Stephane Zagdanski


Stephane Zagdanski

Stéphane Zagdanski

Stéphane Zagdanski
S. Zagdanski à Rambouillet, été 2009
S. Zagdanski à Rambouillet, été 2009

Activité(s) romancier, essayiste
Naissance 28 avril 1963
Paris, France
Langue d'écriture Français

Stéphane Zagdanski est un romancier et un essayiste français né à Paris le 28 avril 1963.

Sommaire

Biographie

Stéphane Zagdanski est le troisième garçon d'une famille juive dont les grands-parents ont émigré de Pologne au début du vingtième siècle[1].

Peu avant sa naissance, ses parents déménagent avec ses deux frères dans la banlieue ouest de Paris, où Zagdanski mènera une enfance qu'il déclare dans ses mémoires parfaitement épanouie[2].

À vingt ans, en même temps qu'il poursuit des études de philosophie à la Sorbonne, la lecture d'Emmanuel Lévinas l'introduit au Talmud et à la pensée juive, laquelle l'enthousiasme aussitôt ; il y perçoit un mélange de profondeur et de fantaisie typiquement littéraire à ses yeux[3].

À vingt-trois ans, il passe une maîtrise de philosophie inspirée par l'œuvre d'Emmanuel Lévinas, en même temps qu'il rédige un premier roman théologico-érotique qui restera inédit[4]. Sitôt sa maîtrise obtenue, il quitte l'université pour se consacrer exclusivement à l'écriture.

Premiers textes en revue

En décembre 1987 paraît dans la revue Pardes sa première étude consacrée à la pensée juive, intitulée « La Chair et le Verbe », reprise en volume en 2003 dans Fini de rire. Il s'agit d'une réflexion sur l'incarnation selon l'axe thématique de la putréfaction dans la littérature rabbinique.

En octobre 1989, la revue Les Temps Modernes publie une étude où Zagdanski mêle à une méditation sur Le Château de Kafka des considérations sur le temps dans la pensée juive[5].

De L'Impureté de Dieu à De l'antisémitisme

En 1991, paraît aux éditions du Félin son premier ouvrage, L'Impureté de Dieu : Souillures et Scissions dans la pensée juive. Rendant hommage à la mystique et à la pensée juives, Zagdanski reprend quelques éléments de son étude « La Chair et le Verbe » et tâche d'analyser le thème de l'impureté selon diverses perspectives bibliques et rabbiniques, parmi lesquelles la création du monde, le péché originel, la babélisation des langues, l'herméneutique, le rituel, etc.

En 1993, Zagdanski publie chez Gallimard, dans la collection de Philippe Sollers, Céline seul, un essai où il tente de résoudre la question complexe de l'antisémitisme de Céline, et du rôle cathartique que cette furie pamphlétaire a pu jouer dans l'élaboration de son génie romanesque.

En 1994, paraît chez Gallimard Le Sexe de Proust, essai qui questionne les frontières imaginaires entre « normalité » et « inversion » dans À la recherche du temps perdu, frontières que Proust, selon Zagdanski, ne s'est jamais interdit de traverser en pensée[6].

En 1995, Zagdanski publie chez Julliard De l'antisémitisme, un essai sur la « question juive », considérée à la lumière de l'exégèse midrachique de l'histoire de Balak et Balaam dans le livre des Nombres, exégèse entremêlée de dialogues avec deux complices imaginaires et anagrammatiques, ainsi que de nombreux petits récits vécus.

La parution de De l'antisémitisme vaut à Zagdanski l'expérience de ses premières invitations sur les plateaux télévisés français[7] et une notoriété médiatique naissante[8].

C'est également durant ces années qu'il s'initie à l'hébreu biblique et au grec antique[9].

Des Intérêts du temps à Miroir amer

En 1996, son premier roman, Les intérêts du temps[10], explore les ravages planétaires de la cybernétique à travers l'itinéraire d'un jeune érudit nommé « Martin Heidegger », passionné de littérature grecque antique, confronté aux coulisses grotesques d'un magazine culturel[11]. Le narrateur y croise des personnages interlopes et nihilistes, comme l'époque même qu'il décrit[12].

L'année de ses 33 ans, Zagdanski écrit ses mémoires qu'il intitule Mes Moires, publiées chez Julliard en 1997. Il s'agit de notices rapides portant chacune un intitulé, sur le modèle d’Aurore de Nietzsche. Zagdanski y révèle son parcours combatif de jeune écrivain, évoquant la résistance qu'eurent à contrecarrer ses textes avant leur publication, jusqu'à la parution de L'impureté de Dieu. Il y décrit également nombre de rencontres érotiques, y publie une part de sa correspondance, et achève le livre, après la reproduction en fac-similé d'un cardiogramme automatique obtenu en pharmacie, sur la réaffirmation de sa joie de vivre dite résurrectionnelle.

En 1999 paraît chez Gallimard le second roman de Zagdanski, Miroir amer. Ce roman traite de la manipulation du vivant et médite sur ce qui relie le naître et le mourir. On y découvre les affres d'un homme qui ne se remet pas de sa propre conception par fécondation in vitro. Ce roman est également une critique des leurres que ce qu'il nomme « la Technique » place dans l'existence des hommes, et le double sens du titre évoque la cécité d'un reflet devenu le seul horizon du destin (« amer » désignant aussi en termes de navigation un point de repère sur lequel un navire se guide).

Notes manuscrites de Stéphane Zagdanski

À la même époque, Zagdanski rédige une sorte d'appendice à Miroir amer, qui paraîtra dans la revue L'infini à l'automne 1999, sous la forme d'une étude critique des dérives les plus contemporaines de « la Technique », intitulée « La Science idolâtre ». Cette étude s'achève par l'exégèse du passage de la Genèse concernant la stérilité de Rachel et les manipulations de Jacob pour faire proliférer les brebis que lui offre Laban.

De Pauvre de Gaulle! à Noire est la beauté

En mars 2000, Zagdanski publie Pauvre de Gaulle! aux éditions Pauvert/Fayard. Ce roman retrace sur un mode comique et sarcastique un siècle d'histoire de France, à travers la figure emblématique du Général de Gaulle. Le livre se présente sur 580 pages à la fois comme un pamphlet critique consacré à la vie, à l'œuvre et aux influences idéologiques de De Gaulle (depuis les écrits moralisateurs de sa grand-mère Joséphine jusqu'à son ultime visite à Franco, l'année précédant sa mort) ; comme le récit de la rédaction du livre lui-même, décrivant les réactions à ce projet de ses proches, de sa fiancée brésilienne, de son éditeur, de ses amis écrivains; et comme la narration d'un mois passé à Londres, où le narrateur s'inspire de l'exil de quelques écrivains qui l'ont précédé dans la capitale britannique. Il y relate aussi l'histoire de sa famille paternelle pendant l'Occupation à Paris. Pauvre de Gaulle! est ainsi un hybride de roman, de journal intime, de pamphlet, d'essai historique et de récit de voyage.

Stéphane et Viviane Zagdanski à Paris, été 2007.

C'est également au début de l'année 2000 que Stéphane Zagdanski rencontre Viviane, la jeune femme centrafricaine qu'il épousera en juillet de la même année[13], et qui deviendra le modèle du personnage central de son roman Noire est la beauté.

Au printemps 2001, Autour du désir, défini par Zagdanski comme un texte de « théâtre », est publié aux éditions du Passeur. Il s'agit d'une série de courts dialogues intimes entre un homme et une femme dont on ignore tout : La femme commence par demander à l'homme pourquoi il ne lui a jamais fait de déclarations d'amour, l'homme essaie de se justifier, elle pleure doucement. Peu à peu ils parlent du désir et de tout ce qu'il entraîne, évoquent des souvenirs, discutent de tableaux et de textes… À la fin de la pièce, ils font l'amour, on les entend jouir, le rideau tombe. Leurs dialogues sont entrecoupés de rapides digressions philosophiques et théologiques sur le thème du désir dans la peinture de Picasso principalement, dans la mythologie antique, et dans la pensée juive[14].

Noire est la beauté paraît en septembre 2001 chez Pauvert/Fayard. Ce roman, sous la forme d'une histoire d'amour entre un peintre français et une femme centrafricaine, traite du combat spirituel entre les ténèbres et la lumière, l'Occident et l'Afrique, la fadeur et les couleurs. Noire est la beauté offre aussi un portrait de la petite communauté des Centrafricains de Paris, à travers leurs conversations, leurs disputes, leurs habitudes, leurs musiques, leurs espérances et leur langage (le sango, la langue parlée majoritairement en Centrafrique).

De La Vérité nue à Fini de rire

À partir de 2002, Zagdanski publie plusieurs livres qui récapitulent le travail qu'il a entrepris depuis dix années. En avril 2002, paraît chez Pauvert/Fayard La Vérité nue, un « duo » co-écrit avec Alina Reyes, dialogue dans lequel chacun évoque son histoire, ses livres respectifs, et fait part de ses réflexions sur l'époque et les contemporains.

En 2004, paraissent en même temps deux recueils chez Pauvert/Fayard, dont l'un, Les Joies de mon corps, est défini comme un « florilège », tandis que l'autre, Fini de rire, est sous-titré « Études ». Les joies de mon corps est composé de textes assez courts et d'entretiens parus pour la plupart dans des journaux, des magazines ou des revues de littérature. On y trouve aussi bien des récits autobiographiques que des divertimenti sur les classiques (des Présocratiques à Guy Debord en passant par le Roman de Renart et les Mémoires d'outre-tombe…), sur les peintres (de Lascaux à Picasso en passant par Tiepolo et Piazetta…), et sur quelques auteurs vivants, comme Philip Roth et Philippe Sollers.

Fini de rire pour sa part est composé de longs textes dont plusieurs étaient restés alors inédits. La préface, intitulée « Le Corps de Dieu », revient sur l'attachement de Zagdanski à la mystique et la pensée juives. La postface, « Tricherie sur la substance, Défense et illustration de la pensée juive » est une critique des positions du linguiste Henri Meschonnic à la fois sur l'hébreu biblique et sur la pensée de Martin Heidegger[15].

En 2004, Zagdanski crée et met en ligne le site littéraire et philosophique Paroles des Jours dont le fonctionnement s'apparente à celui d'une revue indépendante de tout organisme éditorial, universitaire ou médiatique. Aucune biographie ni bibliographie, aucune publicité ni lien vers des librairies en ligne, mais des textes, des archives audio et vidéo rares et des entretiens vidéos de philosophes et d'écrivains contemporains (Gérard Guest, François Meyronnis, François Fédier, Bernard Sichère, Éric Marty, Yannick Haenel…) autour de thèmes et d'auteurs variés : Nietzsche, Debord, Heidegger, Homère, le Talmud, la Cabale, l'Islam, le Cinéma, l'Économie planétaire…[16]

Depuis 2007, Paroles des Jours organise et diffuse le séminaire de Gérard Guest intitulé « Investigations à la limite, une phénoménologie de l'extrême »[17].

De La Mort dans l'œil à Debord ou la Diffraction du temps

Fruit de trois années de travail, en septembre 2004 paraît aux Éditions Maren Sell l'essai La Mort dans l'œil sous-titré Critique du cinéma comme vision, domination, falsification, éradication, fascination, manipulation, dévastation, usurpation. Suivant l'axe d'une analyse ligne à ligne du Timée de Platon, Zagdanski s'y livre à une réflexion critique consacrée aux aspects métaphysiques du cinéma et aux phénomènes qui, selon Zagdanski, s'y rattachent intimement, tels que le daguerréotype, les « zoos humains », les jeux vidéos, la publicité, la « RealTV », etc.[18]. Il s'agit aussi d'une méditation sur les fondements comparés de l'Image (au sens technique d'un reflet industriellement reproductible) et du Verbe (lequel selon Zagdanski dévoile ses moires dans les œuvres des plus grands génies de la littérature). Après sa lecture de La Mort dans l'œil, Jean-Luc Godard, que l'essai n'épargne pourtant pas, propose en novembre 2004 à Zagdanski un dialogue radiophonique autour du cinéma et de la littérature[19].

En 2005, il publie Jouissance du temps aux Éditions Fayard, un recueil de nouvelles dont chacune est une variation sur le thème de l'éros, écrite selon une perspective et dans un style différents.

En 2008, paraît chez Gallimard Debord ou la Diffraction du temps, un essai consacré à l'auteur de La Société du spectacle dont le nom et les textes sont régulièrement évoqués par Zagdanski depuis Les Intérêts du temps. Zagdanski analyse et commente divers aspects de la vie, de la pensée et de l'œuvre de Guy Debord, aspects qu'il éclaire les uns par les autres selon le principe, posé par Debord, d'une indissociation entre sa théorie, sa pratique, et sa vie quotidienne. En outre la pensée heideggérienne du « On » et de l’Ereignis est pour Zagdanski un axe d'interprétation essentiel.

Parallèlement à l'écriture de ses livres et, paradoxalement à sa critique de l'Image comme Weltanschauung, Zagdanski conçoit en 2003 une nouvelle émission culturelle pour la télévision, produite en 2005 par Catherine Barma et dont l'animation est confiée à Daniel Picouly et la diffusion à France 5.

Thèmes

Le Temps

Le thème de la temporalité apparaît dès l'étude La Chair et le Verbe, laquelle défend l'idée d'un temps malléable (celui de la résurrection), conformément à l'affirmation herméneutique classique selon laquelle « il n'y a pas d'avant ni d'après dans la Thora ». Ce thème traverse toute l'œuvre de Stéphane Zagdanski jusqu'à son essai consacré à Debord, où la notion de « diffraction du temps » suppose une issue poétique et pensive hors du calendrier social, au gré de l'intensité méditée d'instants vécus librement. Ce thème (qui intervient dans plusieurs titres : Les Intérêts du temps, Jouissance du temps, Debord ou la Diffraction du temps), correspond à la tentative, chez Zagdanski, de concevoir une temporalité différente du temps chronologique de la métaphysique, lequel est fondé, depuis « l'image mobile de l'éternité » de Platon, sur un déroulement rationnel, calculable et fatal du passé vers le futur en fonction d'une « succession des maintenants » (La Mort dans l'œil).

L'Image

La Société contemporaine

La pensée juive

Critiques

Eliane Tonnet-Lacroix retrace dans La Littérature française et francophone de 1945 à l'an 2000 les spécificités du style de Zagdanski : « Stéphane Zagdanski, lui, vise à donner une vision d’ensemble de l’époque. Son premier roman, Les Intérêts du temps (1996), se présente comme une sorte d’« agenda » du héros, Martin Heidegger, écrivain et penseur comme son illustre homonyme. Alternant scènes comiques, conversations savantes, réflexions acides et paradoxales, Zagdanski fait, avec brio et un sens évident de la provocation, un tableau féroce de notre ode technologique, érotique et médiatique, où règnent les simulacres de la culture comme ceux de l’amour[20] ».

Philippe Forest, dans son analyse de Miroir amer, énumère les thèmes abordés par Zagdanski : « On touche là à un gisement de sens particulièrement dense et profond (l'enfance et la mort, la sexualité et la technique, l'identité et la gémellité) dont le lecteur s'étonnera peut-être qu'il fournisse sa matière à un roman aussi elliptique que Miroir amer. Avec son style souvent sur-écrit, son intrigue discontinue se défaisant en une série de scènes floconneuses, avec ses personnages absents au drame de leur propre vie, le nouveau roman de Zagdanski peut sonner étrangement aux oreilles d'un lecteur habitué à un traitement plus naturaliste de thèmes semblables. Mais on aurait tort d'imputer trop vite la tonalité bizarre du récit à la maladresse ou à la confusion du propos. En vérité, Miroir amer nous fait entrer dans ce monde d'après la Technique qui est déjà le nôtre et où toute forme d'intériorité se trouve comme évidée, congédiée. [21] ».

Jean-Pierre Salgas, à propos de Pauvre de Gaulle !, compare Zagdanski à Gombrowicz: « Dans les meilleures pages (le pastiche dérisoire du destin gaullien : Zagdanski s’exile à Londres, dans la langue de Shakespeare et Churchill, au pays du dernier Freud), Zagdanski peut rappeler le Gombrowicz de Trans-Atlantique, face à une France polonisée en adoration devant son totem. »[22]

Cécile Guilbert, dans sa critique de Debord ou la Diffraction du temps, définit le style de l'essayiste ainsi : « Aussi, ce quinzième opus s'avère parfaitement « zagdanskien ». Dans les thèmes - temps, stratégie, jeu, style, poésie, érotisme, souveraineté - qui contribuent à la définition du génie comme « virtuose du vrai » qui sied admirablement à Guy Debord (1931-1994), théoricien critique radical dont l'auteur radiographie ici et de manière kaléidoscopique l'impeccable pensée. Comme dans le style qui - avec ses rafales d'adjectifs antéposés et sa pulsion allitérative - propulse une vivacité aussi railleuse qu'empathique. Tentant un rapprochement fécond avec Heidegger, Zagdanski n'évite pourtant pas certaines confusions et des angles morts demeurent. Pourquoi taire l'énorme dette de Debord à l'égard de Dada et du surréalisme dans l'histoire de ce que Nietzsche a diagnostiqué comme « nihilisme européen » ? Pourquoi refuser de voir que Debord, dernier nihiliste « actif », demeure malgré tout un « métaphysicien » ? Pourquoi aussi (et rétrospectivement) Zagdanski a-t-il « oublié », dans sa virulente critique du cinéma (Cf. La mort dans l'œil, Éditions Maren Sell), celui de Debord dont il semble tellement défendre aujourd'hui la charge subversive ? Autant de silences « en creux » qui, loin d'affaiblir l'intérêt de ce nouvel exercice d'admiration, en stimuleraient plutôt la lecture polémique[23] ».

À propos du même ouvrage, le critique de Nonfiction Yan Ciret avance : « Là où Zagdanski excelle, c’est dans la mise en miroir des différentes périodes, les jointures de l’artiste du "non-art" et de l'écrivain insurrectionnel, les temporalités de la jeunesse lettriste, celle du dépassement de l’esthétique, avec les engagements dans la révolution de Mai 68 - qu’il place au centre, dans le détail des heures et des jours, des occupations d’usines, de la Sorbonne. L’introduction récurrente de la Torah, (« Il y a, profondément ancrée en Debord, une passion pour l’Ereignis, un puissant désir de faire advenir une face inédite du temps – sa face plurielle de plénitude : ce que le midrash nomme pour sa part "les soixante-dix visages de la Torah" […] ») ne laisse pas de paraître comme une pièce rapportée. Sur un échiquier qui n’en dit mot, cet appui hébraïque fonctionne comme une métaphore pénétrante, mais oublie l’athéisme radical de toute une vie, qui ne chercha le messianisme que dans le bouleversement des ordres établis. En dépit de ces écarts juxtaposés, que la pensée de Debord rejette par elle-même, Zagdanski ne lâche pas son fil. Il nous donne des pages d’une force, à chaque fois renouvelée, sur les événements politiques, que les situationnistes eurent la lucidité de décrypter au plus juste, sur Machiavel qui servit de guide stratégique à Debord, il nous entraîne avec maestria dans les opérations de combats, dans l’Italie des années de plomb, à travers l’Espagne et le Portugal en période pré-révolutionnaire, avant que la sortie du fascisme ne se transforme en montée du soir déceptive[24]. »

Un autre critique littéraire de Nonfiction, Fabien Danesi regrette que l'empathie de Stéphane Zagdanski pour Debord serve surtout « de caution à sa réflexion qui se voudrait acérée mais prend trop souvent la forme d’un exercice grandiloquent de lamentation contre "la bassesse spirituelle des humains demeurés de [son] temps" » et qu'en « reprenant littéralement la position de Debord pour la renforcer, l’ouvrage de Zadganski ne fait que l’affaiblir : à clamer haut et fort son désir de s’inscrire dans cette admirable lignée, l’écrivain s’octroie surtout une légitimité à peu de frais[25]. »

Pour Pierre Jourde, Zagdanski appartient à la population des « ridicules », celle des « bien-pensants qui font les libérateurs, [d]es néo-académiques qui jouent les révoltés, [d]es marchands de poncifs et de bons sentiments qui font les dérangeants ». Pour l'auteur de La littérature sans estomac, Zagdanski comme d'autres s'inscrit dans le triptyque « pensée absente, style à pleurer, couverture médiatique garantie »[26].

Jean Zeboulon, lui, compare le style de Stéphane Zagdanski à celui de Thelonious Monk : « Un style qui swingue comme swinguent les musiques de Thelonious Monk. Une même langue lumineuse, acide, cassante, syncopée, libre, impromptue, autant qu’inspirée… »[27].


Œuvres

Essais
  • L'Impureté de Dieu : Souillures et Scissions dans la pensée juive, Éditions du Félin, 1991 (rééd. revue et augmentée, 2005) (ISBN 2866455967)
  • Céline seul, Gallimard, 1993 (ISBN 207072963X)
  • Le Sexe de Proust, Gallimard, 1994 (ISBN 2070738779)
  • De l'antisémitisme, Julliard, 1995 (rééd. revue et augmentée, Climats Flammarion, 2006), 312 p.  (ISBN 2082131254)
  • La Mort dans l'œil : Critique du cinéma comme vision, domination, falsification, éradiction, fascination, manipulation, dévastation, usurpation, Maren Sell Éditeurs, 2004, 350 p.  (ISBN 2350040070)
  • Debord ou la Diffraction du temps, Gallimard, 2008 (ISBN 2070119629)
Romans
  • Les Intérêts du temps, Gallimard, 1996 (ISBN 2070742865)
  • Miroir amer, Gallimard, 1999, 160 p.  (ISBN 2070754391)
  • Pauvre De Gaulle !, Pauvert, 2000, 575 p.  (ISBN 2720213861)
  • Noire est la beauté, Pauvert 2001 (rééd. Le Livre de Poche, 2003), 400 p.  (ISBN 2253154547)
Théâtre
  • Autour du désir, Le Passeur, 2001, 160 p.  (ISBN 2907913794)
Études
  • La Vérité nue (avec Alina Reyes), dialogue, Pauvert, 2002, 200 p.  (ISBN 2720214574)
  • Fini de rire, Études, Pauvert, 2003 (ISBN 2720215007)
  • Les Joies de mon corps, Florilège, Pauvert, 2003 (ISBN 2720214825)
Mémoires
  • Mes Moires, Julliard, 1997 (ISBN 2260013864)
Nouvelles
  • Jouissance du temps, Fayard, 2005 (ISBN 221362335X)

Œuvres cinématographiques consacrées à l'auteur

  • Die Nacht/La Nuit #74, un film de Paul Ouazan consacré à Stéphane Zagdanski (production Arte, avril 2008).
  • Résurrection de Proust par Stéphane Zagdanski, Un film de Jean-Hugues Larché, Collection Penseurs du Vingt et Un (Production R de Paradis, juin 2008, couleurs, 70 min)

Notes et références

  1. « Élevé dans une atmosphère ashkénaze au traditionalisme minimaliste et permissif, ma pratique et ma connaissance du judaïsme se résumaient à avoir été circoncis, fait ma bar-mitsvah et appris pendant l’enfance quelques prières en grande partie oubliées depuis. » Préface à la seconde édition de L'Impureté de Dieu
  2. « Vécu de ma naissance à douze ans à La Celle-Saint-Cloud (« Petit-Château » de Madame de Pompadour), Yvelines, banlieue ouest de Paris, dans la résidence de Bel-Ébat. Je n'ai pensé que récemment que ce nom avait un sens. Et en effet mon enfance fut un bel ébat, la plus heureuse qui soit. Elle est là, elle flotte encore en moi aujourd'hui et à jamais, comme un inébranlable socle de joie. » Mes Moires
  3. « D’emblée cette puissante "étrangeté" de la pensée juive me parla intensément. Comme Héraclite ou Parménide, Nietzsche ou Pascal, comme la Bible bien sûr, c’était à mes yeux de la littérature à l’état pur. » Préface à la seconde édition de L'Impureté de Dieu
  4. « L'Escapade. Mon premier vrai roman, intrigue historico-pornographique née d'un verset de l'Évangile selon Luc. J'imagine la personnalité et la vie du "noble Théophile" inconnu des commentateurs. » Mes Moires
  5. « Signes du Temps. Essai sur la temporalité dans la littérature rabbinique et dans Le Château de Kafka ». Repris dans Fini de rire en 2003
  6. « La révélation primordiale de la Recherche est l'hétérosexualité de l'écriture, ce que Proust n'a découvert qu'autant qu'il était lui-même hétérosexuel dans l'âme, comme on est circoncis du cœur. L'âme… le corps… le cœur… l'esprit…, toute une théologie - la catholique - en dehors de quoi il est ridicule de prétendre lire Proust, comme d'espérer faire aimer Sade à un mormonLe Sexe de Proust
  7. Voir en ligne trois interviews télévisées de Stéphane Zagdanski à propos de l'antisémitisme sur LCI puis France 2, en mai et octobre 1995
  8. Cf. Maquillage du crime[pdf], réflexion inspirée par l'expérience des plateaux télé, et Le roi Reflet[pdf], consacré à la notoriété médiatique
  9. Cf. Les Intérêts du temps p. 29-30 : « Pourquoi j'aime autant le grec. Parce que j'aime le français /…/ Je m'abîmais bientôt avec fougue dans ce que Chateaubriand nomme les "conjugaisons perplexes" du grec. »
  10. « Stéphane Zagdanski vise à donner une vision d'ensemble de l'époque. Son premier roman, Les Intérêts du temps (1996), se présente comme une sorte d’"agenda" du héros, Martin Heidegger, écrivain et penseur comme son illustre homonyme (cette référence au philosophe de l'Être, qui condamne le règne de la technique, est révélatrice). Alternant scènes comiques, conversations savantes, réflexions acides et paradoxales, Zagdanski fait, avec brio et un sens évident de la provocation, un tableau féroce de notre monde technologique, érotique et médiatique, où règnent les simulacres de la culture comme ceux de l'amour. » Éliane Tonnet-Lacroix, La littérature française et francophone de 1945 à l'an 2000, L'Harmattan, 2003
  11. « Les intérêts du temps, premier roman de Stéphane Zagdanski, a paru à l'automne 1996. De septembre à septembre, le lecteur y suit une année dans la vie d'un jeune écrivain. En son sein, le roman offre différentes définitions de lui-même. Il se présente comme une sorte d'agenda, composé sur les marges où le temps s'écrit de lui-même, révélant la fiction de son pourquoi, la fibre de son comment. De cela vient la structure éminemment mobile d'un roman qui laisse joyeusement se multiplier en lui les instants joués sur la scène écrite de la perception et de la pensée.» Philippe Forest in De Tel Quel à l’infini, Allaphbed 2, éditions Cécile Defaut, janvier 2006
  12. Cf. l'analyse d'une invitation de Zagdanski à Nulle Part Ailleurs lors de la sortie des Intérêts du temps, par Philippe Le Guern et Philippe Teillet dans « Canal Plus de légitimité ? Les processus médiatico-publicitaires de consécration culturelle à l’émission Nulle Part Ailleurs », dans la revue Cairn no 117, janvier 2003.
  13. Cf. le récit autobiographique Ma Zandée[pdf]
  14. Cf. le montage vidéo tiré d'Autour du désir sur Paroles des Jours.
  15. « Ce que Meschonnic nomme, lui, "pensée juive christianisée", en ne citant pratiquement jamais le Talmud, le Midrach, le Zohar, ni la Cabale, c’est son propre universitarisme mal refoulé, dont l’avers est sa linguistrerie obsessionnelle et l’envers sa poésie puérile, geignarde et apeurée. » Fini de rire
  16. Cf. la liste complète des publications de Paroles des Jours
  17. Consulter les archives vidéos du séminaire de Gérard Guest
  18. Cf. le montage vidéo tiré de La Mort dans l'œil sur Paroles des Jours.
  19. Le dialogue Godard-Zagdanski, reproduit en version courte sur France-Culture et dans le Nouvel-Observateur, est en ligne dans son intégralité sur Paroles des Jours (Dialogue entre Jean-Luc Godard et Stéphane Zagdanski autour de la littérature et du cinéma)
  20. Eliane Tonnet-Lacroix, La Littérature française et francophone de 1945 à l'an 2000, p. 310. [lire en ligne]
  21. Allaphbed 2, p. 315. Lire en ligne l'étude de Philippe Forest sur Les Intérêts du temps et Miroir amer[pdf]
  22. Vient de paraître no 3, décembre 2000, Bulletin des nouveautés du Ministère des Affaires Étrangères, p. 30-31[pdf]
  23. Voir l'article de Cécile Guilbert, in Magazine Littéraire
  24. « Debord sans temps mort », Yan Ciret, Nonfiction, 23 mai 2008.
  25. Fabien Danesi, « Debord must go on ? », 29 mai 2008.
  26. « Pierre Jourde en interview »
  27. Die Nacht/La Nuit no 74 du 29 avril 2008 consacré à Stéphane Zagdanski

Références bibliographiques

  1. De Tel Quel à l’infini, Allaphbed 2, Éditions Cécile Defaut, 2006, p. 309-316.
  2. Le Roman, le réel: un roman, est-il encore possible?, Pleins Feux, 1999, 86 p.  (ISBN 2912567750), (ISBN 9782912567758).
  • Éliane Tonnet-Lacroix, La Littérature française et francophone de 1945 à l'an 2000, L'Harmattan, 2003, 415 p. (ISBN 2747538877) (ISBN 9782747538879)

Liens externes


  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « St%C3%A9phane Zagdanski ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Stephane Zagdanski de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Stéphane Zagdanski — S. Zagdanski, printemps 2010 Activités romancier, essayiste …   Wikipédia en Français

  • Zagdanski — Stéphane Zagdanski Stéphane Zagdanski S. Zagdanski à Rambouillet, été 2009 Activité(s) romancier …   Wikipédia en Français

  • Stéphane Zaech — Stéphane Zaech, né le 16 mars 1966 à Vevey, est un artiste peintre et écrivain vaudois. Sommaire 1 Biographie 2 Expositions personnelles (sélection) 3 Expositions collectives (sélection) …   Wikipédia en Français

  • Stéphane et prénoms voisins — Cette page donne par ordre alphabétique de noms les 700 et quelques pages commençant par Stéphane, ou un prénom similaire, car on dénombre une dizaine d orthographes différentes, pour un prénom qui est essentiellement le même, et avec des noms… …   Wikipédia en Français

  • Stéphane — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Stéphane », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Stéphane est un prénom épicène. En langue… …   Wikipédia en Français

  • Stéphane Fretz — Naissance 8 juillet 1966 Genève, Suisse Nationalité suisse Activité(s) Artiste peintre, graveur, éditeur Formation …   Wikipédia en Français

  • Cancer! — Cancer ! Cancer ! est une revue littéraire française fondée par Johann Cariou et Bruno Deniel Laurent en 2000 et auto dissoute en 2004. Sommaire 1 Les débuts de la revue 2 La vie de la revue 3 Polémiques …   Wikipédia en Français

  • Cancer ! — Pour les articles homonymes, voir Cancer (homonymie). Cancer ! est une revue littéraire française fondée par Johann Cariou et Bruno Deniel Laurent en 2000 et auto dissoute en 2004. Sommaire 1 Les débuts de la revue …   Wikipédia en Français

  • Guy Debord — Pour les articles homonymes, voir Debord. Guy Debord Activités Écrivain Cinéaste Théoricien révolutionnaire Naissance 28 décembre 1931 Paris, France …   Wikipédia en Français

  • Guy debord — Pour les articles homonymes, voir Debord. Guy Debord Nom de naissance Guy Ernest Debord Naissance 28 décembre 1931 Paris, France …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.