Louis De Rouvroy, Duc De Saint-Simon

Louis De Rouvroy, Duc De Saint-Simon

Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Simon.
Le duc de Saint-Simon.
Portrait par Perrine Viger-Duvigneau d'après Hyacinthe Rigaud.
Château de Versailles.

Louis de Rouvroy, plus connu sous le nom de Saint-Simon, né à Paris le 16 janvier 1675 et mort le 2 mars 1755, est un écrivain français, célèbre pour ses Mémoires, racontant par le menu la vie à la Cour. Il était le fils de Claude de Rouvroy, duc de Saint-Simon et de sa seconde femme, Charlotte de L'Aubespine.

Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon (1760-1825), philosophe et industriel français fondateur du saint-simonisme, est un parent éloigné de l'auteur.

Sommaire

Biographie

Jeunesse

Titré dans sa jeunesse vidame de Chartres, Louis de Rouvroy reçoit une éducation soignée. Il devient à cette époque ami du duc de Chartres, le futur Régent. Un autre personnage qui joue un grand rôle dans sa vie est Rancé, l’abbé de La Trappe, voisin percheron proche de son père, et qui joue pour Saint-Simon le rôle de mentor en matière de religion. Le jeune homme s’intéresse surtout à l’histoire et aime la lecture, en particulier celles de mémoires, qui lui donnent l’« envie d’écrire aussi [les mémoires] de ce qu’[il] verrai[t], dans le désir et l’espérance d’être de quelque chose, et de savoir le mieux qu’[il] pourrai[t] les affaires de [s]on temps. » Il commence à écrire ses futurs Mémoires en juillet 1694. Il ne néglige pas pour autant les exercices physiques, équitation et escrime, et manifeste le désir de servir à l’armée. En 1691, alors qu’il a 16 ans, son père, déjà âgé (86 ans), intrigue pour le faire entrer dans les mousquetaires gris, et il participe en 1692 au siège de Namur. Peu de temps après, Louis XIV lui donne la troisième compagnie de cavalerie du Royal-Roussillon.

Après la majorité

Débuts

En avril 1693, son père meurt, et il devient duc et pair, à 18 ans. Peu de temps après, Louis achète le régiment Royal-Carabiniers, et devient mestre de camp. Ses responsabilités militaires passent pourtant au second plan face aux responsabilités de la pairie. Saint-Simon prend son nouveau rang très à cœur, et s’engage rapidement dans un grand procès contre le maréchal-duc de Luxembourg, qui veut faire modifier son rang parmi les pairs. Il s’indigne aussi du « rang intermédiaire » accordé aux bâtards de Louis XIV (le duc du Maine et le comte de Toulouse), qui les fait passer au-dessus des pairs.

En 1695, il épouse Marie-Gabrielle de Durfort de Lorge, fille aînée du maréchal-duc de Lorge, dont la mère, née Frémont, vient d’une famille roturière, mais fournit une dot importante. Le mariage semble particulièrement heureux pour l’époque. Le 8 septembre 1696 naît sa première fille Charlotte. L’enfant est contrefaite, et reste toute sa vie à la charge de ses parents. Cette naissance, suivie de celles des deux fils de Saint-Simon, aussi peu reluisants intellectuellement que physiquement, blesse cruellement Saint-Simon dans son orgueil de père et de duc. Dans ses Mémoires, il n’évoque qu’à peine ses enfants.

En 1697, il mène sous le maréchal de Choiseul une expédition en Alsace. C’est son dernier séjour aux armées : il supporte de plus en plus mal l’obligation qui lui est faite de passer deux mois par an à son régiment. D’ailleurs, le sien est réformé et il n’est plus que « mestre de camp à la suite », sous les ordres d’un simple gentilhomme.

En juillet 1698 naît le premier fils de Saint-Simon, Jacques-Louis titré vidame de Chartres. Cet enfant, encore plus petit que son père, à tel point que l’on le surnomme « basset », est une des grandes peines de son père, dont il semble n’avoir hérité ni les qualités intellectuelles ni l’honnêteté. En 1699, préoccupé par l’ampleur que prennent ses Mémoires dont son premier projet avait été qu’ils soient brûlés à sa mort, il consulte Rancé pour savoir quelle règle adopter. Ce dernier ne l’incite sans doute pas à continuer un journal, mais plutôt à collecter des documents sans donner libre cours à ses émotions sur le papier, signe d’orgueil envers Dieu. Il est alors possible qu’à partir de cette date Saint-Simon constitue des dossiers documentaires, complétés de notes personnelles. Ces dossiers auxquels il ajoute les anecdotes dont il se souvient sont la base des Mémoires rédigés quarante ans après. Le 12 août naît son second fils Armand-Jean, qu’il titre marquis de Ruffec. En 1702, alors qu’il néglige son régiment pour la vie de Cour, Louis se voit dépassé pour une promotion par des officiers plus récents que lui dans leur grade. Parmi eux, le comte d’Ayen, futur duc de Noailles, qui est, sa vie durant, l’ennemi juré du duc (« Le serpent qui tenta Ève, qui renversa Adam par elle, et qui perdit le genre humain, est l’original dont le duc de Noailles est la copie la plus exacte et la plus fidèle », déclare ce dernier dans les Mémoires). Devant ce qu’il considère comme une injustice flagrante, Saint-Simon quitte l’armée prétextant des raisons de santé. Louis XIV lui tient longtemps rigueur de cette défection.

À Versailles

En 1702, toujours, il obtient un appartement pour lui et sa femme au château de Versailles : c’est l’ancien appartement du maréchal de Lorge, dans l’aile nord. Il l’occupe jusqu’en 1709. Désormais, il est en plein cœur de la société de cour, qu’il observe et consigne avec passion dans ses Mémoires. En 1706, son nom est proposé pour le poste d'ambassadeur à Rome, en remplacement du cardinal de Janson. Mais au dernier moment, une promotion de cardinaux ayant été faite, Louis XIV décide d’envoyer plutôt le tout nouveau cardinal de La Trémoille.

En 1709, il perd son logement. Pontchartrain lui en prête un autre, situé au 2e étage de l’aile droite des ministres, puis en 1710, Saint-Simon — ou plutôt sa femme, nommée femme d’honneur de la duchesse de Berry — obtient un grand appartement, attribué auparavant à la duchesse Sforza et à la duchesse d'Antin. Le nouvel appartement possède en outre des cuisines, ce qui permet à Saint-Simon de donner fréquemment soupers et dîners, et d’enrichir encore ses Mémoires.

En 1711, Monseigneur, fils de Louis XIV, meurt. Saint-Simon, ami du duc de Bourgogne, premier dans la ligne de succession, espère accéder au pouvoir par son intermédiaire, mais en 1712, le duc de Bourgogne meurt à son tour. Pour se consoler, Saint-Simon se lance dans l’écriture de projets de réforme dans la lignée du libéralisme aristocratique. Il rêve d’une monarchie moins absolue, mais n’est pas pour autant un chantre de l’égalitarisme : il veut redonner à la noblesse, strictement hiérarchisée, un rôle politique majeur, voire hégémonique. Ses écrits, signés ou non, se diffusent à la cour, et il y devient une sorte de personnage. Parallèlement, il continue à se quereller pour des questions de préséance et à fulminer contre les bâtards, le duc du Maine au premier chef, surtout après l’édit de 1714 insérant les bâtards dans la ligne de succession.

La réflexion politique de Saint-Simon est fondée sur le rôle qu’il accorde au groupe des pairs de France auquel il appartient. Pour lui, ce groupe, expression la plus haute de la noblesse et donc de la société française, a le rôle et la fonction naturelle de conseiller du roi. Le système ministériel, ébauché dès le règne de Henri IV mais mis en place avec force sous Louis XIV, est chargé de tous les maux, puisque substituant au « gouvernement de conseil » du roi et de ses nobles, d’ailleurs largement fantasmé par Saint-Simon, un « gouvernement d’exécution » où le roi décide seul et fait exécuter ses ordres par des ministres et secrétaires d’État, « gens de peu », roturiers ou de fraîche noblesse. Saint-Simon n’ose-t-il reprocher au roi, dans une lettre anonyme composée après la mort du duc de Bourgogne, d’avoir eu un règne « pour soi tout seul » ?

Dans l’ombre du Régent

En septembre 1715, Louis XIV s’éteint. Le duc d’Orléans, ami d’enfance de Saint-Simon, devient régent. Pour Saint-Simon, c’est le moment de faire triompher ses théories politiques. Membre du conseil de régence, il est à l’origine du système de la polysynodie, instituant à la place des ministères des conseils où domine l’aristocratie. Pour Saint-Simon, ce rôle est le seul digne d’un pair de France, conseiller né du roi, mais non fonctionnaire, même de haut vol. Ainsi il refuse la présidence du conseil des Finances, qu’il confie même à un de ses ennemis jurés, le duc de Noailles. En revanche, il accepte les honneurs les plus prestigieux de la cour : le justaucorps à brevet et les grandes entrées chez le roi. Il se fait également attribuer une croix de Saint-Louis, normalement réservée aux militaires. L’honnêteté de Saint-Simon l’empêche aussi de profiter de ce passage au pouvoir pour résoudre sa difficile situation financière. En revanche, il répare son orgueil brisé en participant à l’éviction des bâtards de leur rang de princes du sang.

Peu apte aux manœuvres politiques, il est de plus en plus supplanté par le cardinal Dubois, ancien précepteur du Régent et futur premier ministre. Philippe d’Orléans lui conserve son amitié et lui prête même en 1719 le château de Meudon, honneur considérable, suivi de plusieurs propositions de poste que Saint-Simon refuse sous des prétextes divers. En 1721, il accepte néanmoins l’ambassade en direction de l’Espagne, pays qu’il admire beaucoup, dans le but de marier Louis XV à une infante d’Espagne, mais cet épisode doré qui le voit revenir grand d'Espagne est son chant du cygne : quand il en rentre en 1722, c’est Dubois qui est nommé premier ministre. En 1723, la mort du Régent lui fait perdre tout accès au pouvoir et, en le privant de son dernier ami, l’éloigne de la Cour.

Saint-Simon se retire alors dans son château de La Ferté-Vidame, où il mène une vie de gentilhomme campagnard, relativement soucieux des conditions de vie de ses paysans, et tentant de moderniser leurs techniques. Il se fait même maître de forges. Il se consacre également à la rédaction de traités historico-généalogiques. Il lit le Journal de Dangeau et, à partir de 1739, il rassemble ses notes et s’attelle à la rédaction proprement dite de ses Mémoires. En 1749, il achève leur rédaction, les faisant s’arrêter en 1723, à la mort du Régent. Il envisage un moment une suite, jamais écrite. Il meurt en 1755.

Œuvre

Œuvre majeure de Saint-Simon, les Mémoires ont longtemps attendu leur publication. Elle n’est pas le fait des héritiers directs, obérés par la succession. Le manuscrit est gardé chez un notaire. Le neveu du petit duc, le général de Saint-Simon, commence le grand travail de publication. La première grande édition est celle d'Adolphe Chéruel, à partir de 1858, suivie par celle de Boislile, de 1879 à 1930. Ces éditions établissent la gloire de Saint-Simon, détrônant le cardinal de Retz au panthéon des mémorialistes, et le consacrant comme source historique majeure pour le règne de Louis XIV.

Aspects littéraires

Mieux encore, Saint-Simon gagne le titre de véritable écrivain. Les admirateurs de sa prose sont nombreux parmi les auteurs francophones : c’est l’un des rares mémorialistes à être lu pour son style. Pourtant, Saint-Simon lui-même avoue : « Je ne me pique pas de bien écrire. » D’un point de vue académique, il dit vrai. Sa grammaire n’est pas toujours rigoureuse, et son vocabulaire est archaïque, figé à la première partie du règne de Louis XIV.

Cela même fait l’originalité du style de Saint-Simon : il ne se surveille pas. Chez lui la phrase se bouscule, hachée et fiévreuse, toute en ellipses, à tel point que Chateaubriand dit de lui : « Il écrit à la diable pour la postérité ». Sa phrase semble parfois, comme chez Proust, vouloir embrasser tous les aspects d’une question, et ne s’éteindre que lorsque le sujet a été épuisé. Tantôt, au contraire, il supprime le verbe et accumule les notations rapides. Ainsi décrit-il le tsar Pierre le Grand lors de sa visite à Paris en 1717 :

« Ce monarque se fit admirer par son extrême curiosité, toujours tendante à ses vues de gouvernement, de commerce, d'instruction, de police, et cette curiosité atteignit à tout et ne dédaigna rien, dont les moindres traits avaient une utilité suivie, marquée, savante, qui n'estima que ce qui méritait l'être, en qui brilla l'intelligence, la justesse, la vive appréhension de son esprit. Tout montrait en lui la vaste étendue de ses lumières et quelque chose de continuellement conséquent. Il allia d'une manière tout à fait surprenante la majesté la plus haute, la plus fière, la plus délicate, la plus soutenue, en même temps la moins embarrassante quand il l'avait établie dans toute sa sûreté, avec une politesse qui la sentait, et toujours, et avec tous, et en maître partout, mais avait ses degrés suivant les personnes. Il avait une sorte de familiarité qui venait de liberté ; mais il n'était pas exempt d'une forte empreinte de cette ancienne barbarie de son pays qui rendait toutes ses manières promptes, même précipitées, ses volontés incertaines, sans vouloir être contraint ni contredit sur pas une ; sa table, souvent peu décente, beaucoup moins ce qui la suivait, souvent aussi avec un découvert d'audace, et d'un roi partout chez soi. »

— Saint-Simon, Mémoires, La Pléiade, vol. VI, p. 352-353[1]

C’est aussi un bon conteur, narrant avec clarté et minutie des histoires souvent embrouillées, sachant ménager ses effets et son suspense, transformant une anecdote mineure en véritable comédie. Enfin, Saint-Simon se distingue par la fougue de son discours. Il a l’indignation facile, l’insulte retorse et la plume bien aiguisée. Bien peu trouvent grâce à ses yeux. Il offre ainsi au lecteur un panorama parfois injuste, mais souvent réjouissant, de la cour de Louis XIV.

L’œuvre n’est pas homogène. À des passages d’anthologie (portrait des personnalités disparues, veillée funèbre de Louis XIV) s’opposent des « tunnels » auxquels le lecteur moderne est moins sensible : ainsi rédige-t-il de longues dissertations sur la hiérarchie relative des grands du royaume. Saint-Simon n’écrit en effet pas seulement pour raconter son époque, mais aussi pour promouvoir ses idées politiques, voire pour se promouvoir lui-même. Les historiens considèrent en effet que souvent il exagére l'importance de son propre rôle dans les affaires politiques des années 1710-1723. Son œuvre elle-même ne fournit pas toujours ses sources. Saint-Simon puise abondamment dans le Journal de Dangeau pour les anecdotes de la cour, mais ne l'évoque guère que pour le critiquer lorsqu'il y trouve des erreurs. Il se fonde aussi sur le journal de Torcy pour les événements internationaux.

Postérité littéraire de Saint-Simon

De grands écrivains français sont profondément influencés par l’œuvre de Saint-Simon, dont Stendhal et Proust.

Le premier a pu connaître les Mémoires par les publications d’extraits réalisées entre 1781 et 1819, avant que les héritiers ne rentrent en possession des manuscrits à cette date et n’autorisent une première publication en 1829, complète mais très perfectible. Stendhal a été fasciné par les Mémoires, ce qu’il a résumé par la célèbre boutade : « J’ai deux passions, les épinards et Saint-Simon ! » Il lui emprunte de nombreux procédés littéraires « modernes » qu’utilise le duc en dépit de sa réputation d’archaïsme, en particulier la description subjective, qui consiste à décrire une scène uniquement à travers les détails qu’en perçoit un personnage. Dans La Chartreuse de Parme de Stendhal, les descriptions des intrigues de cour et les portraits de nombreux personnages secondaires sont ouvertement inspirés de Saint-Simon, qui est d’ailleurs expressément cité.

Marcel Proust a été un admirateur fervent du mémorialiste, dont il a d’ailleurs fait un long et savoureux pastiche (Pastiches et mélanges, 1919). L’évocation dans À la recherche du temps perdu des salons aristocratiques du début du XXe siècle doit autant aux souvenirs mondains de Proust lui-même qu’aux scènes de la cour de Louis XIV qu’il avait lues dans Saint-Simon, très souvent cité dans le roman, notamment lors des passages où apparaît le personnage haut en couleurs du baron de Charlus. Proust a aussi cherché à recréer dans ces passages une certaine manière de parler que Saint-Simon appelait, mais sans donner d’exemples, l’« esprit Mortemart », du nom d’une grande famille noble à laquelle appartenait la marquise de Montespan : « [...] une éloquence naturelle, une justesse d’expression, une singularité dans le choix des termes qui coulait de source et qui surprenait toujours, avec ce tour particulier à Mme de Montespan et à ses sœurs, et qui n’a passé qu’aux personnes de sa familiarité ou qu’elle avait élevées. » (Mémoires, portrait de la duchesse d’Orléans). Proust chercha à illustrer cet esprit à travers son personnage de la duchesse de Guermantes, sans d’ailleurs être pleinement satisfait du résultat. Mais de manière plus profonde, Proust a été fasciné par la réussite du projet littéraire de Saint-Simon, qui ressuscite par l’écriture un monde disparu depuis trente ans : comme le duc-mémorialiste, le narrateur de la Recherche comprend sur le tard que les déceptions de la vie et la certitude de la mort peuvent être transcendées par la littérature.

Aspects historiques

L’histoire selon Saint-Simon

C’est un dessein historique que poursuit Saint-Simon. Il s’en justifie dans un avant-propos qui n’est pas sans rappeler la préface de l'Ab Urbe condita de Tite-Live. Il commence par rappeler que l’histoire est « étude recommandée », pratiquée par les saints et, mieux encore, par le Saint-Esprit. Insistant sur le fait que la pertinence de lire et d’écrire l’histoire quand on est chrétien, Saint-Simon s’oppose vigoureusement à l’obscurantisme : il n’y a pas lieu de taire les défauts et les vices de ses prédécesseurs au nom de la charité. « Ne mettons point le salut que le Rédempteur nous a acquis au prix indigne de l’abrutissement absolu. » Il conclut que l’histoire, loin d’être contraire à la charité, peut la servir.

Saint-Simon définit ensuite ce que doit être l’histoire, non pas la simple énumération des événements, mais aussi « leurs origines, leurs causes, leurs suites et leurs liaisons des uns aux autres ». Et pour lui, cela ne peut se faire sans raconter aussi l’histoire des acteurs, leur personnalité, ce qui les meut, leurs relations entre eux. Enfin, qui peut mieux dépeindre l’histoire, sinon quelqu’un qui l’a lui-même vécue ?

« Écrire l’histoire de son pays et de son temps, c’est repasser dans son esprit avec beaucoup de réflexion tout ce qu’on a vu, manié, ou su d’original sans reproche, qui s’est passé sur le théâtre du monde, les diverses machines, souvent les riens apparents, qui ont mû les ressorts des événements qui ont eu le plus de suite et qui en ont enfanté d’autres. »

Tout cela montre, selon Saint-Simon, la vanité des existences et le néant des ambitions. L’histoire remplit donc un but moral, mieux que les livres de morale eux-mêmes, car l’histoire marque plus le lecteur : « Ce sont des avis et des conseils que reçoivent [les lecteurs] de chaque coup de pinceau à l’égard des personnages, et de chaque événement par le récit des occasions et des mouvements qui l’ont produit. » Enfin, l’histoire parlant généralement de gens morts, elle peut se permettre d’être vraie tout en ne choquant personne.

Citations

  • "Il aima en tout la splendeur, la magnificence, la profusion"
  • "Ce fut un prince à qui on ne peut refuser beaucoup de bon, même de grand, en qui on ne peut méconnaître plus de petit et de mauvais"


Éditions

  • Mémoires. De nombreuses éditions existent. Celle de Boislile, en 43 volumes parus de 1879 à 1930, est l’édition de référence des historiens. Celle d’Yves Coirault, en 8 volumes parus à partir de 1983 (collection « La Pléiade », Gallimard) est la plus pratique et la plus utile à l’amateur. La première édition intégrale conforme au manuscrit original, l’édition Chéruel de 1856, est disponible ici [1] en texte intégral cherchable.
  • Traités politiques et autres écrits, Gallimard, « Pléiade », 1996. Papiers épars de Saint-Simon sur divers sujets, le plus souvent des questions de cérémonial ou de généalogie.

Références

  1. L'accord du participe présent avec son antécédent (« tendante »), qui serait considéré aujourd'hui comme irrégulier, est propre à Saint-Simon.

Bibliographie

  • Christophe Blanquie, Les Masques épistolaires de Saint-Simon, Éditions Honoré Champion, 2009
  • Marc Hersant, Le discours de vérité dans les mémoires du duc de Saint-Simon, Éditions Honoré Champion, 2009 ISBN 978-2-7453-1784-1
  • Delphine de Garidel. Poétique de Saint-Simon. Cours et détours du récit historique dans les Mémoires. Éditions Honoré Champion, 2005.
  • SAINT-SIMON (Duc de). Hiérarchie et mutations : Écrits sur le kaléidoscope social. Textes établis, réunis et commentés par Yves Coirault. Éditions Honoré Champion, 2002.
  • SAINT-SIMON (Duc de). Les Siècles et les jours. Lettres (1693-1754) et Note "Saint-Simon" des Duchés-pairies, etc. Textes établis, réunis et commentés par Yves Coirault. Préface d’E. Le Roy Ladurie, membre de l’Institut. Prix Pierre-Georges Castex de littérature française, 2000. Éditions Honoré Champion, 2000.
  • Denis Lorieux, Saint-Simon, Perrin, 2001
  • François Raviez. Le Duc de Saint-Simon et l’écriture du mal. Une lecture démonologique des Mémoires. Éditions Honoré Champion, 2000.
  • Malina Stefanovska. Saint-Simon, un historien dans les marges. Éditions Honoré Champion, 1998.
  • Yves Coirault, L'optique de Saint-Simon. Essai sur les formes de son imagination et de sa sensibilité d'après les "Mémoires", Armand colin, 1965 [Thèse] ; Les "Additions" de Saint-Simon au "Journal" de Dangeau, Armand Colin, 1965 [Thèse complémentaire] ; L'Horloge et le miroir, Saint-Simon, Mémoires août 1715, Sedes, 1980 ; Dans la forêt saint-simonienne, Universitas, 1992 [Recueil des principaux articles du Maître].
  • Norbert Elias, La société de cour, Flammarion, 1985, en poche collection Champs;
  • Jean de La Varende, M. le duc de Saint-Simon et sa comédie humaine, Perrin, paru en 1955, réedité en 2003
  • Emmanuel Le Roy Ladurie, Saint-Simon ou le système de la Cour, Fayard, 1997 ;
  • Georges Poisson : Monsieur de Saint-Simon, Mazarine, Paris, 1987 pour la première édition, réedité en 2000 chez Flammarion
  • Georges Poisson : Album Saint-Simon coll. la Pléiade, Gallimard (collection de documents divers autour de Saint-Simon et des Mémoires)
  • Dirk Van der Cruysse, Le Portrait dans les Mémoires du duc de Saint-Simon, fonctions, techniques et anthropologie, étude statistique et analytique, 1971
  • Dirk Van der Cruysse, La Mort dans les Mémoires de Saint-Simon : Clio au jardin de Thanatos, 1981
  • Leo Spitzer, Approches textuelles des mémoires de Saint-Simon, J.-M. Place, 1980

Article connexe

Pour comprendre les noms sous lesquels Saint-Simon désigne les principaux personnages de la Cour, voyez l’article Appellations des princes du sang.

Wikisource-logo.svg

Wikisource propose un ou plusieurs textes écrits par Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon.

Liens externes

  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715) Portail de la France du Grand Siècle (1598-1715)
Ce document provient de « Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Louis De Rouvroy, Duc De Saint-Simon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Louis de rouvroy, duc de saint-simon — Pour les articles homonymes, voir Saint Simon. Le duc de Saint Simon. Portrait par Perrine Viger Duvigne …   Wikipédia en Français

  • Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon — Louis Duke of Saint Simon Spouse(s) Marie Gabrielle de Durfort Detail Issue Charlo …   Wikipedia

  • Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon — (* 16. Januar 1675 in Versailles; † 2. März 1755 in Paris) war ein französischer Politiker und Schriftsteller …   Deutsch Wikipedia

  • Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon — Pour les autres membres de la famille, voir : Maison de Rouvroy de Saint Simon. Pour les articles homonymes, voir Saint Simon. Saint Simon …   Wikipédia en Français

  • Louis de Rouvroy, duque de Saint-Simon — El Duque de Saint Simon por Perrine Viger Duvigneau, Versalles. Louis de Rouvroy, Duque de Saint Simon (París, 16 de enero de 1675 ibidem, 2 de marzo de 1755), fue un escritor y diplomático francés. Era hijo de Claude de Rouvroy, Duque de Saint… …   Wikipedia Español

  • Claude de Rouvroy, duc de Saint-Simon — (August 1607 – 3 May 1693), French courtier, was the second son of Louis de Rouvroy, seigneur du Plessis (died 1643), who had been a warm supporter of Henry of Guise and the Catholic League. With his elder brother he entered the service of Louis… …   Wikipedia

  • Claude de Rouvroy, duc de Saint-Simon — Claude de Rouvroy de Saint Simon Pour les articles homonymes, voir Saint Simon. Claude de Rouvroy, comte de Rasse puis duc de Saint Simon (16 août 1607 3 mai 1693) fut un favori du roi Louis XIII. Sommaire 1 Biograph …   Wikipédia en Français

  • Duc de Saint-Simon — Louis de Rouvroy, duc de Saint Simon Pour les articles homonymes, voir Saint Simon. Le duc de Saint Simon. Portrait par Perrine Viger Duvigne …   Wikipédia en Français

  • Duc de Saint-Simon —     Louis de Rouvroy, Duc de Saint Simon     † Catholic Encyclopedia ► Louis de Rouvroy, Duc de Saint Simon     Born 16 January, 1675; died in Paris, 2 March, 1755. Having quitted the military service in 1702, he lived thereafter at the Court,… …   Catholic encyclopedia

  • Saint-Simon, Louis de Rouvroy, Duc de — • Born 16 January, 1675; died in Paris, 2 March, 1755 Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006 …   Catholic encyclopedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.