Projet aladin


Projet aladin

Projet Aladin

Sommaire

Projet Aladin

Le Projet Aladin est un programme culturel et éducatif qui vise à mettre à la disposition de tous des informations historiques et culturelles, fiables et accessibles, portant sur les enjeux liés aux relations judéo-musulmanes.[1] Il s’agit de créer les opportunités d’un dialogue fondé sur le respect mutuel, de combattre la désinformation, les mythes et le négationnisme, ferments des extrémismes qui étouffent les voix de la raison et de la modération. Commun à de nombreuses langues, le mot Aladin est un trait d’union entre les cultures; il symbolise également les lumières de la connaissance. [2]

Initié par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah,[3] le projet Aladin est placé sous le parrainage de M. Jacques Chirac, ancien Président de la République française, le prince Hassan bin Talal de Jordanie, la Princesse Haya Al-Khalifa du Bahreïn, M.Gerhard Schröder, ancien chancelier allemand, M. Abdurrahman Wahid, ancien président indonésien et M. Ely Ould Mohammed Vall, ancien président mauritanien.

Plus de 500 intellectuels, parlementaires, historiens, personnalités religieuses, universitaires, auteurs, artistes et acteurs de la société civile de différentes confessions et cultures venant d'une trentaine de pays à travers l'Europe, le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie ont apporté leur soutien au projet Aladin et son texte l’« Appel à la Conscience ».[4]

Le projet Aladin a mis en place un site Internet en anglais, français, arabe, persan et turc [5] qui présente de façon simple, précise et objective l'histoire de la Shoah, le judaïsme et l'histoire des relations entre juifs et musulmans en évoquant les périodes de coexistence harmonieuse et conflictuelle.[6]

Un élément fondamental de ce projet est sa bibliothèque numérique Aladin [7] qui rassemble pour la première fois en arabe et en persan des livres traitant de l’histoire de la Shoah comme le Journal d’Anne Frank ou Si c’est un homme de Primo Levi, jusqu’alors indisponibles dans ces langues. Ces livres peuvent être téléchargés gratuitement. Les rayons de la bibliothèque se garniront prochainement de traductions d’œuvres arabes et persanes.

Lancement du projet Aladin

De hauts dignitaires venant d'Egypte, du Maroc, du Qatar, de Tunisie, du Bahreïn, de Bosnie, de Turquie et d'Espagne avaient été désignés par leurs chefs d'Etat et de gouvernements respectifs pour se joindre vendredi le 27 mars 2009 au Président sénégalais Abdoulaye Wade, à l'ancien Président français, Jacques Chirac, ainsi qu'à d'autres personnalités d'Europe et du monde arabo-musulman lors de la conférence de lancement du Projet Aladin.[8]

Placée sous le patronage de l'UNESCO, cette cérémonie marqua le début officiel du Projet Aladin.[9]

Plus de 800 personnes se sont rassemblées à l'auditorium de l'UNESCO et dans l'une des salles attenantes afin d'écouter les discours des personnalités françaises et internationales présentes à la cérémonie. Le Président de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, M. David de Rothschild a tenu à remercier les personnalités qui avaient effectué le voyage depuis le monde entier afin d'honorer son invitation. Etaient en effet présents :

  • Le président du Sénégal, M.Abdoulaye Wade, par ailleurs président de l'Organisation de la conférence islamique,
  • M. André Azoulay, le Conseiller de Sa Majesté le Roi du Maroc, et M. Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des affaires islamiques, représentants SM Mohammed VI
  • M. Khalid bin Muhammad al-Atiyah, ministre de la Coopération internationale, représentant Son Altesse le Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, l'Emir du Qatar
  • M. Farouk Hosny, ministre de la culture, représentant le Président Hosni Mubarak d'Egypte
  • Le Professeur M'hamed Hassine Fantar représentant le Président tunisien M.Zine El Abidine Ben Ali
  • Le Grand Mufti de Bosnie, M. Mustafa Ceric représentant la présidence de la Bosnie-Herzégovine
  • Le Professeur Ilber Ortayli, un éminent historien turc et président du Musée Topkapi d'Istanbul repésentant le gouvernement turc
  • Mme Rachida Dati, le Garde des Sceaux, représentant le Gouvernement français. Elle a lu le message de M. Nicolas Sarkozy, Président de la Répubilque française.

D'autres personnalités avaient fait le déplacement afin d'être présents à la conférence :

  • Les anciens premiers ministres de Tunisie M. Hédi Baccouche et M. Mohammed Mzali,
  • Le Docteur Aly El Samman d’Egypte, président de l’Union internatinale pour le dialogue judéo-islamo-chrétien et l’éducation pour la paix, conseiller du défunt Président Anouar Sadate,
  • Le Professeur Abdou Filali-Ansari représentant Son Altesse le Prince Karim Aga Khan,
  • M. Ahmed Aboutaleb et M. Gul Khan, respectivement maire de Rotterdam et le Lord Mayor de Nottingham,
  • Le théologien iranien l'Ayatollah Ahmad Iravani,
  • Mme Hélé Béji, présidente du collège international de Tunis
  • Le mufti britannique d'origine pakistanaise le Dr. Abduljalil Sajid.

Parmi l’Assemblée se trouvaient également Daniel Canepa, Préfet de la région parisienne, l’ancien Ministre de la culture Jack Lang, la première adjointe au Maire de Paris Anne Hidalgo, des ambassadeurs, diplomates et représentants permanents auprès de l’UNESCO, y compris les ambassadeurs d’Egypte, de Tunisie, du Maroc, de la Ligue des Etats arabes et d’Israël, des personnalités éminentes de la communauté juive comme M. Richard Prasquier, M. Pierre Besnainou, M. Roger Cukierman et M. Théo Klein, de nombreuses personnalités comme M. Serge Klarsfeld, M. Francis Huster, M. Marek Halter, Mme Marceline Loridan Ivens, M. David Kessler, M. Djelloul Seddiki, M. Rachid Benzine, M. Lafif Lakhdar, M. Sadek Beloucif, et M. Bruno Racine. Aussi étaient présentes des personnalités religieuses comme M. Mohammed Moussaoui, président du CFCM, ainsi que ses vice-présidents M. Fouad Allaoui et M. Chems Eddin Hafez, M. David Messas, le Grand Rabbin de Paris, Mgr Jérome Beau, qui représentait le Cardinal André Vingt-Trois, et les recteurs des mosquées de Lyon, d’Evry et de Bordeaux, M. Kamal Kabtane, M. Khalil Merroun et M. Tareq Oubrou.

Suite à la projection du clip de présentation du projet Aladin et au discours d’Anne-Marie Revcolevschi, Directrice générale de la FMS, le Président sénégalais Abdoulaye Wade s’est adressé à l’auditoire. Il rappela la longue période de cohabitation entre les Juifs et les Musulmans et souligna que notre défi actuel était « de bâtir sur ce passé commun les fondements d’un dialogue sincère pour vaincre la méfiance, combattre les extrémismes de tous bords et apprendre à nouveau à vivre ensemble dans le respect de nos différences». Jacques Chirac dénonça quant à lui « l’insupportable apartheid de la mémoire » pratiqué par ceux qui pensent que la Shoah ne concerne que le peuple Juif. “Oui j’adhère avec enthousiasme au projet Aladin car il fait le pari de la connaissance et de la capacité des deux communautés à se retrouver, à se comprendre et à s’accepter. »” déclara l’ancien président français. Suite aux discours de deux parrains du projet : l’ancien président mauritanien Ely Ould Mohammed Vall et la Princesse Haya Al-Khalifa du Bahrain, ancienne présidente de l’Assemblée générale des Nations-Unies, le maître de cérémonie, le journaliste et producteur Serge Moati lut le texte de l’ « Appel à la conscience » et invita les Présidents Wade et Chirac ainsi que Madame Simone Veil à le signer.[10]


Soutien international

De nombreuses personnalités éminentes du monde entier ont exprimé leur soutien au projet Aladin:

M. Nicolas Sarkozy, Président de la République française: "La force du Projet Aladin, c’est de tendre la main à ceux qu’handicapent les préjugés, l’ignorance ou tout simplement le manque d’informations accessibles. De lever le voile sur les malentendus et les mensonges. D’ouvrir ainsi l’espace à un avenir commun. Cette intuition fondamentale du projet Aladin, je la partage sans réserve. Car je suis convaincu que la paix entre les peuples ne peut être fondée que sur la compréhension et le respect mutuels. Et que ceux-ci s’acquièrent dans la connaissance et la pratique de l’Autre."

M. Jacques Chirac, ancien Président de la République française"Après la Shoah, rien, pour nous, ne peut être comme avant. Rien ne peut faire que nous ne nous sentions pas responsables. Rien ne peut faire que nous ne nous sentions pas orphelins. Rien ne peut faire éluder la question : et moi, qu’aurais-je fait ? Après la Shoah, nous savons que le courage politique, le vrai, c’est d’abord de résister, quoiqu’il en coûte, à la xénophobie qui déshumanise."

M. Abdulaye Wade, Président de la République du Sénégal: "Alors que des survivants de l’Holocauste sont encore là, que toutes les traces matérielles sont visibles et palpables, que les témoignages sont foison, certains individus ont entrepris de falsifier, voire de nier cette partie de l’histoire humaine. Nous refusons que notre mémoire soit si dangereusement amputée ou travestie."

Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc: "Ma lecture de l’Holocauste et celle de Mon Peuple ne sont pas celles de l’amnésie. Notre lecture est celle d’une blessure mémorielle que nous savons inscrite dans l’un des chapitres les plus douloureux, dans le Panthéon du Patrimoine Universel."

M. Bill Clinton: "Nous avons vu à maintes reprises que les plus importants et les plus dangereux conflits de notre monde prennent racines dans la diabolisation de l’autre, de celui qui est différent. Une telle haine était au cœur de l’Holocauste et elle fait partie intégrante du négationnisme. En fournissant des informations factuelles sur l’Holocauste et en permettant le libre accès à des témoignages aussi bouleversants que Le Journal d’Anne Frank dans les langues parlées dans le monde arabo-musulman, le Projet Aladin peut jouer un rôle essentiel dans la lutte contre le négationnisme."

M. Ely Ould Mohamed Vall, ancien Président de Mauritanie: "Ce serait nier mon humanité même que de dire “oui cette abjection a eu lieu, non, elle ne me regarde pas “. Ceux qui sont morts dans les camps de concentration étaient mes frères, mes sœurs en humanité. Mon frère, l’enfant de Treblinka. Ma sœur, la fillette d’Auschwitz."

M. Gerhard Schröder, ancien chancelier allemand: "Maintes fois nous avons entendu des voix parlant du « choc des civilisations » dans le monde entier. Il faut s’opposer résolument à de tels discours parce qu’ils nourrissent l’extrémisme […] Nous devons continuer sur la voie de tolérance et de respect mutuel. J’espère que le Projet Aladin pourra contribuer à ce processus et je lui souhaite le meilleur succès dans l’avenir."

Mme Simon Veil, la première présidente du Parlement européen, Présidente du conseil de direction du Fonds au profit des victimes de la Cour pénale internationale, Présidente d'honneur de la FMS: "Je tiens à remercier tous ceux qui ont participé à la préparation de cette conférence ainsi que ceux qui ont accepté d’y prendre la parole. Je souhaite que tous les conflits entretenus entre nos peuples cessent [...] Je souhaite qu’à travers le Projet Aladin on se réconcilie. Le Projet Aladin s’inscrit dans le prolongement du combat essentiel que nous, survivants avons mené depuis notre retour des camps."

M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO: "L’UNESCO, pour sa part, ne peut qu’apporter son soutien à cette initiative, en souhaitant qu’elle renforce durablement les instruments d’une éducation à la paix et à la tolérance."

M. David de Rothschild, Président de la FMS: "Le projet Aladin est né d’un constat accablant : celui de la prolifération du négationnisme et de l’antisémitisme attisé par le conflit israélo-palestinien. Face à cette dure réalité, la Fondation pour la Mémoire de la Shoah se devait d’apporter sa contribution à la défense de la vérité historique et de la tolérance."

M. René Samuel Sirat, ancien Grand Rabbin de France: "Je voudrais m'associer pleinement à la manifestation que le groupe « Aladin » a organisée à l'Unesco et faire mien l'Appel à la conscience […] C'est dans l'espérance d'une paix fraternelle entre tous les descendants du Patriarche Abraham que je formule à tous les participants mes bénédictions de paix à partir de Jérusalem, ville de la Paix."


Retombées médiatiques

La Conférence de lancement du Projet Aladin a été couverte par plus de 80 journalistes. En plus des douzaines d’articles et reportages dans les médias français et européens qui ont été consacrés à cet événement, des télévisions arabes comme Aljazeera, Al-Arabiya, la télévision nationale marocaine et de nombreuses sources à travers le monde arabo-musulman ont mené des reportages détaillés sur le lancement du projet Aladin.

Aljazeera Aujourd’hui le siège de l’Unesco a été la scène du lancement d’un nouveau projet visant à informer les musulmans sur l’histoire de l’Holocauste. David de Rothschild, président de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, qui a initié ce projet, s’est félicité du large soutien des personnalités politiques et intellectuelles du monde arabo-musulman comme le Prince Hassan de Jordanie, l’ancien Premier Ministre irakien Iyad Allawi, l’intellectuel algérien Mohammed Arkoun et l’intellectuel tunisien Lafif Lakhdar.

BBC en arabe La bibliothèque numérique Aladin offre des livres écrits par des survivants de la Shoah, comme «  Si c’est un homme » de Primo Levi, qui peuvent être téléchargés gratuitement. Le site du Projet Aladin contient des informations historiques sur la Shoah, la culture juive et l’histoire des relations entre Juifs et musulmans. Prochainement, d’autres ouvrages seront traduits de l’arabe en français et en anglais.

AFP (français, anglais, arabe) Plus de 200 personnalités d'Europe et du monde arabo-musulman ont lancé vendredi au palais de l'Unesco à Paris le projet Aladin, qui vise, en diffusant notamment des ouvrages en langue arabe, farsi ou turque, à lutter contre la négation de l'Holocauste dans le monde musulman. "Face à la déferlante négationniste (...) issue notamment de certaines sphères limitées mais influentes du monde arabo-musulman, nous avons décidé de réagir en palliant d'abord le manque d'informations historiquement fiables sur la Shoah, que ce soit en arabe, en persan ou en turc", a expliqué dans son discours introductif David de Rothschild, président de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Le Matin (Maroc) La conférence de lancement du projet Aladin pour un dialogue interculturel fondé sur la vérité historique, la connaissance et le respect mutuel, s'est ouverte vendredi en début d'après midi au siège de l'Unesco à Paris. Initié par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, le projet Aladin jouit du soutien de nombreuses personnalités parmi lesquelles des intellectuels, des historiens et des personnalités de premier plan du monde arabo-musulman…


Notes et références

  1. Projet Aladin: le clip de présentation [http://www.dailymotion.com/video/x8t0zw_projet-aladin-aladdin-project_news}
  2. "Chirac lance le projet Aladin contre le négationnisme dans le monde arabo-musulman," Associated Press [1]
  3. "Le Projet Aladin, pour un dialogue fondé sur le rejet du négationnisme" FMS [2]
  4. "Appel à la conscience"[3]
  5. Le projet Aladin: Appel à la conscience [4]
  6. "Musulmans et Juifs au cours de l'Histoire"[5]
  7. Bibliothèque numérique Aladin [6]
  8. Lancement officiel du projet Aladin [7]
  9. Discours du Directeur général de l'UNESCO au lancement du projet Aladin [8]
  10. "Lancement du projet Aladin pour lutter contre le négationnisme," EJP [9]

Modèle:Uncategorized

Liens externes

Ce document provient de « Projet Aladin ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Projet aladin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Projet Aladin — Le Projet Aladin est un programme culturel et éducatif qui vise à mettre à la disposition de tous des informations historiques et culturelles, fiables et accessibles, portant sur les enjeux liés aux relations judéo musulmanes[1]. Il s’agit de… …   Wikipédia en Français

  • Le Manuscrit (éditions) — Pour les articles homonymes, voir Le Manuscrit. Les Éditions Le Manuscrit www.manuscrit.com Repères historiques …   Wikipédia en Français

  • Joël Kotek — Joël Kotek, né à Gand en 1958, est un politologue et un historien belge. Sommaire 1 Biographie 2 Principales publications 2.1 Autres ouvrages (direction ou participation) …   Wikipédia en Français

  • Jean Mouttapa — Jean Mouttapa, né en 1956 à Montpellier, est titulaire d’une licence de philosophie (Paris I) et d’un DEA de Droit public (Paris XII). Sommaire 1 Son parcours d éditeur 2 Son engagement dans le dialogue interreligieux 3 Bibliographie …   Wikipédia en Français

  • Fondation pour la mémoire de la Shoah —  Ne pas confondre avec le Mémorial de la Shoah. La Fondation pour la mémoire de la Shoah est une institution française reconnue d utilité publique dont la vocation est de soutenir des projets ayant trait à : l’histoire et la recherche… …   Wikipédia en Français

  • François Zimeray — François Zimeray, né en 1961, est un avocat, diplomate et responsable public français. Ancien député au Parlement européen, il a été maire du Petit Quevilly et président de la Communauté de l agglomération de rouennaise, avant d être nommé le 13… …   Wikipédia en Français

  • Lafif Lakhdar — (parfois orthographié Afif Lakhdar ou Al Afif Al Akhdar), né le 6 février 1934, est un intellectuel franco tunisien. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvres 2.1 Livres et essais 2.2 Articles …   Wikipédia en Français

  • Clémentine (série télévisée d'animation) — Pour les articles homonymes, voir Clémentine (homonymie). Clémentine Titre original Clémentine Genre Série d animation Créateur(s) Bruno René Huchez Pays d’origine …   Wikipédia en Français

  • Disneyland (Paris) — Pour les articles homonymes, voir Disneyland Park. 48° 52′ 21″ N 2° 46′ 36″ E …   Wikipédia en Français

  • Euro Disneyland — Disneyland (Paris) Pour les articles homonymes, voir Disneyland Park. 48° 52′ 21″ N 2° 46′ 36″ E …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.