Bugey

Bugey
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bugey (AOC)

45° 55′ 00″ N 5° 37′ 00″ E / 45.9167, 5.61667

Bugey
Image illustrative de l'article Bugey
Le Grand Colombier, 1 538 m, point culminant du Bugey.

Subdivision administrative Rhône-Alpes
Subdivision administrative Ain
Villes principales Haut-Bugey :
Bellegarde-sur-Valserine
Nantua
Oyonnax

Bas-Bugey :
Ambérieu-en-Bugey
Belley
Lagnieu
Superficie approximative 2 231 km²
Communes 171
Population totale 175 341 hab. (2008[1])
Régions naturelles voisines Dombes
Bresse
Pays de Gex
Côtière
Régions et espaces
connexes
Arrondissement de Belley et Arrondissement de Nantua

Image illustrative de l'article Bugey
En rose : le territoire approximatif du Haut-Bugey.
En violet : le territoire approximatif du Bas-Bugey.

Le Bugey est une région historique située principalement dans l'Ain, entre Lyon et Genève.

Ses habitants sont les Bugistes ou les Bugeysiens (nom tombé en désuétude et utilisé par les sociétés savantes).

Le Bugey composé du Haut-Bugey et du Bas-Bugey, compose lui-même, avec notamment la Bresse, la Dombes et le Pays de Gex, le département de l'Ain.


Géographie de la région

Articles connexes : Haut-Bugey et Bas-Bugey.

Frontières extérieures du Bugey

Elle est délimitée par le coude du Rhône de l'est au sud ; à l'ouest, la rivière d'Ain marque la bordure occidentale. Les confins de la partie nord sont sujets à controverse. Le baron Achille Raverat, dans son ouvrage[2] publié en 1867 et traitant des vallées du Bugey, définit la limite nord à la Valserine ; l'usage généralement accepté est d'incorporer les communes du département de l'Ain au Bugey.

Certains distinguent la petite région du Revermont mais, étant située à l'ouest de la rivière l'Ain, elle ne fait pas partie du Bugey. La frontière entre Ain et Jura est donc celle du Bugey.

Géologie

D'un point de vue géomorphologique, le Bugey est composé d'un relief montagneux, partiellement karstifié, qui est la prolongation méridionale du Jura. La datation des roches calcaires du Bugey se situe entre le jurassique pour les anticlinaux et le crétacé pour les synclinaux. Les plissements sont bien visibles selon les affleurements et les falaises. Certains sont assez remarquables lorsque l'on remonte la vallée de l'Albarine, au niveau de Saint-Rambert-en-Bugey. Ce massif continue au-delà du Rhône, en Savoie, et constitue le « Petit Bugey » qui est désormais connu comme Avant-Pays savoyard.

Le point culminant du Bugey est le Grand Colombier 1 538 m. C'est aussi l'un des plus hauts sommets du massif du Jura.

Climatologie

Article connexe : Climat de l'Ain.

Le Bugey connait des étés chauds propres à un climat semi-continental[3], propices à la culture de certains cépages, mais avec des précipitations importantes. Les hivers sont marqués par l'influence montagnarde, un peu adoucis par les dernières influences océaniques venant buter sur les montagnes, apportant des précipitations importantes au pied des reliefs.

Climatologie du Haut-Bugey

Voici un aperçu du climat d'Oyonnax, pour l'année 2007 :

Mois Jan. Févr Mars Avr. Mai Juin Jui. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
Températures maximales moyennes (°C) 3 6 9 13 18 22 24 24 21 14 8 4
Températures minimales moyennes (°C) -2 -1 1 3 7 11 12 11 9 6 2 -1
Températures moyennes (°C) 1 2 5 9 13 17 19 18 15 10 5 2
Précipitations (hauteur moyenne en mm) 74 74 74 61 71 84 66 79 79 74 89 81
Source : Météo France et Météo123[4]

Climatologie du Bas-Bugey

La station météo d'Ambérieu-en-Bugey (alt. 250 mètres) se trouve dans le Bas-Bugey. Ses valeurs climatiques de 1961 à 1990 sont :

Relevés à Ambérieu 1961-1990
mois jan. fév. mar. avr. mai jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -1,7 -0,3 1,4 4,2 8,3 11,2 13,4 12,9 10,5 7,1 2,3 -0,8 5,7
Température moyenne (°C) 1,8 3,7 6,4 9,6 13,8 17,1 19,8 19,1 16,3 11,8 6,1 2,5 10,7
Température maximale moyenne (°C) 5,3 7,8 11,4 15,1 19,3 23,1 26,2 25,3 22,0 16,4 9,9 5,7 15,6
Précipitations (mm) 93,8 86,9 100,8 93,9 111,5 98,2 66,5 91,6 98,1 102,7 107 102,1 1 153
Source : www.infoclimat.fr : Ambérieu (1961-1990)[5]


Héraldique

Blason Blasonnement
De gueules au lion d'hermine.

Divisions administratives du Bugey

Le Bugey fait partie du département de l'Ain. Sa division correspond peu ou prou à un des types de division administrative du département, l'Arrondissement. En effet, le territoire du Haut-Bugey s'apparente fortement à celui de l'Arrondissement de Nantua ; le territoire du Bas-Bugey à celui de l'Arrondissement de Belley.

Arrondissement de Nantua

L'Arrondissement de Nantua correspond approximativement au Haut-Bugey et regroupe 7 cantons pour 64 communes, pour une population totale d'environ 84 461 habitants[1] en 2008.

Les villes les plus importantes sont : Oyonnax, Bellegarde-sur-Valserine, Hauteville-Lompnès et Nantua.

Arrondissement de Belley

L'Arrondissement de Belley correspond approximativement au Bas-Bugey et regroupe 9 cantons pour 107 communes, pour une population totale d'environ 90 880 habitants[1] en 2008.

Les villes les plus importantes sont : Ambérieu-en-Bugey, Belley et Lagnieu.

Démographie

Articles détaillés : Démographie du Haut-Bugey et Démographie du Bas-Bugey.
Évolution démographique du Bugey depuis 1962
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999
Population 114 658 123 963 131 940 139 703 151 163 160 758
Années 2006 2007 2008 - - -
Population 172 904 174 199 175 341 - - -
Notes, sources, ... De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; à partir de 2006 : population municipale légale.
Source : Insee.


Le cas spécifique du Valromey

Le Valromey, depuis le col du Grand Colombier.
Vue du plateau de Retord.
Article détaillé : Valromey.

Une des principales transitions géographiques entre Haut-Bugey et Bas-Bugey se réalise dans la vallée du Valromey, vallée drainée par le Séran. Le Valromey s'ouvre au sud, à Artemare ; au nord, il se poursuit par le plateau de Retord.

Cette région historique était à l'origine autonome et distincte du Bugey ; d'ailleurs le Bugey et le Valromey ont tous deux été explicitement adjoints à la France suite au traité de Lyon, du 17 janvier 1601.

Aujourd'hui, assimilé au Bugey, le Valromey n'en garde pas moins une certaine spécificité, de par sa double polarisation, à la fois vers le Haut-Bugey et vers le Bas-Bugey. En effet, si on retient la simplification administrative présentée ci-dessus - et sur les seize communes actuelles qui composent le Valromey :

Treize communes « dépendraient » du Bas-Bugey : Artemare, Belmont-Luthézieu, Brénaz, Champagne-en-Valromey, Chavornay, Lochieu, Lompnieu, Ruffieu, Songieu, Sutrieu, Talissieu, Vieu et Virieu-le-Petit ; alors que trois communes « dépendraient » du Haut-Bugey : Hotonnes, Le Grand-Abergement et Le Petit-Abergement.

Ce constat rend donc impossible une adjonction totale du Valromey contemporain, à l'une ou l'autre des deux subdivisions du Bugey.

Origine du nom

La légende du Bugey

Bugia, la compagne de Bel, lui-même un des fils qu'aurait eu Japhet et donc à ce titre, petit-fils de Noé. À l'occasion du départ à travers le monde, des petits-fils de Noé, Japhet donna à Bugia, un petit sachet, en lui indiquant qu'elle devait l'ouvrir et en répandre le contenu seulement quand Bugia et Bel auraient trouvés le pays de leurs rêves. Après une longue route, Bugia et Bel arrivèrent dans un endroit plaisant qui séduisit Bugia. Bel décida de nommer l'endroit du nom de sa bien-aimée ; alors, Bugia vida sur le sol, le contenu du sachet transmis par Japhet. Le lendemain matin, le Bugey s’éveilla couvert de vignobles, de fleurs et d’arbres formant ainsi une nature luxuriante.

Origines du terme

Dès 1195, le terme de terra de beuzeis disparait pour se transformer en beugeys en 1372 puis en beugeis en 1613 pour enfin trouver sa forme actuelle en 1722.

Éléments d'Histoire du Bugey

Carte de la Gaule mettant en évidence la présence Allobroge dans le Bugey.
Vue du temple romain d'Izernore, dans le Haut-Bugey.

Antiquité

Avant l'occupation par l'Empire romain, à partir de 58 av. J.-C., le Bugey est partagé[6] entre différents peuples : les Séquanes, les Helvètes, les Ambarres et les Allobroges[Note 1]. Durant la présence romaine, le Bugey bénéficie de sa situation géographique privilégiée[6] ; en effet, la région se trouve à proximité de la péninsule italienne d'une part, et de Lugdunum, alors capitale des Gaules, d'autre part. Des marques de ce développement sont encore visibles dans le Bugey : par exemple, la voie romaine à Belley, ou encore l'aqueduc romain de Vieu. Dans le Haut-Bugey, le temple romain d'Izernore témoigne de la présence romaine.

Moyen Âge et renaissance


Le rattachement à la France en 1601

En 1077, le comte Amédée II de Savoie avait reçu de l'empereur Henri IV du Saint-Empire, la confirmation de ses droits sur la seigneurie du Bugey ; la maison de Savoie conforte alors sa domination sur la région. Il restera savoyard jusqu'au traité de Lyon en 1601. Celui-ci rattache le Bugey, la Bresse et le Pays de Gex à la France.

La Révolution française

Article connexe : Jean Anthelme Brillat-Savarin.

Aux premières heures de la Révolution française, Jean Anthelme Brillat-Savarin, né à Belley dans le Bas-Bugey, est député du tiers état à l'Assemblée constituante où il représente d'ailleurs, la région de Belley. Ainsi, il participe aux débats concernant la création du département de l'Ain, le 25 janvier 1790.

La première guerre mondiale

Suite à la fin de la guerre, le village de Peyrieu, dans le Bas-Bugey inaugure l'un des premiers monument aux morts de France[réf. nécessaire].

La seconde guerre mondiale

Carte de France mettant en évidence la proximité bugiste de la ligne de démarcation.
Localisation des différents camps de maquis début 1944, dans l'Ain, et en particulier dans le Bugey.

Après l'armistice du 22 juin 1940, la division entre zone occupée et zone libre place le Bugey du côté zone libre mais tout proche de la ligne de démarcation. L'armée secrète va être particulièrement active dans l'Ain ; En effet, sur les huit camps de maquisards recensés en 1943[8], un certain nombre se situe dans le Bugey ; en particulier, le plus ancien d'entre eux, le camp de Chougeat, dans le Haut-Bugey, ouvert en mars 1943, qui regroupe une soixantaine de maquisards sous le commandement de Charles Bletel[9]. Lui-même, à l'instar des commandements des autres camps de la région est placé sous la direction du capitaine Henri Romans-Petit ; celui-ci va d'ailleurs conduire la première action d'envergure du maquis de l'Ain et du Haut-Jura : la prise du dépôt d'intendance des Chantiers de la jeunesse à Artemare, dans le Bas-Bugey, où le commando prend les uniformes que les maquisards utiliseront lors du défilé du vingt-cinquième anniversaire de l'Armistice de 1918. En effet, le 11 novembre 1943, 200 maquisards défilent en armes, à Oyonnax. Suite au défilé, les Allemands se rendent à Oyonnax en décembre 1943. Le maire, Paul Maréchal et son adjoint, Auguste Sonthonnax, sont fusillés un mois après, le 11 décembre 1943[10]. Quelques semaines plus tard, la presse anglo-saxonne diffuse l'information concernant le défilé qui, dit-on, a achevé de convaincre Winston Churchill de la nécessité d'armer la Résistance française[11]. Oyonnax fut récompensée de son enthousiasme par la Médaille de la Résistance qui figure sous son blason ; cette décoration fut également attribuée à la ville de Nantua[Note 2].

Lieux de mémoire dans le Bugey



Tourisme dans le Bugey

Article connexe : Tourisme dans l'Ain.

Au risque de paraître trop élogieux, Brillat-Savarin écrit à propos de Belley et du Bugey :

« Belley, capitale du Bugey, pays Charmant où l'on trouve de hautes montagnes, des collines, des fleuves, des ruisseaux limpides, des cascades, des abîmes, vrai jardin anglais de cent lieues carrées (...) »

— Jean Anthelme Brillat-Savarin, Physiologie du goût[16]

Tourisme du Haut-Bugey

Article détaillé : Tourisme et lieux remarquables du Haut-Bugey.

Tourisme du Bas-Bugey

Article détaillé : Tourisme et lieux remarquables du Bas-Bugey.

Le Bugey dans les arts et la culture

Voir la catégorie : Gastronomie du Bugey.

Gastronomie dans le Bugey

Article connexe : Gastronomie dans l'Ain.

Outre le fait que le Bas-Bugey est la patrie de Jean Anthelme Brillat-Savarin (gastronome français et auteur de la Physiologie du goût, né le 2 avril 1755 à Belley), le Bugey compte nombre de spécialités gastronomiques : des fromages, des vins mais également des recettes.

Les fromages du Bugey

Voir la catégorie : Fromage du Bugey.
Le comté dont la zone AOC s'étend dans le Haut-Bugey et dans le Bas-Bugey.
Préparation du ramequin, spécialité de Saint-Rambert-en-Bugey.

Dans le Bas-Bugey, on peut notamment citer le Chevret, également connu sous la dénomination tome de Belley ; on trouve également le ramequin fabriqué exclusivement à Saint-Rambert-en-Bugey. Dans le Haut mais également dans le Bas-Bugey, la zone d'appellation d'origine contrôlée du comté concerne un grand nombre de communes du Bugey.

Les vins du Bugey

Article détaillé : Vignoble du Bugey.
Vignoble d'appellation bugey à Massignieu-de-Rives.
Le village de Cerdon entouré par son vignoble d'appellation bugey et de dénomination cerdon.
Voir la catégorie : Vignoble du Bugey.

Le vignoble du Bugey compte trois appellations pour cinq dénominations géographiques :

Autres spécialités du Bugey

Dans le Haut-Bugey, on peut citer la sauce Nantua dont le nom vient de la ville de Nantua ; elle accompagne principalement les quenelles.

Sur les autres projets Wikimedia :

Grandes tables du Bugey

De 1933 à 1937, le restaurant La mère Bourgeois à Priay, tenu par Marie Bourgeois, est le premier restaurant du département de l'Ain a obtenir les 3 étoiles du Guide Michelin.

Le Bugey dans la littérature

Honoré de Balzac célèbre la beauté des paysages du Bugey dans[18] La Peau de chagrin :

« Raphaël ne supportait son fardeau qu'au milieu de ce beau paysage, il y pouvait rester indolent, songeur, et sans désirs. Après la visite du docteur, il alla se promener et se fit débarquer à la pointe déserte d'une jolie colline sur laquelle est situé le village de Saint-Innocent. De cette espèce de promontoire, la vue embrasse les monts de Bugey, au pied desquels coule le Rhône, et le fond du lac ; mais de là Raphaël aimait à contempler, sur la rive opposée, l'abbaye mélancolique de Hautecombe. »

— Honoré de Balzac, La Peau de chagrin[18]

Auteurs du Bugey

Quelques villes et villages du Bugey

Voir la catégorie : Commune du Bugey.
Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A

Notes et références

Notes

  1. La présence allobroge dans le Bugey, conditionne en partie le choix de l'appellation IGP allobrogie, issue du vignoble du Bugey.
  2. À noter, que seules 17 collectivités territoriales ont reçues cette décoration dont trois du département de l'Ain : Oyonnax et Nantua, toutes deux dans le Bugey (le Haut-Bugey en l'occurrence), mais également Meximieux située dans la Côtière.

Références

  1. a, b et c (fr) Populations légales 2008 des arrondissements du département sur site de l'Insee, 2008. Consulté le 1er avril 2011.
  2. Achille Raverat, Les vallées du Buge. : Excursions historiques, pittoresques et artistiques dans le Bugey, la Bresse, la Savoie et le Pays de Gex., vol. 2, 1867 
  3. Selon le WWF et la National Geographic, le climat semi-continental (appelé aussi climat océanique dégradé) correspond à l'écorégion terrestre Western European broadleaf forests (forêt de feuillus de l'Europe occidentale). Source : WWF Wildfinder.
  4. Base de données météo par Météo123 (À Oyonnax) et Météo France
  5. Archives climatologiques mensuelles d'Ambérieu de 1961 à 1990, sur le site www.infoclimat.fr.
  6. a et b (fr) Aperçu de l'histoire du Bugey sur www.cc-belley-bas-bugey.com. Consulté le 7 avril 2011.
  7. Dictionnaire des fiefs, seigneuries, châtellenies de l'ancienne France, H.Gourdon de Genouillac, éd. E.Dentu, 1862.
  8. Le profil des camps fin 1943. Consulté le 11 septembre 2010
  9. Charles Bletel. Consulté le 6 avril 2011
  10. Paul Maubourg, Les mauvais souvenirs : Mémoires d'un orphelin de guerre d'Oyonnax, Oyonnax, 2007, 152 p. (ISBN 2-9520740-2-5)  p. 43
  11. Paul Maubourg, Les mauvais souvenirs : Mémoires d'un orphelin de guerre d'Oyonnax, Oyonnax, 2007, 152 p. (ISBN 2-9520740-2-5)  p. 42
  12. Mémorial des maquis de l'Ain et de la Résistance. Consulté le 4 février 2011
  13. Le monument à la mémoire des Maquis de l’Ain au Val d’Enfer à Cerdon sur http://www.portraits-monuments-ain.fr/. Consulté le 4 février 2011
  14. Musée d'histoire de la Résistance et de la Déportation de l'Ain et du Haut-Jura sur http://www.maquisdelain.org/. Consulté le 4 février 2011
  15. [PDF] Fréquentation des musée en France en 2008 sur http://www.culture.gouv.fr/. Consulté le 5 avril 2011
  16. Jean Anthelme Brillat-Savarin, Physiologie du goût, vol. 4, t. 1, Just Tessier, libraire, 1834, 4e éd., 390 p. [lire en ligne (page consultée le 4 avril 2011)] , p. 30, note de bas de page.
  17. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  18. a et b La Peau de chagrin, Honoré de Balzac, éd. Furne, vol.14, p.201.

Voir aussi

Voir la catégorie : Bugey.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bugey de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bugey —   [by ʒɛ], historisches Gebiet in Südostfrankreich, westlich und südlich von Bellegarde sur Valserine in einer Rhôneschleife, bildet den südöstlichen Teil des Départements Ain; Weinbau (auf 400 ha). Das Kernkraftwerk »Bugey« (fünf Kernreaktoren,… …   Universal-Lexikon

  • Bugey — (spr. Büscheh, lat. Bugesĭa), ehemals Landschaft im Osten des französischen Departements Ain. B. war früher ein Theil des Sequanerlandes; später gehörte es zu Burgund u. hatte seine eigenen Seigneurs; gegen Ende des 11. Jahrh. bemächtigten sich… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Bugey — (spr. büschä), Landschaft im franz. Depart. Ain, zwischen Ain u. Rhone, mit der Hauptstadt Belley …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bugey — Der Bugey (Pagus Belliceusis) mit dem Hauptort Belley ist eine Landschaft im Südosten des französischen Départements Ain. Das Gebiet liegt in einer Schleife der Rhône westlich und südlich von Bellegarde sur Valserine. Im südlichen Teil, dem Bas… …   Deutsch Wikipedia

  • Bugey — The Bugey (Arpitan: Bugê ) is a historical region in the département of Ain ( En ), France. It is located in a loop of the Rhône River in the southeast of the département. Its capital was Belley.The Bugey belonged to Savoy until 1601, when it was …   Wikipedia

  • Bugey — франц. Бюже (небольшой апелласьон, расположенный в департаменте Эн, граничащем с областью Савойя на востоке Франции; производит красные, белые и розовые вина из традиционных сортов винограда, используемых в Савойе; почти половину общего… …   Англо-русский толковый словарь "Вино"

  • bugey — (LE) npm. (pays de Savoie et de l Ain) : L Buzhè (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Bugey wine — is produced in the Bugey region in the Ain département of France, under the two VDQS designations Bugey and Roussette du Bugey.[1][2] On May 28, 2009, INAO gave its final approval for the elevation of Bugey and Roussette du Bugey to Appellation d …   Wikipedia

  • Bugey (AOC) —  Pour l’article homonyme, voir Bugey.  Bugey …   Wikipédia en Français

  • Bugey (centrale) — Centrale nucléaire du Bugey 45°47′54″N 5°16′15″E / 45.79833, 5.27083 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.