Transcendance de Dieu


Transcendance de Dieu

Transcendance

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Transcendantal (homonymie).

Le terme transcendance (du latin transcendens ; de transcendere, franchir, surpasser) a plusieurs significations, groupées autour de l'idée de dépassement ou de franchissement.

Sommaire

En Métaphysique

Le transcendant est ce qui est au-delà, ce qui dépasse, surpasse, en étant d'un tout autre ordre. Par exemple, l'esprit transcende la matière.

Le terme est particulièrement utilisé pour discuter la relation de Dieu au monde. La conception d'un Dieu transcendant ne signifie pas qu'il est totalement en-dehors et au-dela du monde, ces notions d'en dehors et d'au-dela étant, elles, de ce monde mais bien que sa nature n'est pas limitée à l'en-dedans ou l'en-deça et qu'elle les incluent et les dépassent, que Dieu se manifeste ou non . Elle naît de la conception aristotélicienne de Dieu.

À l'inverse, les philosophies de l'immanence, comme le stoïcisme ou le panthéisme de Spinoza maintiennent que Dieu se manifeste dans le monde, et est présent dans celui-ci et dans les choses qui le composent.

En Phénoménologie

En phénoménologie, le transcendant est ce qui transcende notre propre conscience, c'est-à-dire ce qui est objectif, par opposition à ce qui est seulement un phénomène de notre conscience.

Chez Kant

Pour Kant, le transcendant est ce qui est au-delà de toute expérience possible, qui dépasse toute possibilité de connaissance. Ne pas confondre avec "transcendantal".

Chez Marx

Pour Marx, la transcendance est la capacité humaine de créer son avenir par son travail conscient au présent. Ce travail, pour être conscient, doit être précédé, toujours au présent, d'une réflexion afin d'en déterminer le but.

Autres points de vue

Est transcendant ce qui "franchit la frontière" et immanent ce qui "reste à l'intérieur" de la même frontière. Toute la question est de définir cette frontière.

Plusieurs frontières s'offrent avec pertinence:

  • les premières sont celles qui séparent le monde inanimé du monde animé, puis celle qui sépare le végétal de l'animal, puis l'animal de l'humain. Ces frontières sont encore utilisées comme lignes de partage de l'immanence et de la transcendance par les créationnistes. Les autres s'efforcent de les faire tomber dans la foulée évolutionniste.
  • l'autre frontière est celle qui sépare l'humain du divin, puisque c'est la définition même de Dieu "d'être Dieu et non pas homme"! Cette frontière n'est pas gardée, comme les précédentes, par les savants et leurs sciences, mais par les religieux et leurs religions. Notre époque moderne avec la sécularisation, conteste cette hégémonie des religions, et, ici ou là, des philosophes et des sages invitent tout homme à être "guetteur d'inaccessible étoile" dans sa propre vie. Jankélévitch est sans doute le chantre moderne de ce transcendant, en même temps tout autre et tout proche: c'est l'amour ou le devoir moral, apparition disparaissante, qui surprend le guetteur le plus attentif, le transfigure instantanément et le redépose tout tremblant sur le rivage humain de la raison et du contrat.

Trois attitudes sont donc possibles :

  • certains [réf. nécessaire] privilégient l'immanence : il y a une réalité dans laquelle nous vivons (s'il y en a d'autres, peu nous importe : nous n'avons ni n'aurons jamais le moindre contact avec, ni dans un sens ni dans l'autre), et tout en procède.
  • d'autres [réf. nécessaire] la transcendance : outre notre monde, il existe une ou plusieurs entités « supérieures », dans le sens où elles peuvent nous voir et agir sur nous mais pas l'inverse (ce qui n'exclut pas la possibilité d'actions indirectes). Dans la tradition occidentale, il est nécessaire, pour « bien » agir dans notre monde (au sens moral ou au sens de l'efficacité), de comprendre cette réalité supérieure, en interprétant les signes visibles à rechercher, sous l'hypothèse que le(s) dieu(x) ne nous trompe(nt) pas.
  • d'autres encore [réf. nécessaire] pensent qu'immanence et transcendance sont deux dimensions essentiellement liées en l'homme [réf. nécessaire]: la transcendance est en l'homme, dans le Vivant, et donc accessible, au lieu d'être totalement extérieure à lui. C'est le but des pratiques spirituelles et des sagesses de se relier à cette transcendance, sans que cela implique nécessairement l'adhésion à un corpus de croyances religieuses.

Voir aussi

Bibliographie

Pour la phénoménologie

  • Jean-Paul Sartre La transcendance de l'ego, Vincent Coorebyter, Paris, (ISBN 978-2-7116-1648-0)
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
  • Portail de la spiritualité Portail de la spiritualité
Ce document provient de « Transcendance ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Transcendance de Dieu de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • DIEU - Problématique philosophique — Au nom de Dieu, les philosophies ont toujours tenté de juxtaposer, voire de substituer, un concept. Qu’il s’agisse du divin ou de l’humain, le rôle de la philosophie est en effet de déployer des notions pour rendre notoires des significations. On …   Encyclopédie Universelle

  • transcendance — [ trɑ̃sɑ̃dɑ̃s ] n. f. • 1605; de transcendant 1 ♦ Caractère de ce qui est transcendant. Philos. Transcendance de Dieu, par rapport au monde et aux consciences. La transcendance du monde (par rapport aux consciences). La transcendance : l… …   Encyclopédie Universelle

  • DIEU — LE TERME «Dieu» (au singulier et avec une majuscule) renvoie dans notre culture pénétrée de christianisme à l’affirmation monothéiste de l’Ancien et du Nouveau Testament (la Bible juive, plus les premiers écrits chrétiens que les Églises tiennent …   Encyclopédie Universelle

  • DIEU - L’affirmation de Dieu — Le mot «Dieu» désigne la réalité mystérieuse que les hommes cherchent à tâtons depuis les origines. L’histoire des religions peut permettre de repérer les conditions concrètes qui ont favorisé cette fonction théogénique dont l’origine renvoie à… …   Encyclopédie Universelle

  • Dieu immanent — Immanence L immanence est le caractère d avoir son principe en soi même. Un principe métaphysique immanent est donc un principe dont l activité non seulement n est pas séparable de ce sur quoi il agit, mais il le constitue de manière interne. Ce… …   Wikipédia en Français

  • Dieu impersonnel — Immanence L immanence est le caractère d avoir son principe en soi même. Un principe métaphysique immanent est donc un principe dont l activité non seulement n est pas séparable de ce sur quoi il agit, mais il le constitue de manière interne. Ce… …   Wikipédia en Français

  • transcendance — (tran ssan dan s ) s. f. 1°   Supériorité marquée d une personne ou d une chose sur une autre. La transcendance du génie. 2°   Absolument. Affectation de supériorité. •   Brulart avait beaucoup d esprit et de savoir, mais l un et l autre fort… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DIEU - La négation de Dieu — L’affirmation est un acte simple; visant intentionnellement un donné de l’expérience, sujet d’une proposition, elle lui confère les attributs qui lui reviennent; pré interrogative, l’existence de cet homme, de cet arbre, de cette maison fait… …   Encyclopédie Universelle

  • Dieu transcendant — Transcendance Pour les articles homonymes, voir Transcendantal (homonymie). Le terme transcendance (du latin transcendens ; de transcendere, franchir, surpasser) a plusieurs significations, groupées autour de l idée de dépassement ou de… …   Wikipédia en Français

  • Transcendance du moi — Transcendance Pour les articles homonymes, voir Transcendantal (homonymie). Le terme transcendance (du latin transcendens ; de transcendere, franchir, surpasser) a plusieurs significations, groupées autour de l idée de dépassement ou de… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.