Leon Ier (pape)

ÔĽŅ
Leon Ier (pape)

Léon Ier (pape)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léon Ier.
Léon Ier

Saint L√©on Ier le Grand, pape de 440 √† 461, et docteur de l'√Čglise.

Ses origines sont mal connues. N√© en Toscane ou √† Rome entre 390 et 400, fils d'un d√©nomm√© Quintianus, il est archidiacre de Rome sous le pontificat de C√©lestin Ier (422/432) puis de Sixte III (432/440) dont il est l'homme de confiance. √Ä la mort de ce dernier, le 19 ao√Ľt 440, L√©on est en Gaule √† la demande de la cour de Ravenne afin d'arbitrer un conflit entre le patrice Aetius et le pr√©fet du pr√©toire Albinus. Sa r√©putation et son influence sont si grandes qu'il est √©lu par le peuple romain pendant son absence en Gaule. Il rentre √† Rome en septembre pour √™tre sacr√© le 29 septembre. Il a pour conseiller saint Pierre Chrysologue.

Sommaire

Sa personnalité

C'est un pape relativement avare de confidences sur sa personne, contrairement √† nombre de ses successeurs. De son pontificat on ne connait que son activit√© pastorale et th√©ologique. Il ignore probablement le grec, ne go√Ľte gu√®re la philosophie et les auteurs classiques dont on ne trouve quasiment pas de citations dans la centaine de sermons que l'on poss√®de de lui. Mais L√©on Ier poss√®de au plus haut point la conscience de la dignit√© de sa fonction d'√©v√™que de Rome. Il justifie la primaut√© de l'√©v√™que de Rome par sa qualit√© de successeur de Pierre.

De fait, il privil√©gie de fa√ßon claire la fonction plut√īt que la personne qui l'assume. Ce principe ne sera plus r√©ellement remis en question avant longtemps. D'ailleurs, en 445, l'empereur Valentinien III reconnait officiellement la primaut√© du pape √† la suite de la condamnation de l'√©v√™que d'Arles Hilaire. Il est √©nergique et serein, tenace et r√©solu.

Léon 1er, comme l'histoire des papes de Maurice Lachatre le démontre, est dans la lignée de ses prédécesseurs. Sa personnalité est faite d'ambition, d'orgueil et de cruauté. Il est à l'origine du supplice de Priscillien. Il se glorifiait de l'avoir fait tuer. Il osa écrire à Maxime pour lui demander d'étendre les massacres à toutes les provinces de l'empire.

Ses positions

Sa juridiction

Il exerce sa juridiction sur trois zones. Tout d'abord la ville de Rome et l'Italie o√Ļ il r√©prime la secte des manich√©ens et le p√©lagianisme. En 443 il rassemble √† Rome de nombreux √©v√™ques et pr√™tres pour mettre en garde contre les sectes et inviter ceux qui le souhaitent √† se r√©tracter de leurs erreurs. Beaucoup, semble-t-il, se r√©tractent ; quant aux r√©calcitrants ils sont sanctionn√©s. L√©on oblige aussi les √©v√™ques √† assister chaque ann√©e au synode de Rome. Il leur rappelle les conditions d'admission √† l'√©piscopat. Sur la Gaule, l'Espagne et l'Afrique du Nord ensuite o√Ļ il encourage la lutte contre le priscillianisme, invitant l'√©v√™que d'Astorga √† r√©unir un concile contre cette h√©r√©sie. De m√™me il exprime sa r√©probation √† Hilaire d'Arles qui s'arroge un pouvoir sur les √©v√™ques de Gaule. Enfin en Orient, o√Ļ l‚Äô√©v√™que de Thessalonique devient son vicaire, L√©on exerce sa juridiction sur les r√©gions balkaniques.

Sa pensée théologique

Christologie

Les innombrables querelles sur la personne et la nature du Christ permettent √† L√©on Ier d'en imposer aux th√©ologiens byzantins. Dans le Tome √† Flavien, lettre publi√© le 13 juin 449 et adress√©e au patriarche de Constantinople, il exprime de fa√ßon magistrale la doctrine de l'unicit√© de la personne du Christ subsistant en deux natures distinctes et r√©fute ainsi clairement le monophysisme. Th√©odose II convoque un concile √† √Čph√®se en 449 mais Eutych√®s emp√™che les repr√©sentants du pape de prendre la parole (le brigandage d'√Čph√®se). Le triomphe d'Eutych√®s est de courte dur√©e car apr√®s la mort accidentelle de Th√©odose II la nouvelle imp√©ratrice Pulch√©rie et son mari Marcien, favorables √† l'orthodoxie, convoquent un nouveau concile √† Chalc√©doine (451). L√©on Ier fait triompher son point de vue et √† la lecture de son Tome √† Flavien l'assembl√©e se l√®ve s'√©criant : ¬ę C'est Pierre qui parle par la bouche de L√©on ¬Ľ. Si le triomphe doctrinal est complet il en va diff√©remment sur le plan politique ou L√©on Ier accuse un √©chec avec le 28e canon du concile qui affirme l'√©galit√© de droit des si√®ges de Rome et de Constantinople, les deux villes √©tant cit√©s imp√©riales. Pour L√©on c'est inacceptable car sa primaut√©, estime-t-il vient non pas du prestige de la ville mais de sa qualit√© de successeur de Pierre. Cette tension, source de bien des conflits dans l'avenir, reste pour l'instant contenue car L√©on Ier est conscient de l'importance pour la papaut√© d'√™tre pr√©sente √† Constantinople.

Liturgie

La foi permet √† celui qui entend la lecture de l'√Čvangile d'√™tre pr√©sent spirituellement √† l'√©v√©nement. Il est comm√©mor√©, mais l'action du Christ est rendue pr√©sente et agissante. La c√©l√©bration des myst√®res est une source de joie, en m√™me temps qu'un moyen pour affermir la foi des fid√®les.

Morale

Chaque Sermon part de la contemplation du Myst√®re c√©l√©br√©, et aboutit √† une par√©n√®se, une exhortation morale. Le Christ est sacramentum et exemplum : il procure la gr√Ęce par la vertu de son action, et trace le chemin √† suivre.

Son action politique

L√©on Ier et Attila,peinture de Rapha√ęl (peintre)

L'action politique de L√©on Ier n'est pas n√©gligeable. L'√©pisode le plus c√©l√®bre est la rencontre avec Attila en 452 √† Mantoue o√Ļ le pape persuade le conqu√©rant de faire demi-tour. Il est vrai que l'intervention de l'empereur Marcien sur les arri√®res des Huns n'est sans doute pas √©trang√®re au retrait d'Attila, plus sans doute que le pouvoir de persuasion du pape. En 455 il lui est impossible d'emp√™cher le deuxi√®me pillage de Rome par Gens√©ric et ses Vandales. Tout au plus parvient-il √† n√©gocier que la ville ne soit pas incendi√©e et qu'il n'y ait ni meurtres, ni viols, ni violences.

Héritage

L√©on Ier meurt le 10 novembre 461. Il est enseveli sous le portique de la basilique vaticane. Il est, avec Gr√©goire Ier et Nicolas Ier (non officiel), le seul pape auquel a √©t√© attribu√© le qualificatif de ¬ę grand ¬Ľ.

Nous poss√©dons de lui 173 lettres qui sont autant de documents sur la vie de l'√Čglise chr√©tienne et de la papaut√©. Il est aussi le premier pape dont nous ayons les Sermons, 97 en tout, prononc√©s g√©n√©ralement lors des grandes f√™tes de l'ann√©e liturgique, ou des temps privil√©gi√©s. D'une grande simplicit√©, clairs, souvent assez courts, ils exposent les myst√®res du Christ, pr√©conisent le je√Ľne et la g√©n√©rosit√© et pr√™chent le dogme de l'Incarnation tel qu'il est d√©fini au concile de Chalc√©doine. Certains expliquent aussi sa conception du r√īle du souverain pontife lequel est l'h√©ritier de l'autorit√© conf√©r√©e par J√©sus √† Pierre. Ce dernier, selon L√©on Ier, est toujours pr√©sent dans l'√Čglise et transmet √† son successeur son autorit√© supr√™me. C'est pourquoi seul le si√®ge apostolique, le si√®ge de l'Ap√ītre, c'est-√†-dire Rome, doit recevoir la mission de diriger l'√Čglise universelle (catholique). Il consid√®re qu'√† la grandeur pass√©e de la cit√© imp√©riale doit succ√©der l'humilit√© de la Rome des ap√ītres Pierre et Paul.

L√©on Ier a cr√©√© le premier missel qui, modifi√©, est d√©venu le Sacramentaire l√©onien, compilation de textes liturgiques des Ve, VIe et VIIe si√®cles. Le Sacramentaire l√©onien contient probablement des √©l√©ments qui remontent √† L√©on Ier.

Voir aussi

Liens externes


Liens internes

Commons-logo.svg


Précédé par Léon Ier Suivi par
Sixte III
Emblem of the Papacy SE.svg
Liste des papes
Hilaire
  • Portail du christianisme Portail du christianisme
Ce document provient de ¬ę L%C3%A9on Ier (pape) ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Leon Ier (pape) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • L√©on ier (pape) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir L√©on Ier. L√©on Ier Saint L√©on Ier le Grand ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L√©on Ier (pape) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir L√©on Ier. L√©on Ier Saint L√©on Ier le Grand, pape de 440 √† 461, et docteur de l ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Leon III (pape) ‚ÄĒ L√©on III (pape) Pour les articles homonymes, voir L√©on III. L√©on III Pape de l‚Äô√Čglise catholique romaine ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L√©on iii (pape) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir L√©on III. L√©on III Pape de l‚Äô√Čglise catholique romaine ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Leon II (pape) ‚ÄĒ L√©on II (pape) Pour les articles homonymes, voir L√©on II. Le pape L√©on II L√©on II, n√© en Sicile √† une date inconnue, mort le 3 juillet 683 √† Rome, fut pape de ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L√©on ii (pape) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir L√©on II. Le pape L√©on II L√©on II, n√© en Sicile √† une date inconnue, mort le 3 juillet 683 √† Rome, fut pape de ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L√©on III (pape) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir L√©on III. L√©on III Pape de l‚Äô√Čglise catholique √Člection au pontificat 26 d√©cembre ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L√©on IV (pape) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir L√©on IV. L√©on IV Pape de l‚Äô√Čglise catholique ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L√©on II (pape) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir L√©on II. Le pape L√©on II L√©on II, n√© en Sicile √† une date inconnue, mort le 3 juillet 683 √† Rome, fut pape de 682 √† 683. Fils d u ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L√©on Ier le Grand ‚ÄĒ L√©on Ier (pape) Pour les articles homonymes, voir L√©on Ier. L√©on Ier Saint L√©on Ier le Grand ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.