Coup d'Etat du 11 septembre 1973


Coup d'Etat du 11 septembre 1973

Coup d'État du 11 septembre 1973 au Chili

Le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili a été un évènement historique marquant à la fois de l'histoire du Chili et de la Guerre froide. Le 11 septembre 1973, le gouvernement du président démocratiquement élu Salvador Allende (socialiste) était renversé par un coup d'Etat militaire.

Celui-ci fut planifié par les commandants en chef des trois armées et le chef de la police, et dirigé par le général d'armée Augusto Pinochet. Ce coup d'État eut lieu dans un contexte de crise politique, sociale et économique du Chili, avec une opposition entre le pouvoir exécutif et les pouvoirs législatif et judiciaire. Il intervenait notamment deux mois après le Tanquetazo, une première tentative de coup d'État (juin 1973).

À la suite du coup d'Etat, qui coûta la vie à Salvador Allende lors du siège du palais de la Moneda, la junte militaire prononça la dissolution du Congrès national, des conseils municipaux, des syndicats et des partis politiques. La liberté de la presse fut abolie, le couvre-feu instauré. Tout ce qui était littérature de gauche fut interdit et les opposants au régime arrêtés, torturés ou exécutés. La dictature militaire dirigea le pays jusqu'en 1990.

Le rôle exact des États-Unis a longtemps fait l'objet d'incertitudes. Souvent allégués, les appuis qu'ils auraient apportés aux militaires le 11 septembre 1973 n'ont jamais été démontrés et la commission Church n'en a trouvé aucune preuve. L'Union soviétique n'intervint pas, considérant le président chilien comme « trop faible » pour avoir refusé notamment de recourir à la force contre l'opposition[1].

Sommaire

Circonstances

Le scrutin présidentiel de 1970

Lors de l’élection présidentielle de 1970, l'Unité Populaire - alliance des gauches - présente le socialiste Salvador Allende comme candidat unique et prône d'importantes réformes, « une révolution par voies légales », telles que l'expropriation des grands propriétaires terriens et des nationalisations d'entreprises. Se présentent également Radomiro Tomic pour la démocratie-chrétienne et l'ancien président de la république de 1958 à 1964, Jorge Alessandri, soutenu par le parti national (conservateur).

Les résultats sont serrés : 36,3% pour Allende, 34,9% pour Alessandri et 27,9% pour Tomic. Puisqu'il n'y a pas de majorité absolue, et comme le veut la constitution, c'est au Congrès qu'il revient de choisir celui qui sera élu à la présidence. Sous l'impulsion des démocrates-chrétiens, le parlement adopte alors plusieurs amendements constitutionnels visant à limiter les pouvoirs du futur gouvernement et, avec le vote des démocrates-chrétiens, élit Allende président de la République par 153 voix contre 35 voix à Alessandri.

Le nouveau président est investi dans ses fonctions le 4 novembre 1970 et met rapidement en place le programme de l'Unité populaire.

Crise économique

Des difficultés d'approvisionnement, l'inflation galopante (508% en 1973 contre 35% en 1970[2]) et les grèves placent le Chili dans une situation difficile. La forte augmentation des salaires (salaire minimum relevé de 35%) provoque d'abord une hausse de la consommation bénéficiant à la production industrielle, mais ensuite relance l'inflation à partir de 1972 (alors qu'en 1971, la hausse du coût de la vie n'avait été que de 20%, soit la moitié de l’augmentation des années précédentes). Selon Raymond Aron : « Les classes atteintes par les réformes, les catégories sociales traumatisées par la menace des nationalisations se révoltent »[3], notamment les grands propriétaires dont les possessions doivent être nationalisées sans contrepartie sérieuse. Le 11 juillet 1971, la loi de nationalisation des mines de cuivre (qui représente 80% des exportations du pays) est adoptée à l'unanimité par le parlement.

En août 1972, 150 000 commerçants manifestent dans les rues de la capitale chilienne pour protester contre l’inflation, et le 10 octobre, la confédération chilienne des transports paralyse le pays pour protester contre la nationalisation annoncée par le gouvernement de leur secteur d’activité.

L'opposition institutionnelle à Allende

Entre novembre 1970 et septembre 1973, le président Allende forme six gouvernements, notamment à cause de la démission de ministres ou suite à leur destitution par le parlement. Le 22 août 1973, les élus du parti démocrate-chrétien (centre) et ceux du parti national (droite) de la chambre des députés estiment qu'ils ne disposent pas en l'état des moyens constitutionnels pour destituer le président Allende et votent par 81 voix contre 47 une résolution demandant aux institutions civiles (dont le président Allende) et militaires de mettre fin à ce qu'ils appellent des violations de la Constitution et de restaurer le droit et l'ordre constitutionnel[4]. Auparavant, le 26 mai 1973, la Cour suprême avait déclaré inconstitutionnelles et illégales de nombreuses dispositions prises par le gouvernement. Le 2 juillet 1973, le contrôleur général des comptes dresse le même constat.

Les prémices du putsch

Lors des législatives de 1973, l'Unité Populaire fait campagne sur un programme de transformation révolutionnaire de l'économie et de la société chilienne alors que l'opposition, rassemblée dans la CODE, a pour seul programme la destitution du président Salvador Allende et l'organisation d'une nouvelle élection présidentielle. L'unité populaire obtient 44,09% des suffrages[5], ce qui la dote de 8 députés supplémentaires, contre 54,78% à l'opposition. Celle-ci rate son objectif de faire destituer légalement le président Allende en n'atteignant pas les 60% des voix qui lui auraient permis constitutionnellement de renverser le président chilien. Les partisans d'Allende voient une approbation de la politique gouvernementale dans la progression de la gauche lors de ces élections (la première fois dans l'histoire chilienne que les partis au pouvoir voyaient leurs résultats électoraux progresser lors d'une élection à mi-mandat[6]).

Après avoir sauvé le gouvernement d'un premier putsch en juin 1973 (un régiment de chars s'en était pris au palais présidentiel, la Moneda), le général Carlos Prats doit démissionner suite à de nouvelles grèves dans les professions libérales et chez les camionneurs. Il est remplacé par Augusto Pinochet.

Le 9 août 1973, Allende s’ouvre en direction de l'armée, qu'il fait entrer davantage au gouvernement en nommant le général César Ruitz aux Travaux publics (le ministère concerné par les transporteurs privés), et l’amiral Raoul Montero aux Finances. Ils démissionneront dans les jours qui suivent.

Pour débloquer la situation, le président Allende envisageait pour le 12 septembre un discours aux Chiliens annonçant la tenue d’un référendum sur une nouvelle organisation économique du pays.

L'hostilité des États-Unis

L'élection d'Allende en 1970 prend le gouvernement des États-Unis par surprise, les services diplomatique prévoyaient en effet une victoire d'Alessandri, conformément aux analyses de nombreux spécialistes. En conséquence de cette fausse estimation, les États-Unis n'avaient engagé des fonds que dans une mesure beaucoup plus faible qu'en 1964. Les États-Unis s'étaient refusés à soutenir Alessandri, se contentant de quelques campagnes contre Allende et non en faveur du candidat conservateur. Quand le gouvernement prend la mesure du problème, il est trop tard. Le président Richard Nixon est « hors de lui » et décidé à agir[7]. D’après une note interne de la CIA : « Le président [Nixon] a demandé à l’agence [la CIA] d’empêcher Allende d’accéder au pouvoir ou de le destituer et a débloqué à cette fin un budget allant jusqu’à 10 millions de dollars. »[8].

L'administration Nixon est fondamentalement hostile à Allende dès son élection. Cette hostilité ressort notamment du memorandum[9] transmis à Nixon le 5 novembre 1970 par Henry Kissinger, alors Conseiller à la sécurité national. Peter Kornbluh, chercheur au National Security Archive[10], qui a participé à une campagne pour la déclassification des archives de la CIA, déclare à Libération : « si les États-Unis n'ont pas directement participé au complot du 11 septembre 1973, ils ont tout fait pour préparer le coup d'État contre Allende ».[11] Deux documents déclassifiés de la CIA montrent qu'en 1970, le président Nixon souhaitait que Allende soit renversé, en étranglant l'économie et en déclenchant un coup d'État[12]. Henry Kissinger explique la virulence de Nixon par sa fureur d'avoir été tenu à l'écart et n'avoir pas eu l'occasion de prendre la moindre décision pour prévenir la victoire du candidat marxiste. L'attitude officielle retenue est cependant « froide mais correcte », afin d'éviter une confrontation qui renforcerait Allende[13].

Le gouvernement des États-Unis est hostile à l'expropriation de grandes compagnies américaines du cuivre[14] et à ce qu’il considère être l'instauration d'un deuxième régime marxiste dans sa zone d'influence. Les États-Unis diminuent l'attribution de crédits mais poursuivent les programmes en cours dont celui de l'armée chilienne (interrompu pendant l'élection) et offre par ailleurs des stages aux officiers chiliens.

Selon une retranscription d'écoutes publiée par le National Security Archive, Henry Kissinger, devenu secrétaire d'État américain, dit au président Nixon, le 16 septembre 1973, en parlant du coup d’Etat : « Du temps d'Eisenhower, nous aurions été des héros. », puis : « Nous les avons aidés à créer les conditions au mieux »[15].

L'instabilité encouragée

Dès mars 1970, la commission 40 du Conseil national de sécurité américain avait mis en place un vaste programme en faveur de Frei, président en exercice et adversaire d’Allende. Selon William Colby, directeur de la CIA de 1973 à 1976, la CIA aurait eu pour mission de déstabiliser le régime chilien afin « d'alimenter un climat propice au coup d'État »[16], affirmant que sept millions de dollars avaient été dépensés par la centrale dans ce but. Le mouvement de la grève des camionneurs qui paralyse le pays en octobre 1972 était soutenu financièrement par la centrale de renseignement américaine. Réagissant aux nationalisations effectuées par le gouvernement d'Allende, plusieurs firmes américaines dont ITT apportent leur concours à cette stratégie[17].

Entre la date de l'élection présidentielle et l'intronisation d'Allende, les États-Unis cherchent dans la précipitation un moyen d’empêcher l'accession au pouvoir de celui-ci. Attribuant la victoire d'Allende à la division du centre-droit, elle-même due à l'impossibilité constitutionnelle pour Frei de se représenter immédiatement, les États-Unis réfléchissent à différentes manœuvres à travers une approche officielle (Track one) et une approche officieuse (Track two) qui court-circuite le ministère des affaires étrangères auquel Nixon ne fait plus confiance. Ils cherchent dans un premier temps à faire désigner Alessandri par le Parlement, qui démissionnerait immédiatement pour que se déroulent de nouvelles élections auxquelles Frei pourrait cette fois participer, une présidence intermédiaire s'étant écoulée. La sédition au sein de l'armée chilienne est également encouragée. Le 22 octobre 1970, le chef d'état-major chilien René Schneider, susceptible de s'opposer à un coup d'État, est tué lors d'une tentative d'enlèvement ratée par des éléments séditieux menés par le général Roberto Viaux, en coordination avec le mouvement d’extrême droite Patrie et Liberté. Kissinger rapporte que cette action, vouée à l'échec, avait pourtant été décommandée et n'avait pas bénéficié d'appui américain. Un autre groupe, constitué d'amateurs, avait agi quelques jours auparavant avec l'accord de la CIA mais sans que la Maison blanche soit avertie : il échoue au point de n'être jamais en mesure de passer à l'action[18].

En ce qui concerne le coup d'État proprement dit du 11 septembre 1973, il n'existe aucun élément permettant d'affirmer que les États-Unis y ont directement participé. Si l'administration Nixon fut enchantée du coup de 1973, le rapport de la Commission Church, en 1976, a conclu que les États-Unis n'avaient pas eu de rôle direct dans l'événement.

En février 2003 Colin Powell, secrétaire d'État des États-Unis, a déclaré : « Je ne suis pas très fier de ce que nous avons fait au Chili dans les années 1970 et de notre rôle dans ce qui s'est passé avec M. Allende. Cette époque ne fait pas partie de l'histoire étatsunienne dont nous pouvons nous vanter. »[19]

Le coup d'État

Septembre 1973

Le passage à l'acte est prévu le 9 septembre par les chefs de l'armée de terre et de mer pour le 11 septembre 1973.

En septembre 1973, comme chaque année, l'US Navy et la marine chilienne organisent des manœuvres communes. Les troupes d'infanteries de marine passent ainsi la journée du 10 septembre 1973 avec quatre navires de la Navy au large de Valparaiso ce qui leur fournit un alibi afin de ne pas attirer l'attention sur les préparatifs du putsch.

De retour à Valparaiso, les troupes d’infanterie de marine coupent les communications. L'amiral loyaliste Monteiro est placé en état d'arrestation. À 3h du matin, le 11 septembre, Valparaiso est aux mains des putschistes sans coup férir.

À 6h du matin, l'opération militaire s'étend à tout le pays et se réalise sans résistance, à l'exception de Santiago.

Le 11 septembre 1973, à 9 h du matin, la Moneda (siège de la présidence chilienne) est assiégée par l'armée de terre sous le commandement du général Pinochet. Salvador Allende est retranché, depuis 7 heures du matin, dans le palais présidentiel, avec 42 de ses gardes fortement armés. Le vice-amiral Patricio Carjaval lui propose alors par téléphone un sauf-conduit pour quitter le Chili sain et sauf avec sa famille. Mais il refuse, arguant que « le président de la République élu par le peuple ne se rend pas »[20], et convaincu qu’il s’agit d’un piège[21]. Il fait néanmoins évacuer sa famille et le personnel.

Peu avant midi, deux chasseurs de l’armée bombardent la Moneda à coups de roquettes. Les chars suivent peu après. À 14h, le palais est envahi mais Salvador Allende est déjà mort. Il s’est suicidé à l'aide d'une arme automatique.

La junte militaire est dirigée par un conseil de quatre officiers :

À sa prise de pouvoir, Pinochet fait en sorte d'être seul à la tête du conseil. Il s'attache aussitôt à consolider son pouvoir.

Destruction de la littérature de gauche par les soldats de l'armée chilienne

Le 13 septembre, la junte dissout le congrès, suspend la constitution et interdit les partis politiques, y compris ceux qui ont acclamé le coup d'État deux jours plus tôt. Les libertés publiques sont supprimées, l’Etat d’urgence proclamée et le couvre-feu instauré. La liberté de la presse est abolie. La répression est particulièrement violente : « Pendant des jours, on voyait des cadavres joncher les bords des routes ou flotter sur le fleuve Mapocho qui traverse Santiago. » [22]. Pour la junte, il s'agit d'une « guerre intérieure »[23].

Le stade national est temporairement transformé en une immense prison ; 130 000 personnes sont arrêtées en trois ans, dont des dizaines de milliers dans les premiers mois. Les exécutions qui suivent le coup d'État sont alors très nombreuses. Une note interne à la junte militaire établit à 320 le nombre des exécutions ayant eu lieu dans la période du 11 au 30 septembre. Le département américain lui-même intervient pour demander que les exactions cessent mais celles-ci se poursuivent durant la fin de l'année 1973, puis pendant toute la durée de la dictature.

En faisant du général Pinochet le chef suprême de la nation en 1974, la junte n'envisage pas de rendre à brève échéance le pouvoir aux civils, et ne souhaite pas rétablir la constitution de 1925.

Le Congrès dissout, les syndicats interdits, la presse censurée, l'armée concentre dorénavant tous les pouvoirs. Gouvernant à l'aide de décrets, le régime se constitutionnalise en 1980 et reste autoritaire avec un président qui nomme les ministres, contrôle l'appareil judiciaire et commande les armées.

Après le coup d'État

Régime militaire d'Augusto Pinochet

Rapports sur le régime Pinochet

Selon le rapport Rettig de 1991, la dictature aurait fait 2 279 morts et disparus dont 641 morts « dans des conditions non élucidées » et 957 « détenus disparus. Cette estimation aurait été portée à 3 197.

Près de 150 000 personnes ont été emprisonnées pour des motifs politiques, et dix-neuf l'étaient encore à la fin de 1993. Selon un rapport remis au président Ricardo Lagos dans les années 2000, près de 27.255 personnes ont été torturées.

Il y a eu des centaines de milliers d’exilés politiques[24].

Cités par une dépêche de l'AFP le 11 décembre 2006, voici le profil des victimes dressé par les rapports de deux commissions officielles, celle de la Vérité et Réconciliation (1991) et celle sur la prison politique et la torture (2004), également connus sous le nom des présidents des commissions, respectivement Raul Rettig et Mgr Sergio Valech :

  • Total des morts et disparus de la dictature militaire : 2.279
  • 94,5% étaient des hommes (2.153) (rapport Rettig)
  • 97,76% étaient Chiliens (2.228) (rapport Rettig)
  • 17,8% (405) appartenaient au Parti socialiste, 16,9% (384) au Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR, extrême gauche) et 15,5% (353) au Parti communiste. Quelque 46% d'entre eux n'avaient pas de passé militant connu (rapport Valech)
  • Sur 33.221 personnes arrêtées entre 1973 et 1990, 27.255 ont été reconnues comme victimes de prison politique et de torture par la Commission sur la prison politique et la torture (rapport Valech).
  • 68,7% d'entre elles (22 824) ont été arrêtées en 1973
  • 87,5% (23 856) étaient des hommes
  • 44,2% (12 060) avaient entre 21 et 30 ans et 25,4% (6.913) entre 31 et 40 ans

Le Chili aujourd'hui

Depuis 1990, le Chili est redevenu une démocratie. Mais les Chiliens restent divisés dans leur rapport au coup d'État et au général Pinochet[25].

Cependant, des personnes accusées de crimes restent libres et des corps de disparus enlevés par les « caravanes de la Mort » n'ont pas encore été retrouvés. Ainsi, des femmes de disparus se sont regroupées, demandent justice et réclament du gouvernement des enquêtes approfondies.

Bien qu’inculpé de « génocide, terrorisme et tortures »[26], Augusto Pinochet est mort en décembre 2006 à l'âge de 91 ans, sans jamais avoir été jugé pour les exactions commises sous son régime. Il reste l'une des personnalités les plus controversées du Chili. Si la politique économique qu'il a engagée serait, selon un sondage, saluée par la majorité de la population chilienne[27], les violations des droits de l'homme pendant les 17 années de son règne ont fait de lui un symbole des dictatures d'Amérique du Sud, bien que son régime ne fut sur ce continent ni le plus long (Paraguay, Brésil, Cuba), ni le plus répressif (Argentine).

Notes et références

  1. How 'weak' Allende was left out in the cold by the KGB, The Times, 19 septembre 2005. Extrait des Mitrokhin Archive', Volume II: the KGB and the World par l'historien Christopher Andrew et l'ex-agent du KGB, Vasili Mitrokhin
  2. "Chili", sur MEMO - Le site de l'Histoire
  3. Raymond Aron, in Mémoires, p. 832.
  4. Texte complet de la résolution de la Chambre des Députés du 22 août 1973, sur Wikisource.
  5. Soit 43,85% pour l'UP et 0,24% pour l'Unión Socialista Popular.
  6. The Chicago Boys in Chile: Economic Freedom's Awfull Toll, article de Orlando Letelier, The Nation, 28 août 1976.
  7. Henry Kissinger, À la Maison blanche 1968-1973, Fayard, p. 694 et 695
  8. John Dinges, Les Années Condor, comment Pinochet et ses alliés ont propagé le terrorisme sur trois continents, La Découverte, 2005, p. 32.
  9. Memorandum du 5 novembre 1970
  10. Institution de recherche dépendant de l'Université George Washington à Washington DC.
  11. [1]
  12. Le Monde, "Quand Nixon voulait étrangler le Chili" 11.12.1998. Voir aussi Le Monde, "Des archives confirment le rôle de la CIA dans le renversement de Salvador Allende" 16.11.2000.
  13. Henry Kissinger, À la Maison blanche 1968-1973, Fayard, p703
  14. Memorandum of Conversation with Anaconda Copper Executives, 17 August 1971
  15. National Security Archive The Kissinger Telcons , retranscription complète de cette écoute
  16. William Colby, 30 ans de CIA, 1978
  17. Peter Kornbluh, The Pinochet file
  18. Henry Kissinger, À la Maison blanche 1968-1973, Fayard, p700
  19. Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal, Pinochet : Un dictateur modèle, Hachette, 2003, p. 223.
  20. Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal, "Pinochet : Un dictateur modèle", Hachette, 2003, p. 25.
  21. Pinochet veut en effet tendre un piège à Allende pour le tuer : « Nous maintenons l’offre de lui faire quitter le pays… mais l’avion tombera en plein vol ! » (Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal, Pinochet : Un dictateur modèle, Hachette, 2003, p. 25.)
  22. John Dinges, Les Années Condor, comment Pinochet et ses alliés ont propagé le terrorisme sur trois continents, La Découverte, 2005, p. 57.
  23. Marie-Noëlle Sarget, Histoire du Chili, L'Harmattan, 1996, p. 235.
  24. Fanny Jedlicki, Les exilés chiliens et l’affaire Pinochet. Retour et transmission de la mémoire, in Cahiers de l'Urmis, N°7, juin 2001, article en ligne
  25. Article du Monde du 13 décembre 2006 intitulé La disparition du général Augusto Pinochet ravive les divisions entre les Chiliens.
  26. Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal, Pinochet : Un dictateur modèle, Hachette, 2003, p. 185.
  27. Sondage réalisé du 14 au 15 décembre 2006 et paru dans le journal la Tercera selon lequel 63% des chiliens considéraient que les gouvernements du Général Pinochet étaient les initiateurs du développement économique actuel du Pays. Selon le même sondage, 33% le considérait comme le principal responsable des violations des droits de l'homme durant le régime militaire, 36% le considérait comme en partie responsable, 28% le considérait comme vaguement impliqué et 3% le considérait comme totalement innocent.

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Eduardo Castillo, Chili, 11 septembre 1973, la démocratie assassinée, Serpent à plumes, 2003.
  • Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal, Pinochet : Un dictateur modèle, Hachette, 2003.
  • Hector Pavon, 11 septembre... 1973, Félin, 2003.

Documentaires

  • La Bataille du Chili, documentaire de Patricio Guzmán en trois parties, 1975-1979.
  • Salvador Allende, documentaire de Patricio Guzmán, 2004.
  • Héros fragiles, documentaire d'Emilio Pacull (beau-fils de Augusto Olivares, directeur de la télévision nationale lors du coup de 1973), 2007
  • Coup d'État à Santiago - Les derniers jours de Salvador Allende, film documentaire de TRABITZSCH Michael

Liens externes

  • Portail du Chili Portail du Chili
Ce document provient de « Coup d%27%C3%89tat du 11 septembre 1973 au Chili ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Coup d'Etat du 11 septembre 1973 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Coup d'État du 11 septembre 1973 — au Chili Le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili a été un évènement historique marquant à la fois de l histoire du Chili et de la Guerre froide. Le 11 septembre 1973, le gouvernement du président démocratiquement élu Salvador Allende… …   Wikipédia en Français

  • Coup d’État du 11 septembre 1973 — Coup d État du 11 septembre 1973 au Chili Le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili a été un évènement historique marquant à la fois de l histoire du Chili et de la Guerre froide. Le 11 septembre 1973, le gouvernement du président… …   Wikipédia en Français

  • Coup D'État Du 11 Septembre 1973 Au Chili — Le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili a été un évènement historique marquant à la fois de l histoire du Chili et de la Guerre froide. Le 11 septembre 1973, le gouvernement du président démocratiquement élu Salvador Allende (socialiste)… …   Wikipédia en Français

  • Coup d'Etat du 11 septembre 1973 au Chili — Coup d État du 11 septembre 1973 au Chili Le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili a été un évènement historique marquant à la fois de l histoire du Chili et de la Guerre froide. Le 11 septembre 1973, le gouvernement du président… …   Wikipédia en Français

  • Coup d'état du 11 septembre 1973 au chili — Le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili a été un évènement historique marquant à la fois de l histoire du Chili et de la Guerre froide. Le 11 septembre 1973, le gouvernement du président démocratiquement élu Salvador Allende (socialiste)… …   Wikipédia en Français

  • Coup d'État du 11 septembre 1973 au Chili — Le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili a été un évènement historique marquant de l histoire du Chili. Le mardi 11 septembre 1973, le gouvernement du président démocratiquement élu Salvador Allende (socialiste) était renversé par un coup d… …   Wikipédia en Français

  • Coup d'état au Chili de 1973 — Coup d État du 11 septembre 1973 au Chili Le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili a été un évènement historique marquant à la fois de l histoire du Chili et de la Guerre froide. Le 11 septembre 1973, le gouvernement du président… …   Wikipédia en Français

  • Coup d'État du 12 septembre 1980 en Turquie — Histoire de la Turquie Turquie pré ottomane Époque hellénistique : Asie mineure • Thrace …   Wikipédia en Français

  • Coup d'État du 30 septembre 1965 en Indonésie — Mouvement du 30 septembre 1965 en Indonésie Cet article fait partie de la série Histoire de l Indonésie Voir aussi : Chronologie de l histoire indonésienne Préhistoire …   Wikipédia en Français

  • Coup d'Etat de 1973 au Chili — Coup d État du 11 septembre 1973 au Chili Le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili a été un évènement historique marquant à la fois de l histoire du Chili et de la Guerre froide. Le 11 septembre 1973, le gouvernement du président… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.