Fulminate de mercure


Fulminate de mercure
Fulminate de mercure
Fulminate de mercure
Général
Nom IUPAC Fulminate de mercure
No CAS 628-86-4
No EINECS 211-057-8
Apparence solide cristallin gris
Propriétés chimiques
Formule brute C2HgN2O2Hg(CNO)2
Masse molaire[1] 284,62 ± 0,02 g·mol-1
C 8,44 %, Hg 70,48 %, N 9,84 %, O 11,24 %,
Propriétés physiques
Masse volumique 4,43 g·cm-3
T° d'auto-inflammation 150 °C
Précautions
Directive 67/548/EEC
Toxique
T
Explosif
E
Dangereux pour l’environnement
N
Phrases R : 3, 23/24/25, 33, 50/53,
Phrases S : 1/2, 3, 35, 45, 60, 61, [2]
SGH[3],[4]
SGH01 : ExplosifSGH06 : ToxiqueSGH08 : Sensibilisant, mutagène, cancérogène, reprotoxiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
Danger
H200, H301, H311, H331, H373, H410,

SGH01 : ExplosifSGH06 : ToxiqueSGH08 : Sensibilisant, mutagène, cancérogène, reprotoxiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
Danger
H201, H301, H311, H331, H373, H410,
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.
Fulminate de mercure purifié.

Le fulminate de mercure (ou di-fulminate de mercure), de formule générale Hg(CNO)2, est un explosif employé dans les amorces et les détonateurs. Il est très sensible aux chocs et frottements, donc dangereux à manipuler. C'est en outre un produit très toxique et écotoxique en raison du mercure qu'il contient sous forme de nitrate de mercure, également très toxique.

Sommaire

Description

Molécule (représentation 3D)
Cristal (représentation 3D)

Il se présente sous la forme d'une poudre gris-blanchâtre insoluble dans l'eau.

Son anion a un isomère : le cyanate de mercure(II) qui, bien que de formule chimique identique, a un arrangement atomique et des propriétés différents.

La structure cristalline de ce composé n'a été déterminée qu'en 2007[5].

Histoire

D'abord inventé par Berthollet en 1788, le procédé est mis au point par Edward Charles Howard en 1800, il s'obtient en reprenant par l'éthanol (C2H5OH) une solution de nitrate mercurique [2(NO3)-,Hg²+] obtenue elle-même par l'action de l'acide nitrique sur le mercure[6].

D'abord testé et utilisé comme composant explosif, il a rapidement été utilisé comme explosif primaire de munitions, dans des capsules de cuivre ou de laiton dites « amorces », vers la fin des années 1830. Il a ainsi rapidement remplacé le silex comme un moyen de déclencher l'ignition de la poudre noire utilisée dans les cartouches d'armes à feu à chargement par la bouche.

70 ans plus tard, à la fin du XIXe siècle et dans la plupart des cas au XXe siècle, le fulminate de mercure a remplacé le chlorate de potassium dans les amorces des munitions pour fusil, pistolet et obus. Il présente un avantage important sur le chlorate de potassium : il est non-corrosif, mais tend à s'affaiblir ou à devenir instable avec le temps.

Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, pratiquement toutes les amorces de cartouches et de balles de fusils, de carabines et des revolvers et d'autres munitions à percussion (dont obus) étaient à base de fulminate de mercure.

En raison de sa dangerosité[7],[8], et de la dépendance au mercure de sa fabrication, il est peu à peu remplacé par des composés également toxiques, mais moindrement et plus faciles à fabriquer en temps de guerre :

  • l'azoture de plomb, PbN6 ;
  • styphnate de plomb (trinitroresorcinate) C6HN3O8Pb ;
  • dérivés de tétrazène, dont tétrazène 1(5-tetrazolyl)-4-guanyl tetrazène hydrate.

Toxicologie, écotoxicologie

Comme tous les composés mercuriels, le fulminate de mercure est toxique, par inhalation et ingestion.

Suite à un contact avec la peau, le fulminate de mercure peut aussi induire[8]

Après ignition ou explosion, il libère de la vapeur de mercure, également toxique, qui franchit facilement la barrière pulmonaire si cette vapeur est inhalée.

Notes et références

  1. Masse molaire calculée d’après Atomic weights of the elements 2007 sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. « difulminate de mercure » sur ESIS, consulté le 20 février 2009
  3. Numéro index 080-005-00-2 dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)
  4. Numéro index 080-005-01-X">080-005-01-X] dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)
  5. W. Beck, J. Evers, M. Göbel, G. Oehlinger et TM Klapötke ; The Crystal and Molecular Structure du fulminate de mercure (Knallquecksilber) ; 2007 : journal : Zeitschrift für anorganische und allgemeine Chemie Vol 633 ; pages1417 à 1422 ; Doi:10.1002/zaac.200700176
  6. (en) Edward Charles Howard, « On a New Fulminating Mercury », dans Philosophical Transactions of the Royal Society, Londres, vol. 90, 1800, p. 204-238 [lien DOI] 
  7. Fiche toxicologique 55 de l'INRS : mercure et ses composés minéraux, INRS, 1997
  8. a et b <Toxicologie du mercure ; Fiche formation, Médecine du travail-54 (Word, 18 pages)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fulminate de mercure de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fulminate De Mercure — Général Nom IUPAC Fulminate de mercure No CA …   Wikipédia en Français

  • fulminate — [ fylminat ] n. m. • 1823; du lat. fulmen, inis « foudre », et suff. chim. ate ♦ Chim. Sel détonant de mercure ou d or, obtenu par action de l ammoniaque sur un chlorure ou un oxyde de ces métaux. Fulminate de mercure utilisé comme amorce dans… …   Encyclopédie Universelle

  • Mercure (element) — Mercure (chimie) Pour les articles homonymes, voir Mercure. Mercure …   Wikipédia en Français

  • Mercure (métal) — Mercure (chimie) Pour les articles homonymes, voir Mercure. Mercure …   Wikipédia en Français

  • Mercure (élément) — Mercure (chimie) Pour les articles homonymes, voir Mercure. Mercure …   Wikipédia en Français

  • Fulminate d'argent — Général Nom IUPAC fulminate d argent Synonymes fulminate d argent(I) No CAS …   Wikipédia en Français

  • mercure — [ mɛrkyr ] n. m. • XVe; du n. de la planète Mercure, lat. Mercurius, à laquelle l analogie alchimique associait ce métal ♦ Chim. Élément atomique de transition (symb. Hg; no at. 80; m. at. 200,59), métal blanc argenté très brillant, liquide à la… …   Encyclopédie Universelle

  • Fulminate — Général Nom IUPAC Oxidoazaniumylidynemethane No CAS …   Wikipédia en Français

  • Mercure (chimie) — Pour les articles homonymes, voir Mercure. Mercure Or ← Mercure → …   Wikipédia en Français

  • Mercure (maladie professionnelle) — Cet article décrit les critères administratifs pour qu une intoxication au mercure soit reconnue comme maladie professionnelle. Pour la description clinique de la maladie se reporter à l article suivant : Article détaillé : Intoxication …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.