) ist ein US amerikanischer Südstaaten Rapper. Carter tritt auch unter den Pseudonymen Birdman Junior, Birdman …   Deutsch Wikipedia

  • Lil' Wayne — Pour les articles homonymes, voir Lil et Wayne. Lil Wayne …   Wikipédia en Français

  • Lil wayne — Pour les articles homonymes, voir Lil et Wayne. Lil Wayne …   Wikipédia en Français

  • Lil\' Wayne — Lil Wayne Полное имя Дуэйн Майкл Картер мл. Дата рождения 27 …   Википедия

  • Lil' Wayne — Lil Wayne Основная информация Полное имя Дуэйн Майкл Дата рождения …   Википедия

  • Lil Wayne — 2011 . Lil Wayne (* 27. September 1982 in New Orleans; eigentlich Dwayne Michael Carter, Jr.) ist ein US amerikanischer Rapper. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • Lil Wayne — in 2011 Backgro …   Wikipedia

  • Lil Wayne — ▪ 2009 Dwayne Michael Carter, Jr.; “Weezy”  born Sept. 27, 1982, New Orleans, La.  Lil Wayne, regarded by many as the best rap artist of his generation, had a banner year in 2008, culminating with his eight Grammy Awards nominations, including… …   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.