Samarkand


Samarkand

Samarcande

Samarcande – carrefour de cultures 1
Patrimoine mondial de l’UNESCO
Place Registan

Place Registan

Latitude
Longitude
39° 40′ 07″ Nord
       67° 00′ 00″ Est
/ 39.66861, 67
Pays Ouzbékistan Ouzbékistan
Type culturel
Critères (i)(ii)(iv)
Superficie 965 ha
Subdivision Région de Samarcande
No  identification (ID) 603
Région 2 Asie/Océanie
Année d’inscription 2001 (25e session)

1 Descriptif officiel (UNESCO)
2 Classification UNESCO

World Heritage Emblem.svg
Documentation du modèle
Vue du portail de la mosquée Bibi Khanoum
Décorations intérieures du mausolée Gour-Émir

Samarcande, parfois écrit Samarkand (forme anglaise) (ouzbek : Samarqand, tadjik : Самарқанд, russe : Самарканд, perse : سمرقند), population 400 000 habitants, est une ville d'Ouzbékistan, capitale de la région de Samarcande (Samarqand Viloyati). Son nom signifie probablement « lieu de la rencontre » ou « lieu du conflit » (samara : rencontre, conflit en sanskrit, kand, kent : ville, terme centre-asiatique) et illustre bien sa position à la limite des mondes turc et persan.

Sommaire

Histoire

L'occupation du site de la ville de Samarcande date du paléolithique inférieur elle est l'un des berceaux de la civilisation des peuples de l'Asie centrale. Le musée de Samarcande offre quelques exemples de silex taillés trouvés sur place. Le site archéologique est appelé Afrasiab.

Samarcande, connue alors sous le nom de Marakanda, a vu Alexandre le Grand (329 av. J.-C.). Il ira plus loin vers l'Inde mais la Sogdiane marque la limite de ses conquêtes en direction de l'Asie centrale : voir Alexandria Eskhate.

Le célèbre pèlerin chinois Xuanzang passa vers 631 par Tachkent et Samarcande lors de son voyage en Inde à la recherche de manuscrits sacrés bouddhiques. Voici son témoignage sur Samarcande :

Sa capitale (de Sogdiane) a plus de 20 li de tour (environ 10 km), excessivement forte avec une importante population. Le pays a un grand entrepôt commercial, est très fertile, abondant en fleurs et en arbres et fournit beaucoup de beaux chevaux. Ses habitants sont des artisans habiles et énergiques. Tous les pays Hou (iraniens) considèrent ce royaume comme leur centre et se font un modèle de ses institutions. Le roi est un homme d'esprit et de courage auquel les États voisins obéissent. Il a une superbe armée où la plupart des soldats sont des chakir. Ce sont des hommes de grande valeur, qui voient en la mort un retour vers leurs parents, et contre lesquels aucun ennemi ne peut tenir au combat.

Elle fut conquise par les Arabes en 712 et brilla particulièrement sous le règne des Samanides. Après la bataille de Talas en 751, où les Arabes capturèrent des artisans papetiers chinois, Samarcande devint le premier centre de fabrication du papier du monde musulman.

Le mathématicien, astronome et poète persan Omar Khayyam (1048-1131) y séjourna de 1072 à 1074, avant de s'installer à Ispahan en Iran à l'invitation du sultan seldjoucide Malik Shah Ier.

Elle fut ruinée par Gengis Khan en 1220.

Marco Polo (vers 1272) n'est pas passé à Samarcande, son itinéraire vers la Chine est plus au sud en Afghanistan. Mais son père et son oncle sont allés jusqu'à Boukhara par la route traditionnelle de la soie dont le prolongement naturel est Samarcande avant de traverser le Pamir vers Kachgar en Chine.

Samarcande est une très noble et grandissime cité, où se trouvent de très beaux jardins et tous les fruits qu'homme puisse souhaiter. Les gens y sont chrétiens et sarrasins. Ils sont au neveu du Grand Khan, qui n'est point son ami, mais bien souvent a été en querelle avec lui
Marco Polo (1255-1324) Le devisement du monde, Le livre des merveilles (Tome I), éditions FM/La Découverte

Ibn Khaldoun raconte la poussée vers la Chine par les Omeyyades :

En l'an 96 (de l'Hégire)(715) Qutayba prit la décision de faire la conquête de Kachgar, la ville chinoise la plus proche. Il commença donc son expédition, emmena avec lui les familles des soldats qu'il laissa à Samarcande, traversa le fleuve Syr Daria et disposa un contingent pour garder le passage et empêcher les troupes de revenir en arrière sans son autorisation. Ensuite, il envoya son avant-garde à Kachgar, où elle recueillit du butin et fit des prisonniers. On mit à ceux-ci le collier des tributaires et on poussa l'expédition plus loin à l'intérieur de la Chine.
Le roi de Chine écrivit à Quotayba en lui demandant de lui envoyer un noble arabe pour le renseigner sur les Arabes et leur religion. Quotayba choisit dix Arabes parmi lesquels il y avait Hohayra ibn Mochamraj al-Kilâbî, et donna l'ordre de les doter d'un bon équipement, d'habits en soie et en étoffe à ramage, et de quatre chevaux. Il leur dit : « Faites-lui savoir que je ne partirai pas avant d'avoir foulé le sol des Chinois, enchaîné leurs princes et reçu leurs butins. »
Ibn Khaldoun (1332-1406) Peuples et Nations du monde, édition Sindbad

En fait des négociations s'engagent et les Arabes n'iront pas plus loin.

Ibn Battuta séjourne à Samarcande (vers 1335). À cette époque, Samarcande avait été détruite par les Mongols de Gengis Khan en 1220, et n'était pas encore reconstruite (vers 1370) par Tamerlan qui naquit quelques années après le passage d'Ibn Battouta. Il décrit des monuments qui n'existent plus.

Je me dirigeai vers la ville de Samarcande, une des plus grandes, des plus belles et des plus magnifiques cités du monde. Elle est bâtie sur le bord d'une rivière nommée rivière des Foulons, et couverte de machines hydrauliques, qui arrosent des jardins. C'est près de cette rivière que se rassemblent les habitants de la ville, après la prière de quatre heures du soir, pour se divertir et se promener. Ils y ont des estrades et des sièges pour s'asseoir, et des boutiques où l'on vend des fruits et d'autres aliments. Il y avait aussi sur le bord du fleuve des palais considérables et des monuments qui annonçaient l'élévation de l'esprit des habitants de Samarcande. La plupart sont ruinés, et une grande partie de la ville a été aussi dévastée. Elle n'a ni muraille ni portes. Des jardins se trouvent compris dans l'intérieur de la ville. Les habitants de Samarcande possèdent des qualités généreuses, et ont de l'amitié pour les étrangers ; ils valent mieux que ceux de Boukhara.
Ibn Battouta (1304-1368) Voyages (Tome II), édition FM / La Découverte

Elle devint en 1369 la capitale de Tamerlan, qui y rapportera de Perse les restes supposés du prophète Daniel (Doniyor en ouzbek). Les monuments édifiés par les Timourides (descendants de Timur Lang ou Tamerlan) font la gloire de la cité. Oulough Beg (1394-1449), petit-fils de Tamerlan, prince et astronome, y fait construire un observatoire où il mène des travaux de grande qualité avec quelque 70 savants dont Qadi-zadeh Roumi, al-Kachi et Ali Quchtchi. Après sa mort, la vie intellectuelle et artistique des Timourides se concentre à Hérat en Afghanistan, en particulier chez son parent le prince et mécène Husayn Bayqara (règne 1469-1506).

En 1507, les Timourides sont renversés par les Ouzbeks de la dynastie des Chaybanides. Lors du morcellement de l'actuel Ouzbékistan en trois khanats (Khiva, Boukhara et Kokand) qui interviendra par la suite, Samarcande est rattachée au khanat de Boukhara.

En 1868, elle passe sous domination russe, avant de devenir, en 1925, la capitale de l'Ouzbékistan soviétique. Elle perdra cette place au profit de Tachkent en 1930.

André Hossein, le père de Robert Hossein, y est né en 1905.

En mai 2007, l'UNESCO célèbre le 2750e anniversaire de Samarcande et le 2000e anniversaire de Marguilan. Une conférence internationale consacrée au rôle de ces villes dans l'histoire de la civilisation mondiale a lieu le 29 mai 2007 au siège de l'UNESCO à Paris.

Monuments

Madrassa Cher-Dor (1619-1635/36) située sur la place du Régistan

Les principaux monuments :

  • Mausolée de Gour-Emir (Enfants et petits enfants de Tamerlan) (1404).
  • Tombeau du prophète Daniel (Doniyor en ouzbek)

Samarcande a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2001.

Jumelages

Voir aussi

Cours de la mosquée de Bibi-Khanym

Autres utilisations du nom de Samarcande

  • Samarcande est le titre d'un roman d'Amin Maalouf mettant en scène Omar Khayyam, Hassan Sabbah et Nizam al-Molk.
  • Une des aventures de Corto Maltese, le héros d’Hugo Pratt, s’intitule La Maison dorée de Samarkand.
  • Ce soir à Samarcande est une pièce de théâtre de Jacques Deval (1954)
  • L'Amulette de Samarcande est le titre d'un roman de Jonathan Stroud. Ce livre fait partie de la trilogie de Bartiméus.
  • Samarcande semble avoir inspiré les créateurs de Final Fantasy X, car la première ville où se déplace le personnage s'appelle Zanarkand.
  • Sergey Lukyanenko, dans sa tétralogie des Watch, crée sa propre mythologie dans laquelle Samarcande abrite le tombeau de Tamerlan à l'interieur duquel se trouverait la craie du destin.
  • Garth, un personnage de Fable II est originaire de Samarcande.

Commons-logo.svg

  • Portail de l'Ouzbékistan Portail de l'Ouzbékistan
  • Portail de l’archéologie Portail de l’archéologie

Ce document provient de « Samarcande ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Samarkand de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • SAMARKAND — La ville de Samarkand, comme en témoigne la découverte d’outils datant du paléolithique inférieur et d’œuvres d’art du moustérien, est l’un des berceaux de la civilisation des peuples de l’Asie centrale. Capitale de la Sogdiane, Samarkand a vu… …   Encyclopédie Universelle

  • Samarkand — usb.: Samarqand (Самарқанд) Der Registanplatz in Sa …   Deutsch Wikipedia

  • SAMARKAND — SAMARKAND, capital of Samarkand district, Uzbekistan. Jews are mentioned there from hearsay for the first time by benjamin of Tudela (12th century) as a large community. It   was apparently destroyed when the town was captured by Bab Mehmet Khan… …   Encyclopedia of Judaism

  • Samarkand — Sȁmarkand m DEFINICIJA 1. grad u Uzbekistanu, u starom i srednjem vijeku najvažnije ekonomsko i kulturno središte srednje Azije (Timurov mauzolej i drugi spomenici) 2. (samarkand) orijentalni ćilim s velikim brojem čvorova; samara …   Hrvatski jezični portal

  • Samarkand — Samarkand, Stadt im Khanat Bukhara, am Zer Asschen (Nebenfluß des Amu Darja); Sommerresidenz des Khans, hat zahlreiche Moscheen, eine berühmte muhammedanische Hochschule, die Grabstätte Tamerlans, Fabriken in Seidenpapier, Leder, Baumwollenwaaren …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Samarkand [1] — Samarkand, Provinz des Generalgouvernements Turkistan in Russisch Zentralasien (s. d. und Karte »Zentralasien«), grenzt im N. und O. an die Provinzen Ferghana und Sir Darja, im übrigen an Bochara und hat 68,963 qkm Fläche mit (1897) 857,847 Einw …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Samarkand [2] — Samarkand, Hauptstadt der Provinz und des Kreises S. (s. oben), unter 19°39´ nördl. Br., 730 m ü. M., Station der zentralasiatischen Eisenbahn, 6 km südlich vom Flusse Serafschan in einer durch zahlreiche Kanäle aus dem Serafschan wohlbewässerten …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Samarkand — Samarkand, Gebiet im russ. Zentralasien, zum Generalgouv. Turkestan gehörig, im S. und SW. hohes Bergland (Serafschantal u.a.), das nach NW. zur Steppe herabfällt, 68.963 qkm 860.021 E., meist Usbeken (59), Tadschik (27 Proz.). – Die Hauptstadt S …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Samarkand — Samarkand, nach Bokhara die 2. Stadt der Bucharei, am Sogd (Kohik, Ser Afschan), mit 10000 E., vielen Moscheen, hoher Schule, ausgedehnter Industrie und wichtigem Verkehr mit Innerasien. S. ist das Maracanda der Alten in Sogdiana, war immer eine… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Samarkand — [sam΄ər kand′; ] Russ [ sä mär känt′] city in E Uzbekistan: capital (as MARACANDA) of Tamerlane s empire (1370 1405): pop. 371,000 …   English World dictionary

  • Samarkand — Coordinates: 39°39′15″N 66°57′35″E / 39.65417°N 66.95972°E / 39.65417; 66.95972 …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.