Clostridium perfringens

Clostridium perfringens

Clostridium perfringens

Comment lire une taxobox
Clostridium perfringens
 Un groupe de bactéries Clostridium perfringens
Un groupe de bactéries Clostridium perfringens
Classification classique
Règne Bacteria
Division Firmicutes
Classe Clostridia
Ordre Clostridiales
Famille Clostridiaceae
Genre Clostridium
Nom binominal
Clostridium perfringens
Veillon & Zuber, 1898
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Clostridium perfringens (anciennement appelé Clostridium welchii) est un bacille Gram positif. La bactérie est immobile, sporulée et anaérobie. Cette bactérie va produire des nécrotoxines, provoquant ainsi l'entérite nécrosante. La toxine majeure la plus fréquente est la toxine alpha, essentiellement produite par Clostridium perfringens type A. Cette toxine est impliquée dans de très nombreux cas de gangrène chez l'homme et les animaux. Seule ou en association avec d'autres toxines, elle cause également des mortalités brutales chez les porcs et les ruminants.

Sommaire

Rôles pathogènes

Plusieurs espèces de clostridies telluriques et fécales peuvent lorsqu'elles sont introduites dans des tissus où elles trouvent les conditions d'anaérobiose nécessaires à leur développement, déclencher la gangrène gazeuse. C'est un processus d'infection locale intense, accompagné de phénomènes généraux graves dus aux toxines résorbées.

Il s'agit généralement de plaies profondes, atteignant les plans musculaires et comportant des tissus dévitalisés. Expérimentalement, il faut mille fois moins de clostridies pour déclencher l'infection dans des tissus dévitalisés que dans des tissus normalement irrigués et un million de fois moins s'il y a en outre des corps étrangers.

Une fois déclenché, le processus infectieux entraîne rapidement un cercle vicieux : les toxines nécrosantes augmentent la quantité de tissus dévitallisés (myonécrose) ; les hyaluronidases et collagénases favorisent la propagation des germes dans les tissus ; le dégagement de gaz, en comprimant les vaisseaux sanguins, augmente l'anoxie et l'anaérobiose et supprime l'apport par voie sanguine des substances de défense et antibiotiques, ce qui peut entraîner la nécessité d'amputations importantes.

La gangrène gazeuse peut être produite par différents germes, souvent associés. Les plus importants sont :

  • Cl. perfringens (= Cl. welchii) présent dans 95 % des cas.
  • Cl. oedematiens (= Cl. novyi) présent dans 10 % des cas.
  • Cl. septicum (= vibrion septique de Pasteur) présent dans 5 % des cas.
  • Cl. histolyticum : peu pathogène à lui seul mais, lorsqu'il est associé à l'un des précédents, il ajoute un élément de gravité par ses fortes propriétés protéolytiques.
  • Cl. sporogenes : peu pathogène, il concourt à l'odeur nauséabonde de ces infections.

Le clostridium pubiserfringens peut en outre être responsable des affections suivantes :

  • appendicites gangréneuses ou entérites nécrotiques (surtout type F)
  • septicémies survenant surtout comme complications de manoeuvres abortives (Cl. perfringens peut être présent dans la flore vaginale de 5 à 20 % des femmes) ou de cancer intestinal. L'hémolysine (lécithinase) du Cl. perfringens est une des seules hémolysines microbiennes à agir in vivo. L'hémoglobine libérée provoque un ictère bronzé (ictère + cyanose) et un blocage rénal menant à l'anurie
  • toxi-infection alimentaire due à des souches de type A dont les spores sont plus thermorésistantes (pour la majorité des souches, les spores sont vite tuées à 100 °C). Les toxi-infections alimentaires sont généralement bénignes et caractérisées par des douleurs intestinales et diarrhées après une incubation de 6 à 24 h.

Propriétés bactériologiques

Morphologie

Cl. perfringens se distingue des autres par son immobilité, la présence d'une capsule (peu visible dans les cultures), la très grande rareté de ses spores et un plus grand volume (plus ou moins 5 microns sur 1 micron).

Culture

Les colonies sont rondes de plus ou moins 1 mm, fortement hémolytiques sur gélose au sang, lisses pour Cl. perfringens et souvent irrégulières pour les autres. En gélose profonde, il y a une production de gaz abondante. Les espèces se distinguent entre elles par la détermination des sucres fermentés, la production d'H2S, la coagulation spongieuse du lait et surtout par les toxines produites.

Toxines

Cl. perfringens secrète une douzaine d'enzymes et toxines, dont la principale est la toxine alpha caractéristique du type A (le plus fréquent et le plus important en médecine humaine).

Cette toxine alpha est une lécithinase qui exerce les effets suivants :

– hémolyse, aussi bien in vitro qu’in vivo ;
– nécrose tissulaire ;
– action létale par inoculation au cobaye ou à la souris ;
– précipité autour des colonies productrices lorsqu'on les cultive sur une gélose additionnée de jaune d'œuf.

Les autres clostridies pathogènes sécrètent aussi diverses toxines antigéniquement distinctes (lécithinases moins actives que celle du Cl. perfringens, toxines nécrosantes, etc.).

Méthodes de diagnostic

Examen microscopique

La présence de bacilles Gram positif, assez gros avec capsule (Cl. perfringens) ou fins avec spores subterminales (autres clostridies) dans un pus d'odeur fétide, permet un diagnostic présomptif.

B. Culture

Si l'examen direct a révélé une flore associée, on peut en chauffant à 70 °C éliminer les germes non sporulants. On peut aussi rendre les milieux sélectifs en ajoutant de la néomycine ou de la kanamycine à 100 gamma/ml, antibiotiques qui n'inhibent pas les clostridies. Les milieux les plus utilisés sont le milieu de Rosenow, la gélose profonde au thioglycolate, les géloses au jaune d'œuf ou au sang en jarre pour anaérobiose.

Prophylaxie et traitement

La toilette chirurgicale des plaies et l'administration d'antibiotiques (pénicillines, tétracyclines et sulfamidés) avant que ne s'installe le cercle vicieux décrit plus haut (rôles pathogènes) constituent les principales méthodes prophylactiques. Ces mêmes méthodes seront encore employées, quoique moins efficacement, dans le traitement des cas déclarés. On pourra y adjoindre des séjours en oxygène hyperbare dans des caissons étanches.

Transmission

Ces bactéries peuvent être présentes dans des aliments contaminés : viandes en sauce (bœuf bourguignon, bœuf en daube, langue...). Comme expliqué dans un cours illustré sur les toxi-infections alimentaires, la cuisson thermoactive la spore (la réveille) et crée une anaérobiose légère (chasse l'air). Lors du refroidissement, s'il est lent, la spore germe et se multiplie extrêmement vite dans la viande cuite. Croissance entre 10 et 52°C. (optimum 43°C: T=13 min.) Une ingestion massive de bactéries avec leur toxine est nécessaire à la TIAC (106/g), il s'agit donc d'une toxi-infection typique. Après ingestion, le passage de l'acide de l'estomac au pH neutre du grêle déclenche la sporulation et la libération d'entérotoxine, qui provoque la diarrhée. Cette diarrhée, douloureuse et très forte (« en chasse d'eau »), est peu dangereuse. Elle commence environ 12h après le repas contaminé (8-16h) et guérit aussi en 12h environ : 24h après le repas, tout est fini.

Cette bactérie peut être transmise par contact de la terre au niveau d'une plaie profonde et ainsi se développer pour entraîner une gangrène gazeuse

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la médecine Portail de la médecine
  • Portail de la microbiologie Portail de la microbiologie
Ce document provient de « Clostridium perfringens ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Clostridium perfringens de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Clostridium perfringens — ? Clostridium perfringens …   Википедия

  • Clostridium perfringens — Photomicrograph of gram positive Clostridium perfringens bacilli. Scientific classification Kingdom …   Wikipedia

  • Clostridium Perfringens — Clostridium perfringens …   Wikipédia en Français

  • Clostridium perfringens — clostridium clostridium n. {clostridia} 1. spindle shaped bacterial cell esp. one swollen at the center by an endospore. Syn: clostridia. [WordNet 1.5] 2. [capitalized] a genus of anaerobic, spore forming motile bacteria of the family… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Clostridium perfringens — Especie de bacterias anaerobias grampositivas capaces de provocar gangrena gaseosa en los seres humanos y diversas enfermedades de las vías digestivas y urinarias en el ganado. Las esporas ovales de las bacterias se encuentran en el suelo y en… …   Diccionario médico

  • Clostridium perfringens — es una bacteria anaeróbica que se encuentra en los intestinos de los seres humanos y de varios animales, en el suelo, en el agua, en los alimentos (sobre todo en las carnes que no están bien cocinadas), entre otros. Las enfermedades causadas… …   Enciclopedia Universal

  • Clostridium perfringens — C. perfringens Clostridium perfringens Systematik Abteilung: Firmicutes Klasse: Clos …   Deutsch Wikipedia

  • Clostridium perfringens — La fotomicrografía muestra Clostridium perfringens teñidos con la tinción de Gram. Clostridium perfringens es una bacteria anaérobica Gram positiva, inmóvil y formadora de esporas que se encuentra en los intestinos de los seres humanos y de… …   Wikipedia Español

  • Clostridium perfringens — Clostridium perfringens …   Wikipédia en Français

  • Clostridium perfringens — A type of bacteria that is the most common agent of gas gangrene and can also cause food poisoning as well as a fulminant form of bowel disease called necrotizing colitis. Clostridium perfringens is the same as Clostridium welchii. * * * the most …   Medical dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.