Lettonie

ÔĽŅ
Lettonie
Latvijas Republika (lv)
République de Lettonie (fr)
Drapeau de la Lettonie Armoiries de la Lettonie
(Drapeau de la Lettonie) (Armoiries de la Lettonie)
carte
Langue officielle Letton
Capitale Rńęga
55¬į30‚Ä≤5‚Ä≥N 37¬į20‚Ä≤3‚Ä≥E / 55.50139, 37.33417
Plus grande ville Rńęga
Forme de l‚Äô√Čtat R√©publique parlementaire
 - Pr√©sident
 - Premier ministre
Andris BńďrziŇÜŇ°
Valdis Dombrovskis
Superficie
 - Totale
 - Eau (%)
Classé 121e
64 597 km2
1,5%
Population
 - Totale (2011)
 - Densit√©
Classé 137e
2 204 708[1] hab.
35 hab./km2
Indépendance
 - Date
De la Russie
De l'URSS
18 novembre 1918
8 novembre 1991
Gentilé Lettons, Lettonnes
IDH (2005) en augmentation 0,855 (élevé) (45e)
Monnaie Lats letton (LVL)
Fuseau horaire UTC +2
Hymne national Dievs, Sveti Latviju (Dieu, bénis la Lettonie)
Code ISO 3166-1 LVA, LV
Domaine internet .lv
Indicatif
téléphonique
+371


La Lettonie, en forme longue la R√©publique de Lettonie, en letton Latvija et Latvijas Republika, est un pays d‚ÄôEurope du Nord situ√© sur la rive orientale de la mer Baltique. C‚Äôest l‚Äôun des trois pays baltes, le pays est bord√© par la Lituanie au sud et par l‚ÄôEstonie au nord. La Lettonie a aussi des fronti√®res terrestres √† l‚Äôest avec la Russie et au sud-est avec la Bi√©lorussie. La Lettonie est un √Čtat membre de l'Union europ√©enne depuis le 1er mai 2004, son entr√©e dans la zone Euro reste encore incertaine.

Sommaire

Histoire

√Ä partir du XIIIe jusqu‚Äôau XVIe si√®cle, la Lettonie, qui s'√©tendait en Livonie et en Courlande, √©tait la possession des chevaliers prussiens de l'ordre de Livonie. Au XVIIe si√®cle, elle faisait partie de la Pologne et la Su√®de depuis 1625. Le roi su√©dois Gustave II Adolphe fondait en 1632 l'universit√© de Tartu (en allemand : Dorpat). Il a aussi fond√© une cour d'appel √† Tartu. Le journal officiel du gouvernement su√©dois √©tait publi√© en letton √† Riga. Au d√©but de 1655, le roi su√©dois a lanc√© une r√©duction des propri√©t√©s des barons balto-allemands √† la couronne su√©doise.

Au XVIIIe si√®cle, la Livonie et la Courlande font partie de l‚ÄôEmpire russe par le trait√© de Nystad : la Lettonie est compos√©e du gouvernement de Courlande et d'une partie du gouvernement de Livonie. La domination traditionnelle des grands propri√©taires germano-baltes et la langue allemande (langue administrative avec le russe jusqu'en 1917) ont cependant √©t√© conserv√©es dans le pays.

Au cours de la guerre civile en Russie (1917-1922), la plupart des divisions militaires lettonnes (cr√©√©es pendant la Premi√®re Guerre mondiale) luttaient du c√īt√© des bolcheviks contre l‚ÄôAllemagne. Elle acquiert alors une premi√®re fois son ind√©pendance, reconnue internationalement, en 1922 (la date officielle de 1918 correspond √† une d√©claration unilat√©rale d'un groupe nationaliste) qui aboutit d√®s 1934 √† une dictature.

En 1940, durant la Seconde Guerre mondiale, elle est d‚Äôabord envahie, comme le pr√©voyaient les clauses secr√®tes du Pacte germano-sovi√©tique (en m√™me temps que les deux autres pays baltes), par l‚ÄôUnion des r√©publiques socialistes sovi√©tiques. 15 500 Lettons furent d√©port√©s par les Sovi√©tiques. Seule une minorit√© surv√©cut des camps du Goulag. Beaucoup de Lettons se r√©fugi√®rent dans la campagne ou en formant un ¬ę maquis ¬Ľ letton. En 1941, elle est occup√©e par l‚Äôarm√©e de l'Allemagne nazie, accueillie par une tr√®s large majorit√© de la population (il en sera de m√™me sur tous les territoires sovi√©tiques envahis durant les premi√®res semaines de l'op√©ration Barberousse) comme une lib√©ratrice apr√®s la r√©gime de terreur du NKVD. Les maquisards lettons sont alors organis√©s en milices paysannes pour a priori se d√©fendre contre les partisans des sovi√©tiques. Une minorit√© de policiers au service des Allemands se charge directement de faire dispara√ģtre des juifs, accus√©s de soutenir le r√©gime sovi√©tique (cf. Shoah par balles). Environ 75 000 juifs lettons furent tu√©s durant la seconde guerre mondiale, en partie par des unit√©s paramilitaires lettones et les forces de police lettones[2]. Un petit nombre de Lettons ont pu rejoindre l'Arm√©e Rouge (cf. affaire Kononov).

√Ä la fin de la guerre, un grand nombre de familles lettonnes trouvent refuge en Su√®de puis en Allemagne, aux √Čtats-Unis, au Canada et en Australie. L'Arm√©e Rouge a r√©occup√© √† partir de 1944 la Lettonie, que l‚ÄôURSS annexe sous le statut de r√©publique socialiste sovi√©tique. Cette occupation ne fut jamais approuv√©e de jure par les √Čtats-Unis et le Royaume-Uni.

Apr√®s l'occupation sovi√©tique, la lutte arm√©e par les maquisards lettons continua jusqu'√† le mort de Staline en mars 1953. Pour d√©truire la r√©sistance lettonne, les Sovi√©tiques ont lanc√© un programme de collectivisation des fermes. En 1949, une seconde vague de d√©portations avait lieu : 42 133 personnes furent d√©port√©es √† Krasno√Įarsk, Amur, Irkoutsk, Omsk, Tomsk et Novosibirsk en Sib√©rie (soit 2% de la population lettonne avant la guerre). En m√™me temps, les autorit√©s sovi√©tiques transf√©r√®rent des milliers de Russes en Lettonie, dans le cadre d'un programme de russification du pays.

Par la répression soviétique, la culture lettone était après-guerre plus diffusée en dehors de Lettonie qu'en Lettonie-même.

Article d√©taill√© : Invasion des Pays baltes (1991).

Redevenue indépendante en 1991, comme la Lituanie et l'Estonie avant même l'effondrement total de l'Union Soviétique, la Lettonie n'adhère pas à la CEI. La Lettonie accorde la nationalité et des passeports à la minorité russophone, qui constitue alors un tiers de la population, selon des lois qui étaient examinées par une délégation du Conseil européen[3]. Le pays a opté pour une alliance euro-atlantique et a finalement adhéré à l'OTAN en avril 2004, puis à l'Union européenne le 1er mai 2004.

Politique

Article d√©taill√© : Politique de la Lettonie.

Organisations des pouvoirs

La Constitution date de 1922 et est restaur√©e en 1993, instaurant une R√©publique parlementaire. Le Parlement letton, la Saeima, est unicam√©rale et comporte cent si√®ges : il est √©lu au suffrage universel direct tous les quatre ans.

Le président de la République est élu par les députés de la Saeima pour un mandat de quatre ans. Le vote se déroule à bulletin secret et à la majorité absolue (soit cinquante-et-une voix minimum sur cent). Son mandat est renouvelable une fois. Le président nomme un Premier ministre, qui forme avec son cabinet l’exécutif du gouvernement.

Enfin depuis 1996 une Cour constitutionnelle charg√©e de contr√īler la constitutionnalit√© des lois a √©t√© mise en place.

√Čtat membre de l'Union europ√©enne

La Lettonie compte parmi les √Čtats membres de l'Union europ√©enne depuis le 1er mars 2004. Le pays d√©pose officiellement sa candidature pour l'adh√©sion aux Communaut√©s europ√©ennes le 13 octobre 1995 et les n√©gociations d√©butent en janvier 2000 suite au feu vert donn√© par le Conseil europ√©en d'Helsinki de d√©cembre 1999.

Riga signe √† Ath√®nes le 16 avril 2003 le trait√© d'adh√©sion √† l'Union europ√©enne aux c√īt√©s des autres pays candidats √† l'adh√©sion (Chypre, l'Estonie, la Hongrie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la R√©publique tch√®que, la Slovaquie et la Slov√©nie). Le 20 septembre 2003, un r√©f√©rendum sur la ratification par la Lettonie du trait√© d'adh√©sion √† l'Union europ√©enne donne 67% de votes favorables contre 32,3% d'opinions n√©gatives, avec un taux de participation de 72,53%[4]. Le 1er mars 2004, la Lettonie entre dans l'Union et offre √† son peuple la citoyennet√© europ√©enne.

Incertitudes sur l'entrée dans la zone euro

Aucune date ne prévoit aujourd'hui l'entrée de la Lettonie dans l'Eurozone. Elle était prévue initialement pour l'année 2008 mais Riga y a renoncé en raison de la crise financière de 2008 et de la trop forte inflation. Un nouvel objectif a été fixé pour 2014 mais les estimations négatives du FMI sur l'évolution de la situation économique lettone remettent en cause le bon déroulement de cette nouvelle étape[5],[6].

Divisions administratives

Les quatre régions administratives lettonnes.
Carte des novadi (au 3 janvier 2011)
Article d√©taill√© : Divisions administratives de la Lettonie.

La Lettonie est divis√©e en quatre r√©gions historiques qui ont aussi une valeur administrative secondaire :

√Ä compter du 1er juillet 2009, la Lettonie est divis√©e en 109 communes (novads en letton) et 9 villes au statut sp√©cial (en letton : republikas pilsńďtas). Les novadi peuvent √™tre compos√©es de villes et d'un ou plusieurs pagasti[7].

Jusqu'√† cette r√©forme, la Lettonie √©tait divis√©e en 7 villes (en letton: lielpilsńďtas) et 26 districts (en letton: rajons), lesquels √©taient subdivis√©s en pagasti.

Chaque subdivision a une sph√®re d‚Äôinfluence sur les diff√©rents aspects du service public et per√ßoit une partie des imp√īts sur le revenu pay√©s par les personnes enregistr√©es dans la subdivision.

Villes

Article d√©taill√© : Villes de Lettonie.

Géographie

Article d√©taill√© : G√©ographie de la Lettonie.

Démographie

Article d√©taill√© : D√©mographie de la Lettonie.

√Čconomie

Article d√©taill√© : √Čconomie de la Lettonie.

Sa devise, le lats, est li√©e √† l‚Äôeuro dans le cadre du m√©canisme de taux de change europ√©en (MCE II), depuis le 2 mai 2005.

En 2009, la pr√©vision de r√©cession √©conomique caus√©e par la crise financi√®re de 2008 est de 12 √† 15 %. L‚ÄôUnion europ√©enne et le FMI lui ont apport√© une aide de 7,5 milliards d‚Äôeuros, conditionn√©e √† une r√©duction draconienne des d√©penses de l‚Äô√Čtat[8].

Culture

Articles d√©taill√©s : Culture de la Lettonie et Musique lettone.

Langues

Langues couramment utilisées en Lettonie sont le letton (officiel) et le russe.
En septembre 2006, la Saeima a approuv√© le projet de loi visant √† faire adh√©rer le pays √† l‚ÄôOrganisation internationale de la francophonie. Seul 1 % de la population ma√ģtrise d√©j√† le fran√ßais, mais les personnes haut plac√©es (dont l'ancienne pr√©sidente, longtemps professeur √† l'Universit√© de Montr√©al au Canada, Vaira Vike-Freiberga) l‚Äôutilisent fr√©quemment, et une √©volution gr√Ęce √† l‚Äôenseignement reste donc pr√©vue. La Lettonie est donc devenue observateur de l‚Äôorganisme en 2008 lors du sommet qui se tint √† Qu√©bec (Canada) [9].

Fêtes et jours fériés

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
1er janvier 1er de l‚Äôan Jaungada diena
vendredi saint vendredi saint LielńĀ piektdiena Vendredi Saint se dit LielńĀ piektdiena: "le grand vendredi"
lundi de P√Ęques lundi de P√Ęques OtrńĀs Lieldienas P√Ęques se dit Lieldienas : ¬ę les grands jours ¬Ľ
1er mai F√™te du travail Darba svńďtki
4 mai Ind√©pendance de 1990 Neatkarńębas deklarńĀcijas pasludinńĀŇ°ana diena
23 juin F√™te de Ligo Lńęgo svńďtki
24 juin St-Jean JńĀŇÜu diena
18 novembre F√™te nationale (proclamation de la r√©publique) Latvijas Republikas proklamńďŇ°ana diena
25 d√©cembre No√ęl Ziemassvńďtki : ¬ę f√™te de l‚Äôhiver ¬Ľ
26 d√©cembre Lendemain de No√ęl Otrie Ziemassvńďtki
31 décembre Saint-Sylvestre Vecgada diena

Les noms de Lieldienas et Ziemassvńďtki sont originaires de la mythologie lettonne et repris par les missionnaires allemands lors de la christianisation.

Autres jours importants :

Sports

  • Depuis l'ind√©pendance du pays en 1990, la Lettonie a connu deux cyclistes de haut niveau, avec tout d'abord au milieu des ann√©es 1990, Piotr Ugrumov qui termina deuxi√®me du Tour de France 1994 avec 2 √©tapes remport√©es, mais surtout, RomńĀns VainŇ°teins au d√©but des ann√©es 2000, qui fut champion du monde sur route en 2000 √† Plouay et qui termina sur le podium de nombreuses grandes classiques tels Milan-San Remo, Paris-Roubaix, le Tour des Flandres, la Classique de San Sebastian ou encore la Vattenfall Cyclassics. Aujourd'hui, le cyclisme letton est repr√©sent√© au haut niveau par Raivis Belohvosciks, excellent rouleur qui termina notamment quatri√®me du championnat du monde du contre-la-montre en 1999 et est sept fois champion national de la discipline.
  • La Lettonie poss√®de en hockey sur glace une √©quipe nationale de bon niveau qui est class√© 12e au classement IIFH en 2010 et qui a pour meilleur r√©sultat en championnat du monde un quart de finale en 2000 et 2004. Les joueurs vedette de l'√©quipe sont notamment Georgijs Pujacs (Lada Togliatti) et Herberts Vasiljevs (Krefeld Pinguine), qui a √©volu√© dans la LNH.
  • Le tennis est quant √† lui devenu en un an un sport populaire en Lettonie gr√Ęce au jeune prodige Ernests Gulbis. Ce dernier a r√©ussi sa premi√®re grosse performance en se qualifiant pour les 8e de finale de l'US Open 2007, avant de r√©cidiver quelques mois plus tard lors de Roland-Garros 2008 en atteignant cette fois-ci les quarts de finale, o√Ļ il a √©t√© battu par Novak ńźokovińá, t√™te de s√©rie n¬į3. Ernests Gulbis est un grand espoir du tennis mondial, bien qu'il lui reste depuis √† confirmer en tournois majeurs. En f√©vrier 2011, il est class√© 21e √† l'ATP.

Galerie de sportifs lettons

Codes

La Lettonie a pour codes :

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Central Intelligence Agency, The World Factbook, 2011
  2. ‚ÜĎ Chronologie de la Lettonie, site de la BBC
  3. ‚ÜĎ Roger Caratini, Dictionnaire des nationalit√©s et des minorit√©s de l'U.R.S.S., Larousse "Essentiels", 1990, ISBN 2-03-740067-5
  4. ‚ÜĎ (en) Latvian yes completes EU sweep, The Guardian. Mis en ligne le 22 septembre 2003
  5. ‚ÜĎ http://socio13.wordpress.com/2010/05/02/le-chemin-de-la-ruine-du-fmi-de-la-lettonie-a-la-grece-par-max-weisbrot/
  6. ‚ÜĎ http://www.monde-diplomatique.fr/2009/09/REKACEWICZ/18051
  7. ‚ÜĎ (lv) R√©forme territoriale de 2009, Parlement de Lettonie - Saiema. Mis en ligne le 25 septembre 2009
  8. ‚ÜĎ Olivier Truc, ¬ę La Lettonie pr√©pare des coupes budg√©taires de 20 √† 40 % ¬Ľ, Le Monde, 29 avril 2009, p 9
  9. ‚ÜĎ Minist√®re des Affaires √©trang√®res de Lettonie, ¬ę Aux pr√©mices des Journ√©es de la Francophonie, le ministre letton des Affaires √©trang√®res adresse ses vŇďux √† l‚ÄôOrganisation internationale de la Francophonie pour son 40e anniversaire. ¬Ľ sur Ambassade de France en Lettonie. Consult√© le 5 juillet 2010

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Suzanne Champonnois, Fran√ßois de Labriolle, Dictionnaire historique de la Lettonie, Crozon, √Čditions Armeline, 2001. ISBN 2-910878-25-2
  • Suzanne Champonnois, Fran√ßois de Labriolle, Estoniens, Lettons, Lituaniens. Histoire et destins, Crozon, √Čditions Armeline, 2004. ISBN 2-910878-26-0
  • Jean Meuvret, Histoire des pays baltiques, Paris, Armand Colin, 1934.
  • Yves Plasseraud, Les √Čtats baltiques. Des soci√©t√©s gigognes. La dialectique majorit√©s-minorit√©s, 2e √©d., Brest, √Čditions Armeline, 2006. ISBN 2-910878-23-6

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lettonie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lettonie ‚ÄĒ √©tat d Europe, frontalier de l Estonie au nord, de la Russie √† l est, de la Bi√©lorussie et de la Lituanie au sud, sur le bord de la Baltique; 63 700 km¬≤; 2 681 000 hab. (dont 40 % de Russes, cadres et ouvriers de l industrie notam.); cap. Riga.… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • lettonie ‚ÄĒ npf. L√®toni (Albanais) ‚Ķ   Dictionnaire Fran√ßais-Savoyard

  • Lettonie aux Jeux olympiques d'hiver de 2006 ‚ÄĒ Lettonie aux Jeux olympiques Lettonie aux Jeux olympiques d hiver de 2006 Code CIO ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lettonie aux Jeux olympiques d'hiver de 2010 ‚ÄĒ Lettonie aux Jeux olympiques Lettonie aux Jeux olympiques d hiver de 2010 Code CIO ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lettonie aux Jeux olympiques d'√©t√© de 2008 ‚ÄĒ Lettonie aux Jeux olympiques Lettonie aux Jeux olympiques d √©t√© de 2008 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • LETTONIE - Actualit√© (1990-1996) ‚ÄĒ P align=center R√©publique de Lettonie Politique int√©rieure Le 4 mai 1990, le Parlement de Lettonie, r√©publique Balte annex√©e par l‚ÄôU.R.S.S. en 1940, vote une proclamation d‚Äôind√©pendance, assortie d‚Äôune ¬ęp√©riode de transition¬Ľ ind√©termin√©e. Elle… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • LETTONIE (R√ČPUBLIQUE DE) ‚ÄĒ LETTONIE R√ČPUBLIQUE DE √Ä l‚Äô√©t√© de 1995, la Lettonie avait entam√© son int√©gration √† l‚ÄôOuest. En mati√®re de s√©curit√© tout d‚Äôabord. Elle s‚Äôest engag√©e dans le Partenariat pour la paix le 14 f√©vrier 1994 malgr√© les pressions de la Russie qui s‚Äôoppose ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Lettonie-Portugal en football ‚ÄĒ Confrontations entre le Portugal et la Lettonie : Date Lieu Match Score Comp√©tition 9 octobre 1994 Riga ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lettonie-Russie En Football ‚ÄĒ Confrontations entre l √©quipe de Russie de football et l √©quipe de Lettonie de football Les confrontations Russie Lettonie Date Lieu Match Score Comp√©tition 14 novembre 2001 Riga ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lettonie-Russie en football ‚ÄĒ Confrontations entre l √©quipe de Russie de football et l √©quipe de Lettonie de football Les confrontations Russie Lettonie Date Lieu Match Score Comp√©tition 14 novembre 2001 Riga ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.