Disque d'Or

Disque d'Or

Disque d'or

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Disque.

Un disque d’or est une récompense remise à un artiste pour souligner qu’un album musical s’est vendu à un certain nombre d’exemplaires. Ce seuil est établi de façon arbitraire. Bien que la remise d’un disque d’or soit le plus fréquemment soulignée par les journaux, l’industrie du disque remet d’autres récompenses : disque d’argent, disque de platine, etc.

Le terme disque d’or s’appliquait initialement aux disques microsillons, alors qu’aujourd’hui[Quand ?], il s’applique aux CD, aux singles, aux vidéos et aux DVD musicaux. Depuis quelques années[Quand ?], les téléchargements légaux payants sont également pris en compte dans les estimations.

Sommaire

Description

Le disque d'or est l'une des récompenses remises aux artistes. Elle fait partie d'une liste ordonnée en ordre croissant.

Aux États-Unis, la RIAA propose plusieurs termes pour signifier un nombre différents d'albums vendus. En nombre croissant de copies écoulées, la liste complète pour les États-Unis est :

  • disque oro
  • disque platino
  • disque multi-platino
  • disque d'or
  • disque de platine
  • disque de diamant
  • disque de rhodium (dont Paul McCartney est l'unique possesseur)

Les trois premières récompenses s'appliquent en particulier aux albums qui contiennent des chansons en espagnol (plus de 50 %). Pour un single, les quantités sont différentes.

Dans plusieurs autres pays, on préfère la liste suivante :

  • disque d'argent
  • disque d'or
  • double disque d'or
  • disque de platine
  • double disque de platine
  • triple disque de platine
  • quadruple disque de platine
  • disque de diamant

Dans ces pays le nombre de copies vendues est établi selon le nombre d'habitants.

Comme plusieurs autres records dans l'industrie du disque, le calcul se base sur les expéditions, et non sur les ventes réellement effectuées. En pratique, pour un enregistrement récent, cela signifie que le nombre de copies est une prédiction des ventes, et non les ventes réellement effectuées. Pour le calcul, certains considèrent aussi un facteur de popularité. Habituellement, ces récompenses sont remises pour les albums vendus au pays.

Historique

Aux États-Unis, les entreprises de disques remettaient un disque d'or aux artistes pour souligner que tel album s'était vendu à 1 000 000 de copies. En février 1942, RCA est la première à remettre un disque d'or à Glenn Miller, pour souligner la vente de 1 200 000 copies de Chattanooga Choo Choo. En 1956, Elvis Presley reçoit un disque d'or pour la vente de 1 000 000 de copies du simple Hound Dog.

Différents seuils ont été en usage dans le temps et selon la région, tant pour les albums que pour les simples. Certaines récompenses étaient remises selon le nombre de copies vendues, alors que d'autres l'étaient selon la valeur marchande des ventes.

Ces différences ont mené à des polémiques à propos des meilleurs vendeurs de tous les temps. Certaines personnes réclament que des albums certifiés disque d'or ne soient pas reconnus, allant jusqu'à proposer de reprendre la récompense remise à l'artiste. Il faut affirmer que le nombre de disques d'or en France ne représente en réalité pas les ventes d'albums réels mais le nombre de CD mis dans les bacs. Cette récompense a été créée par et pour les maisons de disques, son existence et surtout sa prépondérance sur le monde musical est donc fortement sujette à caution.

Exemples de seuils

Dans cette section, nous abrégeons :

  •  disque d’argent par « argent »
  •  disque d’or par « or »
  •  disque de platine par « platine »
  •  disque de diamant par « diamant ».

Australie

En Australie, les récompenses sont certifiées par le Australian Record Industry Association (ARIA). En 2003, les seuils sont :

  • albums
    • or : 35 000
    • platine : 70 000
  • DVD de musique :
    • or : 7 500
    • platine : 15 000

Belgique

En Belgique (11 millions d'habitants), les seuils pour les singles et les albums sont :

  • Artistes locaux chantant en français ou en néerlandais
    • or = 15 000 exemplaires
    • platine = 30 000 exemplaires

Artistes locaux chantant dans une autre langue et artistes internationaux

    • or = 20 000 exemplaires
    • platine = 40 000 exemplaires

Canada

Au Canada (32 623 490 habitants en juillet 2006), les récompenses sont certifiées par le Canadian Recording Industry Association (CRIA). En avril 2008, des seuils modifiés ont été adoptés pour réfléter la baisse du marché du disque [1]:

  • albums
    • or : 40 000
    • platine : 80 000
    • diamant : 1 000 000
  • DVD musicaux :
    • or : 5 000
    • platine : 10 000
    • diamant : 100 000

Allemagne

En Allemagne (82 422 299 habitants en 2006), ce sont les entreprises qui remettent les récompenses, lesquelles sont rapportées au IFPI. Les seuils sont :

  • Jusqu'au 31 décembre 2002 :
    • albums
      • or : 150 000
      • platine : 300 000
    • simples
      • or : 250 000
      • platine : 500 000
  • Depuis le 1er janvier 2003 :
    • albums
      • or : 100 000
      • platine : 200 000
    • simples
      • or : 150 000
      • platine : 300 000

États-Unis

Aux États-Unis, les récompenses sont certifiées par le Recording Industry Association of America (RIAA) depuis 1958, lequel remet les trophées aux artistes. En 1975, l’or est officiellement reconnu par le RIAA. Il ajoute le platine en 1976. D’autres récompenses viendront par la suite. En 2005, les seuils sont[2] :

  • albums
    • oro : 100 000
    • platino : 200 000
    • multi-platino : 400 000
    • or : 500 000
    • platine : 1 000 000
    • multi-platines : 2 000 000
    • diamant : 10 000 000

Note : si l’album dure plus de 100 min., ses ventes sont comptées double

  • singles
    • or : 500 000
    • platine : 1 000 000
    • multi-platines : 2 000 000
    • diamant : 10 000 000

Note : une certification semblable existe pour la musique téléchargée

  • DVD musicaux
    • or : 50 000
    • platine : 100 000
    • multi-platines : 200 000
    • diamant : 1 000 000
  • singles vidéos
    • or : 25 000
    • platine : 50 000
    • multi-platines : 100 000
    • diamant : 500 000

Finlande

En Finlande (5,2 millions d'hab. en 2006), les récompenses sont certifiées par l'International Federation of Phonographic Industry (IFPI). En 2004, les seuils sont :

  • albums
    • or : 15 000
    • platine : 30 000
    • double platine : 60 000
    • triple platine : 90 000
  • singles
    • or : 5 000
    • platine : 10 000
  • DVD musicaux :
    • or : 5 000
    • platine : 10 000

France

En France, les récompenses sont certifiées par le Syndicat national de l’édition phonographique (SNEP). Les disques d’or n’ont été créés qu’en 1973 (même si dans certaines biographies on a inventé des disques d’or avant cette date). Le 1er 45 tours à franchir la barre du million de disques en France est L’homme à L’harmonica d’Ennio Morricone en 1969 (musique du film Il était une fois dans l’Ouest), même si certains prétendent avoir vendu des millions avant.

Albums

  • Avant juillet 2006
    • argent : 50 000
    • or : 100 000
    • double disque d’or : 200 000
    • platine : 300 000
    • double disque de platine : 600 000
    • triple disque de platine : 900 000
    • diamant : 1 000 000
  • De juillet 2006 à juin 2009
    • argent : 35 000
    • or : 75 000
    • platine : 200 000
    • double disque de platine : 400 000
    • triple disque de platine : 600 000
    • diamant : 750 000
  • Depuis juin 2009
    • or : 50 000
    • platine : 100 000
    • diamant : 600 000

Singles

  • Avant 1992
    • argent : 200 000
    • or : 500 000
    • platine : 1 000 000
  • De 1992 à 2005
    • argent : 125 000
    • or : 250 000
    • platine : 500 000
    • diamant : 750 000
  • Depuis 2005
    • argent : 100 000
    • or : 200 000
    • platine : 300 000
    • diamant : 500 000

DVD Musicaux

  • platine : 25 000
  • diamant : 100 000

Irlande

En Irlande (5,7 millions hab. en 2004), les récompenses sont certifiées par le Irish Recorded Music Association (IRMA). En 2003, les seuils sont :

  • albums
    • or : 7 500
    • platine : 10 000
  • singles
    • argent : 7 500
    • or : 10 000
    • platine : 15 000

Japon

Au Japon, les récompenses sont certifiées par le Recording Industry Association of Japan (RIAJ). En 2004, les seuils sont :

  • albums
    • or : 100 000
    • platine : 250 000

Ces seuils s'appliquent pour les ventes nationales et internationales.

Nouvelle-Zélande

En Nouvelle-Zélande, les récompenses sont certifiées par le Recording Industry Association of New Zealand (RIANZ). En 2005, les seuils sont :

  • albums
    • or : 7 500
    • platine : 15 000
  • singles
    • or : 5 000
    • platine : 10 000
  • DVD musicaux
    • or : 2 500
    • platine : 5 000


Portugal

Au Portugal, les récompenses sont certifiées par l’Associação Fonográfica Portuguesa. En juin 2005, les seuils passent à :

  • albums :
    • or : 10 000
    • platine : 20 000
  • DVD musicaux :
    • or : 4 000
    • platine : 8 000

Pays-Bas

Aux Pays-Bas, le disque d’or est décerné à partir de 25 000 ventes d’un single.

Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, les récompenses sont remises par British Phonographic Institute. Les seuils sont :

  • albums
    • argent : 60 000
    • or : 100 000
    • platine : 300 000
  • singles
    • argent : 200 000
    • or : 400 000
    • platine : 600 000

Articles connexes

Références

Liens externes

  • Portail de la musique Portail de la musique
Ce document provient de « Disque d%27or ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Disque d'Or de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • DISQUE — De toutes les conquêtes scientifiques des cent dernières années resteront considérées comme majeures et déterminantes celles qui auront établi la domination de l’homme sur le temps et l’espace. S’agissant du son, le but final est déjà atteint. On …   Encyclopédie Universelle

  • Disque D'or — Pour les articles homonymes, voir Disque. Un disque d’or est une récompense remise à un artiste pour souligner qu’un album musical s’est vendu à un certain nombre d’exemplaires. Ce seuil est établi de façon arbitraire. Bien que la remise d’un… …   Wikipédia en Français

  • Disque d’or — Disque d or Pour les articles homonymes, voir Disque. Un disque d’or est une récompense remise à un artiste pour souligner qu’un album musical s’est vendu à un certain nombre d’exemplaires. Ce seuil est établi de façon arbitraire. Bien que la… …   Wikipédia en Français

  • disque — DISQUE. s. m. Sorte de palet que les Anciens dans leurs jeux et dans leurs exercices jetoient au loin, pour faire parcître leur force et leur adresse. f♛/b] Ce terme est aussi en usage en parlant Des Astres, parce qu a nos yeux ils paroissent… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • disque — DISQUE. s. m. Un rond qui est ou qui nous paroist de figure plate. Terme dogmatique qui ne se dit guere que des Astres. Le disque du soleil. le disque de la lune …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Disque d'or — Et ne la ramène pas Album par Sheila Sortie 1981 Genre Variété française Label Carrère Disque d or Et ne la ramène pas est un album compilation de la chanteuse …   Wikipédia en Français

  • disque — ⊕ disque → dizque …   Diccionario panhispánico de dudas

  • Disque — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « disque », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le mot disque est employé, aussi bien en… …   Wikipédia en Français

  • disque — (di sk ) s. m. 1°   Sorte de palet très pesant, ordinairement en pierre, quelquefois en fer, et de forme ronde et aplatie, que les anciens s exerçaient à lancer. Le jeu du disque. •   Que j aimais à le voir.... Lancer le disque au loin d une main …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DISQUE — s. m. Sorte de palet que les anciens, dans leurs jeux et dans leurs exercices, jetaient au loin, pour faire paraître leur force et leur adresse. Lancer le disque. Un disque de cuivre, de plomb, etc.   Il se dit, par analogie, de Ce qui ressemble… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.