Lons-Le-Saunier


Lons-Le-Saunier

Lons-le-Saunier

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lons (homonymie).
Lons-le-Saunier

Statue de Claude Jacques Lecourbe, place de la Liberté.
Statue de Claude Jacques Lecourbe, place de la Liberté.

Administration
Pays France
Région Franche-Comté
Département Jura (préfecture)
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Chef-lieu des cantons de Lons-le-Saunier-Nord et Lons-le-Saunier-Sud
Code Insee abr. 39300
Code postal 39000
Maire
Mandat en cours
Jacques Pélissard
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du bassin lédonien
Site internet http://www.ville-lons-le-saunier.fr/
Démographie
Population 17 879 hab. (2006)
Densité 2 328 hab./km²
Gentilé Lédonienne, Lédonien
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 31″ Nord
       5° 33′ 16″ Est
/ 46.6752777778, 5.55444444444
Altitudes mini. 243 m — maxi. 415 m
Superficie 7,68 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Lons-le-Saunier est une commune française, située dans le département du Jura et la région Franche-Comté.

Sommaire

Géographie

La ville est assise au cœur du Revermont au pied du premier plateau du massif jurassien à l'est et au sud, tandis que s'étend à l'ouest la plaine de la Bresse et au nord le vignoble.

La ville est traversée par la Vallière qui prend sa source dans une proche reculée typique du Jura. Autrefois à l'air libre, la rivière a été couverte dans les années 1960 pour des aspects de salubrité (les égouts s'y déversaient). Aujourd'hui, on ne trouve plus qu'un petit tronçon à ciel ouvert en amont de la ville et qui longe le parc des Bains et il ne subsiste qu'un seul pont : le pont de la Guiche.

La ville est située à des distance relativement similaires (60 à 80 kilomètres à vol d'oiseau) de Besançon, Dijon, Bourg-en-Bresse et Genève en traversant le massif. Lons-le-Saunier est desservie par l'autoroute A39, ce qui la met à une heure de Dijon et à une heure et demie de Lyon. Sa gare se trouve sur la ligne Strasbourg - Lyon.

La région viticole s'étendant au nord est particulièrement réputée, avec notamment les vignobles de l'Etoile, Château-Chalon et Arbois.

Le premier plateau au sud et à l'est offre un attrait touristique avec les lacs de Chalain, Clairvaux et Vouglans, et les stations de moyenne montagne assez proches comme Les Rousses.

A noter que Lons-le-Saunier est la deuxième plus petite préfecture de département de France par sa superficie après Bobigny.
On y trouve des eaux thermales froides (14°C°) et fortement salées (env 11g de NaCl/litre).

Histoire

Connu dès la préhistoire, les fondations remontent au moins à l'horizon 100 av JC. Les sequanes dominaient alors la région jusqu'à la conquête romaine.

À l'époque gallo-romaine, la ville s'appelait Ledo salinarius (en latin la ville du sel). Les ressources en sel étaient déjà exploitées.

Lons-le-Saunier est la préfecture du département du Jura, d'après la loi du 2 pluviôse an VIII (29 mars 1800).

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Lons-le-Saunier est libérée le 2 septembre par les troupes débarquées en Provence[1].

Administration

Jacques Pélissard
Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 1989 Jacques Pélissard UMP Député / Président de l'AMF
1977-1989 Henri Auger PCF Conseiller général
1965-1977 René Feït RI Député
1944-1965 Paul Seguin Radical Négociant
1936-1937 Charles Joseph Henri Cencelme Radical-socialiste Ingénieur agricole
1929-1936 Edouard Guenon Radical Négociant
1919-1929 Jules Lebrun Radical Avocat
1912-1919 Louis Jean Claude Legrand Pharmacien
1900-1912 Edmond Marie François Etienne Chapuis Radical Médecin
1888-1900 Camille Prost Banquier
1884-1888 Louis Cyprien Rousseau Architecte
1874-1884 Camille Prost Banquier
1870-1871 Jules Hermann Thurel Ingénieur civil des Mines
1859-1870 Ernest Gustave Charles Ragmey Médecin
1849-1859 Victor Nestor Lorain Avocat
1848-1849 Claude Pierre François Xavier Loiseau Républicain Médecin
1840-1847 Claude Marie Lucien Bouquet Avoué
1837-1840 Louis Clément Houry Géomètre
1831-1837 Jean Jacques Cuenne Avocat
1830-1831 Jean François Tamisier Avoué
1826-1830 François Joseph Jacquier Notaire
1817-1826 André Bonaventure Jobin Avocat
1816-1817 François Xavier Catherine de Champagne Ultra-royaliste
1815-1816 André Bonaventure Jobin Avocat
1815-1815 Jean François Tamisier Avoué
1815-1815 Claude Clair Gacon Avocat
1813-1814 François Xavier Catherine de Champagne Ultra-royaliste
1808-1813 François Ignace Prat Médecin
1805-1808 Pierre François Désiré Gerrier Avocat
1804-1805 Joseph Désiré Brillon Médecin
1798-1804 Jean Henri François Marion Curé
1798-1798 Claude André Delhorme Imprimeur
1795-1796 Joseph Désiré Brillon Médecin
1794-1795 Jean François Guyetant Médecin
1793-1794 Claude Etienne Ragmey
1791-1791 René François Dumas Montagnard Avocat
1786-1790 Joseph Désiré Brillon Médecin
1783-1786 Jean Baptiste Guichard Juge
1764-1765 Pierre Désiré Deleschaux Avocat
1721-1721 Pierre II Couthaud Avocat
1719-1719 Jean François Couthaud Médecin
1716-1716 Joseph Ferdinand Couthaud Avocat

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini[2] et INSEE[3])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 740 6 041 7 314 7 796 7 918 7 684 8 565 8 781 9 410
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9 456 9 862 9 943 10 701 11 391 12 373 12 290 12 610 12 116
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
12 935 13 133 13 927 13 152 12 651 14 101 14 661 15 568 15 030
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
15 924 18 769 20 942 20 105 19 144 18 483 17 879 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Économie

Lons-le-Saunier est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie du Jura. Elle gère l’Aéroport de Dole - Tavaux et le port.

Aujourd'hui, l'économie du Jura a considérablement progressé autour de deux principaux pôles : Dole et Lons-le-Saunier.

Lons-le-Saunier bénéficie de sa proximité avec la Suisse et se situe à l’entrée de zones touristiques fréquentées comme le Parc naturel régional du Haut-Jura. Par ailleurs, la position de carrefour de Lons-le-Saunier entre les ensembles géographiques de la plaine jurassienne et des premiers plateaux lui a conféré un rôle de place commerciale importante.

On trouve sur Lons et sa périphérie trois grandes zones d'activités :

  • la zone commerciale d'En Chantrans, la plus récente, sur la commune de Montmorot
  • la zone commerciale de la Vallière, dont la modernisation est à l'étude
  • la zone industrielle à cheval sur Lons et Perrigny.

A proximité du centre-ville, on trouve l'usine Bel qui fabrique les fameuses portions de fromage fondu La Vache Qui Rit et l'usine Président. En sortie de ville sur la route de Bourg-en-Bresse, on trouve l'usine de Comté Rivoire-et-Jacquemin.

L'aérodrome de Lons-le-Saunier - Courlaoux a une vocation orientée vers le loisir (ULM notamment) et n'a pas de réelle vocation commerciale (frêt ou passager).

Patrimoine et musées[4]

  • Le Théâtre
  • Les Thermes et le Parc
  • Le Puits-Salé
  • L’Hôtel de ville, largement restauré ces derniers mois
  • Préfecture – fontaine aux Daims
  • Conseil général
  • La place de la Liberté
  • La rue des Arcades ou rue du Commerce avec une petite centaine d arcades, bien pratiques pour faire ses courses à l'abri.
  • La place de la Comédie
  • La place Bichat
  • La statue de Rouget de Lisle
  • La statue du général Lecourbe
  • La fontaine aux dauphins - rue Perrin
  • La fontaine du cygne - place du 11 novembre
  • La fontaine des Salines
  • La fontaine aux lions
  • La fontaine rue Lecourbe
  • La fontaine place Bichat
  • La fontaine de la rue du Commerce

Personnalités liées à la commune

(par ordre chronologique de naissance)

  • Philibert de Châlon [prince Philibert de Châlon-Arlay] (Lons-le-Saunier 1502 - Florence, Italie 1530) : prince d'Orange ; ancêtre de la reine Beatrix des Pays-Bas.
  • Théodore Vernier, comte de Montorient (Lons-le-Saunier 1731 - Paris 1818) : jurisconsulte et homme politique.
  • René-François Dumas (Lons-le-Saunier 1757 - Paris 1794) : révolutionnaire.
  • Claude Joseph Rouget de Lisle (Lons-le-Saunier 1760 - Choisy-le-Roi, Val-de-Marne 1836) : poète ; auteur de La Marseillaise.
  • Nicolas Philibert Desvernois (Lons-le-Saunier 1771 - id. 1859) : militaire.
  • Nicolas Philippe Guye (Lons-le-Saunier 1773 - Saint-Dié, Vosges 1845) : général.
  • Louis de Ronchaud (Lons-le-Saunier 1816 - Saint-Germain 1887) : poète et écrivain ; fut conservateur du musée du Louvre et directeur des Musées nationaux.
  • Dom Gréa (Lons-le-Saunier 1828 - 1817) : ecclésiastique français fondateur des Chanoines réguliers de l'Immaculée Conception.
  • Maurice Joly (Lons-le-Saunier 1829 - 1878) : avocat, journaliste, écrivain ; auteur du Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu (1864), qui servira, après sa mort, à la composition d'un faux célèbre : Protocoles des sages de Sion.
  • André Renaudin (Lons-le-Saunier 1900 - 1997) : journaliste et écrivain.
  • Paul-Émile Victor (Genève, Suisse 1907 - Bora Bora, Polynésie française 1995) : célèbre explorateur polaire, scientifique, ethnologue et écrivain ; patron (et fondateur en 1947) des Expéditions polaires françaises durant 29 ans. Il a passé une partie de son enfance à Lons-le-Saunier.
  • Nathan Hosanski (Wasilkow, Pologne 1914-Kaunas, Reval, Estonie 1944): Rabbin, Aumônier auprès des réfugiés alsaciens de 1940 à 1943. Membre de la Résistance, il est déporté et assassiné par les nazis.
  • René Rémond (Lons-le-Saunier 1918 - Paris 2007) : historien et politologue.
  • Bernard Clavel (Lons-le-Saunier 1923) : écrivain.
  • Michel Jouvet (Lons-le-Saunier 1925) : neurobiologiste ; l'un des pionniers de l'hypnologie.
  • Michel Mathiot(Besançon 1926, Lons-le-Saunier 1999): Plusieurs fois champion de France de gymnastique, a participé à quatre jeux olympiques (1948,1952,1956,1960)
  • Jean Amadou (Lons-le-Saunier 1929) : chroniqueur, humoriste, chansonnier, journaliste et écrivain.
  • Antoine Prost (Lons-le-Saunier 1933) : historien.
  • Guy Canivet (Lons-le-Saunier 1943) : magistrat ; membre du Conseil constitutionnel.
  • Jean-François Stévenin (Lons-le-Saunier 1944) : acteur et réalisateur.
  • Guy Breniaux (Lons-le-Saunier 1946) : artiste peintre.
  • Jacques Pélissard (Lyon, Rhône 1946) : maire et député.
  • Jean-Luc Mélenchon (Tanger, Maroc 1951) : homme politique ; a passé son enfance et a débuté son militantisme dans cette ville.
  • Erik Lehmann (Lons-le-Saunier 1960) : entraîneur de basket-ball.
  • André Berthozat (Lons-le-Saunier 1964) : rugbyman.
  • Sylvain Curinier (Lons-le-Saunier 1969) : kayakiste (club d'Oyonnax) ; médaillé d'argent aux J.O. de Barcelone (1992).
  • Robinson Stévenin (Lons-le-Saunier 1981) : acteur.
  • Salomé Stévenin (Lons-le-Saunier 1985) : actrice.

Transport

Routes

La ville est un nœud routier. Elle est traversée par la RD 1093 (ex-RN 83) reliant Bourg-en-Bresse au sud et Besançon au nord-est, la RD 678 (ex-RN 78) avec Louhans et Chalon-sur-Saône vers l'ouest et la Suisse vers l'est (via la RN 5) rejointe à Saint-Laurent-en-Grandvaux.

L'autoroute A39 passe à une dizaine de kilomètres à l'ouest (péage de Beaurepaire-en-Bresse sur la commune du même nom). D'autres routes départementales irriguent la campagne bressane et le premier plateau.

Trains

La ville dispose d'une gare située sur la ligne Besançon - Bourg-en-Bresse. Le tronçon entre Saint-Amour et Mouchard a été électrifié en 1997 seulement, ce qui permet aujourd'hui de voir passer les rames TGV (un train quotidien de Strasbourg à Marseille à 12h et dans le sens inverse à 16h). Les liaisons TER desservent surtout la capitale régionale Besançon avec un début de cadencement. La gare est également desservie par 3 à 4 Corail A/R Lyon - Strasbourg.

Projet

La branche sud de la LGV Rhin-Rhône passera à proximité de l'autoroute A39 et une gare entre Lons et Louhans (Gare Bressane). La ville de disposera alors d'une gare TGV permettant de rejoindre Strasbourg en 2h, Lyon en 40 minutes et Paris en moins de 2h[6].

Bus et Cars

Une liaison routière en car (pelliculé en orange fluo) permet de rejoindre en 55 minutes la gare de Dole, pour les liaisons TGV au départ ou à destination de Paris via Dijon.

La gare routière, sise sur le parking de la gare ferrée de Lons, est le point de départ des lignes de transport par cars du département.

La ville de Lons et quelques communes voisines sont reliées par le service de bus urbains Tallis[7].

Contournement routier

Lancement du projet

L'idée d'un contournement ouest de Lons-le-Saunier a débuté en 1963, a été relancé en 1980, puis au milieu des années 1990 pour aboutir à un avis défavorable à l'issue d'une enquête publique en 1997 (le tracé était dommageable par ses impacts environnementaux et urbanistiques et qu’il était en outre d’« une fonctionnalité incomplète »[8]). A cause de la décentralisation, le projet porté par l'Etat a été transmis au Conseil Général du Jura qui en reprend la maîtrise d'ouvrage depuis 2007 (date à confirmer).

Description du projet

Le contournement sera une route bidirectionnelle à une voie (2x1 voie) avec quelques créneaux de dépassement. La Vallière et la Sorne seront franchies chacune par un viaduc. Le projet démarrera au nord au niveau du carrefour actuel RD 1083-RD 38, qui sera aménagé en giratoire. Après avoir croisé la RD 678 au niveau du carrefour avec la RD 470 (giratoire futur), il se terminera au sud au niveau du carrefour RD 1083 (ex-RN83)-RD 30[réf. nécessaire].

Le tracé passera sur les communes de Plainoiseau, L'Étoile, Montmorot, Courlans, Messia-sur-Sorne, Chilly-le-Vignoble et Gevingey. Mais pas sur la commune de Lons-le-Saunier.

Financement

Le coût du projet est de 46 M€. Le financement est assuré à parts presque égales par l'Etat (27,5%), le conseil Régional de Franche-Comté (24%), le Conseil Général du Jura (24%) et la Communauté de Communes du Bassin de Lons-le-Saunier (23,5%)[9].

Les travaux

Les travaux ont aujourd'hui débuté au niveau de la jonction entre les deux tronçons du contournement, c'est-à-dire à proximité du futur carrefour giratoire du Rocher sur la RD 678 à Montmorot.

Alternative

Un autre projet bien moins avancé vise à détourner le parcours actuel des camions qui empruntent la RD 678 en provenance ou à destination du massif. Ces camions traversent actuellement avec de lourdes nuisances les communes de Revigny, Conliège et Perrigny avant de rejoindre la rocade lédonienne, la RD 52 leur étant interdite à cause de la trop forte pente (13%). Plusieurs tracés ont fait l'objet d'études préliminaires mais vu les coûts et les enjeux des territoires traversés, il est probable que le projet ne voit pas le jour avant 15 à 20 ans.

Vie militaire

Unité militaire ayant tenu garnison à Lons le Saunier

  • 44e Régiment d'Infanterie, (avant) 1906 - jusqu'à ?; 1939-1940
  • 60e régiment d'infanterie, dissous en 1984 (Coluche y a effectué une partie de son service militaire).

Jumelages

Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens internes

Liens externes

Sources

Notes

  1. Stéphane Simonnet, Atlas de la Libération de la France, éd. Autrement, Paris, 1994, réimp. 2004 (ISBN 2-7467-0495-1), p 35
  2. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  3. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  4. Sources : Le site officiel de la ville
  5. d'après délibération n°6564 du CG39
  6. Le site sud.lgvrhinrhone
  7. Le site de Tallis
  8. La Voix du Jura - 29/01/2004
  9. Décision n° 6475 du 7 décembre 2007 du CG39
  • Portail de la Franche-Comté Portail de la Franche-Comté
  • Portail du département du Jura Portail du département du Jura
Ce document provient de « Lons-le-Saunier ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lons-Le-Saunier de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lons-le-saunier — Pour les articles homonymes, voir Lons (homonymie). Lons le Saunier Statue de Claude Jacques Lecourbe, place de la Liberté …   Wikipédia en Français

  • Lons le Saunier — Pour les articles homonymes, voir Lons (homonymie). Lons le Saunier Statue de Claude Jacques Lecourbe, place de la Liberté …   Wikipédia en Français

  • Lons-le-Saunier — Escudo …   Wikipedia Español

  • Lons-le-Saunier — Lons le Saunier …   Deutsch Wikipedia

  • LONS-LE-SAUNIER — LONS LE SAUNIER, capital of the department of Jura, in …   Encyclopedia of Judaism

  • Lons-le-Saunier — (spr. long lö ßōnjĕ), Hauptstadt des franz. Depart. Jura, 250 m ü. M., an der Vallière, Knotenpunkt der Lyoner Bahn, Sitz eines Gerichts und Assisenhofs und eines Handelsgerichts, hat 2 Kirchen (aus dem 12.–15. Jahrh.), Denkmäler des Generals… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Lons-le-Saunier — (spr. long lĕ ßohnĭeh), Le Saulnier, Hauptstadt des franz. Dep. Jura, (1901) 12.935 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Lons-le-Saunier —   [lɔ̃ləso nje], Stadt in Ostfrankreich, Region Franche Comté, Verwaltungssitz des Départements Jura, am Rand des Jura gegen die Saônefurche, 225 m über dem Meeresspiegel, 19 100 Einwohner; Herstellung von Brillen, Spielzeug, Schokolade,… …   Universal-Lexikon

  • Lons-le-Saunier — Pour les articles homonymes, voir Lons (homonymie). 46° 40′ 31″ N 5° 33′ 16″ E …   Wikipédia en Français

  • Lons-le-Saunier — French commune nomcommune = Lons le Saunier région = Franche Comté département = Jura ( préfecture ) arrondissement = Lons le Saunier canton = Chief town of 2 cantons Lons le Saunier Nord, Lons le Saunier Sud insee = 39300 cp = 39000 maire =… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.