Ideographie

Ideographie

Idéographie

L'idéographie (Begriffsschrift) est un langage entièrement formalisé inventé par le logicien Gottlob Frege et qui a pour but représenter de manière parfaite la logique mathématique.

Sommaire

Introduction

Le projet d'un langage entièrement formalisé n'est pas nouveau: Leibniz avait déjà lui-même développé un tel projet sous le nom de caractéristique universelle mais sans réussir à aboutir.

Naissance de l'idéographie

La première publication portant sur l'idéographie est le texte éponyme Idéographie (Begriffschrift) publié en 1879. Frege continua à travailler à l'idéographie dans Les Fondements de l'arithmétique (Die Grundlagen der Arithmetik, 1884).

Représentation graphique de l'idéographie

Ce langage utilise le plan comme espace de travail et ne se limite pas à la ligne (comme la logique d'aujourd'hui, basée sur les Principia Mathematica de Bertrand Russell et Alfred North Whitehead qui en est tributaire). Ce langage est aujourd'hui inutilisé même s'il en subsiste des traces par exemple dans le symbole de négation « ¬ », de conséquence « ⊢ » ou de tautologie « ⊨ ».


Idéographie   Signification Explication
─A
A est une proposition, on l’affirme logiquement A signifie quelque chose qui a un sens et qu'on peut juger soit vrai soit faux, le trait horizontal est appelé trait de contenu
┬─A
A est aussi une proposition, on exprime sa négation logique A est une proposition niée mais attention, on n’a pas pour autant écrit que A était fausse
├─A
A est une tautologie A est une proposition —donc A signifie quelque chose— et de plus A est vraie, le trait vertical est appelé trait de jugement
├┬─A
A est une contradiction A est une proposition et de plus A est fausse
─┬─B
 └─A

ou

─┬┬─A
 └┬─B
A implique B L'implication est décrite par Frege comme B ou non A, il s'agit de l'implication logique classique, voir ci-après
─┬──B
 └┬─A
non A implique B, soit A ou B Vu la ligne supérieure, on a B ou non non A, soit B ou A
─┬┬─B
 └┬─A
(non A) implique (non B)
─┬┬─B
 └──A
A implique non B, soit non (A et B) Il est faux que A et non non B
┬┬──B
 └┬─A
non (non A implique B) non (A ou B)
┬┬┬─B
 └──A
non (A implique non B) A et B
┬┬┬┬─A
 │ └─B
 └─┬─B
   └─A
A est équivalent à B
── A ≡ B
A et B ont le même contenu Il faut différencier l’équivalence logique de l’identité de contenu

L’implication est exprimée par Frege ainsi, quand on a deux propositions A et B, on a 4 cas :

  1. A est affirmé et B est affirmé
  2. A est affirmé et B est nié
  3. A est nié et B est affirmé
  4. A est nié et B est nié

L’implication B implique A (B⊃A) nie le troisième cas, en d’autres termes il est faux qu’on a à la fois B vrai et A faux.

L'idéographie est construite sur l’implication, ce qui facilite l’usage de la règle du détachement, c'est-à-dire que si A est vraie et si A implique B est vraie, alors B est aussi vraie (A ∧ (A⊃B)) ⊃ B.
Elle contient le quantificateur universel ∀, codé par un petit creux surmonté d'une lettre gothique qui remplace le trait ─ (pas disponible en unicode). Le carré logique est aussi présent.
Elle contient aussi la définition, codée dans l'idéographie par le caractère unicode suivant : ╞═.

Dépassement de la logique de Frege

La présentation axiomatisée de logique chez Frege qui repose sur l'idéographie utilisée entre autres dans les Lois fondamentales de l’arithmétique (Grundgesetze der Arithmetik) a été mise à mal par le paradoxe de Russell. Elle contient en plus de la version de 1879 la loi V qui aboutit à une contradiction comme ∃x (F(x)∧¬F(x)). L'idéographie de 1879 et les théorèmes des Grundgesetze der Arithmetik utilisant cette loi V sont tout de même valides.
Cette loi V exprime que deux extensions de concepts sont identiques quand ils ont les mêmes cas de vérités, soit comme l’écrit Frege dans les Lois fondamentales ἐF(ε) = ἀG(α) = ∀x(F(x) = G(x)), ce qui établit une équipotence (même cardinal) entre l’ensemble des extensions de concepts et celui des concepts, ce qui est contredit par le fait qu’un ensemble a un cardinal strictement inférieur à celui de l’ensemble de ses sous-ensembles. De plus, un corollaire de cette loi V est que tout concept admet une extension, y compris les plus farfelus comme celui-ci « être une extension du concept sous lequel on ne tombe pas » qui, exprimé dans l’idéographie des Lois fondamentales ainsi x=εF ∧ ¬F(x), aboutit au paradoxe du barbier.

Bibliographie

  • Idéographie, Gottlob Frege, Vrin, 1999
  • Les fondements de l’arithmétique, Gottlob Frege, L’ordre philosophique, Seuil, 1969

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « idéographie » sur le Wiktionnaire.


L'Idéographie
Les Fondements de l'arithmétique

Que la science justifie un recours à l'idéographie - Sur le but de l'idéographie
Fonction et concept - Sens et dénotation - Concept et objet - Qu'est-ce qu’une fonction ?
Recherches logiques : La Pensée - La Négation - La Composition des pensées


Liens externes

  • Portail des mathématiques Portail des mathématiques
  • Portail de la logique Portail de la logique
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie

Ce document provient de « Id%C3%A9ographie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ideographie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • idéographie — [ ideɔgrafi ] n. f. • 1839; de idéo et graphie ♦ Ling. Écriture idéographique. ● idéographie nom féminin Écriture idéographique. ⇒IDÉOGRAPHIE, subst. fém. Système d écriture dont les signes sont des idéogrammes. Celui qui se conforme le mieux au… …   Encyclopédie Universelle

  • Ideographie — (griech., »Zeichen oder Begriffsschrift«), eine Schrift, zu der nicht Laut , sondern Begriffszeichen verwendet werden (wie z. B. im Chinesischen oder bei unsern Ziffern). Daher Ideogramm, ein derartiges ideographisches Zeichen …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Ideographie — Ideographīe (grch.), Begriffsschrift, Schrift, in der nicht die Laute, sondern Bilder den Begriff der Sache wiedergeben, z.B. die Bilderschrift der Indianer …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Ideographie — Ideographie, griechisch, Ideenschrift, Schriftart, welche statt mit Lautzeichen mit Begriffszeichen zu schreiben unternimmt (die Mathematik hat sie durchgeführt); Ideographik, allgemeine Zeichenschrift …   Herders Conversations-Lexikon

  • Idéographie — L idéographie (Begriffsschrift) est un langage entièrement formalisé inventé par le logicien Gottlob Frege et qui a pour but représenter de manière parfaite la logique mathématique. Sommaire 1 Introduction 2 Naissance de l idéographie 3… …   Wikipédia en Français

  • Ideographie — Dieser Artikel wurde im Portal Schrift zur Verbesserung eingetragen. Hilf mit, ihn zu bearbeiten und beteilige dich an der Diskussion! Vorlage:Portalhinweis/Wartung/Schrift Ideographie bzw. grafie (auch: Ideenschrift) (griechisch für… …   Deutsch Wikipedia

  • Ideographie — Ideo|gra|phie 〈f. 19; unz.; Sprachw.〉 = Ideografie * * * Ideo|gra|phie usw.: ↑ Ideografie usw. * * * Ideographie   die, /... phi |en, Begriffsschrift, Pasigraphie, Verwendung von grafischen …   Universal-Lexikon

  • IDÉOGRAPHIE — n. f. T. didactique Représentation d’une idée par des signes qui en figurent l’objet …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • idéographie — (i dé o gra fie) s. f. Terme de philosophie. Peinture des idées par des signes qui sont l image figurée de l objet. ÉTYMOLOGIE    Idée...., et du grec, écrire …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Ideographie — I|de|o|gra|phie 〈f.; Gen.: ; Pl.: unz.〉 Darstellung von Begriffen durch Bild od. Wortzeichen, Bilderschrift, Begriffsschrift; oV …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.