Saint-Émilion


Saint-Émilion
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Émilion (homonymie).

44° 53′ 37″ N 0° 09′ 17″ W / 44.8936, -0.154722222222

Saint-Émilion
Image illustrative de l'article Saint-Émilion
Administration
Pays France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Libourne
Canton Canton de Libourne
Code commune 33394
Code postal 33330
Maire
Mandat en cours
Bernard Lauret
2007-2008
Intercommunalité Communauté de communes de la Juridiction de Saint-Émilion
Démographie
Population 2 124 hab. (2006)
Densité 79 hab./km²
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 37″ Nord
       0° 09′ 17″ Ouest
/ 44.8936, -0.154722222222
Altitudes mini. 3 m — maxi. 107 m
Superficie 27,02 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Saint-Émilion est une commune française, située dans le département de la Gironde et la région Aquitaine. La juridiction de Saint-Émilion est classée au patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO. Cette juridiction se compose de huit communes : Saint-Émilion, Saint-Christophe-des-Bardes, Saint-Étienne-de-Lisse, Saint-Hippolyte, Saint-Laurent-des-Combes, Saint-Pey-d'Armens, Saint-Sulpice-de-Faleyrens et Vignonet.

Sommaire

Géographie

Saint-Émilion

Située sur les coteaux entre la Dordogne et l'Isle et entre Libourne et Castillon-la-Bataille, c'est dans cette commune que se trouve le "zéro" (000.000/000.000) du système de coordonnées suisse (lire l'article en anglais). De cette manière, sur tout le territoire helvétique, la coordonnée horizontale est toujours supérieure à la coordonnée verticale. De même, il ne peut y avoir de coordonnées négatives.

Le territoire de l'ancienne Juridiction de Saint-Emilion se situe dans le département de la Gironde à 35 kilomètres au Nord-Est de Bordeaux, entre Libourne et Castillon-la-Bataille, sur le coteau nord de la vallée de la Dordogne. Il s'étend sur 7846 hectares pour une population proche des 6 000 habitants[1].

L'Aire d'Appellation de Saint-Emilion

En créant le premier syndicat viticole de France en décembre 1884, soit quelques mois après la légalisation des syndicats, les viticulteurs et la commune de Saint-Emilion expriment leur désir de s'unir face aux difficultés. L'association s'est en effet révélée probante dans la lutte contre le phylloxéra en particulier. Mais les viticulteurs veulent aussi par ce biais défendre ensemble l'appellation Saint-Emilion. Toutefois, en 1890, est créé le syndicat groupant sept autres communes. Celui-ci revendique le droit à l'appellation en s'appuyant sur l'argument dont la valeur historique est indéniable : ces sept communes font partie de l'ancienne juridiction de Saint-Emilion (Saint Christophe des Bardes, Saint-Etienne de Lisse, Saint-Hippolyte, Saint-Laurent des Combes, Saint-Pey d'Armens, Saint-Sulpice de Faleyrens et Vignonet). Ce n'est qu'en 1914 que le syndicat de Saint-Emilion fusionne avec ce deuxième syndicat, reconnaissant par là la légitimité de sa revendication.

Depuis 1936, un décret définit l'aire de production des Appellations d'origine contrôlée de Saint-Emilion au nombre de quatre jusqu'en 1989. Depuis 1984, la législation européenne impose que les aires d'appellation soient strictement délimitées entre elles, à moins d'être réduites au nombre de deux. Pour éviter de rendre l'appellation trop rigide, et devant la complexité d'une telle tâche, il a été décidé qu'il n'y aurait plus que deux Appellations d'Origine Contrôlée : Saint-Emilion et Saint-Emilion Grand Cru[2].


La diversité des terroirs

Les terroirs se répartissent en cinq grands ensembles imbriqués les uns dans les autres. Au centre de l’aire d’appellation se trouve un plateau calcaire et argilo-calcaire où, en de nombreux endroits, la roche n’est recouverte que d’une fine couche de terre. La côte, largement plantée en vignes malgré la pente, et le pied de côte, plus argileux. La vallée qui s’étend jusqu’à la Dordogne, constituée de sols sablo-limoneux et sablo-graveleux. Enfin, le glacis sableux qui recouvre le nord-ouest de la zone d’appellation se termine vers les graves de Pomerol par une soixantaine d’hectares de terrain graveleux.

C’est de cette diversité des terroirs que naît la diversité des vins de Saint-Emilion. Sur l’ensemble des huit communes de l’appellation, ce sont près de 5200 hectares de vignes qui produisent chaque année le précieux nectar. Les cépages utilisés en 1784 étaient au nombre de 34 pour les noirs et 29 pour les blancs. Aujourd’hui 3 cépages, bien connus, sont à l’honneur : le Merlot, qui prédomine dans 60 à 70% de la production, le Cabernet Franc et le Cabernet Sauvignon, tous trois destinés, en assemblage, à la production des vins rouges[2].

Économie

Saint-Emilion est fortement marquée par l’activité agricole, et plus particulièrement viticole. Le poids de ce secteur, est au-dessus de la moyenne de l’arrondissement du Libournais : il atteint 62% contre 39%[3] à l’échelle du Libournais. Le secteur de la construction représente une part asser faible de l'activité économique (2.6% pour l’ensemble de la Juridiction) ce qui freine l’installation des activités autres que celles liées au secteur agricole ou aux secteurs du tourisme et du négoce qui lui sont associés.

Afin de dynamiser l’économie locale, permettre l’installation et le développement des entreprises du territoire, des actions partenariales ont été mise en place, en particulier par l’intermédiaire du pays du Libournais et de la Chambre du Commerce et de l’Industrie de Libourne (CCIL)[3].

Histoire

Le site présente des traces d’occupation dès 35 000 avant notre ère. Une villa gallo-romaine[4] a également existé en bas du coteau destinant le site à la culture de la vigne. En attestent divers éléments de mosaïques découverts au lieu-dit Le Palat.

Au VIIIe siècle, un moine breton natif de Vannes nommé Emilion choisit comme lieu de retraite Ascumbas (ancien nom du site de Saint-Emilion). Cet homme de cœur quitta sa famille et sa Bretagne natale pour entrer dans les ordres. Il fut d’abord victime des pires injustices auxquelles il répondit toujours par la plus grande bonté.

Econome dans un couvent bénédictin en Saintonge, comblé de louanges et de respect en raison de sa grande vertu, Emilion finit par se retirer, loin de tous, dans la forêt des Combes qui recouvrait jadis l’actuel site de Saint-Emilion. Par ses miracles et sa générosité, sa renommée rayonna par-delà la vallée et de nombreux disciples le rejoignirent. Durant dix-sept ans, Emilion évangélisa la population, créant ainsi un site monastique auquel fut donné son nom après sa mort. Une communauté de moines bénédictins géra l’accès à ce lieu de pèlerinage jusqu’en 1110, date à laquelle une réforme engagée par l’évêque de Bordeaux permit l’installation d’un chapitre de chanoines augustins.

La ville se construisit au long du Moyen Âge, elle fut fermée par des remparts dès le début du XIIIe siècle.

La Jurade

La Jurade fut instaurée en 1199 par Jean Sans Terre, roi d’Angleterre. Ce dernier délégua ses pouvoirs économique, politique et judiciaire, à des notables et des magistrats afin de gérer l’administration générale de la cité. En échange de ces privilèges accordés, l’Angleterre put jouir du « privilège des Vins de Saint-Emilion ». Ainsi la superficie du vignoble augmenta avec la notoriété des vins. Leur qualité était soumise au contrôle de la Jurade (par le sceau du vinettier) avant transport vers l’Angleterre depuis le port de Pierrefitte sur la Dordogne.

L’autorité de la Jurade perdura jusqu’à la Révolution Française en 1789.

En 1793, la commune a adopté le nom révolutionnaire d'Émilion-la-Montagne[5].

En 1948, les viticulteurs réunis au sein du syndicat viticole ressuscitèrent la Jurade sous la forme d’une confrérie, qui devint alors l’ambassadrice des vins de Saint-Emilion à travers le monde, avec pour ambition de garantir l’authenticité et la qualité de ses vins.

La Jurade est ainsi porteuse de la notoriété des appellations, et organise chaque année la Fête de Printemps en juin et le Ban des vendanges en septembre.

Lors de ces manifestations, les membres de la Jurade défilent dans la cité, vêtus de la robe rouge traditionnelle, rappelant la toute-puissante Jurade des siècles passés. En juin comme en septembre, après avoir assisté à la messe, les jurats se rendent dans le cloître de l’église collégiale ou dans l’église monolithe pour procéder aux intronisations. Puis, après le déjeuner, ils se rendent en procession à la Tour du Roy, du sommet de laquelle ils proclament solennellement le ban des vendanges ou En juin, la Jurade procèdent au Jugement du vin nouveau, destiné à en prédire les qualités (celui tiré de la récolte précédente). La Jurade est devenue l’emblème de la viticulture saint-émilionnaise[2].

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2007 Jacques Goudineau    
juillet 2007 ... Bernard Lauret   Président de la Communauté de Communes de Saint-Émilion
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : INSEE[6])
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2010
3 335 3 403 3 323 3 010 2 799 2 345 2 124 2 160
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Lieux et monuments

Les monuments de la cité témoignent de cette vie spirituelle, commerçante et viticole riche dans et en dehors de la cité. Les ruelles escarpées (appelées tertres ou escalettes) permettent de découvrir un village étalé en forme d’amphithéâtre sur le versant sud du plateau calcaire ; de celui-ci furent extraites toutes les pierres ayant servi à la construction des maisons, remparts, églises et monastères au long des siècles. La partie souterraine du village présente autant de témoignages du passé que sa partie construite, en particulier l’église monolithe.

  • L'Ermitage de Saint-Emilion
  • Chapelle de la Trinité (début de l'art gothique)[7], Chapelle du Chapitre (XIIIe siècle)[8], Chapelle de la Madeleine[9]
  • Les catacombes : Il est très difficile de dater les monuments souterrains pour la bonne raison que chaque nouvel aménagement détruit irrémédiablement l'état antérieur (on creuse au lieu de construire par-dessus). Il n'est donc pas possible de dire à quel moment les catacombes ont commencé à servir de cimetière, ni si le monument a été creusé en une seule fois. La coupole sous laquelle on se trouve en entrant est à la base un puits qui s'ouvrait sur la place et dont les parois abritent une galerie-escalier circulaire. La tradition a fait de cette ouverture celle d'un charnier, alors qu'il s'agissait d'une chapelle funéraire. Un bas-relief représente une scène de la Résurrection des morts : trois personnages, les bras étendus pour que leurs mains se touchent, sortent de leur cercueil et semblent attirés vers la lumière[10].
  • L'église monolithe : Connue pour être la seconde église monolithe au monde. La flèche du clocher culmine à 133 mètres. Classée monument historique en 1883[11]
  • Le Site des Cordeliers avec les ruines de l'église et du cloître (XIV-XVe siècle), classés monuments historiques en 1886[13]
  • La Tour du Roy est un donjon-citadelle édifié en 1237 sur ordre d'Henri III, roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine. Il s'agit du seul donjon de style roman en Gironde encore visible. Il s'élève sur deux étages au-dessus d'une cavité souterraine qui permet d'y accéder et de surplomber la cité médiévale de Saint-Émilion, inscrite au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO. Ce donjon carré a abrité l'Hôtel de ville jusqu'en 1608. C'est du haut de cette tour que la jurade de Saint-Émilion proclame le troisième dimanche de juin le jugement du vin nouveau et le troisième dimanche du mois de septembre le ban des vendanges. Classé monument historique en 1886[14].


D’autres monuments classés monuments historiques sont aussi à découvrir : la Maison de la Cadène, la Maison Gothique, le Logis de Malet, etc.

Inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

La Juridiction de Saint Emilion est classée inscrite depuis le 5 décembre 1999 sur la liste du Patrimoine Mondial au titre des Paysages Culturels. La justification d’inscription de la Juridiction porte sur deux critères essentiels :

« Critère (iii) : La Juridiction de Saint Emilion est un exemple remarquable d’un paysage viticole historique qui a survécu intact et est en activité de nos jours ».

« Critère (iv) : La Juridiction de Saint Emilion illustre de manière exceptionnelle la culture intensive de la vigne à vin dans une région délimitée avec précision ».

Depuis le 4 octobre 2007, une zone de protection du patrimoine architectural et urbain (ZPPAUP) couvre l’ensemble du territoire afin de conserver au mieux l’unité architecturale et paysagère de la Juridiction[15].


Personnalités liées à la commune

Élie Guadet

Manifestations et Loisirs

  • Fête de Printemps/d’Automne de la Jurade de Saint Emilion
  • Nuit du Patrimoine
  • Festival Philosophia
  • Les grandes heures de Saint Emilion : Concerts, dégustations dans des Châteaux
  • Portes ouvertes des châteaux début mai
  • Fête du Saint Emilion

Des visites et promenades, seul ou accompagné d’un guide de l’Office de Tourisme :

  • Vignoble, châteaux
  • Randonnées
  • Boucles cyclables
  • Visites libres ou guidées de la ville, des monuments, Circuits audioguidés dans la juridiction

Voir aussi

Notes et références

  1. Dossier de Presse 1999-2009 10e anniversaire de l'inscription de la Juridiction de Saint-Emilion sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Humanité au titre des Paysages Culturels
  2. a, b et c Documentation de l'Office de Tourisme de Saint-Emilion
  3. a et b Selon le site Internet de la Juridiction de Saint-Émilion
  4. Fouilles de C.Balmelle, C.N.R.S
  5. Source : Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale de Saint-Émilion », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Consulté le 22 août 2011 .
  6. Saint-Émilion sur le site de l'Insee
  7. Notice no PA00083732, sur la base Mérimée, ministère de la Culture.
  8. Notice no PA00083723, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  9. Notice no PA00083724, sur la base Mérimée, ministère de la Culture.
  10. "Histoire de la Ville autour de ses Monuments Religieux", extrait de Connaître et découvrir Saint-Emilion, par Véronique Tinel
  11. Notice no PA00083731, sur la base Mérimée, ministère de la Culture.
  12. Notice no PA00083728, sur la base Mérimée, ministère de la Culture.
  13. Notice no PA00083725, sur la base Mérimée, ministère de la Culture.
  14. .Notice no PA00083726, sur la base Mérimée, ministère de la Culture.
  15. Dossier de Presse 1999-2009, 10e anniversaire de l'inscription de la Juridiction de Saint-Émilion sur le liste du Patrimoine Mondial de l'Humanité au titre des Paysages Culturels

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-Émilion de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Saint-Emilion — Saint Émilion DEC …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-Émilion — Saint Émilion …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-Emilion — Saint Émilion Pour les articles homonymes, voir Saint Émilion (homonymie). Saint Émilion …   Wikipédia en Français

  • Saint Emilion — Saint Émilion Pour les articles homonymes, voir Saint Émilion (homonymie). Saint Émilion …   Wikipédia en Français

  • Saint Emilion — Saltar a navegación, búsqueda Saint Emilion País …   Wikipedia Español

  • saint-émilion — [ sɛ̃temiljɔ̃ ] n. m. • 1797; de Saint Émilion, n. d une commune de la Gironde, arrondissement de Libourne ♦ Bordeaux rouge corsé, produit sur les coteaux de Saint Émilion. Des saint émilion ou des saint émilions. ● saint émilion nom masculin… …   Encyclopédie Universelle

  • Saint-Émilion —   [sɛ̃temi ljõ], bedeutendes Weinbaugebiet in Südwestfrankreich, am rechten Ufer der Dordogne, östlich von Bordeaux, umfasst 63 Weingüter im Ort Saint Émilion (2 800 Einwohner) und in sieben kleinen Nachbarorten (v. a. im Süden und Osten) mit… …   Universal-Lexikon

  • Saint-émilion — (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Saint Émilion, moine français du VIIIe siècle ; Saint Émilion, village français girondin ; Vignoble de Saint Émilion, vignoble… …   Wikipédia en Français

  • Saint-Emilion — (spr. ßängt emiljóng), Stadt im franz. Depart. Gironde, Arrond. Libourne, am Rand eines Plateaus, 4 km vom rechten Ufer der Dordogne, an der Orléansbahn, hat eine gotische Kirche (12. Jahrh.) mit schönem Glockenturm, eine alte, in den Felsen… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Saint-Emilion — (spr. ßängtemilĭóng), Stadt im franz. Dep. Gironde, (1901) 3392 E.; Bordeauxweine …   Kleines Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.