Yaoundé


Yaoundé

3° 52′ N 11° 31′ E / 3.87, 11.52

Yaoundé
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Centre
Département Mfoundi
Géographie
Coordonnées 3° 52′ Nord
       11° 31′ Est
/ 3.87, 11.52
Altitude +/- 750 m
Superficie 180 km² (2000)
en 1961, 12 km2
Démographie
Population (est. 2001) 1.248.200 hab.
Localisation
Cameroon location map.svg
City locator 14.svg
Yaoundé

Yaoundé, surnommée la "ville aux sept collines", est la capitale politique du Cameroun depuis 1909. Peuplée de 1 728 900 habitants (en 2002), elle est, après Douala, la seconde ville de cet État de l'Afrique centrale. C'est aussi le chef-lieu de la Région du Centre et du département du Mfoundi. Yaoundé abrite la plupart des institutions les plus importantes du Cameroun. Un autre surnom de Yaoundé est Ongola, ce qui veut dire "clôture" en se réferrant au mur de l'ancien poste allemand.

Sommaire

Géographie

Physionomie

Yaoundé depuis le mont Fébé

La ville de Yaoundé, située au sud de la Région du centre, est implantée sur un réseau de collines dominées par les monts Mbam Minkom (1 295 m) et le Mont Nkolodom (1 221 m) dans le secteur nord-ouest de Yaoundé, ou le mont Eloumden (1 159 m) au sud-ouest. Les différents quartiers, disséminés de manière anarchique, laissent une place importante à la végétation dans les bas fonds. Yaoundé est traversée par de petits cours d'eau. Quelques-uns parmi eux sont les rivières Mfoundi, Biyeme et Mefou. Près du centre administratif de Yaoundé se trouve un lac appelé lac Central.

Climat

Yaoundé - Températures et précipitations moyennes

Mois Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec Année
[mm] 22 63 146 182 204 151 56 174 202 300 127 120 1747
[° C] 24 25 24 24 24 23 22 22 23 23 22 24 23.3

Démographie

La ville de Yaoundé s’étend sur 304 km² et abrite une population estimée, en 2002, à 2 000 000 habitants, soit une densité moyenne de 5 691 habitants par km² (CIPRE, 2002). Le taux d’urbanisation au Cameroun est passé de 37,8 % en 1987 à 47,2 % en 1997 (MINEFI, 1997) et il est projeté qu’en 2010, deux Camerounais sur trois vivront en ville (PNGE). La croissance annuelle de la population est estimée à 6,8 %.

Histoire

Origine et fondation

Dans le but de pénétrer la zone de la forêt, l'administration coloniale allemande a organisé deux expéditions vers l'Hinterland de la côte camerounaise. Pendant que l'expédition sous le commandement d'Eugen Zintgraff se dirige au nord-ouest, celle des lieutenants Richard Kund et Hans Tappenbeck se rend à Kribi pour ensuite pouvoir contourner la zone d'influence des peuple Sawa par l'est. À la limite septentrionale de la forêt et au milieu des deux fleuves importants (le Nyong et la Sanaga), l'expédition a trouvé en février 1889 un accord avec un des chefs locaux du nom d'Esono Ela, pour créer un poste. Yaoundé fut dès sa fondation un poste scientifique, puis dès 1895 un poste militaire allemand sur une colline du pays ewondo. Elle se développa grâce à des commerçants allemands, comme base pour le commerce de l'hévéa et de l'ivoire. Elle fut occupée par des troupes belges pendant la Première Guerre mondiale, avant d'être placée sous protectorat français. Sa croissance fut d'abord assez lente, l'exode rural privilégiant Douala, puis s'accéléra après 1957 en raison de la crise du cacao et des troubles intérieurs touchant principalement la région de Douala.

Étymologie

En février 1888, une première équipe allemande était passée avec à sa tête les lieutenants Kund et Tappenbeck. En se rendant au sud-Nachtigal depuis Grand-Batanga, ils aperçoivent des gens qui semaient des arachides dans cet endroit vallonné, ils leur ont donc demandé d'où ils étaient. Les planteurs ont répondu qu’ils étaient des Mia wondo, des semeurs d’arachides, expression que les Allemands ont perçu et traduit comme Jaundo ou Jaunde[1] (Yaoundé). Cette explication sur l'origine du nom de la ville n'est, malgré sa popularité, pas prouvée, car Kund et Tappenbeck faisait une différence entre le paysage ou pays "Jaunde" et le poste qu'ils appelaient "Jeundo". Ce n'est que pendant l'époque de Georg August Zenker (décembre 1889 - mai 1895) que le nom "Jaunde" est devenu commun dans les textes de l'administration coloniale allemande.

Premières grandes constructions

Les premières constructions de Mvolyé datent de 1901 à 1907, alors que le palais de Charles Atangana d’Efoulan a été construit entre 1904 et 1910, mais le plus vieux bâtiment de la ville est situé derrière le ministère des finances, à côté du petit cimetière allemand. Il a été construit d'abord par Georg Zenker en suite complété par Hans Dominik entre 1896 et 1899.

Religion

Administration

Le gouvernement, par la loi no 87-15 du 15 juillet 1987, a transformé Yaoundé en communauté urbaine (eq. commune urbaine à régime spécial). Ce régime dérogatoire supprime la fonction de maire au profit d'un délégué du gouvernement nommé par la présidence.

La loi constitutionnelle du 18 janvier 1996 modifie le régime de la communauté urbaine, qui reste dirigée par un délégué du gouvernement, mais qui crée également 6 communes urbaines d'arrondissement dotées de conseils municipaux élus. Aujourd'hui Yaoundé compte 7 communes d'arrondissement.

  • Noms des administrateurs actuels de la ville
    • Gouverneur de la province du centre : Eyene Nlom Roger Moise
    • Préfet du département du Mfoundi : pour l'instant les affectations préfectorales sont attendues après celles récentes des gouverneurs, qui ont vu la promotion de Joseph Beti Assomo comme Gouverneur de la Région de l'Extrême Nord du Cameroun.
    • Délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé : Gilbert Tsimi Evouna (depuis 2004 )- surnommé parfois "Jack Bauer"
    • Mairie de Yaoundé 1er : Emile Andze Andze (2007-2012).
    • Maire de Yaounde 2 : Luc Assamba Assamba (2007-2012).
    • Maire de Yaoundé 3 : Étienne Otélé Manda ( 2007-2012).
    • Maire de Yaoundé 4 : Théophile Abega (2007-2012).
    • Maire de Yaoundé 5 : Yvette Claudine Ngono, épouse Kenmogne (2007-2012).
    • Maire de yaoundé 6 : Jean Claude Adjessa Melingui (2007-2012).
    • Maire de Yaoundé 7 : Jean Simon Ongola Omgba (2007-2012).
  • Les anciens délégués du gouvernement à la communauté urbaine de Yaoundé
    • André Fouda fut le premier maire de Yaoundé.
    • Emah Basile dirigea la communauté urbaine de Yaoundé (CUY) de 1980 à 2001. Il décède le 29 août 2001.
    • Nicolas Amougou Noma dirigea la CUY de 2002 à 2004. Il décède en 2004.

Économie

Yaoundé est avant tout une ville tertiaire. On recense cependant quelques industries : brasseries, scieries, menuiseries, tabac, papeteries, mécanique et matériaux de construction.

Le centre commercial

Le centre commercial principal se trouve au centre-ville, tout autour de l'avenue Kennedy. On y trouve des magasins, des boutiques, les sièges sociaux ou les représentations de certaines entreprises, des vendeurs à la sauvette.

Le quartier des banques

Le quartier Hippodrome situé non loin de l'hôtel de ville regroupe plusieurs banques.

Les marchés

Marché du Mfoundi

Les marchés les plus vastes et plus connus sont : le marché Mokolo, le marché du Mfoundi, le marché central. D'autres marchés comme les marchés de Biyem-assi, Mendong, Nkol-Eton, Madagascar, du huitième ne sont pas négligeables.

L'informel

Une majeure partie de l'économie de Yaoundé repose sur le secteur informel, qu'il s'agisse de vendeurs à la sauvette, de marchands ambulants ou de petits boutiquiers de quartiers.

Enseignement

Enseignement supérieur

Yaoundé est le siège de deux universités d'État : les universités de Yaoundé I (située au quartier Ngoa-Ekellé) et de Yaoundé II située dans la Banlieue de Soa. Plusieurs écoles supérieures sont rattachées a ces universités. Il s'agit entre autres de l'école nationale supérieure polytechnique, de l'école normale supérieure (rattachées à l'université de Yaoundé I), de l'institut international des relations internationales du Cameroun, de l'école supérieure des sciences et techniques de l'information et de la communication (ESSTIC) (rattachées a l'université de Yaoundé II).

L'enseignement supérieur privé est très présent dans la capitale camerounaise. On peut notamment citer des établissement comme l'Université Catholique d'Afrique Centrale(UCAC), l'Université Protestante d'Afrique Centrale (UPAC), l'Université de Yaoundé Sud Ndi Samba ou l'institut Siantou supérieur.

En matière d'enseignement informatique, on trouve à Yaoundé l'antenne camerounaise de l'Institut Africain d'Informatique (Site web de l'IAI Cameroun).

Enseignement secondaire

Parmi les établissements publics se trouvent : le lycée général Leclerc, le CES de Ngoa-Ekellé, le lycée de Nkol-Eton, le lycée de la cité Verte, le lycée de Mendong, le lycée de Biyem-Assi, le lycée de Mballa 2, le Lycée d'Ekounou, le Lycée de Nkoabang, le Lycée technique de Nkolbisson, le Lycée technique commercial de Ngoa-Ekellé, le Lycée Bilingue d'application de Ngoa-Ekellé, le Lycée Bilingue d'Essos, le CETIF de Nga-Ekellé, le CETIC de Ngoa-Ekellé, .

Il existe plusieurs établissements d'enseignement secondaire privé a Yaoundé, parmi lesquels : le lycée français Fustel de Coulanges situé près de Hôtel de ville (lycée et collège d'enseignement français), le collège Vogt, le collège de la retraite (qui sont des collèges catholiques), le collège Adventiste de Yaoundé et le Complexe Scolaire Adventiste d'Odza (qui sont des collèges adventistes), l'école américaine, le collège Jean- Tabi, le collège Monti, le collègue technique Jeanne-Alégueé, le petit Seminaire Ste Thérèse de Mvolyié ainsi que l'institut Siantou, l'institut Samba ou le collège Montesquieux, l'Institut Victor Hugo.

Enseignement primaire et maternel

Il existe une multitude d'écoles primaires et maternelles à Yaoundé. Malgré cette abondance, les classes comportent souvent plus de 50 élèves.

Transports

Quelques bus transportant les citoyens de Yaoundé

Yaoundé est desservie par l'aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. Le moyen de déplacement le plus disponible à Yaoundé est le taxi. Près d'une voiture sur deux circulant dans l'agglomération est un de ces typiques taxis jaunes source de nombreux embouteillages. Toutefois il existe aussi quelques lignes de bus qui desservent les principales artères de la ville. Une minorité de familles possède une ou plusieurs voitures personnelles. Yaoundé est traversée par la ligne de chemin de fer à gestion privée (le transcamerounais) qui s'étend de Nkongsamba à Ngaoundéré en passant par Douala. Plusieurs compagnies de transport privées relient Yaoundé aux autres provinces du Cameroun au moyen de bus. Globalement, l'état du parc autoroutier est très dégradé, en dépit du contrôle technique annuel obligatoire.

Urbanisme

Voirie

La place du 20 mai

Yaoundé est dotée de routes dont le nombre et l'état ne répondent pas toujours aux critères et exigences du réseau routier d'une ville de son rang. Toutefois les artères principales de la ville ont un réseau routier acceptable. Les travaux engagés ces dernières années par la communauté urbaine de Yaoundé ont permis de rénover des routes existantes et de créer et goudronner de nouvelles routes. Des travaux d'élargissement de voies sont en cours de réalisation (mai 2008) en particulier dans les quartiers d'Elig-Ezoa et Nlongkak.

Bâtiments et monuments

La majorité des bâtiments publics de Yaoundé date de plusieurs décennies. Parmi les bâtiments les plus imposants, on peut citer le siège de la BEAC, la tour de la SNI (Société Nationale d'Investissements), l'hôtel Hilton, la présidence de la république, le palais des congrès, l'hôtel Mont-Fébé ou les bâtiments ministériels. Un grand nombre de bâtiments contemporains ont été construits dans un style presque futuriste.

Cimetières

Les cimetières les plus connus sont le cimetière de Mvolyé et le cimetière de Ngousso. Sans oublier le cimetière d'étoudi

Jumelage

Yaoundé est jumelée à la ville grecque d'Edessa depuis mai 2007. Ce jumelage permet des échanges multiformes sur les plans touristique, sportif, artisanal et culturel.

Médias

Beaucoup de médias publics et privés cohabitent à Yaoundé, qu'il s'agisse de chaînes de télévisions, de chaînes de radio ou de la presse écrite.

Quelques chaînes de télévisions camerounaises recevables à Yaoundé ou émettant depuis Yaoundé : CRTV, Spectrum Télévision (STV 1 et STV 2), Canal 2 international, Ariane TV, New TV. Toutefois, de nombreux foyers reçoivent les chaînes télévisions étrangères grâce à la télédistribution ou l'antenne satellite.

Quelques radios camerounaises recevables à Yaoundé ou émettant depuis Yaoundé : FM 94, RTS, Magic FM, TBC, CRTV radio poste national, CRTV radio chaîne du centre, radio Venus. Il existe dans cet sillage des radios thématiques comme Radio Environnement (qui s’occupe de la protection de la nature et diriger par l’UICN Afrique centrale), Radio "Il est écrit", Radio Bonne Nouvelle, Radio Reine, Voice of the Cross, etc. (des radios chrétiennes).

Quelques journaux écrits camerounais accessibles à la population de Yaoundé : Cameroun tribune, Le messager, Mutations, Nouvelle expression, Le Jour, Repères.

Loisirs

Cinéma

La dernière salle de cinéma en activité, le cinéma Abbia, à proximité du marché Central, a récemment fermé ses portes[2]. Les autres salles, comme le Capitol, ont fermé depuis plusieurs années. Le Centre Culturel Français, dans l'alignement de l'avenue Kennedy, possède une salle de cinéma et spectacles.

Centres culturels, restaurants et boîtes de nuit

Le centre culturel français (Avenue Kennedy) et le Goethe-Institut Kamerun situé à Bastos - quartier résidentiel très agréable - projettent toutes les semaines des films ou assurent des spectacles (théâtres, concert) ou conférences. L'on peut aussi faire un tour au centre culturel camerounais situé au quartier Nlongkak. Les amoureux de course de kart peuvent se rendre au racing kart au quartier Mvan.

Yaoundé compte beaucoup de restaurants et de boites de nuit. Quelques boites de nuit très connues sont le Katios, la Sanza, le Safari, le Mvet, le Balafon Olympique. Il existe aussi des cabarets : la terre battue, El pachinko ou l'on peut voir des artistes de la place en live sur scène.des espaces de théatre comme othni atiti garage diras urban village

Chaque année, se déroule à Yaoundé la célèbre "chasse au sangliers". Un grand nombre de danses traditionnelles sont dansées autour du sacrifice.

Parcs et jardins

Un quartier verdoyant de Yaoundé

Yaoundé est une ville verdoyante. On peut y voir beaucoup d'espaces verts anarchiques. En outre, il existe quelques Parcs et jardins publics. Il s'agit entre autres du petit jardin public entourant le monument Charles Atangana au centre-ville, le jardin public à proximité de l'hôtel de ville, le jardin public du quartier fébé et tout autour du palais des congrès.

Il existe aussi quelques parcs d'attraction : le parc d'attraction de Djoungolo (parc Kiriakides), le parc de Warda baptisé le bois sainte-Anastasie, situé au carrefour Warda.

Tourisme

La cathédrale Notre-Dame des Victoires

Quelques sites ou monuments à visiter à Yaoundé sont :

  • Le musée national, situé au centre-ville
  • Le monument de la réunification, près de l'assemblée nationale.
  • Le lac central situé au centre administratif
  • Le mont Fébé
  • Le marché d'œuvres artisanales situé à la monté ane-rouge, centre-ville.
  • Le bâtiment historique de la chefferie Ewondo au quartier Efoulan.
  • Le parc zoo-botanique de Mvog-Beti.
  • La cathédrale Notre-Dame des Victoires située au centre-ville
  • Le sanctuaire marial situé au quartier Mvolyé est devenu une basilique mineure en 2008
  • Le centre culturel camerounais situé au quartier Nlongkak
  • Le marché Mokolo, pour s'imprégner de l'ambiance d'un marché tropical.
  • Le monument Charles Atangana situé au centre-ville
  • La grotte mariale de Mvolyé
  • L’hôtel de ville et les monuments environnants.
  • Le musée d'art camerounais au monastère des bénédictins du mont Fébé.
  • Les stèles du Dr Eugène Jamot
  • La chapelle EPC de Djoungolo
  • Le palais de Charles Atangana
  • Le Bois Sainte-Anastasie situé au centre ville

Sport

Équipements sportifs

Clubs de sport

Baseball :

Football :

Quartiers de Yaoundé

Quartier de la Briqueterie vu depuis l'Hôpital central

Découpée en sept arrondissements, Yaoundé possède plus d'une centaine de quartiers dont voici quelques-uns :

  • Bastos : Quartier résidentiel chic au nord de Yaoundé et siège de multiples restaurants et de plusieurs ambassades.
  • La briqueterie : Également appelé « La Brique » et situé au centre, c'est le quartier musulman de Yaoundé. Ce quartier est réputé pour être assez dangereux. On y trouve de la bonne viande grillée : le « soya ». Il a été récemment détruit partiellement par le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé Gilbert TSIMI EVOUNA.
  • Camp SIC hippodrome : Vieux quartier résidentiel, situé dans l'ancien centre-ville, avec la majorité des banques autour, quelques ministères et restaurants.
  • Elig Edzoa : Grand quartier populaire de la ville avec ses célèbres vendeurs de chaussures et de friperies.
  • Etoudi : quartier au nord de Yaoundé abritant la présidence de la république du Cameroun.
  • Mbata-Nlongkak : quartier au cœur de Yaoundé abritant les services du Gouverneur de la province du Centre de la république du Cameroun. Une grande partie de ce quartier appelé Ntaba a été détruit le 29 juillet 2008.
  • Essos : Grand quartier populaire du centre-est de Yaoundé.
  • Mimboman: Quartier populaire du centre-est de Yaoundé.
  • Madagascar : Quartier populaire du nord-ouest de Yaoundé.
  • Mendong : Situé au sud-ouest de Yaoundé, le quartier s'est développé tout autour du camp SIC construit au début des années 1980. Mendong abrite un lycée et plusieurs établissements privés d'enseignement secondaire, ainsi que deux écoles maternelles publiques, une école primaire publique et plusieurs écoles maternelles et primaires privées. Mendong compte une gendarmerie et un commissariat de police, ce qui fait de lui un quartier relativement sécurisé.
  • Mokolo : Quartier commercial du centre-ouest de Yaoundé, Mokolo abrite le grand marché de Yaoundé et plusieurs marchés en bordure de route mais aussi d'échoppes. Commerçants et automobiles s'y disputent la chaussée. Ce quartier est très dense avec une population diverse.
  • Ngousso : Ngousso est un quartier du nord-est de Yaoundé. Il est le siège de l'hôpital général de Yaoundé.
  • Nkondengui : Nkondengui est un quartier au sud-est de Yaoundé abritant la prison centrale de Yaoundé, de loin la plus célèbre prison du Cameroun.
  • Santa Barbara : Santa Barbara est un nouveau quartier huppé de Yaoundé où habitent des gens appelés communément au Cameroun les "nouveaux riches".
  • Obili : Obili est un quartier de l'ouest de Yaoundé. Il abrite l'IRIC (Institut international des relations internationales du Cameroun). Le nom Obili vient de l'ewondo et signifie "obligé" en français. Au milieu des années 1950, les populations Mvog Atemengue vivant au plateau Atemengue (Ngoa-Ekelle) ont été obligées de quitter les lieux et de s'installer plus bas d'où l'appellation "Obili". Il est situé à côté du quartier Ngoa-Ekelle.
  • Koweit city: Nouveau quartier très huppé d'Odza où s'installe les nouveaux riches, notamment les stars du ballon rond dans des habitations prestigieuses et ostentatoires.
  • Autres quartiers : Emana, Etoa-Meki, Mvog Atangana Mballa, Mvog-Beti, Mvog-Mbi, Olembe, Olezoa, Ekounou, Ekoudou, Mvam, Biyem-Assi, Etoug-Ebe, Melen, Mini-ferme, Cité-verte, Oyom-Abang, Nkol-Bisson, Simbock, Ngoa-Ekelle, Mvolyé, Damas, Obobogo, Tam-Tam Weekend, Maison Blanche, Nsimeyong, Tsinga, Nkomkana, Carrière, Mvog-Ada.Messa, Odza, Mbankolo, Jean-Vespa, Mballa 2, Tongolo, Nkol-Ewoue, Nkolndongo, Mimboman, Eleveur, Messa, Nkomo.

Notes et références

  1. Le J se prononce Y en allemand
  2. http://www.afrik.com/article16138.html

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles liés


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Yaoundé de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Yaounde — Yaoundé Yaoundé Pays      Cameroun Province …   Wikipédia en Français

  • Yaoundé — Yaoundé …   Deutsch Wikipedia

  • Yaounde — Yaoundé in der Provinz Centre Yaoundé …   Deutsch Wikipedia

  • YAOUNDÉ — Capitale de la république du Cameroun, capitale de la région Centre, chef lieu du département de Nyong Sanaga, Yaoundé était à l’origine un poste militaire allemand implanté en 1888 sur une colline du pays ewondo; elle ne devint capitale du… …   Encyclopédie Universelle

  • Yaoundé — the capital city of ↑Cameroon …   Dictionary of contemporary English

  • Yaoundé — → Yaundé …   Diccionario panhispánico de dudas

  • Yaoundé — [yä΄o͞on dā′] capital of Cameroon, in the SW part: pop. 649,000 …   English World dictionary

  • Yaoundé — Infobox City |official name = Yaoundé nickname= image caption = Yaoundé, Cameroon image pushpin mapsize = 150px map caption = Map of Cameroon showing the location of Yaoundé. subdivision type = Province subdivision name = leader title = leader… …   Wikipedia

  • Yaoundé — Fr. /yann oohn day /, n. a city in and the capital of Cameroon, in the SW part. 180,000. Also, Yaunde. * * * City (pop., 2001 est.: urban agglom., 1,481,000), capital of Cameroon. It was founded in 1888 while Cameroon was a German protectorate.… …   Universalium

  • Yaoundé — Hauptstadt von Kamerun; Jaunde * * * I Yaoundé   [jaun de], Bantuvolk in Zentralkamerun (Ewondo). II Yaoundé   [jaun de], Jaụnde, Hauptstadt von Kamerun, 730 m über dem Meeresspiegel, in bew …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.