Les Precieuses ridicules


Les Precieuses ridicules

Les Précieuses ridicules

MASCARILLE : Que vous semble de ma petite oie ? La trouvez-vous congruente à l'habit ?
CATHOS : Tout à fait.
(Les Précieuses ridicules)
Dessin de Moreau le Jeune.

Les Précieuses ridicules est une comédie en un acte et en prose de Molière, qui a été représentée pour la première fois à Paris le 18 novembre 1659 au Théâtre du Petit-Bourbon. La pièce était donnée en deuxième partie, après Cinna de Corneille. Elle connut dès la première représentation un grand succès qui se confirma par la suite à la ville comme à la cour.

Sommaire

Résumé

Magdelon et Cathos, deux jeunes provinciales, arrivent à Paris en quête d'amour et de jeux d'esprit. Gorgibus, père de Magdelon et oncle de Cathos, décide de les marier à deux prétendants, La Grange et Du Croisy, mais ces dernières les ridiculiseront de telle façon que ceux-ci voudront se venger de ces « précieuses Â». Entre alors en scène un jeune homme, Mascarille, se prétendant homme du monde fréquentant les meilleurs cercles, qui tombera amoureux de Magdelon. Vient ensuite un second homme, Jodelet, dont Cathos s'amourachera. On découvre ensuite que ces deux hommes sont des imposteurs, soit les valets des deux premiers hommes rejetés. Les précieuses sont tombées dans le piège et ont donc montré le ridicule de leur vanité.

Les personnages

  • Gorgibus, le maître des lieux, père de Magdelon et oncle de Cathos. « Bon bourgeois Â» selon le texte de la pièce, il mène sa maison avec simplicité, entend marier sa fille et sa nièce à deux prétendants honnêtes, et se trouve désemparé devant leur entêtement à refuser La Grange et Du Croisy.
  • Magdelon et Cathos, les « précieuses ridicules Â», respectivement fille et nièce de Gorgibus. Influencées par les salons précieux et les romans de Madeleine de Scudéry, elles voudraient que leur vie ressemble à ces romans, ce qui les pousse à rejeter La Grange et Du Croisy pour le faux marquis de Mascarille et le faux vicomte de Jodelet.
  • La Grange et Du Croisy sont les « amants rebutés Â» de la pièce, dédaignés par Magdelon et Cathos qui les jugent trop « grossiers Â» pour elles, et qui se vengent en les piégeant avec l'aide de leurs valets déguisés en gentilshommes.
  • Mascarille et Jodelet, valets respectifs de La Grange et de Du Croisy, sont les complices puis les dindons de la farce de leurs maîtres. Mascarille, et plus tard dans la pièce Jodelet, se font passer pour des gentilshommes et affectent un air précieux qui trompe Magdelon et Cathos.
  • Marotte est la servante des précieuses ridicules. Comme beaucoup de servantes chez Molière, elle se caractérise par sa franchise et sa simplicité, et prie ses maîtresses de « parler chrétien Â», c'est-à-dire parler comme tout le monde.
  • Almanzor est le laquais des précieuses.

Déroulement de la pièce

Scène 1
La Grange et Du Croisy, qui viennent de rencontrer Magdelon et Cathos, sont très mécontents de la manière dont ils ont été reçus. Pour se venger, La Grange propose de les piéger avec l'aide de son valet, Mascarille, un homme extravagant qui se prend pour un bel esprit.
Scènes 2 et 3
Découvrant que La Grange et Du Croisy sont mécontents de leur visite, Gorgibus, afin d'en comprendre la raison, fait appeler Magdelon et Cathos, qui sont occupées à se mettre « de la pommade pour les lèvres Â».
Scène 4
Alors que Gorgibus leur demande des explications sur leur comportement envers La Grange et Du Croisy, Magdelon et Cathos lui affirment qu'il est hors de question pour elles de se marier à des gens « incongrus en galanterie Â», et qu'elles veulent vivre une aventure galante et romanesque ressemblant aux romans de Mlle de Scudéry. Ne comprenant rien à leur discours, Gorgibus s'entête : il veut les marier le plus vite possible, ou elles seront envoyées au couvent.
Scènes 5 et 6
Une fois Gorgibus parti, Magdelon et Cathos s'entêtent dans leur rêverie en s'imaginant qu'elles ne sont pas réellement sa fille et sa nièce, et qu'« une naissance plus illustre Â» leur sera un jour révélée. Marotte, leur servante, annonce alors l'arrivée du « marquis de Mascarille Â», que les deux précieuses s'empressent de recevoir.
Scènes 7 et 8
Arrivée de Mascarille en chaise à porteurs. Refusant de payer les porteurs sous prétexte qu'on ne demande pas de l'argent à une personne de sa qualité, il accepte cependant très vite quand l'un d'entre eux le menace d'un bâton. Il attend Magdelon et Cathos qui se recoiffent.
Scène 9
Mascarille rencontre Magdelon et Cathos et leur fait des compliments. Il leur promet de les présenter à « une académie de beaux esprits Â» ; il leur fait également part de ses propres talents en récitant et chantant un impromptu qu'il a composé, et qui est très admiré par les deux précieuses. Il leur fait également admirer ses habits, avant de se plaindre que son cœur est « Ã©corché Â» par leurs regards.
Scènes 10 et 11
Arrive une autre personne, présentée comme le vicomte de Jodelet. Il se révèle être un vieil ami de Mascarille, et tous deux se complimentent sur leurs exploits à la guerre en montrant à Magdelon et Cathos leurs cicatrices. Ils décident alors de donner un petit bal à leurs hôtesses et leurs voisines.
Scène 12
Arrivent les voisines et les violons pour le bal. Mascarille danse avec Magdelon et Jodelet avec Cathos.
Scènes 13 et 14
La Grange et Du Croisy font irruption dans la pièce et frappent Mascarille et Jodelet. Magdelon et Cathos sont choquées, mais Mascarille et Jodelet ne semblent pas vouloir se venger de l'affront.
Scène 15
Retour de La Grange et Du Croisy, qui révèlent que Mascarille et Jodelet sont leurs valets, et leurs font retirer leurs atours. Se rendant compte de leur erreur, les deux précieuses font éclater leur dépit.
Scènes 16 et 17
Magdelon et Cathos se plaignent à Gorgibus de la « pièce sanglante Â» que l'on leur a jouée, mais Gorgibus réplique que c'est à cause de leur extravagance qu'une telle chose a pu se produire. Mascarille et Jodelet, ainsi que les violons, sont jetés à la porte, puis Gorgibus, en colère, voue les romans, vers, chansons, sonnets et sonnettes « Ã  tous les diables Â».

Commentaires

La préciosité est un mouvement qui prend naissance dans des salons comme celui de Mme de Rambouillet, qui sont un univers où les femmes sont révérées et courtisées suivant les principes de la courtoisie médiévale. La préciosité visait également à contrer la vulgarité du langage et des manières. Tallemant des Réaux en dit[1] :

« L'hôtel de Rambouillet était pour ainsi dire le rendez-vous de ce qu'il y avait de plus galant à la cour et de plus poli parmi les beaux esprits du siècle. Â»

Cependant, ce mouvement précieux se mit à dégénérer en jeux d'esprit futiles, notamment en province, comme le décrivent Chapelle et Bachamont[2],[1] :

« Ã€ leurs petites mignardises, leur parler gras, et leurs discours extraordinaires, nous crûmes bientôt que c'était une assemblée des précieuses de Montpellier ; mais bien qu'elles fissent de nouveaux efforts à cause de nous, elles ne paraissaient que des précieuses de campagne, et n'imitaient que faiblement les nôtres de Paris. Â»

C'est cette dérive de la préciosité que Molière attaque dans la pièce, plutôt que le mouvement précieux « originel Â». Ainsi, il fait de Magdelon et Cathos deux jeunes « pecques provinciales Â», comme les qualifient La Grange et Du Croisy, qui ont les manières exagérées des précieuses, dans les actes et surtout dans le langage ; ainsi, elles demandent à leur servante le « conseiller des grâces Â», ce qui entraîne un effet comique puisque la servante, incapable de comprendre leur demande, les oblige à expliquer qu'il s'agit de leur miroir. Cependant, elles n'ont pas l'esprit des véritables précieuses, puisqu'elles sont incapables de reconnaître un vrai marquis d'un imposteur. Les « précieuses ridicules Â» apparaissent donc doublement ridicules : en province où leurs prétentions de préciosité attirent les moqueries, et à Paris où leur naïveté provinciale les fait tomber dans le piège orchestré par La Grange et Du Croisy.

Molière n'est d'ailleurs pas le seul à avoir critiqué cette dérive de la préciosité. La Bruyère, dans ses Caractères, qualifie la préciosité de « conversation fade et puérile Â» sur des « questions frivoles qui avaient relation au cœur et à ce qu'on appelle passion ou tendresse Â», et ajoute[3],[1] :

« Ils laissaient au vulgaire l'art de parler d'une manière intelligible ; une chose dite entre eux peu clairement en entraînait une autre encore plus obscure (...) ils étaient enfin parvenus à n'être plus entendus et à ne s'entendre pas eux-mêmes. Il ne fallait, pour fournir à ces entretiens, ni bon sens, ni jugement, ni mémoire, ni la moindre capacité : il fallait de l'esprit, non pas du meilleur, mais de celui qui est faux, et où l'imagination a trop de part. Â»

On retrouve dans cette critique plusieurs aspects des Précieuses ridicules, comme le langage exagérément ampoulé et imagé au point d'en devenir incompréhensible, ou l'excès d'imagination, confinant parfois à la mythomanie comme dans la scène 5 où Magdelon semble persuadée d'être en réalité de sang noble.

Distribution

Acteurs et actrices ayant créé les rôles
Personnage Acteur ou actrice
La Grange, amant rebuté La Grange
Du Croisy, amant rebuté Du Croisy
Gorgibus, bon bourgeois L'Espy
Magdelon, fille de Gorgibus, précieuse ridicule Madeleine Béjart
Cathos, nièce de Gorgibus, précieuse ridicule Mlle de Brie
Marotte, servante des précieuses ridicules Marie Ragueneau
Almanzor, laquais des précieuses ridicules De Brie
Le marquis de Mascarille, valet de La Grange Molière
Le vicomte de Jodelet, valet de Du Croisy Jodelet
Deux porteurs de chaise
Voisines
Violons

Répliques célèbres

  • « Vite, venez nous tendre ici dedans le conseiller des grâces. Â» (Magdelon, scène V)
  • « Vite, voiturez-nous ici les commodités de la conversation. Â» (Magdelon, scène IX)
  • « Ne soyez pas inexorable à ce fauteuil qui vous tend les bras il y a un quart d’heure. Â» (Cathos, scène IX)
  • « Hors de Paris il n’y a point de salut pour les honnêtes gens. Â» (Mascarille, scène IX)
  • « Votre œil en tapinois me dérobe mon cœur; Au voleur ! au voleur ! au voleur ! au voleur ! Â» (Mascarille, scène IX)
  • « Les gens de qualité savent tout sans avoir jamais rien appris. Â» (Mascarille, scène IX)

Références

  1. ↑ a , b  et c  cité dans Les Précieuses ridicules, Classiques Larousse.
  2. ↑ Chapelle et Bachamont, Voyages en Provence, 1663
  3. ↑ La Bruyère, Les Caractères chapitre V
  • Portail du théâtre Portail du théâtre
  • Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715) Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715)
Ce document provient de « Les Pr%C3%A9cieuses ridicules ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Les Precieuses ridicules de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Les Précieuses ridicules — Auteur Molière Nb. d actes 1 Lieu de la 1re représentation en français Théâtre du Petit Bourbon …   Wikipédia en Français

  • Les Précieuses Ridicules — MASCARILLE : Que vous semble de ma petite oie ? La trouvez vous congruente à l habit ? CATHOS : Tout à fait. (Les Précieuses ridicules) Dessin de Moreau le Jeune. Les Précieuses ridicules est une comédie en un acte et en prose …   Wikipédia en Français

  • Les précieuses ridicules — MASCARILLE : Que vous semble de ma petite oie ? La trouvez vous congruente à l habit ? CATHOS : Tout à fait. (Les Précieuses ridicules) Dessin de Moreau le Jeune. Les Précieuses ridicules est une comédie en un acte et en prose …   Wikipédia en Français

  • Les Précieuses ridicules — is a one act satire by Molière in prose. It takes aim at the précieuses , the ultra witty ladies who indulged in lively conversations, word games and, in a word, préciosité (preciousness). Les Précieuses ridicules is a biting comedy of manners… …   Wikipedia

  • Les Femmes Savantes — TRISSOTIN : Faites la sortir, quoi qu on die, De votre riche appartement, Où cette ingrate insolemment Attaque votre belle vie. BÉLISE : Ah ! tout doux, laissez moi, de grâce, respirer. Les Femmes savantes (gravure de Moreau le… …   Wikipédia en Français

  • Les femmes savantes — TRISSOTIN : Faites la sortir, quoi qu on die, De votre riche appartement, Où cette ingrate insolemment Attaque votre belle vie. BÉLISE : Ah ! tout doux, laissez moi, de grâce, respirer. Les Femmes savantes (gravure de Moreau le… …   Wikipédia en Français

  • les — → 1. et 2. le lez , les ou lès [ lɛ; le ] prép. • 1050, lat. latus « côté » ♦ Vx À côté de, près de (encore dans des noms de lieux). Plessis lez Tours (Plessis près de Tours). ⊗ HOM. Lai, laid, laie, lais, lait, laye, lei (2. leu); lé, les (le).… …   Encyclopédie Universelle

  • lès — les → 1. et 2. le lez , les ou lès [ lɛ; le ] prép. • 1050, lat. latus « côté » ♦ Vx À côté de, près de (encore dans des noms de lieux). Plessis lez Tours (Plessis près de Tours). ⊗ HOM. Lai, laid, laie, lais, lait, laye, lei (2. leu); lé, les… …   Encyclopédie Universelle

  • Les Baladins En Agenais — est une compagnie de théâtre créée à Monclar d Agenais, en Lot et Garonne. Sommaire 1 Présentation 2 Les spectacles 2.1 Théâtre 2.2 …   Wikipédia en Français

  • Les Baladins en Agenais — est une compagnie de théâtre créée à Monclar d Agenais, en Lot et Garonne. Sommaire 1 Présentation 2 Les spectacles 2.1 Théâtre 2.2 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.