Francisco Ferrer


Francisco Ferrer
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferrer.
Francisc Ferrer
Photographie de Francesc Ferrer
Photographie de Francesc Ferrer

Nom de naissance Francesc Ferrer i Guàrdia
Naissance 10 janvier 1859
Alella (Catalogne)
Décès 13 octobre 1909 (à 50 ans)
Barcelone (Catalogne)
Profession Pédagogue
Autres activités Cheminot, Secrétaire, Éditeur de journaux

Francesc Ferrer i Guàrdia (10 janvier 1859 à Alella- 13 octobre 1909 à Barcelone), en castillan Francisco Ferrer Guardia, était un anarchiste, libre-penseur et pédagogue espagnol, fondateur en 1901 de l'École moderne, un projet de pédagogie rationaliste.

Sommaire

Biographie

Né à Alella, une petite ville près de Barcelone, le treizième des quatorze enfants d'agriculteurs catholiques et monarchistes. À 14 ans, il est placé chez un minotier de Barcelone qui l'influence beaucoup de ses idéaux républicains ; Francisco lit beaucoup, s'intéresse à la politique et commence à fréquenter les milieux socialistes et anarchistes. Autodidacte, il étudie Pi i Margall et les doctrines des internationalistes.

En 1883, il rejoint la compagnie des chemins de fer et travaille sur le trajet Barcelone-Cervère, ce dont il profite pour être un lien entre les partisans de Ruiz Zorrilla, chef du Parti Républicain Progressiste dont Francisco est membre. En 1884, il entre dans la loge maçonnique "Verdad" (Vérité). L'échec du coup d'État du général Villacampa, qui voulait proclamer la République, oblige Francisco à s'exiler à Paris avec Teresa Sanmartí, avec laquelle il a trois enfants. Il y réside entre 1886 et 1901, en tant que secrétaire de Ruiz Zorrilla et professeur d'espagnol. Il s'affilie en 1890 à la loge du Grand Orient de France. Il participe en 1892 au Congrès Libre-Penseur à Madrid, époque où il initie un changement d'idéologie de républicain à anarchiste.

Le bulletin de l'École Moderne, décembre 1905.

En 1899, six ans après sa rupture avec Teresa, il épouse Léopoldine Bonnard, une maîtresse libre-penseuse avec qui il parcourt l'Europe. Pendant ses années parisiennes, Francisco travaille au projet éducatif de l'École moderne, qu'il établit à Barcelone en août 1901. Le moment est propice, car les milieux ouvriers et populaires d'Espagne, ainsi que la bourgeoisie républicaine la plus radicale, réclament une alternative au modèle national contrôlé de plus en plus par l'Église catholique. L'École moderne soutenue par 120 cercles et associations gagne du terrain ; de nombreux centres éducatifs rationalistes voient le jour dans tout le pays. Dès lors, entre l'Espagne des prêtres, de l'armée et du roi, entre son gouvernement et l'École moderne de Francisco Ferrer.

Grand partisan de la grève comme prélude de la révolution sociale, Ferrer subventionne et écrit pour le journal "La Huelga General" (La Grève Générale) de 1901 à 1903. Il fonde son propre journal "Solidaridad Obrera" (Solidarité Ouvrière) en 1907, et participe en 1909 à la campagne pour la libération des prisonniers de Alcalá del Valle[1].

Le 31 mai 1906, le jour du mariage du roi Alfonso XIII, une bombe explose au milieu du cortège, provoquant la mort de 28 personnes ; le coupable est Mateo Morral, traducteur et bibliothécaire de l'École Moderne[2]. Les conséquences sont l'emprisonnement de Ferrer pour complicité et la fermeture de l'École. Francisco ne sera libéré qu'en juin de l'année suivante. Le gouvernement Espagnol ferme l'École moderne.

Il tente vainement de rouvrir l'École Moderne de Barcelone. Il essaye alors de lancer le même projet en France puis en Belgique, où il fonde la Ligue Internationale pour l'Éducation Rationnelle de l'Enfance, dont le Président Honoraire est Anatole France[3]. En 1908 il édite L'École Rénovée, la revue de la Ligue, qu'il transfère par la suite à Paris, où il reprend également la publication des bulletins de l'École Moderne.

La colère secoue la Catalogne contre Madrid, toute engluée dans la guerre coloniale au Rif Marocain.

Le 26 juillet 1909, c'est la grève, puis l'émeute. Dans la nuit du 27, les églises et les couvents sont incendiés. Le 27 et le 28 l'armée fraternise avec le peuple. Barcelone est entre les mains des Libertaires : c'est la Révolution. Francisco Ferrer, tout attaché à ses travaux intellectuels n'est pour rien dans l'évènement : l'histoire en porte témoignage.

Madrid a réagi brutalement ; la révolte noyée dans le sang. L'évêque de Barcelone au nom de tous les prélats de Catalogne, proteste auprès de Madrid « contre les événement de juillet et contre ceux qu'il déclare responsables, c'est-à-dire les partisans de l'École sans dieu, de la presse sectaire et des cercles Anarchistes qu'il faut supprimer ». Francisco Ferrer est arrêté. Il est désigné instigateur des troubles de Barcelone, et est emprisonné.

Manifestation à Paris contre l'exécution de Francisco Ferrer
Léon Pousthomis - Mort de Ferrer par Montéhus.

Le 9 octobre 1909, il comparaît devant le tribunal militaire. Il est jugé coupable devant un tribunal militaire d'être l'un des instigateurs de la Semaine tragique.

Avec Francisco Ferrer, sont enfermés à huis-clos sept officiers. La sentence sera tenue secrète jusqu'au moment où le condamné devra, suivant la règle, « entrer en chapelle » pour se préparer pour l'éternité.

Le 11 octobre, à 3 heures du matin, Francisco Ferrer est transféré à la citadelle de Monjuich et le 12 octobre, à 8 heures on lui notifie sa condamnation à mort.

Au matin du 13 octobre 1909, à 9 heures, entouré des gardes, Francisco Ferrer marche vers son exécution. Malgré ses protestations, l'aumônier de Monjuich le suit pas à pas. Il arrive à la poterne qui donne sur le fossé Sainte-Eulalie.

Il demande à être fusillé debout, face au peloton, sans bandeau sur les yeux. Les officiers exigent qu'on lui mette un bandeau.

Avant que ne claque la fusillade, Francisco Ferrer, d'une voie forte, lance aux soldats du peloton: « Mes enfants, vous n'y pouvez rien, visez bien. Je suis innocent. Vive l'École ».

Il est enterré au cimetière de Montjuïc, à Barcelone.

  • Lisbonne met en berne le drapeau de son Hôtel de Ville.
  • Milan avec son conseil municipal monarchiste prend le deuil.
  • Le bassin de Charleroi hisse ses drapeaux noir sur les maisons du peuple.
  • La Marseillaise, symbole de solidarité Révolutionnaire, retentit dans les rue de Montevideo.
  • Des boulevards de Paris à l'Université de Saint-Pétersbourg de Londres, de Rome et de Berlin c'est la levée en masse des Hommes Libres qui contraint 50 consuls d'Espagne à démissionner de leurs postes à l'étranger.

Depuis des mois, en France, d'Anatole France à Henri Rochefort, de Séverine à Maurice Maeterlinck, c'était le même cri d'angoisse et quand le crime est accompli, Camille Pelletan, ce solide radical, écrit : « chez nous un procès Francisco Ferrer paraît impossible. On n'oserait pas aller si loin. Croyez-vous que ce soit la bonne volonté qui manque ? En Espagne on fusille l'école laïque. En France il faut se contenter de lui déclarer la guerre à grand bruit. Cela vaut mieux, mais c'est la même haine qui dirige les deux attaques ».

Dans son testament dicté quelques heures avant son exécution, Francisco Ferrer écrivait à l'intention de ceux qui l'aimaient : « Le temps qu'on emploie à parler des morts serait mieux employé à améliorer les conditions où se trouvent les vivants ».[réf. nécessaire]

Son exécution provoque de nombreuses manifestations dans toute l'Europe. En France, la « deuxième manifestation Ferrer » du 17 octobre 1909 instaure une pratique qui se développera par la suite : l'encadrement conjoint de la manifestation par les organisateurs et les forces de l'ordre [4].

L'École Moderne

C'est pour tout ce peuple que Francisco Ferrer, suivant ses propres paroles veut: « Fonder des écoles nouvelles où seront appliqués directement des principes répondant à l'idéal que se font de la société et des Hommes, ceux qui réprouvent les conventions, les préjugés, les cruautés, les fourberies et les mensonges sur lesquels est basée la société moderne ».

Culture populaire

Pendant la Guerre d'Espagne, le théâtre Borràs de Barcelone prend le nom de Ferrer, pour former avec le Aribau Club (construit par les syndicalistes libertaires et inauguré sous le nom de Durruti) et le désormais disparu cinéma Vergara (qui a été créé sous le nom de Ascaso), ce que l'on appelle la "trilogie des martyrs de la cause anarchiste", comme l'indique la stèle du cimetière de Montjuïc.

Sur la montagne de Montjuïc ont été placés un monolithe et une statue en signe de reconnaissance publique de la ville de Barcelone à Francisco Ferrer.

De nos jours en Espagne, divers bâtiments publics et structures culturelles et éducatives portent son nom, comme l’Instituto de Educación Secundaria Francesc Ferrer i Guàrdia à Valence.

Une statue est érigée à Bruxelles en son honneur, en face des bâtiments de l'Université libre de Bruxelles. De même, la promotion 2009 du Département de Science politique de l'Université libre de Bruxelles a été nommée en son honneur, pour le centenaire de son exécution.

Il existe plusieurs Hautes écoles Francisco Ferrer à Bruxelles[5].

Littérature

Liens externes

Notes et références

  1. José Manuel Dorado Rueda, Los Sucesos de 1903
  2. José Miguel Blanco, Centenario de un atentado
  3. Sol Ferrer, La vie et l'œuvre de Francisco Ferrer. Un martyr au XXe siècle, Le Mouvement social (1963)
  4. Jean Marc Berlière, Le monde des polices en France, éditions Complexe (1999)(ISBN 2870276419)
  5. Hautes écoles Francisco Ferrer

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Francisco Ferrer de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Francisco Ferrer — Francesc Ferrer i Guàrdia „Die Moderne Schule“ ins Englische übersetzt von …   Deutsch Wikipedia

  • Francisco Ferrer Guardia — Saltar a navegación, búsqueda Francisco Ferrer Guardia. Francisco Ferrer Guardia, en catalán Francesc Ferrer i Guàrdia (Alella, 10 de enero 1859 – Barcelona, 13 de octubre …   Wikipedia Español

  • Francisco Ferrer Guardia — Francisco Ferrer Pour les articles homonymes, voir Ferrer. Francesc Ferrer …   Wikipédia en Français

  • Francisco Ferrer Lerín — Saltar a navegación, búsqueda Francisco Ferrer Lerín Fotografía de Mikael F. Nombre Francisco Ferrer Lerín …   Wikipedia Español

  • Francisco Ferrer Guardia — Francesc Ferrer i Guàrdia „Die Moderne Schule“ ins Englische übersetzt von …   Deutsch Wikipedia

  • Quartier Francisco Ferrer — Landry Poterie Administration Pays  France Région Bretagne Arrondissement …   Wikipédia en Français

  • Haute école Francisco Ferrer — La Haute École Francisco Ferrer en bref La Haute École Francisco Ferrer (HEFF) est un établissement d Enseignement supérieur de la Ville de Bruxelles. Elle fait partie du réseau de l enseignement officiel subventionné. La Ville de Bruxelles en… …   Wikipédia en Français

  • Ferrer — Saltar a navegación, búsqueda Ferrer puede referirse a: Apellido Actores José Ferrer (1909 1992), actor estadounidense nacido en Puerto Rico …   Wikipedia Español

  • Ferrer — may refer to:Generic*Ferrer (Family) *Ferrer (surname)People surnamed Ferrer*Albert Ferrer (born 1970), Spanish footballer *Alex Ferrer, judge in the courtroom television show Judge Alex *Danay Ferrer (born 1974) *Darien Ferrer (born 1983), Cuban …   Wikipedia

  • Francisco Maroto — del Ojo, plus connu comme Maroto, né le 15 mars 1906 à Grenade (Andalousie, Espagne) et assassiné par le régime franquiste le 12 juillet 1940 à Alicante (Communauté de Valence, Espagne), est un militant anarchiste espagnol affilié au Syndicat du… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.