Les Mille Et Une Nuits

ï»ż
Les Mille Et Une Nuits

Les Mille et Une Nuits

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Mille et Une Nuits (homonymie).
Les Mille et Une Nuits : photo de deux pages d'un manuscrit syrien du XIVe siĂšcle.
BibliothĂšque nationale de France.

Les Mille et Une Nuits est un recueil d'origine persane constitué de nombreux contes enchassés et de personnages en miroir les uns par rapport aux autres.

À l'origine, aux VIIIe et IXe siĂšcles, c'Ă©tait un livre persan intitulĂ© Les Mille contes ( هŰČŰ§Ű±Ű§ÙŰłŰ§Ù†Ù‡ Hazār-afsāna). Il fut traduit en arabe sous le titre Les Mille et Une Nuits (ŰŁÙ„Ù Ù„ÙŠÙ„Ű© ÙˆÙ„ÙŠÙ„Ű© Elf laĂŻla wa laĂŻla). L'ouvrage original, qui relevait du genre « miroir des princes Â», contenait vraisemblablement des rĂ©cits exemplaires qui Ă©taient destinĂ©s Ă  l'Ă©ducation des gouvernants. Il n'appartenait pas Ă  une littĂ©rature populaire ou au folklore, mais avait le mĂȘme statut que le recueil de fables animaliĂšres Kalila et Dimna (par exemple). Seulement, Ă  cĂŽtĂ© d'un rĂ©cit-cadre qui est restĂ© stable (l'histoire de ShĂ©hĂ©razade, qui encadre toutes les autres), le reste des contes a considĂ©rablement changĂ© - comme le titre persan d'ailleurs - et une nouvelle matiĂšre y a Ă©tĂ© introduite. Ces contes furent ensuite diffusĂ©s en Europe.

Sommaire

Les traductions

La traduction de Galland

La premiĂšre traduction française est l'Ɠuvre d'Antoine Galland publiĂ©e de 1704 Ă  1717, mais une partie a Ă©tĂ© rĂ©digĂ©e par lui-mĂȘme, en s'inspirant des rĂ©cits que lui avait contĂ©s son assesseur syrien. Pour faire prendre corps et esprit au personnage de ShĂ©hĂ©razade, cet antiquaire du roi (puis professeur de langue arabe au CollĂšge de France) s'est inspirĂ© de Madame d'Aulnoy et de la marquise d'O, dame du palais de la duchesse de Bourgogne.

Selon Abdelfattah Kilito, cette compilation de rĂ©cits anonymes ne remplit aucun des critĂšres classiques de la littĂ©rature arabe : un style noble, un auteur prĂ©cis et une forme fixe ; de plus, elle met en avant de nombreux particularismes et dialectes locaux, bien Ă©loignĂ©s de l'horizon des lettres, ce qui laisse Ă  penser que si Galland n'avait pas transmis cette mĂ©moire, elle se serait irrĂ©mĂ©diablement perdue dans la nuit des Ɠuvres culturelles disparues.

Par ailleurs, Antoine Galland a intĂ©grĂ© dans Les Mille et une Nuits des textes qui n'y Ă©taient pas Ă  l'origine. Ainsi les Aventures de Sinbad et d'Aladin ne faisaient pas partie de l'oeuvre en elle-mĂȘme, mais figuraient sur des manuscrits joints.

La traduction de Mardrus

Ayant connu la traduction remaniée et amoindrie en éléments, le docteur Joseph-Charles Mardrus, ami d'André Gide, publia une nouvelle traduction des Mille et Une Nuits. Marcel Proust, par exemple, évoque sa mÚre qui n'ose le priver de la traduction de Mardrus tout en lui conseillant de s'en tenir à celle de Galland[1].

La traduction de Richard Francis Burton

En anglais, la traduction de Richard Francis Burton est sans doute celle qui aura le plus marqué. Elle compte 17 volumes, écrits de 1885 à 1888.

Les récits

Les Mille et Une Nuits sont constituées de contes enchùssés, et de personnages en miroir les uns par rapport aux autres.

Le sultan Schahriar, déçu par l'infidĂ©litĂ© de son Ă©pouse, la fait mettre Ă  mort, et afin d'Ă©viter d'ĂȘtre Ă  nouveau bafouĂ©, il dĂ©cide d'assassiner chaque matin la femme qu'il aura Ă©pousĂ©e la veille. ShĂ©hĂ©razade, la fille du grand vizir, se porte alors volontaire pour Ă©pouser le sultan et, par le fait mĂȘme, faire cesser le massacre : habile conteuse, elle raconte chaque nuit au sultan une histoire dont la suite est reportĂ©e au lendemain. Le sultan ne peut se rĂ©soudre alors Ă  tuer la jeune femme ; il reporte l'exĂ©cution de jour en jour afin de connaitre la suite du rĂ©cit commencĂ© la veille. Peu Ă  peu, ShĂ©hĂ©razade gagne la confiance de son mari et finalement au bout de mille et une nuits, il renonce Ă  vouloir la tuer.

Au XXIe siĂšcle, les Mille et Une Nuits sont constituĂ©es d'un centre commun, une trentaine d'histoires (le rĂ©cit-cadre ou l'histoire de ShĂ©hĂ©razade, Le Marchand et le GĂ©nie, Le PĂȘcheur et le GĂ©nie, Les Dames de Bagdad, Les Trois Calenders, Les Trois Pommes, Le Bossu et les histoires qui y sont incluses) et d'un ensemble de rĂ©cits extrĂȘmement variĂ©s qui relĂšvent aussi bien de la littĂ©rature savante que d'une littĂ©rature plus « populaire Â». On y rencontre par exemple des djinns, des Ă©frits et des goules. Mais s'il fallait caractĂ©riser les Mille et Une Nuits, il faudrait les associer aux centaines d'autres recueils de contes du mĂȘme genre qui Ă©taient en circulation dans le domaine arabe (les Mille et Une Nuits ne sont pas un livre isolĂ©).

Voici une liste de quelques contes des Mille et Une Nuits parmi les plus connus (certains ne sont pas issus des plus anciens manuscrits connus, mais ont Ă©tĂ© ajoutĂ©s par la suite. C'est le cas des sept voyages de Sindbad le marin, d'Ali Baba, d'Aladin et la lampe merveilleuse.) :

Le succĂšs

Lorsque parurent les premiĂšres traductions d'Antoine Galland, l'audience du livre fut immĂ©diate en Europe, et devint rapidement l'objet d'Ă©tude et un succĂšs de la littĂ©rature de colportage. Les Ă©crivains du XIXe siĂšcle, enfiĂ©vrĂ©s d'Orient, en firent leur livre de chevet. Janin, enthousiasmĂ©, disait que sa lecture relevait presque d'un « acte patriotique Â». Plus tard, le livre devint l'un des premiers titres Ă  succĂšs des collections Hachette et de la bibliothĂšque de gare.

De nombreux illustrateurs se sont appropriés Les Mille et une nuits, comme les Français Gustave Doré, Roger Blachon, Françoise Boudignon, André Dahan, Amato Soro, Albert Robida, Alcide Théophile Robaudi et Marcelino Truong, l'Anglais William Blake, l'Italien Emanuele Luzzati, l'Allemand Morgan, le Belge Carl Norac et le Turc Emre Orhun.

Dans les versions éditées dans les pays arabes, un narrateur masculin se trouve adjoint à Shéhérazade pour rétablir l'équilibre des sexes et amoindrir l'atteinte à l'autorité du sultan, si habilement contournée par la malignité de la jeune femme.

Cette particularitĂ© se retrouve, de mĂȘme, dans la sĂ©rie de dessins animĂ©s Princesse ShĂ©hĂ©razade (52 Ă©pisodes de 26 minutes), rĂ©alisĂ©e par Philipe Mest, oĂč la jeune femme forme une Ă©quipe avec un ĂȘtre surnaturel, l'Ă©frit Till, et Nour, un jeune prince Perse dont elle est amoureuse.

Illustrations

Voici quelques illustrations des Mille et Une Nuits effectuées par le peintre persan Sani ol-Molk (1849-1856).

Adaptations

Au cinéma et à la télévision

Les adaptations au cinĂ©ma et Ă  la tĂ©lĂ©vision ont Ă©tĂ© nombreuses. On peut citer :

  • Le film Dunia (2005) de Jocelyne Saab porte notamment sur l'interdiction des Mille et Une Nuits en Égypte pour « pornographie Â».

Au théùtre

Bibliographie

Les mille et une nuits ont été rédigés en 391 par Loranafi Koronoma

Traductions

  • Les Mille et Une Nuits traduction d'Antoine Galland, prĂ©sentation par Jean-Paul Sermain et Aboubakr ChraĂŻbi, Garnier-Flammarion (3 vol.)
  • Enis el-Djelis; ou, Histoire de la belle Persane. Conte des Mille et une nuits, traduit de l'arabe et accompagnĂ© de notes par Albin de Kazimirski Biberstein.
  • Tausend und eine Nacht, Weil G., 1865 et 1984, Erlangen, Karl MĂŒller Verlag, 1984 , 4 tomes en 2 volumes.
  • Les Mille et Une Nuits, contes traduits par le Dr Joseph-Charles Mardrus, Robert Laffont, collection Bouquins.
  • Le Livre des Mille et une Nuits, traduction d'Armel Guerne, Club français du livre, 1966-1967 (6 vol.).
  • Les Mille et Une Nuits, traduction et prĂ©faces de RenĂ© R. Khawam, PhĂ©bus, Collection libretto (4 vol.), 2001. Cette traduction propose une reconstruction de l'Ɠuvre originale en se basant sur l'Ă©dition de Boulaq[note 1].
  • Les Mille et Une Nuits, contes traduits par Jamel Eddine Bencheikh et AndrĂ© Miquel, Gallimard, La PlĂ©iade (3 vol), 2005. Il s'agit de la premiĂšre traduction en français de la totalitĂ© des 1 205 poĂšmes contenus dans l'Ă©dition de Boulaq[note 1].
  • Les Mille et une nuits, iconographie choisie et commentĂ©e par Margaret Sironval, PlĂ©iade, 2005, 272 pages, 248 illustrations.

Analyses

  • Aboubakr ChraĂŻbi (dir.), Les Mille et une nuits en partage, Actes Sud-Sinbad, 528 p.
  • N. Elisseef, ThĂšmes et motifs des Mille et une nuits, essai de classification, Institut français de Damas.
  • Edouard Brasey, Les Sept Portes des Mille et une nuits, Le ChĂȘne, 2003.
  • Jamel Eddine Bencheikh et AndrĂ© Miquel, Les Mille et Une Nuits, 2 Tomes, Gallimard, 1991.
  • Malek Chebel, Psychanalyse des Mille et Une Nuits, Payot, 1996.
  • Pascal Bancourt, Les Mille et Une Nuits et leur trĂ©sor de sagesse, Dangles, 2007.
  • Jean-François Perrin, Les transformations du conte-cadre des Mille et Une Nuits dans le conte orientalisant français du XVIIIĂš siĂšcle, RHLF, 2004.
  • Revue scientifique FĂ©eries, n° 2/2004-2005. Publication collective sous la direction de JF Perrin. L’invention d’un genre littĂ©raire au XVIIIe siĂšcle : le conte oriental.
  • ConfĂ©rence (VidĂ©o) du CollĂšge de France, intitulĂ©e Les mille et une nuits, donnĂ©e par AndrĂ© Miquel, professeur honoraire au CollĂšge de France (2006/06/05)

Références

  1. ↑ « Comme jadis Ă  Combray quand elle me donnait des livres pour ma fĂȘte, c'est en cachette, pour me faire une surprise, que ma mĂšre me fit venir Ă  la fois Les Mille et Une Nuits de Galland et Les Mille et Une Nuits de Mardrus. Mais aprĂšs avoir jetĂ© un coup d'Ɠil sur les deux traductions, ma mĂšre aurait bien voulu que je m'en tinsse Ă  celle de Galland, tout en craignant de m'influencer Ă  cause du respect qu'elle avait de la libertĂ© intellectuelle, de la peur d'intervenir maladroitement dans la vie de ma pensĂ©e, et du sentiment qu'Ă©tant une femme, d'une part elle manquait, croyait-elle, de la compĂ©tence littĂ©raire qu'il fallait, d'autre part elle ne devait pas juger d'aprĂšs ce qui la choquait les lectures d'un jeune homme. Â» À la recherche du temps perdu, Gallimard, PlĂ©iade, t. 3, p. 230
  2. ↑ XI Biennale du Fort de Bron
  3. ↑ Le Progrùs, 15 mai 2008. Voir [1] et [2]

Notes

  1. ↑ a  et b  Boulaq est le nom d'une ville Ă©gyptienne oĂč le texte a Ă©tĂ© imprimĂ© pour la premiĂšre fois en 1835.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la littĂ©rature Portail de la littĂ©rature
  • Portail de l’Iran Portail de l’Iran
  • Portail des mythes et lĂ©gendes Portail des mythes et lĂ©gendes

Ce document provient de « Les Mille et Une Nuits ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Les Mille Et Une Nuits de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Les Mille et une nuits — Pour les articles homonymes, voir Les Mille et Une Nuits (homonymie). Les Mille et Une Nuits : photo de deux pages d un manuscrit 
   WikipĂ©dia en Français

  • Les mille et une nuits — Pour les articles homonymes, voir Les Mille et Une Nuits (homonymie). Les Mille et Une Nuits : photo de deux pages d un manuscrit 
   WikipĂ©dia en Français

  • Les Mille et Une Nuits — Pour les articles homonymes, voir Les Mille et Une Nuits (homonymie). Les Mille et Une Nuits : photo de deux pages d un manuscrit syrien du XIV 
   WikipĂ©dia en Français

  • Les Mille et Une Nuits —    1) Arabian Nights    Film d aventures de John Rawlins, avec MarĂ­a Montez, Jon Hall, Sabu.   Pays: États Unis   Date de sortie: 1942   Technique: couleurs   DurĂ©e: 1 h 26    RĂ©sumĂ©    Luxueuse illustration de la cĂ©lĂšbre lĂ©gende oĂč rien n est… 
   Dictionnaire mondial des Films

  • Les mille et une nuits (homonymie) — Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. Sommaire 1 Article principal 2 Édition 3 
   WikipĂ©dia en Français

  • Les mille et une nuits (film, 1974) — Pour les articles homonymes, voir Les Mille et Une Nuits (homonymie). Les Mille et Une Nuits (Il Fiore delle mille e una notte) est un film italien rĂ©alisĂ© par Pier Paolo Pasolini, sorti en 1974. Sommaire 1 Synopsis 
   WikipĂ©dia en Français

  • Les mille et une nuits (marionnettes) — Mille et une Nuits (marionnettes) Les mille et une nuits Ă©tait une sĂ©rie de marionnettes destinĂ©e Ă  la jeunesse diffusĂ©e Ă  la tĂ©lĂ©vision de Radio Canada en 1956. Il y aurait eu 15 Ă©pisodes. Les principaux interprĂštes Ă©taient Charlotte Boisjoli,… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Les Mille et Une Nuits (serie televisee) — Les Mille et Une Nuits (sĂ©rie tĂ©lĂ©visĂ©e) Les Mille et une nuits est une Ă©mission de tĂ©lĂ©vision quĂ©bĂ©coise diffusĂ©e en 1956. Sommaire 1 Synopsis 2 Distribution 3 ScĂ©narisation 4 RĂ©alisation 
   WikipĂ©dia en Français

  • Les mille et une nuits (sĂ©rie tĂ©lĂ©visĂ©e) — Les Mille et une nuits est une Ă©mission de tĂ©lĂ©vision quĂ©bĂ©coise diffusĂ©e en 1956. Sommaire 1 Synopsis 2 Distribution 3 ScĂ©narisation 4 RĂ©alisation 
   WikipĂ©dia en Français

  • Les Mille et Une Nuits (tĂ©lĂ©film, 2000) — Les Mille et Une Nuits (Arabian Nights) est un tĂ©lĂ©film amĂ©ricain rĂ©alisĂ© par Steve Barron, et diffusĂ© le 30 avril 2000 aux États Unis. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.