Séth


Séth

Seth

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seth (homonymie).
Cartouche dieux.jpg
Cet article fait partie de la série
Dieux égyptiens
Présentation
Par ordre alphabétique
Par relation
Par ville
Par symbole
Par animal
Par écriture hiéroglyphique
Seth
sw W t
x
E20 A40
Swtḫ


Linteau d'une porte du temple de Seth de Noubt - Règne de Thoutmosis Ier - Musée du Caire

Seth est une divinité guerrière de la mythologie égyptienne. Par Seth grondent les orages, il s'oppose toujours à l'harmonie des choses et des arrangements, il est la force brûlante, capable de détruire toute forme de vie. Il a été associé au Typhon grec, qui pouvait de ses mains étendues toucher l'orient et l'occident.

C'est l'un des dieux les plus complexes et ambigus ; les mythes relatifs à Seth le dépeignent comme un dieu ambitieux, comploteur, manipulateur, quand il ne se résume pas tout simplement à un assassin. Bien peu de vertus sont donc à l'actif de ce personnage que , le Maître de Monde, défendit contre l'avis de toute sa famille. La protection de venant du fait que Seth est le protecteur du Soleil.

De son père Geb, un des quatre éléments primordiaux, il a reçu la terre stérile, tandis que son frère Osiris bénéficiait des sols fertiles ; également par sa mère, Nouth, un autre élément originel, il se rattache à la Grande Ennéade héliopolitaine.

Sa figure animale n'a pas été formellement identifiée. Bien que l'on ait souvent considéré qu'il s'agissait d'un animal imaginaire, une hypothèse y verrait l'oryctérope du Cap, un animal nocturne d'Afrique subsaharienne[1] ou le chacal.

On l'appelle aussi le « dieu rouge », le dieu « grand de force » (ˁȝ phty), maître du tonnerre, de la foudre et du désordre, dieu du désert et de l'aridité, des pays étrangers : les Égyptiens s'en méfiaient beaucoup, sauf sous les Ramsès où il était vénéré quasiment sur un pied d'égalité avec Horus : les Égyptiens le vénéraient tout en le redoutant.

Les personnes aux cheveux roux ou châtains étaient considérées de son obédience. D'autres Égyptiens lui vouaient des cultes secrets qui exigeaient des sacrifices humains ; ces sectes furent toujours maudites et poursuivies par les pharaons. Dans un certain sens, le christianisme a récupéré Seth sous le nom du « diable ».

Seth est associé à deux grands mythes :

  • Le mythe héliopolitain qui le met en scène avec , dont il est le petit-fils né de l'union de Geb et de Nout la déesse du ciel. Il est ainsi vu comme un dieu bénéfique représentant la force et l'énergie, défenseur de la barque solaire contre Apophis le serpent, le Mal incarné qui menace l'équilibre du monde.
  • Le mythe osirien où il assassine son frère Osiris (Ausare), pour régner à sa place et s'oppose à Isis et au fils qu'elle a eu d'Osiris, Horus qui réclame le trône et l'héritage de son père. Les ruses dont il fait preuve, le procès auquel il se trouve confronté, tout dans sa vie fait de lui un dieu au profil très humain.

La principale source pour le mythe osirien est le long texte narratif du papyrus Chester Beatty I (XXe dynastie), publié en 1931, que les égyptologues connaissent sous le titre moderne des « Aventures d'Horus et Seth » (« Contendings of Horus and Seth »)[2].

Sommaire

La prétention de Seth

Jaloux de son frère qui règne sur l'Égypte, Seth organise un complot et tend un piège à Osiris[3]. Il l'assassine en le noyant dans le Nil. Isis, l'épouse d'Osiris, retrouve le dieu noyé, l'embaume et lui donne une sépulture dans le delta du Nil. Seth retrouve la sépulture de son frère, et de rage, le dépèce et disperse les morceaux du corps dans toute l'Égypte. Isis, infatigable veuve, retrouve treize des quatorze parties de son bien-aimé (la partie manquante étant le sexe d'Osiris, dénommé à cette occasion son « talisman »). Puis Isis le reconstitue, lui insuffle le souffle de la vie éternelle, et par sa magie conçoit avec lui un fils, Horus (Hor).

Au-delà de l'assassinat d'Osiris par Seth, sans cesse poussé par son insatiable jalousie, Seth eut tôt fait de reporter sa haine sur Horus.

Seth et Horus ; une lutte sans fin

Horus, fils d'Osiris, en est aussi l'héritier : la couronne d'Égypte lui revient donc de droit. Mais Seth, jaloux et considérant la primauté de ses propres droits, s'en est emparé par la force et ne lui cède rien. Horus, appuyé de sa mère Isis, fait convoquer le tribunal des dieux à toute fin de régler ce contentieux. préside, tandis que Thot tient le rôle du greffier.

Quatre-vingts ans s'écoulent pourtant sans que le débat ait progressé. Le tribunal est même partagé entre les tenants de la royauté légitime (revenant à Horus), et qui voit en Seth son perpétuel défenseur contre Apophis. Les débats, qui tournent en rond, nécessitent un avis extérieur. C'est donc à Neith, déesse de Saïs, réputée pour son infinie sagesse, que Thot s'adresse. Sa réponse est sans ambigüité : la couronne revient à Horus. Cependant pour ne pas pénaliser Seth, Neith propose de lui offrir les déesses Anat et Astarté comme épouses.

Si le tribunal se réjouit de cette solution, , lui, reste sceptique. Horus ne serait-il pas un peu jeune pour assumer la direction du royaume ? Isis, excédée par tant de tergiversations, propose de déplacer les débats à Héliopolis (Onou) devant Atoum et Khépri. Le ton monte ! Seth, furieux, s'y oppose et ordonne que les débats se fassent en l'absence d'Isis. Mais c'était compter sans la ténacité de la déesse.

Elle se réintroduit dans l'enceinte du tribunal sous les traits d'une belle jeune femme qui ne manque pas d'attirer rapidement l'attention de Seth. Tous deux finissent même par converser. Troublé par tant de beauté, Seth s'égare dans des propos compromettants, reconnaissant même sous la cape la légitimité filiale d'Horus. Isis se dévoile alors. Le coup de théâtre laisse Seth sans voix. Quant à , il a pu juger de l'imprudence de Seth, qui se confia à une inconnue sans prendre garde. Aussi la couronne revient-elle à Horus des mains de lui-même.

La revanche

Mais Seth, éternel jaloux, ne semble pas décidé à en rester là. Il propose à Horus des jeux sportifs. Parmi eux, une épreuve aquatique où les deux dieux se transforment en hippopotames. À celui qui restera le plus longtemps sous l'eau de devenir roi. Mais Isis, qui suit de près les mésaventures de son fils, perturbe la partie et s'attire au final le mécontentement des deux protagonistes. Les trois dieux se déchirent en violentes disputes.

, désespérant d'assister enfin à une réconciliation entre l'oncle et le neveu, les invite à faire la paix autour d'un banquet. Seth fait mine de se réconcilier avec Horus ; il l'attire chez lui pour y « passer un bon moment » ; la journée passe, les deux dieux se couchent et, durant la nuit, Seth pénètre Horus et jouit sur ses cuisses (ou entre les mains d'Horus) :

« Cependant, le soir tombé, on leur prépara le coucher ; ils s’allongèrent, les deux hommes, mais pendant la nuit, Seth durcit son membre et le glissa entre les cuisses d’Horus. Horus plaça ses mains entre ses cuisses et recueillit le sperme de Seth. »

L'attentat, destiné à féminiser Horus et à le rendre indigne du pouvoir, finit par se retourner contre Seth. Et la querelle reprend de plus belle. Osiris, resté silencieux, intervient alors et met directement en cause le tribunal qu'il juge trop laxiste. En tant que dieu de la végétation, il menace de couper les vivres à l'Égypte. Les dieux, bousculés par tant d'autorité, ne tardent pas à rendre un verdict favorable à Horus. Mais Seth n'est pas oublié. Placé aux côtés de , il devient « celui qui hurle dans le ciel » pour que soit fait place devant le dieu créateur. Alors Rê-Horakhty dit : « Que Seth me soit donné, pour qu'il vive avec moi et soit mon fils. Il tonnera dans le ciel, et il sera redouté. »

Seth, défenseur de la barque solaire

Seth (à gauche) et Horus (à droite) adorant Ramsès II à Abou Simbel

Depuis le premier jour, voyage dans le ciel à bord de sa barque qui l'emmène le jour d'est en ouest, puis la nuit d'ouest en est. Si le voyage diurne se fait sans ambages, la traversée nocturne du monde de dessous s'avère beaucoup plus périlleuse. Car, noyée dans l'obscurité qu'elle fend à vive allure, la barque est épiée depuis les profondeurs des ténèbres par Apophis, le serpent du chaos. Terrifiant, rapide, le monstre surgit et se dresse, gigantesque devant l'esquif solaire. Mais c'est compter sans Seth placé à la proue de la barque et qui, d'un coup de pique, envoie le serpent monstrueux s'en retourner aux confins du monde.

Hélas, la scène est sans cesse recommencée, au même titre que les nuits et les jours alternent indéfiniment. Cette lutte perpétuelle symbolise la victoire de l'ordre sur le chaos. On comprend dès lors que ait pour Seth une certaine estime. Une estime telle qu'elle vaut à ce dernier d'être soutenu par le dieu des dieux, même lorsque son cas est indéfendable.

L'homosexualité de Seth

L'incident avec Horus dans les Aventures[4] a longtemps passé pour un trait ribaud isolé qui témoignerait de la culture populaire, ipso facto vulgaire, de l'Égypte tardive (la période des Ramsès étant l'apogée, et les derniers feux de la période pharaonique) ; ainsi l'éditeur princeps, Alan Gardiner, critiquait la valeur à la fois littéraire et morale de l'œuvre, qu'il imaginait récitée par un conteur, à la veillée, devant des auditoires de paysans[5]. De même, on a pu estimer que les Aventures, en raison de cet épisode de promiscuité et d'autres passages scandaleux comme la décollation d'Isis, appartiennent à une branche spéciale de la littérature égyptienne[6]. Mais deux autres passages homosexuels, l'un connu depuis plus d'un siècle, le papyrus de Lahun / Kahun (du Moyen Empire égyptien), où Seth interpelle Horus en vantant la belle croupe de ce dernier, à la suite de quoi Horus raconte à Isis que Seth veut le prendre sexuellement et celle-ci explique à son fils comment le duper durant le rapport ; l'autre annoncé seulement en 1977 et publié en 2001 (un des textes des pyramides inédit, datant de la Ve dynastie (trouvé dans l'antichambre de la pyramide de Pépi Ier), où Seth et Horus sont décrits en toutes lettres comme se sodomisant mutuellement, démentent cette conclusion et laissent à penser que la bisexualité de Seth, tour à tour sexuellement agressif et efféminé (hmty), doit être un trait de sa personnalité divine comme figure de la confusion et du chaos[7],[8].

Principaux lieux de culte du dieu Seth

Temple dédié à Lieu
Seth Avaris/Pi-Ramsès
Seth Noubt/Naqada
Seth Deir el-Hagar (Oasis d'Ad-Dakhlah)
Seth Mut el-Kharab (Oasis d'Ad-Dakhlah)
Seth Khargeh

Notes

  1. P. de Maret, L’oryctérope, un animal « bon à penser » pour les Africains est-il à l’origine du dieu égyptien Seth ?, Bulletin de l’Institut français d'archéologie orientale, 105, 2005, pp. 1-20.
  2. Texte, traduction et notes en sont donnés en dernier lieu chez M. Broze, Mythe et roman en Égypte ancienne, p. 13-124
  3. Ouser, Weser, Ausare en égyptien ; dieu roi de l'Égypte
  4. Broze 1996.
  5. Gardiner 1931, p. 10-11.
  6. Patanè 1991, p. 91-93.
  7. Velde 1967, p. 32-53.
  8. Velde 1967, p. 43 : « Seth has sexually abused Horus, and Horus has tricked Seth. Thereby cosmic powers have been wasted. Seth's homosexual act threatens to change the cosmos into chaos. »

Bibliographie

  • Michèle Broze, Mythe et roman en Égypte ancienne. Les aventures d'Horus et Seth dans le Papyrus Chester Beatty I, Peeters, Louvain, 1996  ;
  • Alan Henderson Gardiner, The Library of A. Chester Beatty. Description of a Hieratic Papyrus with a Mythological Story, Love Songs, and Other Miscellaneous Texts, n°1, sans éditeur, Londres, 1931  ;
  • Massimo Patanè, « Existe-t-il dans l'Égypte ancienne une littérature licencieuse ? », dans Bulletin de la société française d'égyptologie, no 15, 1991  ;
  • Herman te Velde, Seth, God of Confusion. A Study of his Role in Egyptian Mythology and Religion, Brill, Leyde, 1967 (réimpr. 1977)  ;
  • Jean-Fabrice Nardelli, Homosexuality and Liminality in the Gilgamesh and Samuel, Hakkert, Amsterdam, 2007.
    On trouvera beaucoup de données et de bibliographie dans ce livre très documenté p. 59-61 (le Papyrus de Kahun) et 78-93 (réexamen de tout le dossier de l'homosexualité des deux dieux). Il conclut p. 91 que :
    « The more one looks at the evidence witnessing Seth’s homosexuality from the viewpoint of textual internal motivation for such a behaviour in each myth where it appears, the less one feels bound to suspect that Seth indulges in it for its own sake, so as to satisfy his libido in keeping with his fundamental nature of the divinity of the margins and confusion rather than of plain darkness. If, as it turns out in specific passages, same-sex happens to be a means to attain other goals of his, all the better, but I am confident that, with varying degrees of predominance, sensual pleasure is what Seth desires most in his coupling with Horus. »
     
  • Fernand Comte, Le Larousse des Mythologies du Monde .

Voir aussi


nothumb  Histoire • Géographie • Mythologie • Dieux • Art / Pyramides • Sciences • Vie quotidienne / Organisation politique / Pharaons  Égyptologie • BibliographieLexique • Index
Egyptopedia Un article égyptologique au hasard :

Péluse

Modifications du jour
  • Portail de l’Égypte antique Portail de l’Égypte antique
Ce document provient de « Seth ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Séth de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Seth — ist der Name folgender Personen oder Figuren: Sohn Adams im Tanach, siehe Set (Bibel) ägyptischer Gott, der Osiris tötete, siehe Seth (Ägyptische Mythologie) ägyptischer Pharao, siehe Seth (König) kanadischer Comic Zeichner und Texter, siehe Seth …   Deutsch Wikipedia

  • Seth — /seth/, n. 1. the third son of Adam. Gen. 4:25 2. a male given name: from a Hebrew word meaning substitute. /sayt/, n. Egyptian Relig. Set. * * * I or Set Ancient Egyptian god and patron of the 11th nome, or province, of Upper Egypt. A trickster …   Universalium

  • SETH — (Heb. שֵׁת), antediluvian patriarch, son of Adam and Eve. The Bible has preserved two different traditions regarding Seth. In one Seth is the third son of Adam and Eve, born to them after the murder of Abel (Gen. 4:25 (J). His name is said to… …   Encyclopedia of Judaism

  • Seth [1] — Seth (Set), ägypt. Gott, der als Stadtgott vornehmlich in dem oberägyptischen Ombos (auf dem westlichen Nilufer bei Nagâde) verehrt und nach der Gründung des oberägyptischen Reiches zu dessen Schutzgottheit wurde. Die Sage berichtet von den… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Seth — m Biblical: name (from a Hebrew word meaning ‘appointed, placed’) of the third son of Adam, who was born after the murder of Abel (Genesis 4: 25, ‘And Adam knew his wife again; and she bare a son, and called his name Seth: For God, said she, hath …   First names dictionary

  • Seth — Seth1 [seth] n. [LL(Ec) < Gr(Ec) Sēth < Heb shet, lit., appointed < shat, to put] 1. a masculine name 2. Bible the third son of Adam: Gen. 4:25 Seth2 [sāt] n. var. of SET …   English World dictionary

  • Seth — Seth, prop. n. (Egyptian Mythology) An evil beast headed god with high square ears and a long snout; his was the brother and murderer of Osiris. Called also {Set} [WordNet 1.6] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Seth — dieu égyptien du Mal et des Ténèbres, frère d Osiris, qu il assassina. Seth personnage biblique, troisième fils d Adam et d éve (Genèse, IV, 25) …   Encyclopédie Universelle

  • Seth — (d.i. der Gesetzte, Ersatzmann), dritter Sohn Adams, welchen Eva nach dem Tode Abels u. dem Abfall Kains gebar u. welcher 912 Jahre alt geworden sein soll. Die Secte der Sethianer (s.d.) hielten S. für den Sohn eines weiblichen Äon, geschaffen an …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Seth [2] — Seth, nach 1. Mos. 4 u. 5 Sohn Adams, Stammvater der Sethiten, die sich vor den Nachkommen seines Bruders Kain (Kainiten) durch Gottesfurcht auszeichneten. S., der zweite der sogen. Urväter, erreichte wie diese ein ungewöhnlich hohes Alter; er… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.