Liste des barrières de Paris


Liste des barrières de Paris

Les barrières de Paris sont de quatre sortes :

  • les barrières d'octroi du mur des Fermiers généraux ;
  • les 23 barrières de l'enceinte de Thiers (1841-1845) ;
  • les 4 barrières par eau, ou pataches, antérieures à 1786 ;
  • les 53 barrières par terre antérieures à 1786.

Barrières du mur des Fermiers généraux

La barrière de Ménilmontant
La barrière de Belleville
Article principal : Mur des Fermiers généraux.

La liste des barrières est présentée dans le tableau 1 ci-après.

Présentation du tableau

Dans la colonne de gauche du tableau, les numéros des barrières correspondent à leur place le long du tracé du mur, en partant du numéro 1 pour la barrière de la Gare[1], en tournant dans le sens E-S-O-N-E, et en arrivant au numéro 55 de la barrière de la Rapée. Cette numérotation est celle donnée par Hillairet, complétée par l'intercalation de numéros bis et ter pour les barrières aménagées après la Révolution : le numéro 32 bis pour une barrière présente sur un plan de 1808, et 8 autres numéros pour des barrières ouvertes entre 1820 et 1854 : 9 bis, 16 bis, 19 bis, 19 ter, 20 bis, 27 bis, 37 bis, 45 bis.

Le nombre de barrières a légèrement évolué entre la construction initiale du mur (achevée en 1788) et sa démolition quasi complète (en 1860), avec des démolitions, des ouvertures et des constructions intermédiaires : 54 barrières furent édifiées en 1784, 8 ont fermé entre 1818 et 1855, 1 fut ouverte en 1790 et 9 entre 1820 et 1854[2]. Trois barrières (1, 3, 55) eurent deux positions successives, notées (1) et (2).

En 1819, on rattacha à Paris une zone, comprise entre le quai d'Austerlitz et la place d'Italie, englobant l'abattoir de Villejuif, l'hôpital de la Salpêtrière et deux hameaux composés de guinguettes : l'un situé hors de la barrière des Deux-Moulins portait le nom de cette barrière ; l'autre, qui s'était établi près de la gare, s'appelait Austerlitz, nom du pont placé dans le voisinage. Ce changement de tracé du mur fait qu'il y eut successivement deux barrières de la Gare, ainsi que deux barrières d'Ivry.

47 barrières furent munies de bâtiments par Claude Nicolas Ledoux, construits entre 1784 et 1790. Ces bâtiments, de formes et de tailles variées, sont souvent désignés sous le terme de pavillons - ou sous celui de propylées, utilisé par Ledoux lui-même -, mais il est usuel d'assimiler ces pavillons aux barrières où ils ont été construits, en les appelant eux-mêmes « barrières ». Dans le tableau, la présence des bâtiments de Ledoux est signalée par ses initiales « CNL ». Il en reste aujourd'hui quatre, situés aux barrières suivantes :


Tableau

Tableau 1. Liste des barrières du mur des Fermiers généraux
Nom de la barrière Dates
* Bâtiments :
(C) construction
(D) démolition
* Octroi :
(S) mise en service
(H) mise hors serv.
Commentaires :
noms divers,
CNL (propylées de C.N. Ledoux)[3]
nombre d'employés (an VII)[4] prévus par Poyet[5]
Dessins, avec liens externes vers Gallica
Emplacement
• 1810-1836 (cadastre par îlot)
• 1865 (entre guillemets, texte d'A. Delvau)
• 2011
1 (1) Barrière de la Gare (1) (C) : 1784-85
(S) : 1785
(H) : 1819

CNL (1/47) : un bâtiment.
Nombre d'employés (an VII) : 3

Rive gauche
Premier tracé du mur (jusqu'en 1819)
Sur le quai d'Austerlitz (n° 23-23 bis).

1 (2) Barrière de la Gare (2)
nothumb
(C) : <1819
(S) : 1819

Type : 2 pavillons « dans le goût de ceux de Ledoux »[6]
Nombre d'employés (an VII) : sans objet
Dessin Palaiseau ci-contre : n° 48/48, 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 215

Rive gauche
Deuxième tracé du mur (à partir de 1819)
À l'extrémité du quai d'Austerlitz, au niveau du pont de Bercy
À élucider : dessin Palaiseau = gare (1) ou gare (2) ?

2 Barrière des Deux-Moulins (C) : 1784-85
(S) : 1785
(H) : 1819

Noms successifs :

  1. barrière de l'Hôpital,
  2. barrière des Deux-Moulins (révolution)

Autre nom : b. du chemin de la Voirie, b. de la Voirie[7].
Nombre d'employés (an VII) : 2
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 221

Rive gauche
Premier tracé du mur (jusqu'en 1819)
2011 : boulevard de l'Hôpital, face à la rue Duméril (nos pairs)

3 (1) Barrière d’Ivry (1) (C) : 1784-85
(S) : 1785
(H) : 1819

Aucun monument
Nombre d'employés (an VII) : 2

Rive gauche
Premier tracé du mur (jusqu'en 1819)
2011 : boulevard de l'Hôpital, angle sud de la rue Édouard-Manet

3 (2) Barrière d’Ivry (2) (C) : 1819

2 petits pavillons
Nombre d'employés (an VII) : sans objet

Rive gauche
Deuxième tracé du mur tracé du mur (à partir 1819)
2011 : boulevard Vincent-Auriol, niveau rue Nationale

4 Barrière d'Italie
nothumb
(C) : 1784-85
(S) : 1785
(H) : après 1859
(D) : 1877

Noms successifs :

  1. barrière de Fontainebleau,
  2. barrière d’Italie (1796-1815),
  3. barrière Mouffetard

Autres noms : b. des Gobelins, b. de Choisy.
CNL (2/47) : deux corps de bâtiment placés en regard et ornés de cinq arcades de face avec colonnes.
Nombre d'employés (an VII) : 6
C'est par cette porte que, de retour de son exil à l'île d'Elbe, Napoléon entra dans Paris le 20 mars 1815.
Dessins : Misbach, 1797, Palaiseau (n° 47/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 225

Rive gauche
2011 : Place d'Italie

5 Barrière de Croulebarbe (C) : 1784-85
(S) : 1785

Nombre d'employés (an VII) : 0
Aucun monument (1836)
Signalée en 1853 comme « ayant été murée »[8]
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 231

Rive gauche
1865 : « Vers le milieu du bd des Gobelins, là où la Bièvre entre dans Paris ».
2011 : boulevard Auguste-Blanqui, niveau rue Barrault

6 Barrière de la Glacière (C) : 1784-85
(S) : 1785

Noms successifs :

  1. barrière de la Glacière
  2. barrière de l'Ourcine (révolution)

Autre nom : barrière de Gentilly
Autre orthographe : Lourcine, Loursine
CNL (3/47) : un bâtiment à deux péristyles de quatre colonnes chacun.
Nombre d'employés (an VII) : 2
Dessin : Palaiseau (n° 46/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 241

Rive gauche
2011 : boulevard Auguste-Blanqui, niveau rue de la Glacière

7 Barrière de la Santé

(C) : 1784-85
(S) : 1785

Aucun bâtiment avant 1788.
Nombre d'employés (an VII) : 2
Un petit bâtiment (1836)
Dessin : Misbach, 1797
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 243

Rive gauche
2011 : boulevard Auguste-Blanqui, niveau rue de la Santé

8 Barrière Saint-Jacques (C) : 1784-85
(S) : 1785

Noms successifs :

  1. barrière Saint-Jacques
  2. barrière d'Arcueil (révolution)

Autre nom : b. de la Fosse-aux-Lions
CNL (4/47), bâtiment à huit arcades et à deux frontons.
Nombre d'employés (an VII) : 2
Dessin : Palaiseau (n° 45/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 245

Rive gauche
2011 : boulevard Saint-Jacques, niveau rue du Faubourg-Saint-Jacques

9 Barrière d'Enfer
Rue Godefroy
(C) : 1784-85
(S) : 1785
Existe auj.

Noms successifs

  1. barrière d'Enfer
  2. barrière de l'Égalité (révolution)

Autre nom : b. d'Orléans
CNL (5/47) : deux grands pavillons, ornés de frises représentant des danseuses.
Nombre d'employés (an VII) : 6
Dessin : Palaiseau (n° 44/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 249

Rive gauche
2011 : 1 et 2, avenue du Colonel-Henri-Rol-Tanguy (depuis 2007 ; anct. place Denfert-Rochereau)
À l'est, le n° 1 donne accès aux catacombes de Paris.
À l'ouest, le n° 2.

9 bis Barrière de Montrouge (C) : 1854

Simple percement du mur d'enceinte
Nombre d'employés (an VII) : sans objet
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 253

Rive gauche
1865 : « À la hauteur de la rue Campagne-Première, sur le bd d'Enfer ».
2011 : boulevard Raspail, boulevard Edgar-Quinet

10 Barrière (du) Montparnasse      (C) : 1784-85
(S) : 1785

Autre orthographe : Mont-Parnasse
CNL (6/47) : deux bâtiments ayant chacun deux péristyles avec colonnes.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Dessins : Misbach, 1797, Palaiseau (n° 43/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 261

Rive gauche
2011 : Boulevard Edgar-Quinet, niveau rue du Montparnasse

11 Barrière du Maine (C) : 1784-85
(S) : 1785
(D) : >1859

CNL (7/47) : deux bâtiments avec colonnes et sculptures.
Nombre d'employés (an VII) : 4
Dessin : Palaiseau (n° 42/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 265

Rive gauche
2011 : boulevard de Vaugirard, niveau avenue du Maine

12 Barrière des Fourneaux (C) : 1784-85
(S) : 1785
(H) : 1855 
(D) : après 1859

Noms successifs :

  1. barrière de la Voirie[9]
  2. barrière des Fourneaux

Autre nom : b. de Vanves.
CNL (8/47) : deux bâtiments avec colonnes, et surmontés d'un tambour.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Dessin : Palaiseau (n° 41/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 267

Rive gauche
2011 : boulevard Pasteur, niveau rue Falguière

13 Barrière de Vaugirard (C) : 1784-85
(S) : 1785

CNL (9/47) : deux bâtiments carrés.
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessins : Misbach, 179?, Palaiseau (n° 40/48), 1819, Ch. Ransonnette, 1853 (relative incohérence, à traiter)
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 271

Rive gauche
2011 : boulevard Pasteur, niveau rue de Vaugirard

14 Barrière de Sèvres (C) : 1784-85
(S) : 1785

Aucun bâtiment en 1836
2 bâtiments (en 1860, un seul subsiste)
Type : « 4 faces identiques, un porche formé de 3 arcades sur colonnes géminées, étage en attique éclairé par 3 mezzanines ».
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessin : Palaiseau (n° 39/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 273

Rive gauche
2011 : boulevard Pasteur, niveau rue de Sèvres

15 Barrière des Paillassons (C) : 1784-85
(S) : 1785
(H) : 1840

Autres noms : b. de l'Observatoire, b. Plumet.
CNL (10/47) : bâtiment à deux façades avec arcades et colonnes.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Signalée en 1853 comme « ayant été murée »[8]
Dessin : Palaiseau (n° 38/48), 1819

Rive gauche
2011 : boulevard Garibaldi, niveau avenue de Ségur

16 Barrière de l’École-Militaire (C) : 1784-85
(S) : 1785
(D) : > 1859

CNL (11/47) : deux bâtiments ayant chacun un pavillon.
Nombre d'employés (an VII) : 2
Dessin : Palaiseau (n° 37/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 277

Rive gauche
1865 : « Place Cambronne, dans l'axe de l'avenue de Lowendal, à la rencontre des rues de l'École et Croix-Nivert et des bds de Sèvres et de Grenelle ».
2011 : place Cambronne, niveau avenue de Lowendal

16 bis Barrière de la Motte-Picquet (C) : 1840

2 pavillons (dessins de M. Jay)
Nombre d'employés (an VII) : sans objet
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 279

Rive gauche
1865 : « À l'extrémité de l'avenue de la Motte-Piquet au point de jonction du bd de Meudon et du bd de Grenelle ».
2011 : boulevard de Grenelle, niveau avenue de La Motte-Picquet

17 Barrière de Grenelle (C) : 1784-85
(S) : 1785

Noms successifs :

  1. barrière des Ministres (1792)
  2. barrière de Grenelle.

CNL (12/47) : deux bâtiments avec péristyle à pilastres carrés.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Dessins : Misbach, 179?, Palaiseau (n° 36/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 281

Rive gauche
2011 : boulevard de Grenelle, niveau rue de Lourmel

18 Barrière de la Cunette (C) : 1784-85
(S) : 1785

Autre nom : b. du Bord-de-l'Eau.
CNL (13/47) : un bâtiment à deux façades avec arcades, colonnes et fronton.
Nombre d'employés (an VII) : 2
Dessin : Palaiseau (n° 35/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 287

Rive gauche
1865 : «À l'extrémité du quai de la Grenouillère (transformé depuis en quai d'Orsay)».
2011 : boulevard de Grenelle, niveau Quai Branly

19 Barrière de Passy (C) : 1786-88
(S) : 1788
(D) : après 1859

Noms successifs[10] :

  1. barrière des Bons-Hommes,
  2. barrière de la Conférence,
  3. barrière de Passy

Autre nom mentionné : b. de Versailles.
CNL (14/47) : un bâtiment décoré de douze colonnes, deux arcs, quatre frontons ; et deux statues colossales représentant la Bretagne et la Normandie.
Nombre d'employés (an VII) : 6
12 colonnes, 2 arcs et 4 frontons
2 statues : la Normandie et la Bretagne
Dessins : Duplessi-Bertaux, 1791,
Palaiseau (n° 34/48), 1819, Civeton, 1829
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 27

1810-36 : quai de Billy[11]

2011 : avenue de New-York (anciennement quai des Bons Hommes), niveau rue Beethoven

48° 51′ 29″ N 2° 17′ 17″ E / 48.857928, 2.287919

19 bis Barrière (de) Franklin (C) : 1836

Nombre d'employés (an VII) : sans objet
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 29

1810-36 : chemin de Ronde, rue des Bons-Hommes[11]

2011 : niveau avenue des Nations-Unies (ouest)

48° 51′ 36″ N 2° 17′ 22″ E / 48.860085, 2.289566

19 ter Barrière des Batailles (C) : 1852

Nombre d'employés (an VII) : sans objet

Rive droite

20 Barrière Sainte-Marie (C) : 1786-88
(S) : 1788
(H ou D) : 1830

Autres noms : b. de Chaillot, b. de Marly, b. du haut de Passy
CNL (15/47) : deux bâtiments avec façades couronnées d'un cintre.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Remplacée en 1845 par la barrière d'Iéna
Dessin : Palaiseau (n° 33/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 35

1810-36 : chemin de Ronde, rue de Lubeck[11]

2011 : avenue Paul-Doumer, rue Benjamin-Franklin

48° 51′ 42″ N 2° 17′ 11″ E / 48.861581, 2.286358

20 bis Barrière (d’)Iéna (C) : 1845

Ouverte en 1845 pour remplacer la barrière Sainte-Marie (située plus au sud)
2 petits pavillons de M. Jay
Nombre d'employés (an VII) : sans objet
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 39

Rive droite
1865 : « En face du pont d'Iéna »
2011 : place du Trocadéro-et-du-11-Novembre (centre)

21 Barrière de Longchamp (C) : 1786-88
(S) : 1788

Autre nom : b. de Chaillot
CNL (16/47) : un bâtiment à quatre frontons et quatre arcades.
Nombre d'employés (an VII) : 2
Dessin : Palaiseau (n° 32/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 41

1810-1836 : rue de Longchamp, boulevard Sainte-Marie[12]

1865 : « À l'extrémité de la rue de Longchamp, à l'endroit où aboutissent l'avenue de Saint-Denis et le boulevard de Passy. »

2011 : avenue Kléber, niveau rue de Longchamp

48° 51′ 54″ N 2° 17′ 20″ E / 48.865071, 2.288895

22 Barrière des Réservoirs (C) : 1786-88
(S) : 1788
(H) : 1840
Réouv. : 1848

Autres noms : b. de la Pompe, b. de la Pompe de Chaillot, b. du haut de Chaillot, b. des Bassins (p-ex. en 1819), b. du Banquet.
CNL (17/47), bâtiment composé de quatre frontons surmontés d'un tambour.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Signalée en 1853 comme « ayant été murée »[8]
Dessins : Misbach, 179?, Palaiseau (n° 31/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 49

Rive droite
2011 : avenue Kléber, niveau impasse Kléber

23 Barrière de l’Étoile (C) : 1786-88

(S) : 1788
(D) : après 1859[13]

Noms successifs :

  1. barrière de l'Étoile
  2. barrière de Neuilly,

Autres noms : b. des Champs-Élysées, b. de Saint-Germain.
CNL (18/47) : deux bâtiments carrés ornés de vingt colonnes colossales (alternant cubes et cylindres), d'une corniche, quatre frontons et d'un couronnement circulaire.
Nombre d'employés (an VII) : 6
Dessin : Civeton, 1829
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 51

1810-36 : avenue de Neuilly, boulevard extérieur[14]

2011 : haut de l'avenue des Champs-Élysées, entre la rue de Presbourg et la rue de Tilsitt.

48° 52′ 24″ N 2° 17′ 48″ E / 48.873251, 2.296663

24 Barrière du Roule
nothumb
(C) : 1786-88
(S) : 1788
(D) : après 1859

Autre nom : barrière des Ternes
CNL (19/47) : un bâtiment orné de quatre avant-corps, un couronnement et un dôme.
Nombre d'employés (an VII) : 5
Dessin : Palaiseau (n° 29/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 61

1810-36 : faubourg du Roule, boulevard extérieur[14]

2011 : Place des Ternes, à l'extrémité du faubourg Saint-Honoré

48° 52′ 40″ N 2° 17′ 53″ E / 48.87774, 2.298127

25 Barrière de Courcelles (C) : 1786-88
(S) : 1788
(D) : après 1859

CNL (20/47) : temple grec (pourtour orné de vingt-quatre colonnes)
Nombre d'employés (an VII) : 0
Dessin : Palaiseau (n° 28/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 65

Rive droite
2011 : boulevard de Courcelles, niveau rue de Courcelles

26 Barrière de Chartres (C) : 1787-90
(H) : 1804
Existe auj.

Autre nom : b. du parc Monceau.
CNL (21/47) : rotonde surmontée d'un dôme ; ultérieurement, les colonnes ont été cannelées et la hauteur du dôme augmentée
Nombre d'employés (an VII) : 0
À ne pas confondre avec la barrière de Monceau (n° 27)
Dessin : Palaiseau (n° 27/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 67

Rive droite
2011 : entrée du parc Monceau, niveau place de la République-Dominicaine

27 Barrière de Monceau (C) : 1787
(S) : 1790
(D) : après 1859

Noms successifs :

  1. barrière de Monceaux
  2. barrière de Mousseaux

Autres noms : b. de la Petite Pologne,
Autres orthographes : b. des Mouceaux (ou de Mouceau)
À ne pas confondre avec la barrière de Chartres (n° 26), située parc Monceau.
CNL (22/47) : bâtiment à deux péristyles avec colonnes en bossage.
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessin : Palaiseau (n° 26/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 79

Rive droite
2011 : place Prosper-Goubaux, entre :

27 bis Barrière de la Réforme (C) : 1848

Nombre d'employés (an VII) : sans objet
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 83

Rive droite
2011 : boulevard des Batignolles, niveau rue de Rome

28 Barrière de Clichy (C) : 1787
(S) : 1790

Noms successifs :

  1. barrière de Clichy
  2. barrière Fructidor (révolution)

CNL (23/47) : un bâtiment avec deux péristyles de six colonnes chacun.
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessin : Palaiseau (n° 25/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 85

Rive droite
2011 : place de Clichy, niveau rue de Clichy

29 Barrière Blanche
nothumb
(C) : 1787
(S) : 1790

Noms successifs :

  1. barrière de la Croix-Blanche
  2. barrière de la Chaussée-d'Antin.
  3. barrière Blanche

CNL (24/47) : un bâtiment avec trois arcades au rez-de-chaussée.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Dessin Palaiseau ci-contre : n° 24/48, 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 91

Rive droite
2011 : place Blanche, niveau rue Blanche

30 Barrière Pigalle (C) : 1787
(S) : 1790

Autres noms : b. Montmartre, b. Royale, b. de la Rue Royale.
CNL (25/47) : bâtiment rectangulaire avec colonnes et massifs vermiculés.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Dessin : Palaiseau (n° 23/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 95

Rive droite
2011 : place Pigalle, niveau rue Pigalle

31 Barrière des Martyrs (C) : 1786-88
(S) : 1790

Noms successifs[15] :

  1. barrière des Porcherons
  2. barrière Montmartre
  3. barrière des Martyrs (vers 1750)
  4. barrière du Champ de Repos (1793)
  5. barrière des Martyrs (1806)
  6. barrière de Clignancourt

Autre nom : barrière de Montmartre.
CNL (26/47) : un bâtiment carré présentant à la face occidentale un grand cintre soutenu par des pilastres.
Nombre d'employés (an VII) : 2
Dessins : Misbach, 1797, Palaiseau (n° 22/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 99

1810-36 : rue des Martyrs, boulevard extérieur[16]

2011 : boulevard de Rochechouart, niveau rue des Martyrs

48° 52′ 55″ N 2° 20′ 23″ E / 48.881975, 2.339675

32 bis Barrière de Rochechouart (C) : 1826

Aucun bâtiment
Noms successifs :

  1. barrière de Rochechouart
  2. barrière du Télégraphe.

Autre nom : b. de Clignancourt
Nombre d'employés (an VII) : 2
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 105

1810-36 : rue de Rochechouart, boulevard extérieur[16]

2011 : boulevard de Rochechouart, niveau rue de Rochechouart

48° 53′ 00″ N 2° 20′ 49″ E / 48.8834, 2.346928

32 ter Barrière de Sainte-Anne Projet non réalisé

Il existe un projet monumental de CNL.
Autre nom : barrière Poissonnière (estampe de Gaitte[17])

Rive droite
2011 : boulevard de Rochechouart, niveau rue Belhomme

32 Barrière Poissonnière (C) : 1786-87
(S) : 1790

Noms successifs :

  1. barrière Poissonnière
  2. barrière du Télégraphe
  3. barrière Poissonnière

À l'origine simple ouverture avec grille.
Bâtiment datant de 1826 :
Nombre d'employés (an VII) : 0
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 107
Dessin : Palaiseau (n° 21/48), 1819[18]

Rive droite
2011 : boulevard de Rochechouart, niveau boulevard de Magenta

33 Barrière de la Chapelle (C) : 1786
(S) : 1788
(D) : après 1859

Noms successifs :

  1. barrière Saint-Denis
  2. b. de la Franciade (révolution)
  3. barrière de la Chapelle

CNL (27/47) : un bâtiment à quatre façades, d'un attique et d'un couronnement.
Nombre d'employés (an VII) : 6
Dessin : Palaiseau (n° 20/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 121

Rive droite
1865 : « Actuelle place de la Chapelle, à l'extrémité du faubourg Saint-Denis ».
2011 : boulevard de la Chapelle, niveau rue du Faubourg-Saint-Denis

34 Barrière des Vertus (C) : 1786-88
(S) : 1788

CNL (28/47) : un bâtiment avec deux péristyles et un fronton
Nombre d'employés (an VII) : 0
Signalée en 1853 comme « ayant été murée »[8]
Dessins : Misbach, 1797, Palaiseau (n° 19/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 111

Rive droite
2011 : boulevard de la Villette, niveau rue du Château-Landon

35 Barrière de la Villette (C) : 1786-88
(S) : 1788
(D) : 1871 ou +

Noms successifs :

  1. barrière de Senlis (jusqu'au 11 août 1798)
  2. barrière de la Villette

CNL (29/47) : deux guérites carrées identiques avec arcades, dont une seule a été terminé en 1820.
Nombre d'employés (an VII) : 6
1836 : il ne reste qu'un bâtiment (celui de D. en entrant, appelé « bureau de la Villette »)[19].
Démolie après l'incendie (Commune, 1871)[20]
À distinguer de la rotonde de la Villette (n° 36)
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 113

Rive droite
2011 : place de la Bataille-de-Stalingrad, axe de la rue du Faubourg-Saint-Martin.

36 Barrière Saint-Martin (C) : 1786-88
(S) : 1788
Existe auj.

Autre nom : barrière de la Rotonde-Saint-Martin[21]
CNL (30/47) : un monument, la Rotonde de la Villette ; ses quatre faces présentent chacune un péristyle en saillie, orné de huit pilastres carrés et isolés d'ordre toscan. L'étage circulaire placé au-dessus du soubassement se compose d'une galerie percée de vingt arcades supportées par quarante colonnes accouplées[15]
Dessins : Palaiseau (n° 18/48), 1819, Civeton, 1829
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 113

Rive droite
2011 : Place de la Bataille-de-Stalingrad

37 Barrière de Pantin (C) : 1786-88
(S) : 1788
(D) : 1871 ou +

CNL (31/47) : initialement deux guérites monumentales. Pavillon triangulaire avec trois péristyles et un dôme.
Nombre d'employés (an VII) : 6
1836 : ne comprend plus qu'un pavillon (celui de G. en entrant)
Démolie après l'incendie (Commune, 1871)[20]
Dessin : Palaiseau (n° 17/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 113

Rive droite
2011 : Place de la Bataille-de-Stalingrad, dans l'axe de la rue La Fayette

37 bis Barrière de la Boyauderie (C) : 1786-88

Autres noms : b. de la Boyauterie, b. de la Butte-Chaumont.
un bâtiment surmonté d'un dôme, et une guérite.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 129

Rive droite
2011 : place du Colonel-Fabien, extrémité sud de la rue Louis-Blanc

38 Barrière du Combat (C) : 1786-88
(S) : 1788
(D) : 1871 ou +

Noms successifs :

  1. barrière (de) Saint-Louis
  2. barrière du Combat du Taureau
  3. barrière du Taureau

Autres noms : barrière de Meaux.
Le nom se rapporte à des spectacles de combats d'animaux qu'on y donnait
CNL (32/47) : un bâtiment surmonté d'un dome.
Nombre d'employés (an VII) : 2
Démolie après les combats de la Commune (mai 1871)
Dessin : Palaiseau (n° 16/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 135

Rive droite
1865 : « À l'extrémité de la rue Grange-aux-Belles ».
2011 : Place du Colonel-Fabien (ex-place du Combat), extrémité nord de la rue Grange-aux-Belles

39 Barrière de la Chopinette (C) : 1787
(S) : 1789

Autre nom : b. Saint-Laurent.
CNL (33/47) : un bâtiment avec deux arcades, ornées chacune de six colonnes.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Dessin : Palaiseau (n° 15/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 141

Rive droite
1865 : « À l'extrémité de la rue du Buisson-Saint-Louis ».
2011 : boulevard de la Villette, extrémité de la rue du Buisson-Saint-Louis

40 Barrière de Belleville
nothumb
(C) : 1786-88
(S) : 1789

Noms successifs :

  1. b. de la Courtille
  2. barrière de Belleville

Autres noms : b. du Faubourg-du-Temple
CNL (34/47), deux bâtiments avec colonnes et arcades.
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessin Palaiseau ci-contre : n° 14/48, 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 145

Rive droite
2011 : boulevard de Belleville, niveau rue du Faubourg-du-Temple

41 Barrière de Riom (C) : 1786-88
(S) : 1789

Autres noms : b. de Ramponneau (ou Ramponeau), b. de l'Orillon, b. des Moulins
Aucun bâtiment
Signalée en 1853 comme « ayant été murée »[8]
Nombre d'employés (an VII) : 0
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 153

Rive droite
1865 : « À l'extrémité de la rue de Riom, qui devint la rue de l'Orillon ».
2011 : boulevard de Belleville, niveau rue de l'Orillon

42 Barrière des Trois-Couronnes (C) : 1786-88
(S) : 1789

CNL (35/47) : un bâtiment avec arcades et colonnes.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Dessin : Palaiseau (n° 13/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 155

Rive droite
2011 : boulevard de Belleville, niveau rue Jean-Pierre-Timbaud

43 Barrière de Ménilmontant
nothumb
(C) : 1786-88
(S) : 1788

Autre nom : b. de la Roulette.
Autre orthographe : Mesnilmontant
CNL (36/47) : deux bâtiments à base rectangulaire et symétriques entr'eux, ornés chacun de trente-deux colonnes avec arcades.
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessin Palaiseau ci-contre : n° 12/48, 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 157

Rive droite
2011 : boulevard de Belleville, niveau rue Oberkampf

44 Barrière des Amandiers (C) : 1786-88
(S) : 1788

Autre nom : b. des Amandiers-Popincourt (1836)
bâtiment rectangulaire surmonté d'un couronnement[15]
Nombre d'employés (an VII) : 2
Dessin : Palaiseau (n° 11/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 165

Rive droite
2011 : place Auguste-Métivier, axe de la rue du Chemin-Vert

45 bis Barrière de la Roquette (C) : 1820

Nombre d'employés (an VII) : sans objet
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 171

Rive droite
En face du Père-Lachaise, niveau rue de la Roquette

45 Barrière d’Aunay (C) : 1786-88
(S) : 1788

Noms successifs :

  1. barrière de la Folie-Regnault
  2. barrière de Saint-André
  3. barrière d'Aulnay

Autres orthographes : Aunai, Aulnay
CNL (37/47), bâtiment avec deux péristyles et quatre colonnes.
Nombre d'employés (an VII) : 2
Dessin : Palaiseau (n° 10/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 169

Rive droite
2011 : boulevard de Ménilmontant, niveau rue du Repos

46 Barrière des Rats (C) : 1786-88
(S) : 1788
(H ou D) : 1840

CNL (38/47) : deux bâtiments avec deux péristyles à quatre colonnes.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Dessin : Palaiseau (n° 9/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 175

Rive droite
2011 : boulevard de Ménilmontant, axe du boulevard de Charonne

47 Barrière de Fontarabie (C) : 1786-88
(S) : 1789

Noms successifs :
ex barrière de la Croix-Faubin

  1. barrière de Charonne
  2. barrière de Fontarabie (révolution)

CNL (39/47) : un bâtiment à trois arcades.
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessin : Palaiseau (n° 8/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 177

Rive droite
2011 : boulevard de Charonne, niveau rue de Charonne

48 Barrière de Montreuil (C) : 1787-88
(S) : 1789

CNL (40/47) : un bâtiment à deux faces ayant six colonnes à bossage.
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessins : Misbach, 1797, Palaiseau (n° 7/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 181

Rive droite
2011 : boulevard de Charonne, niveau rue de Montreuil

49 Barrière du Trône (C) : 1786-88
(S) : 1788
Existe auj.

Noms successifs :

  1. barrière du Trône
  2. barrière du Trône renversé (1793)

Autre nom : barrière de Vincennes
Autre orthographe : Thrône
CNL (41/47) : deux pavillons symétriques à plan carré et porche soutenu par des pilastres, façades terminées par une corniche avec consoles, quatre frontons et un couronnement circulaire ; et deux colonnes sur guérites.
Nombre d'employés (an VII) : 6
Sous Louis-Philippe, en 1845 :

  • les colonnes ont été ornée de bas-reliefs en partie inférieure,
  • la colonne nord (XIe) a été surmontée d'une statue de Saint-Louis, sculptée par Etex,
  • la colonne sud (XIIe) a été surmontée d'une statue de Philippe Auguste, sculptée par Dumont,

Dessins : N.las Ransonnette, 1787, Misbach, 1798, Palaiseau (n° 6/48), 1819, Civeton, 1829
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 187

Rive droite
2011 : à l'est de la place de la Nation, encadrant l'avenue du Trône, vers le cours de Vincennes
Colonne nord : place des Antilles
Colonne sud : place de l'Île-de-la-Réunion

50 Barrière de Saint-Mandé
nothumb
(C) : 1786-88
(S) : 1788

CNL (42/47) : un bâtiment avec deux façades.
Nombre d'employés (an VII) : 0
Dessins : Misbach, 1797, Palaiseau (n° 5/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 193

Rive droite
2011 : boulevard de Picpus, niveau avenue de Saint-Mandé

51 Barrière de Picpus (C) : 1786-88
(S) : 1788

Noms successifs :

  1. barrière de Picpus
  2. barrière de la Liberté (révolution).

Autre nom : barrière des Poules
Autre orthographe : b. de Pique-Puce,
CNL (43/47) : Bâtiment cubique avec quatre péristyles et attique.
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessins : Plan, Misbach, 1797, Palaiseau (n° 4/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 195

Rive droite
1865 : « À l'endroit où finit la rue de Picpus et où commence la rue de la Croix-Rouge ».
2011 : boulevard de Picpus et de boulevard de Reuilly, niveau rue de Picpus

52 Barrière de Reuilly (C) : 1786-88
(S) : 1788

CNL (44/47) : une rotonde.
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessins : Misbach, 179?, Palaiseau (n° 3/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 199

Rive droite
1865 : « Au point de jonction de la rue de Reuilly et du bd de Charenton ».
2011 : boulevard de Reuilly, niveau place Félix-Éboué (centre)

53 Barrière de Charenton (C) : 1786-88
(S) : 1788

Autres noms : b. de Marengo (1800-1815), b. de la Grande-Pinte, b. de Rambouillet.
CNL (45/47) : deux bâtiments ayant chacun deux péristyles et six colonnes.
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessin : Palaiseau (n° 2/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 201

Rive droite
1865 : «À l'extrémité de la rue de Charenton, au point de jonction du bd de Charenton et du bd de Bercy».
2011 : boulevard de Reuilly, niveau rue de Charenton

54 Barrière de Bercy (C) : 1786-88
(S) : 1788

Autre nom : b. des Poules
Autre orthographe : Berci
CNL (46/47) : deux bâtiments à deux péristyles de six colonnes.
Nombre d'employés (an VII) : 2
Dessins : Misbach, 1798, Palaiseau (n° 1/48), 1819
Description par Alfred Delvau, 1865 : page 205

Rive droite
2011 : boulevard de Bercy, niveau place du Bataillon-du-Pacifique

55 (1) Barrière de la Rapée (1) (C) : 1786-88
(S) : 1788
(D) : avant 1810

Orthographe : Rapée ou Râpée
CNL (47/47) : rotonde surmontant une croix grecque
Nombre d'employés (an VII) : 3
Dessin : Misbach, 179?

Rive droite
2011 : boulevard de Bercy, niveau quai de Bercy

55 (2) Barrière de la Rapée (2) (C) : 1812
(D) : 1983

Description par Alfred Delvau, 1865 : page 211

Rive droite
2011 : ex-n° 12, quai de la Rapée, à cent mètres en aval de la première barrière[22]

Iconographie des propylées de Ledoux[23]

  • Ledoux. Seuls quelques-uns des bureaux et diverses variantes ont été gravés sous la direction de Ledoux pour son ouvrage L'Architecture.
  • Gaitte. Vignettes de Gaitte, vers 1792 (?), éditeur qui s'est documenté auprès de Ledoux et montre les bureaux tels qu'ils auraient été sans les suppressions.
  • Legrand et Landon. Vignettes des Annales du Musée et de la Description de Paris, premières années du XIXe siècle.
  • De Saint-Victor et Lacroix de Marlès, Vignettes du Tableau historique et pittoresque de Paris, publié sous la Restauration.
  • Palaiseau. Gravures, 1819.
  • Maréchal. Dessins, contemporains de la construction.
  • F.-A. Rateau. Dessins.
  • Misbach. Dessins, vers 1812, Bibliothèque nationale et musée Carnavalet.
  • Lemonnerye. Dessins, milieu du XIXe siècle.
  • Bayard. Photographies.
  • Marville. Photographies.
  • Gouviot. Photographies.

Les 273 dessins expédiés par Ledoux à Saint-Pétersbourg en 1789 pourraient avoir disparu dans l'incendie de la bibliothèque impériale.

Au cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale sont entrés, mais n'ont pas été retrouvés :

1°) 63 feuilles de plans et dessins des barrières faisant partie du fonds J.-D. Antoine (Bibliothèque nationale Est Yb3 32)
2°) Un fonds de 66 pièces parmi lesquelles des dessins des barrières, acheté chez le marchand Dacquin le 8 février 1843, n° 5531 du registre d'entrée.

La Bibliothèque historique de la Ville conserve un album des plans des barrières, auxquels sont adjointes deux élévations de la barrière d'Italie et de celle du Maine (Ms 28300.)

Article « Barrières » de Roquefort, 1836

Barrières de l'enceinte de Thiers

Article principal : Enceinte de Thiers.

Parmi les 52 entrées routières ménagées dans l'enceinte de Thiers, 23 portaient le nom de « barrières », celles qui permettaient le passage des routes départementales. Les autres entrées étaient les 17 « portes » pour le passage des grandes routes et les 12 « poternes » pour le passage des chemins vicinaux. La liste des barrières de l'enceinte de Thiers est la suivante, en les rangeant selon leur place le long du tracé de l'enceinte (rive gauche, d'est en ouest : barrières 1 à 7 ; rive droite, d'ouest en est : barrières 8 à 23) :

  1. Barrière de Bicêtre
  2. Barrière d’Arcueil
  3. Barrière de Montrouge
  4. Barrière de Plaisance
  5. Barrière de La Plaine
  6. Barrière d’Issy
  7. Barrière de Sèvres
  8. Barrière du Point-du-Jour
  9. Barrière de Neuilly
  10. Barrière du Roule
  11. Barrière de La Révolte
  12. Barrière de Villiers
  13. Barrière de Courcelles
  14. Barrière de Clignancourt
  15. Barrière d’Aubervilliers
  16. Barrière du Canal Saint-Denis
  17. Barrière du Canal de l'Ourcq
  18. Barrière de Pré-Saint-Gervais
  19. Barrière de Ménilmontant
  20. Barrière de Montreuil
  21. Barrière de Saint-Mandé
  22. Barrière de Picpus
  23. Barrière de Bercy

Barrières par eau, ou pataches

La liste des barrières par eau, ou pataches, est la suivante :

  1. Barrière du port de la Conférence, située vis-à-vis des Invalides
  2. Barrière de la Rapée
  3. Barrière du port Saint-Paul
  4. Barrière du port Saint-Nicolas

Barrières par terre

La liste des barrières par terre est la suivante[24], avec indication entre guillemets de leur emplacement indiqué par Alfred Delvau (1865) :

  1. Barrière des Anglaises, « derrière le couvent des Anglaises, au faubourg Saint-Marceau »
  2. Barrière d'Antin, « à l'extrémité de la Chaussée d'Antin »
  3. Barrière Blanche, « près de la rue Saint-Lazare »
  4. Barrière des Carmes, « à l'extrémité de la rue de Vaugirard, - qui n'allait pas alors aussi loin qu'aujourd'hui ».
  5. Barrière de Chaillot, « du côté du Roule »
  6. Barrière des Champs-Élysées, « à la grille même »
  7. Barrière de Charonne, « à l'extrémité de la rue du même nom »
  8. Barrière des Chartreux, « à la hauteur de la rue de la Bourbe, - aujourd'hui rue de Port-Royal »
  9. Barrière de Clamart, « à la Croix-de-Clamart, près du Marché-aux-Chevaux »
  10. Barrière de Clichy, « à l'extrémité de la rue de Courcelles »
  11. Barrière de la Conférence, « à l'extrémité du Cours-la-Reine »
  12. Barrière de la Courtille, « à l'extrémité de la rue du Faubourg-du-Temple, - qui s'arrêtait alors à la hauteur du canal »
  13. Barrière de la Croix-Faubin, « dans le faubourg Saint-Antoine »
  14. Barrière de la Folie-Regnault, « dans le foubourg Saint-Antoine »
  15. Barrière des Gobelins, « devant l'établissement des Gobelins »
  16. Barrière de Grenelle, « à l'extrémité de la rue de Grenelle »
  17. Barrière de l'Hôpital, « à la hauteur de la Salpétrière »
  18. Barrière du Jardin-du-Roi, « à l'extrémité de la rue du Jardin-du-Roi, à peu près à la hauteur de la rue Fer-à-Moulin »
  19. Barrière de Lourcine, « vers le milieu de la rue de Lourcine »
  20. arrière du Marché-aux-Chevaux, « vers le milieu de la rue de Poliveau »
  21. Barrière de Ménilmontant, « à l'extrémité de la rue du chemin de Ménimontant »
  22. Barrière de Montmartre, « à l'extrémité de la rue du faubourg Montmartre »
  23. Barrière de Montreuil, « à l'extrémité de la rue de Montreuil », - qui n'allait pas alors aussi loin qu'aujourd'hui »
  24. Barrière de Monceau, « à l'extrémité de la rue du faubourg Monceau »
  25. Barrière Notre-Dame-des-Champs, « à l'extrémité de la rue Notre-Dame-des-Champs »
  26. Barrière de Picpus, « à l'extrémité de la rue du faubourg Saint-Antoine »
  27. Barrière Plumet, « à l'extrémité de la rue de Babylone »
  28. Barrière de la Pologne, « à l'extrémité de la Chaussée-d'Antin et de la rue Saint-Lazare »
  29. Barrière des Porcherons, « à l'extrémité de la rue des Porcherons, près de celle des Martyrs »
  30. Barrière des Poules, « à l'extrémité de la rue de Charenton »
  31. Barrière de la Râpée, « au bout des fossés de la Bastille »
  32. Barrière de Reuilly, « à l'extrémité de la rue de Reuilly »
  33. Barrière La Rochefoucauld, « à la Nouvelle-France »
  34. Barrière de la Roulette, « à l'extrémité de la rue des Brodeurs »
  35. Barrière du Roule, « à l'extrémité de la rue du faubourg du Roule, - qui n'allait pas alors aussi loin qu'aujourd'hui »
  36. Barrière Saint-Antoine, « à l'entrée du faubourg Saint-Antoine »
  37. Barrière Saint-Bernard, « à l'extrémité du quai Saint-Bernard »
  38. Barrière Saint-Denis, « à l'extrémité de la rue du faubourg Saint-Denis, - qui n'allait pas alors aussi loin qu'aujourd'hui ».
  39. Barrière Saint-Dominique, « à l'extrémité de la rue Saint-Dominique »
  40. Barrière Saint-Germain, « derrière le palais Bourbon, près de l'Esplanade des Invalides »
  41. Barrière Saint-Honoré, « à l'extrémité de la rue du faubourg Saint-Honoré, - qui n'allait pas alors aussi loin qu'aujourd'hui »
  42. Barrière Saint-Jacques, « à l'extrémité du faubourg Saint-Jacques, - qui finissait alors à l'endroit où il commence aujourd'hui »
  43. Barrière Saint-Laurent, « à l'extrémité de la rue Sain-Laurent »
  44. Barrière Saint-Lazare, « à l'extrémité de la rue Saint-Lazare »
  45. Barrière Saint-Marcel, « à l'extrémité de la rue des Fossés-Saint-Marcel »
  46. Barrière Saint-Martin, « à l'extrémité de la rue du faubourg Saint-Martin, - qui n'allait pas alors aussi loin qu'aujourd'hui »
  47. Barrière Saint-Michel, « à l'extrémité du faubourg Saint-Michel »
  48. Barrière Sainte-Anne, « à l'extrémité de la rue Poissonnière »
  49. Barrière de Sève, « à l'extrémité de la rue de Sève, - aujourd'hui rue de Sèvres »
  50. Barrière du Temple, « à l'entrée de la rue du Faubourg-du-Temple »
  51. Barrière de Varenne, « à l'extrémité de la rue de Varenne »
  52. Barrière de Vaugirard, « à l'extrémité de la rue des Vieilles-Tuileries, près du boulevard »
  53. Barrière de la Ville-l’Évêque, « à l’extrémité de la rue de l’Arcade, dans le faubourg Saint-Honoré »

Sources

  • Renaud Gagneux et Denis Prouvost, Sur les traces des enceintes de Paris. Promenades au long des murs disparus, Éditions Parigramme / Compagnie parisienne du livre (Paris), 2004. (ISBN 2-84096-322-1).
  • Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, 2 vol., Les Éditions de Minuit, 1985.
  • Alfred Delvau, Histoire anecdotique des Barrières de Paris, Paris, E. Dentu, 1865. Texte sur Gallica
  • Yvan Christ et Ionel Schein, L’Œuvre et les rêves de Claude-Nicolas Ledoux, Éd. du Minotaure, 1961 ; Chêne, 1971.
  • Jean Valmy-Baysse, La curieuse aventure des boulevards extérieurs, Éditions Albin-Michel, 1950.
  • Guy le Hallé, Histoire des fortifications de Paris et leur extension en Île-de-France, Éditions Horvath, 1995.
  • Marcel Raval, Claude-Nicolas Ledoux 1756-1806, commentaires, cartes et croquis de J.-Ch. Moreux, Arts et Métiers graphiques, 1945.
  • J.A. Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris, nouvelle édition, en quatre tomes, chez Dutertre, 1853. Tome quatrième, p. 54-56 et 236-241.
  • Cointeraux, Paris tel qu'il étoit à son origine, Paris tel qu'il est aujourd'hui, an VII. Voir le plan de Paris en 1798 : plan p. 122-128.
  • Félix Lazare et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844. Texte en ligne sur Gallica
  • Guy Arbellot, Les barrières de l'an VII, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1975, vol. 30, n° 4, p. 745-772
  • B. de Roquefort, Dictionnaire historique et descriptif des monuments religieux, civils et militaires de la ville de Paris où l’on trouve l’indication des objets d’art qu’ils renferment, avec des remarques sur les embellissements faits ou projetés, orné de dix gravures, chez Ferra jeune, 1836 ; article BARRIÈRES, p. 45-64. Texte en ligne sur Gallica.
  • Ledoux et Paris, Ville de Paris, Commission du vieux Paris, Cahiers de La Rotonde 3, Rotonde de La Villette, 1979, (ISBN 2-85738-001-1).
  • Dessins des propylées de Paris, par Claude Nicolas Ledoux : 30 planches sur books google

Notes

  1. Le nom de cette barrière de la Gare ne vient pas de la gare d'Austerlitz mais du quartier de la Gare, dont le nom provenait lui-même d'un projet grandiose de gare à bateaux, conçu sous Louis XV, qui ne vit finalement pas le jour, mais qui est évidemment bien antérieur au chemin de fer : le premier embarcadère de la gare d'Austerlitz a été inauguré en 1843.
  2. Source : Guy Le Hallé, p. 127.
  3. Source : Marcel Raval, p. 208-209. Par rapport au plan de Raval, on distingue ici la barrière de la Villette (n° 35) et la barrière Saint-Martin (n° 36) ; et on ajoute la barrière du Combat (n° 38) non mentionnée par Raval.
  4. Source : Arbellot, tableau III, p. 767.
  5. Arbellot explique : « L'architecte Poyet, que le ministre avait chargé le 16 pluviôse an VI de visiter les installations existantes, nous a laissé un rapport du 27 pluviôse. D'après lui, une grande partie des bâtiments sont alors assez spacieux et peuvent convenir pour les besoins de la perception, mais ils doivent être remis en état et libérés des locataires qui les occupent depuis la suppression de l’octroi. Ainsi, pour les percepteurs des barrières de l'Étoile, Denis (Saint-Denis), Martin (Saint-Martin) et de Charenton, on devra louer des appartements à proximité. Pour les barrières de Rochechouart, des Amandiers et de la Rapée, dont les bâtiments n'ont jamais été construits ou ont été détruits, il faudra même bâtir les loges nécessaires. Poyet nous donne au passage l'effectif des employés prévus pour le service des 37 barrières, soit 124 au total. » [Source : Arbellot, p. 763.]
  6. A. Delvau, p. 215.
  7. La barrière des Fourneaux (n° 12) s'est aussi appelée barrière de la Voirie.
  8. a, b, c, d et e Dulaure.
  9. La barrière des Deux-Moulins s'est aussi appelée barrière de la Voirie.
  10. Source : Delvau, p. 18.
  11. a, b et c Plan parcellaire, cadastre de Paris par îlot, 1810-1836, 1er arr. ancien, Champs-Élysées, îlots n°26 à 29.
  12. Plan parcellaire, cadastre de Paris par îlot, 1810-1836, 1er arr. ancien, Champs-Élysées, îlot n°25.
  13. Ou en 1857 ?
  14. a et b Plan parcellaire, cadastre de Paris par îlot, 1810-1836, 1er arr. ancien, Champs-Élysées, îlot n°17.
  15. a, b et c Roquefort.
  16. a et b Plan parcellaire, cadastre de Paris par îlot, 1810-1836, 2e arr. ancien, Faubourg Montmartre, îlots n°10 et 11.
  17. Gagneux-Prouvost, p. 157.
  18. Le dessin de la barrière Poissonnière n'est pas disponible sur Gallica (consultation le 17.07.2009), mais il est reproduit dans Gagneux-Prouvost, p. 157.
  19. Source : Guy Le Hallé, p. 155.
  20. a et b Guy Le Hallé, p. 158.
  21. Dulaure, 1853, p. 238.
  22. Gagneux et Prouvost, p. 170.
  23. Source : Ledoux et Paris, p. 113-114.
  24. Source : Alfred Delvau, p. 294-298.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Liste des barrières de Paris de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Liste des portes de Paris — Portes de Paris  Pour l’article homonyme, voir Liste des portes de Paris (voies).  Les principales portes de Paris …   Wikipédia en Français

  • Liste des voies du 12e arrondissement de Paris — Cette liste est incomplète ou mal ordonnée. Votre aide est la bienvenue ! Cet article donne une liste des voies du 12e arrondissement de Paris, en France …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Accidents Ferroviaires En France — Voici la liste chronologique des principaux accidents ferroviaires recensés en France. Sommaire 1 XIXe siècle 2 Années 1900 3 Années 1910 4 …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Sièges De La Guerre De Cent Ans — (1337 1453) La guerre de Cent Ans ne fut pas une guerre de batailles rangées, ce fut une guerre de coup de mains, de sièges et d embuscades. Sommaire 1 Origines de cette guerre 2 Principaux sièges 2.1 …   Wikipédia en Français

  • Liste des accidents ferroviaires en france — Voici la liste chronologique des principaux accidents ferroviaires recensés en France. Sommaire 1 XIXe siècle 2 Années 1900 3 Années 1910 4 …   Wikipédia en Français

  • Liste des sieges de la guerre de Cent Ans — Liste des sièges de la guerre de Cent Ans Liste des sièges de la guerre de Cent Ans (1337 1453) La guerre de Cent Ans ne fut pas une guerre de batailles rangées, ce fut une guerre de coup de mains, de sièges et d embuscades. Sommaire 1 Origines… …   Wikipédia en Français

  • Liste des sièges de la guerre de cent ans — (1337 1453) La guerre de Cent Ans ne fut pas une guerre de batailles rangées, ce fut une guerre de coup de mains, de sièges et d embuscades. Sommaire 1 Origines de cette guerre 2 Principaux sièges 2.1 …   Wikipédia en Français

  • Liste des sièges de la guerre de Cent Ans — (1337 1453) La guerre de Cent Ans ne fut pas une guerre de batailles rangées, ce fut une guerre de coup de mains, de sièges et d embuscades. Sommaire 1 Origines de cette guerre 2 Principaux sièges 2.1 Du début à la mort de Jean II …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Murs — Ceci est une liste des murs célèbres. Sommaire 1 Les murs les plus célèbres 2 D autres murs célèbres 3 Voir aussi 4 Lien externe …   Wikipédia en Français

  • Liste des accidents ferroviaires en France — Article principal : accident ferroviaire. Catastrophe ferroviaire à la gare Montparnasse de Paris en 1895 Voici la liste chronologique des principaux accidents ferroviaires recensés en France. Sommaire …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.