Pôle de compétitivité (France)


Pôle de compétitivité (France)

Les pôles de compétitivité (en France) sont des clusters reconnus individuellement par l'État. La loi de finances pour 2005 les définit comme : « le regroupement sur un même territoire d'entreprises, d'établissements d'enseignement supérieur et d'organismes de recherche publics ou privés qui ont vocation à travailler en synergie pour mettre en oeuvre des projets de développement économique pour l'innovation. »[1] Bénéficiant de subventions publiques et d'un régime fiscal particulier, ils doivent rendre l'économie plus compétitive, tout en luttant contre les délocalisations, créer des emplois, rapprocher la recherche privée et publique et développer certaines zones en difficulté.

Localisation des « pôles de compétitivité mondiaux ».

Sommaire

Historique

Technopôle

En France, la notion de « technopôle » s'est ancrée dans les années 1970, suivant les exemples japonais, et dans une certaine mesure des américains. Elle a donné lieu soit à des créations ex nihilo, comme celles de Sophia-Antipolis, de Rennes Atalante, de la Technopole de Villeneuve d'Ascq à Lille, du plateau de Saclay au sud de Paris, d'Inovallée près de Grenoble, soit à des développements de zones déjà denses (Grenoble dans la microélectronique, Toulouse dans l'aérospatiale, Paris pour les industries créatives).

Pôles de compétitivité

La politique des pôles de compétitivité a été décidée lors du comité interministériel d'aménagement et de compétitivité des territoires (CIACT) du 13 décembre 2002.

Le CIACT du 14 septembre 2004 en définit la méthode de mise en œuvre : des appels à projets, sur la base d'un cahier des charges.

Entretemps, plusieurs rapports officiels ont précisé les enjeux[2].

Le gouvernement lance le premier appel à projets le 2 décembre 2004[3]. Cet appel, clos le 28 février 2005, a donné lieu à une forte mobilisation des territoires et des entreprises.

La volonté première de se concentrer sur un nombre restreint de dossiers a été infléchie : le gouvernement a annoncé le 12 juillet de la même année que 67 des 105 dossiers présentés étaient retenus, liste réduite par la suite à 66 dossiers après la fusion de deux projets. Toutefois, une forte priorité budgétaire est apportée à six d'entre eux, qui ont une portée « mondiale » et neuf autres qui ont « vocation » à l'acquérir. Le budget global qui leur est consacré est passé de 0,75 à 1,5 milliard d'euros sur trois ans. Le CIACT du 14 octobre 2005 a validé 55 de ces projets. Celui du 20 décembre 2005 a confirmé neuf projets supplémentaires, deux autres projets n'ayant pas validés. En mars 2006, la direction globale du dispositif et le financement de la part publique ont été confiés, côté État, à la direction générale des Entreprises du ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, chaque pôle étant par ailleurs doté d'outils de direction ad hoc.

Le 3e appel à candidatures pour le financement des projets des pôles a été clos le 15 décembre 2006. Il a donné lieu à 224 projets déposés à la direction générale des Entreprises. Ce résultat amplifie la dynamique instaurée lors des deux premiers appels à projets du fonds interministériel, dont la mise en place a été décidée lors du CIACT du 6 mars 2006. Les résultats ont été annoncés en mars 2007 : 100 nouveaux projets de recherche-développement, issus de 47 pôles de compétitivité, recevront un financement du fonds unique interministériel[4].

Etat actuel

Depuis 2004, 71 pôles de compétitivité sont dénombrés en France se divisant en trois catégories : les 7 pôles mondiaux, les 10 pôles à vocations mondiale et les 54 pôles nationaux[5]. L’ensemble regroupe 9 000 chercheurs travaillant sur 1 000 projets labellisés. Un milliard d’euros publics a été investi depuis leur lancement en 2005, sur une enveloppe globale de 1,5 milliard prévue jusqu’en 2008. 50 % des ressources sont concentrées sur sept pôles principaux, dénommés « pôles de compétitivité mondiaux », par opposition aux « pôles nationaux », comme System@tic Paris-Région (Ile-de-France), Minalogic (Grenoble) et Aerospace Valley dans le Sud-Ouest.

Depuis l’audit réalisé en juin 2008 par les cabinets CMI et Boston Consulting Group, les pôles de compétitivité ont été classés en trois catégories :

  • Un groupe de trente-neuf ayant « atteint les objectifs de la politique des pôles de compétitivité »;
  • Un groupe de dix-neuf « ayant partiellement atteint les objectifs et qui doivent travailler à l’amélioration de certaines dimensions de leur action » ;
  • Un groupe de treize pôles de compétitivité invités à « se reconfigurer en profondeur » sous peine de perdre leur label de pôle.

Parmi les reproches adressés à ce dernier groupe figurent « le manque d’implication des PME au sein du pôle, une ouverture à l’international insuffisante ou un manque de lisibilité de la stratégie ».

CIADT 2010

Annoncé en décembre 2009, le comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire (CIADT) sur l’avenir des pôles de compétitivité s’est tenu le 11 mai 2010. Six pôles (MTA - Mobilité et transports avancés, Innoviandes, Enfant, Sporaltec, PGCE, Prod’innov) des treize pôles préalablement invités par le gouvernement à « tirer parti d’une reconfiguration en profondeur » se voient dépossédés de leur label.

Des fusions entre pôles ont été proposées. Le pôle MTA, délabellisé, a choisi d’être absorbé par le pôle Mov’eo, installé à Saint-Étienne-du-Rouvray[6]. Le pôle Prod’Innov (Aquitaine) est encouragé à « étudier des rapprochements avec les pôles de compétitivité Cancer-Bio-Santé et Agrimip Innovation, tous deux situés dans la région voisine Midi-Pyrénées ».

Le Ciadt 2010 a également annoncé la labellisation de six nouveaux pôles de compétitivité dédiés aux écotechnologies :

  • le pôle Eau à Montpellier
  • le pôle Dream en région Centre
  • le pôle Gestion des eaux continentales en Lorraine
  • le pôle Avenia en Aquitaine
  • le pôle Team 2 dans le Nord-Pas-de-Calais
  • le pôle Énergivie en Alsace.

L’appel à projets avait été lancé le 30 juin 2009 et dix-neuf candidatures avaient été déposées. Pour leur sélection, les ministres ont « analysé les thématiques retenues par ces projets, les enjeux économiques, les axes stratégiques envisagés en matière de recherche et développement, la qualité de partenariat et le degré de collaboration entre les entreprises et les structures de recherche et formation ». Ces pôles devraient conserver leur label jusqu’en 2012, avec une évaluation prévue dans le courant 2010.

Liste non exhaustive

Statut juridique

Les pôles de compétitivité sont souvent, en pratique, des associations de la loi de 1901. Ils peuvent aussi prendre la forme de groupements d'intérêt économique (GIE) ou de groupements d'intérêt scientifique (GIS). Ils ont la personnalité juridique.

Fonctionnement des pôles de compétitivité français

Le 12 juillet 2005, le Comité interministériel pour l'aménagement et le développement du territoire (CIADT) prévoit d'attribuer un montant de 1,5 milliard d'euros au financement de l'ensemble des pôles de compétitivité. Les avantages financiers conférés aux programmes associés aux pôles de compétitivité sont :

  • des exonérations fiscales et allègements de charges (300 millions d'euros). Une entreprise participant à un projet de recherche et développement dans une zone définie à cet effet ne paie pas l'impôt sur le revenu ou sur les sociétés sur les bénéfices qu'elle réalise pendant les trois premières années (loi de finances pour 2005, art. 24). Les zones de « zonage R&D » concernées correspondent à peu près au périmètre des pôles de compétitivité.
  • au niveau local, les collectivités locales et territoriales participent au financement.

Bien souvent les projets de pôles sont soumis à des procédures de cofinancement entre les financements de l'État et ceux des collectivités locales.

Évaluation de la politique de pôles

Les cabinets de conseil Boston Consulting Group et CM International ont remis en juin 2008 le rapport sur les pôles de compétitivité qui leur avait été confié. Le texte affirme que l'implication des différents acteurs, et notamment des PME est forte. L'impression générale est que « la plupart des pôles font preuve à ce jour d’un dynamisme prometteur. »[7]

En revanche, selon une étude du CEPREMAP, les pôles de compétitivité français seraient peu efficaces par rapport à leur coût élevé ; il serait plus efficace de réduire les obstacles auxquels se heurte l’établissement de grappes d’une taille optimale (coûts de transaction élevés sur le marché immobilier, réglementations locales qui réduisent l’offre immobilière, faible qualité des services publics dans les grandes agglomérations), plutôt que de subventionner une trop forte concentration géographique de certains secteurs[8]. Selon l'étude :

« Si une telle politique réussit à spécialiser artificiellement certains territoires, elle risque en outre de les rendre très vulnérables à des chocs sectoriels que la mondialisation rend plus probables. C’est d’autant plus le cas dans le contexte français que les travailleurs ont une faible mobilité : favoriser la spécialisation des régions lorsque les travailleurs sont peu mobiles, c’est les exposer au risque d’un retournement sectoriel. »

Questions posées

Le système français de pôles de compétitivité, qui devrait certes être source de dynamisme et de meilleure coopération entre les acteurs, amène les questions suivantes :

  • Les pôles sont principalement centrés sur l'industrie, mais celle-ci doit être entendue au sens large, d'industrie et de services à caractère industriel, étant entendu que l'économie actuelle (« post-industrielle ») se développe plutôt par externalisation par l'industrie de services, ainsi que par des services autonomes (les services représentent 70% du PIB en France). Dans le cas de la finance, le pôle de compétitivité Finance Innovation a été labellisé en juillet 2007. Ses membres fondateurs sont la FBF, la FFSA, l'AFG, la CCIP, NYSE Euronext, la Ville de Paris et la Région Ile de France. C'est un des sept pôles mondiaux labellisés, sur les 71 pôles labellisés.
  • Il n'y a pas d'universités autonomes, à quelques statuts dérogatoires près (Université de Paris Dauphine par exemple) les liens entre universités et entreprises demeurent trop souvent difficiles, aléatoires, lâches, peu dynamiques.
  • Un débat existe sur le degré approprié de centralisation du pilotage. Certains l'estiment trop concentré, dans la tradition de l'aménagement du territoire décrété de Paris dans un domaine qui devrait au contraire éviter au maximum la bureaucratie et concerner l'échelon local, l'Europe et le maillage international. D'autres font valoir que le dispositif des pôles de compétitivité a été catalytique là où un fonctionnement purement décentralisé des régions, qui avaient a priori le droit de prendre des initiatives, ne suffisait pas à créer l'impulsion nécessaire, et que d'autre part les projets ne prennent d'ampleur européenne que pour autant qu'ils aient été développés avec une intensité et un suivi suffisant au niveau national comme au niveau local.
  • Il y a un certain émiettement des projets. Toutefois, les moyens demeurent focalisés sur les principaux pôles. A titre d'exemple, sur l'année 2005, dans le cadre de l'Agence nationale de la recherche, 80% des subventions accordées aux projets de pôles ont été destinées à 20% des pôles (une dizaine au total)
  • Par ailleurs, si une bonne part des projets ont des chances de succès, on peut craindre que certains d'entre eux n'aient bénéficié d'un coup de pouce d'élus locaux bien introduits dans les cercles ministériels et qu'ils ne concrétisent pas tous les espoirs placés en eux. Certains sont en concurrence (pôles maritimes en Bretagne et PACA), d'autres auront du mal à se créer une notoriété internationale (des pays comme le Brésil ont une expérience autre que celle de la région Champagne-Ardenne en matière de biocarburants)...

Le financement des pôles de compétitivité

L'Etat s'attache à développer un environnement favorable aux entreprises et à l'innovation. Il soutient l'effort de recherche et développement (R&D) déployé au sein des pôles autravers notamment du fonds unique interministériel(FUI) et du programme des investissements d'avenir. Au niveau national et régional, l'Etat accompagne le développement des pôles : - en octroyant, via les appels à projets du FUI et du programme des investissements d'avenir, des aides aux meilleurs projets de R&D et de plates-formes d'innovation ; - en finançant partiellement les structures de gouvernance des pôles, aux côtés des collectivités territoriales et des entreprises ; - en aidant des actions collectives thématiques, via les services déconcentrés de l'Etat (SGAR, DIRECCTE) - en impliquant divers partenaires : l'Agence nationale de la Recherche (ANR), OSEO pour les projets de R&D, la Caisse des dépôts (CDC) pour les projets de plates-formes d'innovation - en s'appuyant sur les collectivités territoriales qui peuvent aussi soutenir financièrement les projets de R&D et de plates-formes d'innovation - en aidant les pôles et leurs entreprises à identifier les meilleurs partenariats internationaux et à nouer des partenariats technologiques cantrés sur la création de valeur, - en y focalisant les moyens du programme des investissements d'avenir (IRT, IEED, Projets structurants de R&D, Plates-formes mutualisées d'innovation, etc.)

Suite au transfert de la gestion des aides du FUI, et ce depuis le 9e appel à projets du FUI, OSEO est désormais chargé de l’élaboration des conventions individuelles attribuant les aides aux projets de R&D retenus, en application des décisions d’aide prises par l’État.

La 2e phase de la politique des pôles de compétitivité a prévu un financement de 1,5 milliard d'euros pour le FUI pour la période 2009 jusqu'en 2011. Au 1er mars 2011, l’ensemble des appels à projets (FUI) des pôles de compétitivité ont permis de soutenir 972 projets depuis 2005. Ces projets représentent un montant de dépenses de R&D de près de 4,7 milliards d’euros, 15 000 chercheurs et un financement public de plus de 1,9 milliard d’euros dont plus de 1,2 milliard d’euros par l’État.

Deux mesures du programme d'investissements d'avenir sont spécifiquement dédiés aux pôles de compétitivité : le développement des projets structurants de R&D (300 millions d'euros) et des plates-formes mutualisées d'innovation(200 millions d'euros). D'autres mesures impliquent aussi les pôles : les instituts de recherche technologique (IRT)et les instituts d'excellence en matière d'énergies décarbonées (IEED.

17 pôles demandent une rallonge budgétaire de plus de 900 millions d'euros. Par comparaison, durant la même période, Oséo a investi un budget d'État de plus de 500 millions d'euros pour 8 000 projets de R&d (collaboratifs en partie, et non collaboratifs en majorité), dans toutes les régions, avec le soutien des conseils régionaux pour plus de 80 millions d'euros.

Le Président de la République a annoncé devant le Congrès de Versailles, le 22 juin 2009, que l'État devrait faire appel à un grand emprunt national pour financer de nouveaux programmes d'investissement dans des secteurs d'avenir, principalement dans l'écologie et le numérique[9],[10]. Le Premier ministre précise que l'emprunt permettra de financer prioritairement les projets de R&D des pôles de compétitivité (entre autres), tout en indiquant que le saupoudrage sera évité et que l'argent sera investi sur les projets d'innovation les plus ambitieux [11]. Plusieurs voix s'élèvent déjà sur le bien fondé de cet emprunt[12], [13], [14].



FUI (Fonds unique interministériel)

Le fonds unique interministériel (FUI) finance les projets de recherche et développement collaboratifs des pôles de compétitivité. Le FUI a vocation à soutenir des projets de recherche appliquée portant sur le développement de produits ou services susceptibles d’être mis sur le marché à court ou moyen terme. Les projets susceptibles d’être financés sont retenus à l’issue deux appels à projets (AAP) par an.

Le fonds est doté de 600 M€ sur la période 2009-2011 dont 495 M€ pour les projets de R&D et 105 M€ pour les plates-formes d’innovation. Ses contributeurs sont les ministères chargés de l’Industrie, de la Défense, de l’Équipement, de l’Agriculture, de la Santé, l’Aménagement du territoire. [1]

Notes et références

Voir aussi

Liens externes

Sites officiels

Bibliographie

  • Les pôles de compétitivité en France. DGCIS-DATAR, 2011.[lire en ligne]
  • Les lettres d'information des pôles. DGCIS-DATAR. .[lire en ligne]
  • La carte des pôles de compétitivité français. DGCIS-DATAR, 2011.[lire en ligne]
  • Les fiches individuelles des 71 pôles français.DGCIS-DATAR[lire en ligne]
  • Des exemples de projets de R&D du FUI aboutis. DGCIS-DATAR[lire en ligne]
  • Les Pôles de compétitivité, Que peut-on en attendre ?, CEPREMAP, Gilles Duranton, Philippe Martin, Thierry Mayer, Florian Mayneris, 2008 [lire en ligne]

Articles connexes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pôle de compétitivité (France) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pôle de Compétitivité — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour la notion de pôle de compétence ou cluster, voir cluster (économie). Pour les pôles de compétitivité selon le droit français, voir Pôle de… …   Wikipédia en Français

  • Pôle de compétitivité — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour la notion de pôle de compétence ou cluster, voir cluster (économie). Pour les pôles de compétitivité selon le droit français, voir Pôle de… …   Wikipédia en Français

  • Pôle de compétitivité Images et Réseaux — Le pôle de compétitivité Images et Réseaux rassemble le savoir faire des industriels et des chercheurs de Bretagne et des Pays de la Loire. Le siège est situé à Lannion dans les Côtes d Armor. Fondé [Quand ?] à l initiative de [Qui ?], il… …   Wikipédia en Français

  • Pole de competence — Pôle de compétitivité Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour la notion de pôle de compétence ou cluster, voir cluster (économie). Pour les pôles de compétitivité selon le droit français,… …   Wikipédia en Français

  • Pôle d'excellence — Pôle de compétitivité Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour la notion de pôle de compétence ou cluster, voir cluster (économie). Pour les pôles de compétitivité selon le droit français,… …   Wikipédia en Français

  • Pôle de compétence — Pôle de compétitivité Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour la notion de pôle de compétence ou cluster, voir cluster (économie). Pour les pôles de compétitivité selon le droit français,… …   Wikipédia en Français

  • Pôle de développement — Pôle de compétitivité Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour la notion de pôle de compétence ou cluster, voir cluster (économie). Pour les pôles de compétitivité selon le droit français,… …   Wikipédia en Français

  • France Brevets — est fonds d investissement en propriété intellectuelle, créé par l’État Français, l Agence nationale de la recherche et La Caisse des dépôts et consignations[1]. L entité est née le 9 juin 2011 sous la forme d une société par actions… …   Wikipédia en Français

  • Pôle d'Orly — L aéroport Paris Orly fait partie du pôle d Orly. Le pôle d Orly est un le premier pôle économique du sud de l Île de France[1]. Créé en 2005 …   Wikipédia en Français

  • FRANCE - Économie — «La France est hantée par l’idée de déclin.» La formule de Christian Stoffaës résume de façon percutante l’histoire économique française tout au long du XXe siècle, ou plutôt la manière dont les Français ont vécu cette histoire. L’idée qu’il… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.