Tom Watson (golfeur)

Tom Watson (golfeur)

Tom Watson

Pix.gif Tom Watson Golf pictogram.svg
2008 Open Championship - Tom Watson.jpg
Fiche d'identité
Date de naissance 4 septembre 1949 (60 ans)
Lieu de naissance Kansas City, États-Unis
Nationalité États-Unis États-Unis
Carrière
Passé pro en 1971
Circuit pro PGA Tour depuis 1972
Champions Tour depuis 1999
Victoires pro 66
Tournois majeurs
Masters Vainqueur
1977 et 1981
Open américain Vainqueur
1982
Open britannique Vainqueur
1975, 1977, 1980, 1982, 1983
US PGA 2e
1978

Tom Watson, né le 4 septembre 1949 à Kansas City, est un golfeur ayant marqué l'histoire de son sport dans les années 1970 et 1980. Professionnel en 1971, il compte notamment huit victoires en tournoi majeur, deux au Masters (1977 et 1981), une à l'open américain (1982) et cinq à l'Open britannique (1975, 1977, 1980, 1982 et 1983), seul le Championnat de la PGA ne figure pas à son palmarès (2e en 1978). Selon le Mark McCormack's world golf rankings (ancêtre de l'Official World Golf Rankings), il était considéré comme le numéro un mondial entre 1978 et 1982. Sa carrière a été notamment rythmée par son duel contre Jack Nicklaus.

Sommaire

Biographie

Tom Watson est né en 1949 à Kansas City dans le Missouri (situé dans le Middle West des États-Unis). Son père, golfeur, l'emmène souvent dans son enfance sur les parcours de golf. Il fait ses débuts au Kansas City Country Club sur lequel il remporte ses premiers succès tout en poursuivant ses études au The Pembroke Hill School. Il remporte quatre fois consécutivement le championnat amateur de l'État du Missouri (1968-1971) avant de passer professionnel dans l'année 1971. Cette même année, il sort diplômé en psychologie de l'Université Stanford.

Depuis ses débuts professionnels après une respectable carrière en amateur, il monte petit à petit dans le haut du classement mondial. Dans ses premières années de joueur professionnel, il a la réputation d'être un joueur qui a du mal à resister à la pression[1]. C'est ainsi qu'il est tout prêt de remporter son premier tournoi majeur lors de l'open américain en 1974 où après trois tours il est en tête, mais il le finit par une 4e tour désastreux (carte de 79) qui le renvoie à une 5e place final d'un tournoi remporté par l'Américain Hale Irwin. Byron Nelson (ancien grand champion de golf des années 1930 et 1940) lui prête assistance et lui offre son aide. Sous les conseils de ce dernier, Watson améliore considérablement son jeu (notamment son swing et sa gestion d'un tournoi) et remporte cette même année le Western Open son premier tournoi professionnel.

La saison suivante, il remporte deux tournois, dont son premier titre dans un tournoi du grand chelem, lors de Open britannique. Après une année 1976 sans victoire sur le PGA Tour, il remporte cinq victoires l'année suivante, dont deux titres en grand chelem, au Masters et à l'Open britannique, deux victoires obtenues face à son compatriote Jack Nicklaus. Cette saison est récompensée du titre de Player of the Year du PGA Tour, et du Vardon Trophy, trophée qui récompense le joueur ayant réalisé le score moyen le plus bas sur un minimum de 60 parties jouées dans la saison.

Il remporte de nouveau cinq titres PGA en 1978, terminant pour la seconde fois consécutive Player of the Year du PGA Tour, trophée de nouveau accompagné du Vardon Trophy. Sa domination du PGA Tour continue l'année suivante, année conclue par cinq nouveaux titres, et deux nouvelles distinctions de Player of the Year et du Vardon Trophy.

Sa moisson de titres est encore impressionnante lors de la saison 1980 où il remporte sept titres, dont une troisième victoire lors de l'Open britannique. Pour la quatrième saison consécutive, il termine en tête du classement des gains du circuit et avec le titre de Player of the Year.

Lors de la saison suivante, il remporte trois titres, dont une deuxième veste verte obtenue au Masters. Il termine ensuite la saison 1982 avec un nouveau titre en grand chelem avec une victoire lors de l'open américain. Il remporte ensuite son quatrième Open britannique et il ajoute également deux autres titres sur le circuit américain.

Sa seule victoire de 1983 se situe sur le sol britannique avec une cinquième victoire lors du British Open. C'est la quatrième année consécutive où il parvient à remporter au moins un titre du grand chelem.

Après trois titres en 1984, saison où il remporte son sixième titre de Player of the Year, il doit attendre 1987 pour figurer de nouveau au palmarès d'un titre du circuit américain. Il doit ensuite attendre 1996; puis 1998, pour remporter ses deux dernières victoires sur le circuit.

Tournois du grand chelem

Il remporte au total huit tournois de grand chelem sur la PGA Tour : deux au Masters (1977 et 1981), une victoire à l'open américain (1982) et cinq à l'Open britannique (1975, 1977, 1980, 1982 et 1983).

Sa première victoire dans un tournois du grand chelem se situe lors de l'Open britannique 1975 disputé à Carnoustie. Watson, pour sa première apparition dans un , termine le premier tour en 71, à trois coups du leader Peter Oosterhuis. Au soir du deuxième tour, un score de 67 lui permet de partager la seconde place à deux coups du leader Huish. C'est Bobby Cole qui occupe la tête après le troisième tour. Watson, après un score de 69, est placé à trois coups de celui-ci. Lors du dernier tour, Nicklaus occupe un temps, avec un score de 280, la tête du tournoi. Puis Watson, grâce à birdie sur le dernier trou prend la tête avec 279. La dernière partie, disputée par Jack Newton voit celui-ci avoir besoin d'un birdie pour s'offrir un playoff avec Watson, mais il échoue dans sa tentative. Newton , en réalisant le par, oblige Watson à repartir pour un playoff de 18 trous disputé le lendemain. Les deux joueurs sont encore à égalité au début du dernier trou. Watson atteint le green en deux coups alors que son adversaire échoue dans un bunker au deuxième coup. Watson assure ensuite ses putts pour terminer avec un coup d'avance sur son adversaire et remporter son premier Open britannique lors de sa première participation[2].

Deux ans plus tard, il remporte le Masters en devançant de deux coups Jack Nicklaus. il réalise un score de 276 (70-69-70-67), soit douze coups sous le par[3].

Lors de sa victoire à l'Open britannique en 1977 à Turnberry en Écosse, il se retrouve en duel avec Jack Nicklaus. Lors du troisième tour, chacun réussit une carte de 65 soit 3 sous le par. Il se retrouve au 4e tour, après une égalité jusqu'au 16e trou, Nicklaus rate un birdie au 17e trou que réussit Watson lui permettant de prendre la tête d'un coup. Au 18e trou, Nicklaus drive dans le rough tandis que Watson reste sur le fairway. Cependant, Nicklaus parvient à faire un birdie mettant la pression sur Watson qui finit également un birdie et s'adjuge son deuxième titre du chelem avec une carte de 268. Selon les observateurs, il s'agit de l'un des plus grands moments de l'histoire de ce sport[4],[5].

Sa quatrième victoire dans un majeur se déroule à Muirfield en Écosse lors de l'Open britannique 1980. Après deux premiers tours en 68 et 70, il réalise un score de 64 lors du troisième tour qui lui donne quatre coups d'avance au départ du dernier tour. Une carte de 69 lui permet de sécuriser un score de 271 qui lui donne la victoire, Lee Trevino terminant second à quatre coups devant Ben Crenshaw puis Nicklaus et Mason[6].

En 1981, Watson remporte se deuxième veste verte en remportant le Masters en devançant de deux cousp l'Américain Johnny Miller et Jack Nicklaus. Il réalise un total de 280 avec des scores de 71, 68, 70 et 71[7].

Après une cinquième place lors du Masters 1982, il remporte son troisième titre majeur différent en remportant open américain, disputé à Pebble Beach en Californie. Après des scores de 72, 72 et 68, Watson partage la tête avec Bill Rogers, devançant de deux coups Bruce Devlin, George Bruns, Scott Simpson, David Graham et de trois Jack Niklaus. Celui-ci, grâce en partie à une série de cinq birdies, rejoint la tête du classement avec un score de cinq sous le par. Après deux bogeys puis un nouveau birdie, Nicklaus termine par trois pars ce qui lui donne la tête des arrivants avec un score de 284, rendant une dernière carte de 69. Dans le même temps, Watson arrive à mi parcours dans le même score que Rogers qui partage sa partie. Après deux bogeys de celui-ci, Watson se présente au départ du 16e trou avec un score de 5 sous le par. Pour la première fois de la journée, il n'atteint pas le fairway et termine ce trou par un bogey. Un premier fer 1 sur le par 3 du 17 le place dans une mauvaise position entre deux bunker, à environ cinquante mètres du trou. Grâce à un sand wedge, sa balle rejoint le trou, pour un nouveau birdie. Celui-ci lui permet, s'il réalise le par sur son dernier trou, de remporter le titre. Un dernier putt de six mètres lui offre un dernier birdie et une victoire de deux coups[8].

Un mois plus tard, il dispute l'Open britannique à Troon en Écosse. Le début du tournoi est dominé par l'Américain Bobby Clampell qui mène à l'issue du second tour avec un score de 11 sous le par. Watson se situe alors à sept coups du leader avec deux premières cartes de 69 et 71. Clampell disparu après une carte de 78, Watson se retrouve malgré un 74 à trois coups de la tête, occupée par Nick Price. Lors du dernier jour, réalise un score de 70 qui le place en tête au terme de son 18 e trou. Price et Osterhuis échouent à un point de son score de 284[9].

La saison 1983 de Watson dans les tournois du grand chelem débute par deux places dans le Top 5, une quatrième place au Masters, puis une seconde à l'US Open. L'Open britannique est disputé au Royal Birkdale Golf Club en Angleterre. Les deux premiers tours sont dominés par l'Américain Craig Stadler, qui après un premier tour en 64, occupe la première place avec un score de 134 à mi-parcours. Watson, avec 67 et 68 est à un point. Le classement en tête s'inverse à l'issue du troisième tour, Watson avec un score de 70 devançant désormais l'Américain de un coup et trois autres joueurs, dont Nick Faldo, à deux coups. Les Américains Andy Bean et Hale Irwin réalisent un dernier tour en 67 qui les placent en tête avec un score de 276, soit huit coups sous le par. Watson, qui évolue donc dans la dernière partie, réalise un birdie sur le 16e trou qui le place en neuf sous le par. Après un par difficilement réalisé sur le 17, ses deux premiers coups sur le 18 le place à six mètres du drapeau avec deux putts pour réaliser le par. Il réussit sa tentative et remporte son huitième majeur, le cinquième sur le sol britannique[10].

La saison suivante, il échoue dans sa conquête de remporter un troisième Open britannique consécutif en terminant à la deuxième place, devancé par l'Espagnol Severiano Ballesteros. Watson partage la tête avec l'Australien Ian Baker-Finch à l'issue du troisième tour, possédant deux coups d'avance sur l'Espagnol et l'Allemand Bernhard Langer. Lors du dernier tour, Langer, qui manque plusieurs tentatives de birdie, ne parvient pas à rejoindre l'Américain. Ballesteros est pour sa part parvenu à recoller au score au départ du 17e trou. Celui-ci voit l'Espagnol réussir le par et prendre la tête, Watson concédant un bogey. De plus, Watson, lors de ce trou, entend la rumeur de la foule annonçant un nouveau birdie de Ballesteros sur le dernier trou, ce qui le condamne à un impossible score de deux sur le par 4 du dernier trou [11].

Les saisons suivantes, il parvient de nouveau à terminer dans le Top 5 d'un tournoi du grand chelem: il obtient une quatrième place au Masters 1989, puis une troisième lors de l'édition de 1991 et une quatrième en 1997. À l'US Open, il termine cinquième en 1993, année où il termine à la même place lors de l'USPGA.

En 2009, âgé de 59 ans, il surprend les spécialistes en occupant la seconde place du classement de l'Open britannique, disputé à Turnberry, au soir du premier tour grâce à un score de 65, devancé seulement par les 64 de l'Espagnol Miguel Angel Jimenez. À l'issue du deuxième tour, qui voit Tiger Woods ne pas franchir le cut pour seulement sa deuxième fois dans un tournoi du grand chelem depuis le début de sa carrière professionnelle, il occupe la première place avec l'Américain Steve Marino. Il ne flanche toujours pas, et, à l'entame du dernier tour, il occupe seul la tête, avec un point d'avance sur le premier de ses poursuivants. Parmi ceux-ci, Stewart Cink, grâce à un score de 68 et un birdie sur le dernier trou, occupe la place de leader lorsque Watson débute son dernier trou. Un par lui garantit la victoire mais un coup de fer 8 trop long, puis un putt de 1,80 m manqué le condamne à un playoff face à son compatriote. Ce playoff, disputé sur quatre trous, est dominé par Cink qui termine avec six coups d'avance. Watson vient de manquer l'occasion de remporter son sixième Open britannique[12],[13].

Ryder Cup

Watson participe à quatre éditions de Ryder Cup. Sa première apparition se fait lors de la Ryder Cup 1977. Pour sa première rencontre, il fait équipe avec Jack Nickaus. La paire américaine remporte leur rencontre, disputée en Foursomes sur le score de 5 et 4. Sur le quatre balles meilleure balle qu'il dispute avec Hubert Green, il gagne sur le score de 5 et 4. En simple, il est battu par l'Anglais Nick Faldo sur le score de 1 up[14].

Lors de la Ryder Cup 1981, il fait équipe lors des doubles avec Jack Nicklaus avec lequel il remporte les trois rencontres qu'ils disputent. En simple, il échoue sur le score de 4 et 3 face à Howard Clark. L'édition est remportée par les États-Unis sur le score de 18 et ½ à 11 et ½[15].

Lors de l'édition suivante, il est de nouveau présent dans l'équipe américaine. Associé à Ben Crenshaw, Jay Haas et Bob Gilder, il remporte ses trois parties de doubles, avant de perdre la dernière, toujours avec Gilder. En simple, il bat Bernard Gallacher sur le score de 2 et 1. La victoire est de nouveau pour l'équipe américaine qui l'emporte 14 et ½ à 13 et ½[16].

Sa quatrième apparition a lieu dans le cadre du Belfry en Angleterre. L'édition se termine par un score de 14 partout, les européens conservant le trophée après leur victoire sur le sol américain lors de l'édition précédente. Il fait match nul lors sa première rencontre disputée avec Chip Beck, puis perd avec Mark O'Meara face à la redoutable paire espagnole Ballesteros, Olazábal sur le score de 4 et 2. En simple, il bat Sam Torrance 3 et 1[17].

Lors de la Ryder Cup 1993, il rejoint sur ce même parcours du Belfry mais cette fois dans la position de capitaine. Son équipe remporte la rencontre sur le score de 15 à 13[18].

Champions Tour

En 1999, il rejoint le Champions Tour. Sur celui-ci, il remporte douze victoires, dont cinq titres majeurs. Il détient ainsi trois titres sur le Senior British Open, dont il détient le plus de titre avec Gary Player. Il est également l'un des trois joueurs, avec Player et Bob Charles à avoir remporté l'Open britannique et l'Open britannique Senior. En 2003, sa première victoire sur ce dernier tournoi a lieu à Turnberry, sur le parcours qui a vu sa victoire sur Nicklaus en 1977[19]. À l'issue de cette saison, avec deux titres majeurs sur le Champions Tour, il est élu Champions Tour Player of the year [20].

Distinctions personelles

La carrière universitaire de Tom Watson est récompensée d"une introduction au Stanford Athletic Hall of Fame en 1971[21],[22].

Sur le circuit du PGA Tour, il remporte à six reprises le titre de Player of the Year, en 1977, 1978, 1979, 1980, 1982, 1984 et termine en tête du classement des gains cinq fois, en 1977, 1978, 1979, 1980, 1984. Lors des trois années 1977, 1978 et 1979, il remporte également le Vardon Trophy.

En 1988, il est introduit au sein du World Golf Hall of Fame[23].

En 2003, il est récompensé du titre de Player of the Year du Champions Tour, trophée qui porte le nom de Arnold Palmer Award.

Cette même saison 2003, il est récompensé du Payne Stewart Award, trophée qui porte le nom d'un autre membre du Hall of Fame, Payne Stewart[24]. Ce trophée récompense un joueur qui fait honneur aux valeurs et traditions du golf.

Palmarès

Notes et références

  1. (en) Tom Watson sur golf.about.com. Consulté le 2 août 2009
  2. (en) Carnoustie — 1975, Tense Play-off Decides Open Championship sur www.opengolf.com. Consulté le 24 juillet 2009
  3. (en) Masters, Results from 1977 sur www.masters.com. Consulté le 29 juillet 2009
  4. (fr) [pdf] Pages similaires Journal du golf sur ww.journaldugolf.fr. Consulté le 24 juillet 2009
  5. (en) Turnberry — 1977, Nicklaus and Watson’s “Duel in the Sun” at Turnberry sur www.opengolf.com. Consulté le 24 juillet 2009
  6. (en) Muirfield - 1980, Watson claims his third title sur www.opengolf.com. Consulté le 24 juillet 2009
  7. (en) Tournament Results 1934 - 2008 sur www.masters.com. Consulté le 24 juillet 2009
  8. (en) Past Champions, 1982, Tom Watson sur usga.usopen.com. Consulté le 24 juillet 2009
  9. (en) Troon - 1982, Workman-like Watson claims his fourth title sur www.opengolf.com. Consulté le 24 juillet 2009
  10. (en) Birkdale - 1983, Watson Joins the Five Times Winner Club sur www.opengolf.com. Consulté le 24 juillet 2009
  11. (en) St Andrews - 1984 Ballesteros snatches victory from Watson at the 17th sur www.opengolf.com. Consulté le 29 juillet 2009
  12. (fr) Cink mate Watson sur www.sport365.fr. Consulté le 21 juillet 2009
  13. (en) British win eases the pain of Cink's miss in '01 U.S. Open sur www.usatoday.com. Consulté le 21 juillet 2009
  14. (en) 1977 Royal Lytham & St. Annes, St. Annes, England sur www.rydercup.com. Consulté le 24 juillet 2009
  15. (en) 1981 Walton Heath Golf Club, Surrey, England sur www.rydercup.com. Consulté le 24 juillet 2009
  16. (en) 1983 PGA National Golf Club, Palm Beach Gardens, Florida sur www.rydercup.com. Consulté le 24 juillet 2009
  17. (en) 1989 The Belfry Golf & Country Club, Sutton Coldfield, England sur www.rydercup.com. Consulté le 24 juillet 2009
  18. (en) 1993 The Belfry Golf & Country Club, Sutton Coldfield, West Midlands sur www.rydercup.com. Consulté le 24 juillet 2009
  19. (en) August 2003 -Turnberry Scotland, www.caddybytes.com. Consulté le 31 juillet 2009
  20. (en) Watson earns Player of the Year honor sur origin.golfweb.com. Consulté le 31 juillet 2009
  21. (en) Sydney and Theodore Rosenberg Stanford Athletic Hall of Fame sur www.gostanford.com. Consulté le 2 août 2009
  22. (en) Tom Watson sur www.stanfordmensgolf.com. Consulté le 2 août 2009
  23. (en) Tom Watson biography sur www.wgv.com. Consulté le 2 août 2009
  24. (en) Payne Stewart award goes to Tom Watson sur www.golftoday.co.uk. Consulté le 3 août 2009

Liens externes

  • Portail du golf Portail du golf
Ce document provient de « Tom Watson ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tom Watson (golfeur) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tom watson (golfeur) — Tom Watson Tom Watson …   Wikipédia en Français

  • Tom Watson (golfer) — Tom Watson Tom Watson …   Wikipédia en Français

  • Tom Watson — Tom Watson …   Wikipédia en Français

  • Tom Morris, Jr. — Pour les articles homonymes, voir Tom Morris. Young Tom Morris portant la ceinture de l Open britannique …   Wikipédia en Français

  • Tom Morris, Sr. — Pour les articles homonymes, voir Tom Morris. Tom Morris, Sr. (1821 – 1908), connu sous le nom de « Old Tom Morris » fut un pionnier du golf professionnel. Il était né à St Andr …   Wikipédia en Français

  • Tom Lehman — Tom Lehman …   Wikipédia en Français

  • Tom Weiskopf — Tom Weiskopf …   Wikipédia en Français

  • Golfeur — Golf Pour les articles homonymes, voir Golf (homonymie). Golf Fédération internationale Roya …   Wikipédia en Français

  • Tom Kite — Tom Kite …   Wikipédia en Français

  • Watson — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Patronyme 2 Toponymie 3 A …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.