Politique de l'emploi

Politique de l'emploi

Politiques de l'emploi

Les politiques de l'emploi sont l’ensemble des mesures mises en œuvre par les administrations publiques dans le but d’accroître l'emploi (augmentation du taux d'emploi de la population en âge de travailler) et de réduire le chômage (recherche du « plein-emploi »).

Pour cela, elles visent à permettre aux inactifs et les chômeurs à prendre ou reprendre un travail, et à les y inciter, dans le cadre du maintien d’une aide sociale leur assurant un niveau de vie minimum. Elles visent également à limiter la durée du chômage de transition.

On distingue généralement deux grands types de politiques : les politiques actives, qui cherchent à accroître le niveau de l'emploi dans l'économie, et les politiques passives dont l'objectif est de rendre le chômage supportable (« traitement social du chômage »), avec la volonté de ne pas accroître la demande de travail[1],[2].

Une opposition forte existe entre

Sommaire

Le suivi des chômeurs

Les services publics de l'emploi sont les administrations publiques qui assurent le suivi des chômeurs, leur indemnisation et leur apporte un soutien dans leur recherche d'emploi. Ces services mettent en place des politiques actives du marché du travail (formations, orientation, etc.) afin d’accroître leur capacité à trouver un emploi et d'accélérer leur retour à l'emploi. Ils favorisent également la transmission d'informations entre employeurs et chômeurs.

La gestion en amont du capital humain

Article connexe : Capital humain.

Dans les pays développés, le chômage concerne surtout les personnes les moins qualifiées[3].

Afin de diminuer le taux de chômage, les gouvernements et les partenaires sociaux favorisent la hausse des niveaux de formation des individus, dont la poursuite d'études supérieures, en particulier les formations professionnelles pour lesquelles les débouchés professionnels sont importants. Ils encouragent également la formation tout au long de la vie[4].

Les politiques d'éducation et de formation permettent de plus une amélioration de la productivité du travail.

La question des règlementations

Des règlementations sont mises en place sur le marché du travail pour modifier ses caractéristiques et son fonctionnement. Les règlementations qui encadrent les possibilités de licenciement (exigence d’une justification économique, pénalité financière,…) tendent à augmenter la durée passée par un employé dans chaque poste et à limiter les variations du chômage au cours du cycle économique.

Les économistes libéraux, en particulier les néo-classiques, expliquent principalement les situations de chômage durablement élevé comme la conséquence de certaines interventions de l’État : phénomènes d’assistanat, règlementations excessives des conditions de travail, conditions de rupture de contrat de travail trop restrictives qui décourageraient l'embauche, cotisations sociales trop élevées, qui portent le coût du travail à un niveau jugé trop élevé, limitation du temps de travail, salaire minimum trop élevé. Ils prônent des politiques permettant la flexibilité du travail tout en assurant une couverture des risques de chômage individuels.

Dans les pays où le marché du travail est jugé trop règlementé, ces économistes recommandent une dérèglementation partielle du marché du travail. Leur logique est avant tout de favoriser les créations d'emploi plutôt que de protéger des emplois existants. Ces politiques sont principalement appliquées dans les pays anglo-saxons, dont la plupart sont proches du « plein emploi » (taux de chômage très faible et taux d'emploi très élevé).

L'intervention de l'État pour favoriser les créations d'emploi

L’OCDE définit six grandes priorités pour les politiques de l'emploi[5] :

  • la logique dite d’« activation/obligations mutuelles »[6] ;
  • la suppression des obstacles à la participation des femmes à la vie active, des travailleurs âgés et des catégories plus généralement sous-représentées ;
  • la gestion de la problématique sécurité de l’emploi/flexibilité (notion de « flexicurité ») ;
  • les mesures destinées à élargir la demande de main-d'œuvre ;
  • la formation tout au long de la vie ;
  • une politique macroéconomique axée sur la stabilité.

Logique keynésienne (« politique de la demande »)

Article connexe : politique de la demande.

Elles visent généralement à stimuler la croissance et/ou à la rendre plus riche en emplois.

Dans une logique keynésienne, les mesures adoptées cherchent à stimuler la demande anticipée des entreprises, donc de les inciter à embaucher pour répondre à cette demande. La relance économique passe par la politique budgétaire (création d'un déficit public pour stimuler la consommation privée ou publique) ou par la politique monétaire (accroissement de la masse monétaire). De telles politiques ne sont efficaces que lorsque le chômage dérive d'une insuffisance de la demande globale.

Le keynésianisme, mis à mal par les évolutions économiques des années 1970, est un courant de pensée qui a perdu de son audience dans la majorité des pays développés.

Certaines politiques d'inspiration keynésienne prennent la forme de subventions publiques à l'embauche, de créations d'emplois dans le secteur public,...

Logique d'encouragement de l'offre de travail

Article connexe : économie de l'offre.

D'autres économistes pensent que c'est l'offre de travail qui doit être renforcée. Ils prennent pour modèle des pays nordiques dont le taux de chômage serait faible (voir Chômage dans l'Union européenne), et recommandent d'encourager l'innovation et la recherche :

Les politiques passives

Elles ont pour objectif de réduire le chômage en modifiant la répartition du travail, et de le rendre plus supportable.

Dans une logique d'assistance ou d'assurance, elles indemnisent les chômeurs. Elles permettent de garantir une stabilité de leurs revenus, pendant une durée limitée, tout en protégeant contre l'exclusion sociale.

Dans une perspective malthusienne, elles cherchent à réduire la population active ou à « partager le travail. » La réduction de la population active occupée passe par l'allongement des études, le financement des pré-retraites, l'abaissement de l'âge de la retraite (en France, de 65 à 60 ans en 1982). Le partage du travail est souvent assuré par une réduction de la durée légale du temps de travail (35 heures en France).

Notes et références

  1. Batailles pour l’emploi : quelles politiques ?,La Documentation française
  2. Dépenses «actives» / dépenses «passives» : quelle «activation» des dépenses pour l’emploi ?,La Documentation française
  3. Voir article chômage
  4. rapport Formation tout au long de la vie
  5. Perspectives de l'emploi de l'OCDE 2006, éditorial, page 12 et 13
  6. « la logique dite d’« activation/obligations mutuelles » peut coexister avec des allocations chômage relativement généreuses tout en incitant fortement les chômeurs à trouver du travail. Ce qu’il faut, c’est un ensemble cohérent d’incitations. Il s’agit de fournir des services efficaces de réinsertion pour aider les chômeurs à trouver un nouvel emploi; il faut aussi un suivi approprié des efforts de recherche d’emploi des chômeurs pour s’assurer qu’ils recherchent activement un travail, tout en faisant peser une menace de sanctions graduées sur les prestations. »

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

  • Portail de l’économie Portail de l’économie
Ce document provient de « Politiques de l%27emploi ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Politique de l'emploi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • EMPLOI — L’emploi désigne tout processus d’affectation des personnes à des tâches économiquement reconnues, le plus souvent rémunérées. En un sens plus large, le terme peut évidemment s’appliquer à l’utilisation d’un facteur de production (emploi d’un… …   Encyclopédie Universelle

  • Politique de la Suede — Politique de la Suède Suède Cet article fait partie de la série sur la politique de la Suède, sous série sur la politique. Po …   Wikipédia en Français

  • Politique de la suède — Suède Cet article fait partie de la série sur la politique de la Suède, sous série sur la politique. Po …   Wikipédia en Français

  • Politique de Bruxelles-Capitale — Bruxelles Capitale Cet article fait partie de la série sur la politique de Bruxelles Capitale, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Politique de bruxelles-capitale — Bruxelles Capitale Cet article fait partie de la série sur la politique de Bruxelles Capitale, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Politique sociale de l'Union européenne — Union européenne Cet article fait partie de la série : Politiques et gouvernements de l Union européenne Traités Rome  · Maastricht  · …   Wikipédia en Français

  • politique — 1. politique [ pɔlitik ] adj. et n. m. • 1361; lat. politicus adj., du gr. politikos « de la cité (polis) » I ♦ Adj. A ♦ Relatif à la cité, au gouvernement de l État. 1 ♦ Vx Relatif à la société organisée. ⇒ civil(opposé à naturel), public(opposé …   Encyclopédie Universelle

  • Politique de l'Union européenne — Union européenne Cet article fait partie de la série : Politiques et gouvernements de l Union européenne Traités Rome  · Maastricht  · …   Wikipédia en Français

  • Politique publique — Les politiques publiques (ou stratégie publique) se définissent comme un ensemble d actions coordonnées, mises en œuvre avec pour objectif d obtenir une modification ou une évolution d une situation donnée. Les politiques publiques sont mises en… …   Wikipédia en Français

  • Emploi —          ROYAL (Ségolène)     Bio express : Femme politique française (1953 )     «La pensée socialiste moderne croit en la prééminence de la responsabilité politique et choisit la solidarité des uns avec les autres plutôt que la lutte de tous… …   Dictionnaire des citations politiques


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.