Liechtenstein

ÔĽŅ
Liechtenstein

47¬į 08‚Ä≤ 42‚Ä≥ N 9¬į 33‚Ä≤ 14‚Ä≥ E / 47.145, 9.55388889

F√ľrstentum Liechtenstein (de)
Principauté du Liechtenstein (fr)
Drapeau du Liechtenstein Armoiries du Liechtenstein
(Drapeau du Liechtenstein) (Armoiries du Liechtenstein)
Devise nationale : F√ľr Gott, F√ľrst und Vaterland
(en allemand : ¬ę Pour Dieu, le Prince et la Patrie ¬Ľ)
carte
Langues officielles Allemand
Capitale Vaduz
47¬į8'30'' N 9¬į31'10'' E
Plus grande ville Schaan
Forme de l‚Äô√Čtat Principaut√©
 - Prince
  R√©gent
 - Chef du gouvernement
Hans-Adam II
son fils a√ģn√© Alois
Klaus Tsch√ľtscher
Superficie
 - Totale
 - Eau (%)
Classé 188e
160 km2
Négligeable
Population
 - Totale (2011)
 - Densit√©
Classé 188e
35 236[1] hab.
215 hab./km2
Indépendance
 - Date
Fin du Saint-Empire romain germanique
12 juillet 1806
Gentilé Liechtensteinois
Monnaie Franc suisse (CHF)
Fuseau horaire UTC +1 (été +2)
Hymne national Oben am jungen Rhein
Code ISO 3166-1 LIE, LI
Domaine internet .li
Indicatif
téléphonique
+423
Organisations internationales
AELE, AIEA, BERD, CE, CIO, CNUCED, CPA, CPI, CSI, FISCRCR, Interpol, MICRCR, OIAC, OITS, OMC, OMPI, ONU, OSCE, UIP, UIT, UPU [2]
Carte topographique du Liechtenstein.

Le Liechtenstein, en forme longue la Principaut√© du Liechtenstein ou la Principaut√© de Liechtenstein, en allemand F√ľrstentum Liechtenstein, est un petit pays d'Europe de l'Ouest sans acc√®s √† la mer, situ√© dans les Alpes, entre la Suisse et l'Autriche. Avec une superficie de seulement 160,5 km¬≤, et une population d'environ 36 000 habitants (Eurostat 2011), c'est le quatri√®me plus petit √Čtat ind√©pendant d'Europe apr√®s le Vatican, Monaco et Saint-Marin.

Sommaire

Histoire

Article d√©taill√© : Histoire du Liechtenstein.

Le territoire actuel du Liechtenstein constituait autrefois une petite partie de la province romaine de Rhétie. Pendant des siècles, cette terre resta géographiquement éloignée des intérêts stratégiques européens. Avant l’avènement de la dynastie actuelle, la région était inféodée à une branche de la famille des Habsbourg.

La dynastie de Liechtenstein tire son nom du ch√Ęteau de Liechtenstein, un √©difice situ√© plus loin en Autriche et ayant appartenu √† la famille de l‚Äôan 1140 au XIIIe si√®cle, avant de lui revenir d√©finitivement en 1807. Au cours des si√®cles, les Liechtenstein entr√®rent en possession de vastes domaines, notamment en Moravie, en Basse-Autriche et en Styrie, sans toutefois √©chapper √† la tutelle de seigneurs sup√©rieurs, pour la plupart des Habsbourg, et auxquels les princes de Liechtenstein offraient leurs services de conseillers. Ainsi, sans aucun territoire d√©tenu directement sous l‚Äô√©gide de l‚ÄôEmpereur, la dynastie de Liechtenstein ne put remplir les conditions requises pour si√©ger √† la Di√®te.

La famille, d√©sireuse d‚Äôaccro√ģtre son pouvoir par l‚Äôobtention d‚Äôun si√®ge, mit tout en Ňďuvre pour acqu√©rir des terres dites imm√©diates (unmittelbar), c‚Äôest-√†-dire n‚Äôayant d‚Äôautre suzerain que l‚Äôempereur lui-m√™me. Les Liechtenstein, apr√®s de longues n√©gociations, furent autoris√©s √† acheter les deux minuscules comt√©s de Schellenberg et Vaduz aux Habsbourg, respectivement en 1699 et 1712.

Ces deux petites parcelles r√©pondant aux crit√®res requis, l‚Äôempereur Charles VI les unifia et les √©leva le 23 janvier 1719 au rang de principaut√©, laquelle fut baptis√©e Liechtenstein en l‚Äôhonneur de son nouveau prince, Antoine-Florian de Liechtenstein. C‚Äôest √† cette date que le Liechtenstein devint un √Čtat souverain dans le cadre du Saint-Empire. La transaction ayant √©t√© purement politique, les princes de Liechtenstein ne se rendraient pas sur leur nouvelle terre avant plusieurs d√©cennies.

En 1806, le Saint-Empire fut envahi par la France. Cet √©v√©nement eut d‚Äôimportantes cons√©quences pour le Liechtenstein : les anciennes structures politiques et administratives se d√©lit√®rent rapidement suite √† l‚Äôabdication de l‚Äôempereur, et l‚Äôempire lui-m√™me fut dissous par Napol√©on. De ce fait, le Liechtenstein fut d√©li√© de toute obligation d‚Äôob√©issance √† une puissance ext√©rieure et devint v√©ritablement ind√©pendant. D√®s lors, il aligna ses int√©r√™ts sur ceux de l‚ÄôAutriche. Liechtenstein est l'une des deux principaut√©s relevant de la Conf√©d√©ration germanique (avec le Grand-Duch√© de Luxembourg) √† subsister encore aujourd'hui. Reconversion : en 1917, les Allemands avaient projet√© de faire du Liechtenstein un √Čtat pontifical, le pape abandonnant le Vatican ; le plan √©choua[r√©f. souhait√©e].

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le Liechtenstein resta neutre et les biens familiaux se situant dans les zones de combat furent rapatri√©s dans la principaut√© ou √† Londres, pour √™tre conserv√©s en lieu s√Ľr. √Ä la fin du conflit, la Pologne annexa des territoires allemands et la Tch√©coslovaquie expulsa ses habitants allemands (Allemands des Sud√®tes), ce qui eut pour cons√©quence d‚Äôexproprier les Liechtenstein de la totalit√© de leurs possessions h√©r√©ditaires en Boh√™me, en Moravie (principalement √† Lednice et Valtice dont les parcs et ch√Ęteau sont inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO) et en Sil√©sie (les princes de la famille ont v√©cu √† Vienne jusqu‚Äôen 1938). Les expropriations portaient sur mille six cents kilom√®tres carr√©s de terres foresti√®res et agricoles, ainsi que sur plusieurs ch√Ęteaux et palais imp√©riaux, et font encore aujourd‚Äôhui l‚Äôobjet de n√©gociations √† la Cour internationale de justice. La tension √† ce sujet √©tait telle au cours de la guerre froide que les autorit√©s tch√©coslovaques interdirent l‚Äôentr√©e du territoire aux citoyens du Liechtenstein.

Le ch√Ęteau de Vaduz, qui surplombe la ville, est toujours le lieu de r√©sidence de la famille princi√®re.

Le Liechtenstein n'entretenait aucune relation diplomatique avec la R√©publique tch√®que et la Slovaquie, √Čtats qu'il ne reconna√ģt pas suite √† un diff√©rend concernant la confiscation de biens de la famille princi√®re en Tch√©coslovaquie, apr√®s la Seconde Guerre mondiale (cf. D√©crets BeneŇ°). Les relations diplomatiques sont √©tablies en juillet 2009.

Les difficult√©s financi√®res rencontr√©es par la famille apr√®s la guerre la contraignirent √† se d√©faire de plusieurs tr√©sors artistiques, notamment du Ginevra de' Benci de L√©onard de Vinci, achet√© par le gouvernement des √Čtats-Unis. La d√©vastation √©conomique inflig√©e par le conflit mondial for√ßa par ailleurs le petit pays √† se rapprocher de la Suisse, pour conclure avec elle une union mon√©taire et douani√®re.

Ces efforts furent r√©compens√©s, et le pays se d√©veloppa d√®s lors avec une grande rapidit√©. Au cours des d√©cennies suivantes, la principaut√© entra dans une √®re de prosp√©rit√© et de modernisation √©conomique, gr√Ęce notamment √† l‚Äôinstauration de conditions fiscales avantageuses qui attir√®rent de nombreuses entreprises. Le prince de Liechtenstein compte aujourd‚Äôhui parmi les chefs d‚Äô√Čtat les plus riches du monde, avec une fortune estim√©e √† 3 milliards d'euros. La population du pays b√©n√©ficie √©galement d‚Äôun des niveaux de vie les plus √©lev√©s de la plan√®te.

Politique

Article d√©taill√© : Politique du Liechtenstein.
Siège du Gouvernement du Liechtenstein

Le Liechtenstein est une monarchie parlementaire et directe dirig√©e actuellement par le prince Hans-Adam II, qui est mont√© sur le tr√īne √† la mort de son p√®re en 1989. Le Landtag, le parlement du Liechtenstein, est compos√© de 25 d√©put√©s √©lus par les citoyens. Un gouvernement de cinq ministres assure la gestion des affaires courantes.

Le Liechtenstein concilie monarchie réelle et pouvoir parlementaire, car contrairement à beaucoup d’autres monarchies constitutionnelles, la constitution du Liechtenstein accorde au prince plusieurs pouvoirs d’une réelle importance, ce qui fait de Liechtenstein une monarchie réelle et constitutionnelle.

Lors d‚Äôun r√©f√©rendum organis√© le 1er juillet 1984 et activement soutenu par le prince, les √©lecteurs (jusque-l√† exclusivement masculins) se prononc√®rent en faveur du droit de vote pour les femmes, mais uniquement pour les scrutins nationaux (et non locaux).

Une p√©tition pour r√©clamer la l√©galisation de l'avortement est refus√©e lors d'une votation populaire le 18 septembre 2011 au Liechtenstein[3].

Communes

Communes du Liechtenstein
Article d√©taill√© : Communes du Liechtenstein.

Le Liechtenstein est subdivis√© en onze communes (Gemeinden en allemand, ou Gemeinde au singulier). La plupart correspondent √† une seule ville :

  1. Vaduz
  2. Balzers
  3. Eschen
  4. Gamprin
  5. Mauren
  6. Planken
  7. Ruggell
  8. Schaan
  9. Schellenberg
  10. Triesen
  11. Triesenberg

Géographie

Le Rhin : La fronti√®re entre Liechtenstein et la Suisse

Le Liechtenstein est situ√© dans les Alpes, le long de la vall√©e du Rhin. Le fleuve d√©limite la totalit√© de la fronti√®re ouest du pays avec la Suisse. √Ä l‚Äôest, les montagnes atteignent de hautes altitudes : le sommet le plus √©lev√© est le mont Grauspitz, qui culmine √† 2599 m√®tres. Les vents pr√©dominants en provenance du sud, cependant, ont tendance √† adoucir le climat de la principaut√©.

Le Liechtenstein est traversé du sud au nord par la Samina, un affluent de l'Ill.

En saison froide, les pentes neigeuses des montagnes sont très prisées par les adeptes des sports d'hiver.

Le Liechtenstein, en plus de n‚Äôavoir aucun acc√®s √† la mer, est entour√© de pays n‚Äôy ayant eux-m√™mes aucun acc√®s, √† savoir la Suisse et l‚ÄôAutriche. Cela en fait, avec l'Ouzb√©kistan, un des deux seuls √Čtats au monde √† √™tre doublement enclav√©, c'est-√†-dire qu'il faut traverser au moins deux autres √Čtats pour avoir un acc√®s √† l'Oc√©an mondial.

Les frontières de la principauté sont longues de 77,9 km, dont 41 km avec la Suisse et 35 km avec l'Autriche.

Société

Démographie

Article d√©taill√© : D√©mographie du Liechtenstein.

Seuls deux tiers de la population environ (65,8%) sont d‚Äôorigine liechtensteinoise. 20,1 % des r√©sidents proviennent de pays germanophones (10,8 % de Suisse, 5,9 % d‚ÄôAutriche et 3,4 % d‚ÄôAllemagne). Suivent de pr√®s les Italiens (3,3 %), les ressortissants de l‚Äôex-Yougoslavie (3,3 %), les Turcs (2,6 %) et les autres nationalit√©s (4,8 %).

Langue

L'aire de diffusion traditionnelle des formes dialectales de l'allemand sup√©rieur occidental (=al√©manique) au XIXe et XXe si√®cle
Article d√©taill√© : Allemand.

Au Liechtenstein, tout comme dans la partie germanophone de la Suisse, la langue usuelle est le suisse-allemand, un dialecte alémanique apparenté à l’allemand qui est, par ailleurs, une langue officielle. L’allemand est néanmoins la langue officielle de l’administration.

Religion

Lors d‚Äôune enqu√™te r√©alis√©e en juin 2003, 75,7 % de la population se d√©clara de confession catholique, contre 7 % de protestants et 4,2 % de musulmans. 10,9 % ne fournirent aucune r√©ponse.

Le 22 d√©cembre 1997, la tradition catholique fortement ancr√©e de la principaut√© fut r√©compens√©e par le pape Jean-Paul II, qui √©rigea la ville de Vaduz en archev√™ch√©.

√Čconomie

Malgré sa petite taille et ses ressources naturelles limitées, le Liechtenstein bénéficie d’une économie prospère, fondée sur le marché libre et un haut niveau d’industrialisation (biens d'équipement industriel, outillage, etc.). Le secteur financier de la principauté, tout comme le niveau de vie de sa population, peuvent tout à fait se comparer aux régions urbaines les plus riches de ses grands voisins européens.

Un imp√īt sur les soci√©t√©s tr√®s avantageux (le taux maximum est de 18 %, la moyenne europ√©enne s‚Äô√©levant environ √† 30 %) et diverses autres facilit√©s ont incit√© pr√®s de 74 000 multinationales √† s‚Äôimplanter au Liechtenstein, le plus souvent sous la forme d‚Äôune simple bo√ģte postale. La principaut√© en tire 30 % de ses revenus et a √©t√© retir√©e des derniers paradis fiscaux de la liste noire de l'OCDE en 2009[4], suite √† un engagement de sa part[5] pour suivre les recommandations de l'OCDE en mati√®re de transparence et de coop√©ration fiscale.

Le Liechtenstein, contraint d‚Äôimporter plus de 90 % de ses besoins √©nerg√©tiques, participe √† une union douani√®re et mon√©taire avec la Suisse, et utilise donc le franc suisse comme monnaie nationale. La principaut√© est par ailleurs membre de l‚ÄôEspace √©conomique europ√©en (EEE) depuis mai 1995, et le gouvernement cherche √† harmoniser sa politique √©conomique avec celle de l‚ÄôUnion europ√©enne. Le ch√īmage, bien qu‚Äôayant doubl√© depuis l‚Äôan 2000, ne s‚Äô√©l√®ve qu‚Äô√† 2,2 % au troisi√®me trimestre de 2004, ce qui constitue le taux le plus bas de tout l‚ÄôEEE. Son P.N.B. atteignait en 2008 3,97 milliards de US $ ce qui donnait pour la m√™me ann√©e un P.N.B. par habitant de 111 488 US $, soit le deuxi√®me du monde apr√®s celui de Monaco[6].

Culture

Kunstmuseum Liechtenstein: Le Musée des Beaux-arts du Liechtenstein à Vaduz

La petite principaut√© offre une large gamme d‚Äôactivit√©s ou d‚Äôassociations culturelles et artistiques. L‚Äô√©troite proximit√© de traditions rurales vivantes et d‚Äô√©changes internationaux intenses qui caract√©rise le Liechtenstein constitue le socle de la vie culturelle. Les concerts, le th√©√Ętre, la danse et le cabaret ainsi que les mus√©es, les galeries et les ateliers forment un p√īle d‚Äôattraction pour les amis de la culture de toute la r√©gion.

Le Kunstmuseum Liechtenstein (Musée des Beaux-arts du Liechtenstein) construit par les architectes suisses Morger, Degelo et Kerez et inauguré en 2000 est un véritable emblème architectonique. La façade, un béton teinté coulé sans joint et essentiellement constitué de pierre noire de basalte et de gravier de rivière coloré, a été traitée de manière à ce que sa surface réfléchissante produise des effets de matière et de lumière. En tant que musée d’art moderne et contemporain, il abrite la collection nationale d’art et offre régulièrement des expositions temporaires.

Il y a aussi un musée national (Landesmuseum), inauguré en novembre 2003, un musée du ski (Skimuseum), le musée de la poste (Postmuseum) ou encore celui de la machine à calculer avec notamment la Curta.

La culture populaire, notamment, est portée par une jeune génération ayant donné naissance à plusieurs groupes de rock ou de pop dont la renommée dépasse parfois les frontières locales.

L‚Äôunique th√©√Ętre de la principaut√©, le Th√©√Ętre de la Place de l‚Äô√Čglise (Theater am Kirchplatz), se trouve √† Schaan. Mais depuis octobre 2003, Vaduz abrite √©galement le Kleintheater Schl√∂sslekeller[7], qui propose des concerts, des num√©ros d'humoristes ou des repr√©sentations de petites pi√®ces. La principaut√© compte plusieurs artistes locaux reconnus dans leur domaine, comme le sculpteur Georg Malin et les peintres Bruno Kaufmann et Martin Frommelt.

Transports

Le réseau routier du Liechtenstein, bien entretenu, est long d’environ 140 km. Il n’existe aucune autoroute, et les règles de conduite, tout comme les panneaux de signalisation, sont à quelques exceptions près les mêmes qu’en Suisse. Ces exceptions concernent notamment l'alcoolémie tolérée (0,8 pour mille contre 0,5 pour mille en Suisse).

Le Liechtenstein, bien qu’ayant conclu une union postale avec la Suisse, dispose de ses propres timbres et de son propre indicatif téléphonique international (+423).

La principaut√© ne compte que 9,5 km de voies ferr√©es, qui assurent en r√©alit√© la connexion entre la ville suisse de Buchs et la ville autrichienne de Feldkirch. Les voies, pour cette raison, sont entretenues et administr√©es par la compagnie nationale ferroviaire autrichienne, la √ĖBB (√Ėsterreichische Bundesbahn). La compagnie publique Liechtenstein Bus (LBA), inspir√©e du car postal suisse, assure la desserte de l‚Äôensemble des communaut√©s du Liechtenstein. Les bus de la LBA relient √©galement la principaut√© avec les communes suisses de Sargans, Buchs et Sevelen.

Sports

Les √©quipes de football du Liechtenstein jouent au sein des ligues suisses. La Coupe du Liechtenstein permet tous les ans √† la meilleure √©quipe du pays d'acc√©der √† la Ligue Europa : il s'agit le plus souvent du FC Vaduz, qui a √©t√© champion de seconde ligue suisse en 2008, ce qui lui a permis d'√©voluer en super ligue (1re division suisse) pour la saison 2008/2009 avant d‚Äô√™tre rel√©gu√© en 2eme division suisse. Le FC Vaduz a connu son plus grand succ√®s √† l'occasion de la Coupe des Coupes de 1996 en battant les Lettons du FC Universitate Riga par 4 buts √† 2. Lors du tour suivant, ils rencontr√®rent le Paris-Saint-Germain et se firent √©liminer sur un score cumul√© de 0 √† 7 (0-4 √† Vaduz et 3-0 √† Paris).

L'équipe nationale de football du Liechtenstein est traditionnellement considérée comme une proie facile pour n'importe quel adversaire. Les Liechtensteinois connurent pourtant une semaine exceptionnelle en automne 2004 à l'occasion des matchs de qualification pour la Coupe du monde de 2006, en arrachant un nul de 2 à 2 face au Portugal (à Vaduz) avant de triompher du Luxembourg par 4 buts à 0. Leur équipe termina avant-dernière de son groupe de qualification avec 8 points (nul contre le Portugal, victoire contre le Luxembourg, nul contre la Slovaquie (0-0) (alors deuxième et sans oublier que le match aller s'était soldé par une défaite 7-0 du Liechtenstein) et une deuxième victoire contre le Luxembourg (3-0).

En tant que pays montagneux, le Liechtenstein r√©alise de bonnes performances dans le domaine des sports d'hiver, notamment le ski alpin : Hanni Wenzel a ainsi remport√© deux m√©dailles aux jeux olympiques d'hiver de Lake Placid (√Čtats-Unis) en 1980. Au total, les sportifs du pays ont remport√© neuf m√©dailles olympiques (deux en or, deux en argent et cinq en bronze).

Codes

Le Liechtenstein a pour codes :

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Central Intelligence Agency, The World Factbook, 2011
  2. ‚ÜĎ (en) CIA World Fact Book, consult√© le 1er janvier 2009
  3. ‚ÜĎ LeMonde.fr du 18 septembre 2011
  4. ‚ÜĎ [1]
  5. ‚ÜĎ [2]
  6. ‚ÜĎ Atlas√©co Le Nouvel Observateur Edition 2011
  7. ‚ÜĎ Site web officiel du Kleintheater Schl√∂sslekeller


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Liechtenstein de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • LIECHTENSTEIN ‚ÄĒ Le Liechtenstein est un √Čtat de 160 km2, situ√© entre les cantons suisses de SaintGall et des Grisons et la province autrichienne du Vorarlberg. Le Rhin lui sert de fronti√®re commune avec la Suisse sur pr√®s de 30 kilom√®tres; les Alpes,… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Liechtenstein [2] ‚ÄĒ Liechtenstein (Gesch. u. Geneal.), altes √∂sterreichisches Geschlecht, seit 1206 bekannt, wo ein Dittmar von L., welcher aus dem Hause Este stammen soll, vorkommt. Die S√∂hne des Grafen Hartmann IV. (st. 1585), Karl u. Gundakar, sind die Stifter… ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • Liechtenstein [1] ‚ÄĒ Liechtenstein, 1) das kleinste souver√§ne F√ľrstenthum Deutschlands, mit einem Fl√§chengehalt von 2,90 QM.; grenzt im Norden u. Osten an den tyroler Kreis Vorarlberg, im S√ľden u. Westen an die Schweizercantone Graub√ľndten u. St. Gallen, wird[364]… ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • Liechtenstein ‚ÄĒ prop. n. a small principality in central Europe. [WordNet 1.5] ‚Ķ   The Collaborative International Dictionary of English

  • Liechtenstein [1] ‚ÄĒ Liechtenstein, souver√§nes F√ľrstentum, n√§chst Monaco und San Marino der kleinste Staat Europas, liegt zwischen 47¬į3¬ī und 47¬į14¬ī n√∂rdl. Br. und zwischen 9¬į29¬ī und 9¬į38¬ī √∂stl. L., umfa√üt den westlichen Abfall des R√§tikon zum Oberlauf des Rhein, wird ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Liechtenstein [3] ‚ÄĒ Liechtenstein, 1) Joseph Wenzel, F√ľrst von, √∂sterreich. Feldherr und Staatsmann, geb. im August 1696, gest. 10. Febr. 1772, machte 1716‚Äď18 die Feldz√ľge gegen die T√ľrken mit, focht 1734‚Äď35 am Rhein, kam 1735 als Gesandter nach Berlin, wo er dem… ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Liechtenstein [3] ‚ÄĒ Liechtenstein, Ulrich von, deutscher Dichter, s. Ulrich von Liechtenstein ‚Ķ   Kleines Konversations-Lexikon

  • Liechtenstein [2] ‚ÄĒ Liechtenstein, Schlo√ü, s. Br√ľhl 2) und Judenburg ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Liechtenstein ‚ÄĒ Liechtenstein, souver√§nes F√ľrstentum zwischen Vorarlberg und der Schweiz (Kantone Sankt Gallen und Graub√ľnden [Karte: Schweiz I]), von letzterer durch den Rhein getrennt, 159 qkm, (1901) 9477 kath. deutsche E., Verfassung konstitutionell… ‚Ķ   Kleines Konversations-Lexikon

  • Liechtenstein [2] ‚ÄĒ Liechtenstein, Alfred, Prinz, √∂sterr. Politiker, geb. 11. Juni 1842 in Prag, 1879 87 Mitglied des √∂sterr. Abgeordnetenhauses, 1881 Obmann der Zentrumspartei, 1887 Mitglied des Herrenhauses. ‚Äď Sein Bruder Aloys, Prinz L., geb. 18. Nov. 1846, seit… ‚Ķ   Kleines Konversations-Lexikon

  • Liechtenstein ‚ÄĒ Liechtenstein, das kleinste deutsche souver√§ne F√ľrstenthum, am Rheine, zwischen Vorarlberg, den Kantonen Graub√ľnden und St. Gallen gelegen, aus der Herrschaft Vaduz u. der Grafschaft Schellenberg bestehend, 21/2 QM. gro√ü. mit 7500 E. Hauptort ist ‚Ķ   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.