Olympique Lyonnais


Olympique Lyonnais

Olympique lyonnais

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir OL.
Olympique lyonnais Football pictogram white.png
Logo
Généralités
Surnom(s) L'OL ou les Gones
Date de fondation 1950
Statut professionnel depuis 1950
Couleurs Blanc à parements rouge et bleu
Stade Stade de Gerland
(41 044[1] places)
Siège 350 avenue Jean Jaurès
69007 Lyon Cedex 07
Championnat actuel Ligue 1
Président Flag of France.svg Jean-Michel Aulas
Entraîneur Flag of France.svg Claude Puel
Joueur le plus capé France Serge Chiesa (541)[2]
Meilleur buteur France Fleury Di Nallo (182)[2]
Site web www.olweb.fr
Palmarès
National[3] Championnat de France (7)
Coupe de France (4)
Coupe de la Ligue (1)
Trophée des champions (7)
International[3] Coupe Intertoto (1)
Maillots
Team colours Team colours Team colours
Team colours
Team colours
Domicile
Team colours Team colours Team colours
Team colours
Team colours
Extérieur
Team colours Team colours Team colours
Team colours
Team colours
Troisième
Actualités
Soccerball current event.svg
Pour la saison en cours, voir :
Saison 2009-2010 de l'Olympique lyonnais

L’Olympique lyonnais (couramment abrégé en OL) est un club de football français fondé en 1950 par le regroupement du Lyon olympique universitaire et du FC Lyon qui existaient depuis 1899. Le club, basé dans le quartier de Gerland, est présidé depuis juin 1987 par Jean-Michel Aulas et l'équipe est entraînée par Claude Puel depuis le 18 juin 2008. Il évolue depuis 1989 en Ligue 1.

L’Olympique lyonnais évolue dans le Stade de Gerland et s'entraîne au centre Tola Vologe, à Lyon. Il possède à son palmarès sept titres de champion de France, quatre Coupes de France et une Coupe de la Ligue.

Le club connaît son apogée depuis le début des années 2000 avec sept titres consécutifs de champion de France[4] entre 2002 et 2008, une Coupe de France et une Coupe de la Ligue. C'est pourquoi la section masculine de l'OL, plus connue, est l'un des clubs les plus titrés de France. La section féminine du club quant à elle, a remporté six fois le championnat féminin[5]. Ces titres ont été, pour la première fois dans l'histoire du championnat de France, remportés la même année par les sections masculine et féminine du même club en 2007, puis en 2008. L'année 2008 a par ailleurs permis à l’Olympique lyonnais de remporté son premier doublé Championnat de France-Coupe de France, et pour les féminines la doublé Championnat de France-Challenge de France. Cette série de victoires est interrompue en 2009 avec une troisième place au championnat, malgré les titres féminin et de l’équipe évoluant en CFA sacré championne de France des réserves.

Sur le plan international, le club participe régulièrement aux coupes européennes, et était notamment membre du G14, organisation des clubs les plus importants et riches d'Europe, avant sa dissolution en janvier 2008. Jean-Michel Aulas en était son président.

Sommaire

Histoire

Les débuts du club

Le « Lyon olympique », club omnisports fondé en 1896 sous le nom de Racing Club de Lyon, se dota d'une section football en 1899. Premier club du Lyonnais qualifié en phases finales du championnat de France de football USFSA (1906), il affronta l'Olympique de Marseille en huitièmes de finale. Après un match nul 2-2, les Lyonnais ne se rendirent pas à Marseille pour rejouer la rencontre.

Éclipsé par le FC Lyon en 1908 et 1909, l'Olympique retrouva le championnat de France en 1910. Écartant Besançon (4-1), les Lyonnais s'inclinèrent 5-0 face au Stade Helvétique de Marseille, en quarts de finale.

Devenu le « Lyon olympique universitaire », le club fut encore présent en championnat de France USFSA en 1913 et se retrouva éliminé en huitièmes de finale (5-1) par Saint-Raphaël. Le « LOU » évoluait alors au stade des Iris en attendant la fin de la construction du Stade de Gerland, finalement achevé en 1920.

Le LOU rejoint les rangs professionnels en 1942 et enlèva, avec deux points d'avance sur Bordeaux, la poule sud du dernier championnat de la guerre. La finale nationale du championnat opposait Lyon à Rouen. Les Rouennais s'imposèrent 4-0. Malgré tout, ces bons résultats récoltés en temps de guerre permirent au LOU d'être promu en Division 1 à la reprise de la saison 1945-1946. Le club était présidé alors par Félix Louot, et fut malheureusement relégué en D2 à la fin de cette saison.

En mai 1950, des dissensions fortes entre les sections football et rugby du LOU provoquèrent une scission entre ces deux sections et vit le départ de la section de football, pros et amateurs, du club le 3 août 1950, sous l'impulsion du Docteur Trillat et de Groslevin, Vitalis, Marceau, Carrel, Daurensan et Maillet. Cette dernière opta alors pour un nouveau nom : l'«Olympique de Lyon et du Rhône». En réplique à cette guerre football-rugby, le LOU a été interdit de football pendant deux saisons par la Ligue du Lyonnais et après cette peine purgée, le LOU refonda une nouvelle section de football en son sein, créant à l'occasion un nouveau club, avec nouveau numéro d'affiliation à la FFF, qui existe aujourd'hui encore.

« Lyon a été fondé en 1950, c'est donc un jeune club » est l'une des grandes citations classiques de l'historiographie du foot français interprétée par quelques pseudos-fanatiques de sport des villes rivales au club. Certains évoquent même un dépôt de bilan pour expliquer la fracture de 1950, mais aucun indice, ni de traces, n'est là pour confirmer cette hypothèse. On considérera que la fondation de "L'Olympique lyonnais" n'est autre que la continuité de la section de football du LOU.

Souvent placé, jamais gagnant

L'OL fit donc son entrée en D1 en 1951 pour redescendre aussitôt en D2 en 1952 après s'être classé à l'avant-dernière place. Promus en 1954, ils débutèrent alors par une longue présence en première division ponctuée par deux périodes fastes. Ils découvrirent l'Europe grâce à la Coupe des villes de foire en 1958 à San Siro avec une élimination (0-7 ; 1-1) face à l'Inter de Milan. Puis en 1960 (cette compétition se jouait alors sur 2 ans), ils sont battus (1-3 ; 2-1) par Cologne XI et enfin en 1961 éliminés (4-2 ; 2-5) par Sheffield Wednesday.

Après s'être classé entre la 8e et la 16e place du championnat pendant près de 10 ans, ils atteignirent la 5e en 1963 et même la 4e place en 1964. C'est surtout cette année-là qu'ils ont remporté leur premier trophée. En effet, après avoir échoué l'année précédente en finale face à l'AS Monaco auteur du doublé Coupe-Championnat, ils purent glaner la Coupe de France 1964 en battant en finale les Girondins de Bordeaux 2-0 après avoir éliminé le RC Lens en quarts et le Valenciennes FC en demi-finales.

Cette même année, finaliste de la précédente Coupe de France — et étant donné que le vainqueur, l'AS Monaco, participait à la Coupe d'Europe des clubs Champions —, l'OL fait ses grands débuts en Coupe des Coupes. L'arrivée du club rhodanien dans la compétition est fracassante : Après avoir éliminé Boldklubben 1913 (3-1 ; 3-1), ils éliminent l'Olympiakos (4-2 ; 1-2) puis réussissent l'exploit en quarts face à Hambourg qu'ils éliminèrent (1-1 ; 2-0). En demi-finale, ils sont tenus en échec à Gerland par le Sporting Club du Portugal 0-0 avant d'aller chercher un match nul 1-1 à Lisbonne. Mais, malheureusement pour les Lyonnais, la règle du but à l'extérieur ne sera mise en application que quelques années plus tard (pour l'anecdote, dans les archives de l'UEFA [6], il est indiqué que l'OL est qualifié en finale grâce au but marqué à l'extérieur). Ils doivent donc jouer un match d'appui à Madrid où ils sont défaits 0-1, laissant les Portugais aller en finale, qu'ils gagnèrent face au MTK Budapest. Cette première épopée européenne ne se reproduisit pas lors de l'édition suivante où ils furent éliminés dès le premier tour par le FC Porto (0-3 ; 0-1).

Sixièmes en 1965, ils retrouvèrent les années suivantes la monotonie du milieu de classement. Monotonie qui sera pourtant troublée en 1967 par une deuxième victoire en Coupe de France (3-1 face à Sochaux en finale). Cette victoire leur permit de retrouver la Coupe des Coupes dans laquelle ils éliminèrent Aris Bonnevoie (3-0 ; 2-1) puis Tottenham (1-0 ; 3-4) avant de tomber sur Hambourg en quarts de finale (0-2 ; 2-0 ; 0-2 en match d'appui).

Un nouveau cycle démarra durant les années 1970 où ils atteignirent à nouveau la 5e place en 1972 et se placèrent pour la première fois de leur histoire sur le podium du championnat de France en 1974 et 1975, loin derrière l'ASSE, champion de France ces deux années-là. Ils remportèrent l'édition 1973 de la Coupe de France en battant en finale le FC Nantes 2 buts à 1, les empêchant du même coup de réaliser le doublé Coupe-Championnat qui leur était promis. Malgré ces coups d'éclat, jamais l'OL ne fut en mesure de se mêler à la lutte pour le titre même si le club commencait dès lors, à devenir un habitué de la Coupe des Coupes dont il atteignirent encore les huitièmes de finales en 1974.

À la fin des années 1970, le cycle s'achevait et l'équipe retrouva les dernières places du championnat avec notamment une 18e place en 1980 qui lui fit frôler la relégation. Un barrage victorieux face à Avignon (0-2 ; 6-0) sauva, pour un temps, la situation, juste un an avant que l'ASSE ne remporte son 10e titre de champion. Jamais, la célèbre phrase prononcée par le président des Verts dans les années 1970, Roger Rocher  :« En matière de football, Lyon a toujours été la banlieue de Saint-Étienne » n'a eu alors autant de sens qu'à cet instant. Finalement relégués à l'issue de la saison 1982-1983, les Lyonnais, qui détenaient alors le record de la plus longue période consécutive dans l'élite avec 29 saisons, commencèrent un long purgatoire de 6 ans.

Au sommet de la Ligue 1

En 1987, après quelques années passées en D2, Jean-Michel Aulas s'investit dans le club et en prit la direction. Il ambitionnait une « qualification européenne dans les 5 ans ». Bien qu'il surprit en débarquant presque d'entrée l'entraîneur Robert Nouzaret, l'un des symboles fort et populaire du club, la remontée en D1 est acquise dès 1989, grâce entre autres au coaching gagnant de Raymond Domenech, aujourd'hui sélectionneur de l'équipe de France.

La qualification européenne annoncée fut même atteinte après seulement deux saisons dans l'élite, le président Aulas réalisant alors le pari de l'« Europe en cinq ans » qu'il avait lancé à son arrivée. Mais le club frôla la relégation la saison suivante.

En 1995, l'OL revient sur le podium, finissant 2e derrière des Nantais intouchables cette année-là, grâce à une génération de joueurs formés au club, dont le symbole fut l'excellent attaquant Florian Maurice. L'année suivante, le club prit goût à la Coupe d'Europe, éliminant notamment la Lazio de Rome.

Il retrouva les compétitions continentales en 1997, par la petite porte, celle de l'Intertoto.

L'équipe se renforçait après chaque saison et montait en puissance : 6e en 1997-1998, puis 3e en 1998/1999 et 1999/2000.

En 1999, l'apport de 15 millions d'euros du groupe Pathé qui devint actionnaire à hauteur de 34 % permit à Jean-Michel Aulas de faire entrer son club dans une nouvelle ère en s'offrant un attaquant de renom : Sonny Anderson. Le buteur brésilien en provenance du FC Barcelone deviendra l'un des joueurs les plus emblématiques de l'histoire de l'Olympique lyonnais. En 2000/2001 le club termine 2e derrière le FC Nantes (comme 6 ans auparavant), mais remporte la Coupe de la Ligue face à l'AS Monaco.

En 2002, l'Olympique lyonnais obtint son premier titre de champion de France, remporté lors de la dernière journée. L'OL était second du championnat, deux points derrière le RC Lens, qu'il accueillit à Gerland dans une ambiance surchauffée et battit 3-1. S'ensuivit alors une série inédite de sept titres consécutifs de champion de France.

Désormais, l'Olympique lyonnais revendique donc une ampleur, tant sur le plan national que sur la scène européenne (même si jusqu'à aujourd'hui le club n'a jamais passé le cap des quarts de finale de la Ligue des Champions). Le club gonflant son budget saison par saison, vint s'installer dans le G14 (lobby des 18 clubs les plus importants d'Europe), avec son président comme figure de proue, devant les Laporta et consorts.

Entre le titre de 2002 et celui de 2007, l'effectif a été renouvelé à 80 % et la succession des quatre entraîneurs que sont Jacques Santini, Paul Le Guen, Gérard Houllier et Alain Perrin n'a pas remis en cause la stabilité garantie par le duo Bernard Lacombe / Jean-Michel Aulas qui explique en grande partie le succès actuel du club.

Dans le championnat 2006-2007, l'OL chute pourtant à Rennes, le 4 novembre, ce qui l'empêcha de glaner un nouveau record, à savoir gagner 10 matchs de suite dans le championnat de France, record codétenu par l'AS Saint-Etienne, les Girondins de Bordeaux et le Stade de Reims. Lyon bat le record de la meilleure entame de saison : 16 victoires, 2 nuls pour 1 défaite.

La deuxième moitié de saison est plus difficile. Le 6 mars 2007, l'OL se fait éliminer en 1/8 de finale de la Ligue des champions par l'AS Rome, ce qui constitue son plus mauvais résultat depuis 4 ans et le 31 mars, l'OL perd la finale de la Coupe de la ligue contre Bordeaux au terme d'un match haletant, à la dernière minute, d'une tête d'un Girondin sur corner. Le 21 avril, l'OL fut champion de France, 5 matchs avant la fin de la saison. Le club égalait son record du plus grand nombre de victoires à l'extérieur, mais avec toutefois - suite à une fin de saison en roue libre - un nombre total de points inférieur (-3) par rapport à son précédent record.

Le 17 mai 2008, l'OL est champion pour la 7e fois consécutivement en battant Auxerre, mais seulement lors de la dernière journée, battant aussi le record du nombre de championnat gagné consécutivement en France (le précédent record étant détenus par St-Étienne, 4 championnats). Il remporte une semaine plus tard la Coupe de France en battant le PSG, et remporte ainsi le premier doublé de son histoire. Néanmoins, l'entraineur Alain Perrin, est débarqué en raison de mésentente récurrente avec certains joueurs et des membres du staff (notamment Joel Bats et Robert Duverne).

Depuis la fin de l'année 2006, Lyon a marqué le pas dans la hiérarchie européenne. Incapable de franchir les 8e de finale de Ligue des Champions trois fois de suite, il semble avoir des difficultés à retrouver son souffle après avoir perdu des joueurs majeurs. Sur la scène domestique, depuis le début de l'année 2007, il éprouve de grosses difficultés à imposer son jeu comme il le faisait les deux trois années précédentes.

L'OL à la relance ?

La saison 2008-2009 est celle de sa chute et de la perte de son titre. Pour la première fois depuis huit ans, le club termine une saison avec le seul trophée de champion de France de football féminin.

Au cours du mercato estival 2009, l'OL réalise le plus gros transfert de son histoire avec l'arrivée de l'international argentin Lisandro Lopez pour 24 millions d'euros plus d'éventuels bonus, en provenance du FC Porto. Arriveront ensuite le jeune français Aly Cissokho également en provenance de Porto pour 15 millions d'euros, puis le lillois Michel Bastos pour 18 millions d'euros et enfin Bafétimbi Gomis de Saint-Etienne pour 14 à 15 millions d'euros.

Palmarès

National

International

Distinctions et trophées divers

Féminines

Champion (7) - 1991, 1993, 1995, 1998, 2007, 2008, 2009
Vice-champion (4) - 1985, 1994, 2003, 2004
Vainqueur (3) - 2003, 2004, 2008
Finaliste (4) - 2002, 2005, 2006, 2007
Demi-finaliste - 2008, 2009

Jeunes et réserves

  • Olympique Lyonnais 3
    • Championnat de Division d'Honneur
      • Vainqueur (1) - 2002

Personnalités du club

Joueurs emblématiques

La liste suivante est limitée à des joueurs qui ne sont plus en activité à l'Olympique lyonnais.

années 1950:

années 1960:

années 1970:

années 1980:

années 1990:

années 2000:

Entraîneurs

De la saison 1950-1951 à la saison 2009-2010, 24 entraîneurs se succèdent à la tête de l'Olympique lyonnais. Ils occupent leur fonction en moyenne pendant deux ans et demi.

Le tableau suivant recense la liste des entraîneurs et leur période en fonction. En l'absence d'indication contraire, la période s'étale sur des saisons pleines.

Liste des entraîneurs de l'Olympique lyonnais
# Période Nom
1 1950–déc. 1954 Oscar Heisserer
2 déc. 1954–1955 Julien Darui
3 1955–1959 Lucien Troupel
4 1959–1961 Gabriel Robert
5 1961–1962 Manuel Fernandez
6 1962–1966 Lucien Jasseron
7 1966–1968 Louis Hon
8 1968–fév. 1976 Aimé Mignot
9 fév. 1976–1980 Aimé Jacquet
10 1980–nov. 1981 Jean-Pierre Destrumelle
11 nov. 1981–fév. 1982 Vladimir Kovačević
12 fév. 1982–1984 Robert Herbin
# Période Nom
13 1984–oct. 1987 Robert Nouzaret
14 oct. 1987–mars 1988 Denis Papas
15 mars 1988–1988 Marcel Leborgne
16 1988–1993 Raymond Domenech
17 1993– 1995 Jean Tigana
18 1995–oct. 1996 Guy Stéphan
19 oct. 1996–2000 Bernard Lacombe
20 2000–2002 Jacques Santini
21 2002–2005 Paul Le Guen
22 2005–2007 Gérard Houllier
23 mai 2007–2008 Alain Perrin
24 depuis 2008 Claude Puel

Présidents

Huit présidents se succèdent à la présidence de l'Olympique lyonnais depuis la création du club en 1950.

Liste des présidents de l'Olympique lyonnais
# Période Nom
1 1950–1959 Armand Groslevin
2 1959–1965 Ferdinand Maillet
3 1965–1977 Édouard Rochet
4 1977–1981 Roger Michaux
5 janv. 1981–mai 1982 Jean Perrot
6 mai 1982–janv. 1983 Raymond Ravet
7 janv. 1983–juin 1987 Charles Mighirian
8 depuis 1987 Jean-Michel Aulas

Records en Ligue 1

Record général :

  • Meilleure affluence sur un match - Saison 2008-09, 78 056 spectateurs pour le match de la 27ème journée, Lille OSC - OL (2-0) au Stade de France[9]

Clubs :

  • Plus grand nombre de titres consécutifs - 7 titres, de 2002 à 2008
  • Plus grand nombre de points sur une saison avec 3 pts pour une victoire - Saison 2005-06, 84 points
  • Plus grand nombre de points d'écart établi avec le vice-champion (3 pts pour une victoire) - Saison 2006-07, 17 points
  • Plus grand nombre de points à la trêve (3 pts pour une victoire) - Saison 2006-07, 50 points
  • Plus grand nombre de victoires à l'extérieur - Saisons 2005-06 et 2006-07 avec Saint-Étienne (1969-70) et Marseille (1971-72 et 2008-09), 12 victoires
  • Plus grand nombre de but dans une saison (2008) 74 buts.
  • Deuxième plus large victoire en ligue des champions (2005, 8ème de final) Lyon - Werder Brême (7-2).

Joueurs :

  • Joueurs les plus titrés consécutivement - Grégory Coupet, Juninho et Sidney Govou avec l'Olympique lyonnais, 7 fois champions (2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008)

Le club aujourd'hui

Infrastructures

L'OL se développe depuis plusieurs années sous la houlette de son président. Maintenant, l'OL c'est OL Phone, OL Voyages, OL Conduite, OL café, OL Gourmet, OL Boissons, OL Music, OL Coiffure, OL Taxi. On peut ajouter à cela, un restaurant et un partenariat avec le club de boule lyonnaise CRO LYON.

Le stade actuel est le stade de Gerland. Inauguré en mai 1926, il fut rénové en 1984 à l'occasion de l'Euro de football, ainsi qu'en 1998 à l'occasion de la coupe du monde de football. Avec une capacité déclarée de 41 044 places (mais une capacité réelle de 39 514 à 41 044 pour les matchs de football, suivant l'emplacement des supporters adverses), le taux de remplissage a été, pour la saison 2005/2006, de 82,11 % en championnat et de 87.36 % en Ligue des Champions.

Le centre d'entraînement actuel du club est Tola Vologe. On y retrouve aussi le siège du club et la billetterie.

Projet : En 2007, Jean-Michel Aulas, président de l'OL, a lancé le projet OL Land, destiné à remplacer le stade de Gerland (propriété de la ville de Lyon) par un nouveau stade privé de 62 000 places, associé à un complexe commercial accueillant un musée, un centre de sport, un centre de fitness, une piscine, un centre commercial, le centre d'entrainement et un petit parking. Ce complexe devrait voir le jour d'ici 2016-2017 à Décines à côté de Lyon. Le projet est actuellement en ballotage défavorable : la population locale craint les nuisances liées à cette nouvelle activité[10].

Les supporters

Le club compte aussi plusieurs groupes de supporters au statut plus ou moins officiel. Les plus importants sont :

  • « Bad Gones », créé en 1987, qui occupe le Virage Nord Inférieur du stade de Gerland. L'Olympique lyonnais était alors un modeste club de D2. En 2007, contre Strasbourg, ce groupe a fêté ses 20 ans d'existence.
  • « Cosa Nostra Lyon » au Virage Sud Inférieur. Le groupe de la « Cosa Nostra Lyon » a vu le jour en 2007 et est issue du regroupement de deux groupes qu'étaient les « Lugdunum's », créé en 1993, alors que l'OL végétait en milieu de classement de Division 1, et les « Nucléo Ultra », créé en 2000, qui occupaient déjà le Virage Sud, afin de donner plus d'homogénéité à la tribune.


Il existe également d'autres associations :

  • « Rouge et Bleu » de la tribune Jean Bouin,
  • « Hex@gones » créés en 2000, présents surtout en Virage Sud Inférieur, qui regroupe, mais pas exclusivement, les supporters résidant loin de Lyon
  • « Gastrogones » de la tribune Jean Bouin et au Virage Sud Supérieur,
  • « O'Elles Club » de la tribune Jean Jaurès.
  • « Handi-Sup-OL », créés en 2005, placés aux places handicapées de la tribune Jean Bouin.

Six autres groupes sont répartis de part et d'autre du stade. Il s'agit des

  • « OL Muséum », créés en 2006, association de supporters collectionnant des produits estampillés "OL"[11],
  • « Gones 58 », créés en 2006, qui regroupent les supporters du département de la Nièvre (58),
  • « Gones 26 », créés en 2007, qui regroupent les supporters du département de la Drôme (26),
  • « Septimagones », créés en 2008, implantés à Hérépian (Hérault, 34), dont le nom vient de la contraction de Septimanie, (ancienne province désignant le Languedoc-Roussillon) et des Gones,
  • « Loups Marchois », créé en 2008, qui regroupent les supporters du département de la Creuse (23),
  • « Dauphigones », créés en 2008, qui regroupent les supporters du département de l'Isère (38).

Effectif 2009-2010

Ci-dessous, la liste des joueurs professionnels de l'Olympique lyonnais[12], ainsi que la durée de leur contrat[13] :

Gardiens

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections Transfert Fin du contrat
1 Hugo Lloris Gardien 26/12/1986 France France France 8,5 M€ Juin 2013
25 Joan Hartock Gardien 17/02/1987 France France France (18 ans) Juin 2010
30 Rémy Vercoutre Gardien 26/06/1980 France France Juin 2012

Défenseurs

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections Transfert Fin du contrat
2 François Clerc Arrière droit 18/04/1983 France France France Juin 2010
3 Cris Arrière central 03/06/1977 Brésil Brésil Brésil 3,5 M€ juin 2011
4 Jean-Alain Boumsong Arrière central 14/12/1979 France France France 3 M€ Juin 2011
5 Mathieu Bodmer Arrière central 22/12/1982 France France France A' 6,5 M€ Juin 2011
12 Thimothée Kolodziecziak Arrière gauche 01/10/1991 France France France (18 ans) 2,5 M€ Juin 2011
13 Anthony Réveillère Arrière droit 10/11/1979 France France France 5,6 M€ Juin 2011
20 Aly Cissokho Arrière gauche 15/09/1987 France France 15 M€ Juin 2014
23 Anderson Cléber Beraldo Arrière central 27/04/1980 Brésil Brésil Brésil 4,8 M€ Juin 2011

Milieux

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections Transfert Fin du contrat
6 Kim Källström Milieu offensif 24/08/1982 Suède Suède Suède 6 M€ Juin 2010
7 Michel Bastos Milieu offensif 02/08/1983 Brésil Brésil 18 M€ Juin 2013
8 Miralem Pjanić Milieu offensif 02/04/1990 Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine 7,5 M€ (dont incentives) Juin 2013
10 Ederson Milieu offensif 13/01/1986 Brésil Brésil 14 M€ Juin 2012
17 Jean II Makoun Milieu défensif 29/05/1983 Cameroun Cameroun Cameroun 15 M€ Juin 2012
19 César Delgado Milieu offensif 08/08/1981 Argentine Argentine Argentine 7,25 M€ Juin 2011
22 Clément Grenier Milieu offensif 07/01/1991 France France France (18 ans) Premier contrat pro Juin 2011
24 Romain Beynié Milieu défensif 05/06/1987 France France France (18 ans) Juin 2010
28 Jérémy Toulalan Milieu défensif 10/09/1983 France France France 7 M€ Juin 2012
41 Maxime Gonalons Milieu défensif 10/03/1989 France France Premier contrat pro Juillet 2010

Attaquants

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections Transfert Fin du contrat
9 Lisandro Lopez Avant-centre 02/03/1983 Argentine Argentine Argentine 24 M€ Juin 2014
14 Sidney Govou Ailier droit 27/07/1979 France France France Juin 2010
18 Bafetimbi Gomis Avant-centre 06/08/1985 France France France 14 M€ Juin 2014
29 Yannis Tafer Avant-centre 11/02/1991 France France France espoirs Premier contrat pro Juin 2011
39 Ishak Belfodil Avant-centre 12/01/1992 France France France (17 ans) Contrat jeune


Remarque : le numéro 16 n'est plus attribué en mémoire de Luc Borrelli, le 17 a été attribué à Jean II Makoun en hommage à Marc-Vivien Foé.

Joueurs prêtés

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections Club Ligue Fin du prêt
Jérémy Pied Ailier droit 23/02/1989 France France France (19 ans) FC Metz France Ligue 2 Juin 2010
Frédéric Piquionne Avant-centre 08/12/1978 France France France Portsmouth Angleterre Premier League Juin 2010
John Mensah Défenseur central 29/11/1982 Ghana Ghana Ghana Sunderland Angleterre Premier League Juin 2010[14]

Effectif de la réserve 2009-2010

  • Gardiens :


Aspects économiques

Sponsors

L'Olympique lyonnais est actuellement lié avec l'équipementier Umbro, qui verse 6 millions d'euros par saison. Cependant, le 11 août 2009, le club annonce avoir trouvé un accord avec l'équipementier Adidas pour un contrat courant sur dix saisons à compter de la saison 2010-2011[15]. Depuis la saison 2009-2010, et la fin des contrats liant le club avec le groupe Accor et Renault Trucks, le nouveau sponsor maillot de l'Olympique lyonnais est le site de paris en ligne et bookmaker Betclic, cependant interdit sur le sol français. En effet, l'ouverture légale du marché des jeux d'argent en France est fixée au 1er janvier 2010. Jusqu'à cette date, le club est donc obligé de jouer avec des maillots vierges. Il est cependant autorisé à jouer avec son sponsor les matchs de Ligue des Champions en dehors du sol Fançais.

Lors des matches de Coupe de la Ligue, les sponsors Speedy et Triangle sont imposés par la LFP, tandis ceux en Coupe de France, se jouent avec les sponsors SFR, Caisse d'Epargne et Pitch, imposés par la FFF.

Introduction en bourse

Le 26 janvier 2007 le club a précisé les modalités de son introduction en bourse. L'action OL Groupe est proposée entre 21 et 24,40 euros dont la part pour les petits porteurs est de dix pour cent. Depuis le vendredi 8 février 2007 l'Olympique lyonnais est entré en bourse. L'action OL Groupe (code OLG) est définitivement proposée à 24 euros. Conformément à la loi du 30 décembre 2006 (article 68)[16], l'ouverture du capital intègre un projet de nouveau stade détenu en propre par le club. Près de 2 ans après son entrée en bourse, l'action a perdu 65 % de sa valeur (8,50 euros au 25 novembre 2008) quand le CAC 40 perdait 50 %.

Superleague Formula

L'Olympique lyonnais intègre la Superleague Formula pour la saison 2009. Ce championnat automobile, créé en 2005, regroupe des écuries parrainées par des équipes de football et porteront leurs couleurs. Le nom du pilote qui sera au volant de la monoplace OL, a été dévoilé le 18 juin 2009, par le biais du site officiel du club. Il s'agit de Nelson Panciatici, âgé de 20 ans.

La monoplace Olympique lyonnais a été présentée aux supporters Lyonnais avant le match OL-PSG du 24 avril 2009.

Notes et références

  1. Capacité du stade de Gerland, sur olweb.fr
  2. a  et b Les records de l'OL, site officiel
  3. a  et b Seules les compétitions officielles sont indiquées ici
  4. Ce qui constitue un record français et parmi les championnats européens majeurs. Aucun club n'a fait mieux dans les championnats d'Espagne, d'Italie, d'Allemagne, d'Angleterre et de France. En Europe, seuls le Rosenborg BK (Norvège), avec 13 fois, et le Celtic FC (Ecosse), avec 9 fois, ont réalisé des séries plus importantes.
  5. Quatre des six titres ont été remportés sous le nom du FC Lyon
  6. UEFA Cup Winners' Cup, sur uefa.com
  7. Le championnat de la saison 1944-45, dit « championnat de guerre » au même titre que ceux des saisons 1939-40 à 1943-44, est divisé en une Zone Nord et une Zone Sud remportée par le club sous la dénomination Lyon O.U.. Le FC Rouen s'adjuge la finale nationale entre les vainqueurs des deux championnats.
  8. Ces titres sont obtenus sous la dénomination F.C. Lyon.
  9. Rapport du match sur le site officiel de la Ligue
  10. Le site de l'OL-land
  11. OL Muséum, sur olweb.fr
  12. Effectif professionnel de l'Olympîque lyonnais, sur olweb.fr
  13. (de)Contrat des joueurs de l'Olympique lyonnais, sur transfermarkt.de
  14. Mensah à Sunderland (officiel), sur l'équipe.fr
  15. « OL : Adidas remplace Umbro dès 2010 », sur leprogres.fr
  16. Texte de loi sur l'actionnariat, sur legifrance.gouv.fr

Annexes

Liens externes

Bibliographie

  • Richard Benedetti et Serge Colonge, Dictionnaire officiel : Olympique lyonnais, Hugo et compagnie, 20 novembre 2008, 271 p. (ISBN 2755602899) [présentation en ligne] 
  • Vincent Duluc, La grande histoire de l'OL : des origines à nos jours, Ed. Prolongations, novembre 2007, 345 p. (ISBN 978-2-916400-17-4) [présentation en ligne] 
  • Christian Lanier, OL : Olympique lyonnais, Calmann-Lévy, 30 avril 2007, 189 p. (ISBN 2702137776) [présentation en ligne] 
  • Benjamin Danet, Olympique lyonnais : histoire d'une ascension, L'Archipel, 29 août 2007, 233 p. (ISBN 2841879615) [présentation en ligne] 
  • Nicolas Delage et Richard Place, Olympique lyonnais : les coulisses d'une réussite, Calmann-Lévy, mars 2007, 200 p. (ISBN 9782702137291) [présentation en ligne] 
  • Olivier Blanc, Le défi de l'Olympique lyonnais, la Manufacture, 1er décembre 1989 (ISBN 2-7377-0162-7) 


  • Portail du football Portail du football
  • Portail du Grand Lyon Portail du Grand Lyon
Ce document provient de « Olympique lyonnais ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Olympique Lyonnais de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Olympique Lyonnais B — Olympique lyonnais Pour les articles homonymes, voir OL. Olympique lyonnais …   Wikipédia en Français

  • Olympique Lyonnais — Full name Olympique Lyonnais Nickname(s) Les Gones (The Kids) Lyon OL Founded …   Wikipedia

  • Olympique Lyonnais — Olympique Lyon Voller Name Olympique Lyonnais Gegründet 3. August 1950 Stadion …   Deutsch Wikipedia

  • Olympique lyonnais — Rivalité entre Olympique lyonnais et AS Saint Etienne Généralités Sport Football Pays France Villes Lyon et Saint Et …   Wikipédia en Français

  • Olympique Lyonnais — El Olympique Lyonnais, más conocido en español como Olympique de Lyon, es un club de fútbol francés, de la ciudad de Lyon en Ródano Alpes. Fue fundado en 1899 y juega en la Primera división de la liga francesa de fútbol …   Enciclopedia Universal

  • Olympique lyonnais (réserve) — Olympique lyonnais Pour les articles homonymes, voir OL. Olympique lyonnais …   Wikipédia en Français

  • Olympique Lyonnais (Superleague Formula team) — Olympique Lyonnais SF Racing Team Founded 2009 Country …   Wikipedia

  • Olympique Lyonnais Reserves and Academy — Olympique Lyonnais Full name Olympique Lyonnais Nickname(s) Les Gones, Lyon, or OL Founded 1899/1950[1] Ground …   Wikipedia

  • Olympique lyonnais (Superleague Formula) — Olympique lyonnais Création 2009 Pays France …   Wikipédia en Français

  • Olympique Lyonnais (féminines) — Pour les articles homonymes, voir OL. Olympique lyonnais …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.