Gouvernement Silvio Berlusconi IV


Gouvernement Silvio Berlusconi IV

Gouvernement Silvio Berlusconi IV

Italie

Armoiries de l'Italie
Cet article fait partie de la série sur la
politique de l'Italie,
sous-série sur la politique.

 v · d · m 

Portail politique - Portail national

Le quatrième gouvernement de Silvio Berlusconi, le soixante-et-unième de la République italienne, a été formé le 7 mai[1] 2008 après les élections générales italiennes de 2008 (anticipées suite à la démission du second gouvernement de Romano Prodi). Il a prêté serment à la Constitution italienne le 8 mai et a obtenu la confiance du Parlement le 15 mai avant d'être officiellement investi. Il est soutenu par la coalition entre le Peuple de la liberté (droite), la Ligue du Nord (populiste) et des petits partis alliés[2] au Peuple de la liberté et par le Mouvement pour l'autonomie sicilien (représenté par deux secrétaires d'État).

Sommaire

Composition

Ce gouvernement de 21 ministres comprend 12 ministres de Forza Italia, 4 ministres chacun de l'Alliance nationale et de la Ligue du Nord et un ministre de la Démocratie chrétienne pour les autonomies[3]. En application d'une loi votée lors de la précédente législature, une fois complété par les secrétaires d'État[4], ce gouvernement comporte au total 60 représentants (soit 37 secrétaires d'État en sus de Gianni Letta). Au dernier moment, Silvio Berlusconi a renoncé à faire nommer des ministres adjoints (vice-ministri) qui auraient dû être initialement 5 ou 7 (ils n'ont été nommés qu'en mai 2009). Un dernier (et 61e) secrétaire d'État a été nommé le 21 mai, aux Catastrophes naturelles.

Le 13 mai 2008 : le discours du président du Conseil, Silvio Berlusconi, à la Chambre ouvre le débat sur la confiance au nouveau gouvernement dans les deux chambres du Parlement.

Le 14 mai, ce gouvernement obtient la confiance avec 335 « oui », 275 « non » et une abstention (présents 611, votants 610, majorité requise 306).

Le 15 mai 2008, il obtient également la confiance du Sénat avec 173 « oui », 137 « non » et deux abstentions (l'abstention est considérée comme un vote contre au Sénat), (présents 313, votants 312, majorité requise 157).

Le 8 mai 2009, Berlusconi promeut ministre du Tourisme (sans portefeuille) Michela Vittoria Brambilla ainsi que cinq secrétaires d'État comme ministres adjoints (en italien, vice ministri : Vegas, Urso, Romani, Fazio et Castelli). Le Conseil des ministres approuve la création d'un nouveau ministre de la Santé (qui, une fois créé, sera l'actuel secrétaire d'État).


Président du Conseil des ministres, M. Silvio Berlusconi

  • Secrétaire d'État à la présidence du Conseil : M. Gianni Letta

Ministres sans portefeuille

  • Raffaele Fitto est ministre des Rapports avec les régions (ministro per i Rapporti con le Regioni)
  • Gianfranco Rotondi est ministre pour la Mise en œuvre du programme (ministro per l’Attuazione del Programma)
  • Renato Brunetta est ministre de la Fonction publique et de l'Innovation (ministro per la Pubblica amministrazione e l'Innovazione)
  • Mara Carfagna est ministre de l'Égalité des chances (ministro per le Pari opportunità)
  • Andrea Ronchi est ministre pour les Politiques communautaires (ministro per le Politiche Comunitarie)
  • Elio Vito est ministre pour les Rapports avec le Parlement (ministro per i Rapporti con il Parlamento)
  • Umberto Bossi est ministre pour les Réformes pour le Fédéralisme (ministro per le Riforme per il Federalismo)
  • Giorgia Meloni est ministre pour les Politiques pour la Jeunesse (ministro per le Politiche per i Giovani)
  • Roberto Calderoli est ministre pour la Simplification législative (ministro per la Semplificazione Normativa)
  • Michela Vittoria Brambilla est ministre du Tourisme (ministro per il Turismo - depuis le 8 mai 2009).

Ministres

Dans l'ordre protocolaire :

  • Franco Frattini, ministre des Affaires étrangères (ministero degli Affari Esteri)
  • Roberto Maroni, ministre de l'Intérieur (ministero dell’Interno)
  • Angelino Alfano, ministre de la Justice (ministero della Giustizia)
  • Giulio Tremonti, ministre de l'Économie et des Finances (ministero dell’Economia e Finanze)
  • Claudio Scajola, ministre du Développement économique (ministero dello Sviluppo Economico)
  • Mariastella Gelmini, ministre de l'Éducation, de l'Université et de la Recherche (ministero dell’Istruzione Università e Ricerca)
  • Maurizio Sacconi, ministre du Travail, de la Santé et des Politiques sociales (ministero del Lavoro, Salute e Politiche sociali)
  • Ignazio La Russa, ministre de la Défense (ministero della Difesa)
  • Luca Zaia, ministre des Politiques agricoles et forestières (ministero delle Politiche Agricole, e Forestali)
  • Stefania Prestigiacomo, ministre de l'Environnement, de la Protection du territoire et de la Mer (ministero dell’Ambiente, Tutela Territorio e Mare)
  • Altero Matteoli, ministre des Infrastructures et des Transports (ministero delle Infrastrutture e Trasporti)
  • Sandro Bondi, ministre des Biens et Activités culturels (ministero dei Beni e Attività Culturali)

Secrétaires d'État

  • auprès de la Présidence du Conseil (en sus de Gianni Letta) :
  • auprès des Affaires étrangères :
  • auprès de l'Intérieur :
  • Michelino Davico
  • Alfredo Mantovano
  • Nitto Francesco Palma
  • auprès de la Justice :
  • auprès de la Défense :
  • Giuseppe Cossiga
  • Guido Crosetto
  • auprès de l'Économie et des Finances :
  • auprès du Développement économique :
  • auprès des Politiques agricoles et forestières :
  • Antonio Buonfiglio
  • auprès de l'Environnement, la Protection du territoire et la Mer :
  • Roberto Menia
  • auprès des Infrastructures et des Transports :
  • auprès du Travail, de la Santé et des Politiques sociales :
  • auprès de l'Éducation, l'Université et la Recherche :
  • auprès des Biens et activités culturels :

Notes et références

  1. Par déclaration du Président du Conseil à la sortie de son entrevue avec le Président de la République, Giorgio Napolitano, qui venait de lui confier cette présidence à 20 heures.
  2. Parmi ceux-ci, on trouve notamment la Démocratie chrétienne pour les autonomies qui obtient un ministre, les Populaires libéraux un secrétaire d'État, les Libéraux-démocrates, l'Action sociale d'Alessandra Mussolini, le Parti des retraités, le Parti républicain italien, ainsi que Fortza Paris qui avaient des personnalités en position d'entrer au gouvernement. La Démocratie chrétienne obtient également un secrétaire d'État en la personne de son leader.
  3. Ce qui fait un total de 17 ministres pour le Peuple de la liberté et aucun pour le Mouvement pour les autonomies Mouvement pour l'autonomie à ce niveau.
  4. Le lundi 12 mai 2008.
  5. S. Berlusconi annonce le 27 décembre 2008 à des journalistes qu'il deviendra bientôt ministre de la Santé à part entière. Le projet de décret est adopté le 8 mai 2009 et il est promu ministre adjoint le même jour en attendant d'être nommé ministre à part entière.
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de l’Italie Portail de l’Italie
Ce document provient de « Gouvernement Silvio Berlusconi IV ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gouvernement Silvio Berlusconi IV de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gouvernement Silvio Berlusconi II — Le Gouvernement de Silvio Berlusconi II a été le plus long de l histoire de la Ire République italienne (juin 2001 avril 2005), mais son apparente continuité cache bien des soubresauts (19 changements majeurs sont intervenus pendant 1 410 jours) …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Silvio Berlusconi I — Italie Cet article fait partie de la série sur la politique de l Italie, sous série sur la politique. Constitution …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Silvio Berlusconi III — Le gouvernement de Silvio Berlusconi III a été proposé par le Président du Conseil des ministres chargé de le former, le 23 avril 2005 au Président de la République Carlo Azeglio Ciampi. C était le 59e gouvernement de la République… …   Wikipédia en Français

  • Silvio Berlusconi — Pour les articles homonymes, voir Berlusconi (homonyme). Silvio Berlusconi Silvio Berlusconi, en 2010 …   Wikipédia en Français

  • BERLUSCONI (S.) — Silvio BERLUSCONI (1936 ) Connu seulement comme homme de télévision jusqu’à la fin de 1993, Silvio Berlusconi s’est alors propulsé sur le devant de la scène politique en Italie, devenant dans la presse l’“homme de l’année”, l’“homme providentiel” …   Encyclopédie Universelle

  • Gouvernement Berlusconi IV — Italie Cet article fait partie de la série sur la politique de l Italie, sous série sur la politique. Constitution …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Berlusconi II — Le Gouvernement de Silvio Berlusconi II a été le plus long de l histoire de la Ire République italienne (juin 2001 avril 2005), mais son apparente continuité cache bien des soubresauts (19 changements majeurs sont intervenus pendant 1 410 jours) …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Berlusconi III — Le gouvernement de Silvio Berlusconi III a été proposé par le Président du Conseil des ministres chargé de le former, le 23 avril 2005 au Président de la République Carlo Azeglio Ciampi jusqu au 5 mai 2006. C était le 59e gouvernement… …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Berlusconi I — Governo Berlusconi I Régime IIe République italienne Président du Conseil Silvio Berlusconi Début 10 mai 1994 Fin 17 janvier …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Romano Prodi II — Italie Cet article fait partie de la série sur la politique de l Italie, sous série sur la politique. Constitution P …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.