COUP

ÔĽŅ
COUP
. s. m.
Impression que fait un corps sur un autre en le frappant, le per√ßant, le divisant, etc. Grand coup. Petit coup. Rude coup. Coup l√©ger. Coup sec. Coup pesant. Coup violent. La force, la pesanteur du coup. Frapper un coup, deux coups, trois coups √† une porte avec le marteau. Frapper √† coups redoubl√©s. Coup de pierre, d'√©p√©e, de sabre, de poignard, de lance, de fl√®che. Coup de cogn√©e, de hache, de marteau. Coup de pied, de poing. Coup de coude. Coup de bec. Coup de dent. Coup de griffe, de patte. Coup de b√Ęton, de gaule. Coup d'√©peron, de fouet. Coup de barre. Coup de rasoir. Coup de lancette, de bistouri. Coup de fleuret. Coup d'estrama√ßon, de pointe. Donner, frapper, porter, allonger, assener un coup. Recevoir un coup. D√©tourner, parer, esquiver un coup. Rompre un coup. Amortir un coup. Il s'est donn√© un grand coup contre la muraille, contre un arbre. Le coup fut si violent, qu'on l'entendit √† une grande distance. Le coup a retenti. Cela fut abattu √† coups de marteau, de cogn√©e, etc. Il fut abattu, terrass√© d'un coup. Il tomba sur le coup. Il eut un coup dans le bras, sur la t√™te, etc. Coup dans les chairs. Coup qui entre bien avant. Coup qui ne fait qu'effleurer la peau. Coup mortel. Le coup de la mort. Charger de coups. Assommer, rouer de coups. Des injures ils en vinrent aux coups. Un coup n'attendait pas l'autre. Une gr√™le de coups. ¬† En termes de Marine, Coup de talon, se dit Du choc qu'√©prouve un navire en passant sur un √©cueil.¬† Coup de canon, de fusil, de pistolet, etc., Le coup que frappe le boulet, la balle, le plomb, etc., lance par un canon, un fusil, etc. Il a eu le bras emport√© d'un coup de canon. Il a re√ßu un coup de fusil, de mousquet, de pistolet. Abattre une muraille √† coups de canon. Il tira sur lui, mais il manqua son coup. (Voyez plus loin un autre sens des mots Coups de canon, etc. )¬† Coup de foudre, coup de tonnerre, L'action de la foudre sur les corps qu'elle frappe en tombant du ciel. Il fut tu√© d'un coup de foudre. Un coup de tonnerre abattit le haut du clocher. (Voyez plus loin un autre sens de la locution Coup de tonnerre. )

Fig., Ce fut un coup de massue, un coup de foudre, un coup de tonnerre pour lui, se dit D'un √©v√©nement impr√©vu et f√Ęcheux qui a frapp√© quelqu'un tout √† coup. Cette nouvelle a √©t√© pour lui un coup de foudre, un coup de massue. On dit quelquefois dans le m√™me sens, Il a eu un coup de massue sur la t√™te.

Prov. et pop., Il a été le plus fort, il a porté les coups, se dit D'un homme qui a été battu par un autre.

Fam., Faire le coup de poing, Se battre √† coups de poing avec quelqu'un.¬† Coup de gr√Ęce, Le dernier coup que l'ex√©cuteur donnait sur l'estomac √† un homme rou√© vif, afin de terminer ses souffrances. On le dit figur√©ment de Ce qui ach√®ve de perdre, de ruiner quelqu'un. Cet √©v√©nement fut son coup de gr√Ęce. Vous lui avez port√© le coup de gr√Ęce, il ne s'en rel√®vera jamais.

Prov. et fig., Faire d'une pierre deux coups, Venir à bout de deux choses par un seul moyen, profiter de la même occasion pour terminer deux affaires.

Fig. et fam., Frapper les grands coups dans une affaire, Employer les moyens s√Ľrs et d√©cisifs.¬† Sans coup f√©rir, Sans se battre, sans en venir aux mains. On a pris cette place sans coup f√©rir. Il signifie aussi, figur√©ment et famili√®rement, Sans √©prouver de r√©sistance. Il en est venu √† bout sans coup f√©rir.

Fig. et fam., C'est un coup dans l'eau, un coup d'épée dans l'eau, se dit D'un effort inutile, d'une tentative qui n'a point de suite, d'effet.

Fig. et fam., Avoir un coup de hache à la tête, ou simplement, Avoir un coup de hache, un petit coup de hache, Être un peu fou. On dit de même, Un coup de marteau.

Fig. et fam., Coup de bec, coup de dent, coup de langue, M√©disance, raillerie piquante, etc. Cet homme est dangereux, est d'un commerce d√©sagr√©able, il donne toujours des coups de bec, des coups de dent, des coups de langue. On dit aussi, Donner un coup de patte, des coups de patte √† quelqu'un, L√Ęcher avec finesse quelque trait vif et malin contre quelqu'un, soit en sa pr√©sence, soit en son absence.

Fig. et fam., Casser le nez à coups d'encensoir, Donner en face des louanges outrées qui font voir qu'on se moque de celui qu'on loue ; ou Donner des louanges grossières qui blessent plus qu'elles ne flattent.

Fig. et fam., Traduire à coups de dictionnaire, se dit De ceux qui, peu familiarisés avec une langue, sont obligés, pour la traduire, d'avoir fréquemment recours au dictionnaire. On le dit quelquefois par dénigrement D'un mauvais traducteur. Il a fait sa traduction à coups de dictionnaire.

Prov. et fig., Le coup de pied de l'√Ęne, L'insulte qu'adresse un homme l√Ęche ou faible √† celui dont il n'a plus √† redouter le pouvoir ou la force.¬† En termes d'Escrime, Coup fourr√©, se dit Quand chacun des deux hommes qui se battent donne un coup et en re√ßoit un autre en m√™me temps. On le dit, figur√©ment, Des mauvais offices que deux personnes se rendent mutuellement et en m√™me temps. Ils ont fait un coup fourr√©.

Fig. et fam., Porter un coup fourré, Rendre en secret un mauvais office à quelqu'un.

Fig. et fam., Rabattre les coups, Adoucir, apaiser des gens aigris les uns contre les autres. Il entra comme ils se querellaient, et il rabattit bien des coups. Cela se dit aussi en parlant Des bons offices qu'on rend auprès d'un homme puissant, à quelqu'un contre qui il était prévenu. Le ministre était fort irrité contre lui, et on a eu beaucoup de peine à rabattre les coups.

Prov. et par allusion au duel o√Ļ Jarnac tua la Ch√Ętaigneraie en lui portant un coup impr√©vu, Donner √† quelqu'un un coup de jarnac, le coup de jarnac, Lui faire un mauvais tour auquel il ne s'attendait pas, et qui le met en tr√®s-mauvais √©tat, qui le ruine, qui d√©truit sa fortune. Cela se dit toujours en mauvaise part.

COUP, se prend aussi pour La marque des coups qu'on a reçus. Il est tout couvert, tout percé de coups. Il tomba percé de coups. Il a tant de coups sur lui, sur son corps.   Coup orbe. Voyez ORBE.  Coup de feu, Blessure que fait le coup d'une arme à feu.

COUP, se dit figurément, surtout en parlant Des choses qui nuisent, qui causent un sentiment pénible, etc. Il supporte les coups du sort, du destin, de la fortune avec une noble résignation. Cette défaite porta un coup funeste à la gloire de ce prince. Son autorité chancelante allait recevoir un dernier coup. Cet événement fut un coup mortel pour leur indépendance. Il sut détourner le coup qui le menaçait. Un tel coup n'a pu partir que de votre main. La calomnie redoubla ses coups, et parvint à le rendre suspect. Cette nouvelle lui porta un coup mortel. Ce fut vainement qu'il essaya de la consoler, le coup était porté. On dit de même, Porter coup, en parlant De ce qui nuit. Ses plaisanteries portent coup. Cette entreprise a porté coup à sa fortune. Ce chagrin porta coup à sa santé.   Porter coup, se dit aussi De certaines choses qui font une grande impression ou qui tirent à conséquence. Telle est la considération dont il jouit, que tout ce qu'il dit porte coup. Comme il ne dit rien qui ne soit à propos, toutes ses paroles portent coup. Cette démarche a porté coup.

COUP, se dit quelquefois de La charge d'une arme √† feu. Les soldats avaient chacun dix coups √† tirer. J'ai encore deux coups de poudre et un coup de plomb. ¬† Il se dit encore de La d√©charge et du bruit que font les armes √† feu lorsqu'on les tire. Tirer des coups de canon, de fusil. Le b√Ętiment salua le fort de plusieurs coups de canon. Une salve de cent coups de canon, de mille coups de fusil. Nous entend√ģmes un coup de pistolet, un coup de canon.

Fam., Coup de partance, Le coup de canon qu'on tire quand une flotte ou un vaisseau part. À la pointe du jour, on tira le coup de partance. Il se dit quelquefois, par extension, d'Un signal de départ, dans d'autres occasions.  Tirer à coup perdu, à coups perdus, Tirer au hasard, ou tirer hors de portée.  Fusil à deux coups, Fusil de chasse à double canon et à double batterie, avec lequel on peut tirer deux coups de suite, sans être obligé de recharger.

Fam., Faire le coup de fusil, Tirer des coups de fusil. Il se dit seulement Des soldats qui tirent sur l'ennemi, et surtout de ceux qui vont en tirailleurs.  Coup de tonnerre, Le bruit qui accompagne ou suit un éclair. Quelques coups de tonnerre se faisaient entendre dans l'éloignement.

Fam. et par ironie, Il est secret comme un coup de canon, comme un coup de tonnerre, se dit D'un homme qui divulgue les choses qu'on lui confie.

COUP, se dit √©galement Du son que rendent certains corps lorsqu'ils viennent √† √™tre frapp√©s. Un coup de cloche. J'entends les coups du tambour. Un coup de tam-tam. ¬† Au coup de minuit, de midi, de trois heures, etc., Au moment o√Ļ minuit, o√Ļ midi, o√Ļ trois heures, etc., sonnent.

Fam., N'√™tre pas sujet au coup de cloche, au coup de marteau, √ätre libre et ma√ģtre de son temps. D√©pendez-vous de l'heure¬†? √™tes-vous sujet √† un coup de marteau, √† un coup de cloche¬†?

COUP, se dit encore de L'action rapide et momentanée de certaines choses. Lier plusieurs notes d'un seul coup d'archet, de gosier, de langue. Un coup de ciseau. Un coup de lime. Un coup de pinceau. Un coup d'encensoir. Un coup de sifflet. Un coup de gouvernail. Un coup de piston. Etc.   Il se dit, par extension, en parlant De ce qu'on fait rapidement, légèrement, ou sans y apporter le même soin que de coutume. Il n'y a plus qu'un coup de pinceau à donner à ce tableau pour le terminer. Je suis trop pressé pour me faire coiffer, un coup de peigne suffira. Donnez un coup de balai à cette chambre.   Coup de filet, Le jet du filet dans l'eau, pour prendre du poisson. Il a pris tout ce poisson-là d'un coup de filet. Bon coup de filet. Malheureux coup de filet. Acheter un coup de filet.

Fig. et fam., Prendre plusieurs voleurs, plusieurs ennemis, etc., d'un seul coup de filet, Envelopper et prendre plusieurs voleurs, etc., à la fois. On dit dans un sens analogue, Voilà un beau coup de filet. Cette dernière phrase s'emploie aussi lorsqu'on parle De quelque gain, de quelque profit considérable fait d'un seul coup.

Fam., Coup de chapeau, Salutation qu'on fait en √ītant son chapeau. Cela ne vous co√Ľtera qu'un coup de chapeau.

Fam., Donner un coup de pied jusqu'√† tel endroit, Aller jusqu'√† cet endroit. Cela ne se dit gu√®re qu'en parlant D'un endroit peu √©loigne. Donnez un coup de pied jusque-l√†. On dit de m√™me, Il n'y a qu'un coup de pied d'ici √† tel endroit. ¬† En termes d'Impr., Coup de barreau, L'action par laquelle l'ouvrier imprimeur, tirant √† lui le barreau de la presse, fait descendre la platine sur le petit tympan, et op√®re, par le foulage qui en r√©sulte, l'impression de la forme sur le papier. Presse √† deux coups, Celle o√Ļ deux coups de barreau sont n√©cessaires pour l'impression de chaque feuille¬†; et, Presse √† un coup, Celle o√Ļ un seul coup de barreau suffit.

Fig., Coup de main, en termes de Guerre, Expédition, attaque faite à l'improviste, sans le matériel et les précautions nécessaires pour attaquer en règle. Cette place ne craint point les coups de main, elle est à l'abri d'un coup de main.   Coup de main, se dit aussi de Toute entreprise hardie dont l'exécution est prompte. Faire un coup de main.

Fam., Donner un coup de main à quelqu'un, Lui aider. Cet homme aura beaucoup de peine à se charger, si vous ne lui donnez un coup de main.

Fig. et fam., Donner un coup d'épaule, Aider à quelque chose, venir au secours de quelqu'un. L'affaire ne marchera point si vous n'y donnez un coup d'épaule. Il vous a donné un bon coup d'épaule dans cette affaire.

Fig. et fam., Donner un coup de collier, Faire un nouvel effort pour réussir dans quelque entreprise.  Coup d'oeil, Regard prompt et de peu de durée. Jeter un coup d'oeil sur quelqu'un, sur quelque chose. Je vais donner un coup d'oeil à ce qui se passe, à ce qui se fait chez moi. Un coup d'oeil expressif. Un coup d'oeil d'intelligence. Il nous a lancé un coup d'oeil furieux, menaçant. Il n'a pas seulement obtenu la faveur d'un coup d'oeil. Du haut de cet édifice on embrasse d'un coup d'oeil tout un vaste horizon. On l'emploie quelquefois au figuré. Jetons un coup d'oeil sur les événements remarquables de cette période.   Coup d'oeil, se dit aussi de L'aptitude à saisir à la simple vue, avec précision et de manière à s'en former une idée exacte, la figure, les proportions et le caractère des objets. Le coup d'oeil est une qualité essentielle au peintre, au sculpteur, à l'architecte.

Fig., Avoir un coup d'oeil excellent, Voir promptement le parti qu'on doit prendre dans une circonstance inopin√©e¬†; et, en g√©n√©ral, discerner rapidement ce qu'il y a d'important, d'int√©ressant dans les affaires. On dit √† peu pr√®s dans le m√™me sens, Avoir le coup d'oeil juste, s√Ľr, p√©n√©trant, etc.¬†; et absolument, Avoir du coup d'oeil. ¬† Coup d'oeil, se dit encore de La vue d'un paysage, de l'aspect d'un √©difice, d'une assembl√©e, etc. Le coup d'oeil en est charmant. Cette r√©union offrait un coup d'oeil magnifique. ¬† Le premier coup d'oeil, Le premier aspect d'une personne ou d'une chose. Au premier coup d'oeil sa figure d√©pla√ģt. Cette femme est si laide et si mal faite, qu'on a peine √† sauver le premier coup d'oeil. Le premier coup d'oeil pass√©, on s'accoutume √† la voir. Le premier coup d'oeil de ce jardin est assez agr√©able. ¬† Coup de sang, √Čpanchement qui se fait dans le cerveau par la rupture subite de quelques vaisseaux sanguins. Il est mort d'un coup de sang. ¬† Coup de soleil, Impression violente et quelquefois mortelle que le soleil fait en certaines circonstances sur ceux qui s'y trouvent expos√©s. Il a re√ßu un coup de soleil. Il est mort d'un coup de soleil. ¬† Coup d'air, Fluxion ou douleur qui vient de ce qu'on s'est expos√© √† un courant d'air.¬† En termes de Cuisine, Coup de feu, L'action d'animer le feu pour donner aux mets le dernier, le juste degr√© de cuisson. Manquer son coup de feu. Le cuisinier est dans son coup de feu.

COUP, se dit quelquefois d'Un mouvement imp√©tueux, comme du vent qui souffle sur la mer, d'une temp√™te. Coup de vent. Coup de temp√™te. Un coup de mer √©carta leurs vaisseaux, les jeta, les poussa sur les c√ītes.

COUP, se dit encore de Certaines mani√®res de jouer, et de Certaines chances du jeu. Ainsi on dit, √† l√† Paume¬†: Coup d'arri√®re-main. Couper un coup. Coup coup√©. Coup de grille, de dedans. Coup d'ais¬†; et √† tous les Jeux¬†: Coup de bonheur. Coup de malheur. Coup de partie. Il a un coup s√Ľr. Jouer, parier √† coup s√Ľr. Etc. ¬† Coup de d√©s, se dit de Toute combinaison que les d√©s peuvent pr√©senter. Il a fait un beau coup de d√©s. Il a trois coups de d√©s contre lui.

Fig., C'est un coup de d√©s ou de d√©, C'est une affaire o√Ļ le hasard aura beaucoup d'influence.¬† Rompre le coup, Arr√™ter, d√©tourner une chance des d√©s, en les emp√™chant de rouler librement. Je vous romps ce coup-l√†. Cela signifie figur√©ment, Emp√™cher le succ√®s d'une entreprise, l'ex√©cution d'un projet. J'allais r√©ussir, quand il a secr√®tement rompu le coup. On voulait me desservir aupr√®s d'un tel, mais j'ai √©t√© assez heureux pour rompre le coup. ¬† Au Trictrac, Coup et d√©s, se dit Pour faire entendre que la primaut√© appartiendra √† celui qui am√®nera le d√© le plus fort.¬† Au Billard, Coup du roi, se dit Lorsque la bille sur laquelle on joue est plac√©e derri√®re la blouse du milieu pr√®s de la bande, et qu'on va frapper de sa bille la bande du haut, de mani√®re qu'en revenant elle pousse l'autre dans la blouse.

Prov. et fig., Le coup vaut la balle, le coup vaut l'argent, se dit en parlant D'une chose qui vaut bien la peine qu'on a prise à la faire.

Fig. et fam., Tout coup vaille, Quelque chose qui arrive. (Voyez à la fin de l'articleVALOIR.)

Fig., Coup de partie, Ce qui décide du succès d'une affaire. C'est pour nous un coup de partie. En arrêtant le chef des séditieux, on a fait un coup de partie.

Fig., Coup de fortune, coup de bonheur, coup de malheur, coup d'aventure, coup de hasard, √Čv√©nement extraordinaire et impr√©vu.¬† Coup de th√©√Ętre, √Čv√©nement impr√©vu, quoique pr√©par√©, qui arrive dans une pi√®ce. Les reconnaissances sont des coups de th√©√Ętre. Il se dit aussi figur√©ment. Son arriv√©e fut un coup de th√©√Ętre, un v√©ritable coup de th√©√Ętre. L'exil, le rappel de ce ministre fut un coup de th√©√Ętre.

COUP, se dit aussi Des actions humaines. Grand coup. Beau coup. Coup important, d'importance. Heureux coup. Voilà un coup d'étourdi, un coup bien maladroit. C'est un coup de désespoir. Coup hardi, déterminé, méchant. Ce sont là de vos coups.   Faire un mauvais coup, Commettre un méfait, un crime. Il a fait là un bien mauvais coup. À le voir, on dirait qu'il vient de faire un mauvais coup.

Fam., Faire son coup, manquer son coup, Réussir ou ne pas réussir dans son entreprise, exécuter ou ne pas exécuter son dessein. Ces phrases s'emploient ordinairement en mauvaise part.

Fam., Faire un coup de tête, Faire étourdiment et sans réflexion une chose hardie ; et, Faire des coups de tête, Faire des étourderies.

Fam., Faire un coup de sa t√™te, Se d√©terminer de soi-m√™me, sans avoir pris conseil de personne. Il a fait ce coup-l√† de sa t√™te. Cela signifie aussi, Faire une fausse d√©marche, faute d'avoir pris conseil.¬† Coup d'ami, Service qu'on rend √† son ami dans une occasion fort importante. Cette locution est peu usit√©e.¬† Coup d'essai, La premi√®re action, le premier ouvrage par lequel on donne des marques de ce qu'on est capable de faire. Coup de ma√ģtre, Action, ouvrage par lequel on fait preuve d'une grande habilet√©. Son coup d'essai fut un coup de ma√ģtre. ¬† Coup d'√©clat, Action, d√©marche qui doit causer beaucoup de bruit. Faire un coup d'√©clat. ¬† Coup d'√Čtat, Mesure extraordinaire, et presque toujours violente, √† laquelle un gouvernement a recours, lorsque la s√Ľret√© de l'√Čtat lui para√ģt compromise. Risquer un coup d'√Čtat. ¬† Coup d'√Čtat, signifie aussi, Une action qui d√©cide de quelque chose d'important pour le bien de l'√Čtat. Le gain de cette bataille fut un coup d'√Čtat. L'affaire de Denain fut un coup d'√Čtat. ¬† Coup d'√Čtat, se dit encore, figur√©ment, de Tout ce qui est d√©cisif, dans quelque affaire importante. Ce mariage fut un coup d'√Čtat dans cette famille. ¬† Coup d'autorit√©, Usage extraordinaire qu'une personne fait de son autorit√© envers ceux qui lui opposent de la r√©sistance. Faire un coup d'autorit√©. Ce coup d'autorit√© effraya les s√©ditieux. ¬† Coup du ciel, coup d'en haut, coup de la Providence, √Čv√©nement merveilleux auquel on ne devait pas naturellement s'attendre.

COUP, signifie aussi, Fois. Un coup, deux coups, trois coups, etc. Le premier, le second, le troisième coup, etc. Il a réussi du premier coup. Ce qui ne peut se faire en un coup se fait en deux. Je vous le donne en trois coups. Il a encore trois coups à jouer.   Il se dit particulièrement de La quantité de vin, de liqueur, etc., que l'on boit en une fois. Boire un coup, deux coups, etc. Un coup de vin, d'eau-de-vie. Boire à petits coups. Boire un grand coup.   Le coup du milieu, La liqueur, ou le vin de liqueur qui se boit quelquefois entre les deux services.

TOUT À COUP. loc. adv.Soudainement, en un moment. Cette maison est tombée tout à coup. Ce mal l'a pris tout à coup.

TOUT D'UN COUP. loc. adv.Tout en une fois. Il gagna mille √©cus tout d'un coup. Il fit sa fortune tout d'un coup. ¬†√Ä COUP S√õR. loc. adv.Immanquablement, infailliblement. Vous me trouverez √† coup s√Ľr. Nous r√©ussirons √† coup s√Ľr.

COUP SUR COUP. loc. adv.Immédiatement l'un après l'autre. Il lui a envoyé deux courriers coup sur coup. Il m'a fait vingt questions coup sur coup. Il a eu trois maladies coup sur coup.

APR√ąS COUP. loc. adv.Trop tard, apr√®s qu'une chose est arriv√©e, est faite. Vous voulez produire des pi√®ces quand votre proc√®s est juge¬†; c'est venir apr√®s coup. Des ornements ajout√©s apr√®s coup. ¬†A TOUS COUPS. loc. adv. et fam.√Ä tous propos, √† tous moments, souvent. Il vient √† tous coups me quereller. Il tombait √† tous coups.

POUR LE COUP. loc. adv.Pour cette fois ci. Pour le coup, il ne m'√©chappera pas. Je lui ai souvent pardonn√©¬†; mais, pour le coup, qu'il n'esp√®re point de gr√Ęce. On dit de m√™me¬†: C'est assez, pour ce coup, pour un coup. Pour ce coup-l√†, pour ce coup-ci, je dois vous punir. On dit aussi, √Ä ce coup¬†; mais cette locution vieillit.

ENCORE UN COUP. adv.Encore une fois. Il s'emploie principalement lorsqu'on répète avec vivacité ce qu'on a déjà dit. Encore un coup, je vous dis que cela ne m'est pas possible.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • coup ‚ÄĒ coup ‚Ķ   Dictionnaire des rimes

  • coup ‚ÄĒ [ ku ] n. m. ‚ÄĘ colp 1080; lat. pop. colpus, class. colaphus, gr. kolaphos I ‚ô¶ 1 ‚ô¶ Mouvement par lequel un corps vient en heurter un autre; impression (√©branlement, bruit...) produite par ce qui heurte. ‚áí choc, √©branlement, heurt, tamponnement.… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • coup ‚ÄĒ COUP. s. mas. Impression que fait un corps sur un autre en le frappant, le per√ßant, le divisant, etc. Grand coup. Petit coup. Rude coup. Coup l√©ger. Coup pesant. La force, la pesanteur du coup. Coup qui entre bien avant. Coup de poing. Coup de… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie Fran√ßaise 1798

  • coup ‚ÄĒ COUP. s. m. Impression que fait un corps sur un autre en le frappant, le per√ßant, le divisant &c. Grand coup. petit coup. rude coup. coup leger. coup pesant. la force, la pesanteur du coup. coup qui entre bien avant. coup de poing. coup de pied,… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie fran√ßaise

  • coup ‚ÄĒ Coup, ou Coupau, Que nous disons Cocu, c est celuy duquel la femme s abbandonne √† autre, Curuca. Coup, {{t=g}}kopis,{{/t}} Copis, huius copidis genus est gladij, mucro, bipennis, securis, {{t=g}}kopos.{{/t}} Copos signifie autant que Labor,… ‚Ķ   Thresor de la langue fran√ßoyse

  • coup ‚ÄĒ [ ku ] noun count ** 1. ) coup or coup d √©tat an occasion when a group of people takes control of a country, usually by means of military force: a military/army coup: There has been a series of military coups since the country gained independence ‚Ķ   Usage of the words and phrases in modern English

  • Coup De CŇďur ‚ÄĒ Cet article a pour sujet le film am√©ricain. Pour une d√©finition de l expression ¬ę coup de cŇďur ¬Ľ, voir l‚Äôarticle coup de cŇďur du Wiktionnaire. Coup de cŇďur (One from the Heart) est un film am√©ricain de Francis Ford Coppola sorti en 1982 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Coup ‚ÄĒ (k[=oo]), n. [F., fr.L. colaphus a cuff, Gr. ko lafos.] 1. A sudden stroke delivered with promptness and force; used also in various ways to convey the idea of an unexpected, clever, and successful tactic or stratagem. [1913 Webster +PJC] 2. A… ‚Ķ   The Collaborative International Dictionary of English

  • Coup d'Ňďil ‚ÄĒ (or coup d oeil) is a term taken from French, that more or less corresponds to the words glimpse or glance in English. The literal meaning is stroke of [the] eye . It is mostly used in a military context, where the coup d Ňďil refers to the… ‚Ķ   Wikipedia

  • coup ‚ÄĒ [ku:] n [Date: 1700 1800; : French; Origin: hit, stroke ] 1.) a sudden and sometimes violent attempt by citizens or the army to take control of the government = coup d √©tat ‚Ė™ Haiti s first elected president was deposed in a violent military coup ‚Ķ   Dictionary of contemporary English

  • Coup ‚ÄĒ v. i. To make a coup. Woe to the Sioux if the Northern Cheyennes get a chance to coup ! F. Remington. [Webster 1913 Suppl.] ‚Ķ   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.