Norbert Zongo


Norbert Zongo
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Zongo (homonymie)

Norbert Zongo est un journaliste burkinabè, ancien directeur de publication de l’hebdomadaire L'Indépendant.

Après avoir commencé une enquête sur la mort mystérieuse de David Ouedraogo, le chauffeur de François Compaoré, le frère du président burkinabè Blaise Compaoré, Norbert Zongo est assassiné le 13 décembre 1998, avec les trois personnes qui l'accompagnaient (Blaise Ilboudo, Ablassé Nikiéma et Ernest Zongo), soulevant une très vive émotion à Ouagadougou, à travers tout le pays mais aussi dans les pays voisins. En réaction, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans tout le pays, les plus violentes ont été enregistrées à Koudougou (à l'ouest de Ouagadougou), où était né Norbert Zongo. Les partisans du pouvoir organisés en milice et armés de gourdins se sont livrés à une chasse aux manifestants dans plusieurs villes du pays.

Norbert Zongo et trois proches ont été retrouvés morts et calcinés dans leur véhicule le 13 décembre 1998 à une centaine de kilomètres au sud de Ouagadougou, sur la route de Sapouy.

Sommaire

L'enquête officielle

Cédant au mécontentement populaire, le président Blaise Compaoré laisse une enquête judiciaire s'ouvrir. En sept ans d'instruction, un seul suspect, un adjudant de la sécurité présidentielle, a été inculpé, mais le témoin l'accusant s'est rétracté au cours d'une confrontation judiciaire.

En août 2000, ce fut au tour de cinq membres de la garde présidentielle d’être inculpés du meurtre de Ouedraogo. Marcel Kafando, Edmond Koama et Ousseini Yaro, également suspectés dans l'affaire Zongo, furent reconnus coupables et condamnés à des peines de prison. Edmond Koama est décédé le 4 janvier 2001.

Le procès Zongo s’est conclu par un non-lieu le 19 juillet 2006 qui a provoqué un tollé international.

Les enquêtes indépendantes

Des journalistes étrangers et une commission d'enquête internationale ont mené vers d'autres membres de la garde présidentielle burkinabè[1].

La commission indépendante a conclu que la mort de Norbert Zongo était due à des motifs purement politiques, en raison de ses investigations au sujet de la mort après torture de David Ouedraogo, chauffeur de François Compaoré. Ce dernier fut inculpé du meurtre de David Ouedraogo en janvier 1999. Le tribunal militaire abandonna ensuite les charges retenues contre lui.

Reporters sans frontières (RSF) a affirmé[2] le 20 octobre 2006 que le rapport d'enquête de la Commission d'enquête indépendante (CEI) sur l'assassinat de Norbert Zongo avait été expurgé d'éléments mettant en cause François Compaoré, le frère du président Blaise Compaoré, et un homme d'affaires proche du pouvoir, Oumarou Kanazoé. Plusieurs fois cités dans cette affaire, Compaoré et Kanazoé ont toujours nié toute implication.

Le journal L'Événement a repris l'enquête de RSF et François Compaoré a porté plainte pour diffamation contre le journal. Le 8 janvier 2007, l'affaire est passée devant le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou, mais faute de l'original du journal, l'audience a été renvoyée au 22 janvier[3].

Influence culturelle de la mort de Zongo

Le chanteur reggae ivoirien Alpha Blondy a écrit une chanson « Journalistes en danger » qui dénonce l'assassinat de Norbert Zongo et le pouvoir burkinabè qui essaie d'étouffer cette affaire. Norbert Zongo est également cité dans la chanson « Les martyres » d'un autre reggaeman ivoirien, Tiken Jah Fakoly (album Cours d'histoire), dénonçant ainsi les nombreux assassinats politiques ayant eu lieu sur le continent africain. Plus récemment, un collectif de rappeurs burkinabé s'est créé, "Artistes Unis pour Norbert Zongo"(Studio Abazon), afin de dénoncer le meurtre du journaliste ainsi que la culpabilité de l'Etat burkinabé dans cette affaire.

Références

  • Non-lieu dans l'enquête sur la mort du journaliste Zongo, Le Monde, 21 juillet 2006
  • Affaire Zongo: RSF affirme que le rapport d'enquête a été expurgé, AFP, 20 octobre 2006

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Norbert Zongo de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Norbert Zongo — Born July 1949 Died 13 December 1998 Occupation Journalist Notable credit(s) l Indépendant Norbert Zongo (July 1949, Koudougou December 13, 1998) was the publisher and editor of the Burkina Fas …   Wikipedia

  • Norbert Zongo — (* Juli 1949 in Koudougou, Obervolta, heute Burkina Faso; † 13. Dezember 1998 in Sapouy, Burkina Faso) war ein Journalist und Schriftsteller aus dem westafrikanischen Staat Burkina Faso. Nach dem Besuch von Journalistenschulen in Togo und Kamerun …   Deutsch Wikipedia

  • Zongo (disambiguation) — Zongo is a town in Équateur, Democratic Republic of the CongoZongo is the name of several people:*Mamadou Zongo, a Burkinabé football player *Norbert Zongo (1949–1998), a Burkinabé journalist *Ousmane Zongo, African arts trader from Burkina Faso… …   Wikipedia

  • Zongo (Begriffsklärung) — Zongo steht für: Zongo, Stadt in der Demokratischen Republik Kongo Zongo Tal, Tal nordöstlich von La Paz, Bolivien, am Fuße des Berges Huayna Potosí Zongo (Siedlung), in küstennahen Städten Westafrikas Stadtteile mit vielen mohammedanischen… …   Deutsch Wikipedia

  • Zongo (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Zongo désigne : Zongo, ville de la province de l’Équateur en République démocratique du Congo ; Zongo, localité de la province du Bas Congo en… …   Wikipédia en Français

  • Norbert — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Sens et origine du nom 2 Variantes …   Wikipédia en Français

  • Saint Norbert — Norbert Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Sens et origine du nom 2 Variantes …   Wikipédia en Français

  • Burkina — Faso Burkina Faso Flagge …   Deutsch Wikipedia

  • Burkina Faso — /beuhr kee neuh fah soh/ a republic in W Africa: formerly part of French West Africa. 10,891,159; 106,111 sq. mi. (274,827 sq. km). Cap.: Ouagadougou. Formerly, Upper Volta. * * * Burkina Faso Introduction Burkina Faso Background: Independence… …   Universalium

  • Burkina Faso — (browse) …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.