Tito


Tito

Josip Broz Tito

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tito (homonymie).
Josip Broz Tito
Јосип Броз Тито
2e Président de la RSF de Yougoslavie
Tito.jpg

Actuellement en fonction
Mandat
14 janvier 1953 - 4 mai 1980
Depuis le 14 janvier 1953
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Élu(e) le
Parti politique SKJ
Premier(s) ministre(s) Lui même (1953–1963)
Petar Stambolić (1963–1967)
Mika Špiljak (1967–1969)
Mitja Ribičič (1969–1971)
Džemal Bijedić (1971–1977)
Veselin Đuranović (1977–1982)
Prédécesseur Ivan Ribar
Successeur Lazar Koliševski
Élu(e) le {{{élection2}}}
Élu(e) le {{{élection3}}}
Élu(e) le {{{élection4}}}

Autres fonctions
1er Premier ministre de la Yougoslavie
Mandat
29 novembre 1945 - 29 juin 1963
Président Ivan Ribar
lui même
Président de la République {{{président de la république1}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat1}}}
Monarque {{{monarque1}}}
Gouverneur général {{{gouverneur1}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil1}}}
Premier ministre {{{premier ministre1}}}
Chancelier {{{chancelier1}}}
Gouvernement {{{gouvernement1}}}
Prédécesseur -
Successeur Petar Stambolić

7e Président de la Ligue communiste de Yougoslavie
Mandat
novembre 1936 - 4 mai 1980
Président {{{président2}}}
Président de la République {{{président de la république2}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat2}}}
Monarque {{{monarque2}}}
Gouverneur général {{{gouverneur2}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil2}}}
Premier ministre {{{premier ministre2}}}
Chancelier {{{chancelier2}}}
Gouvernement {{{gouvernement2}}}
Prédécesseur Milan Gorkić
Successeur Branko Mikulić

1er Secrétaire Fédéral à la défense populaire
Mandat
29 novembre 1945 - 14 janvier 1953
Président {{{président3}}}
Président de la République {{{président de la république3}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat3}}}
Monarque {{{monarque3}}}
Gouverneur général {{{gouverneur3}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil3}}}
Premier ministre lui même
Chancelier {{{chancelier3}}}
Gouvernement {{{gouvernement3}}}
Prédécesseur -
Successeur Ivan Gošnjak

1er Secrétaire général du Mouvement des non-alignés
Mandat
1er septembre 1961 - 10 octobre 1964
Président {{{président4}}}
Président de la République {{{président de la république4}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat4}}}
Monarque {{{monarque4}}}
Gouverneur général {{{gouverneur4}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil4}}}
Premier ministre {{{premier ministre4}}}
Chancelier {{{chancelier4}}}
Gouvernement {{{gouvernement4}}}
Prédécesseur -
Successeur Gamal Abdel Nasser

{{{fonction5}}}
Mandat
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président {{{président5}}}
Président de la République {{{président de la république5}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat5}}}
Monarque {{{monarque5}}}
Gouverneur général {{{gouverneur5}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil5}}}
Premier ministre {{{premier ministre5}}}
Chancelier {{{chancelier5}}}
Gouvernement {{{gouvernement5}}}

{{{fonction6}}}
Mandat
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président {{{président6}}}
Président de la République {{{président de la république6}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat6}}}
Monarque {{{monarque6}}}
Gouverneur général {{{gouverneur6}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil6}}}
Premier ministre {{{premier ministre6}}}
Chancelier {{{chancelier6}}}
Gouvernement {{{gouvernement6}}}

{{{fonction7}}}
Mandat
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président {{{président7}}}
Président de la République {{{président de la république7}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat7}}}
Monarque {{{monarque7}}}
Gouverneur général {{{gouverneur7}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil7}}}
Premier ministre {{{premier ministre7}}}
Chancelier {{{chancelier7}}}
Gouvernement {{{gouvernement7}}}

{{{fonction8}}}
Mandat
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président {{{président8}}}
Président de la République {{{président de la république8}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat8}}}
Monarque {{{monarque8}}}
Gouverneur général {{{gouverneur8}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil8}}}
Premier ministre {{{premier ministre8}}}
Chancelier {{{chancelier8}}}
Gouvernement {{{gouvernement8}}}

{{{fonction9}}}
Mandat
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président {{{président9}}}
Président de la République {{{président de la république9}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat9}}}
Monarque {{{monarque9}}}
Gouverneur général {{{gouverneur9}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil9}}}
Premier ministre {{{premier ministre9}}}
Chancelier {{{chancelier9}}}
Gouvernement {{{gouvernement9}}}

{{{fonction10}}}
Mandat
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président {{{président10}}}
Président de la République {{{président de la république10}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat10}}}
Monarque {{{monarque10}}}
Gouverneur général {{{gouverneur10}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil10}}}
Premier ministre {{{premier ministre10}}}
Chancelier {{{chancelier10}}}
Gouvernement {{{gouvernement10}}}

{{{fonction11}}}
Mandat
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président {{{président11}}}
Président de la République {{{président de la république11}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat11}}}
Monarque {{{monarque11}}}
Gouverneur général {{{gouverneur11}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil11}}}
Premier ministre {{{premier ministre11}}}
Chancelier {{{chancelier11}}}
Gouvernement {{{gouvernement11}}}

Biographie
Nom de naissance {{{nom naissance}}}
Naissance 7 mai 1892
Flag of Austria-Hungary 1869-1918.svg Kumrovec
Décès 4 mai 1980 (à 87 ans)
République fédérale socialiste de Yougoslavie Ljubljana
Nature du décès Thrombose
Nationalité yougoslave
Conjoint(s) Pelagija Broz (1919-1939) (divorcé)
Jovanka Broz (1952-1980)
Enfant(s) Zlatica Broz
Hinko Broz
Žarko Broz
Aleksandar Broz
Diplômé {{{université}}}
Profession Militaire
Occupations {{{occupation}}}
Résidence(s) {{{résidence}}}
Religion {{{religion}}}
Signature Tito signature.svg

Coat of Arms of SFR Yugoslavia.svg
Présidents de la Yougoslavie
Timbre de l'Union soviétique, Josip Broz Tito, 1982 (Michel № 5151, Scott № 5019)

Josip Broz Tito (en alphabet cyrillique, Јосип Броз Тито), né le 7 mai 1892 (25 mai sur son certificat de naissance officiel) à Kumrovec, dans le Royaume de Croatie-Slavonie, alors possession austro-hongroise aujourd'hui en Croatie et mort le 4 mai 1980 à Ljubljana, en RS Slovénie, État de la République fédérale socialiste de Yougoslavie (aujourd'hui en Slovénie), était un homme politique et un militaire yougoslave, dictateur de l'État socialiste yougoslave (sous les dénominations de République fédérale populaire de Yougoslavie, puis de République fédérale socialiste de Yougoslavie) avec les titres officiels de premier ministre, puis de président, de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à sa mort en 1980. Il était également « Maréchal de Yougoslavie » (du 29 novembre 1943, à sa mort, en 1980), le grade le plus élevé de l'armée de ce pays, dont il fut le seul titulaire. C'était par ailleurs l'un des fondateurs du mouvement des non-alignés.

Sommaire

Débuts

La maison où Tito est né

Josip Broz est né le 7 mai 1892 à Kumrovec, dans le Zagorje, en Croatie, dans ce qui était alors l'Autriche-Hongrie. Il est le 7e enfant de la famille de Franjo et Marija Broz. Son père, Franjo Broz, était croate alors que sa mère Marija Broz, née Javeršek, était slovène.

Après avoir passé une partie de son enfance avec son grand-père maternel à Podsreda, il entre à l'école primaire à Kumrovec qu'il quitte en 1905. En 1907, il est embauché en tant que machiniste à Sisak.

Sensibilisé au mouvement ouvrier, il célèbre la fête du Travail pour la première fois. En 1910, il rejoint le syndicat des ouvriers de la métallurgie et, en même temps, le parti social-démocrate de Croatie et de Slavonie. Entre 1911 et 1913, il travaille de courtes périodes à Kamnik (Slovénie), Cenkovo (Bohême), Munich et Mannheim (Allemagne) où il est employé par le constructeur automobile Benz. Il se rend ensuite à Wiener Neustadt (Autriche), où il travaille pour Daimler en tant que pilote d'essais.

Premières actions politiques

Fin 1913, Broz est mobilisé et sert dans l'armée de l'Autriche-Hongrie. En mai 1914, il remporte la médaille d'argent d'un concours d'escrime au sein de l'armée austro-hongroise à Budapest. Il est envoyé à Ruma (Voïvodine). Arrêté pour propagande anti-guerre, il est emprisonné à la forteresse de Petrovaradin près de Novi Sad. En 1915, il est envoyé sur le front de l'est, en Galicie combattre contre la Russie. En Bucovine il est gravement blessé par un éclat d'obus. En avril, le bataillon entier est fait prisonnier par les Russes.

Après avoir passé plusieurs mois à l'hôpital, Broz est envoyé dans un camp en Oural fin 1916. En avril 1917, il est arrêté pour avoir organisé des manifestations de prisonniers de guerre. Il s'évade et rejoint les manifestations de Saint-Pétersbourg du 16 et 17 juillet 1917. Il fuit en Finlande pour échapper à la police mais est arrêté et enfermé à la forteresse de Petropavlovsk pendant trois semaines. Après avoir été transféré à Kungur (Kraï de Perm), il s'échappe d'un train. En novembre, il s'engage dans l'Armée rouge à Omsk (Sibérie). En 1918, il s'inscrit au parti communiste russe. En 1920 il devient membre du parti communiste de Yougoslavie qui sera bientôt interdit.

Agent de Staline lors de purges de 1937

Il devient agent clandestin du parti dans son pays natal (entre 1923 et 1928), activités qui lui valurent d'être emprisonné pendant 5 ans (entre 1928 et 1934).

En 1935, il travailla un an dans la section Balkans du Komintern. Il était membre du parti communiste soviétique et de la police secrète soviétique, ancêtre du KGB, le NKVD. En 1936 le Komintern envoie le camarade Walter (i.e. Tito) en Yougoslavie pour purger le parti. En 1937, Staline fait exécuter le secrétaire général du parti communiste de Yougoslavie, Milan Gorkic, à Moscou. Tito est nommé par Staline secrétaire général du parti communiste de Yougoslavie, toujours hors-la-loi. Selon l'historien Jean-Jacques Marie (Staline, Fayard, 2001), il fut question à Moscou de liquider également Tito, mais Staline s'y opposa et le laissa repartir d'URSS, non sans avoir fait fusiller son épouse.

Pendant cette période, Tito suit la politique du Komintern et soutient Staline, critiquant les démocraties occidentales, l'Italie fasciste et l'Allemagne nazie. Au moment de la guerre d'Espagne, il fut à Paris une plaque tournante du recrutement et de l'organisation des Brigades internationales.

Origine du nom Tito

Josip Broz adopta le nom de Tito en 1934 alors qu'il était membre du bureau politique du parti, alors à Vienne en Autriche. Une explication populaire mais non avérée dit que le nom vient de la concaténation de deux mots croate ou serbe ti (i.e. toi) et to (i.e. ça). Il aurait utilisé ces mots pour donner des ordres en pointant une personne puis une tâche à accomplir. Tito est aussi un ancien nom croate correspondant à Titus. Le biographe de Tito, Vladimir Dedijer, affirmait que son nom viendrait de l'auteur croate Tituš Brezovački.

Seconde Guerre mondiale

Tito (à droite sur la photo) à Drvar en mai 1944

Après que la Yougoslavie a été envahie par les forces armées allemandes en avril 1941, les communistes furent parmi les premiers à organiser un mouvement de résistance. Le 10 avril, le politburo du parti communiste de Yougoslavie se réunit à Zagreb et décide de commencer la résistance, nommant Tito chef du comité militaire. Tito se révèle être un redoutable leader sur le plan politique et militaire contrairement à ses rivaux royalistes.

Le 22 juin [1], un groupe de 49 hommes attaque un train de réserve allemand près de Sisak; ainsi commencent les premières actions anti-fascistes dans l'Europe occupée. Le 4 juillet, Tito fait imprimer et diffuser publiquement un plaidoyer pour la résistance armée contre l'occupation nazie, en tant que commandant suprême de l'Armée populaire de libération et des détachements de Partisans de Yougoslavie. Ses troupes, désignées sous le nom de partisans, sont les protagonistes d'une grande campagne de guérilla et ils commencent à libérer des parties du territoire, qui constitue à partir du 29 novembre 1943 la Fédération démocratique de Yougoslavie, état communiste autoproclamé. Les adversaires sont nombreux: Allemands, Italiens, Oustachis (fascistes croates), Bulgares et Hongrois. Les Partisans entrent également en conflit ouvert avec l'autre principal mouvement de résistance, les Tchetniks (monarchistes serbes) de Draža Mihailović. A la fin 1943, les Partisans reçoivent le soutien matériel des Alliés, aux dépens des Tchetniks.

La prise du pouvoir

Après l'expulsion des Allemands de la Serbie (Belgrade est libérée avec l'aide de l'Armée rouge en octobre 1944), Tito devient d'abord le chef d'un gouvernement provisoire le 7 mars 1945, avec le représentant monarchiste Ivan Šubašić au sein d'un Front national qui regroupe toutes les tendances politiques anti-fascistes : Communistes, Démocrates, représentants du gouvernement royal en exil. Ce gouvernement de coalition se met d'accord sur la tenue d'élections en novembre 1945 pour se prononcer sur la forme de gouvernement.

Les élections de novembre 1945

Le 28 septembre 1944, Tito avait signé un accord avec l'Union soviétique permettant l'"entrée temporaire de troupes soviétiques sur le territoire yougoslave"[2]. La présence de l'Armée Rouge lui permet de s'imposer face aux Monarchistes et les élections du 11 novembre 1945 se déroulent alors que le Parti Communiste Yougoslave, PCY domine déjà tous les rouages de la vie publique et peut effectuer toutes les pressions nécessaires. Le représentant des démocrates, Milan Grol quitte alors le Front National et son journal est interdit. Un système d'urnes truquées permet de connaître les électeurs non memebres du front National qui sont emprisonnés peu après[3]. Le Front National alors composé du seul PCY, obtient 91% des voix. La nouvelle assemblée constituante nomme Tito Premier Ministre et ministre des Affaires Etrangères, ce qui lui permet de diriger les politiques interne et extérieure du pays et Tito crée la police politique secrète l'UDBA (Uprava državne bezbednosti/sigurnosti/varnosti, Administration pour la Sécurité de l'Etat) dont le rôle officiel est de traquer les collaborateurs des Nazis. Sous le faux prétexte de collaboration[4], Tito fait fusiller son rival, Draza Mihailovic, résistant monarchiste dont le prestige était grand, notamment auprès des habitants serbes de la Yougoslavie[5]. Le roi Pierre II est déposé le 29 novembre 1945 et Tito peut fonder la République fédérale populaire de Yougoslavie qui est proclamée le même jour.

L'établissement de la dictature

En 1946, une nouvelle constitution, copie de celle de l'URSS de 1936, consacre le fédéralisme de la Yougoslavie et le pouvoir de Tito. En effet, les deux chambres législatives réunies nomment leur Président qui deviendra le Chef de l’État. "Le gouvernement fédéral est investi du véritable pouvoir. À l’instar de Staline en URSS, Tito décide en 1953, de remplir les fonctions de premier ministre fédéral et de chef du parti communiste. L’opposition est neutralisée avec sévérité et déclarée illégale."(Revue Internationale de Politique Comparée, Vol. 10, n° 1, 2003 page 42)[6].

La constitution instaure six républiques :la République socialiste de Bosnie-Herzégovine (capitale Sarajevo), la République socialiste de Croatie (capitale Zagreb), la République socialiste de Macédoine (capitale Skopje), la République socialiste de Monténégro (capitale Titograd), la République socialiste de Serbie (capitale Belgrade), incluant le Kosovo (capitale Pristina) et la Voïvodine (capitale Novi Sad), et la République socialiste de Slovénie (capitale Ljubljana).

L'idée de fédéralisme en Yougoslavie datait de la monarchie constitutionnelle mais sans trouver d'application.En 1929, après l'assassinat d'un député croate par un collègue monténégrin, le roi Alexandre avait instauré une dictature royale. En revanche pour Tito, le fédéralisme est un moyen d'assurer son pouvoir personnel.

Le but de Tito est résumé par sa phrase : "La Yougoslavie a six Républiques, cinq nations, quatre langues, trois religions, deux alphabets et un seul parti".[7] Tito crée donc un état où toutes les différences sont reconnues sauf au plan politique : si les nationalités sont reconnues, elles ne peuvent s'exprimer que par le seul parti autorisé et dont il est le chef.

La rupture entre Tito et Staline

Commencée comme une lutte pour le pouvoir en Yougoslavie, la rupture entre Staline et Tito va permettre à la Yougoslavie un certain développement économique grâce aux crédits accordés par les Etats-Unis interessés à l'idée d'entretenir une rupture dans le bloc communiste.

L'adhésion de la Yougoslavie au Kominform exige une obéissance absolue de Tito à la ligne fixée par le Kremlin. Or Tito désire rester indépendant des volontés de Staline. Il calcule qu'en jouant de la concurrence des deux géants, soviétique et américain, il peut obtenir l'indépendance. Cette rupture intervient en plusieurs étapes.

Les premières initiatives

  • Dès 1945, Tito entre en lutte contre les hommes de Staline placés dans l'administration et le parti communiste yougoslave. Il lutte contre la subordination de sa police, son armée et sa politique extérieure et refuse de voir se créer des sociétés mixtes de production par lesquelles les Soviétiques contrôleraient les branches essentielles de l'économie du pays et réduirait son pouvoir à une simple expression.
  • Tito prend des initiatives qui déplaisent aux dirigeants soviétiques : soutien aux communistes grecs dans une insurrection que Staline tient pour une aventure, projet d'une fédération balkanique (qui devait grouper l'ex-Yougoslavie, l'Albanie, la Bulgarie et la Grèce si les communistes y prenaient le pouvoir).

La rupture entre les deux hommes est inévitable, car Staline, irrité par le prestige de Tito, n'envisage pas de partager l'autorité et il craint que son esprit d'indépendance ne devienne contagieux dans les démocraties populaires.

  • En mars 1948, staline rappelle tous ses conseillers militaires et ses spécialistes civils basés en Yougoslavie. Ce faisant, Staline commet une erreur politique car il débarasse Tito d'autant d'opposants internes. Peu après, une lettre du Comité central soviétique critiquant les décisions du PC yougoslave tente de semer la discorde dans celui-ci. Mais Tito n'a plus que des fidèles autour de lui et les fidèles à Moscou sont exclus du Comité central puis arrêtés.

Le Kremlin tente alors un derniers recours en portant l'affaire devant le Kominform. Mais Tito refuse, se sentant « inégal en droits » et « déjugé par les autres partis frères ». Le Kominform considère cet acte comme une trahison.

  • Le 28 juin 1948, le Kominform publie une résolution condamnant l'attitude yougoslave. En excluant la Yougoslavie du Kominform, Staline espère ainsi provoquer un recul des Yougoslaves. C'est un échec : le PC yougoslave, épuré des kominformistes, élit un nouveau Comité central totalement dévoué à Tito.
Tito et Eleanor Roosevelt en 1956
  • Très intéressés par ces tensions aus sein du bloc communiste, les Etats-Unis apportent un soutien discret à Tito lors de cette crise, lui demandant, en échange, de retirer ses partisans communistes de Grèce et de cesser d'aider les communistes grecs. En contrepartie, ceux-ci font savoir à Staline de ne pas toucher à la Yougoslavie. À noter qu'au moment de cette crise balkanique, l'URSS ne possède pas encore la bombe atomique qui eut été une menace de poids.
  • Staline tente alors de subordonner la Yougoslavie par l'arme économique. Il réduit les exportations de l'URSS vers ce pays de 90 % et oblige les démocraties populaires à faire de même. Ce blocus économique contraint Tito à augmenter ses échanges avec le bloc occidental. Il reçoit des crédits américains via le Plan Marshall mais reste néanmoins toujours fidèle au socialisme.
  • En 1949, Tito crée le camp de Goli Otok où il enferme les communistes staliniens bientôt rejoint par les autres opposants[8].

La dictature

La dictature se caractérise par l'interdiction précitée de pluralisme politique et l'absence d'alternance au pouvoir : comme seul le parti Communiste est autorisé et que Tito en est le chef, il gouverne sans interruption de 1945 à sa mort à 88 ans, en 1980. A sa mort, la Yougoslavie voit aussitôt renaître les tensions inter-ethniques entre les peuples dans un pays créé par les traités de l'après Première Guerre mondiale.

Les opposants au régime sont des monarchistes, des indépendantistes ou autonomistes des différentes nationalités qui composent la Yougoslavie, des Communistes staliniens, des Catholiques. Les camps de Goli Otok et de Sveti Gregor sont les lieux de détentions du régime pour les opposants. On peut citer :

  • Stepinac : En 1946, Tito fait condamner le cardinal Stepinac à 16 ans de prison officiellement pour collaboration[9] pour son opposition à la création d'une église catholique en Yougoslavie, séparée de Rome[10].
  • Des opposants communistes comme Panko Brashnarov et Pavel Shatev sont arrêtés en 1950. Accusés de collusion avec la Bulgarie et de déviation sécessioniste, ils demandaient d'avantage de droits pour les Macédoniens. Shatev meurt de faim à Goli Otok.
  • Des militants pour plus de droits ethniques comme Metodi Antonov Chento qui demandait des droits pour la minorité bulgare de Macédoine et qui est condamné en 1950 à 5 ans de prison pour y être "rééduqué" ; Valentin Logar, linguiste slovène, professeur d'université (auteur de "dialectes slovènes", Slovenska narečja et Karta slovenskih narečij, "cartes de dialectes slovènes) est arrêté et envoyé à Goli Otok puis dans les mines en Bosnie.
  • Le printemps croate

En 1967, paraît un manifeste qui demande la reconnaissance de la langue croate. En 1971, sous la direction de Drazen Budisa, les Croates demandent plus de liberté et la reconnaissance de leur culture. La répression est dure (2000 arrestations) car Tito déclare qu'il s'agit d'une tentative d'inspiration oustachi mais le gouvernement est obligé de céder à la pression populaire et le 16 mai 1974, une nouvelle constitution renforce le fédéralisme en cédant d'avantage de droits aux peuples constituant la Yougoslavie[11] mais elle nomme Tito président à vie (officialisation d'une situation de fait datant de 1946). Tito a 82 ans.

La collectivisation des terres

En 1945, une première loi prise dans le cadre de la politique de reconstruction oblige les paysans à livrer un partie de leurs récoltes à l'Etat.Jusqu'à 20% ds récoltes pour les paysans ayant 2 à 3 hectares, de 15 à 55% pour ceux ayant de 3 à 10hectares et jusqu'à 85% pour ceux ayant jusqu'à 10 hectares[12].Les quantités à livrer sont fixées à l'avance et ne correspondent pas forcément à ce que peuvent livrer les paysans tout en continuant de pouvoir vivre. Ces mesures entraînent une baisse de la productivité agricole; le gouvernement parle de sabotage et après une politique d'intimidation et de violences, 30 000 paysans sont arrêtés par la police politique en 1948[13] entame la collectivisation des terres par l'établissement de coopératives agricoles de type soviétique: les coopératives paysannes du travail (SRZ) dont l'adhésion est officiellement volontaire mais obligatoire dans les faits pour survivre car ces coopératives possèdent les outils. La réforme ne résout pas la crise agricole mais l'agrave[14].

En 1952, la vente obligatoire à l'Etat est suspendue, l'année suivante les coopératives paysannes du travail (SRZ) sont supprimées sous couvert de réorganisation du système. Une loi met fin à la collectivisation forcée mais limite la propriété paysanne.

Le culte de la personnalité

Auto-proclamé maréchal de Yougoslavie, Tito s'accroche au pouvoir jusqu'à près de 90 ans. Les journaux yougoslaves publient sans cesse ses photos dans toutes les activités de la vie quotidienne, les municipalités ne cessent d'inaugurer de ses statues, une ville est baptisée à son nom. Tito fait coïncider le jour de son anniversaire avec celui de la fête nationale et en 1974, la nouvelle constitution déclare dans son article 333 que c'est "en raison de son rôle historique dans la libération nationale" que Tito est nommé président à vie. Sans limitation de durée, il cumule les mandats[15]. En 1978, Tito déclare que sa succession sera une présidence collective au sein du Parti ce qui empêche la perspective d'un successeur désigné qui pourrait le renverser et lui permet à 86 ans, de s'assurer le pouvoir.

Le fédéralisme

Tito s'appuie d'abord sur les Serbes qui sont les plus unionistes des Yougoslaves, face aux tendances autonomistes des Slovènes et des Croates. L'influence des Serbes culmine dans les années soixante avec la nouvelle constitution de 1963.

Cette constitution voit les "Musulmans" reconnus comme nationalité. Auparavant, les Yougoslaves musulmans étaient soit considérés comme Croates soit plus rarement comme Serbes. La création d'une ethnie "musulmane" permet donc d'affaiblir quantitativement surtout les Croates.

La nouvelle constitution créé le poste de Vice-Président fédéral au profit de Rankovic, Serbe très en vue, également chef des services secrets. Il devint ainsi le n° 2 du régime et semble à tous l’héritier d'un Tito vieillissant. Les non-Serbes de la direction du parti communiste, au cours de l’été de 1966, le privent de sa charge de chef des services secrets et de sa fonction de Vice Président. L’influence serbe décline[16].

La politique de non-alignement

Sa politique de rupture avec l'URSS entraîne l'intérêt des pays occidentaux qui y voient un moyen de diviser le monde communiste.

Tito remet en cause la direction unique du monde socialiste par l'URSS et ouvre la voie à l'idée d'un socialisme national. Seule, la déstalinisation lancée en URSS sous l'impulsion de Nikita Khrouchtchev permet une normalisation des rapports soviéto-yougoslaves.

Suite à la conférence de Bandung en 1955, il se rapproche de Nehru et de Nasser, qu'il rencontre à nouveau à la conférence de Brioni en 1956. Il devient ainsi l'un des principaux représentants du mouvement des non-alignés, créé en 1961 lors de la Conférence de Belgrade.

Élisabeth II en visite officielle en Yougoslavie, en 1972.

Le 1er janvier 1967, la Yougoslavie est le premier pays communiste à ouvrir ses frontières à tous les visiteurs étrangers. Tito critique violemment l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du pacte de Varsovie en 1968, ce qui lui permet d'améliorer son image dans les pays occidentaux.

La fin du Titisme

Tito doit se faire hospitaliser au centre médical de Ljubljana en janvier 1980, à l'âge de 87 ans, pour une thrombose à la jambe gauche. L'amputation ne suffit pas ; il meurt le 4 mai. Tito est honoré par des funérailles nationales, auxquelles assistent de nombreuses têtes couronnées et responsables politiques, dont Indira Gandhi, Margaret Thatcher ou Willy Brandt.

Tito repose aujourd'hui dans un mausolée (« Kuća cveća » ou la « Maison des fleurs ») situé dans les faubourgs sud de Belgrade, à côté du Musée du 25 Mai, où sont exposés les cadeaux qu'il a reçus.

Le culte de la personnalité développé par Tito a fortement marqué la toponymie de la Yougoslavie. Aujourd'hui, bien que les villes aient retrouvé leur nom d'avant le communisme (Titograd est redevenu Podgorica), de nombreuses rues et places portent encore le nom de Tito. L'éclatement de la Yougoslavie et la guerre qui l'a suivi on fait naître une idéalisation de la dictature titiste chez les habitants des républiques issues de l'ancienne Yougoslavie. Les pays occidentaux ont longtemps passé sous silence les exactions de son régime afin de mieux soutenir sa rupture avec le bloc soviétique pendant la Guerre Froide.

Statue de Tito à Kumrovec

Notes et références

  1. [1]
  2. Stvaranje Titove Jugoslavije, page 479, ISBN 86-385-0091-2
  3. http://books.google.fr/books?id=a0jA_LdH6nsC&pg=PA341&lpg=PA341&dq=tito+dictateur&source=bl&ots=qCk_08nD5d&sig=eFIKRK69HRH-b-w-6X7fojQWiqo&hl=fr&ei=svqoSrHRD4-L-Qal9oDYBg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=8#
  4. http://wikiwix.com/cache/?url=http://www.bartleby.com/65/mi/Mihajlov.html
  5. Catherine Lutard, "Géopolitique de la Serbie Monténégro", éditions Complexe (ISBN 2-87027-647-8), page 41
  6. http://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RIPC_101_0041
  7. http://www.monde-diplomatique.fr/1999/02/RAMONET/11675
  8. http://www.courrierinternational.com/article/2006/01/12/goli-otok-lieu-de-memoire
  9. http://www.quid.fr/2007/Saint_Marin_A_Syrie/Serbie/1
  10. http://www.amb-croatie.fr/actualites/stepinac-chenu.htm
  11. http://www.amb-croatie.fr/croatie/chronologie2.htm
  12. http://books.google.fr/books?id=VrOfkjD4vjoC&pg=PA321&lpg=PA321&dq=yougoslavie+%C3%A9cartel%C3%A9e+tavard+collectivisation&source=bl&ots=l5h_d2GvSf&sig=53liSuLg3OJ2XPO3xI6KaG0FP7E&hl=fr&ei=SEKuSpHeGdSc_Aasu-nJBg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1#v=onepage&q=&f=false
  13. http://books.google.fr/books?id=VrOfkjD4vjoC&pg=PA329&dq=yougoslavie+%C3%A9cartel%C3%A9e+tavard+collectivisation#v=onepage&q=&f=false
  14. http://books.google.fr/books?id=0PowiK8SHx0C&pg=PA176&lpg=PA176&dq=SRZ+collectivisation&source=bl&ots=APJj1mQUXx&sig=1hKsuCzQ_vwtIK5L3LzPA_AozRc&hl=fr&ei=F0quSvnQI4_SmgOf6NWoBQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1#v=onepage&q=SRZ%20collectivisation&f=false
  15. http://books.google.fr/books?id=VrOfkjD4vjoC&pg=PA165&lpg=PA165&dq=culte+personnalit%C3%A9+tito&source=bl&ots=l5h_d2EAUe&sig=znDPtEbSOcHgAWmkjW4k-PLI80Q&hl=fr&ei=fzyuSs3jCIjWmQPotKzxBg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1#v=onepage&q=culte%20personnalit%C3%A9%20tito&f=false
  16. http://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RIPC_101_0041

Voir aussi

Articles connexes


  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail du marxisme Portail du marxisme

Ce document provient de « Josip Broz Tito ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tito de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • TITO — Président de la république socialiste fédérative de Yougoslavie et président de la Ligue des communistes de Yougoslavie, Tito a été l’un des grands chefs d’État de la seconde moitié du XXe siècle, donnant à la Yougoslavie une place internationale …   Encyclopédie Universelle

  • Tito — bezeichnet: Tito (Basilikata), Ort in Italien (1550) Tito, einen Asteroiden, siehe Tito (Asteroid) Tito ist der Familienname folgender Personen: Josip Broz Tito (1892 1980), jugoslawischer Politiker Dennis Tito (* 1940), amerikanischer… …   Deutsch Wikipedia

  • Tito —   [serbokroatisch titɔ], Josip, eigentlich J. Broz [brɔːz], jugoslawischer Politiker und Marschall (seit 1943), * Kumrovec (Kroatien) 25. 5. 1892, ✝ Ljubljana 4. 5. 1980; Kroate; Mechaniker, geriet 1915 als Feldwebel der österreichisch… …   Universal-Lexikon

  • Titó — (a la izquierda), en el Festival En Vivo, año 2010. Datos generales Nombre real Ángel Navarro Romero …   Wikipedia Español

  • Tito — Tito, Flecken in der vormals neapolitanischen Provinz Basilicata; 5000 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Tito — Tȉto DEFINICIJA v. Broz (Josip) …   Hrvatski jezični portal

  • Tito — /ˈtitoʊ/ (say teetoh) noun Marshal (Josip Broz), 1892–1980, prime minister of Yugoslavia 1945–53; elected president in 1953, and then made president for life in 1974 …   Australian English dictionary

  • Tito — [tē′tō] Marshal (born Josip Broz) 1892 1980; Yugoslav Communist party leader: prime minister (1945 53) & president (1953 80) of Yugoslavia …   English World dictionary

  • Tito — Para el líder yugoslavo, véase Josip Broz Tito. Para otros usos de este término, véase Tito (desambiguación). Tito Emperador del Imperio romano …   Wikipedia Español

  • Tito 6 — Infobox Musical artist Name = Tito 6 Origin = Flint, Michigan Label = SoSay EntertainmentTito 6 (born Troy Garland) is a rapper from Flint, Michigan. In 2003 he signed with Interscope Records, and released Downtown Tito 6 .Discography* 2003… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.